Navigation – Plan du site
Débat. La prière dans les assemblées municipales

Prière et démocratie municipale

Louis Rousseau

Résumés

Ce texte tente de mieux rendre compte de la fonction et de la signification d’une pratique de rituel d’ouverture dont la prière du maire Tremblay représente un cas anachro­nique et inconvenant, mais qui a tout lieu d’être inventé à neuf au profit de nos sociétés démocratiques libérales « sorties de la religion » et aveugles devant le fait de leur propre transcendance. Il détermine d’abord le genre littéraire de cette prière qui joue le rôle d’un rituel théiste d’ouverture d’une assemblée politique qui ne poserait sans doute aucun problème dans la tradition politique des États-Unis. Il montre, qu’aujourd’hui, cette prati­que de la Ville de Saguenay a un effet sectaire d’exclusion qui contredit la raison d’être de l’institution publique. Paradoxalement, des arguments philosophiques et même théologi­ques à l’encontre de cette exclusion de participation à des institutions communes ont fondé tout le processus de déconfessionnalisation à l’œuvre au Québec depuis 1946 (Père Léves­que. O.P.). Mais plutôt que d’abolir tout rituel, ne conviendrait-il pas d’inventer de nou­velles manières d’exprimer la dimension symbolique du politique ?

Haut de page

Texte intégral

1Il est possible de réfléchir à la question de la place de la prière dans les assemblées d’institutions politiques, et donc publiques, en adoptant une démarche déductive a priori. On commence alors par énoncer une propo­sition d’ordre général dont on démontre la validité universelle. On dira, par exemple, qu’une constitution libérale ou une charte pose comme principe fondamental la laïcité de l’État et de toutes les institutions publiques qui en dépendent. De ce principe général il est ensuite assez facile de déduire qu’aucune institution publique n’a le droit d’intégrer une pratique confes­sionnelle ou apparentée qui établit une discrimination entre les citoyens en privilégiant ceux qui partagent une croyance particulière au détriment de ceux qui ne la partagent pas. L’application à un cas particulier permet alors de conclure que la pratique de prière publique prévue par le règlement VS-R-2008-40 de la Ville de Saguenay transgresse le principe général de la laïcité des institutions publiques reconnues par l’État.

2Je me propose cependant de prendre un autre chemin pour parvenir à la même conclusion. Je tenterai de mieux rendre compte de la fonction et de la signification d’une pratique de rituel d’ouverture dont la prière du maire Tremblay représente un cas anachronique et inconvenant, mais qui a tout lieu d’être inventé à neuf au profit de nos sociétés démocratiques libérales « sorties de la religion » et aveugles devant le fait de leur propre transcendance. Examinons donc la pratique rituelle de la Ville de Sague­nay depuis 2008.

Le contenu de la prière du conseil municipal

3Le règlement prévoit que « dès que la personne qui préside l’assemblée entre dans la salle des délibérations du conseil les membres du conseil qui le désirent se lèvent pour prononcer la prière traditionnelle dont le texte est reproduit ci-après ». Nous reviendrons sur la restriction que contient ce préambule réglementaire qui prévoit qu’un ou des conseillers puissent ne pas désirer se lever pour participer à la prière dite par les autres. Nous ne relèverons pas le qualificatif de « traditionnel » qui inscrit cette pratique dans la longue durée du temps des ancêtres. Découvrons tout d’abord la forme littéraire qui organise cette prière. Nous pouvons y discerner assez facilement le cadre biblique d’une bénédiction. Celle-ci s’ouvre toujours par une doxologie qui proclame la qualité du destinataire, ici « Dieu tout puissant ». Suit une action de grâce qui fait mémoire des bienfaits reçus dans le passé par ceux et celles qui prient. Il s’agit ici « des nombreuses grâces que Tu as accordées à Saguenay et à ses citoyens » (liberté, épanouis­sement et paix). Si Dieu a produit ces effets bénéfiques dans le passé, on peut donc logiquement l’inviter à poursuivre sa protection dans l’avenir im­médiat. La prière formule donc ensuite une demande adaptée au contexte immédiat de la séance du conseil : « Guide-nous dans nos délibé­ration à titre de membre [sic] du conseil municipal et aide-nous à bien prendre conscience de nos devoirs et responsabilités […] afin que tous puissent en profiter […]. » Le genre littéraire de la bénédiction termine celle-ci par un retour de la doxologie honorant le destinataire divin, ce qu’oublie de faire ici le texte prévu par le règlement. En somme, la struc­ture la plus traditionnelle de la prière biblique est aisément reconnaissable dans le rituel saguenéen actuel.

4Mais suffit-il de reconnaître la présence d’une structure d’origine biblique pour en faire une confession de foi juive ou chrétienne, sinon musulmane ? Tâchons d’être plus précis dans l’identification de ce texte et sa localisation dans le temps culturel et politique de l’Occident. En effet, les qualités du divin destinataire de cette prière se résument à la « puis­sance » illimitée et à l’action historique en faveur des citoyens de Saguenay, ce que l’on nomme sa « providence ». Il s’agit précisément des deux attri­buts divins retenus par les philosophes des xviie et xviiie siècles lorsqu’ils ont voulu, pour se libérer du cadre biblique, établir ce qu’étaient les princi­pales com­po­santes universelles des multiples religions du monde. Il leur sem­blait possible d’arriver à discerner ainsi une « religion naturelle » acces­sible par l’exercice de la simple raison, sans devoir recourir aux dogmes de la foi. Ce théisme à volonté universaliste qui se manifeste dans les discours politi­ques et dans plusieurs institutions de la République américaine voi­sine a pourtant donné sa première forme constitutionnelle à la séparation des Églises et de l’État. Le God Bless America qui clôture tant de discours prési­dentiels ne semble pas faire problème. Qu’importe la critique kantienne des preuves de l’existence de Dieu, le théisme américain en conserve la pratique rituelle. Ce théisme flou semble pouvoir inclure tous les citoyens de la République, quelles que soient leurs croyances et leurs appartenances ou non-appartenances religieuses. La dernière et plus intri­gante illustra­tion vient d’en être donnée par le président Barack Obama lisant des extraits du psaume 46 qui invoque le Dieu de Jacob au début du grand rituel mémorial du 11 septembre 2011 à New York. Lecture d’un texte patrimonial ou prière biblique d’entrée ? Pourquoi ce qui semble accepté dans les règles de la pratique américaine deviendrait-il interdit à Saguenay et partout ailleurs au Québec ?

Un rite d’entrée qui divise la communauté politique

5Pour clarifier cette question, il est utile de mieux comprendre la fonction générale des rituels collectifs, dont la prière n’est qu’un cas particulier. Tenu d’être bref, je ne relève ici qu’un de ses principaux aspects. Un rituel social fabrique de l’identité pour la société qui le pratique, mais d’une manière telle qu’à tous les participants est assignée une place dans une totalité. On peut donc dire également qu’il exprime une totalité en la faisant exister dans sa représentation d’elle-même. Dans cette performance, cette société actualise son existence dans le temps, fait jouer sa mémoire et anticipe l’avenir de sa durée qui est indépendante de la mortalité de chacun de ses membres. Qu’est-ce donc qui fait défaut à la prière du conseil municipal de Saguenay en regard de ce que doit être le rituel d’une communauté politique ?

6En adoptant son nouveau règlement en 2008, le conseil a montré qu’il prenait acte d’une situation nouvelle de la communauté politique qu’il gouverne. Certains de ses membres pourraient ne pas souhaiter participer au rite de prière par lequel il inaugure son travail public le plus habituel. Le procédurier précise donc que ces personnes ne se lèvent pas. L’action rituelle, en aménageant ainsi la représentation visible d’une différence dans le but de protéger la liberté religieuse des conseillers (et des citoyens en général, en toute logique), fabrique en fait de la division. Paroles et gestes posés ne produisent plus de la totalité politique et les priants, qui se lèvent, excluent objectivement de l’inauguration ceux qui, pour motifs religieux, areligieux ou antireligieux, ne peuvent pas se lever. Il y a là, proprement, un effet sectaire qui contredit la notion même de communauté politique et mine son existence ainsi que sa finalité. Aux yeux de certains citoyens le défaut de cette prière tient à son contenu théiste, tout flou qu’il puisse apparaître aux yeux des membres de diverses traditions religieuses qui peuvent s’accommoder de cet œcuménisme héritier du Siècle des lumières. Certains membres de la communauté politique refusent donc, par conviction profonde, de placer leur participation politique sur un horizon théiste. La justice élémentaire interdit de mettre en scène leur exclusion. Contrairement au règlement de Saguenay, la sagesse politique actuelle exige donc d’interdire toute pratique de gouvernement public qui sollicite des citoyens l’adhésion à un horizon qui dépasse celui de la communauté politique elle-même. Les combats d’opinion qui ont déchiré la région montrent bien que cette pratique trouble l’ordre social. La transcendance présente dans l’institution se loge ailleurs. Croyants et incroyants doivent pouvoir s’y manifester en tant que participants égaux.

7Je pensais pour ma part que la question d’une pratique religieuse, officiellement catholique romaine ou non, avait été réglée, en principe, au cours des débats portant sur la confessionnalité des coopératives agricoles qui ont opposé le dominicain Georges-Henri Lévesque aux théologiens jésuites et au cardinal Villeneuve immédiatement après la Deuxième Guerre mondiale. Il s’agissait de savoir alors s’il pouvait être moralement défendable pour des catholiques de s’associer au mouvement coopératif canadien qui n’était pas confessionnel. Au cours de la vive polémique autour de cette question, le dominicain de l’Université Laval avait fait valoir la distinction entre les finalités de nature historique (le séculier) et les finalités de nature transhistorique (le surnaturel). Rien n’interdit à un catholique (à un croyant) de s’associer avec quelqu’un qui n’a pas la même croyance que lui afin de promouvoir des fins d’amélioration de la condition humaine dans le temps. Refuser ce type d’association peut même mettre en cause la réussite de l’action collective. Le chrétien agit alors humaine­ment et chrétiennement et partage des valeurs humanistes. Ce n’est que lorsque le contexte exige de témoigner publiquement de ses convictions religieuses qu’il doit agir précisément en tant que chrétien et alors être empêché de s’associer à une pratique publique allant à l’encontre de ses convictions. Cette dernière situation n’est-elle pas celle du citoyen athée de Saguenay que l’on condamne à s’asseoir alors que la délibération de sa communauté politique se place sur un horizon théiste ? Étrange, ironique et anachronique renversement de situation !

Un rite patrimonial

8On a défendu le combat confessionnel du maire Tremblay au nom de valeurs identitaires ou patrimoniales. Dans un Québec marqué par la mondialisation culturelle et une nouvelle étape de pluralisme religieux, ne faudrait-il pas appuyer fortement le droit de la majorité d’ascendance canadienne-française et catholique de manifester publiquement son héritage plutôt que de le cacher afin de permettre aux autres d’exprimer publiquement le leur ? La question identitaire et patrimoniale se doit d’être posée, mais sans fétichiser et essentialiser l’identité majoritaire. Celle-ci s’exprime au quotidien aujourd’hui par le plus bas taux de pratique reli­gieuse en Amérique du Nord ! Le Québec est une société postchrétienne au sein de laquelle la mémoire catholique constitue un legs patrimonial majoritaire davantage qu’un creuset actif de l’engagement religieux géné­ral. Est-ce à dire qu’il n’y a rien à tirer de la pratique traditionnelle de la prière d’ouverture de tant de nos institutions politiques ? Je ne le pense pas. Je pense tout au contraire qu’il y a là un héritage très précieux à réinventer pour reconnaître rituellement et publiquement que, lorsque des citoyennes et des citoyens sont réunis dans le cadre de nos institutions politiques, celles-ci offrent le soutien puissant de leur nature transcendante, débordant les limites individuelles de toutes parts, afin de protéger la condition humaine.

La dimension symbolique du politique

9Si l’on veut faire face à la violence des rapports sociaux entre individus et entre groupes de toute nature qui conduit au désespoir et à la mort, si l’on veut faire face au temps qui constamment arrache citoyens et responsables de la communauté à leurs fonctions, il faut introduire des unités symboli­ques grâce auxquelles les individus et les groupes vont se produire – être produits à titre d’ensembles victorieux de la violence et du temps, d’ensem­bles qui transcendent les limites apparemment indépassables de la condition humaine. C’est cette fonction profonde que servent toutes les institutions et particulièrement les institutions politiques qui visent le bien commun. Les rituels d’entrée en fonction, comme la prière théiste de Saguenay, font apparaître la communauté politique locale dans sa dimen­sion de transcendance non parce qu’on y invoque une certaine image de Dieu, mais parce que l’on fait agir, dans une symbolique aujourd’hui divisive et périmée, la fonction transcendante de l’institution commune (Michel Freitag) héritée des ancêtres et vouée au bonheur et au bien-être des générations à venir. Il ne reste donc plus qu’à convoquer les poètes et les créateurs pour réinventer les rituels qui permettront de ne pas déses­pérer de nos institutions. En attendant l’invention de paroles nouvelles, mieux vaut une pause silencieuse avant les délibérations. Il s’agit bien ici d’une dimension essentielle de la reconstruction d’une éthique publique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Rousseau , « Prière et démocratie municipale », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 30 octobre 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/862 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.862

Haut de page

Auteur

Louis Rousseau

Professeur au département de sciences des religions à l’UQAM de 1969 à 2010, Louis Rousseau est un spécialiste de l’histoire religieuse du Québec. Il a publié Religion et modernité au Québec (1994) et L’atlas histo­rique des pra­tiques religieuses (1998). Deux de ses publications les plus récentes por­tent sur le rôle du facteur religieux dans la genèse identitaire du Québec actuel (La place du facteur religieux dans la naissance et le dépla­cement de l’image identitaire au Québec, 1840-1980 (2001) et La construction religieuse de la nation (2005)). Il travaille présentement sur les questions liées à l’in­sertion d’un pluralisme nouveau dans un Québec civique et in­clu­sif (Les questions du pluralisme religieux québécois en ce début de siècle (2010)).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org