Navigation – Plan du site
L'éthique et la recherche

Établir un partenariat avec les chercheurs et l’université qui puisse profiter à la communauté (entrevue)

Doris Papatie et Edmond Brazeau

Texte intégral

1Suzy Basile : Bonjour Doris et bonjour Edmond. Je vous laisse vous pré­senter aux lecteurs et nous dire d’où vous venez et quelle est votre histoire dans votre communauté.

  • 1  Les propos de Doris Papatie et Edmond Brazeau ont été recueillis par Suzy Basile et Karine Gen­tel (...)

2Doris Papatie :Je m’appelle Doris Papatie, je viens de Kitcisakik1. Je tra­vaille là depuis presque vingt ans. Je suis directrice générale du Conseil des Anicinapek de Kitcisakik. Je suis responsable de tous les services en place et je fais la liaison entre les élus et l’administration. Depuis 2005, on m’a confié la responsabilité de tout ce qui a trait à la recherche. L’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL) a publié un document sur la question des recherches pour les Premières Nations, et avant même que le document arrive, nous avions déjà des balises que les aînés nous avaient données, à leur façon, en lien avec leur contribution concernant autant les questions de recherche que la prise de photos. Ils ont vécu des expériences tristes. Ils se sentaient comme s’ils avaient été volés parce qu’ils ont parlé de l’histoire de la communauté et comment ça se passait auparavant. De notre côté, nous nous sommes beaucoup basés sur le côté de la tradition orale, de ce que les aînés ont ressenti en participant à des recherches.

3En ce moment, je suis en processus de réflexion pour savoir com­ment traduire la pensée orale sur des documents et comment la commu­nauté peut s’inspirer des recherches comme tell­es. Nous essayons de regarder au sein de la communauté pour trouver des ressources humaines qui ont participé au travail de terrain avec des chercheurs. Monsieur Ed­mond Brazeau est d’ailleurs une preuve vivante de tout ce travail. Il a vu plusieurs personnes passer et, en étant témoin de la tradition orale que les aînés lui ont transmise, il a beaucoup de connaissances et d’expérience dans le domaine ; c’est pour ça que j’ai demandé au Conseil qu’il puisse m’accompagner pour qu’il témoigne de sa vision, de comment il voit la question des recherches et surtout, comment on le vit à l’intérieur des communautés.

4SB : Edmond, tu as notamment été Chef de la communauté et tu conti­nues à être actif auprès des tiens, mais quel est ton rôle actuellement ?

5Edmond Brazeau : En ce moment, je suis redevenu coureur des bois ! (rires) Je m’implique quand même avec le Conseil. Je suis ouvert à recevoir des gens. Je continue à m’impliquer avec des chercheurs quand ils viennent dans la communauté. Je trouve intéressant que les chercheurs viennent nous consulter pour que nous leur fassions part non seulement de nos expériences de vie, mais aussi de nos préoccupations en ce qui concerne les droits et l’acquisition de connaissances. Il ne faut pas oublier que nous sommes une communauté qui vit encore sans eau, sans électricité. On ne vit pas nécessairement comme dans l’ancien temps ; on a quand même de bonnes maisons. Nous avons essayé de refaire nos maisons pour qu’elles soient mieux qu’avant parce qu’il y a des questions de santé là-dedans. Avant, on vivait dans les tentes, mais à -30 °C, ça passait à travers.

6Comme le disait Doris, j’ai beaucoup accompagné les aînés et j’ai longtemps travaillé avec eux. Quand on consulte les chercheurs, c’est tou­jours agréable de les voir dans la communauté parce qu’on apprend à se connaître. Quand tu approches un aîné et que tu lui demandes « Raconte-nous ce que tu sais, ce que tu as à nous dire », il va s’asseoir et nous jaser longtemps. Bien souvent, même si tu as des préoccupations, des choses que tu as prévu faire, il faut rester là et écouter.

7SB : Est-ce que c’est toi qui accueilles les chercheurs qui viennent à Kitcisakik ?

8EB : Si on me demande de faire le travail avec eux, je le fais. Dans le passé, nous avons eu Jacques Leroux, qui est resté deux ans dans la communauté. Il a vu comment on vivait – comme faire du bois de chauffage en plein milieu de l’hiver. Il vivait le genre de vie qu’on vit.

9C’est sûr qu’on essaie de regarder tout ce qui nous préoccupe. En ce moment, on est beaucoup préoccupés par les changements climatiques. On trappe chaque année, on chasse, et on voit le changement. Avant, on pouvait avoir 20 pouces d’épaisseur de glace ; aujourd’hui, on ne voit plus ça, on ne voit peut-être que 10 pouces d’épaisseur. On ne peut même plus traverser au mois de décembre. Avant, on traversait tôt, au mois de novem­­bre, mais maintenant il faut attendre presque à la fin décembre. Le changement climatique est très préoccupant pour nous.

10SB : Quand un chercheur se présente chez vous, avez-vous des critères particuliers ? Est-ce qu’il y a des sujets ou des approches avec lesquels vous ne seriez pas en accord ? Ou privilégiez-vous un sujet plus qu’un autre ?

11EB : Une fois, un chercheur est venu pour une seule journée et il voulait avoir un paquet d’informations, mais ce n’était pas faisable. Il nous forçait à consulter les aînés, il voulait du travail très rapide. Mais ce n’est pas du jour au lendemain qu’on obtient ça. Je dois organiser des rencontres. Il faut d’abord les présenter, leur expliquer le projet et leur faire savoir ce qu’est le but du travail. Il faut apprendre à les connaître. Et ce ne sont pas tous les aînés qui sont ouverts, certains ne parleront pas à n’importe qui. Sans compter que ces temps-ci, il n’y a plus beaucoup d’aînés, ils sont en train de partir tranquillement. Ce sera nous maintenant les aînés ! (rires) Nous devrons prendre la relève.

12Il y a une aînée, Suzanne Brazeau, qui connaît beaucoup de choses. C’est avec elle que je m’entretiens régulièrement ; elle m’informe. Elle connaît aussi des choses sur le plan politique : ce qui s’est passé et les expé­riences vécues avec les ministères. Par exemple, dans le temps, les aînés ont réfléchi pour savoir si c’était bon ou pas qu’on aille à l’école des Blancs. Il y a eu beaucoup de conflits à travers tout ça, beaucoup de décisions qui n’ont pas été faciles à prendre. À un moment, il y en a un qui a décidé que nous devions aller à l’extérieur pour nous faire éduquer. C’est tout ça qu’ils ont gardé en mémoire.

  • 2  Ancien nom du ministère des Ressources naturelles et de la Faune.

13Les problèmes que les Blancs nous ont créés, il y pas mal d’histoires aussi là-dessus : l’extinction des attelages de chiens, les chiens qui ont été empoisonnés un peu partout par le ministère des Loisirs, de la Chasse et de la Pêche2. Mon père m’avait parlé de ça avant de mourir. Ce sont des histoires que nous avons vécues. Etgrâce aux aînés, elles sont maintenant mentionnées dans les recherches : tous les impacts, tous les produits chi­mi­ques sur notre territoire, les problèmes de santé que ça a causés.

14SB : Donc la documentation de votre vécu, autant de votre histoire que du présent, vous aide à garder en mémoire le passé pour les plus jeunes et défendre peut-être les dossiers…

15EB : Si on avait à revendiquer nos affaires, c’est avec cette documentation qu’on irait : « Vous nous avez causé tellement de dommages, maintenant payez ! » (rires) Ce serait un gros débat. Avec toutes les recherches que l’on a faites chez nous, on pourrait l’utiliser pour des revendications territo­riales aussi. Parce que quand on consulte les aînés, il faut s’assurer de bien les informer. Par exemple, dernièrement, on a fait l’arbre généalogique de la communauté et ça n’a pas été facile avec eux parce que certaines his­toires ouvrent des plaies. Eux aussi ils ont vécu des violences, connu la boisson et les agressions sexuelles avec les gardes-chasses. Ils avaient peur qu’on les mette en prison. Il fallait leur dire qu’on voulait juste savoir ce qui s’était passé. Alors que d’autres voulaient raconter leurs histoires pour qu’on sache la vérité et qu’on comprenne pourquoi on est comme ça.

16SB : Dans ce sens, les projets de recherche peuvent vous aider à compren­dre le passé et le présent. Tenez-vous un registre ou un répertoire de toutes les recherches qui ont eu lieu à Kitcisakik ?

17DP : Il y a un an, on a relancé le Conseil en place justement pour que nous puissions développer un protocole interne avec la communauté. On vou­lait entreprendre des démarches aussi pour répertorier toutes les recher­ches qui ont été effectuées jusqu’ici dans la communauté. On part de très loin. On avait aussi commencé à établir des contacts qu’on avait gardés avec certains chercheurs et qui étaient restés en contact permanent avec quelques membres de la communauté. On voulait recueillir aussi de la documentation dans les journaux parce qu’on a fait l’objet de plusieurs sujets d’actualité. L’idée était aussi de mettre sur pied un genre de Centre culturel pour qu’on puisse développer un système d’archivage que nos enfants pourront consulter et auquel l’école pourra avoir accès. Ça leur per­mettrait d’apprendre l’histoire de la communauté et tous les travaux de recherche qui ont été faits.

18L’autre projet qu’on voudrait voir naître, c’est de rassembler toutes les connaissances des aînés, ceux qui ont pu voir l’évolution de la commu­nauté et nous laisser ça en héritage. C’est important de transmettre des informations aux jeunes générations. C’est important aussi pour la transi­tion des futurs aînés, pour qu’ils s’approprient ce que les aînés avant eux ont toujours protégé. C’est vrai que nos aînés sont très méfiants, mais ils ont des raisons d’avoir développé cette méfiance. Comme je l’ai dit, il y a des chercheurs qui venaient voler leurs connaissances. Ils partaient avec toute l’information sans qu’il y ait de retombées pour la communauté.

19De nos jours, ce qui va être important dans la littérature des Pre­mières Nations, c’est de développer des outils que les chercheurs vont s’ap­proprier. Comparativement à ce que les aînés ont vécu autrefois, nous avons vécu de belles expériences jusqu’ici. Nous sommes aussi plus vigilants pour protéger la communauté et toutes ses connaissances. Il a tou­jours été clair pour nous que ce n’est pas la communauté qui doit s’adap­ter aux chercheurs, mais aux chercheurs de s’adapter au contexte de la communauté. L’anthropologue Jacques Leroux voulait apprendre de la communauté, il avait préparé toute sa méthodologie et le Chef qui était là lui a dit : « Ici, ça ne marche pas comme ça. Si tu veux apprendre de la com­munauté, tu vas devoir vivre avec nous. » Le Chef lui a permis de venir s’installer, justement pour qu’il puisse vivre avec les aînés. Aujourd’hui, on a de belles histoires de lui, de belles choses qu’il a pu vivre avec certaines familles. Aujourd’hui, on en rit, parce que c’était très drôle la façon dont les contacts se faisaient au début. Pour nous, ce sont de bons souvenirs que nous pouvons partager avec les autres. Si on avait un « Festival juste pour rire », je pense qu’il y aurait de belles choses qui pourraient être racontées !

20Je pense que c’est très important en tant que communauté des Premières Nations de se mettre des balises pour pouvoir s’approprier ses outils. Ce n’est pas donné à tout le monde, mais en même temps, c’est important que les chercheurs nous respectent dans le processus. Les universités pour­raient aussi éventuellement participer avec les communautés pour aller chercher d’autres sujets d’actualité qui n’ont pas nécessairement fait l’objet de recherches dans la communauté. Ce sont des approches qui sont inté­ressantes pourvu que ça se fasse dans le respect de chacun. On s’attend aussi à ce qu’il y ait participation des gens de la communauté. Les gens d’expérience, on va aller les chercher pour qu’ils apportent une contribu­tion à la recherche et pour la communauté.

21SB : Donc, une de vos exigences est qu’il y ait un retour des résultats de la recherche après celle-ci. Mettez-vous ça au clair avec les chercheurs dès le départ ?

22DP : Oui. Autant pour les prises de photos – pour lesquelles on a besoin d’obtenir des autorisations écrites – que pour les droits d’auteur. Aujour­d’hui, nous sommes davantage en mesure d’appuyer ces pratiques. Les chercheurs, quand ils arrivent, ne devraient plus se présenter juste comme ça dans nos communautés ; ils devraient être en mesure de se faire ac­cueillir et que les gens qui sont responsables de la recherche soient capa­bles d’évaluer la pertinence de leurs recherches. Sinon, si on ne met pas de protocole en place, on se fait envahir, les aînés risquent une « écœurite aiguë » et ils vont finir par fermer les portes ! C’est pour ça que c’est impor­tant, pour chaque recherche qui se fait, de respecter les gens sur place.

  • 3 Institut du développement durable des Premières Nations du Québec et du Labrador.

23SB : À l’époque où j’étais à l’IDDPNQL3, plusieurs communautés de différentes nations avaient vécu exactement ce que tu viens de décrire. Quelques personnes avaient soulevé l’importance de développer un outil ou un protocole parce qu’elles ne savaient plus comment répondre, com­ment gérer ça, car les demandes étaient tellement nombreuses, et les chercheurs débarquaient un bon matin et s’attendaient à récolter tout ce dont ils avaient besoin dans la journée pour s’en aller le plus vite possible. C’est dans cet esprit que le Protocole de recherche a été développé. Vous n’êtes donc pas les seuls ; c’est arrivé dans plusieurs autres communautés.

24EB : Quand les chercheurs ne se déplacent que pour une journée, je me demande comment ils vont faire par la suite pour présenter le contenu d’une entrevue qui dure une heure et demie ou deux heures et arriver à défendre nos droits et l’intérêt de la communauté. Ils vont de commu­nauté en communauté. Est-ce que ça va être la même opinion pour tout le monde ? C’est sûr que ça va être différent d’une communauté à l’autre.

25SB : C’est une bonne question à leur poser avant qu’ils commencent leur récolte d’information, d’exiger, même…

26Karine Gentelet : Je trouve intéressant ce que Doris disait plus tôt. On a souvent entendu parler des conséquences de la recherche pour ce qui est des droits d’auteur. Mais, de plus en plus, vous intervenez avant. Plutôt que de faire une énième recherche sur un sujet dont les gens dans la com­munauté ne sont plus capables de parler, vous aimeriez qu’on inter­vienne pour que les recherches profitent vraiment à la communauté. Autrement dit, que vous soyez partenaires avec les chercheurs pour définir ce sur quoi la recherche pourrait porter.

27DP : Oui. Et en même temps, ce qui est important quand on fait l’évalua­tion des recherches, c’est de vérifier les références, si le sujet de recherche a déjà fait l’objet de recherches dans un autre milieu. Ce sont tous ces aspects qu’on prend le temps de faire valider. Habituellement, on participe pleinement aussi à la présentation ; ce n’est pas le chercheur qui va décider comment il va faire son travail. Il y a quand même certains aspects qu’il doit considérer. Surtout en ce qui concerne les aînés. On s’assure toujours qu’il y ait des personnes très patientes. Ça prend beaucoup de patience de faire des entrevues avec la clientèle aînée et de ne pas se précipiter vers des sujets où on risque de « froisser » l’information. Quand on pose certaines questions, souvent, l’aîné ne va pas répondre de façon spontanée.

28Bien souvent, on voudrait avoir, non pas le plein contrôle, mais être considéré comme une partie intégrante de la recherche comme telle.

29KG : Souvent, la recherche peut-être déconnectée du milieu dans lequel elle prend place et, conséquemment, être peu attentive aux interactions humaines lors du processus de recherche. Sauf qu’il est vraiment impor­tant de tenir compte du contexte ambiant et il est intéressant que vous puissiez le rappeler aux chercheurs. Sur le plan de la protection de la popu­lation, pour vous qui êtes des décideurs, c’est certainement un enjeu très important.

30SB : Il est certain que, de préférence, l’implication des gens de la commu­nauté est nécessaire dans un projet de recherche pour s’assurer qu’il n’y a pas de questions inappropriées ou des gestes et des manières d’être aussi. Qu’aimeriez-vous que les chercheurs sachent avant de vous contacter ou de vous faire parvenir des projets de recherche ? Qu’aimeriez-vous qu’ils comprennent de votre peuple ?

31DP : Je pense que les universités devraient être une porte d’entrée pour les communautés. Il y a certains sujets que la communauté ne voudra pas nécessairement aborder. Je pense qu’on devrait plus faire un bilan de la recherche par rapport à la Nation algonquine. Plus ici pour la région et pour les communautés, parce que pour certains dossiers de recherche, on était en partenariat avec d’autres communautés. Bien souvent, nous avons aussi développé à travers ça le respect entre chaque communauté. On ne peut pas comparer le cheminement, l’évolution d’une communauté à l’autre parce que les sujets d’attraction ne sont pas nécessairement les mêmes et on n’est pas nécessairement au même diapason, au même niveau d’information, de cheminement, de vie communautaire. À la base, les chercheurs devraient être en mesure d’avoir déjà de l’information, avant même qu’ils mettent les pieds dans les communautés.

32Bien souvent, il y a aussi beaucoup de perte de temps. Quand un chercheur vient, il faut toujours l’informer sur la communauté, qui on est, d’où on vient. On a comme toujours un genre d’éducation à faire avant. Si eux prenaient le temps de se renseigner, de nous connaître, d’être au cou­rant quand ils arrivent – il y a quand même des outils intéressants de nos jours, comme le site Web. On ne réinvente pas l’histoire de la commu­nauté ; il y a plein de choses qui sont déjà là. Les aînés le disent souvent : « Je le dis une fois, mais c’est à toi d’assimiler l’information. » Nous avons beaucoup appris à respecter la tradition orale, même si de nos jours, on dit que les écrits restent, que les écrits sont importants. Traduire la tradition orale, qui fait partie de notre vie de tous les jours, c’est aussi important. C’est important de savoir comment on peut faire émerger les histoires de nos aînés qui étaient là avant nous et qui ne sont plus là ; de s’assurer de transmettre ces connaissances. C’est l’héritage qu’ils nous laissent et ce qui nous interpelle maintenant parce qu’il nous reste peu d’aînés. C’est impor­tant, avant que les chercheurs arrivent, de prendre le temps d’aller cher­cher cette information, leurs connaissances à ce moment précis. Pour qu’ils se rappellent que nous aussi, nous allons nous rappeler cette histoire et la perpétuer. Nous avons appris ça avec les aînés et c’est très important de faire toutes ces démarches.

33Aujourd’hui, quand on les compte au bout de nos doigts, ça nous fait quelque chose, c’est l’histoire qui s’en va. Il y a beaucoup d’information que nos aînés possèdent encore et il faut qu’on soit capable, à l’intérieur de la communauté, d’aller chercher cette information, ne serait-ce que de les enregistrer. Aujourd’hui, avec la technologie, on peut faire n’importe quoi avec ces données. On peut les mettre en image pour les montrer aux en­fants. On peut transmettre ces informations de la tradition orale vers des documents audiovisuels. Mais il s’agit toujours de le faire dans le respect des gens.

34SB : Cela me fait penser à des discussions qu’on avait avec certains cher­cheurs qui n’arrivaient pas à saisir pourquoi il y avait tant d’importance donnée au discours des aînés. D’expliquer aux chercheurs pourquoi le rôle et la place des aînés dans les sociétés autochtones sont complètement différents, beaucoup plus importants… Dans d’autres sociétés comme au Québec, ou même au Canada, chez les non-Autochtones, les aînés ne jouissent malheureusement pas du même statut ou du même respect. Ce n’est pas une chose qu’on explique souvent au début, mais qui vient forcé­ment dans la discussion.

35KG : On a le même genre de questionnement vis-à-vis du territoire aussi. C’est toujours une grosse énigme : pourquoi est-ce que le territoire est si important pour les Premières Nations ? Les gens ont du mal à comprendre cette relation très particulière.

36EB : Quand j’ai travaillé avec Jacques Leroux pendant deux ans, on a pro­duit un gros document contenant les légendes. On traînait les équipe­ments d’un bord à l’autre tout en s’assurant qu’on avait du financement pour faire l’achat des équipements. On se déplaçait pour aller voir les aînés. On ne s’obstinait pas avec eux, dans le sens où puisqu’on voulait les voir, c’est nous qui nous déplacions. Ça impliquait beaucoup de dépla­cements. Aujourd’hui, ça se fait encore, mais il faut juste prendre du temps avec eux.

37Bien souvent, quand on rencontrait les aînés, ils nous disaient : « Si je te raconte ça, tu vas tout oublier ? », ou : « Qu’est-ce que tu vas faire avec ça ? Tu vas mettre ça dans le placard et ça va rester là ? » Il faut se faire rassurant en partant : « Tout ce que vous allez dire ne demeurera pas dans un placard ; ça va être publié et être mis dans les histoires. On veut connaî­tre vos connaissances avant de mettre ça sous terre. » (rires)

38SB : Espérez-vous avoir des chercheurs anicinapek un jour ? Espérez-vous voir des chercheurs de votre nation faire le travail au lieu de personnes de l’extérieur ?

39EB : Ce serait bien parce que ça implique la traduction. C’est long la tra­duction. On a décortiqué des mots qu’ils utilisaient et dont on ne connais­sait pas le sens exact. C’est sûr que ce serait important.

40DP : Ce qui serait intéressant aussi avec les universités, disons pour des personnes comme Edmond ou d’autres gens de la communauté qui ont beaucoup travaillé sur les recherches, c’est qu’ils soient reconnus pour ce qu’ils ont développé et ce qu’ils ont acquis aussi. On se souvient d’une grand-mère d’une autre communauté qui a beaucoup travaillé à trans­met­tre ses connaissances. L’Université d’Ottawa a reconnu le savoir de cette personne. Ils ont développé un genre de reconnaissance pour ce qu’elle donnait. Je pense qu’il devrait y avoir des démarches dans ce sens-là pour les chercheurs autochtones, justement pour reconnaître ces personnes-là. Ce sont des personnes qui deviennent sacrées à la longue parce qu’elles ont tellement eu d’information. D’où l’importance qu’elles la transmettent aux générations qui suivent.

41SB : Pour les consentements, faites-vous signer quelque chose aux aînés ou s’agit-il d’un consentement oral ?

42DP : C’est un consentement oral. Et bien souvent, ils ne veulent pas qu’on prenne de photos. Certaines personnes n’aiment pas se faire prendre en photo. Mais ils autorisent qu’on prenne des images de la maison ou de l’environnement où ils vivent.

43Par rapport aux chercheurs et aux communautés qui participent en partenariat, je voulais préciser que ce que nous déplorons, c’est que, sou­vent, les chercheurs vont vouloir s’approprier l’histoire de la communauté. Ils vont vouloir transformer notre écriture de la façon dont eux l’enten­dent. Bien souvent, on avait des conflits à ce niveau. S’il y a d’autres cher­cheurs autochtones qui arrivent avec une autre vision des choses, bien souvent on se pose des questions : « Qui a raison dans tout ça ? » Ils vien­nent brouiller l’esprit des gens.

44EB : Selon les scientifiques, ça devrait être écrit comme ça. (rires)

45SB : Les exigences de différentes disciplines, c’est ça : c’est de synthétiser et d’interpréter ce qu’on entend.

46DP : Les chercheurs, aussi, quand ils viennent travailler, ne doivent pas se percevoir comme les spécialistes en la matière ou bien comme des spécia­listes de la langue algonquine. Nous avons récemment vécu un conflit entre deux chercheurs – un qui avait déjà son réseau et un autre qui avait étudié la linguistique – qui ne s’entendaient plus. Ça donne quoi de faire des travaux de recherche si les chercheurs eux-mêmes ne s’entendent pas ?

47SB : C’est sûr qu’il peut y avoir des conflits d’idéologie. Justement, par rapport à la tradition orale et à la langue, dans la nouvelle version du Pro­to­cole de recherche – c’était mentionné dans la première, mais pas assez clairement –, il est suggéré qu’on fasse une place particulière aux savoirs oraux, à la tradition orale, au même titre ou même plus que l’écrit ; que ce soit compris des chercheurs que la tradition orale est aussi légitime qu’un rapport de recherche validé par des professeurs d’université qui n’ont jamais mis les pieds dans une communauté autochtone. C’est sûr que, pour certains chercheurs, ça peut être difficile à concevoir, mais on veut le mettre au premier plan pour dire : « Prenez le temps d’y penser et de discuter de cet aspect avec les communautés, parce que vous allez vous le faire dire de toute manière en cours de route. »

48EB : Ce serait bon, avec toutes les recherches qu’on fait, d’être partenaires avec l’université, peut-être aussi de publier les recherches avec les univer­sités. Au moins, les aînés voient que tout ce qu’ils ont dit a eu une utilité et que c’est reconnu sur la place publique, parce que publié dans un livre. Je leur ai montré les travaux qu’on a faits – Au pays des peaux de chagrin et Terra incognita – et ils ont bien aimé. Les chercheurs qui viennent dans nos communautés, ils doivent se rendre jusque-là, il faut que les docu­ments soient écrits, produits et documentés.

49SB : Il y a de plus en plus de chercheurs qui sont ouverts à ça.KG : Oui, on perçoit de plus en plus cette ouverture. Je pense que les chercheurs ne savent pas toujours comment approcher la communauté ou comment faire, même s’ils ont de bonnes intentions – d’où la pertinence du rôle d’une personne comme Doris. Mais ils sont de plus en plus ouverts et intéressés à collaborer avec vous. Et finalement, les chercheurs qui ne sont pas ouverts n’iront plus dans les communautés. Il ne va vous rester que les gens qui souhaitent vraiment travailler avec vous. Par contre, vous allez certainement devoir expliquer clairement aux communautés ce qui se fait et ne se fait pas. Sans compter que le Protocole des Premières Nations peut aussi vous aider.

50SB : Mais il y a des communautés qui le font. À Kahnawake, par exemple, ils ont un protocole très strict. Tu n’y mets pas les pieds avec ton question­naire si tu n’as pas dûment obtenu une série de rencontres et d’autori­sations, etc.

51KG : C’est ce qui est intéressant dans les propos de Doris, qui disait que l’idée, c’est d’accompagner les chercheurs. Et c’est peut-être cet aspect-là qui va faire que ça fonctionne, qu’il y aura des recherches qui seront plus profitables aux gens et qui tiendront plus compte de la communauté dans laquelle ils travaillent.

52EB : On en a trois qui ont tenu debout dans la communauté et qui aujourd’hui sont devenus de hauts fonctionnaires. On les aide à avoir de grands chapeaux. (rires)

53SB : Il y a aussi la relation à long terme, les chercheurs qui restent après la recherche, avec lesquels vous entretenez des liens après des années, même s’ils ont terminé leurs travaux. Comment faites-vous pour développer une relation à long terme avec les chercheurs ?

54DP : Souvent, on va établir des alliances pour que ces chercheurs nous ouvrent des portes à d’autres niveaux. On cherche à solidifier les alliances avec la communauté, ouvrir des portes surtout à la communauté. C’est de faire en sorte qu’ils n’aient pas une vision restreinte de la communauté une fois qu’ils sont de passage. Les gens qui sont restés, aussi, habituellement, c’est parce qu’ils croient au développement de la communauté et ils nous rendent service à moyen et long termes. C’est ça qui est valorisant dans le travail avec les chercheurs. On leur dit aussi de faire très attention de ne pas venir ici pour parfaire leur CV ou pour s’approprier notre histoire. C’est très important d’établir un lien de confiance. Pour le Chef qui était là au début, l’accueil était toujours très cru : « Tu ne viens pas voler, tu ne viens pas te prostituer ici. » Mais ça finissait toujours par avoir de bons résultats. Aujourd’hui, on a un langage plus raffiné. (rires)

55SB : Ce que je retiens, c’est que vous souhaitez établir une recherche participative ou collaborative entre le chercheur et vous.

56DP : Oui, et c’est important aussi que, dans l’interprétation ou la rédaction des données, il y ait toujours le nom de toutes les personnes qui ont collaboré. Ce n’est pas au bénéfice du chercheur uniquement. C’est important de comprendre le sens de la notion du droit d’auteur. Il faudrait que la communauté ait toujours son mot à dire, qu’elle soit consultée tout au long de la démarche, même quand la recherche est complétée. Il faut que la communauté soit intégrée en tout temps. C’est une marque de respect.

57SB : Est-ce que c’est déjà arrivé que vous refusiez un chercheur ou que vous ayez à retrouver un chercheur pour le blâmer ?

58EB : Il y en a un qui avait juste une page ordinaire où il détaillait tout ce qu’il avait fait dans le livre et qui voulait venir dans la communauté. J’avais recommandé de ne pas l’approuver parce qu’il n’y avait pas de mention d’université, pas de lien, pas de référence.

59SB : Dans ces cas-là, vous ne les retenez pas ?

60EB : Non.

61DP : Parfois, c’est par téléphone ou bien de plus en plus par courriel qu’ils nous envoient de l’information. Mais quand les appels deviennent harce­lants, on dit carrément au chercheur qu’on n’est pas intéressés. On est capables d’évaluer aussi le comportement des chercheurs. S’ils n’ont pas une bonne approche ou si ça devient harcelant ou qu’il y a de l’arrogance, nous ne sommes pas intéressés. Certains chercheurs qui disent avoir une grande connaissance du monde autochtone font le saut quand ils débar­quent. On le voit dans le non verbal qu’ils se sont peut-être trompés au sujet de la communauté.

62KG : Edmond, quel message aimeriez-vous passer aux chercheurs ?

63EB : Assurez-vous d’avoir le financement quand vous arrivez.

64SB : C’est un bon point parce que j’ai vu des chercheurs qui pen­saient tout obtenir gratuitement, se faire héberger, faire traduire leurs entrevues et tout ça. On sous-estime souvent les coûts indirects de la communauté dans un projet de recherche.

65EB : Chez nous, ce n’est pas tout le monde qui va être disposé à faire ça. Ce n’est pas facile d’impliquer du monde.

66DP : Il y a certains chercheurs qui n’ont pas remis tout le matériel à la communauté et on ne veut pas devoir quêter nos documents. C’est impor­tant que les chercheurs apprennent aussi à lâcher prise avec la commu­nauté pour justement permettre à chacun de faire émerger ce travail de recherche, pour qu’on obtienne et qu’on gère l’information. C’est un message que je fais passer aux chercheurs.

67Pour ce qui est des gens qui reçoivent les chercheurs, ce qui serait intéressant, c’est de ne pas oublier que toutes les ressources dans une com­munauté sont importantes. On a toujours favorisé la diversité des per­sonnes. Chacun est unique dans ce qu’il est et ce n’est pas mauvais d’aller voir d’autres personnes. On se fait toujours dire que ce n’est pas toujours les mêmes qui doivent parler. Ça va être important d’identifier les ressour­ces de la communauté. On a quand même des forces et des faiblesses dans notre vie de tous les jours, ce n’est pas nécessairement toute l’information qu’on veut partager. Quand on veut faire participer la communauté plei­ne­ment, la diversité est importante. Ça veut dire varier les sujets et varier les ressources. C’est la clé du succès dans une communauté. Les gens se sentent faire partie intégrante de leur développement et c’est encourageant.

68EB : C’est important de souligner les noms des personnes qui veulent être identifiées dans les documents. Ce ne sont pas des fantômes qui parlent, mais de vraies personnes.

69SB : Mikwetc (merci) pour votre temps et pour cette entrevue.

Haut de page

Notes

1  Les propos de Doris Papatie et Edmond Brazeau ont été recueillis par Suzy Basile et Karine Gen­telet. Nous tenons à remercier le comité de direction de la revue pour son soutien dans la réalisa­tion de cette entrevue. Un grand merci également à Sébastien Laliberté qui en a réalisé la retranscription.

2  Ancien nom du ministère des Ressources naturelles et de la Faune.

3 Institut du développement durable des Premières Nations du Québec et du Labrador.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Doris Papatie et Edmond Brazeau , « Établir un partenariat avec les chercheurs et l’université qui puisse profiter à la communauté (entrevue) », Éthique publique [En ligne], vol. 14, n° 1 | 2012, mis en ligne le 04 février 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/965 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.965

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org