Navigation – Plan du site

Présentation

Suzy Basile , Karine Gentelet , Allison Marchildon et Florence Piron

Texte intégral

Présentation du dossier « Peuples autochtones et enjeux d’éthique publique»

1Kwei, Bonjour,

2Nous sommes très heureuses de vous présenter ce numéro consacré aux enjeux d’éthique publique et aux Peuples autochtones. Nous tenons d’abord à remercier les personnes qui ont contribué à ce numéro par l’écriture d’un article ou par leur participation à une entrevue portant sur les enjeux de l’éthique et de la recherche avec les Peuples autochtones. Le principe de réciprocité (qui stipule qu’il faut donner à son tour pour recevoir en retour – dans le présent cas, il est question de la relation entre les chercheurs et les communautés autochtones), principe à la base des relations chez plusieurs Peuples autochtones, a vraisemblablement été respecté dans ce numéro par le partage d’un espace de discussion avec les principaux partenaires de la recherche, soit des représentants des Peuples autochtones, ainsi que par la place laissée à des auteurs qui proposent de nouvelles façons de faire de la recherche « avec » les Peuples autochtones plutôt que « sur » ces derniers.

3Nous vous présentons un numéro à plusieurs lectures. Chaque lecture est représentative des multiples dimensions et enjeux qui traversent le champ de l’éthique touchant les Peuples autochtones actuellement. Chaque lecture est également représentative des différents acteurs et institutions impliqués dans l’élaboration et la mise en œuvre de cette éthique. Celle-ci est doublement croisée et, conséquemment, doublement plus complexe puisqu’elle met en scène une nouvelle forme de relations institutionnelles et humaines. C’est aussi une éthique sous tension qui appelle un rééquilibrage des dynamiques et des relations de pouvoir entre les producteurs des normes éthiques et les destinataires de ces normes.

4Néanmoins, nous sommes convaincues que ce numéro contribue à tracer un portrait fidèle de la situation et des débats actuellement en cours dans le champ de l’éthique impliquant les Peuples autochtones, que l’on soit ici au Québec, au Canada ou partout ailleurs dans le monde où les Peuples Autochtones sont impliqués dans une démarche de réappropriation identitaire et de réaffirmation politique.

5La première lecture doit se faire à travers les différents profils de l’éthique impliquant les Peuples autochtones. Le numéro propose des textes qui traitent de l’éthique de l’action publique, mais aussi de l’éthique de la recherche. Ces deux profils de l’éthique sont importants parce qu’ils représentent le fondement d’une relation renouvelée entre un État et des peuples qui ont été longtemps marginalisés. Au cœur des enjeux de l’éthique de l’action publique et de l’éthique de la recherche, il y a la nécessité de contrôler la définition de l’identité, de l’image de soi et, conséquemment, la nécessité de contrôler la structure qui viendra soutenir ou imposer cette image et cette identité. La lecture des différents textes nous montre que cette nécessité, cette importance fondamentale de contrôler la définition de l’identité et des conséquences structurelles de cette identité, se retrouve finalement dans beaucoup de sphères sociales, culturelles, politiques et économiques. En ce sens, lorsque l’on parle d’éthique, qu’elle soit publique ou destinée à la recherche, il s’agit avant tout de la mise en place d’un paradigme aux multiples dimensions ; un paradigme à large spectre.

6La deuxième lecture se fera à travers l’appréhension de la conceptualisation de l’éthique par rapport à la pratique de l’éthique, qu’elle soit publique ou destinée à la recherche. Les textes de ce numéro proposent une réflexion sur l’avant autant que sur l’après du moment éthique. C’est-à-dire que chacun à leur façon, ils examinent soit les modalités entourant la naissance des procédures éthiques, soit l’action de ces modalités.

7Cette lecture porte donc sur le moment qui détermine l’éthique. Loin d’être une notion reliée à la conception du temps, la notion de moment doit être plutôt perçue en termes d’étape ou même de mouvement. Ce moment est finalement ce qui va permettre à l’éthique de prendre possession de l’action publique ou de la recherche et d’amorcer le mouvement vers l’autre, vers le respect de l’autre et de son essence.

8Le troisième type de lecture doit porter sur la posture des contributeurs quant à leur réflexion sur ce que doit être l’éthique de l’action publique et de la recherche. Ce n’est pas tant l’identité qui va déterminer cette posture – même si elle est très importante – que la conception de l’autre et de la place de l’autre au sein d’une relation dont le principe est qu’elle soit éthique, juste et respectueuse. Plus encore, la posture des contributeurs est déterminée par le mouvement qu’ils décident de faire vers l’autre. En effet, dans ce numéro, vous retrouverez les positions de chercheurs qui ont réfléchi à la question de l’éthique, mais qui ont aussi réfléchi autour de la notion d’une relation plus juste et représentative à la fois des relations de pouvoir et des enjeux auxquels font face actuellement les Peuples autochtones à travers le monde. Et en ce sens, ils se positionnent au sein d’une dynamique et d’une démarche qui les engagent vers l’autre. Vous retrouverez également le point de vue de représentants d’organisations autochtones, ces « partenaires » si souvent impliqués de près dans les différents projets de recherche universitaires, mais que l’on entend rarement sur le sujet de l’éthique de la recherche les concernant. Ils nous livrent, à leur manière et à leur rythme, ce que constitue pour eux l’éthique de la recherche et l’éthique publique, et ils partagent leurs attentes et leurs stratégies pour que leurs expériences passées, leurs conceptions et leurs besoins soient pris en compte. Leur démarche est aussi imprégnée de ce mouvement, de cette posture et de cet engagement vers l’autre. À leur manière, ils cherchent à redéfinir une dynamique et des relations de pouvoir qui leur permettraient enfin de contrôler la définition de leur identité et des processus susceptibles de soutenir cette identité, que ce soit dans l’action publique ou dans la recherche.

  • 1  Alison Jones et Kuni Jenkins (2008), « Rethinking collaboration. Working the indigene colonizer hy (...)

9Peut-être l’aurez-vous compris, mais pour nous, l’éthique, peu importe qu’elle soit publique ou destinée à la recherche, est avant tout une question de relations et d’engagement vers l’autre. Un engagement qui ne doit pas être vu comme militant, mais comme un processus de construction de ponts ou encore de trait d’union, pour reprendre une expression d’Alison Jones et Kuni Jenkins (2008)1. L’éthique met également en exergue que ces relations doivent être perçues avant tout comme des relations humaines. Et qu’à travers l’éthique, il est question de qualité de ces relations, mais aussi de savoir être avec soi – au sein de son propre peuple et avec l’autre, le chercheur, ou vice versa. Les propos, les opinions et les conseils des coauteurs et représentants des organismes et communautés autochtones, que le lecteur retrouvera dans les pages suivantes, sont le fruit d’une attention particulière portée à ceux qui « subissent » et qui tentent maintenant de participer au mieux à la recherche.

10Même si les procédures en éthique, notamment dans le milieu de la recherche, sont désormais très institutionnelles (à défaut d’être « conviviales »), cela n’enlève rien au fait qu’à la base, ce sont des personnes qui vont à la rencontre d’autres personnes. Conséquemment, la qualité de la relation devrait devenir une norme importante dans l’atteinte du résultat attendu par les deux parties. De plus, « l’après-recherche » et les liens tissés entre le chercheur et la communauté autochtone sont tout aussi importants, sinon plus que la recherche elle-même. Nous espérons que le lecteur pourra puiser dans le présent numéro afin de mieux saisir les démarches proposées aux chercheurs travaillant en contexte autochtone.

11En ce sens, nous vous présentons un numéro important parce qu’il témoigne de l’implication d’individus et de peuples qui étaient considérés, il n’y a pas si longtemps encore, comme « sujets » de recherche. Ce dont nous sommes le plus fières, c’est que ce numéro leur donne une place et leur (re)donne la parole. Ce sont désormais des acteurs à part entière. Et des acteurs engagés dans le respect de leur point de vue et de leur démarche de travail et de recherche ; engagés pour promouvoir leur propre vision de l’éthique au profit de leur communauté et des générations futures.

12Ce numéro se veut le témoignage d’un processus en marche, celui de la décolonisation de l’éthique. Un numéro qui appelle au dialogue entre ceux qui font la recherche et ceux qui en sont les destinataires/récipiendaires.

13Nous espérons que ce numéro d’Éthique publique permettra aux futurs chercheurs et surtout aux futurs décideurs, aux gestionnaires de la recherche, de faire des choix éclairés, pertinents et respectueux en matière de sujet et de méthodologie de recherche. L’un des piliers de la décolonisation de la recherche et de l’éthique est le fait de prendre en considération les aspects historiques et les impacts de la colonisation que rencontrent les Peuples autochtones et d’en tenir compte pour le développement des futurs projets de recherche. Reconnaître ces faits permettrait ainsi d’encourager les efforts rigoureux que font les communautés autochtones et les organisations qui les représentent afin de proposer aux chercheurs des lignes directrices en matière de recherche, respectueuses des protocoles, des besoins et des aspirations des Peuples autochtones.

Présentation du débat sur le mouvement des indignés

14Le Débat de ce numéro porte pour sa part sur le mouvement des indignés qui, tant en Amérique du Nord que dans certains pays européens, a secoué les médias et l’opinion publique en 2011. Ce mouvement interpelle l’éthique publique et sociétale par le fait que, en s’élevant contre le néolibéralisme dominant et le culte de la finance et du marché, il est mû par des valeurs fortes et clairement explicitées. Mais aussi et surtout parce qu’il questionne nos institutions démocratiques actuelles et leurs partis, qu’il s’agisse de la gauche ou de la droite, en proposant une autre façon de faire et de vivre la démocratie et d’organiser la vie en société. Quel est l’avenir de ce mouvement social spontané ? Si l’expression collective de l’indignation a poussé ces citoyens au partage et au désir d’action citoyenne, leurs motivations sont bien différentes d’un individu à l’autre. Quelle pourrait en être la suite politique ? La création d’un réseau international d’innovateurs sociaux proches des altermondialistes ? La transformation du mouvement en groupes de pression locaux ? Le retour vers l’arène politique traditionnelle ?

15Quatre visions de l’avenir de ce mouvement social et de ses suites politiques sont présentées dans ce débat. Pour Raphaël Canet, professeur à l’École de développement international et mondialisation de l’Université d’Ottawa et spécialiste de l’altermondialisme, le mouvement d’indignation, loin d’être un mouvement spontané et sans profondeur, s’inscrit tout à fait dans la continuité de la mouvance altermondialiste. Par son déploiement planétaire, le mouvement démontre clairement qu’il y a maintenant une « mondialisation de la résistance », qui appelle pour sa suite ni plus ni moins qu’un renouvellement du politique en faveur de voies alternatives au néolibéralisme.

16Ces voies alternatives, nous disent dans un texte collectif les participants à l’occupation de la ville de Québec Marie-Christine Aubin Côté, Virgil Dupras, Jonathan Durand Folco, Olivier LeGendre et Pascale-Marie Milan, ont été et continuent à être vécues concrètement par le mouvement qui a pris forme l’automne dernier. Car pour ces indignés, au-delà d’un simple mouvement de protestation, l’occupation a été l’exemple vivant d’une autre façon de penser le social et le politique, loin du modèle actuel. Toujours actif même s’il n’est plus aussi visible, le mouvement devra maintenant relever le défi de continuer à proposer un espace public et démocratique à la fois nouveau et bien réel.

17Le sociologue Michel O’Neill, qui s’est lui aussi indigné sur la place de l’Université-du-Québec, considère pour sa part que l’occupation qui a eu lieu à l’automne 2011 n’est que le prélude à une révolution pour une réforme en profondeur des institutions, dont les conditions sont réunies dans de plus en plus de pays dans le monde. Si les avenues de cette révolution demeurent cependant difficiles à prévoir, pour cet auteur, une chose est toutefois certaine, c’est que le plus fort du mouvement reste à venir.

18Mais afin que ce mouvement puisse prendre de la force et se transformer en décisions et actions concrètes, Diane Bérard, chroniqueur pour Les Affaires, considère de son côté que l’indignation ne devra cependant pas rester au stade de manifestations et protestations en marge du système. Elle devra plutôt se répandre à l’intérieur de celui-ci, par le relais de membres de ce même système.

Haut de page

Notes

1  Alison Jones et Kuni Jenkins (2008), « Rethinking collaboration. Working the indigene colonizer hyphen », dans N. K. Denzin, Y. S. Lincoln et L. Tuhiwai Smith (dir.), Handbook of Critical and Indigenous Methodologies, Los Angeles, Sage, p. 471-486.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Suzy Basile, Karine Gentelet, Allison Marchildon et Florence Piron , « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 14, n° 1 | 2012, mis en ligne le 03 février 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/928

Haut de page

Auteurs

Suzy Basile

Suzy Basile est originaire de la communauté atikamekw de Wemotaci. Elle est anthropologue et elle détient une maitrise sur l’entrepreneuriat touristique en milieu autochtone. Elle est chargée de projets de dossiers autochtones a l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) et membre du bureau de direction du réseau de recherche et de connaissances relatives aux peuples autochtones (dialog). Elle est étudiante au doctorat en sciences de l’environnement a l’UQAR et elle s’intéresse au rôle et à la place des femmes autochtones dans la gouvernance du territoire et des ressources naturelles. Elle s’est impliquée dans le processus de développement du protocole de recherche de l’assemblée des premières nations du Québec et du Labrador et fait actuellement partie du comité de révision du protocole. Elle a aussi participé à l’organisation de deux séminaires sur l’éthique de la recherche avec les peuples autochtones tenus à l’UQAT en 2009 et 2011.

Articles du même auteur

Karine Gentelet

Karine Gentelet détient une double formation en anthropologie (m.a.) et en sociologie (ph. D.) et est rattachée au centre de recherche en droit public de l’Université de Montréal à titre de coordonnatrice des projets GTRC « vers une cyberjustice » et « peuples autochtones et gouvernance », projet dans lequel elle est également chercheure associée. Ses sujets de recherche portent sur l’étude des relations entre les groupes minoritaires et l’état, et plus particulièrement sur l’étude des revendications territoriales et politiques des groupes autochtones de l’est du canada. Dans une perspective plus large de sociologie du droit et à travers une approche de changement social, elle travaille sur les représentations et le discours concernant la reconnaissance des droits politiques des groupes autochtones au canada. Karine est également très impliquée au sein d’amnistie internationale à titre de responsable des questions autochtones et comme membre du conseil d’administration.

Allison Marchildon

Allison Marchildon est professeure en éthique appliquée à l’Université de Sherbrooke, où elle est aussi chercheure associée à la Chaire d’éthique appliquée. Elle est membre du comité de direction de la revue Éthique publique ainsi que du comité d’éthique et de déontologie du Régime de retraite de l’Université du Québec (RRUQ). Elle détient un doctorat en sociologie de l’UQAM, une maîtrise et un baccalauréat en gestion de HEC-Montréal. Ses travaux et recherches portent sur la responsabilité sociale des entreprises, la finance socialement responsable, la régulation sociale, de même que sur la sociologie et l’éthique appliquée aux organisations et aux entreprises.

Articles du même auteur

Florence Piron

Florence Piron est professeure au Département d’information et de communication de l’Université Laval depuis 2004. Anthropologue et éthicienne, elle enseigne l’éthique de la communication publique et un séminaire sur la démocratie et la citoyenneté. Ses domaines de recherche sont la démocratie participative, l’éthique des sciences, la démocratie scientifique et la critique politique de l’économie du savoir. Elle s’intéresse aussi aux technologies Internet permettant de démocratiser l’accès au savoir, notamment les wikis et les logiciels libres.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org