Navigation – Plan du site
Débat : L'indignation, l'occupation, et la suite ?

Démocratie inc. : quand les citoyens reprennent leur pouvoir

Avec les contributions de Gwendoline Etheve et Julien Bechereau
Marie-Christine Aubin-Côté , Virgil Dupras , Jonathan Durand-Folco , Olivier Legendre et Pascale-Marie Milan

Résumés

À la suite du printemps arabe, nombre de citoyens des démocraties occidentales se sont regroupés sur les places publiques pour afficher ouvertement leur indignation par rapport aux dérives du système démocratique affaibli par un pouvoir financier grandissant. Ce texte retrace le chemin qui a amené les auteurs à investir l’espace public. Pensée comme un espace inclusif où le citoyen peut se réapproprier son pouvoir par la discussion, l’écoute et l’autoéducation au vivre ensemble, l’occupation se définit d’abord par sa pratique. Ce sont en effet des moyens alternatifs, et novateurs qui sont mobilisés pour faire face à la crise environnementale, politique, économique et sociale que le système économique capitaliste néolibéral exacerbe. De nombreux outils : réseau social international, réunions, bulletin heb­domadaire, actions, émissions de radios, créés durant l’occupation permettent aujour­d’hui au mouvement de se renouveler dans le but de redonner légitimité et force au réel pouvoir politique démocratique.

Haut de page

Texte intégral

1Après une année de contestation fulgurante à travers le monde, le Protestataire fut consacré personnalité de l’année 2011 par le magazine Time. De la place Tahrir en Égypte à Wall Street aux États-Unis, en passant par le Square Victoria au Canada, des campements de citoyens ont été érigés dans de nombreuses villes pour dénoncer les dérives de la démocratie et du système économique capitaliste néolibéral.

2Nous, auteurs de ce texte et acteurs de l’occupation de la place de l’Université-du-Québec du 22 octobre au 22 novembre 2011, ne sommes qu’une poignée d’individus parmi les milliers de citoyens du monde entier qui ont affiché leur indignation en 2011. Sans prétendre porter la parole de tous ces indignés dans ce texte, l’occasion nous est cependant donnée de contribuer au débat de société passionnant que ce mouvement protesta­taire a déclenché, en évoquant l’intense expérience qui nous amène aujour­d’hui à persister dans nos actions. Nous nous étions rassemblés avec le sentiment urgent de devoir agir pour répondre à la crise multiforme à laquelle nos sociétés font face au­jour­d’hui. La plupart d’entre nous sont des personnes ordinaires, sans passé d’engagement militant ou politique. Nous n’avons alors pas voulu institu­tionnaliser le mouvement sous la forme d’une organisation structurée dotée d’une histoire, d’un siège social, d’un nom, de moyens, d’un chef, d’une stratégie, d’un discours unique. À l’image de notre multiplicité, la forme qu’a prise notre regroupement vient du fait que nous sommes désordonnés, sans autre moyen pour avancer que notre volonté. Nous sommes aussi nomades, nous rediscutons sans cesse ce que nous avons acquis. Nous ne sommes d’ailleurs pas non plus issus d’un même « milieu », car il appartient à qui le souhaite de rejoindre ce vaste mouve­ment citoyen. Tentons quand même d’énoncer qui nous sommes et vers où nous voulons aller.

De l’indignation à l’occupation

3Le sentiment de devoir « agir maintenant » est probablement né du senti­ment d’urgence que ressentent les citoyens ordinaires par rapport à une crise économique, environnementale, politique et sociale de plus en plus perceptible à différentes échelles de la société. Cette crise semble s’ap­pro­fondir sous nos yeux sans que le système que nous nous sommes donné ne trouve de solution équitable, tout en voulant continuer d’apparaître comme rassurant. Les décisions gouvernementales ne respectent plus, selon nous, le contrat social démocratique que nos ancêtres nous ont trans­mis. Nous pensons que cette crise est le résultat d’une idéologie dominante prônant une soi-disant rationalité qui touche toutes les sphères de la société.

4Posée comme postulat du comportement individuel, la notion de rationalité est délicate à questionner. Cette idéologie tributaire des antres ethnocentriques du système de pensée occidental s’insère dans les mœurs populaires comme une théorie universelle, que les individus évoquent pour justifier une explication, une idéologie. Elle peut prendre la valeur d’une vérité, à l’instar du dogme religieux. Ramenée à l’économie, cette ratio­nalité s’insère dans les logiques du néolibéralisme au point qu’« elle n’est pas seulement – et n’est même pas d’abord – centrée sur l’économie. Elle consiste plutôt dans l’extension et la dissémination des valeurs du marché à la politique sociale et à toutes les institutions, même si le marché conserve en tant que tel sa singularité » (Brown, 2004).

5Alors que certains parlent de déshumanisation du système, d’autres affirment tout simplement que nous vivons désormais dans une oligarchie camouflée sous les apparences d’une démocratie représentative « mo­derne ». Le soulèvement populaire international contre les dérives du système financier et politique a donné aux citoyens indignés l’occasion de défendre un autre point de vue sur le monde. Nous regrouper physique­ment a permis de rompre avec l’isolement du « chez-soi », qui n’offre évi­demment pas les mêmes avantages que la place publique pour débattre de la question. Le soulèvement des peuples arabes pour renverser la dictature au printemps 2011 a rappelé aux citoyens cyniques et individualistes des démocraties occidentales qu’ils pouvaient contrer la dislocation de leur so­ciété démocratique en s’unissant pour se réapproprier leur pouvoir poli­ti­que. Nos dirigeants ne doivent leur légitimité qu’au fait qu’ils représentent la volonté du peuple qui les a élus et non des intérêts concentrés repré­sentés par des groupes organisés, souvent nommés lobbys.

En chiffres et en faits

6À Québec, l’occupation de la place de l’Université-du-Québec a attiré et brassé un nombre incertain de personnes, mais nous estimons à environ 3000 visiteurs et 200 occupants le nombre d’indignés qui ont fréquenté le site. Durant l’occupation, un sondage a été réalisé auprès d’un échantillon de 47 indignés (échantillon déterminé de façon non aléatoire, mais nous reconnaissons en ces résultats les occupants qui étaient sur le site). L’âge des répondants au sondage allait de moins de 18 ans à plus de 60 ans, avec une majorité de 19 à 45 ans. Les 47 personnes interrogées étaient majori­tairement des salariés (32 %), des étudiants (28 %), des travailleurs auto­nomes et des chefs d’entreprise (21 %) et 15 % étaient retraités, sans em­ploi ou autre. Les autres n’ont pas révélé leur âge ni leur occupation. Il y avait environ autant d’hommes (51 %) que de femmes (49 %), célibataires, en couple, parents et grands-parents. Les indignés venaient de milieux professionnels très différents, étaient de plusieurs allégeances politiques et avaient des emplois du temps variés (disponibilité de jour, de nuit, en semaine, les fins de semaine, le matin ou l’après-midi). Grâce à ces diffé­rentes disponibilités, nous avons pu maintenir une présence constante au campement. La nourriture et le matériel étaient fournis quotidiennement sous forme de dons par des citoyens et des groupes sympathisants qui provenaient de nombreux milieux. Aucune organisation préexistante (comme une ONG ou un syndicat) ne s’est chargée continuellement de la logistique, du matériel et des ressources. Certes, un comité a organisé la manifestation du 15 octobre, mais les membres de ce comité se sont consacrés à différentes tâches pendant l’occupation et ont laissé d’autres individus prendre en charge la gestion du campement, les relations avec les médias, la logistique, l’accueil du public, les communications, le matériel, l’aspect juridique, etc. De nouveaux comités se sont créés au fur et à mesure, dont la composition changeait constamment, à la différence des mouvements sociaux habituels où un noyau dur se charge en général de distribuer et coordonner les tâches. D’ailleurs, certains militants de longue date qui voulaient nous aider à gérer le campement ont souligné que l’esprit du mouvement ne permettait pas d’appliquer les modes de fonctionnement que les mouvements sociaux issus des années 1970 avaient développés, entre autres en raison d’un refus de la hiérarchie statique et des méthodes de ges­tion connues.

Le campement autogéré : apporter des solutions

  • 1 Pour une excellente introduction à ce sujet, voir Geneviève Olivier-D’Avignon (2009). Ce texte raco (...)
  • 2 Nous étions fonctionnels sans argent et sans organisation hiérarchique conventionnelle, par l’échan (...)
  • 3 L’empowerment, traduit en français par autonomisation, capacitation ou développement du pouvoir d’a (...)
  • 4 Nous référons ici aux analyses d’Habermas, qui distingue l’émergence de l’espace public critique et (...)

7L’occupation ne se définit pas d’abord par ses objectifs mais par sa pratique. Elle s’inspire, inconsciemment mais certainement, des divers campements alternatifs : Camp Action Climat, camps autogérés, No Border Camp, etc.1. Contre l’utopie qui demeure une pure spéculation, l’occupation constitue une « hétérotopie », un lieu autre mais réel, qui articule un contre-modèle exemplaire en marge de la société actuelle. L’une des nouveautés du mouvement des indignés (qui établit un véritable microvillage fonctionnant par démocratie directe et moyens d’échanges alternatifs2), c’est qu’il réalise de manière durable ce qui se manifeste généralement sous forme d’événements, d’expérimentations ponctuelles. Occupons Québec ne s’attarde ni aux problèmes climatiques ni à la pauvreté qui afflige le tiers-monde et nos villes, mais à tout cela à la fois. Nul besoin de violence ni de révolution globale pour renverser le système de l’extérieur ; « la négation du système se répand à l’intérieur du système par des pratiques alternatives qu’il suscite et dont les plus dangereusement virulentes pour lui sont celles dont il ne peut se passer. » L’occupation à l’automne 2011 n’était donc pas une manifestation dans le but de reven­diquer, mais un moyen en soi d’apporter des solutions. La nouveauté de cemouvement social explique en partie les critiques que nous avons reçues, selon lesquelles nous avions un « manque de revendications claires ». L’occupation construit un espace d’empowerment3, où la prise de parole et la responsabilité individuelle sont de mise, sans oublier l’écoute active et la conscience sociale nécessaires au maintien de l’organisation émergente. Autrement dit, les indignés se réapproprient et s’éduquent mutuellement aux conditions du vivre-ensemble, c’est-à-dire à la délibération et la prise de décision collective. Sur ce point, il semble que l’occupation ait été une réussite ; la rééducation spontanée et conjointe aux valeurs civiques n’a pas attendu les institutions scolaires ou l’espace médiatique miné par la mar­chandisation4. Les citoyens ont eux-mêmes pris en charge leur avenir en se redonnant directement un espace public dédié au dialogue et libéré de la rationalité instrumentale et économique. Pour reprendre des termes marxistes et habermasiens, nous avons résisté à la « colonisation du monde vécu » en retrouvant la valeur d’usage de lieux communs par delà la valeur d’échange omniprésente dans nos sociétés.

Quelle est la suite ?

8Lors de la manifestation du 15 octobre 2011 en soutien au mouvement Occupy, la montée d’adrénaline a surpris les manifestants eux-mêmes. L’horizon vers lequel regardait la petite poignée de citoyens sur la place d’Youville était étonnamment large. Était-ce seulement possible ? Avions-nous vraiment ce pouvoir ? Les citoyens ensemble, dans leur pluralité, se découvraient un avantage : David est bios politikos alors que Goliath est une machine, un système. C’est pourquoi la non-institutionnalisation du mouvement ne représente pas un déficit intrinsèque, une sorte de faiblesse qui signerait à l’avance la mort d’une contestation sans objet. Le caractère informel du mouvement, bien qu’il provoque de nombreuses difficultés sur le plan organisationnel, recèle également une force pluripotente qui lui donne le caractère d’une cellule-souche, lui permettant de se transformer et de réapparaître à tout moment.

9Les différents liens formés entre les indignés lors de l’occupation de la place de l’Université-du-Québec tiennent toujours. Ces liens se sont étendus à l’échelle de la province lors du Sommet des indignés les 2, 3 et 4 décembre 2011. Occupons Québec a donné naissance à un réseau social, pas seulement dans la sphère virtuelle, mais aussi dans la sphère réelle, instaurant ainsi le début d’une culture de face-à-face. Ceci constitue le premier pilier d’une authentique démocratie délibérative, qui conçoit la légitimité comme le fruit d’une discussion libre et inclusive, et non comme l’agrégation de préférences individuelles non examinées (votes et sondages d’opinion). La forme première qu’a prise l’indignation, c’est-à-dire l’occupation, semble bien avoir été le germe d’une rééducation démocratique, rendue possible par l’appropriation collective d’un espace public physique (et pas seulement abstrait). En ce sens, l’indignation future ne pourra plus se contenter d’espaces privés. Les occupants ont goûté à la joie des espaces communs inclusifs, où les rencontres inatten­dues, la ferveur partagée et la volonté de transformer le monde ont sonné le glas de l’indifférence.

10Ce nouveau réseau social a donné naissance non seulement à des actions directes, comme les Mic Checks chez McDonalds et à la Banque nationale de Limoilou en décembre 2011, mais aussi à différents projets en cours actuellement : Libérons les bus, visant à ramener le débat politique dans un lieu public (les autobus), l’émission de radio Occupons les ondes, le bulletin hebdomadaire et la préparation du Réveil d’Occupons Québec pour le printemps. De nombreuses occasions se présenteront également pour rassembler les citoyens, comme le jour de la terre le 22 avril, la jour­née mondiale des indignés le 12 mai, ou le 38e sommet du G8 qui se tiendra les 19 et 20 mai 2012 à Chicago, aux États-Unis. Le réseau international qui relie les différentes occupations d’espaces publics de 2011 permet de solidariser différentes localités.

11D’une position dans l’espace public qui nous donnait l’avantage d’être visibles, notre évacuation de cette avant-scène contraint maintenant les individus à venir à nous pour s’informer des outils que nous mettons en place. S’il faut du temps pour instaurer des changements, il nous faut dès maintenant prendre directement en charge notre devenir contre un système qui nous dépossède, ne pas attendre qu’un nouveau modèle social tombe du ciel et ne pas nous laisser persuader par les élites et le cynisme ambiant qu’il est inutile de résister. Pour apporter une réponse solidaire et globale à la question sociale qui nous interpelle tous, notre héritage juridique, institutionnel, cognitif et professionnel, loin d’être la cause d’inutiles dépenses publiques et d’un assistanat chronique, doit être réutilisé au profit d’un espace démocratique nouveau. Alors, à la question de savoir si l’indignation a ou non un avenir, nous répondons : « Il n’y a pas lieu de craindre ou d’espérer, mais de chercher de nouvelles armes » (Deleuze, 1990).

12Pour suivre occupons Québec, rendez-vous au www.occuponsquebec.org, où vous pouvez lire le bulletin hebdo­madaire tous les lundis matin.

13L’émission de radio Occupons les ondes est diffusée tous les mercredis à CKIA, 88,3 FM, Québec, de 17 h à 18 h. http://occuponsquebec.org/​occupons-les-ondes/​

Haut de page

Bibliographie

Brown, Wendy (2004), « Néolibéralisme et fin de la démocratie », traduit de l’américain par Philippe Mangeot et Isabelle Saint-Saëns, Vacarme, no 29 (automne), [En ligne], [http://www.vacarme.org/article1375.html] (20 mars 2012).

Deleuze, Gilles (1990), « Post-scriptum sur les sociétés de contrôle », L’autre journal, no 1 (mai), [En ligne], [http://infokiosques.net/imprimersans2. php3?id_article=214] (20 mars 2012).

Habermas, Jürgen (1978), L’espace public : archéologie de la publicité comme dimen­sion constitutive de la société bourgeoise, traduit de l’allemand par Marc B. de Launay, Paris, Payot. (Coll. « Critique de la politique ».)

Olivier-D’Avignon, Geneviève (2009), « De la production sociale du quotidien à la construction sociale de l’utopie : le Campement autogéré ». Thèse de doctorat, Québec, Université Laval.

Haut de page

Notes

1 Pour une excellente introduction à ce sujet, voir Geneviève Olivier-D’Avignon (2009). Ce texte raconte, analyse et interprète l’expérience de campements qui constituent une sorte de préfiguration concrète de la société à venir.

2 Nous étions fonctionnels sans argent et sans organisation hiérarchique conventionnelle, par l’échange de services, la coopération horizontale d’équipes de travail et la prise de décision par démocratie directe.

3 L’empowerment, traduit en français par autonomisation, capacitation ou développement du pouvoir d’agir, désigne la prise en charge de l’individu par lui-même, que ce soit au niveau familial, économique, politique ou social. Plus largement, nous pourrions définir ce terme comme suit : renforcement des capacités d’action, visant l’autonomie personnelle et collective.

4 Nous référons ici aux analyses d’Habermas, qui distingue l’émergence de l’espace public critique et son déclin par l’hégémonie des intérêts privés (publicité persuasive) (1978).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Christine Aubin-Côté, Virgil Dupras, Jonathan Durand-Folco, Olivier Legendre et Pascale-Marie Milan , « Démocratie inc. : quand les citoyens reprennent leur pouvoir », Éthique publique [En ligne], vol. 14, n° 1 | 2012, mis en ligne le 04 février 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/941 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.941

Haut de page

Auteurs

Marie-Christine Aubin-Côté

Marie-Christine Aubin Côté est étudiante au baccalauréat par cumul en économie, politique et anthropologie culturelle. Elle travaille actuellement pour un projet de boutique de science, appelé Accès savoirs, visant à permettre aux étudiants de faire des recherches répondant aux besoins spécifiques de la communauté.

Virgil Dupras

Virgil Dupras est programmeur informatique, travailleur autonome et amateur de philosophie politique, il gravite autour du mouvement Occu­pons depuis le 15 octobre.

Jonathan Durand-Folco

Jonathan Durand Folco est doctorant en philosophie à l’Université Laval. Ses recherches portent sur l’écologie politique, l’éthique de l’environne­ment et les études urbaines. Parallèlement à ses recherches universitaires, Jonathan est président de l’Association des chercheurs étudiants en philo­sophie (ACEP), et milite pour des causes environnementales et so­ciales variées (Moratoire d’une génération, Indignés de Québec, mouvement étudiant). Il participe également à la création d’une revue nommée Milieu(x), et à l’émergence d’une université populaire (Union des savoirs populaires de Québec) qui verra le jour au mois de mars 2012.

Olivier Legendre

Olivier Legendre est titulaire de deux certificats en Langue et cultures d’Asie et Langue et culture arabe. Il est aussi assistant-gérant d’une tabagie. Il fut présent du début du campement jusqu’à aujourd’hui. Son passé militant a débuté en 2005 lors de la grève étudiante. Ses intérêts divers le portent autant sur les sciences humaines (histoire, philosophie et politique) que sur les sciences naturelles (astrophysique, cosmologie et physique quantique).

Pascale-Marie Milan

Pascale-Marie Milan est doctorante en anthropologie en cotutelle à l’université Lyon 2 et à l’Université Laval. Elle travaille sur le tourisme et le changement social en Chine chez les Na, une société connue pour être sans père ni mari. Également militante, elle participe ponctuellement à de nombreux évènements alternatifs en France et au Québec. Elle fut pré­sente dès le début du mouvement et part aujourd’hui pour effectuer son terrain de recherche en Chine.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org