Navigation – Plan du site
Débat : L'indignation, l'occupation, et la suite ?

Pourquoi le mouvement Occupons a besoin de lobbyistes

Diane Bérard

Résumés

Le mouvement Occupons nous a démontré qu’il était fort côté tactique. Le moment est venu de prouver qu’il a aussi une stratégie.

Haut de page

Texte intégral

1En janvier 2007, dans un chalet à l’abri des caméras, Lee Scott, pdg de Walmart, rencontre Yvon Chouinard, fondateur de Patagonia. Une rencontre improbable entre le dirigeant d’une des entreprises les plus controversées de la planète et celui d’une des sociétés les plus admirées.

2Là où Walmart suscite la controverse, Patagonia éveille l’admiration. C’est qu’Yvon Chouinard est « l’homme du 1% »… L’autre 1%...

3Depuis 1996, Patagonia donne 1% de son chiffre d’affaires à des groupes environnementaux. Plus encore, Chouinard a créé le club du « 1% pour la planète » (2010), qui regroupe aujourd’hui plus de 1466 entreprises donnant chacune 1% de leur chiffre d’affaires à 2785 groupes environnementaux.

4L’anecdote du chalet, c’est Yvon Chouinard lui-même qui me l’a confiée lorsque je l’ai rencontré dans ses bureaux de Ventura Beach, en Californie. C’est Lee Scott qui a sollicité cet entretien. Rappelons que deux ans plus tôt, le 24 octobre 2005, lors d’un discours historique intitulé « 21st Century Leadership », le pdg de Walmart avait annoncé le tournant « vert » de son entreprise. Évidemment, personne n’y a cru. Et Scott a vite réalisé que « verdir » une entreprise et lui refaire une virginité ne se fait pas en criant « lapin » !

5Pour peaufiner sa stratégie verte, Lee Scott n’a pas consulté un environnementaliste. Il s’est plutôt tourné vers un autre pdg. Bien sûr, Yvon Chouinard n’est pas un pdg comme les autres. C’est un drop-out, trippeux de nature, devenu homme d’affaires malgré lui parce qu’il voulait permettre à d’autres trippeux de plein air d’avoir accès au meilleur équipement. Mais c’est tout de même un pdg.

6Yvon Chouinard vit en constante contradiction avec lui-même. En entrevue, il l’avoue volontiers. Être en affaires va à l’encontre de ses principes. D’abord, parce que tout processus de production abîme l’environnement. Et puis, le but de toute entreprise consiste à vendre le plus de produits possible à un nombre croissant de clients. Or, Chouinard croit que nous devons tous nous interroger sur nos besoins et consommer moins. Pourquoi diable est-il en affaires ? Parce qu’il est plus facile de changer un système de l’intérieur que de l’extérieur. « Nous avons l’intention et la volonté de prouver au monde des affaires qu’agir pour le bien de chacun n’est pas incompatible avec le fait de faire des bénéfices. »

7Yvon Chouinard n’a pas convaincu Lee Scott de faire de Walmart une championne de l’environnement. C’était le plan de Scott. Mais, ce jour-là, dans le chalet, le pdg de Patagonia a donné à son homologue de Walmart la petite poussée nécessaire pour qu’il n’abandonne pas.

8Cette anecdote incarne à mes yeux tout le défi des mouvement Occupons et de celui des Indignés : comment changer un système lorsque vous n’en faites pas partie ? Tout comme Yvon Chouinard, j’estime qu’il est plus facile de changer un système de l’intérieur. C’est pour cette raison que je suis devenue journaliste économique. Je fais partie de ces idéalistes qui croient qu’on peut changer le monde avec nos écrits. En tout cas, il faut essayer.

9Michel Tremblay a déjà dit qu’il fallait connaître ses classiques pour pouvoir ensuite écrire en joual. De la même façon, il faut comprendre comment fonctionne le système capitaliste, comment pensent les gens d’affaires, ce qui les fait courir, pour pouvoir ensuite les influencer et espérer ramener le capitalisme à des dimensions plus humaines et équitables. Un capitalisme plus proche de l’époque et de l’esprit où propriétaires et dirigeants étaient les mêmes. Un capitalisme où la philantropie – une philanthropie ancrée dans son milieu s’entend – allait davantage de soi.

10Je l’ai répété à maintes reprises, j’appuie le mouvement Occupons. J’appuie et je comprends la rage qui s’est accumulée dans le système. Notre Stephen Jarislowsky national répète régulièrement « que la priorité des conseils d’administration doit être de ramener la rémunération des dirigeants à des niveaux raisonnables et de réduire le fossé qui s’est creusé entre la rémunération de l’employé de premier niveau et celle de pdg ».

11Cette rage et cette indignation ne sont pas uniquement l’apanage des exclus du système et des gagne-petit. Elle bout aussi dans le cerveau et le cœur de plusieurs gestionnaires intermédiaires, pris entre l’arbre et l’écorce. Blâmés d’un côté par leurs employés pour des conditions de travail qui se détériorent. Et, de l’autre, préssés par leurs patrons à exiger toujours plus des autres et d’eux-mêmes.

12La colère existe et elle est légitime, mais ensuite ? Le mouvement Occupons a éveillé, mobilisé, conscientisé, rassemblé, dérangé. Maintenant, il doit infiltrer et s’infiltrer dans le système. S’il ne le fait pas, j’ai bien peur qu’il ne s’éteigne. Les instigateurs et les militants du mouvement Occupons sont (ont été ?) des bougies d’allumage. L’heure est venue de passer le témoin à ceux qui possèdent les ressources et les contacts pour faire rouler la machine à plein régime. Certaines de ces personnes se trouvent dans le mouvement Occupons. D’autres pas. D’où la nécessité de former des alliances. Le système capitaliste n’est pas composé que d’ennemis. Il comporte aussi des alliés. Les membres du mouvement Occupons doivent trouver ces agents de changements et établir avec eux la suite des choses.

13Le mouvement Occupons a été entendu. Maintenant, il doit être écouté. Et, pour cela, le message doit être relayé par des membres du système qui s’adresseront à leurs semblables. Tout comme Lee Scott a écouté Yvon Chouinard.

14Le mouvement Occupons a besoin de lobbyistes pour que son message se transforme en décisions et en actions. L’occupation, la protestation et les manifestations sont de bonnes tactiques de première étape. Mais, il ne faut pas confondre tactique et stratégie. La première n’est qu’une composante de la seconde.

15Le lobbying a mauvaise presse. Et pour cause. Il vise souvent la satisfaction d’intérêts privés au détriment du bien commun. Pourquoi ne pas en renverser la définition ? Et si, à travers son lobbying, le mouvement Occupons visait la satisfaction du bien commun au détriment d’intérêts privés ?

16On dit qu’il ne faut jamais « gaspiller une bonne crise ». Personne n’a souhaité celle que nous traversons présentement. Mais elle existe. Puisque nous devons la subir, autant qu’elle nous soit utile. Profitons de la colère et de l’insatisfaction qu’elle fait remonter à la surface pour ajuster un système qui a sérieusement dérapé. Mais, rappelons-nous que les laissés-pour-compte n’ont pas le monopole de l’indignation. Celle-ci se répand aussi à l’intérieur du système, et ce, à tous les échelons. Les indignés du système expriment leur indignation autrement, ou ils ne l’expriment pas encore. Il faut trouver un moyen d’aller la chercher pour donner de la force au mouvement. Pour que le « nous » soit plus fort.

17Le défi est de taille, j’en conviens. Certains membres du mouvement Occupons pourraient voir d’un mauvais œil une alliance avec des membres du système. Je leur répondrai que, parfois, la fin justifie les moyens. Or, dans le présent dossier, la fin est loin d’avoir été atteinte. L’indignation doit migrer vers l’action. Le mouvement Occupons nous a démontré qu’il était fort côté tactique. Le moment est venu de prouver qu’il a aussi une stratégie.

Haut de page

Bibliographie

Site 1% pour la planète (2010), [En ligne], [http://www.onepercentforthe planet.org/fr] (20 mars 2012)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane Bérard , « Pourquoi le mouvement Occupons a besoin de lobbyistes », Éthique publique [En ligne], vol. 14, n° 1 | 2012, mis en ligne le 04 février 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/949 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.949

Haut de page

Auteur

Diane Bérard

Diane Bérard est chroniqueur au journal Les Affaires. Elle a dirigé le magazine Commerce pendant huit ans. Régulièrement invitée à commenter l’actualité économique à la radio, elle est appréciée pour son style clair, direct et franc. Auteure de trois best-sellers (Deux filles le mercredi soir, Les fous du roi et J’ai perdu ma montre au fond du lac), elle emploie son énergie débordante à contaminer le plus de gens possible par sa passion du monde des affaires et de l’économie. Son blogue, « Le fil de Diane », traite de gouvernance et d’actualité internationale.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org