Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

Redonner la confiance au peuple

Manon Loison (22 ans - France)

Résumés

On ne réinvente pas la démocratie, car elle est, en tant que concept et non en tant que régime, immuable et régie par des principes intemporels au-delà de toutes considé­rations politiques, voire politiciennes. Cependant, on ne peut que constater aujourd’hui la défaillance de la démocratie et l’aporie de nos systèmes. C’est pourquoi il faut réinventer aujourd’hui la forme de la démocratie plus que le fond. Revaloriser les aspirations des peuples, redonner confiance, recréer du lien social : ce sont les enjeux de la démocratie de demain. De nombreuses solutions existent pour peu qu’on ait du courage politique, car revitaliser la démocratie, ce n’est pas sortir du politique bien au contraire.

Haut de page

Texte intégral

1On ne réinvente pas la démocratie ! Pourquoi ? Parce que la démo­cratie est, en tant que concept et non en tant que régime, immuable et régie par des principes intemporels au-delà de toutes considérations poli­tiques ou, devrais-je dire, politiciennes. En effet, les régimes politiques qui portent aujourd’hui le nom de démocratie sont innombrables si bien qu’en donner une définition unique est impossible. Il faut en revenir alors à quel­que chose de simple, mais éclairant, c’est-à-dire à l’étymologie. La démo­cratie, c’est le gouvernement par le peuple puisque selon les racines grecques, dêmos signifie « peuple », alors que kratos désigne le « gouver­nement ». Ce qu’il faut réinventer, ce sont les modalités de la démocratie, à savoir tous les éléments qui structurent le déroulement de la vie politique et qui semblent être à bout de souffle dans les vieux pays occidentaux ou même, de manière plus récente, dans les États postcoloniaux. Ce n’est donc pas le fond qu’il faut repenser, mais la forme, l’actualisation de la démocratie, tout en se rappelant qu’un format unique n’est pas non plus la meilleure réponse pour redonner confiance et fierté au peuple. En effet, les modalités de la démocratie peuvent être différentes selon les pays, dans le respect de la diversité culturelle si chère à la francophonie.

2On constate aujourd’hui un malaise ou une faiblesse de nos démo­craties représentatives, c’est-à-dire où la volonté des citoyens est exprimée par des représentants élus qui gouvernent. Les citoyens sont pour le moins défiants, voire se détournent de la vie politique. Certes, c’est bien le peuple qui décide, mais beaucoup d’hommes et de femmes en doutent. Or, sans aucune velléité de jugement moral, j’estime que se détourner de la vie politique, c’est aussi se détourner de soi-même.

3En sociologie politique, le pouvoir s’inscrit dans une relation sociale et constitue avant tout une potentialité, une capacité qui peut prendre des formes d’action diverses. Il est donc nécessaire de rappeler aux hommes et femmes politiques qu’ils ne sont pas les seuls dépositaires du pouvoir à la suite d’une relation verticale et à sens unique, imposée au peuple. Je trouve la position de Robert Dahl, dans son ouvrage Qui gouverne ?, particulière­ment édifiante puisqu’il propose de considérer le pouvoir comme dispersé entre les différents groupes sociaux et maîtrisé par une pluralité d’acteurs autonomes. Il est donc temps que les peuples se réapproprient leur pou­voir, comme l’ont montré en 2011 les peuples arabes. Espérons que ces révoltes deviendront des révolutions.

4Après avoir dressé ce tableau des apories et des richesses de la démo­cratie et de tous les concepts qui gravitent autour d’elle, force est de consta­ter que les notions de confiance et de fierté n’en font pas partie. Il faut donc revaloriser les aspirations des peuples. De nombreuses solutions apparaissent. La solution la plus discutée est sans doute l’idée d’une démocratie plus participative, très à la mode en ce moment. Les définitions en sont nombreuses, mais floues. Ce concept passe par divers impératifs dits « participatifs » et « délibératifs » où il s’agit de consulter directement le peuple, de l’instruire davantage, de lui donner la parole par l’intermé­diaire de conseils de quartier, de ville, de référendums… Pourtant, l’appli­cation de cette idée tellement plébiscitée trouve des limites très rapide­ment, même si on ne prend pas en compte le jeu des hommes et femmes politiques qui instrumentalisent cette notion. En effet, l’exemple du référendum en France montre de façon criante les faiblesses du système. Demander au peuple directement son avis pourrait être considéré comme une avancée, mais encore faut-il savoir qui lance le référendum. Or, lancer un référendum en France relève exclusivement de la décision du pouvoir exécutif. Ce serait alors un suicide politique du gouvernement que de lancer un référendum sans connaître globalement son issue. En consé­quence, l’effervescence autour de l’idée de démocratie participative est pour moi non méritée. Selon moi, la participation directe n’est pas un moyen de redonner confiance et fierté au peuple, d’autres solutions beau­coup plus concrètes existent.

5Premièrement, des solutions juridiques précises existent et elles me semblent très recevables pour améliorer le système et la vie démocratique. Pour redonner confiance au peuple, il faudrait d’abord redonner de la valeur aux élections, ce qui pourrait passer, par exemple, par le fait de rendre le vote obligatoire comme en Belgique, en Grèce ou au Brésil. Le vote obligatoire a montré son efficacité dans les pays où il existe, car il permet une meilleure acuité de la valeur de cet acte et engendre une prise de conscience importante. Il en va de même pour le vote blanc qui est un moyen comme un autre de voter, donc d’exécuter son pouvoir. C’est d’ail­leurs peut-être cela qui fait peur à nos hommes politiques puisqu’un raz-de-marée de votes blancs signifierait l’arrêt de mort d’une classe politique. Une autre solution juridique pour la France vise à reconsidérer le « métier politique » et à rendre les hommes et femmes politiques plus responsables en limitant dans le temps le cumul des mandats. Cela permettrait à mon sens plus d’efficacité, mais peut-être aussi plus d’audace de la part de ces personnes qui seraient alors moins obsédées par leur réélection et plus par l’exécution de leur politique. En revanche, l’idée de limiter le nombre de mandats dans l’espace me semble plus discutable, ce qui est peut-être dû à mon point de vue français. En effet, il m’apparaît judicieux qu’un député qui représente les citoyens français dans leur globalité soit aussi élu à un échelon local, même si les sénateurs sont censés représenter les collectivités locales. Une dernière solution réside dans l’idée novatrice du « e-voting », c’est-à-dire du vote sur Internet, tel qu’il est pratiqué en Estonie par exemple. C’est une bonne solution permettant d’accorder avec son temps la vie politique et les citoyens qui sont de plus en plus mobiles. Reste la question des hommes et femmes étrangers vivant sur un territoire, et ce, depuis longtemps. Une solution uniforme me semble compliquée, mais la question mérite d’être posée, car ils sont des forces vives des pays en question et ne peuvent être écartés systématiquement de la vie politique.

6Deuxièmement, des instruments plus sociaux ou à caractère philo­sophique existent pour redonner de la fierté et de la confiance aux peuples et de la couleur à nos démocraties. Le service civil français ou européen, l’année ERASMUS, ainsi que le programme des volontaires de la franco­phonie sont pour moi d’une grande richesse et la clé de voûte d’une démo­cratie revitalisée et positive. Selon moi, ces programmes devraient être obligatoires, car ils offrent aux jeunes une pause de six mois à un an dans une vie déjà très mouvementée, où les choix s’emballent. De plus, par rap­port à la mondialisation, qui est potentiellement une grande force, la tendance est malheureusement au repli sur soi et à l’individualisme. Or, ces programmes offrent aux jeunes la possibilité de voyager et d’aller au contact de populations qu’ils n’auraient peut-être jamais côtoyées. Appren­dre à donner de son temps, à être à l’écoute des autres, s’enrichir de la différence sont aussi des bases fondatrices de la vitalité démocratique. En effet, retravailler le lien social est une clé de voûte des modalités de la démocratie de demain. La philosophie en filigrane du livre L’étranger d’Albert Camus est claire : j’ai peur de celui que je ne connais pas. Com­ment construire une démocratie viable, même avec les meilleurs instru­ments juridiques, si les hommes et les femmes ne se connaissent pas, sont défiants et distants les uns envers les autres ? Comment faire vivre la démo­cratie sans lien social ?

7Ce pan de la politique est très peu travaillé, bien que très souvent mobilisé par les hommes et femmes politiques, car il est vendeur. Pourtant, concrètement les idées ne manquent pas. Le service civil obligatoire, sous quelque forme que ce soit, est pour moi une première solution qui peut quasiment ne rien coûter à l’État si le jeune est aidé pour le logement et la nourriture par la structure dans laquelle il s’inscrit, en contrepartie de son travail. La cohésion sociale passe aussi par un renouveau des politiques des villes avec une réintégration des quartiers dits sensibles à l’intérieur des villes pour assurer un maximum de mixité sociale. C’est un travail de longue haleine, car la mixité sociale ne se construit pas instantanément. Cela prend du temps et demande des moyens, à commencer par la valo­risation des travailleurs sociaux et des éducateurs, mais aussi de l’école qui doit retrouver son rôle originel, la promotion de tous. Cela demande aussi du courage politique en France, étant donné, par exemple, la multiplication des contrats éducatifs locaux afin d’aider les quartiers en difficulté, la promotion des filières professionnelles, le développement des possibilités d’alternance avec les entreprises pour créer du lien entre le monde du travail et la jeunesse… Cependant, encore une fois, tout ne doit pas venir d’en haut ; une société où la cohésion sociale existe, où la démocratie est porteuse, n’est pas une société où les gens sont assistés. L’innovation, la création sont fondamentales et doivent être encouragées, mais les erreurs aussi doivent être sanctionnées. Tout le monde a le droit de faire des erreurs et donc d’avoir une seconde chance, mais pas à répétition. D’où l’idée, encore une fois, du service civil obligatoire qui peut permettre à certains jeunes sur la pente descendante de mieux prendre en compte les réalités qui les entourent.

8Enfin, pour reprendre la fameuse formule de René Dubois « penser global, agir local », la vitalité de la démocratie se comprend aussi dans le dé­veloppement et la consécration d’un environnement sain et de politi­ques publiques respectueuses de la nature, même à la plus petite échelle. Je ne suis absolument pas partisane du concept de décroissance, mais la diffusion du label « Citta slow » est assez novatrice et permet de mettre un frein à la labilité de nos modes de développement. Cette initiative engage les villes et leurs habitants dans un processus de gestion responsable de l’environnement par des propositions telles que la multiplication des zones piétonnières, le développement du sens de l’hospitalité chez les commer­çants, le développement de la solidarité intergénérationnelle, la priorité aux transports en commun et autres transports non polluants… Les propositions sont nombreuses, mais intéressantes et offrent de nouveaux points de vue sur la gestion des espaces, du temps et du rapport aux autres.

9En définitive, réinventer les modalités de la démocratie en vue de redonner de la confiance et de la fierté aux peuples, c’est possible, bien que cela reste dans un domaine éminemment politique. Réinventer la démo­cratie, ce n’est pas sortir du politique pour aller valoriser un autre domaine, tel que la gestion par l’économie ou par le social. En effet, la politique, qu’on le veuille ou non, reste le socle fondateur des sociétés, car c’est le ciment par lequel toutes les décisions sont mises en mouvement. Je ter­minerai ce petit essai en remerciant chaleureusement tous les hommes et toutes les femmes que j’ai rencontrés dans le cadre de la francophonie et de nos actions au sein des Jeunes francophones en action (JFA). Grâce au partage d’une langue, nous arrivons à être en contact avec des gens d’une diversité incroyable. C’est une grande richesse et une réponse aussi à la dé­mocratie de demain qui se construira globalement et tous ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manon Loison , « Redonner la confiance au peuple », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 30 octobre 2012, consulté le 26 avril 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/892 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.892

Haut de page

Auteur

Manon Loison

Manon Loison est étudiante en 5e année à Sciences Po Bordeaux en master de communication politique et publique. Originaire de Lyon, elle a toujours été intéressée par la politique et tous ses enjeux grâce, notam­ment, aux discussions sans fin avec son grand-père socialiste passionné et passionnant. Optimiste convaincue, elle est sûre que les choses peuvent changer pour peu qu’on s’en donne les moyens. C’est pour cela qu’elle s’investit dans plusieurs associations, notamment les JFA (Jeunes franco­phones en action), qui portent avec cœur des objectifs ambitieux tels que la promotion de la diversité culturelle, la démocratie et la défense des droits de l’homme.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org