Navigation – Plan du site
Zone libre

Trouver son intérêt, ou le perdre ?

Remarques sur les conflits d’intérêts en recherche
Éric Gagnon et Béatrice Eysermann

Résumés

La manière dont la question des conflits d’intérêts en recherche est généralement posée se révèle insuffisante. Elle ne permet plus d’en cerner tous les tenants et aboutissants ni de comprendre pourquoi elle tend aujourd’hui à se banaliser. Les conditions dans lesquelles s’exerce la recherche brouillent les cartes, introduisent une confusion dans les intérêts poursuivis par les chercheurs, et rendent ces intérêts plus difficiles à reconnaitre, à défendre et à hiérarchiser. C’est é la reformulation du problème que le présent article veut contribuer, d’une part, en examinant plus largement le contexte social et scientifique dans lequel la question se pose, et d’autre part, en montrant que les conflits d’intérêts se présentent de manière très différente en médecine et en sciences sociales. Cet exercice conduit à poser autrement le problème des conflits d’intérêts, à aller au-delà de l’intégrité des individus et de la bonne gouvernance pour réfléchir sur les finalités de la recherche.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ces réflexions sont inspirées des présentations et des échanges lors d’un colloque organisé par le (...)

1L’on s’entend généralement pour dire qu’il y a conflits d’intérêts en recherche lorsque la poursuite de certains intérêts particuliers compromet des intérêts supérieurs, comme l’objectivité de la recherche, la poursuite de la vérité ou la transparence des résultats1. Il y a conflit, par exemple, lorsque le chercheur (ou son bailleur de fonds) tire des avantages matériels à montrer l’efficacité d’un produit ; lorsqu’il recommande certaines mesures en faveur d’une population particulière en fonction de ses intérêts politiques ; lorsqu’il sacrifie à l’avancement de ses travaux de recherche la sécurité de ses patients ; ou, encore, lorsqu’il entrave le financement ou la publication des travaux d’un concurrent. Le conflit d’intérêts repose sur l’idée qu’en recherche, des valeurs comme l’objectivité, la rigueur et la transparence doivent toujours avoir préséance. Si les chercheurs poursui­vent ordinairement plus d’un intérêt, sans que ce soit condamnable, il y a conflit dès lors que ces intérêts menacent les valeurs et principes qui sont au fondement même de l’activité scientifique ; il y a conflit lorsque ces intérêts faussent le jugement professionnel d’un scientifique ou d’un admi­nistrateur, ou conduisent à des avis erronés, partiaux ou favorables à des intérêts privés. La critique repose sur un certain idéal de désintéressement du chercheur et d’indépendance vis-à-vis des pouvoirs politiques et économiques.

2Cette formulation du problème ne suffit toutefois pas à en cerner tous les tenants et aboutissants. Si elle réaffirme un certain nombre de principes aux fondements de l’activité scientifique, elle ne permet pas de comprendre pour quelle raison les défendre est devenu plus que jamais problématique. Les conditions dans lesquelles s’exerce la recherche aujour­d’hui brouillent en effet les cartes, introduisent une confusion dans les intérêts poursuivis par les chercheurs, et rendent ces intérêts plus difficiles à reconnaître, à défendre et à hiérarchiser. Les transformations que connais­sent actuellement l’activité scientifique et les universités rendent non seulement la question des conflits d’intérêts plus pressante, mais obli­gent à la reprendre à nouveaux frais. Il n’est pas certain non plus qu’elle se décline de manière identique dans toutes les disciplines. C’est à cette reformulation du problème que le présent article veut contribuer, d’une part, en examinant plus largement le contexte social et scientifique dans lequel la question se pose et, d’autre part, en montrant que les conflits d’intérêts se présentent de manière très différente dans les sciences biomédicales et les sciences sociales. Cet exercice va nous conduire à poser autrement le problème des conflits d’intérêts, à aller au-delà de l’intégrité des individus et de la bonne gouvernance pour réfléchir sur les finalités de la recherche ; à aller au-delà également de l’utilité et des intérêts immédiats des études et programmes de recherche pour penser plus largement leurs impacts.

Intensification et banalisation

  • 2  Voir l’Énoncé de politique des trois Conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains 2, (...)
  • 3  On a même vu récemment le gouvernement canadien aller très loin dans sa volonté de contrôler la re (...)
  • 4  Entre 60 et 70 entreprises de ce genre sont créées chaque année au Québec (Therrien, 2005 ; Piron, (...)
  • 5  Dans des universités américaines, c’est une partie de son propre salaire que le chercheur doit com (...)

3En recherche comme ailleurs, l’apparence de conflit d’intérêts est aussi importante que le conflit avéré. Un chercheur ne doit pas laisser croire que ses activités sont guidées uniquement ou principalement par des intérêts personnels, ou que ses résultats sont biaisés en faveur d’intérêts particu­liers. Le problème ne se limite cependant pas à reconnaître les conflits apparents, à sanctionner les conflits réels et à prévenir les conflits potentiels2. Dans un contexte où la recherche scientifique est de plus en plus « orientée », mise au service d’intérêts économiques, industriels et politi­ques, la question des conflits d’intérêts prend une toute nouvelle dimension. Quand il ne sert pas des intérêts privés, c’est aux intérêts des gouvernements que le financement public de la recherche doit prio­ritairement servir3. En plus de ses missions traditionnelles d’enseignement et de recherche, l’université doit désormais contribuer à la croissance éco­no­mique et à la productivité des entreprises, de même qu’à l’efficacité des institutions publiques. Afin d’optimiser les investissements en recherche et d’accroître leurs retombées, des partenariats se développent entre l’uni­versité, l’industrie et le gouvernement. La « valorisation » de la recherche prend diverses formes : prestations de services (contrat de recherche ou consultation), octroi de licences d’exploitation à des entreprises (utilisation de la propriété intellectuelle de l’établissement universitaire) ou créations d’entreprises dérivées (l’université ou des chercheurs s’associent avec des entrepreneurs privés) pour exploiter la technologie développée à l’uni­versité ou financer la recherche afin de parfaire le développement d’une technologie4. La commercialisation de la recherche et la participation accrue des chercheurs au transfert technologique sont davantage encou­ragées et soutenues par les gouvernements, dont les politiques de recher­che ressemblent en outre de plus en plus à des politiques industrielles. Cette commercialisation est également soutenue par les universités, en quête de nouvelles sources de revenus. Des postes universitaires pourront même être réservés à ceux qui obtiennent des chaires financées par l’indus­trie, au détriment des chercheurs qui travaillent dans des champs peu financés ou peu rentables pour celle-ci5.

  • 6  Pour un examen de cette transformation de la science classique en technoscience sur les plans de l (...)

4Si les collaborations entre l’université, l’industrie et les gouverne­ments ne sont pas nouvelles, le changement est ici radical. C’est la mission même de l’université qui est redéfinie : les orientations et la manière de faire de la recherche, jusque dans sa signification elle-même. De manière plus générale et plus profonde, nous assistons à la transformation de la science en technoscience, à l’abandon progressif du projet d’une science visant à expliquer le réel, par l’adoption d’une norme opérationnaliste d’effi­cience et d’accroissement de la capacité technique d’opérer sur le réel et de le modifier. La science devient un ensemble d’opérations techniques effectuées sur toutes les sphères de l’existence, afin de les corriger, de les transformer ou d’améliorer leur performance. Sa valeur se mesure par les effets produits sur le réel et par ce qu’ils rapportent sur le plan écono­mi­que6. Les applications de la science ne sont plus des « effets secondaires » de la recherche ; elles sont inscrites dans sa finalité et dans sa démarche. C’est ainsi que pour une majorité d’universitaires, le retrait du chercheur dans la tour d’ivoire n’est plus un idéal, mais une posture dépassée, sinon un défaut.

  • 7  Le mot est constamment utilisé dans l’Énoncé de politique des trois Conseils : Éthique de la reche (...)

5Dans le contexte d’une recherche essentiellement orientée vers des applications, d’un encouragement fait aux chercheurs de poursuivre leurs intérêts particuliers, et d’une valorisation du modèle de chercheur-entrepreneur qui doit constamment diversifier et augmenter ses sources de financement pour assurer la pérennité de son centre de recherche, la question des conflits d’intérêts en recherche prend ainsi une nouvelle importance. Quels intérêts la recherche sert-elle dès lors en premier ? Sur quelles bases se mesure la valeur des connaissances ? Si ces conflits deviennent plus fréquents et plus aigus, on peut craindre en même temps leur banalisation, dans la mesure où il devient normal pour un chercheur et une université de poursuivre des intérêts financiers et commerciaux au moyen de la recherche, ou encore de trouver des commanditaires pour lesquels il produit des résultats utiles. Un signe de cette normalisation est peut-être cette affirmation que l’on retrouve dans la plupart des textes portant sur la question, selon laquelle les conflits d’intérêts sont inévitables ou ne sont pas en soi contraires à l’éthique ; il faut seulement trouver le moyen de les « gérer »7, c’est-à-dire exiger du chercheur et de son com­manditaire une déclaration obligatoire de leurs intérêts, et parfois négocier la propriété des résultats de recherche, les conditions dans lesquelles elles seront rendues publiques et l’autonomie du chercheur.

  • 8  Intervention au colloque « Recherches au pluriel et conflits d’intérêts », voir note 1.

6Plus encore, la question même des conflits d’intérêts risque de perdre toute signification. Celle-ci repose sur une hiérarchisation des inté­rêts, sur la préséance des valeurs d’objectivité, de rigueur et de transparence sur les intérêts économiques, politiques et autres avantages particuliers. Or, tous ces principes et ces intérêts sont mis sur le même plan, quand la hiérarchie n’est tout simplement pas renversée en faveur des intérêts économiques. La question des conflits d’intérêts peut être posée, mais l’institution ne sait plus y répondre. Elle est de moins en moins désireuse ou même capable de défendre les intérêts et valeurs fondamentales de la science : la liberté académique et l’indépendance des chercheurs dans le choix de leur objet et dans l’analyse de leurs résultats, la diffusion et la libre circulation des connaissances, la critique des idées et des programmes de recherche, le désintéressement et la probité des chercheurs. « On cesse de défendre la pertinence des savoirs à vouloir défendre avant tout leur financement » (Paul Sabourin8).

7Dans ce contexte, il ne suffit plus de se demander si un chercheur ou un administrateur peuvent encore exercer leur jugement avec impar­tialité et rigueur ; il faut s’interroger sur ce que la recherche signifie pour ces personnes, et quelles finalités elle doit poursuivre. La question ne peut plus se limiter à l’intégrité personnelle des individus, mais elle doit inclure les intérêts que l’université ou le monde de la recherche, comme insti­tutions, incarnent et défendent. Les conflits d’intérêts sont une question politique – au sens large – et non simplement d’éthique professionnelle.

L’entreprise médicale

  • 9  Entre 40 et 50 % des chercheurs auraient reçu des cadeaux de l’industrie (autres que des contrats (...)
  • 10  Un médecin peut recevoir jusqu’à 1 500 $ par patient recruté dans le cadre d’un essai clinique.

8Les problèmes toutefois ne se présentent pas partout de la même façon. En recherche biomédicale, ce sont les liens très étroits entre la recherche et l’industrie médicale (tests, thérapies, médicaments et autres biotechno­logies) qui préoccupent le plus. Près de deux tiers des investissements en recherche et développement proviennent de l’industrie (Bekelman, Li et Gross, 2003). Outre les intérêts d’ordre académique (publication et avance­ment dans la carrière), les chercheurs ont différents avantages à collaborer avec cette industrie : des cadeaux9 et des voyages, de l’argent pour recruter des volontaires pour une expérimentation10 ou une bourse pour leurs étudiants. Ces intérêts sont parfois plus importants : des cher­cheurs peuvent avoir des parts ou des actions dans une entreprise ou encore des droits sur un brevet issu de la recherche. La plus grande partie du financement d’un laboratoire peut provenir de l’industrie.

  • 11  En France, on a récemment réévalué la prescription et le remboursement par la sécurité sociale de (...)

9Les impacts sont multiples et divers. Les relations de concurrence pour l’obtention de fonds dominent, au détriment de la recherche du savoir. Les activités à caractère entrepreneurial, comme la prise de brevet, seraient privilégiées avant les activités d’enseignement et les publications scientifiques. La recherche de financement privé (subvention, chaire, bourse d’études) crée deux catégories d’universitaires : les chercheurs-consultants et les enseignants. Elle influe sur l’enseignement lorsque l’étu­diant devient moins une personne qui fait l’apprentissage d’un savoir qu’un stagiaire ou un futur employé d’une entreprise ; sa carrière de recherche est déjà fortement orientée par son commanditaire ou futur employeur. Mais surtout, on reproche à la recherche financée par l’industrie pharmaceu­tique – les essais cliniques particulièrement – d’être souvent biaisée : conclusions favorables aux produits, absence d’un réel contrôle de l’effica­cité ou de comparaison avec les autres médicaments disponibles (Johnston, 2008 ; Bekelman, Li et Gross, 2003). En outre, des résultats défavorables ne sont pas rendus publics par l’entreprise qui finance une étude (ou leur publication est retardée), ce qui prive la communauté scientifique et médicale d’informations pertinentes. La libre circulation et l’évaluation des connaissances sont ainsi compromises. Le fait que le com­manditaire ou le chercheur ont intérêt à montrer la valeur d’un produit met sérieusement en doute la validité des résultats obtenus11. Comme le montrent des histoires récentes, il peut devenir difficile pour un chercheur d’évaluer sérieusement l’efficacité ou l’innocuité d’un médicament lorsque l’entreprise qui le fabrique fait des dons à son université ou y finance des recherches (Piron, 2010).

10Mais les répercussions ne s’arrêtent pas là. Ces liens entre la recherche et l’industrie ont des incidences sur le choix des objets de recherche et mettent en cause l’objectivité avec laquelle les études sont conduites. L’industrie définit en grande partie les domaines de recherche prioritaires ; elle a des représentants sur les conseils et comités qui décident des orientations et du financement public de la recherche. Elle finance le développement de thérapies qui présentent un intérêt commercial. Elle s’intéresse d’abord aux maladies qui frappent un grand nombre de per­sonnes dans les pays riches, celles pour lesquelles il y a un marché, et néglige les maladies qui s’attaquent à un petit nombre de personnes ou aux pays pauvres, les maladies dites « orphelines ». Un bon exemple de la domination de la recherche par la logique du marché est celui du domaine de la génétique (Bibeau, 2004). Les universités ont tissé des liens avec des entreprises, avec l’appui financier et juridique des gouvernements (subventions, exemptions fiscales, prêts et accès à du capital de risque, brevets et accords en matière de commerce) pour consolider des structures de recherche et le développement de technologies, et positionner le Qué­bec dans la « nouvelle économie » du savoir. La recherche en génétique promet la richesse collective, en plus d’une possibilité (très incertaine encore) de mieux traiter certaines maladies. Mais quels intérêts sert-on en premier lieu ? L’obtention des brevets sur les séquences du génome ainsi « découvertes », de même que l’utilisation des méthodes mises au point et, éventuellement, les thérapies qui en découleront, soulèvent des questions concernant le prix des thérapies et leur accès dans les pays les plus pauvres, en plus du problème posé par le brevetage de composantes biologiques humaines, végétales ou animales, qui appartiennent en principe au patri­moine commun de l’humanité. La commercialisation de la recherche géné­tique interroge sa finalité, le développement du dépistage génétique et celui de la médecine prédictive touchant un nombre croissant de traits génétiques non pathologiques. Mais la commercialisation de ce type de recherche pose aussi la question de l’utilisation future des données conte­nues dans les génobanques, avec tous les risques que cela peut comporter : violation du secret professionnel et risque de discrimination par les assureurs et les employeurs, par exemple.

11Dans ce contexte, les risques de conflits d’intérêts sont accrus, en même temps qu’ils deviennent souvent plus difficiles à reconnaître. Du seul fait qu’ils contribuent au développement de nouveaux traitements et au bien-être d’individus, les chercheurs ne se voient pas en conflit ; leurs intérêts personnels semblent toujours aller de pair avec ceux de la popu­lation. On se retrouve ainsi dans la situation étrange où les risques de conflits d’intérêts sont de plus en plus dénoncés, alors qu’aucun chercheur ne se sent personnellement concerné ou en faute. Les conflits d’intérêts, réels ou potentiels, ne sont plus perceptibles parce qu’on a perdu de vue les finalités de la recherche et ses impacts plus globaux. On juge à la pièce des intérêts immédiats d’une recherche sans s’interroger sur les conséquences de ces pratiques, comme les effets négatifs que les coûts des nouveaux médicaments peuvent avoir sur les systèmes de santé ou les priorités en matière de traitement. Il n’y a pas de réflexion critique sur les pratiques dans leur ensemble. En faisant de la recherche médicale un instrument d’innovation technologique et de développement économique, on néglige des préoccupations plus globales comme les iné­galités sociales dans l’accès aux soins de santé, et on oublie que les soins dont une population vieillis­sante a le plus besoin exigent peu ou pas de technologies.

12Dans la logique industrielle de la technoscience, on ne parvient plus à distinguer les intérêts personnels des intérêts collectifs de la recher­che, les intérêts économiques des intérêts de connaissance. Tout est égale­ment encouragé et valorisé, n’importe quelles fins peut justifier une étude. De cette façon, on finit par perdre l’intérêt premier à faire de la recherche, tout en croyant pourtant l’avoir trouvé.

Politique des sciences sociales

13Dans les sciences sociales, les choses se présentent différemment. Certes, la course pour le financement, la recherche de contrats, l’avancement dans la carrière et le prestige jouent un rôle important, et ne sont pas sans peser sur la conduite des chercheurs et le choix des objets d’étude. Divers modèles de collaboration entre les chercheurs et les groupes sociaux ont émergé (équipe « en partenariat », évaluation, expertise, formation), dans le but de produire des connaissances utiles à la résolution de problèmes économiques et sociaux, et peuvent aisément conduire à infléchir les résultats de la recherche en faveur des intérêts de ces groupes. Les diffé­rences entre la recherche universitaire et celle des firmes privées ou des organismes gouvernementaux se sont d’ailleurs beaucoup amenuisées : mêmes objets, mêmes méthodes, mêmes sources de financement, comme le faisaient remarquer deux chercheurs il y a déjà vingt-cinq ans (Bouchard et Vincent, 1984).

  • 12  L’organisme qui finance l’évaluation d’un programme est souvent le même qui finance le programme e (...)

14Mais c’est moins le rôle d’entrepreneur qu’endosse ici le chercheur, que celui d’expert, dont le savoir confère une autorité et que l’on appelle pour trancher une question dans un débat. Ses recherches et ses avis ont un impact sur les communautés et les individus, et servent certains inté­rêts : la modification d’une loi, la réduction ou l’augmentation de l’aide gouvernementale envers une collectivité, les représentations sociales d’un problème et de ses causes, l’image que l’on se fait de certains individus (stéréotypes, préjugés) ou que ces individus se font d’eux-mêmes (iden­tité). Qu’elle réponde à une commande de l’État ou qu’elle relève de l’initiative des chercheurs, qu’elle soit soutenue par les organisations ou la collectivité sur lesquelles elle porte ou qu’elle leur soit imposée, la recher­che sert toujours – volontairement ou non – des intérêts autres que ceux de la science. Certaines études ne servent parfois qu’à cautionner des décisions politiques. L’évaluation de programmes et de politiques n’est pas toujours indépendante – elle l’est même rarement. Des groupes, qui ont intérêt à les maintenir ou à les abolir, peuvent exercer diverses influences : méthodologie choisie, accès aux informations12. Ils se méfieront du cher­cheur, des intérêts qu’il poursuit ou de ses orientations idéologiques, et exigeront qu’il soit sympathique à leur cause. Le financement ou la réalisa­tion de recherches dépendent souvent des « partenaires », populations étudiées ou autorités politiques, qui estiment avoir un droit de regard sur les recherches les concernant, et qui souvent n’hésiteront pas à influencer ou même à contrecarrer la réalisation ou la publication d’une recherche qui menace leurs intérêts (comme les services ou le soutien financier qu’ils reçoivent de l’État, leur image publique, une nouvelle réglementation). En outre, les participants peuvent craindre les répercussions de leur collabo­ration à certaines recherches (retour sur des expériences douloureuses, utilisation des informations fournies par les services sociaux, la police ou les agents de l’immigration, etc.). Aussi s’attendent-ils souvent à des retom­bées, à ce que la recherche leur apporte quelque chose, contribue à amé­liorer leur sort ou celle de leur communauté. Ils en font même une condition de leur participation (et donc de la réalisation de l’étude ou de la valeur des données recueillies). Là encore, le chercheur peut-il se mettre au service de leurs intérêts sans compromettre l’intégrité de son travail ? Doit-il demeurer neutre ? Peut-il le demeurer ? Quelles sont ses premières allégeances ? L’expression « conflits d’intérêts » est peu utilisée en sciences sociales ; en revanche, on parle beaucoup de « conflits de rôles » pour désigner cet équilibre instable entre une posture de réserve et d’engage­ment vis-à-vis de son « objet », entre une position neutre de chercheur par rapport aux autorités et aux commanditaires et un statut d’expert qui vend ses services.

15En sciences sociales, le chercheur est partie prenante de son objet – les rapports sociaux et politiques qu’il étudie –, dont il ne peut ou ne veut entièrement s’extraire, assumant même parfois ouvertement son parti pris (Gagnon, 2009). Servir les intérêts d’un groupe ou d’une organi­sation peut répondre à une exigence de réciprocité : ne plus seulement pour­suivre ses propres intérêts (au premier chef : l’avancement de sa carrière personnelle), mais également ceux de la collectivité sur laquelle travaille le chercheur, et qui lui accorde temps et ressources. Il est également difficile parfois de faire la distinction entre le conflit d’intérêts et l’exercice d’un rôle de critique, entre la défense d’intérêts politiques, économiques et idéo­logiques, et l’engagement en faveur d’un groupe ou d’une commu­nauté, entre ce qui serait un manquement à l’intégrité scientifique et un choix éthiquement valable. Défendre les intérêts d’un groupe particulier dans un débat politique ou économique, loin d’être contraire aux idéaux scientifiques de transparence et de vérité, peut contribuer à élargir le débat, à favoriser la circulation de l’information et à entretenir l’esprit critique. Dans l’esprit même de la science, sinon de la démocratie ou de la justice, il peut s’agir de faire entendre un point de vue qui a peu ou pas l’occasion de s’exprimer. Les conditions dans lesquelles la recherche se fait, où interfèrent souvent des rivalités et des intérêts politiques et économiques de toutes sortes, obligent toutefois le chercheur à clarifier sa position, à décider à qui revient en premier lieu sa loyauté, sinon au risque de trahir les raisons pour lesquelles il fait de la recherche.

  • 13  Intervention au colloque « Recherches au pluriel et conflits d’intérêts », voir note 1.

16En un sens, les sciences sociales sont toujours en conflit d’intérêts. Que ce soit dans la recherche en milieu autochtone ou dans les pays du sud, portant sur les populations marginalisées ou sur les appareils et programmes gouvernementaux, le chercheur doit aujourd’hui négocier sa place (Martin Hébert13). Il ne peut cacher ses intérêts personnels (obtention de subventions, publications, promotion), comme il ne peut ignorer ceux des institutions qui financent sa recherche (gouvernement, ONG, par exemple) et ceux des groupes étudiés, qui hésitent de moins en moins à les faire valoir. En outre, ces intérêts changent avec le temps, ils se transfor­ment en même temps que la relation entre ces groupes et le chercheur. Celui-ci doit ainsi constamment se demander quels intérêts il veut conti­nuer de servir. Et s’il veut néanmoins conserver une certaine ri­gueur, il doit trouver un équilibre – toujours instable et qu’aucune métho­dologie ne peut garantir – entre engagement et objectivité.

  • 14  On le rappelait tout récemment avec vigueur à propos des poursuites judiciaires dont sont l’objet (...)

17Tout en affichant une prétention à l’objectivité, les sciences socia­les conservent une visée critique et normative. En raison de leur histoire et de leurs objets d’étude, elles ont un caractère intrinsèquement normatif (Habermas, [1968] 1976 ; Freitag, 1995)14. Elles demeurent au service d’idéaux politiques comme ceux de la lutte contre les inégalités, l’émanci­pation de l’individu, la reconnaissance d’une commune humanité par-delà les différences, etc. Les intérêts de connaissance sont toujours peu ou prou liés à la défense de ces idéaux plus élevés, en favorisant une plus grande justice sociale par exemple, ou en se portant à la défense d’un groupe marginalisé. Ils sont toujours liés à des intérêts politiques. Un chercheur n’aura pas le sentiment de trahir son éthique professionnelle parce qu’il défend des intérêts particuliers, mais au contraire parce qu’il ne les défend pas assez, parce qu’il trahit ses idéaux plus larges. Être en conflit d’intérêts, ce n’est plus ici trahir un idéal de neutralité, mais au contraire oublier les intérêts que le chercheur devrait servir en premier.

18La dimension normative des sciences sociales, comparativement aux sciences médicales, change donc la manière dont la question des conflits d’intérêts se pose. On est cependant confronté à la même difficulté pour reconnaître et hiérarchiser les intérêts. En sciences médicales comme en sciences sociales, le passage à la technoscience, en ajoutant ou en légiti­mant la poursuite de nouveaux intérêts, économiques ou politiques, a un double effet : d’abord, la recherche devient davantage l’objet de concur­rences et d’affrontements pour son contrôle ou son appropriation dans la défense d’intérêts particuliers ; ensuite, ces multiples intérêts ont tendance à faire perdre de vue toute finalité générale de la recherche, et il devient difficile de distinguer, de discuter et de hiérarchiser les différents intérêts en cause. Les études poursuivent chacune leurs propres objectifs, et s’arti­culent de moins en moins entre elles, fut-ce dans l’opposition et la controverse ; il n’y a pas de finalité commune, chacune répondant à des demandes particulières et à court terme. Toute l’attention est portée sur les intérêts immédiats que peut produire la recherche, intérêts qu’on ne peut départager ni apprécier au nom de finalités plus transcendantes d’ordre cognitif ou éthique : une meilleure connaissance de l’héritage culturel et des rapports sociaux, des citoyens plus instruits engagés dans l’espace public ou capables de s’orienter dans un monde en transformation, une plus grande justice sociale, etc. La banalisation, dont nous parlions plus haut, repose sur une égalisation et une confusion des multiples intérêts pou­vant être poursuivis. L’opérationnalisation de la technoscience, en méde­cine comme en sciences sociales, concentre l’attention sur l’efficacité im­mé­diate, et congédie toute réflexion sur ces fins supérieures, l’horizon de la recherche. À moins bien sûr que les chercheurs ne les ramènent sur le devant de la discussion et clarifient leur position.

L’avenir de la critique et les intérêts de connaissance

  • 15  Deux bioéthiciens n’hésitent pas à écrire : « Trust, the core ethical value in this issue, is esse (...)
  • 16  Dans ce dernier cas, il s’agit autant de leurs intérêts économiques que de leurs intérêts scientif (...)
  • 17  Peu de chercheurs pensent être en conflit d’intérêts ; ce sont toujours les autres qui le sont.

19La difficulté à penser la question des conflits d’intérêts se reflète jusque dans la manière dont elle est traitée par les institutions scientifiques. Des conflits d’intérêts en recherche, on semble en effet s’en préoccuper de plus en plus dans les milieux universitaires. On s’inquiète beaucoup de la crédi­bilité des connaissances produites et de la confiance que le « public » doit conserver à l’égard de la recherche, tout comme de la confiance que les cher­cheurs doivent maintenir envers leurs collègues et leurs commandi­taires15. Des mesures sont prises par les universités et les institutions de recherche pour y remédier, telle la déclaration obligatoire de leurs intérêts par les chercheurs ou les responsables des revues scientifiques16. Mais ces mesures n’ont de véritable effet que si la politique est connue, si l’on s’entend, au sein de la communauté scientifique concernée, sur ce que sont les situations de conflits d’intérêts, et si les chercheurs reconnaissent le problème et les conflits dans lesquels ils sont eux-mêmes placés. Cela exige des politiques lisibles et visibles, des définitions claires17 et des procédures bien expliquées, ce qui ne semble pas toujours être le cas (Williams-Jones et McDonald, 2008). À quoi servent les déclarations d’intérêts exigées des chercheurs, en effet, si elles ne sont pas accompagnées de règles relative­ment précises quant à la conduite à adopter ? Mais surtout, ces mesures auront peu d’effet si l’institution encourage en même temps un type de recherche qui favorise ultimement les conflits d’intérêts… Les universités semblent parfois avoir une double politique, sans craindre la contradiction.

  • 18  Ainsi que le recommande au Canada l’Énoncé de politique des trois Conseils : Éthique de la recherc (...)
  • 19  Dans la recherche médicale, le patient fait généralement confiance au médecin pour recevoir le mei (...)

20Sur cette question, les comités d’éthique de la recherche ne peu­vent pas non plus jouer un rôle important. Leurs actions portent essentiel­lement sur les rapports entre les chercheurs et les participants ou « sujets » de la recherche, afin de s’assurer de leur consentement éclairé et de prévenir toute atteinte à leur intégrité physique ou morale. Leur mandat et leur fonctionnement actuels ne permettent pas de déterminer et de parer les conflits d’intérêts sans la collaboration des chercheurs. Quel consentement éclairé les participants aux recherches peuvent-ils réellement donner concernant les intérêts personnels du chercheur18 ? L’énumération des sources de financement dans le formulaire de consentement leur permet-elle vraiment d’en saisir les implications ? Savent-ils vraiment à quoi ils consentent19 ? Et quel poids ce consentement peut-il avoir sur les grandes orientations touchant, par exemple, le développement des bio­tech­­nologies, quand les décisions sont prises par des commissions gouvernementales où siègent uniquement les acteurs les plus directement intéressés : scientifiques, industries et gouvernements ? Le soutien des gouvernements et les bénéfices de la recherche pour la société ne sont pas ou peu discutés publiquement (López, 2008).

21Les différentes mesures obligeant le chercheur à déclarer ses intérêts (ex. : ses droits sur un éventuel brevet) et ceux de son comman­ditaire ne sont pas entièrement inutiles : elles créent une certaine transpa­rence, et obligent les chercheurs à se poser la question des intérêts qu’ils veulent servir en premier. Elles écartent des comités scientifiques et des comités d’éthique, dans lesquels se prennent les décisions, les chercheurs les plus directement en conflits d’intérêts. Cependant, elles ne permettent pas de réfléchir aux finalités de la science ni à celles des institutions scientifiques dans leur ensemble. On peut craindre qu’elles ne servent au bout du compte qu’à protéger avant tout les institutions de recherche et les universités, à les prémunir contre les critiques et ainsi à préserver leur réputation.

22« Gérer » les conflits d’intérêts, comme le font les universités en négociant la propriété intellectuelle des résultats et les conditions dans lesquelles ils seront rendus publics, ou en garantissant l’autonomie du chercheur dans ses analyses, ses conclusions et ses recommandations, n’est certes pas mauvais. Mais ces mesures laissent hors de la discussion la question de fond, celle des raisons de faire de la recherche. La gestion des conflits d’intérêts vise à « réconcilier » les divers intérêts, plutôt qu’à les hiérarchiser. Comme le disait Hannah Arendt ([1961] 2005), dans les querelles académiques, les problèmes « méthodologiques » éclipsent souvent les questions plus fondamentales ; c’est un peu cela qui se produit lorsque l’on concentre son attention sur les moyens, et non sur les fins.

  • 20  Intervention au colloque « Recherches au pluriel et conflits d’intérêts », voir note 1.
  • 21  C’est de cette façon que le savoir scientifique se distingue le plus clairement de l’opinion, de l (...)

23La question des conflits d’intérêts devient ainsi une question admi­nistrative, une question déontologique particulière qu’il faut savoir gérer, alors qu’elle traduit d’abord une préoccupation et un malaise devant la disparition d’une certaine éthique scientifique, qui fut longtemps tenue pour une exigence dans la recherche de la vérité : s’affranchir de la pour­suite des intérêts économiques et politiques, exercer un travail critique pour se déprendre des préjugés et des idées reçues, soumettre ses idées et observations à la discussion libre et publique. La science a pu représenter une forme d’ascèse, si l’on entend par là une discipline et un relatif retrait du monde ou une distance critique. Mais que reste-t-il de cet idéal ? Les valeurs de neutralité et de scepticisme, de vérité et de curiosité, de partage et de critique des connaissances sont-elles encore celles qui animent l’acti­vité scientifique ? Sont-elles encore reconnues, partagées et défen­dues ? Un fossé n’est-il pas en train de se creuser de façon irrémédiable entre un certain idéal et les conditions actuelles de la recherche (M.-H. Parizeau20) ? L’idée d’un savoir désintéressé a-t-elle encore un sens ou est-elle devenue une idée absurde ou dépassée ? Par quoi alors est-elle et doit-elle être remplacée ? La contribution au développement économique que l’on attend de la recherche rend-elle obsolète l’idée qu’elle doit d’abord servir l’esprit critique ? C’est la nature même de l’activité scientifique qui est ici en cause, dans la mesure où la science – médicale ou sociale – se caractérise précisément par la production d’un savoir critiquable, par des résultats présentés et argumentés de manière à pouvoir être discutés et débattus, corrigés ou rejetés21 ; un savoir qui se soumet à la critique parce qu’il poursuit un projet ou un idéal sur lequel il importe aussi de débattre, si nous voulons que la science garde un sens.

24La question des conflits d’intérêts devrait ainsi conduire à s’inter­roger sur l’éthique scientifique, celle qui motive l’activité scientifique – et non uniquement sur l’éthique de la recherche, comme une somme de règles régissant les rapports entre les chercheurs, leurs commanditaires et les participants aux études. Une éthique de la transparence, de l’argumenta­tion et de la critique est plus que jamais nécessaire. Mais plus encore, elle doit conduire à poser la question des finalités et du sens de la recherche, des intérêts de connaissance, au sens où l’entend le philosophe Jürgen Ha­ber­mas : au-delà des intérêts instrumentaux et opérationnels plus immé­diats, le type de rapport que les hommes et les femmes veulent entretenir entre eux et avec la nature, et que la science peut favoriser. Les conditions actuelles de la recherche tendent à congédier cette question en pensant l’avoir résolue, question qui devient de fait de plus en plus difficile à poser. Les sciences sociales, disions-nous, en raison de leur visée critique, sont liées aux enjeux normatifs touchant les transformations de la société et des institutions, le monde que les hommes et les femmes désirent habiter. Les sciences médicales devraient se sentir tout autant concernées par ces enjeux. Elles doivent s’interroger non pas seule­ment sur les meilleurs trai­te­ments à développer et commercialiser, en aban­donnant toute justifica­tion critique sur ses démarches et son utilité (tenue trop souvent pour évidente), mais également réfléchir aux conséquences de ses pratiques (sur la santé des populations et l’évolution des systèmes de santé) et aux orientations normatives que ces pratiques sous-tendent (normes de santé, priorités en matière de soins).

Conclusion

25La manière dont la question des conflits d’intérêts est habituelle­ment abordée et la façon dont on y répond sont insuffisantes pour penser la pratique actuelle de la recherche et ses enjeux. Elles ne permettent pas de poser les questions de fond ni en médecine ni en sciences sociales, pour des raisons semblables – passage à la technoscience – et différentes – nature des disciplines. Il ne suffit plus d’opposer la conduite désintéressée à la conduite trop intéressée ou d’écarter des individus de certaines décisions, encore moins de se satisfaire d’une déclaration d’intérêts. La question des conflits d’intérêts pose la question de la finalité et de la nature de la recherche scientifique. Est-il possible d’en débattre ? De juger de la recherche que favorisent les universités et que financent les gouverne­ments, mais aussi de ce que font les collègues ou sa propre équipe ? La recherche repose sur la constitution d’un espace ouvert de discussion et de critique des idées, des méthodes et des orientations de la recherche. Le maintien de cet espace constitue sans doute la première réponse aux conflits d’intérêts.

Haut de page

Bibliographie

Arendt, Hannah ([1961] 2005), La crise de la culture, Paris, Gallimard. (Coll. « Folio Essais ».)

Bekelman, Justin E., Yan Li et Cary P. Gross (2003), « Scope and impact of financial conflicts of interest in biomedical research : a systematic review », Journal of American Medical Association, vol. 289, no 4, p. 454-465.

Bibeau, Gilles (2004), Le Québec transgénique. Science, marché, humanité, Montréal, Boréal.

Bouchard, Serge, et Sylvie Vincent (1984), « Une question de bonne compa­gnie », Anthropologie et sociétés, vol. 8, no 3, p. 9-27.

Clain, Olivier (1989), « Sur la science contemporaine », Société, no 4, p. 95-142.

Commission de la transparence (2011), « Séances consacrées à la réévalua­tion des médicaments de la maladie d’Alzheimer », Haute autorité de santé, [En ligne], [http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_1107930/videos-commission-de-la-transparence-2011] (6 février 2012).

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Instituts de recherche en santé du Canada (2010),Énoncé de politique des trois Conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains 2, [En ligne], [http://www.pre.ethics.gc.ca/pdf/fra/eptc2/EPTC_2_FINALE_ Web.pdf] (6 février 2012).

Fischbach, Ruth, et Joyce Plaza (2005), « Responsible Conduct of Research. Course 1 : Conflicts of Interest, Columbia University », [En ligne], [http://ccnmtl.columbia.edu/projects/rcr/rcr_conflicts] (1er février 2012).

Freitag, Michel (1995), Le naufrage de l’université, Québec/Paris, Nuit blanche éditeur/La Découverte.

Friedman, Paul J. (1992), « The troublesome semantics of conflict of interest », Ethics & Behavior, vol. 2, no4, p. 245-251.

Gagnon, Éric (2009), « Politique du cercle. Interprétation, éthique, sociologie », Cahiers de recherche sociologique, no 48, p. 15-26.

Habermas, Jürgen ([1968] 1976), Connaissance et intérêt, Paris, Gallimard.

Johnston, Josephine (2008), « Conflict of interest in biomedical research », dans Mary Crowley (dir.), From Birth to Death and Bench to Clinic : The Hastings Center Bioethics Briefing Book for Journalists, Policymakers, and Cam­paigns, Garrison, The Hastings Center, p. 31-34.

Larouche, Jean-Marc, et Anne-Marie Voisard (2010), « Noir Canada. Une recherche socialement responsable », Éthique publique, vol. 10, no 1, p. 105-121.

Lemmens, Trudo, et Peter A. Singer (1998), « Bioethics for clinicians : 17. Conflict of interest in research, education and patient care », Canadian Medical Association Journal, vol. 159, no 8, p. 960-965.

López, José Julián (2008), « Inclusion/exclusion à l’ère du postpolitique », dans Éric Gagnon, Yolande Pelchat et Robertson Édouard (dir.) Politiques d’intégration, rapport d’exclusion, Québec, Presses de l’Université Laval, p. 55-68.

Piron, Florence (2010), « La citoyenneté scientifique contre l’économie mar­chande du savoir », Éthique publique, vol. 12, no 1, p. 79-104.

Therrien, Aline (2005), « Valorisation de la recherche biomédicale et création d’entreprises dérivées à l’Université Laval ». Mémoire de maîtrise, Québec, Université Laval.

Williams-Jones, Bryn, et Chris McDonald (2008), « Conflict of interest at Canadian universities : clarity and content », Journal of Academic Ethics, vol. 6, no1, p. 79-90.

Haut de page

Notes

1  Ces réflexions sont inspirées des présentations et des échanges lors d’un colloque organisé par les auteurs de l’article dans le cadre de l’ACFAS à l’Université de Montréal en mai 2010 : « Recherches au pluriel et conflits d’intérêts ». Des communications ont été présentées par Camille Assémat, Gilles Bibeau, Gérard Duhaime, Martin Hébert, Annie Laliberté, Ghislaine Mathieu, Nathalie Mondin, Catherine Montgomery, Marie-Hèlène Parizeau, Christiane Rochon, Paul Sabourin, Bryn Williams-Jones, communications auxquelles nous ferons à l’occasion référence. Les idées ici défendues n’enga­gent cependant que les deux auteurs.

2  Voir l’Énoncé de politique des trois Conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains 2, publié par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et les Instituts de recherche en santé du Canada (2010).

3  On a même vu récemment le gouvernement canadien aller très loin dans sa volonté de contrôler la recherche pour des raisons politiques, notamment en supprimant le caractère obligatoire du ques­tionnaire long du recensement ou en cessant de financer la Fondation canadienne pour les sciences du climat et de l’atmosphère. Il s’agit de réels et manifestes écarts à la norme garantissant l’indépendance de la recherche en pays démocratique.

4  Entre 60 et 70 entreprises de ce genre sont créées chaque année au Québec (Therrien, 2005 ; Piron, 2010).

5  Dans des universités américaines, c’est une partie de son propre salaire que le chercheur doit compléter avec des subventions.

6  Pour un examen de cette transformation de la science classique en technoscience sur les plans de l’épistémologie, de l’idéal de la science formelle (remplacement des mathématiques par la cyberné­tique), de la subdivision des disciplines scientifiques (constitution des « programmes de recherche ») et du remplacement de la théorie comme explication de l’étant par la systématisation des opérations techniques exercées sur le réel, voir l’article important de Clain (1989). Voir également Freitag : « […] la science [classique] s’occupait encore du réel et […] les variables n’étaient pour elle que des indices. Maintenant, elles sont la réalité même à laquelle est confrontée partout notre attitude opérationnelle qui ne cesse de les multiplier à mesure qu’elle veut affiner son emprise, ou ses prévisions, ou ses programmes, ou ses évaluations » (1995 : 51).

7  Le mot est constamment utilisé dans l’Énoncé de politique des trois Conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains 2. On ne précise cependant pas beaucoup ce que cette gestion signifie. Au chapitre consacré aux conflits d’intérêts, il est écrit : « Les chercheurs doivent divulguer, dans le dossier de recherche qu’ils présentent au CÉR [Comité d’éthique de la recherche], tout conflit d’intérêts personnel, qu’il soit réel, potentiel ou apparent, ainsi que tout conflit d’intérêts institutionnel susceptible d’avoir une incidence sur leur projet de recherche. » L’application de cet article précise que « [l]a gestion des conflits d’intérêts est un processus dont la première étape est la détection, suivie de la divulgation » (Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Institut de recherche en santé du Canada, 2010 : 103).

8  Intervention au colloque « Recherches au pluriel et conflits d’intérêts », voir note 1.

9  Entre 40 et 50 % des chercheurs auraient reçu des cadeaux de l’industrie (autres que des contrats et des subventions) (Lemmens et Singer, 1998 ; Johnston, 2008). Voir également Bekelman, Li et Gross (2003).

10  Un médecin peut recevoir jusqu’à 1 500 $ par patient recruté dans le cadre d’un essai clinique.

11  En France, on a récemment réévalué la prescription et le remboursement par la sécurité sociale de médicaments visant à réduire les symptômes de la maladie d’Alzheimer. Ces médicaments à l’efficacité modeste et aux nombreux effets indésirables avaient été recommandés par un panel d’experts dont plusieurs avaient des liens d’intérêts importants avec les firmes qui fabriquent les médicaments en question. Ils agissaient à titre de conseillers scientifiques pour ces entreprises (Commission de la transparence, 2011).

12  L’organisme qui finance l’évaluation d’un programme est souvent le même qui finance le programme en question.

13  Intervention au colloque « Recherches au pluriel et conflits d’intérêts », voir note 1.

14  On le rappelait tout récemment avec vigueur à propos des poursuites judiciaires dont sont l’objet les auteurs d’un livre qui dénonce la conduite des compagnies minières canadiennes en Afrique : pillages, destructions de l’environnement, expropriations, compromissions avec les dictatures, etc. (Larouche et Voisard, 2010).

15  Deux bioéthiciens n’hésitent pas à écrire : « Trust, the core ethical value in this issue, is essential in the scientific poursuit of the truth » (Fischbach et Plaza, 2005).

16  Dans ce dernier cas, il s’agit autant de leurs intérêts économiques que de leurs intérêts scientifiques, qui les placent en concurrence avec d’autres chercheurs, et qui peuvent nuire à leur objectivité dans l’évaluation des manuscrits.

17  Peu de chercheurs pensent être en conflit d’intérêts ; ce sont toujours les autres qui le sont.

18  Ainsi que le recommande au Canada l’Énoncé de politique des trois Conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains 2 (Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Institut de recherche en santé du Canada, 2010).

19  Dans la recherche médicale, le patient fait généralement confiance au médecin pour recevoir le meilleur traitement.

20  Intervention au colloque « Recherches au pluriel et conflits d’intérêts », voir note 1.

21  C’est de cette façon que le savoir scientifique se distingue le plus clairement de l’opinion, de l’idéologie ou de la croyance, et non par l’objectivité de ses résultats, dont l’épistémologie depuis plus d’un siècle a montré le caractère problématique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Gagnon et Béatrice Eysermann , « Trouver son intérêt, ou le perdre ? », Éthique publique [En ligne], vol. 14, n° 1 | 2012, mis en ligne le 03 février 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/936 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.936

Haut de page

Auteurs

Éric Gagnon

Éric Gagnon est sociologue, chercheur au Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale à Québec. Ses travaux portent sur le droit et l’éthique dans les soins de santé, sur l’exclusion sociale et la marginalité, ainsi que sur la famille. Il a publié sur ces questions de nombreux articles et plusieurs ouvrages, dont Les comités d’éthique. La recherche médicale à l’épreuve (Québec, Presses de l’Université Laval, 1996), Les promesses du silence. Essai sur la parole (Montréal, Liber, 2006) et Éclats. Figures de la colère (Liber, 2011).

Articles du même auteur

Béatrice Eysermann

Béatrice Eysermann détient un doctorat en anthropologie. Ses recherches sur l’exclusion sociale et les sans-abri l’ont amenée à poursuivre ses travaux au Québec. Interpellée par les questions éthiques soulevées sur le terrain, elle poursuit désormais sa carrière dans le domaine de l’éthique de la recherche. Elle est aujourd’hui professionnelle de recherche et coordon­natrice du comité d’éthique de la recherche au Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale (Québec, Canada), où elle travaille notamment sur le thème des conflits d’intérêts dans la recherche et sur les thématiques croisant exclusion sociale et système de santé.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org