Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

Jeunesse et démocratie – État des lieux

Eugénie Dostie-Goulet

Résumés

Depuis une quinzaine d’années, on parle beaucoup des jeunes et de leur rapport à la démocratie. Leur absence remarquée de la sphère électorale, source d’inquiétude pour plusieurs, est cependant marginalisée par ceux qui préfèrent mettre l’accent sur les autres formes d’engagement auxquelles prennent part les jeunes. Dans tous les cas, le thème ne laisse personne indifférent, et surtout pas les gouvernements et organisations de la société civile qui cherchent sans cesse de nouvelles initiatives pour accrocher les jeunes à la politique, à toute la politique.

Haut de page

Texte intégral

1Les jeunes et la démocratie. Sujet on ne peut plus d’actualité… mais cela n’est-il pas le cas depuis plusieurs générations ? La génération politique des années 1960-1970 a occupé le devant de la scène durant toute sa jeunesse, réinventant le concept, lui donnant un style, un genre. Elle a créé dans son sillage un nouveau type d’action politique, a amené de nouvelles revendications, qu’elle a criées sur toutes les tribunes possibles, particulièrement la tribune médiatique. Grâce à sa mobilisation et aux possibilités que le contexte économique lui offrait, elle s’est donné les outils lui permettant de vivre dans une société qui lui ressemblait.

2La jeunesse qui l’a suivie a aussi occupé le devant de la scène, mais pour des raisons fort différentes. Souvent décrite comme « sacrifiée », cette génération a subi les revers de la crise de l’emploi des années 1980, peinant pour se trouver du boulot malgré une scolarité inégalée jusqu’à alors. Aujourd’hui, elle s’en sort plutôt bien, a repris sa place, mais le chemin fut long.

3La jeunesse d’aujourd’hui, celle des Y, n’est pas en reste sur le plan de l’attention, autant du côté des médias que des chercheurs. Nous venons tout juste de terminer une nouvelle Année internationale de la jeunesse, qui s’est étirée d’août 2010 à août 2011. C’est dire que les jeunes sont encore une préoccupation. Jeunesse des années 2000, cette génération renouvelle les champs d’action, s’impliquant à la fois à l’échelon local et à l’échelon international, négligeant les sphères politiques investies trente ans plus tôt par ses parents. Elle choisit aussi ses propres moyens d’action, privilégiant l’action directe, ciblée, celle où elle a l’impression de vraiment avoir une influence.

4Est-ce pour ces raisons qu’elle déserte la sphère électorale, où tout bouge extrêmement lentement, où l’influence d’un seul n’est jamais réellement mesurable ? Sans présumer tout de suite de la place exacte occupée par la jeunesse, on ne peut tout de même éclipser le fait que les jeunes n’ont jamais été si peu nombreux à s’impliquer au sein des partis politiques, à s’identifier à l’un d’entre eux (Dalton et Wattenberg, 2001), à voter (Blais et Loewen, 2011 ; Wattenberg, 2007 ; Clarke et al., 2004). Et ce faisant, à laisser les autres générations occuper cette place.

5Cette situation, à laquelle peu de pays échappent à l’heure actuelle, justifie amplement la place de plus en plus importante que prend la littérature sur les jeunes de façon générale, et la pertinence d’une thématique comme celle de leur rapport à la démocratie aujourd’hui. La démocratie n’est pas inébranlable : qu’adviendra-t-il de celle-ci si les jeunes n’y participent plus, n’y croient plus, ne cherchent plus à l’améliorer ?

La participation électorale au Canada

6Au Canada, la participation électorale, entre 1972 et 1993, se maintenait à un niveau raisonnable, oscillant toujours entre 71 % et 77 %. En 1997, elle tombe soudain à 67 %, chute qui se renforce en 2000 alors que la participation atteint le pourcentage « record » de 61 %. En 2004, le déclin de la participation électorale s’est confirmé. Encore une fois, à peine 61 % des Canadiens ont pris la peine de se déplacer pour choisir le nouveau gouvernement, alors que le résultat du scrutin était le plus serré de la dernière décennie. Si le scrutin de 2006 a laissé entrevoir une petite remontée (65 %), celui de 2008 a renoué avec la tendance, avec un nouveau record à 59 %. Dès 2002, André Blais et ses collègues soutenaient que les jeunes pouvaient être considérés comme responsables de ce déclin : « The single most important point to grasp about the decline in turnout since 1988 is that turnout has not declined in the electorate at large, but is largely confined to Canadians born after 1970 » (Blais et al., 2002 : 46).

  • 1  Le sondage Ekos du 15 au 28 septembre 2010 a été fait auprès d’un échantillon de 3 486 adultes can (...)

7Cette différence dans la participation influence le résultat des scrutins. Les sondages préélectoraux canadiens illustrent clairement la différence entre les préférences électorales des jeunes et celles des autres citoyens votants. Deux sondages Ekos de 20101, dont les conclusions sont présentées au tableau 1, présentent par exemple un écart de 11 points de pourcentage en faveur des verts entre un échantillon de la population en âge de voter et un échantillon comprenant seulement les 18 à 24 ans. Ceux-ci ont visiblement une sensibilité pour ce parti qui n’a pas son égale dans les autres groupes d’âge. Le même sondage montre un désavantage de 14 points de pourcentage pour les conservateurs chez les jeunes. La projection en matière de sièges qui découle de ces intentions de vote offre un contraste stupéfiant : de 129 sièges pour les conservateurs (et aucun vert) dans le cas du sondage présenté à toute la population, on passe à 46 sièges dans l’autre sondage, qui présente en plus un gain de 43 sièges pour les verts.

8Une préférence pour certains partis, donc, qui est loin de se répercuter en appui massif pour ceux-ci le jour des élections, vu l’abstention des jeunes. De là, il est facile de croire que nous verrions une distribution des sièges au moins légèrement différente si les jeunes prenaient part au scrutin dans des proportions semblables à celles de leurs aînés. Les verts ne formeraient pas le gouvernement, bien sûr. Mais les chances que leurs idées soient représentées plus largement qu’avec seulement un siège comme c’est présentement le cas augmenteraient.

Tableau 1. Intentions de vote des Canadiens et projection de la distribution des sièges

Tableau 1. Intentions de vote des Canadiens et projection de la distribution des sièges

Données tirées des sondages Ekos 2010.

Les jeunes et la sphère électorale : quelles conséquences ?

9L’absence prononcée et généralisée des jeunes de la sphère électorale nous force à examiner les conséquences possibles de cette désertion. Il paraît clair qu’on ne peut remettre en question la légitimité des élus et des gouvernements sous prétexte qu’un groupe aurait préféré s’abstenir de voter. Au Québec comme au Canada, les élus tirent leur légitimité du fait qu’ils ont obtenu le plus de votes dans leur circonscription, peu importe le nombre d’électeurs inscrits ou ayant effectivement voté. Si le système uninominal à un tour peut en exaspérer certains à cause des cas extrêmes qu’il provoque à l’occasion (le parti au pouvoir obtenant l’appui d’un seul tiers des électeurs, par exemple), il s’avère impossible de rejeter la légitimité de ceux qui en profitent.

10Cela dit, l’abstention chronique des jeunes entraîne d’autres problèmes que nous ne pouvons nous permettre de négliger, le plus important d’entre eux étant sans doute le biais social provoqué par l’inégalité de la participation, qui risque à son tour d’entraîner un biais politique. Car c’est bien là que le bât blesse. Que les jeunes constituent l’un des groupes sociaux les moins bien représentés du système électoral (aux côtés des autochtones et des moins scolarisés, notamment) n’est pas en soi problématique. Du moins, ce ne l’est pas si les politiques mises sur pied par les élus sont exemptes de biais. Mais est-ce véritablement le cas ?

11Cette question d’un possible biais dans les politiques est délicate. Les élus ont en général à cœur les besoins de tous leurs commettants, qu’ils aient voté ou non pour eux. Ce n’est donc pas de ce type de biais, volontaire, qu’il s’agit. Il s’agit plutôt d’un biais qui s’impose par le choix, à la base, de ceux qui formeront le gouvernement. En ne votant pas, les jeunes n’expriment pas leurs préférences politiques. Ils laissent ainsi le champ libre aux autres groupes de la population, qui peuvent élire plus facilement des gouvernements qui leur ressemblent, dont les valeurs et les priorités s’accordent mieux avec les leurs. Les politiques mises en avant auront naturellement tendance, la plupart du temps, à aller dans le sens de ceux qui ont voté, les sensibilités étant similaires. Cela pose problème si un groupe de la population, en l’occurrence les jeunes, ne se reconnaît plus dans la société qui en découle.

12Ce type de raisonnement n’est pas propre qu’aux jeunes. Kathrin Kissau, Georg Lutz et Jan Rosset (2011) ont montré que les opinions politiques des candidats aux élections européennes étaient en général plus près de celles des votants que de celles des non-votants, notamment sur la question de l’immigration. Cependant, le fait que les jeunes occupent une large proportion des non-votants nous force à réfléchir plus particulièrement à l’influence d’un biais politique sur ce groupe de la population.

Les jeunes et la participation électorale : d’hier à aujourd’hui

13On pourrait fort raisonnablement avancer que la faible participation des jeunes n’a rien de nouveau, qu’elle reflète une tendance qui a cours depuis de nombreuses décennies, les jeunes ayant toujours moins voté que les autres citoyens. Les biais politiques auraient donc possiblement toujours été présents, liés à la distorsion entre l’idéologie des citoyens en général et la répartition effective des sièges qui résulte de l’abstention électorale d’une grande partie d’entre eux et des jeunes en particulier.

14Cet effet de « cycle de vie », où plus on vieillit, plus on vote, se retrouve en effet dans de nombreuses études portant sur la participation électorale (Teixeira, 1992 ; Wolfinger et Rosenstone, 1980). Cette préoccupation quant au vote des jeunes n’est-elle donc qu’une nouvelle niche pour les médias, toujours à l’affût d’une problématique pour alimenter les débats en campagne électorale ?

  • 2  Ce ratio prend en compte le pourcentage d’électeurs âgés de 65 ans ou plus, divisé par le pourcent (...)

15Le problème est que la constatation de ce phénomène est loin d’être le fait des médias, qui n’ont fait que relayer une véritable problématique mise en avant depuis une quinzaine d’années par un nombre grandissant de chercheurs : certes, les jeunes votent moins que leurs aînés. Mais là où il y a matière à se questionner, c’est sur les raisons qui font en sorte que les jeunes d’aujourd’hui, pourtant de plus en plus scolarisés, votent en moins grande proportion que ne le faisaient les jeunes du même âge il y a vingt, quarante ou soixante ans. Martin P. Wattenberg (2007), prenant en compte 18 démocraties établies, a en effet montré que le ratio électeurs âgés/jeunes électeurs a beaucoup changé entre le début des années 1970 et l’an 20002. Alors qu’au début des années 1970 on dénombrait de nombreux pays ayant un électeur âgé pour un jeune électeur (11 pays sur 16), le ratio au début des années 2000 est plus couramment de 1,5 pour 1. Quatre pays seulement ont un ratio de un électeur âgé pour un jeune électeur, dont deux où le vote est obligatoire (la Belgique et l’Australie). Cette situation serait probablement beaucoup moins problématique si les études n’avaient pas montré que plus on prend tôt l’habitude de voter, plus on est susceptible de continuer à voter par la suite (Franklin, 1996 ; Plutzer, 2002). Les nouvelles cohortes d’électeurs utilisant moins leur droit de vote lorsqu’ils se présentent aux urnes pour la première fois que leurs compatriotes plus âgés l’ont fait lors de leur première élection, lorsque les générations plus âgées disparaissent, elles ne sont pas remplacées par un nombre équivalent de votants.

16Le tableau 2, tiré d’André Blais et de Peter Loewen (2011 : 15), illustre parfaitement bien l’ampleur de la progression au Canada. Ce tableau présente une étude par cohortes où, pour chaque élection, on estime la probabilité de voter de ceux dont c’est la première élection fédérale. On y voit qu’on passe ainsi d’une probabilité d’environ 70 % à la fin des années 1960 à une probabilité inférieure à 40 % au début des années 2000, avec une diminution constante entre les deux. Il apparaît clair que les jeunes ont tranquillement déserté l’arène de la participation électorale. La stabilisation lors des dernières élections (nous ne connaissons malheureusement pas l’estimation pour 2011) nous porte à croire qu’un un plancher a été atteint, mais rien ne nous permet encore d’afficher trop d’optimisme quant à la tendance pour les prochaines années.

Tableau 2. Estimation de la participation par cohortes et élections

Tableau 2. Estimation de la participation par cohortes et élections

17Il va donc sans dire que nous sommes aujourd’hui devant une problématique singulière, qui semble être généralisée dans l’Occident, qui n’est pas exempte de conséquences sur le plan politique et pour laquelle nous n’avons pas encore trouvé d’explication satisfaisante. Ce n’est pourtant pas faute d’en avoir cherché une. Les empêchements sont surtout d’ordre méthodologique. L’absence de données longitudinales d’une grande envergure ou la variation dans les questions posées aux répondants des grandes enquêtes au fil des décennies, par exemple, nous empêchent de faire une comparaison exhaustive entre les jeunes d’aujourd’hui et ceux des années 1960, ou même d’avant. Lorsque des éléments d’explication sont avancés, un doute persiste. Par exemple, l’une des explications les plus fréquemment avancées se concentre au plus faible attachement partisan chez les jeunes électeurs. L’identification partisane est en effet reconnue comme étant un important déterminant autant du vote que du choix électoral (Campbell et al., 1960 ; Blais et al., 2002 ; Clarke et al., 2004). Il est vrai que dans certains pays, l’identification partisane est aujourd’hui non seulement plus flexible, mais aussi moins intense qu’auparavant, par exemple en Grande-Bretagne (Clarke et al., 2004). Pourtant, aux États-Unis, elle est toujours très forte, et le désalignement n’est pas si fort au Canada. D’autres ont lié cela à une question d’attitude, comme le cynisme. Blais et ses collègues (2002) notent pourtant que les jeunes ne sont pas plus cyniques que leurs aînés. Le sens du devoir serait-il moins fort chez ceux-ci ? Là encore, l’explication n’est pas complètement satisfaisante (Blais, 2000). Par exemple, on a montré que le plus faible sens du devoir chez les jeunes explique en partie leur moins grande participation, comparée aux cohortes plus âgées (Blais et al., 2004 ; Wass, 2007), mais on ne dispose pas des données longitudinales qui nous permettraient de dire si les jeunes d’aujourd’hui ont un moins grand sens du devoir que les jeunes d’autrefois (Blais et Loewen, 2011).

Initiatives

  • 3  www.cplq.org
  • 4  www.apathyisboring.com/fr/home
  • 5  www.democracy-democratie.ca

18À défaut d’avoir des réponses claires à ces questions, on se lance de plus en plus dans de grandes tentatives de séduction. Car oui, les jeunes sont une préoccupation, mais pas nécessairement une préoccupation négative ! Avec pour volonté d’éviter de présents ou futurs conflits intergénérationnels, notamment, les gouvernements et les organisations de la société civile créent plus d’occasions de s’impliquer que jamais. Les jeunes sont ainsi devenus la cible des organismes gouvernementaux et groupes de pression lors des campagnes électorales. Qu’on pense seulement aux campagnes de Qui vote gagne3 parrainées par les Forums jeunesse régionaux au Québec ou à celles du groupe L’apathie c’est plate4 (Apathy is boring). C’est aussi l’objectif avoué d’Élections Canada, qui a lancé en septembre 2011 sa première Semaine canadienne de la démocratie5, essentiellement dirigée vers les jeunes, avec pour objectif de les sensibiliser à l’importance de la démocratie.

  • 6  www.youthvote.org
  • 7  www.votesarepower.com

19Ailleurs aussi, plusieurs ont décidé de mettre l’accent sur les jeunes pendant les campagnes électorales. Pierre-Luc Gravel et Angèle-Anne Brouillette (2005) remarquent que la sensibilisation des jeunes à l’inscription sur les listes électorales, qui force alors les candidats à discuter des enjeux liés à la jeunesse, est souvent privilégiée. C’est le cas de Youth Vote6 aux États-Unis et de Votes are power7 au Royaume-Uni.

  • 8  www.electeursenherbe.com

20D’autres initiatives visent les jeunes qui n’ont pas encore le droit de vote, comme les adolescents. Ils ne peuvent voter, mais ce n’est qu’une question de quelques années avant qu’ils ne puissent le faire, sans compter qu’ils ne sont pour l’instant pas totalement exclus de la sphère politique puisqu’ils peuvent prendre part à des manifestations, signer des pétitions, et même faire du bénévolat pour les partis politiques. L’idée de cibler les adolescents est loin d’être ridicule : l’adolescence est aussi un moment propice pour agir, puisqu’il n’est pas trop tard pour que ces jeunes prennent dès lors l’habitude de la participation. De plus, en sachant ce qui stimule leur intérêt à cet âge, il est encore possible d’intervenir, principalement par l’intermédiaire de l’école. C’est avec ces éléments en tête qu’a été créé le programme Électeurs en herbe8, financé par les gouvernements pour donner aux jeunes du secondaire un premier contact avec les élections avant même qu’ils aient l’âge de voter.

21C’est aussi dans cette optique qu’on s’intéresse de plus en plus aux bénéfices possibles de l’éducation à la citoyenneté. Ce n’est pas un hasard si, en lançant sa dernière réforme de l’éducation au tournant des années 2000, le gouvernement du Québec a introduit cette matière dans le programme du secondaire. Le Conseil supérieur de l’éducation considère en effet que l’éducation à la citoyenneté « vise d’abord la formation de l’acteur social […] capable de s’acquitter adéquatement de ses responsabilités de citoyen et d’être en mesure de participer activement et de façon raisonnée au devenir de son milieu de vie […] » (1998 : 34). Des études ayant montré qu’un citoyen plus informé est notamment plus susceptible d’être attentif au monde politique et de s’engager dans différentes formes de participation (Delli Carpini et Keeter, 1996), plusieurs jugent qu’en favorisant l’apprentissage de connaissances politiques chez les jeunes, on augmente d’autant la probabilité que ceux-ci prennent part au vote (Milner, 2010).

22Malheureusement, jusqu’à maintenant, ces initiatives ne semblent pas avoir porté leurs fruits, du moins pas à court terme. Le taux de participation continue d’être très faible au Canada. La très mince augmentation entre 2008 et 2011 nous force même à croire que l’arrivée des néo-démocrates dans l’opposition lors de l’élection de 2011 ne peut être attribuée principalement aux jeunes, même si ceux-ci sont assez sensibles aux idées de ce parti. Aux États-Unis, on a cru que l’engouement des jeunes pour Barack Obama se transformerait en participation massive lors de l’élection de 2008, mais ce ne fut pas exactement le cas. Les analyses du Current Population Survey (CPS) montrent que si les jeunes issus des minorités se sont effectivement déplacés en plus grand nombre (notamment une augmentation de 9 points de pourcentage chez les Afro-Américains), il n’y a eu aucun changement dans la participation chez les jeunes blancs, ni augmentation ni diminution (Hess, 2009). Tout de même, la campagne présidentielle de 2008 pourrait avoir donné le goût à plusieurs de regarder d’un peu plus près ce qui se passe à la Maison-Blanche, et c’est donc à moyen ou long terme que nous saurons si les campagnes de sensibilisation ont eu un certain effet. De même, au Québec, les jeunes des premières cohortes à avoir profité du programme d’éducation à la citoyenneté viennent à peine d’avoir 18 ans. Aucune étude n’a donc pu encore être faite quant à un possible effet de ces cours sur leur participation électorale réelle.

23Constatant les effets mitigés des campagnes habituelles, certains pays ont opté pour des initiatives plus radicales. Suivant les théories disant que l’abaissement du vote à 18 ans fut une erreur (Franklin, 2004), les jeunes de cet âge se retrouvant souvent dans un entre-deux moins structuré, l’Autriche est passée en 2007 au vote à 16 ans, qui survient ainsi dans un contexte où l’école et les parents peuvent encore jouer un rôle important de socialisation. Pour les élections régionales de Vienne, l’étude d’Eva Zeglovits et Martina Zandonella (2011) montre que le niveau de participation électorale des 16-17 ans n’est pas statistiquement différent de celui du reste de la population. En fait, dans plusieurs villes, il est même souvent plus élevé que celui des 18-21 ans, ce qui a priori tend à confirmer la thèse de Mark Franklin. Il s’agit maintenant de voir si cet effet était un effet de nouveauté, causé par la forte attention accordée à cette cohorte-test, et si l’effet perdure aux élections subséquentes de cette même cohorte.

L’autre aspect de la participation

24Pour certains, cette question du vote est bien secondaire. Certes, les jeunes votent moins, mais cela ne doit pas être vu comme un problème nécessitant la recherche de solutions dans l’immédiat ou l’intervention des gouvernements et des organisations. Ce courant, assez répandu chez les chercheurs s’intéressant aux questions touchant l’engagement des jeunes, met plutôt en avant la possibilité que le répertoire d’actions ait carrément changé au fil du temps et que les jeunes aient mis de côté une forme de participation dite conventionnelle pour plutôt se plonger dans le militantisme, le consumérisme politique ou les actions spontanées de type signature de pétition ou flash mob. Ainsi, pour Anne Quéniart et Julie Jacques, « […] l’engagement doit être défini non plus comme un acte d’adhésion à une idéologie d’un groupe spécifique (un Nous) mais comme un acte mû par un intérêt personnel (un Je) pour une cause pouvant devenir collective, comme un geste conçu d’abord sur le mode personnel […] » (2001 : 47).

25Le problème ne résiderait donc pas dans l’absence de participation des jeunes à la « démocratie électorale », mais plutôt dans le fait que la participation des jeunes soit trop souvent entendue, justement, comme une participation électorale, et qu’on néglige les autres aspects de l’engagement des jeunes, tout aussi importants, quoiqu’à une autre échelle. Ainsi, à la suite des conclusions sur le déclin de la participation électorale, plusieurs auteurs ont critiqué la tendance de la science politique à voir la participation principalement sous l’angle du vote, ce qui sous-estimerait la participation « réelle » d’une partie de la population, particulièrement des jeunes (O’Toole et al., 2003 ; Zukin et al., 2006).

26Russell Dalton (2007), s’intéressant aux multiples formes que prend la participation politique, propose d’ailleurs une distinction entre deux types de citoyens : le citoyen orienté sur le devoir à accomplir (Citizen Duty), qui préfère détenir un faible rôle participatif, et le citoyen engagé, plus actif, notamment lorsqu’il s’agit de confronter directement l’action des élites. Dalton montre que si le premier type de citoyen a tendance à voter, le citoyen engagé s’implique plutôt dans des activités non conventionnelles comme les manifestations ou le boycottage. Selon Dalton, les jeunes seraient plus souvent des citoyens engagés que des citoyens portés sur le devoir, ce qui l’incite à conclure que la plus jeune génération d’électeurs est plus active dans la participation directe que dans les activités électorales traditionnelles.

27Pourtant, ce changement de perspective n’est pas non plus la solution. Il est vrai que plusieurs types d’engagement existent, auxquels prennent part les jeunes, et négliger l’un au profit de l’autre ne peut se faire sans qu’il y ait une perte considérable de connaissances. Mais la prise en compte de la participation non électorale ne résout pas le problème de la représentation des jeunes dans les institutions politiques, d’autant plus qu’il appert de plus en plus que les jeunes ne choisissent pas l’un ou l’autre des types de participation, mais qu’ils sont plus susceptibles de faire l’un lorsqu’ils font déjà l’autre. Plusieurs de ceux qui participent à des manifestations votent aussi lors des élections, l’une des raisons pouvant expliquer cette situation étant que les deux types de participation ont deux importants points en commun : l’éducation et l’intérêt pour la politique. Dans les deux cas, les jeunes qui sont plus éduqués et plus intéressés sont plus susceptibles de participer, peu importe le type d’activité (Fournier et al., 2007).

28Au bout du compte, un élément important demeure : les jeunes ne sont pas toujours faciles à mobiliser, et lorsqu’on y arrive, ce sont souvent les mêmes qui récidivent. Plusieurs travaillent directement sur les stratégies de mobilisation de la jeunesse, qui diffèrent de celles des autres générations. Par exemple, une étude de Ariadne Vromen et Philippa Collin (2010) précise que pour s’assurer de la participation des jeunes, il faut accorder la priorité aux initiatives menées par les jeunes eux-mêmes, les projets conduisant à des effets structurants sur leur vie et les formules participatives souples. Stéphanie Gaudet (2009) met quant à elle l’accent sur l’importance du résultat, de l’aboutissement du projet commencé lorsqu’on sollicite la participation des jeunes. Autant de suggestions appuyées par une enquête du Conseil jeunesse de Montréal (2010) auprès de Montréalais âgés de 12 à 30 ans.

  • 9  http://www.jeunes.gouv.qc.ca/strategie/documents/strategie-action-jeunesse-2009-2014.pdf

29C’est peut-être pour ces raisons que les enjeux de proximité accrochent autant les jeunes aujourd’hui : il est alors beaucoup plus facile de voir l’effet concret de ses actions, et on a certainement une emprise plus grande sur l’action accomplie. Selon Madeleine Gauthier (2003), l’intérêt pour ces enjeux est né dans la foulée du Sommet du Québec et de la jeunesse de l’an 2000, où 30 participants représentant les groupes de jeunes étaient invités à discuter de la jeunesse avec le gouvernement, en compagnie d’organisations de la société civile. Des suites de ce sommet sont nés la Politique québécoise de la jeunesse, puis un plan d’action jeunesse et finalement une stratégie d’action jeunesse, qui en est présentement à sa seconde mouture (2009-2014). Il s’agit d’un plan d’action qui conjugue l’ensemble de l’action gouvernementale pour les jeunes9. Le financement a suivi, et avec lui les projets par et pour les jeunes, plusieurs d’entre eux financés et coordonnés par les Forums jeunesse régionaux, qui s’assurent que les retombées sur chacune des régions sont conséquentes. À l’intérêt des jeunes pour les enjeux de proximité on peut donc jumeler une volonté politique allant tout à fait dans cette direction.

30Paradoxalement, les enjeux internationaux sont aussi porteurs chez ce groupe de la population, mais pour des raisons différentes. Dans ce cas, ce sont fort souvent les thèmes abordés qui viennent les chercher, et leur implication peut être plus ponctuelle, le temps d’une manifestation, d’une pétition. Quéniart et Jacques parlent d’un engagement « prenant la forme non plus d’une “profession de foi” ou d’une adhésion totale à l’égard d’un collectif, mais bien d’affiliations plus ou moins éphémères à des groupes et à des idées à défendre ici et maintenant » (2008 : 215). C’est ainsi qu’au cours des dernières années, des mouvements plutôt contestataires, comme le mouvement environnementaliste, et les enjeux internationaux comme la guerre et la mondialisation ont provoqué une belle mobilisation des jeunes, certains associant alors la jeunesse à la « rébellion, à la contestation et parfois même à la révolution » (Teles, 1999). Ainsi, les enjeux qui ont constitué le champ de bataille des générations précédentes, comme la place du Québec dans le Canada, ne sont pas mis de côté complètement, mais ils semblent avoir une résonnance beaucoup moins forte chez les jeunes générations (Gauthier, 2003).

Conclusion

31Les prochaines années s’annoncent riches pour la recherche sur les jeunes et la démocratie. La conjecture y est favorable, et l’occasion d’expérimenter, d’agir, de réfléchir a été saisie par ceux qui se préoccupent soit des jeunes, soit de la santé de nos démocraties, soit des deux. Les gouvernements et la société civile n’ont peut-être pas toujours les mêmes visées spécifiques en tête, mais leur objectif global demeure le même : amener les jeunes à s’investir sur la place publique, à prendre la place qui est la leur et qu’ils se doivent d’occuper s’ils veulent que la société et les institutions leur ressemblent.

  • 10  Gauthier (2003) présente une typologie des niveaux de participation aux lieux de décision qui comp (...)

32Certes, plusieurs façons de s’engager existent. Qu’il s’agisse pour eux d’une expérience de socialisation, d’influence ou de pouvoir10, les effets bénéfiques qui en découlent auront des répercussions autant à court qu’à long terme. Cette diversité ne doit cependant pas nous faire perdre de vue l’importance de les raccrocher aussi à la participation électorale. C’est en étant actifs sur tous les fronts de la démocratie que les jeunes pourront insuffler le plus d’eux-mêmes.

33Cela est bien sûr plus facile à dire qu’à faire. Ce ne sont pas les plus scolarisés, les plus informés, ceux dont les parents parlent de politique à la maison, dont le réseau social s’intéresse à la politique, que les initiatives entreprises depuis une dizaine d’années visent, mais bien les autres, soit la grande majorité des jeunes. Ceux qui pourraient s’intéresser à la politique mais ne voient pas de raisons de le faire dans l’immédiat, ceux qui manquent de moyens cognitifs pour participer. En leur fournissant des outils pour mieux comprendre le système dans lequel ils vivent et des occasions de se pratiquer, on augmente la probabilité que cela se produise effectivement.

Haut de page

Bibliographie

Blais, André (2000), To Vote or Not to Vote ?, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press.

Blais, André, et Peter Loewen (2011), Participation électorale des jeunes au Canada, document de travail, Directeur général des élections du Canada.

Blais, André, et al. (2002), Anatomy of a Liberal Victory : Making Sense of the Vote in the 2000 Canadian Election, Peterborough, Broadview Press.

Blais, André, et al. (2004), « Where does turnout decline come from ? », European Journal of Political Research, 43, p. 221-236.

Campbell, Angus, et al. (1960), The American Voter, New York, Wiley.

Clarke, Harold D., et al. (2004), Political Choice in Britain, Toronto, Oxford University Press.

Conseil jeunesse de Montréal (2010), « De la parole aux actes : informer, impliquer, intégrer », avis du Conseil jeunesse de Montréal, novembre.

Conseil supérieur de l’éducation (1998), Éduquer à la citoyenneté. Rapport annuel sur l’état et les besoins de l’éducation, [En ligne], [http://www.cse. gouv.qc.ca], (25 septembre 2008).

Dalton, Russell (2007), The Good Citizen : How the Young are Transforming American Politics, Washington DC, CQ Press.

Dalton, Russell, et Martin P. Wattenberg (2001), Parties Without Partisans, Oxford, Oxford University Press.

Delli Carpini, Michael X., et Scott Keeter (1996), What Americans Know About Politics and Why It Matters, New Haven, Yale University Press.

Fournier, Patrick, et al. (2007), « The determinants of youth political participation : convention versus non conventional ». Communication, European Consortium for Political Research, Pise (Italie), septembre.

Franklin, Mark (1996), « Electoral participation », dans L. LeDuc, R.G. Niemi et P. Norris (dir.), Comparing Democracies : Elections and Voting in Global Perspective, Beverly Hills, Sage, p. 216-235.

Franklin, Mark (2004), Voter Turnout and the Dynamics of Electoral Competition in Established Democracies Since 1945, Cambridge, Cambridge University Press.

Gaudet, Stéphanie (2009), « Devenir adulte hier et aujourd’hui : une double expérience de transmission et de définition de soi. Le cas de la jeunesse québécoise de 1960 et 2000 », dans A. Quéniart et R. Hurtubise (dir.), Regards sur l’intergénérationnel, Paris, Presses de l’École normale supérieure, p. 127-146.

Gauthier, Madeleine (2003), « Inadequacy of concepts : the rise of youth interest for civic participation in Québec », Journal of Youth Studies, vol. 6, no 3, p. 265-276.

Gravel, Pierre-Luc, et Angèle-Anne Brouillette (2006), « Les politiques de la jeunesse de certains pays occidentaux. Bilan des connaissances », Observatoire jeunes et société, rapport soumis au Secrétariat à la jeunesse (gouvernement du Québec).

Hess, Doug (2009), « Analysis of the 2008 current population survey (CPS). Voter and registration Supplement », [En ligne], [http://www.projectvote. org], (22 avril 2009).

Kissau, Kathrin, Georg Lutz et Jan Rosset (2011), « The political preferences of political elites, voters and non-voters in Europe ». Communication, European Consortium for Political Research, Reykjavik (Islande), août.

Milner, Henry (2010), The Internet Generation, Lebanon (NH), Tufts University Press

O’Toole, Therese, et al. (2003), « Tuning out or left out ? Participation and non-participation among young people », Contemporary Politics, vol. 9, no 1, p. 45-61.

Plutzer, Eric (2002), « Becoming a habitual voter : intertia, resources, and growth in young adulthood », American Political Science Review, 96, p. 41-56.

Quéniart, Anne, et Julie Jacques (2001), « L’engagement politique des jeunes femmes au Québec : de la responsabilité au pouvoir d’agir pour un changement de société », Lien social et politique, 46, p. 45-53.

Quéniart, Anne, et Julie Jacques (2008), « Trajectoires, pratiques et sens de l’engagement chez des jeunes impliqués dans diverses formes de participation sociale et politique », Politique et sociétés, vol. 27, no 3, p. 211-242.

Teixeira, Ruy A. (1992), The Disappearing American Voter, Washington DC, Brookings Institution.

Teles, Nair (1999), « Une réflexion sur les théories de la jeunesse », dans Madeleine Gauthier et Jean-François Guillaume (dir.), Définir la jeunesse ? D’un bout à l’autre du monde, Sainte-Foy, Éditions de l’IQRC, p. 45-54.

Vromen Ariadne, et Philippa Collin (2010), « Everyday youth participation ? Constrasting views from Australian policymakers and young people », Young, vol. 18, no 1, p. 97-112.

Wass, Hanna (2007), « The effects of age, generation and period on turnout in Finland 1975-2003 », Electoral Studies, vol. 26, no 3, p. 648-659.

Wattenberg, Martin P. (2007), Is Voting for Young People ?, New York, Longman.

Wolfinger, Raymond E., et Steven J. Rosenstone (1980), Who Votes ?, New Haven, Yale University Press.

Zeglovits, Eva, et Martina Zandonella (2011), « Political interest among young Austrians before and after lowering voting age ». Communication, European Consortium for Political Research, Reykjavik (Islande), août.

Zukin, Cliff, et al. (2006), A New Engagement ? Political Participation, Civic Life, and the Changing American Citizen, NewYork, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1  Le sondage Ekos du 15 au 28 septembre 2010 a été fait auprès d’un échantillon de 3 486 adultes canadiens, avec une marge d’erreur de 1,7 %. Le sondage Ekos du 7 juillet au 28 septembre 2010 a été fait auprès d’un échantillon de 1 367 jeunes âgés de 18 à 24 ans, avec une marge d’erreur de 2,7 %.

2  Ce ratio prend en compte le pourcentage d’électeurs âgés de 65 ans ou plus, divisé par le pourcentage d’électeurs âgés de moins de 30 ans.

3  www.cplq.org

4  www.apathyisboring.com/fr/home

5  www.democracy-democratie.ca

6  www.youthvote.org

7  www.votesarepower.com

8  www.electeursenherbe.com

9  http://www.jeunes.gouv.qc.ca/strategie/documents/strategie-action-jeunesse-2009-2014.pdf

10  Gauthier (2003) présente une typologie des niveaux de participation aux lieux de décision qui comporte six éléments, pouvant se regrouper en trois caractéristiques principales : la socialisation (par exemple, le bénévolat), l’influence (par exemple, les groupes de pression) et le pouvoir (par exemple, les partis politiques).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Intentions de vote des Canadiens et projection de la distribution des sièges
Crédits Données tirées des sondages Ekos 2010.
URL http://ethiquepublique.revues.org/docannexe/image/849/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau 2. Estimation de la participation par cohortes et élections
URL http://ethiquepublique.revues.org/docannexe/image/849/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eugénie Dostie-Goulet , « Jeunesse et démocratie – État des lieux », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/849 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.849

Haut de page

Auteur

Eugénie Dostie-Goulet

Eugénie Dostie-Goulet est chargée de cours à l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke. Ses recherches portent principalement sur les jeunes et la politique. Après un doctorat à l’Université de Montréal portant sur le développement de l’intérêt pour la politique chez les adolescents, elle s’est intéressée dans le cadre de son postdoctorat à la problématique de l’éducation à la citoyenneté. Elle s’implique aussi au sein du Forum jeunesse de l’Estrie.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org