Navigation – Plan du site
Débat : L'indignation, l'occupation, et la suite ?

Vers un « printemps des indignés » en 2012 ?

Quelques réflexions sur les mouvements Occupy à Québec et ailleurs
Michel O’Neill

Résumés

Dans ce texte où il adopte la posture de l’observateur-participant, l’auteur propose d’abord quelques remarques sur la naissance, mi-octobre 2011, dans la ville de Québec, du mouvement Occupy. Il analyse ensuite certaines des caractéristiques de la période ou Occupons Québec s’est matérialisé dans un campement, entre le 22 octobre et le 22 novem­bre. Finalement, il propose sa vision de l’avenir du mouvement, à Québec et ailleurs, depuis le démantèlement de ce campement.

Haut de page

Texte intégral

En guise d’introduction : un message sur Facebook

1Le 4 novembre 2011, un indigné faisait un appel à tous sur la page du groupe Facebook du mouvement Occupons Québec. Afin de répondre aux ac­cusations des radios-poubelles de Québec prétendant que les personnes qui campaient depuis le 22 octobre dans la portion de la place de l’Uni­ver­sité du Québec du parc Saint-Roch étaient toutes des « parasites, des BS, des chômeurs » et autres épithètes du genre, il demandait aux occu­pants d’indiquer leurs nom, âge, occupation et motifs d’indignation. Joignant ma voix à environ 150 autres au cours des jours suivants, j’écrivais alors :

Je m’appelle Michel O’Neill. J’ai 60 ans. Je suis consultant et formateur en promotion de la santé sur les scènes locale, nationale et internationale ; sociologue de formation, je viens de prendre ma retraite de l’Université Laval après 30 ans comme professeur-chercheur dans le domaine de la santé commu­nautaire. Je participe au mouvement des indignés pour que mon petit-fils Mathias qui a 6 mois ait une planète où vivre décem­ment et parce que c’est une immense bouffée d’espoir face au cynisme qui nous gagne trop facilement (O’Neill, 2011).

2L’écriture de cet article me permet ainsi à la fois de regarder les quatre derniers mois et de réfléchir à l’avenir du mouvement, en tant qu’observateur-participant à cette aventure planétaire. Le texte qui suit se décline en deux temps. D’abord, quelques remarques sur les débuts du mouvement à Québec. Ensuite, quelques réflexions sur les avenues que, depuis le démantèlement du campement le 22 novembre 2011, le mouve­ment risque, selon moi, d’emprunter à Québec et ailleurs.

Les premiers mois d’Occupons Québec

Avant le campement

  • 1 http://www.facebook.com/groups/occupyquebec/ et http://www.facebook.com/occupyquebec
  • 2 http://twitter.com/#occupyquebec
  • 3 http://occuponsquebec.org

3Je retiens d’abord le rôle incontournable d’Internet et des médias sociaux. Occupons Québec sera sur Facebook1 ainsi que sur Twitter2 dès le début d’oc­tobre 2011 et aura son propre site3 vers la fin de ce même mois. Comme le lecteur pourra l’observer lui-même s’il va consulter, ne serait-ce que rapidement, les milliers de publications rédigées sur ces sites depuis le début d’octobre, leur capacité à mobiliser localement, à mailler nationalement et internationalement le mouvement de Québec et à susciter, de manière ni toujours élégante ni toujours consensuelle, des débats sur son pourquoi et son comment, est vraiment indéniable. Et c’est sur Internet que j’ai appris, comme bien d’autres, que l’appel à ce que se tiennent le 15 octobre 2011 des assemblées générales d’indignés partout à travers le monde avait trouvé écho à Québec.

4En second lieu, je retiens que le noyau dur des personnes qui ont lancé le mouvement à Québec était surtout composé d’étudiant-es gradué-es de l’Université Laval. Les premières réunions de coordination ont eu lieu au pavillon Charles-De Koninck de cette université, où réside notamment la faculté de Sciences sociales. La première assemblée générale des indignés de Québec, qui a réuni environ 250 personnes, était aussi représentée principalement par des jeunes, visiblement dans la vingtaine, à l’occasion avec leurs enfants, et de plusieurs baby-boomers ; les générations X et Y qui composent l’essentiel de la classe moyenne de la ville de Québec étaient toutefois notoirement absentes.

  • 4 http://www.facebook.com/photo.php?fbid=10151300690640533&set=o.248794141832831&type=1&theater

5Les organisateurs de cette première assemblée de Québec avaient clairement déjà très bien assimilé la culture des mouvements Occupy, initiée par Occupy Wall Street : mise de l’avant des valeurs de non-violence, d’ouverture et de tolérance ; absence de porte-parole officiel ; utilisation de la démocratie directe comme mode de fonctionnement avec tout un vocabulaire de gestes particuliers4. Résultat net, après plus de quatre heures de discussions enthousiastes mais décousues : il y aurait une seconde assemblée une semaine plus tard au parc Saint-Roch où, si l’établissement d’un campement était décidé, il serait beaucoup plus simple de s’y installer qu’au Carré d’Youville.

Pendant le campement

6Cette période dura un mois jour pour jour, entre le 22 octobre et le 22 no­vembre 2011. Même si le nombre de personnes présentes s’est étiolé au fur et à mesure où la Ville a rendu le fonctionnement quotidien du mou­vement de plus en plus pénible, en saisissant – sous prétexte de risque d’incendie – tout ce qui permettait de chauffer personnes et aliments, une remarquable solidarité entre indignés de tous âges, avec encore ici une majorité de jeunes, a régné durant tout le campement.

7Techniquement, il n’a jamais été clair si ce campement était vraiment illégal. Toutefois, après une période initiale de franche sympathie de la part du maire de Québec, les choses se sont gâtées après quelques jours. À la suite d’un début d’incendie dans une tente, pour lequel il n’a jamais été établi avec certitude s’il était lié ou non à des propos tenus quel­ques heures auparavant sur une radio-poubelle locale et interprétés par plusieurs comme incitant à la violence envers le campement, le maire a annoncé aux médias et confirmé lors d’une séance du conseil municipal son souhait qu’Occupons Québec continue ses revendications, mais démonte le camp qui, selon lui, distrayait des vrais enjeux portés par le mou­vement (Labeaume, 2011). À compter de cette date, des visites quoti­diennes y ont ainsi été effectuées par des agents de prévention des incendies, accompa­gnés de policiers, qui ont confisqué progressivement tout ce qui pouvait présenter de près ou de loin un risque d’incendie et tout ce qui pouvait être considéré comme une structure permanente. Souhaitant sans doute éviter l’affrontement direct et violent, comme ce fut le cas dans de nombreuses autres villes où l’on a démantelé des campe­ments du mouve­ment Occupy, les autorités de la ville de Québec ont probablement misé sur le fait que le froid et la lassitude auraient raison de l’enthousiasme initial des campeurs. Et force est de constater que cette stratégie a fonctionné, car au moment du démantèlement effectué manu militari aux petites heures du jour par des employés municipaux escortés de nombreux policiers, il ne restait qu’une poignée de personnes sur place. Une fois les biens confisqués restitués quelques jours après le démantèle­ment, la Ville pouvait se féliciter d’avoir vraiment bien joué ses cartes, le mouvement ne disposant pas, comme dans d’autres villes où des recours ont été intentés par les manifestants contre les municipalités, d’appuis légaux qui auraient pu lui permettre de contester la manière dont la Ville a procédé.

8Au fur et à mesure où les jours passaient et où il s’avérait complexe de maintenir la mobilisation, plusieurs des personnes à l’origine du mouve­ment à Québec retournèrent à leurs études – quelques-unes demeurèrent néanmoins significativement présentes – et furent rempla­cées par un amal­­game plus diversifié en âge et en provenance.

Après le démantèlement : marcher sur le chemin de l’espérance ?

  • 5 Occupons les ondes, les mercredis de 17 h à 18 h sur CKIA, 88,3 FM, Québec. Les émissions sont auss (...)

9Or, même s’il a fonctionné au ralenti en décembre et en janvier à la suite du démantèlement, le mouvement Occupons Québec a repris de la vigueur depuis février 2012. Diverses activités ont eu lieu sur une base régulière depuis ce temps, dont en particulier une émission de radio hebdomadaire5 qui a notamment réussi à obtenir une entrevue exclusive avec Stéphane Hessel, dont les ouvrages ont inspiré de manière notoire le mouvement mondial des indignés (Hessel, 2010 et 2011 ; Hessel et Morin, 2011). Si l’on se fie à ce qui circule sur le Web, à Québec comme ailleurs, le gros des énergies des mouvements Occupy à travers le monde est toute­fois concen­tré sur la préparation d’événements nationaux et internationaux qui auront lieu à compter du printemps 2012.

10Alors que 2011 restera célèbre notamment pour son « printemps arabe » et pour le fait que le magazine Time (2011)a désigné The protester comme sa personnalité de l’année, je ne serais donc pas du tout étonné que 2012 passe à l’histoire pour son « printemps mondial des indignés ». Qu’est-ce qui me pousse à penser cela ? En effet, bien malin qui pourrait aujourd’hui prédire où s’acheminera ce mouvement au cours des prochains mois et quelles formes prendront ses revendications et ses actions. La réponse la plus honnête à ce moment-ci est sans doute : personne ne le sait vraiment…

11Des experts reconnus dans l’analyse des mouvements sociaux tels Alain Touraine (2012), Helena Bejar (2012) ou Anne Muxel (2012), et des journalistes de haut niveau comme le directeur du Monde diplomatique (Halimi, 2012) ou Jeff Sharlet (2011) de Rolling Stone demeurent en effet très prudents. Ils soulignent entre autres, et avec justesse selon moi, le danger d’établir des filiations trop rapides entre le, ou plutôt les printemps arabes, les mouvements européens des indignés et les mouvements Occupy ; la diversité des revendications et des situations objectives en regard de l’économie ; et le manque d’arrimage des indignés (en particulier des jeunes) aux institutions qui traditionnellement s’occupent du politique dans nos sociétés (en particulier les partis politiques et les syndicats). Touraine avoue toutefois que le sentiment d’indignation présent un peu partout pour des raisons variables, même s’il est un « prémouvement » de nature plutôt « psychologique », fournit néanmoins « une base de départ forte » à partir de laquelle « […] une occasion, un événement de crise, un accident signe le départ du mouvement, c’est-à-dire d’une protestation sociale organisé » (2012).

12Nous y sommes déjà en Grèce et dans d’autres pays d’Europe, où pour reprendre une expression d’un autre temps, les « conditions objectives de la révolution » sont clairement réunies. Nous n’y sommes pas encore au Québec, où malgré le grondement des manifestations étudiantes, les assauts de plus en plus brutaux du gouvernement Harper et l’incurie du gouvernement Charest, « le confort et l’indifférence », pour reprendre l’expression de Denys Arcand (1981), demeurent les maîtres mots.

13Mais à l’échelle planétaire comme au Québec et même à Québec, un rien pourrait faire basculer les choses. Qui, même parmi les spécialistes les plus éclairés, aurait cru il y a encore deux ans qu’on assisterait à autant de révolutions dans autant de pays arabes ? En raison principalement de la manière dont l’information circule maintenant quasi hors de tout contrôle, malgré les efforts inouïs des États et des grands monopoles pour harnacher celle-ci, l’éveil de la « conscience de classe » globale des 99 %, pour reprendre ici encore un concept fort utile même si moins à la mode, est de plus en plus évident. Et les avenues à travers lesquelles les actions du 99 % se manifesteront, à l’intérieur, mais peut-être surtout à l’extérieur des institutions, n’ont pas fini de nous surprendre. Un exemple parmi bien d'autres : l’im­pact citoyen incroyable d’une organisation comme Avaaz, qui au moment d’écrire le présent texte, modifiait une fois de plus le cours des choses, en Syrie cette fois-ci (Avaaz, 2012).

14Reste à voir si ces actions, quel que soit le souhait des ténors du mou­vement des indignés, choisiront pour s’exprimer les canaux de la violence ou de la non-violence, attendu la répression qui a déjà commencé et dont l’ampleur sera à la mesure des craintes du 1 %, mon­dialisé et aux ressources incommensurables. Les risques d’escalade sont réels. Et sans doute faudra-t-il, ici comme ailleurs, un acharnement têtu pour suivre ce Chemin de l’espérance que deux nonagénaires, empreints d’une sagesse à la fois lucide et solidaire (Hessel et Morin, 2011), ont tracé avec grande clarté sous la forme d’un programme politique qui nécessitera une réforme profonde des institutions actuelles, tant nationales que mondiales. C’est à ce défi à la fois colossal, mais incroyablement stimulant, que nous sommes inéluctablement conviés au cours des mois et des années à venir, à travers et au-delà du mouvement des indignés.

Haut de page

Bibliographie

Arcand, Denys (1981), Le confort et l’indifférence, Office national du film du Canada, documentaire, 108 min 52 s, [En ligne], [http://www.onf.ca/film/
confort_et_lindifference] (6 mars 2012).

Avaaz (2012), Site d’Avaaz. Le monde en action, [En ligne], [https://secure.
avaaz.org/fr] (6 mars 2012).

Bejar, Helena (2012), « Mouvement des Indignados : quel avenir politique ? Rencontre de Marie Deshayes avec Helena Bejar », Sciences humaines, no 235, [En ligne], [http://www.scienceshumaines.com/mouvement-des-indignados-quel-avenir-politique-rencontre-avec-helena-bejar_fr_ 27366.html] (3 mars 2012).

Halimi, Serge (2012), « De Tunis à Wall Street, des citoyens en état d’alerte. Entrevue avec Serge Halimi par Sophie Clerc », Développement social, vol. 12, no 3, [En ligne], [http://www.revueds.ca/tunis-wallstreet-citoyens-etat-alerte.aspx] (3 mars 2012).

Hessel, Stéphane (2010), Indignez-vous, Montpellier, Indigène éditions.

Hessel, Stéphane (2011), Engagez-vous, Montpellier, Éditions de l’aube.

Hessel, Stéphane, et Edgar Morin (2011), Le chemin de l’espérance, Paris, Fayard.

Labeaume, Régis (2011), « Première période de questions des citoyens », Séance du conseil municipal de la Ville de Québec, 7 novembre 2011, [En ligne], [http://www.ville.quebec.qc.ca/apropos/vie_democratique/elus/conseil_municipal/seances/videosarchivees.aspx?f=CMVQ_111107_OR.flv] (29 fé­vrier 2012).

Muxel, Anne (2012), « S’engager. Rencontre entre Anne Muxel et Catherine Halpem : les jeunes ont un nouveau rapport au politique », Sciences humaines, no 235, [En ligne], [http://www.scienceshumaines.com/s-engager-rencontre-avec-anne-muxel-les-jeunes-ont-un-nouveau-rapport-au-politique_fr_28305.html] (3 mars 2012).

Occupons Québec (2012a), Occupons les ondes, Québec, CKIA, 88,3 FM, [En ligne, [http://occuponsquebec.org] (17 mars 2012).

Occupons Québec (2012b), Site d’Occupons Québec, [En ligne, [http://
occuponsquebec.org/occupons-les-ondes] (17 mars 2012).

O’Neill, Michel (2011), « Commentaire au message de Francis Caron, 8 no­vembre 2011 », Facebook, [En ligne], [http://www.facebook.com/ groups/occupyquebec/permalink/289929707695841/] (12 février 2012).

Sharlet, Jeff (2011), « Inside Occupy Wall Street. How a bunch of anarchists and radicals with nothing but sleeping bags launched a nationwide movement », Rolling Stone, [En ligne], [http://www.rollingstone.com/politics/news/ occupy-wall-street-welcome-to-the-occupation-20111110#ixzz 1oGosUbaG] (23 février 2012).

Time Magazine(2011), « Time’s person of the year. The protester », Time Magazine, [En ligne],[http://www.time.com/time/person-of-the-year/2011/] (14 fé­vrier 2012).

Touraine, Alain (2012), « Indignés, une protestation plutôt qu’un mouvement social. Questions à Alain Touraine par Justine Canone », Sciences humaines, no 235, [En ligne], [http://www.scienceshumaines.com/indignes-les-nouvelles-formes-de-protestation_fr_28437.html - 28440] (3 mars 2012).

Haut de page

Notes

1 http://www.facebook.com/groups/occupyquebec/ et http://www.facebook.com/occupyquebec

2 http://twitter.com/#occupyquebec

3 http://occuponsquebec.org

4 http://www.facebook.com/photo.php?fbid=10151300690640533&set=o.248794141832831&type=1&theater

5 Occupons les ondes, les mercredis de 17 h à 18 h sur CKIA, 88,3 FM, Québec. Les émissions sont aussi accessibles en différé à http://occuponsquebec.org/occupons-les-ondes/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel O’Neill , « Vers un « printemps des indignés » en 2012 ? », Éthique publique [En ligne], vol. 14, n° 1 | 2012, mis en ligne le 04 février 2013, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/947 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.947

Haut de page

Auteur

Michel O’Neill

Michel O’Neill est sociologue, consultant et formateur en promotion de la santé. Depuis sa retraite, il est professeur associé à la Faculté des sciences infirmières de l’Université Laval (Québec). Il est aussi expert senior à TRAASS international, Genève, Vienne et Québec.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org