Navigation – Plan du site
Encadrement déontologique. Convergences et divergences

Le défi éthique du journalisme dans l’univers des médias québécois

Alain Saulnier

Résumés

Au cours de ses années à la tête du service de l’information de Radio-Canada de 2006 à 2012, son leadership a permis à la Société de développer une vision de l’information misant sur le journalisme d’enquête, ce qui a largement contribué à lever le voile sur les scandales dans l’industrie de la construction, sur la corruption, sur le financement occulte des partis politi­ques et d’autres sujets importants.

Durant les dernières années, les journalistes ont été bousculés par une suc­cession d’innovations technologiques qui ont considérablement transformé l’acte journalistique. De plus, les habitudes de consommation des médias d’infor­mation ont aussi énormément changé.

Ici au Québec, la profession journalistique a en plus été éprouvée par d’au­tres types de mutations. Il y a d’abord eu un mouvement spectaculaire vers la concentration dans la propriété des médias, laquelle a engendré une compétition féroce entre les grands groupes de médias, Power Corporation/Gesca, Québecor et Radio-Canada. Puis nous avons aussi assisté à un glissement des médias vers une polarisation idéologique droite-gauche et à une montée en flèche de l’humeur et des coups de gueule. Alain Saulnier nous montre comment cela est venu influencer la pratique journalistique au Québec.

Haut de page

Texte intégral

1Au cours des dernières années, partout dans le monde occidental, les journalistes des médias écrits et électroniques ont été bousculés par une succession d’innovations technologiques qui ont considérablement trans­formé l’acte journalistique. Le passage au numérique a substantiellement modifié toutes les étapes du travail des journalistes, de la collecte d’infor­mations jusqu’à leur diffusion sur toutes les plateformes. Les habitudes de consommation des médias ont aussi énormément changé.

2Il est devenu incontournable pour les médias traditionnels de pren­dre acte d’un tel virage afin d’assurer leur survie. La presse écrite a été obligée d’offrir un site Internet et de passer du coup de l’information au quotidien à l’information en continu. La télévision traditionnelle a égale­ment été entraînée à prendre le virage numérique, pressée en cela par les nouvelles habitudes d’écoute des téléspectateurs. On a parlé de « dé­construction » des médias traditionnels. Bref, nous assistons à une redé­finition généralisée de tous les médias. En ce qui concerne les habitudes de fréquentation des médias, on constate que les réseaux sociaux, les Google et les YouTube de ce monde supplantent les grands médias chez les plus jeunes, menaçant du même coup la pérennité de grandes marques d’information. Les apôtres de l’innovation sont même allés jusqu’à annon­cer la disparition du journaliste au profit du « journaliste citoyen », roi des médias sociaux. Voilà le portrait commun de tous les médias d’information dans le monde occidental.

3Ici au Québec, la profession journalistique a en plus été éprouvée par d’autres types de mutations.

4Il y a d’abord eu ce mouvement spectaculaire vers une concentration dans la propriété des médias. Celle-ci a engendré une compétition féroce, plus particulièrement entre trois grands groupes de médias au Québec, Power Corporation/Gesca, Québecor et Radio-Canada. (Les choses pour­raient évoluer selon les développements du côté de Bell, Astral et Cogeco.) Parfois même, leurs journalistes ont été conviés à prêter allégeance à leur entreprise plutôt qu’à leur profession et au public. Puis, dans ce grand tumulte, nous avons aussi assisté à un glissement des médias vers une pola­risation idéologique droite-gauche et à une montée en flèche de l’humeur et des coups de gueule. C’est l’un des plus importants change­ments surve­nus au cours des récentes années au Québec. Et cela est du même coup venu influencer de plus en plus la pratique journalistique. Les chroniques et les blogues de quelques vedettes largement médiatisées, les propos des animateurs des radios « X » et le nouvel univers « Tribune libre en conti­nu » des réseaux sociaux ont facilité ce passage vers une polarisation idéo­lo­gique, entraînant dans leur sillage les médias traditionnels à choisir leur camp. La démagogie occupe malheureusement beaucoup de place dans cet univers. Le mouvement qui avait d’abord été perçu comme une caractéristique des stations de radio « X » de la ville de Québec s’est étendu ailleurs que dans la capitale. Cela s’ajoute à cette explosion de la place de l’opinion dans tous les médias. L’opinion peu documentée, ne s’appuyant pas toujours sur des faits, y occupe une trop large place. C’est ce qui expli­que en partie cette tendance marquée à la polarisation de la société québé­coise depuis quelques années. Conséquemment, si l’on veut comprendre dans quelle situation se trouvent les journalistes de nos jours, il faut saisir comment s’opère la succession d’interventions médiatiques qui marque le nouveau cycle de la vie de l’information, la ligne de temps de la nouvelle dans le nouveau contexte des médias au Québec.

Quand radio-canada subit les foudres de ses ennemis

5Pour la démonstration, faisons un petit retour en arrière. Radio-Canada a opéré un virage important vers le journalisme d’enquête en 2007. Il y eut d’abord la création de son émission phare Enquête, puis de son module d’experts en enquête journalistique pour tout le service de l’information, ce qui lui a donné une force de frappe exceptionnelle. Bien entendu, l’enquête comporte des dangers, notamment celui de rendre les auteurs des enquêtes plus vulnérables à la critique. C’est ainsi que Radio-Canada a dévoilé d’énormes scoops sur la corruption au cours des dernières années. Mais il est arrivé également qu’elle ait eu à subir les foudres de ses détracteurs. C’est ce qui est arrivé en septembre 2012 durant la campagne électorale québé­coise. Pour illustrer la séquence des événements et le rôle des différents acteurs dans ce nouveau contexte du journalisme au Québec, suivons les étapes de la ligne de temps à l’aide d’un exemple. Il s’agit d’un reportage d’enquête qui a soulevé la controverse et qui s’est retrouvé précisément dans la position de l’auto tamponneuse soumise à une succession de colli­sions avec les véhicules adverses. Car le nouveau contexte de concurrence entre médias provoque de telles collisions. Par exemple, plutôt que de pousser plus loin l’information et la recherche de vérité, le premier réflexe des autres médias est souvent de prendre parti contre les faits dévoilés par l’enquête du média rival.

6Ainsi, lors de la campagne électorale québécoise de septembre 2012, le chef du Parti libéral du Québec, Jean Charest, s’en est vigoureusement pris au service de l’information de Radio-Canada pour avoir diffusé une enquête journalistique qui le concernait. Le reportage de l’équipe d’En­quête révélait qu’une filature policière d’un ancien dirigeant de la FTQ‑Construction avait été interrompue dans les instants qui ont suivi son court échange en 2009 avec le premier ministre Charest. La nouvelle était percutante parce que l’ex-dirigeant de la FTQ-Construction, qui avait des relations connues avec des gens liés au crime organisé, avait réussi à s’approcher en toute facilité du premier ministre et à lui parler. Le reportage révélait qu’une fois la rencontre terminée, les policiers avaient décidé de mettre fin à la filature. Il était légitime de se demander pourquoi. Cette nouvelle a évidemment fait la une en pleine campagne électorale. Certains ont compris que le reportage concluait à une intervention politi­que, peut-être même à une intervention personnelle de Jean Charest. Ce n’était pas le cas, même si l’opération entourant la diffusion du reportage pouvait ouvrir la porte à la confusion et à ce genre d’interprétation. Et alors, quelles ont été les étapes qui ont suivi la diffusion de ce reportage dans ce tout nouveau paysage des médias du Québec ?

7Première étape : M. Charest a d’abord répliqué en niant vigoureuse­ment être intervenu dans ce dossier et s’en est plutôt pris au manque d’éthique des journalistes. « Le laxisme n’est pas chez nous, il est à Radio-Canada, sur ses règles d’éthique journalistique », a dit M. Charest.

8Le premier ministre faisait référence aux accusations de laxisme pro­férées contre son gouvernement et le Parti libéral. Et puisque l’équipe d’Enquête de Radio-Canada était précisément celle qui avait levé le voile sur de nombreux manquements à l’éthique dans l’attribution de contrats de construction et rapporté des cas de financement occulte des partis politi­ques, avait-on donc affaire ici à l’arroseur, arrosé ?

9Belle esquive, toutefois, car M. Charest n’a toujours pas expliqué comment il se faisait qu’un homme au passé si lourd et aux relations dou­teuses puisse avoir accès aussi facilement au premier ministre dans une rencontre qui n’était ni ouverte ni publique où il n’avait pas été invité. Il n’était tout de même pas tombé par hasard sur le premier ministre !

10Deuxième étape : contre-attaque officielle d’Hugo D’Amours, l’atta­ché de presse de M. Charest, qui adresse une lettre officielle au directeur général de l’Information, M. Michel Cormier, au président-directeur géné­ral de CBC/Radio-Canada, M. Hubert T. Lacroix, au président du conseil d’administration de CBC/Radio-Canada, M. Rémi Racine, ainsi qu’à la vice-présidente responsable des Services juridiques de CBC/Radio-Canada, Mme Maryse Bertrand.

11Troisième étape : c’est là qu’entre en jeu un élément du nouveau contexte de compétition entre les grands médias, plus particulièrement entre Radio-Canada et les médias de Québecor. (Il existe également ce même type de lutte entre Québecor et le groupe Gesca/Power.) Ainsi donc, suite à la diffusion de ce reportage, le chroniqueur vedette de TVA/LCN, Jean Lapierre, qualifie le reportage de Radio-Canada de « radotage ». À son avis, la diffusion de ce reportage s’explique parce que Radio-Canada participe à la course aux cotes d’écoute. « Je ne reconnais plus Radio-Canada, sincèrement », confie-t-il à l’animateur radio du 98,5 Paul Arcand. En vertu de ce nouveau contexte médiatique du Québec, nous assistions donc à la vendetta classique du groupe de presse concurrent.

12Quatrième étape : la lutte politique entre les adversaires en présence au Québec est du coup accentuée par la compétition entre les médias concurrents, mais elle est aussi emportée par la nouvelle polarisation « gauche-droite ». La blogueuse Johanne Marcotte (Réseau Liberté-Québec) associée au Journal de Montréal du Groupe Québecor résume bien ce nouvel environnement hostile. Elle ne s’étonnera pas du reportage d’enquête portant sur cette filature interrompue d’un ancien dirigeant de la FTQ-Construction, car à son avis, Radio-Canada ne serait simplement qu’un outil au service de la gauche québécoise :

Bref, Radio-Canada est à gauche, tout le monde le sait, écrit-elle. On n’a qu’à écouter régulièrement l’émission d’affaires pu­bliques 24 heures en 60 minutes pour le constater. Pour ceux qui n’écoutent plus Radio-Canada, voici une émission animée par Anne-Marie Dussault et dont la rédactrice en chef est Domi­nique Rajotte, conjointe du directeur général de l’Institut du Nouveau Monde, Michel Venne. La gauche radio-canadienne, c’est une histoire de famille, voyez-vous (blogue de Marcotte, 9 août 2012, « Radio-Canada en campagne électorale »).

13Et toc ! Pour caricaturer, on trouverait Radio-Canada à gauche, La Presse, au centre, et les médias de Québecor, à droite. (À noter qu’au fil des ans le prisme « Québec-Canada » pour juger le travail journalistique n’est pas totalement disparu mais il a été en partie supplanté par le prisme gauche-droite.)

14Cinquième étape : les radios « X » et les rois de l’opinion ont ensuite battu la mesure et les réseaux sociaux se sont enflammés contre l’enquête de Radio-Canada. Le service public de Radio-Canada constitue une cible de choix tout comme on aime bien dénoncer le prétendu gaspillage au sein des services publics ainsi que le « modèle québécois » jugé trop à gauche.

15Sixième et dernière étape : l’ombudsman de Radio-Canada a rejeté la plainte d’un citoyen qui dénonçait ces reportages et qui accusait les journalistes de parti-pris. Par contre, il a déploré que le message véhiculé par ces reportages avait été mal maîtrisé une fois le reportage lancé au Téléjournal.

16Conclusion, peu importe le sujet d’actualité, il risque fort bien de passer à travers la moulinette des acteurs de ce nouveau contexte au Qué­bec. Car depuis l’importante poussée de la concentration de la presse au Québec, la profession journalistique est de plus en plus soumise à l’intérêt des entreprises plutôt qu’à l’intérêt public. Les concurrents ne cherchent plus à pousser plus loin l’information dévoilée par l’autre média. On attaque plutôt sa crédibilité sur les réseaux sociaux, sur les ondes radio, télé et dans la presse écrite.

17Pourtant, dans notre exemple, les journalistes des médias concurrents auraient pu, par exemple, creuser davantage l’information soulevée par Radio-Canada. Qui était cet ancien dirigeant de la FTQ-Construction ? Quelle était la nature de ces liens avec le crime organisé ? Quel rôle jouait-il dans les tractations pour garantir la paix syndicale sur les chantiers de construction ? Comment a-t-il pu s’approcher aussi facilement du premier ministre du Québec ? Qu’a-t-il dit au juste au premier ministre ? Quels liens entretenaient certains dirigeants de la FTQ-Construction avec le Parti libéral, etc. ? Jean Charest n’a jamais expliqué la nature de ses rap­ports avec ce personnage aux relations douteuses ni comment il se faisait que celui-ci avait pu s’approcher aussi facilement d’un premier ministre.

18Bref, que des questions d’intérêt public.

Gauche, droite, le nouveau prisme

19Mais revenons à cette étiquette que la blogueuse Johanne Marcotte appose à l’émission et à l’équipe de 24 heures en 60 minutes de RDI.

20L’idée de camper idéologiquement les journalistes est devenue une véritable rengaine. Mais elle comporte un danger important pour la diver­sité de points de vue dans nos médias.

21Car si l’on suit une telle logique, tous les journalistes auraient un « biais » partisan. Faudrait-il alors tous les répertorier et établir une classi­fi­cation ? Devrait-on identifier les allégeances politiques et idéologiques de chacun et chacune des journalistes ? Pourquoi ne pas aller jusqu’à scruter à la loupe leur passé dans leurs comptes Facebook… ? Une chasse aux sorcières avec ça ? Certains démagogues le souhaiteraient.

22Pourtant, depuis les quarante dernières années, la culture journalisti­que québécoise s’inspirait du modèle anglo-saxon axé sur les notions d’impartialité, de neutralité et d’« objectivité » journalistique. Cette pratique permettait de clamer l’absence de parti pris dans l’univers de la nouvelle. Cela ne s’applique évidemment pas dans le cas des chroniques et des éditoriaux qui jouent un autre rôle. Reste que nous croyions alors que les journalistes ne travaillaient pas pour la gauche ou pour la droite, ni même pour une entreprise, mais étaient avant tout au service du public. Enfin, c’était avant qu’on piège la profession dans l’arène de la concurrence entre les grands groupes de presse et celle de la lutte idéologique polarisée.

23Pour l’anecdote, j’ai goûté en février 2012 à la médecine de l’anima­teur Mario Dumont et d’un de ses chroniqueurs alors à V, au lendemain de mon départ forcé de Radio-Canada où je dirigeais le service de l’infor­mation depuis 2006. « Un communiste de moins à la direction de l’infor­ma­tion de Radio-Canada », avait alors souligné, tout excité, Dumont. Loin de moi l’idée de nier mon passé « communiste », c’était un fait… il y a plus de trente ans… Dumont en a pourtant tiré une conclusion lapidaire et, disons-le, quelque peu pathétique. Cette conclusion faisait fi de l’essentiel de ma carrière professionnelle et de trente ans de journalisme. Mais selon le nouveau prisme gauche-droite, Dumont ne pouvait pas rater l’occasion de frapper durement Radio-Canada, une cible de choix des partisans de la droite. Dans sa foulée, la blogueuse Marcotte titrait : « Le départ du cama­rade Alain Saulnier de Radio-Canada ». Bref, quand on choisit sa cible, ce ne sont pas les plateformes qui manquent.

Gauche-droite, même combat

24Par ailleurs, il est intéressant de constater que la droite et la gauche peu­vent parfois se rejoindre. C’est ainsi que durant le conflit étudiant, des mili­tants ont accusé tous les grands médias de défendre l’establishment contre le mouvement étudiant. Par exemple, pour certains, le devoir de réserve du journaliste n’est qu’hypocrisie et foutaise. Car derrière se cache une position éditoriale non avouée, au service d’un pouvoir. Pour les partisans de la droite, la gauche se cache à Radio-Canada tandis que pour les partisans de la gauche, tous les grands médias penchent à droite, appuient le néolibéralisme et défendent l’establishment

25C’est ainsi que Laura Kneale, la directrice de la télévision étudiante de l’Université Concordia, CUTV, disait : « Tous les médias de masse voudraient nous faire croire qu’ils sont objectifs, équilibrés et qu’ils ne sont pas biaisés. Nous, notre ligne éditoriale, dit-elle, c’est qu’on a un parti pris, on en est fier parce qu’on pense qu’il est respectueux de la communauté qui nous supporte et nous finance, nous regarde et nous diffuse » (Entrevue Blogue Média TV).

26On le constate, les tirs proviennent donc aussi bien de la gauche que de la droite.

27Les médias du Québec sont désormais entraînés dans cet univers idéologique et sa piste d’autos tamponneuses. On souhaite que chaque média et chaque journaliste proclament son appartenance idéologique.

28Le danger selon cette logique, c’est que le journaliste et le militant sont confondus. Et lorsque tout reportage est associé à un camp idéolo­gique en particulier, cela signifie que chacun des citoyens est invité du même coup à s’emprisonner dans une seule chapelle idéologique. Les parti­sans de cette approche excluent ainsi le public d’un univers où règne plutôt la diversité d’opinions. Ce sont les citoyens qui en seront les grands perdants. La référence constante en information sera alors celle convenue par une école de pensée. C’est là un des pièges de l’étiquetage idéologique des médias. C’est, version xxie siècle, la chapelle idéologique de nos curés d’autrefois. Ne pas se frotter aux autres courants de pensée de peur d’être contaminé.

L’information à radio-canada

29Dans ce contexte, qu’en est-il ailleurs de l’exercice de la profession journa­listique, du côté de Radio-Canada ?

30J’ai été directeur général de l’information à Radio-Canada, d’abord à la radio dès 1999, puis des services radio et télé à compter de 2006. Dès l’automne 2007, nous avons créé l’émission Enquête et plus tard le module d’enquête de Radio-Canada, une force de frappe pour mener les enquêtes importantes. Cela nous a donné l’occasion de traiter de tous les sujets, sans censure. Les répercussions de ces enquêtes furent telles que plusieurs ont conclu avec raison que la création de la commission Charbonneau était le résultat des efforts des journalistes. Mon équipe savait qu’il y avait fort à faire pour dénoncer la corruption au Québec. La commission Charbon­neau nous a donné raison.

31Aucun sujet n’a été épargné. La haute direction a-t-elle parfois cher­ché à imposer une orientation éditoriale à son personnel journalistique ? Très honnêtement, non.

32Pour l’anecdote, signalons que j’ai personnellement autorisé la diffu­sion en octobre 2011 d’un reportage à l’émission Enquête qui égratignait une entreprise appartenant à la belle-famille d’un haut dirigeant de Radio-Canada. Peu d’entreprises privées de presse au Québec peuvent jouir d’une telle indépendance !

33Car les journalistes de Radio-Canada peuvent s’appuyer sur une des valeurs énoncées dans ses Normes et pratiques journalistiques :

Préserver notre indépendance : nous sommes indépendants des lobbies et des pouvoirs politiques et économiques. Nous défen­dons la liberté d’expression et la liberté de la presse, garantes d’une société libre et démocratique. L’intérêt public guide toutes nos décisions (NPJ, radio-canada.ca).

34Le service public doit offrir une information de qualité, diversifiée, rigoureuse et indépendante. Aucune pression ne doit dénaturer les infor­ma­tions. Les journalistes sont là pour servir le public. Toutefois, j’admets que ces énoncés ne sont pas suffisants. En effet, il faut renforcer l’indé­pendance de Radio-Canada, pour que la notion du arm’s lenght soit reconnue comme une valeur fondamentale et soit respectée à tous les échelons. Cela doit être véritablement le cas, tant à la haute direction de Radio-Canada qu’au sein de son conseil d’administration et surtout auprès du gouvernement. Pourtant, il existe depuis toujours des obstacles importants garantissant l’indépendance du service public. Par exemple, le mode de nomination des membres du conseil d’administration et celui du président-directeur général est nettement déficient à cet égard, puisqu’ils sont nommés par le ministre du Patrimoine. Cela rend fragiles cette indépendance et cette distance nécessaires du pouvoir politique partisan.

35Déjà en 1986, le rapport Caplan-Sauvageau recommandait de chan­ger le mode de nomination des membres du conseil d’administration de Radio-Canada. Or, encore aujourd’hui, n’est-il pas légitime de s’inter­roger sur cette indépendance lorsqu’on sait que l’actuel président du conseil d’administration de Radio-Canada, Rémi Racine, occupait dans le passé la fonction de secrétaire national du Parti conservateur et compte parmi ses amis des membres du cabinet Harper ? Il faudrait plutôt que ce mode de nomination soit revu et corrigé et relève en fin de compte du Parlement et non des bureaux du premier ministre et de son ministre du Patrimoine. Des critères clairement définis de sélection devraient égale­ment être établis afin de donner plus de transparence à l’actuel processus opaque de la nomination du président-directeur général. Cela aurait l’avantage de soutenir ainsi le principe d’indépendance de Radio-Canada, compte tenu de son importance cruciale dans notre société.

36Bien entendu, cela n’empêchera certes pas Radio-Canada d’essuyer les attaques répétées des lobbies du privé et de quelques mercenaires, ni les assauts de la gauche ou de la droite. Car il n’est pas facile d’être un service public par les temps qui courent…

Se mirer dans le miroir

37Enfin, au cœur de ce nouvel univers houleux des médias et des provoca­tions des partisans de la lutte idéologique, les journalistes doivent faire leurs devoirs.

38Ainsi, ils devront faire preuve du même souci de transparence et d’éthique qu’ils exigent des autres avant de devenir l’arroseur arrosé. Car relever le défi éthique au xxie siècle concerne sans conteste la classe politi­que, le milieu policier, les organisations syndicales, le milieu de la magis­tra­ture et la gouvernance au sein des grandes institutions et des organisa­tions publiques. Mais cela concerne également le milieu journalistique. Les journalistes ne pourront plus se mettre à l’abri des arrosoirs…

39Cette profession ne peut plus exiger la transparence dans la gou­vernance des affaires de l’État sans faire son propre examen de conscience, et procéder aux changements qui en découlent. Ainsi, il est impératif que les règles d’éthique en vigueur au sein de la profession journalistique soient améliorées pour qu’elles correspondent aux exigences de la situation actuelle au Québec. Elles doivent être étendues à l’ensemble des médias. Le Guide de déontologie de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) doit être mis à jour en tenant compte de la transfor­mation spectaculaire de l’univers des médias au Québec et dans le monde. Or, cette mise à jour ne peut pas être que la seule responsabilité indivi­duelle de chaque journaliste.

40La FPJQ doit exercer le leadership pour relancer cette discussion en collaboration avec le Conseil de presse, mais elle ne saurait le faire sans la participation et la contribution des entreprises de presse. Mais ça, c’est une autre histoire. Il faudra pourtant insister pour qu’elles se prêtent à l’exercice.

41Enfin, une telle réflexion aura également le mérite d’encourager ceux et celles qui souhaitent trouver un plus juste équilibre entre la place de l’opinion, surtout celle qui est peu documentée, et la place des faits dans nos médias. Elle permettrait à tout le moins de prendre conscience collec­tivement du fait que l’humeur et la démagogie ne doivent pas détrôner l’analyse rigoureuse des faits.

Haut de page

Bibliographie

Blogue Média TV,Entrevue Laura Kneale, [En ligne], [http://mediatv. divertissement.sympatico.ca/media-en-ligne/cutv] (19 février 2013).

CBC/Radio-Canada,Normes et pratiques journalistiques, [En ligne], [http://
cbc.radio-canada.ca/fr/rendre-des-comptes-aux-canadiens/lois-et-politiques/programmation/journalistique/] (19 février 2013).

Dumont, Mario, Un communiste de moins à la direction de l’information de Radio-Canada, [En ligne], [www.youtube.com/watch?v=ZC2eKN1C8nU]
(19 fé­vrier 2013).

Fédération professionnelle des journalistes du Québec,Guide de déontologie des journalistes du Québec, [En ligne], [http://www.fpjq.org/index.php?id=82] (19 février 2013).

Le blogue de Johanne Marcotte, « Le départ du camarade Alain Saulnier de Radio-Canada », [En ligne], [http://jomarcotte.wordpress.com/2012/02/25/le-depart-du-camarade-alain-saulnier-de-radio-canada/]
(19 février 2013).

Le Devoir, « Filature interrompue – Charest voit un complot radio-canadien contre lui », [En ligne], [http://www.ledevoir.com/politique/quebec/ 356513/charest-voit-un-complot-radio-canadien-contre-lui] (19 février 2013).

Le Journal de Montréal, « Radio-Canada en campagne électorale », [En li­gne], http://blogues.journaldemontreal.com/marcotte/elections-2012/radio-canada-en-campagne-electorale/] (19 février 2013).

L’Ombudsman de Radio-Canada,Filature interrompue : des reportages légitimes et conformes aux normes, mais un message mal maîtrisé (Service de l’Information), [En ligne], [http://blogues.radio-canada.ca/ombudsman/ archives/1747] (19 février 2013).

Ministère des Approvisionnements et Services Canada (1986), Rapport du Groupe de travail sur la politique de la radiodiffusion (rapport Caplan-Sauvageau), Hull, Ministère des Approvisionnements et Services Canada.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Saulnier , « Le défi éthique du journalisme dans l’univers des médias québécois », Éthique publique [En ligne], vol. 15, n° 1 | 2013, mis en ligne le 23 août 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/1067

Haut de page

Auteur

Alain Saulnier

Journaliste depuis trente ans, Alain Saulnier a été président de la Fédéra­tion professionnelle des journalistes du Québec de 1992 à 1997. Il a consacré une grande partie de sa carrière à militer pour un journalisme de qualité tant au sein des entreprises de presse qu’au sein des organisations professionnelles. C’est ainsi qu’il est à l’origine de l’adoption du premier guide de déontologie de la profession journalistique au Québec.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org