Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

De la crise à la révolution : quelle attitude adopter, quelles propositions concrètes imaginer pour la revitalisation de notre démocratie ?

Élysée Allandiguim Mbaïlassem (24 ans- Tchad)

Résumés

La quête du meilleur ordre politique préoccupe toujours les humains. En attendant, la démocratie reste le moins mauvais régime. Actuellement, les « démocraties » africaines se convulsent pour plusieurs raisons : démagogie, irresponsabilité et immaturité des dirigeants, mauvaise gouvernance, réseaux de pouvoirs, hyperoccidentalisation des sociétés, mentalité rétrograde des populations… Revitaliser notre démocratie sous-entend prendre conscience de la situation et de ses origines, élaborer une nouvelle déclaration universelle des droits et devoirs de l’homme et du citoyen, éduquer et former les jeunes, pardonner et se réconcilier, changer de mentalité.

Haut de page

Texte intégral

1La quête du meilleur ordre politique possible à instituer pour aboutir à l’harmonie sociale fut et est toujours l’objet de réflexion des humains dans et/ou hors de leur cité. Quel type de gouvernement faut-il pour la gestion des personnes et des biens dans cette cité ? Qui doit détenir le pouvoir dans la cité ? De qui les gouvernants tiennent-ils ou doivent-ils en principe tenir leur pouvoir ? Qui doit exercer le pouvoir, décider et donner des ordres avec possibilité de sanction lorsque ces ordres-là ne sont pas respec­tés ? Qui doit obéir ? Qui doit faire quoi ? Qui peut faire faire et empêcher de faire ? Qui peut refuser de faire ? Où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ?…

2En répondant à ces questions, Platon, Aristote, Thucydide et autres penseurs ont proposé plusieurs régimes politiques : la monarchie, le despo­tisme, la république (l’oligarchie, l’aristocratie, la démocratie), etc. Les résultats de plusieurs analyses scientifiques révèlent que de tous ces régi­mes politiques, la démocratie demeure jusqu’à preuve du contraire le moins mauvais. Il en est ainsi parce qu’en démocratie, le peuple est souverain. Il en est ainsi aussi du fait que dans un pays démocratique, non seulement la dignité et les droits fondamentaux de l’homme sont respectés mais, tous ses bons rêves peuvent également s’y réaliser. Il en est ainsi parce qu’en un mot, une démocratie, c’est un État de droit. La rigueur et la véracité de cette conclusion ont été démontrées par plusieurs esprits tels John Locke, Charles-Louis de Secondat, baron de Montesquieu, Charles Alexis Clérel de Tocqueville, qui ont convaincu d’innombrables disciples à travers le monde. Après le discours de François Mitterand à La Baule en 1990, la démocratie a été « globalisée » même si quelques rares États préfèrent conserver leur mode d’organisation de la cité ou ont du mal à accepter le modèle démocratique.

3Cependant, ces derniers temps est apparue une crise de la démocratie représentative libérale. La classe politique occidentale fait quotidienne­ment l’objet d’attaques musclées, de critiques virulentes et même d’une tornade de railleries. Les affaires Clearstream, Rubygate, les polémiques autour des vacances des ministres français en Tunisie et en Égypte, et bien d’autres « scandales » des années 2000 en témoignent. Bien plus, on assiste à une montée exponentielle et vertigineuse du refus des citoyens de participer à la vie politique : abstentionnisme électoral, chute libre sans précédent de l’engagement dans les partis politiques, indifférence notoire à l’endroit des affaires publiques. Dans les États postcoloniaux plus ré­cents, les aspirations démocratiques butent sur d’énormes obstacles tels les grandes inégalités socioéconomiques, l’impuissance politique, le manque de ressources, l’accès insuffisant à l’information… Dans ces situations, certains citoyens se sont laissés gagner par le cynisme alors que d’autres ont carrément divorcé d’avec la politique. Pourquoi en sommes-nous arrivés là ? Pourquoi de telles attitudes ? Quelle attitude différente peut-on adopter ? Quelles propositions concrètes pouvons-nous imaginer pour revitaliser notre démocratie ou la vivre autrement ? Commençons par faire un état des lieux.

État des lieux

4« Il n’y a pas de fumée sans feu » ; plusieurs raisons expliquent l’échec du régime des « Républiques irréprochables ». D’une part, la classe politique est de plus en plus composée de ce qu’on pourrait appeler des démagogues experts qui, une fois élus, oublient leur projet de société et torpillent la démocratie en commençant par ses fondements. Ils peuvent la transformer en un véritable enfer au moyen d’agressions traîtresses bien ciblées dignes d’un rogue state. La classe dirigeante, pourtant formée dans les meilleures universités et les grandes écoles du monde entier, brille curieusement par la malhonnêteté, l’incompétence, l’immaturité et présente des tares inconcevables quand il s’agit de faire face aux vrais problèmes de la cité.

5D’autre part, la crise de notre démocratie se nourrit de la mauvaise gouvernance. Nous assistons à des nominations à des postes et à l’inté­gration dans l’administration publique sur la base non du mérite, mais du clientélisme, de la corruption, du désir d’enrichissement personnel et de l’égoïsme. Une bureaucratie pléthorique et inefficace s’érige en système de gouvernement. Dans le monde, nombreux sont les dirigeants qui sont indifférents aux revendications légitimes de leur peuple, qui manquent cruellement du sens de la justice, qui instaurent non seulement des pouvoirs à vie, mais aussi des systèmes répressifs. Ils refusent l’alternance démocratique et manipulent allègrement la Constitution pour organiser des élections dont ils refusent même de reconnaître les résultats. Ils massacrent de manière incompréhensible leurs populations, commettent d’autres injustices flagrantes, et ce, sous le nez des intellectuels pantou­flards toujours à l’affût d’un décret pour se mettre spontanément au service du pouvoir. Il y a crise parce que les « pseudo-démocrates » dévoilent de plus en plus leurs vrais visages : dictature féroce, irresponsabilité politique, incapacité à construire des États de droit, crimes économiques, assassinats crapuleux d’adversaires politiques, validation d’une prise de pouvoir par les armes, validation de mascarades électorales, ingérence à outrance de « la Communauté internationale ». L’État a fait place à des entités chaotiques ingouvernables. L’État est devenu un réseau de relations. Tout gouvernant doit être initié, ce qui amène certains grands patriotes et citoyens les plus intelligents de certaines nations à quitter purement et simplement le gouvernement. Il y a un abîme entre les attentes légitimes et le vécu des populations qui expriment donc leur insatisfaction, leur mécontentement par la non-participation politique.

  • 1  Voir Verschave (1998 et 2000) et Diouf (2002).

6De plus, le passé rattrape négativement certains dirigeants. Les citoyens sont mieux informés sur l’existence de réseaux constitués, déve­lop­pés et entretenus par des dirigeants pour sélectionner les autres dirigeants, disposer d’argent criminel, maintenir le racisme et les discriminations de tous bords. Nous pensons ici par exemple à la França­frique, au groupe Bilderberg, à la Commission Trilatérale1.

7Il y a crise parce que les sociétés sont de plus en plus hyperocci­dentalisées. Les politiques publiques n’existent qu’en théorie – la popu­lation meurt de faim, de froid par manque de nourriture, d’eau, d’élec­tricité, de logements sociaux, de moyens pour se soigner, les diplômés chôment. Mais c’est soit la logique de la politique de la bouche cousue, soit celle de la politique de la caravane.

8Cette crise s’explique également par la mentalité des populations dont le sens commun semble réfractaire à la démocratie. Celles-ci ignorent leur rôle dans une démocratie, demandent trop parfois et attendent tout de l’État qui, malheureusement, se retrouve avec des ressources limitées par rapport à des besoins illimités qu’il ne peut pas tous satisfaire. Certaines populations assimilent la démocratie à la dépravation des mœurs. Par ailleurs, l’État est trop sentimentaliste ou complice. Les partis politiques ne jouent pas leur rôle. Nous avons de nombreux partis attrape-tout pratiquant le nomadisme politique. On crée un parti maintenant pour se remplir les poches et aller à la mangeoire.

Des propositions pour la revitalisation de notre démocratie

9Nous pouvons revitaliser notre démocratie si nous réalisons un certain nombre de changements. Premièrement, nous proposons une prise de conscience de la situation et de ses origines, une rééducation, une forma­tion des populations et même l’élaboration d’une nouvelle déclaration universelle des droits et devoirs de l’homme et du citoyen. Il faut réédu­quer le peuple à la démocratie. Dans la même lancée, nous réclamons le retour de l’éducation civique, exclue aujourd’hui dans beaucoup d’écoles. Nous insistons sur la formation solide des jeunes parce qu’ils sont essen­tiels dans un pays et parce que la formation est le moyen de lutte le plus sûr et efficace pour redresser durablement une situation de crise donnée. Tout passe par l’éducation et la formation.

10Deuxièmement, nous proposons l’application des politiques pu­bliques votées et la sanction des antidémocrates qui ne les respectent pas. L’État assume ses fonctions régaliennes et sanctionne quand c’est néces­saire, même avec des lois dures. Dura lex, sed lex. Dans une démocratie qui se respecte, on sanctionne toute personne qui, tout en revendiquant le titre de citoyen, adopte des comportements antidémocratiques tels une atteinte aux édifices publics, des gestes violents lors de « manifestations pacifiques ».

11Troisièmement, nous suggérons le respect de la culture des autres, même celle de nos ennemis. Nous sortirons tous gagnants d’un dialogue égalitaire entre les cultures.

12Quatrièmement, nous estimons nécessaire la limitation du nombre des partis politiques. L’importance du phénomène partisan dans une démocratie n’est plus à démontrer. Mais, le pluralisme politique ne se confond pas avec une pléthore de partis politiques.

13Cinquièmement, nous proposons une forte mobilisation des ressources et une participation massive des populations de la société civile à la vie politique de nos États. La société civile, actrice majeure de la politique nationale et internationale, a un rôle important à jouer. Concrè­te­ment, il faut donner aux jeunes les moyens de poursuivre des études supérieures au moins pendant cinq ans et de s’organiser en associations pour assainir nos cadres de vie, accompagner l’État et non s’opposer à lui. Les responsables religieux doivent prêcher par l’exemple en insistant sur des valeurs comme le respect de la dignité humaine, l’amour, la charité, la solidarité, la paix, le travail bien fait et bien accompli. Les populations doi­vent participer aux élections. Les chercheurs doivent s’investir davan­tage dans les laboratoires et mettre à la disposition des populations des moyens de protection de la vie. La résignation est une fuite de respon­sabilité. Elle permet à ceux qui sont en train de vouloir assassiner notre démocratie de parvenir à leur but.

14Sixièmement, nous proposons une attitude de pardon et de réconci­liation et un changement de mentalité puisque la démocratie se construit dans la culture et la société. Il faut par exemple que les députés favorisent les réformes nécessaires et utiles au peuple au lieu de s’y opposer simple­ment pour le plaisir de s’y opposer ou parce qu’on veut tout faire pour nuire au président qui n’est pas de notre bord.

15Septièmement, et pour finir, nous proposons aussi le dialogue en cas de conflit entre gouvernants et gouvernés, la patience et une révolution dans le respect du processus démocratique, des « transitions ordonnées ». Nous demandons aux jeunes d’avoir des modèles à imiter et d’éviter autant que faire se peut les erreurs des aînés. La démocratie, en dépit de ses limites, reste le chemin le plus rapide et sécurisé de libération des peuples oppri­més, sous-développés, qui gisent dans la misère la plus noire au monde. L’État de droit présente d’énormes avantages pour tous sans exception. Raison pour laquelle notre démocratie, ce régime politique qui connaît actuellement une crise, a besoin de notre secours. Ce secours, c’est notre contribution personnelle et/ou collective en matière d’attitudes à adopter, de propositions concrètes à imaginer pour sa revitalisation.

  • 2  Ludovic Lado est un jésuite camerounais, doctorant en anthropologie sociale, à l’Université d’Oxfo (...)

16Je termine ce texte sur une réflexion de l’anthropologue Ludovic Lado2 : « Tout point de vue est une vue à partir d’un point. Ce n’est pas parce qu’autrui voit la même réalité autrement que vous qu’il est forcément contre vous. Prenez l’habitude de discuter, de rapprocher au besoin vos points de vue pour mieux voir la réalité. » Cela signifie que notre point de vue n’est pas la meilleure façon de voir ni l’unique point à partir duquel on peut observer la même réalité. Par conséquent, sa non-imposition, mais aussi son « acceptation » malgré sa différence, témoigne de notre attache­ment à la démocratie, de notre volonté à l’implanter chez nous, à la protéger, à la revitaliser quand elle est en crise.

Haut de page

Bibliographie

Diouf, Makhtar (2002), L’Afrique dans la mondialisation, Paris, L’Harmattan.

Verschave, François-Xavier (1998), La Françafrique : le plus long scandale de la République, Paris, Stock.

Verschave, François-Xavier (2000), Noir silence, Nîmes, Les Arènes.

Haut de page

Notes

1  Voir Verschave (1998 et 2000) et Diouf (2002).

2  Ludovic Lado est un jésuite camerounais, doctorant en anthropologie sociale, à l’Université d’Oxford, Angleterre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élysée Allandiguim Mbaïlassem , « De la crise à la révolution : quelle attitude adopter, quelles propositions concrètes imaginer pour la revitalisation de notre démocratie ? », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 30 octobre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/833 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.833

Haut de page

Auteur

Élysée Allandiguim Mbaïlassem

Élysée Allandiguim Mbaïlassem est né le 13 décembre 1987 à M’Bikou dans le sud du Tchad. Après ses études primaires, il a étudié respecti­vement au Petit Séminaire Saint Joseph Mukasa de Donia, au lycée-collège Saint Charles Lwanga de Sarh et au lycée Adoum Dallah de Moundou où il a obtenu son baccalauréat scientifique série D. Il a ensuite fait un an à l’Université de Yaoundé 2 à la Faculté de sciences juridiques et politiques, au département de sciences politiques. Il est actuellement en deuxième année de sciences sociales et de gestion, option sciences juridiques et politiques, à l’Université catholique d’Afrique centrale de Yaoundé. Ce jeune qui rêve de poursuivre ses études jusqu’au doctorat af­fronte des difficultés qui menacent de l’arracher des bancs de l’école après la licence. Mais il reste très optimiste.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org