Navigation – Plan du site
Débat : L'indignation, l'occupation, et la suite ?

Le mouvement des indignés : une nouvelle étape dans la construction d’un autre monde

Raphaël Canet

Résumés

Le mouvement des indignés s’inscrit dans la continuité des luttes contre le néolibéralisme, qui se manifestent partout sur la planète depuis plus de trente ans. Fruit de la mondialisation de la résistance, il constitue une nouvelle composante dans la mouvance altermondialiste qui renouvelle son registre d’action. Dénonçant explicitement les oligarchies, il milite pour un renouvellement du politique et un approfondissement de la démocratie.

Haut de page

Texte intégral

1On aurait tort d’interpréter le mouvement des indignés qui a émergé au cours de l’année 2011 comme un phénomène conjoncturel sans grande profondeur. Certes, ce mouvement fut en grande partie spontané, mais cela ne veut pas dire qu’il ne s’inscrit pas dans la continuité de luttes et de mobilisations qui se manifestent à travers la planète depuis des décennies. Bien au contraire, nous postulons que le mouvement des indignés ne constitue qu’une forme innovante de lutte contre le néolibé­ralisme et qu’en ce sens, il participe de la mouvance altermondialiste dont il partage à la fois les valeurs et son combat pour un monde plus juste, solidaire et durable. Dans cette perspective, s’interroger sur l’avenir et la pertinence politique du mouvement des indignés implique tout d’abord de revenir sur ses conditions d’émergence.

2La lutte contre le néolibéralisme n’est pas nouvelle. Cela fait trente ans qu’elle dure. En fait, les peuples se sont opposés au néolibéralisme dès qu’ils ont pris conscience des conséquences sociales et des incidences directes sur leur vie quotidienne que ce modèle économique imposait. Cette lutte a débuté dans les pays qui furent les premiers touchés par les réformes néolibérales et qui ne disposaient pas de filets sociaux pour en différer temporairement les conséquences radicales pour leurs popula­tions. Il s’agit essentiellement des pays du Sud qui ont été soumis dès la fin des années 1970 aux plans d’ajustement structurel (PAS) du Fonds monétaire international, imposés comme conditionnalités des nouveaux prêts devant leur permettre de faire face à leur crise de la dette publique (Pérou, Bolivie, Tunisie, Philippines, Sénégal, Haïti…). Les peuples se sentaient abandonnés par leurs propres gouvernements, qui n’hésitaient pas à employer la force pour leur imposer les diktats des marchés finan­ciers internationaux. Depuis la crise financière et économique de 2008, c’est désormais dans les pays du Nord que les PAS, rebaptisés plans d’aus­térité, s’imposent. Et comme ce fut le cas trente ans plus tôt dans les pays du Sud, les peuples réagissent, en Grèce, en Espagne, en Angleterre, en Islande… Les crises sociales causées par le néolibéralisme se répètent. Mais la nouveauté, c’est que plus personne ne semble être à l’abri.

3Il existe cependant une différence fondamentale entre les révoltes sociales des années 1980 dans les pays du Sud et ce que nous observons actuellement à travers le monde. Alors que les premières apparaissaient comme des événements localisés, contextuels, sans lien entre elles, les secondes en revanche ont clairement une dimension mondiale. Le printemps arabe a inspiré les indignados espagnols, qui ont inspirés les protagonistes d’Occupy Wall Street, qui ont inspirés ceux d’Occupons Montréal, etc. Depuis trente ans, la pensée critique a évolué et nous assistons à une prise de conscience générale de ce que signifie le triomphe du capitalisme mondialisé. La naissance du forum social mondial, il y a dix ans, a fortement contribué à cette compréhension collective du monde dans lequel nous vivons, notamment en créant un espace de convergence pour toutes les forces sociales qui souhaitent construire un monde durable, juste et solidaire. Véritable innovation politique visant à faire progresser la mouvance altermondialiste du stade de l’opposition à celui de la propo­sition en misant sur la diversité des initiatives, des tactiques, des acteurs et des projets de société, le forum social s’est disséminé à travers le monde, porteur d’une nouvelle culture politique d’engagement citoyen. C’est un peu cela aussi que nous retrouvons aujourd’hui dans le mouvement des indignés, cette prise de conscience que nous sommes aussi des acteurs du changement social et que notre voix compte.

4Ainsi, au Maghreb, en Europe, en Amérique du Nord, des gens se sont levés pour dire qu’ils ne souhaitaient plus vivre dans un monde d’injustice, d’oppression et de corruption, où le pouvoir est accaparé par quelques-uns au détriment du plus grand nombre. En Tunisie, en Égypte, en Libye, en Espagne, en Grèce, en Grande-Bretagne, aux États-Unis, au Sénégal, en Russie…, les gens se sont réappropriés le seul espace qui leur restait, la rue, pour crier Kifaya, ça suffit !, Y’en a marre, comme les Zapartistes il y a plus de quinze ans au Chiapas mexicain ya Basta !. Certains ont pris pour cible leurs dictateurs, d’autres leurs gouvernements illégitimes, d’autres encore les bourses et la finance internationale, mais tous ont dénoncé le pouvoir exorbitant de l’oligarchie, ce 1 % qui ne cesse d’exploi­ter les humains et les ressources pour leur unique profit.

5Il semblerait donc que la mondialisation néolibérale ait engendré une mondialisation de la résistance. C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre le mouvement des indignés. Il est l’héritier de l’insurrection zapatiste qui, le 1er janvier 1994, a vu les autochtones du sud-est mexicain prendre les armes pour dénoncer le libre-échange et la « barbarie techno-marchande » qui mettaient en péril leurs communautés. Il est l’héritier du mouvement social de novembre-décembre 1995 en France, son plus vaste mouvement de grève depuis mai 1968, alors que la population se soulevait contre un plan de réforme draconien de la sécurité sociale et des retraites visant à hausser la cote du pays sur les marchés financiers mondiaux. Il s’inscrit aussi dans la continuité de la lutte contre l’Accord multilatéral sur les investissements (AMI) en 1998, des manifestations contre l’Organi­sation mondiale du commerce à Seattle en novembre 1999, du Sommet des peuples de Québec en avril 2001, des mobilisations contre le G8 à Gênes (Italie) en juillet 2001, des immenses marches contre la guerre du 15 février 2003, du NON à la constitution européenne de 2005 et, plus récemment, des mobilisations contre le G20 à Toronto (juin 2010) ou Nice (novembre 2011). Autant de mobilisations populaires d’envergure, raillées par les médias et les élites économiques et politiques comme des mouvements anti-mondialisation, stigmatisées comme des anomalies rétrogrades opposées au progrès et à la marche inexorable de l’Histoire, mais qui pourtant révèlent le dissensus croissant entourant le processus de mondialisation financière à l’œuvre. Révoltés arabes, indignés européens ou occupants américains, tous se sont rassemblés une fois de plus derrière le même message d’espoir : contre la pensée unique néolibérale, un autre monde est possible ! Contre les élites politiques et financières qui n’ont aucune considération pour leurs populations et monopolisent le pouvoir, indignez-vous !

6Et les causes d’indignation ne manquent pas. En fait, plus on révèle les mécanismes qui ont permis l’imposition de cette mondialisation néolibérale, plus on trouve de nouvelles raisons de se révolter. Que l’on songe à la manière dont nos chefs d’État et de gouvernements, prenant leurs consignes au Forum économique mondial de Davos, négociaient dans le plus grand secret des accords de libre-échange contenant des clauses de protection des investissements (Accord multilatéral sur les investissements (AMI), Zone de libre-échange des Amériques (ZLÉA), Partenariat nord-américain pour la sécurité et la prospérité (PSP)…). Que l’on se remémore la campagne de manipulation autour des armes de destruction massive orchestrée par les États-Unis pour justifier leur illégitime guerre en Irak. Que l’on observe l’empressement avec lequel les gouvernements occidentaux ont volé au secours des banques à la suite de la crise de 2007-2008, n’hésitant pas à investir près de 14 000 milliards de dollars pour les sauver. Que l’on compare cet activisme politique en matière économique et militaire à l’immobilisme patent qui entoure les négociations internationales sur les questions environnementales et surtout sur le réchauffement climatique (Copenhague, Cancún, Durban). Que l’on voit avec quel empressement on impose des plans d’austérité draconiens qui impliquent de faire porter aux populations le fardeau de la crise financière à coup de régressions sociales majeures (recul de l’âge de la retraite, baisse du salaire minimum, coupures généralisées dans les services et privatisations), alors que par ailleurs on peine à s’entendre sur l’impo­sition d’une taxe sur les transactions financières et l’abolition des paradis fiscaux. Que l’on observe le nombre de milliardaires qui ne cesse de s’accroître alors que nous n’avons jamais eu autant de personnes souffrant de la faim dans le monde. Il y a de quoi s’indigner.

  • 1  Dans son dernier ouvrage, Leurs crises, nos solutions (Paris, Albin Michel, 2010), Susan George, m (...)

7Certes, l’indignation n’est pas une politique. Mais elle apparaît aujour­d’hui comme un élément essentiel pour le renouvellement du politique. Le mouvement des indignés dénonce la dérive oligarchique, réactionnaire et conservatrice qui dénature nos démocraties. Nos élites, la classe de Davos comme l’interpelle Susan George1, se sont complètement coupées de la réalité des peuples. Plutôt que de rechercher le dialogue, elles choisissent la confrontation. L’impératif de solidarité a cédé le pas devant l’obsession sécuritaire. Dans un tel contexte, l’avenir du mouve­ment des indignés, c’est inexorablement de nouvelles mobilisations sociales pour exiger le retour de la démocratie dans nos sociétés, c’est l’espoir des peuples qui se rassemblent pour refonder un nouveau contrat social qui fasse une place aux générations futures. Cela passera sûrement par un renouvelle­ment complet de notre classe politique et une mise au pas du monde de la finance. Certains gouvernements progressistes ont déjà, depuis plusieurs années, compris le message et tendu la main et l’oreille aux mouvements sociaux. Les exemples sont nombreux en Amé­rique latine et se traduisent par l’adoption de constitutions très avant-gardistes (Équateur, Bolivie). Sur ce chemin de la compréhension des enjeux mondiaux et de notre nouvelle réalité sociétale du 21e siècle, nous avons tout à apprendre du Sud.

8Les solutions alternatives au néolibéralisme sont connues et la mou­vance altermondialiste ne cesse de les mettre de l’avant depuis plus de dix ans. Ne manque que le courage politique de les mettre en application. Cela passe par une rupture avec le régime oligarchique qui nous gouverne. Espérons que l’énergie du mouvement des indignés, de concert avec l’ensemble des luttes contre le néolibéralisme qui se développent à travers le monde, saura faire naître une réelle volonté politique de changement chez des dirigeants qu’il reste encore à trouver.

Haut de page

Notes

1  Dans son dernier ouvrage, Leurs crises, nos solutions (Paris, Albin Michel, 2010), Susan George, membre d’ATTAC (France) et du Transnational Institute (Pays-Bas), militante altermondialiste de longue date, décrit très pédagogiquement les impasses de la mondialisation néolibérale et les alternatives proposées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Canet , « Le mouvement des indignés : une nouvelle étape dans la construction d’un autre monde », Éthique publique [En ligne], vol. 14, n° 1 | 2012, mis en ligne le 04 février 2013, consulté le 22 juin 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/939 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.939

Haut de page

Auteur

Raphaël Canet

Raphaël Canet est sociologue et professeur à l’École de développement international et mondialisation de l’Université d’Ottawa. Ses recherches actuelles portent sur la mouvance altermondialiste et la dynamique des forums sociaux. Il a participé à plusieurs forums sociaux mondiaux (Mumbai-2004, Porto Alegre-2005, Caracas-2006, Nairobi-2007, Belém-2009, Dakar-2011). Dans une perspective de recherche activiste, il a aussi contribué activement au processus organisationnel des deux Forums sociaux québécois (2007 et 2009). Membre du collectif UNIAlter, il coordonne depuis plusieurs années, en collaboration avec diverses organi­sa­tions de la société civile, des délégations québécoises afin de participer à des événements militants internationaux (Forums sociaux, Sommets des peuples). Il est chercheur associé à l’Institut d’études internationales de Montréal, membre du conseil d’administration d’Alternatives, et du col­lec­tif d’analyse politique des Nouveaux Cahiers du socialisme. Il a récem­ment publié, en collaboration avec Pierre Beaudet et Marie-Josée Massicotte, L’altermondialisme : forums sociaux, résistance et nouvelle culture politique (Montréal, Écosociété, 2010).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org