Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

Précis préliminaire (l’éducation citoyenne)

Pierre-Louis Gosselin-lavoie (23 ans - Canada)

Résumés

Dans ce texte, il ne sera pas question de refaire le système. On n’y accusera personne non plus, car il s’agit d’un exercice philosophique, c’est-à-dire d’un essai initial, en vue d’une prise de position. Un citoyen s’étonne de se trouver à la barre d’un vaisseau qui se dirige tout seul et s’insurge : qu’y ai-je à faire ?

Haut de page

Texte intégral

1Un professeur, un après-midi, nous demande ce que nous en pensons. Il est ouvert à toutes les critiques, il semble sérieux quand il demande : toi, tu en penses quoi ? Hélas, il nous est trop souvent arrivé de nous refuser le droit d’y réfléchir en nous disant que de toute manière, rien ne changera… Et le sujet qui remporte la palme de cette hécatombe intellectuelle ? Notre démocratie ! Je me suis donc retrouvé encore une fois aux prises avec un vieux réflexe d’étudiant, à me barrer la route de la pensée sous prétexte que les choses ont toujours fonctionné de la sorte.

2Répondre à la question du concours est donc une occasion pour moi d’affronter enfin la question du professeur, un moment privilégié de l’ac­complissement de mon devoir de citoyen. On me demande de réinventer, au moins dans l’espace de ces quelques lignes, une démocratie et une vie politique qui inspirent confiance et fierté… façon de dire : toi, tu en penses quoi ? Car penser, n’est-ce pas en quelque sorte bâtir à neuf ? Mieux, je n’ai pas devant moi, cette fois, l’homme terrible près du tableau qui me pousse sans cesse à bout afin de m’obliger à penser. Je suis seul dans la classe, la craie à la main, avec pour unique justification cette vague impression du devoir à accomplir, sans trop savoir de quoi il s’agit. Chose certaine, il faudra plus que des rêveries pour accorder la conscience de chacun au dia­pason du bruit de fond que produirait une démocratie chamboulée, il faudra un plan d’action. Je vais m’y essayer.

3D’entrée de jeu, la question me semble fonctionner en deux temps. Avant d’amorcer la reconstruction, il faut démolir ou plutôt, il faut justifier les modifications. Pourquoi voulons-nous réinventer ? L’évidence nous mène du côté des deux absentes, confiance et fierté, qui ont déserté la fête démocratique. En comprenant la raison de leur départ, nous serons plus à même de rebâtir un lieu où elles seront enclines à se sentir chez elles. Notre route doit, au fond, être celle de l’architecte. Pour quels occupants construisons-nous ? Ce n’est qu’une fois cette question éclaircie que nous pourrons entamer la création du plan adéquat.

4Selon le sens commun, à tout le moins selon ce que l’on m’a enseigné, on ne pourra avoir confiance en moi que si je semble être une personne responsable. Je n’attaque personne en m’exprimant ainsi, je cherche seulement à comprendre les conditions de possibilité de la confiance. Or, cette dernière ne me semble pensable que si l’on juge que la personne en qui on la dépose en est digne. Autrement dit, je ne pourrai avoir confiance en une personne que si elle m’apparaît responsable. C’est ce que j’entendais plus tôt lorsque j’employais le terme de dignité. Pour simplifier, puisque, avouons-le, cette question n’est tout de même pas le nerf de la guerre, di­sons que la confiance est un sentiment qu’une personne entretient pour une autre, que ce sentiment se mérite et qu’il repose sur une certaine passa­tion d’intérêts. On a confiance lorsqu’un risque est impliqué. Un exemple banal : je te prête de l’argent et je sais que tu me le rendras, j’ai confiance en toi. Ici, la confiance concerne la capacité de la personne qui emprunte à rembourser, à tout mettre en œuvre pour obtenir et redonner l’argent dépensé. D’où il me semble pouvoir tirer cette évidence que la confiance ne s’obtient que par la démonstration de la responsabilité. Qui me confie­rait sa montre en sachant pertinemment que je perds tout ? De là, je crois pouvoir affirmer sans trop me tromper que si la confiance en notre démo­cratie s’estompe à vue d’œil, c’est que, quelque part, quelqu’un a cessé de montrer qu’il est une personne responsable, selon l’acception que nous ve­nons de dégager.

5Forts de cette distinction, nous pouvons poursuivre notre digression conceptuelle et aborder la question de la fierté. Encore une fois, il ne me semble pas pouvoir mieux procéder qu’en m’observant. Dans les faits, quand suis-je autorisé à me sentir fier ? Dans un premier temps, et pour le dire bêtement, quand j’ai effectivement fait quelque chose… Une classifi­cation des types de fierté s’impose, car on n’est pas fier de son travail comme on est fier de son pays. Et pourtant, en disant cela, je prends conscience qu’au contraire, je ne les distingue pas – je ne peux être fier de mon pays que dans la mesure où j’ai l’impression d’y avoir donné ma part d’efforts. Il reste un second temps de la question à aborder, condition sine qua non de la fierté. Il faut pouvoir être tenu responsable de son travail, il faut que je puisse considérer cet article comme le mien pour pouvoir ensuite, peut-être, en éprouver de la fierté. Ici, nous touchons un point important quant à la question de la démocratie. Si le citoyen ne se sent plus concerné par la politique, s’il n’a plus l’impression de pouvoir y faire quelque chose, il est impossible de croire qu’il pourra en être fier. Il serait somme toute absurde d’être fier d’une chose à laquelle on se sent tout à fait étranger… et n’est-ce pas ce sentiment d’éloignement que nous sentons à l’œuvre dans l’apathie populaire ? Une précision, avant de passer à l’étape suivante. Je viens effectivement de montrer que la responsabilité se trouve au cœur de la confiance et de la fierté, et que c’est le soupçon de sa perte qui occasionne l’espèce de désillusion qui nous pousse à devoir repenser notre démocratie. Seulement, j’estime qu’il importe de s’attarder encore un peu au sens de ce mot de responsabilité qui doit nous rester jusqu’à la fin.

6Dans les deux cas que nous avons abordés, le point crucial demeure la reconnaissance de l’individualité et de son pouvoir d’action. Dans la confiance, je porte mon attention sur le fait que l’autre agira d’une manière déterminée, qu’il sera à la hauteur de mes attentes. Avec la fierté, je re­connais qu’un effort a été fourni, que le résultat en est beau et bon, puis finalement que cela est lié à mon action. Par conséquent, il est désormais évident que ce qu’il s’agit de penser n’est rien d’autre que la cause de la perte de la responsabilité, étant donné que c’est cette dernière qui est sus­ceptible de régénérer confiance et fierté. Ce n’est plus seulement un doute qui nous anime, mais un impératif précis et réfléchi.

7Pour continuer de raisonner de manière lucide, il nous faut main­tenant examiner ce qu’est cette démocratie que nous souhaitons réformer. Le fondement d’un système de représentation est théoriquement assez simple : remettre à d’autres la charge de gérer le bien commun. En effet, dans la pratique, ce bien commun ne peut être pris en charge par chacun, comme ce devrait être le cas dans une démocratie directe. Tout en admet­tant la trop grande simplification de cet abrégé, reconnaissons que le principe énoncé est bien celui qui agit dans ce type de démocratie. Concé­dons également que l’on adopte une démocratie représentative pour pallier les insuffisances ou les impossibilités d’une démocratie directe.

8Maintenant, examinons ce qu’il advient de la responsabilité indi­viduelle dans le cadre d’une telle organisation sociétale. Moi, électeur, je vote pour un certain parti. C’en est un autre qui est élu. Évidemment, c’est, de mon point de vue, la conséquence du nombre plus élevé des électeurs de ce parti. Et pourtant d’un autre côté, n’aurai-je pas dû m’exprimer sur un plus grand nombre de tribunes afin de convaincre les autres de mon point de vue ? Par la suite, ce gouvernement, démocratiquement élu, prend une décision que je juge mauvaise. La faute en revient aux membres de ce parti. Pourtant, n’agissent-ils pas au nom d’un certain groupe d’électeurs ? Au fond, le but de ce petit interrogatoire n’est rien d’autre qu’une tentative de démontrer qu’en déléguant le bien commun aux mains d’un corps po­litique, on délègue du même coup sa propre responsabilité. L’implication de l’individu prend fin en quelque sorte à partir du moment où il a tracé sa croix sur son bulletin de vote. Et les gouvernants, agissent-ils à leur compte ? Certainement pas, car ils représentent la société élective ! Dès lors, comment pourraient-ils se percevoir comme personnellement res­pon­sables des actions du gouvernement auquel ils participent, puisqu’en tant qu’individus, ils sont comme dépossédés d’eux-mêmes ?

9La conclusion : il me semble trouver dans le principe même de la démocratie représentative la cause de la dissolution de la responsabilité individuelle. En d’autres termes, ce qu’une telle démocratie implique, c’est que chacun est collectivement responsable des actions entreprises par le gouvernement, puisqu’il a été élu ; néanmoins, cette responsabilité ne tou­che aucunement l’individu, étant donné qu’il a confié à d’autres son pou­voir d’action politique. Hannah Arendt a bien décrit cela, dans un tout autre contexte, quand elle écrivait que « […] si tous sont coupables, per­sonne ne l’est » (2005 : 52).

10L’objectif ne saurait être plus explicite : repenser la démocratie afin qu’elle permette à chacun de se ressaisir de sa responsabilité à l’égard de la chose publique, tant le citoyen ordinaire que le citoyen impliqué dans la machine gouvernementale. Toutefois, si le problème, ainsi exposé, est on ne peut plus dramatique, il ne semble pas être insoluble, car s’il est une chose que Arendt a bien démontrée, c’est que quiconque possède encore une faculté de juger ne peut éluder sa responsabilité, malgré tous les efforts déployés pour le faire croire. Après tout, peut-être ne nous sera-t-il pas nécessaire de tout bouleverser. L’idée sera plutôt d’envisager des actions concrètes et ciblées pour réactiver la réflexion de chacun quant à son rôle. Pour ce faire, deux corps sociaux seront sollicités dans une lutte à long terme.

11En premier lieu, il convient de travailler sur les plus jeunes, de leur inculquer le sens de la responsabilité, et ce, dès le début de leur formation académique. Cela pourrait se faire, entre autres, par un cours d’éducation civique qui serait poursuivi tout au long du parcours scolaire. Les plus jeunes seraient ainsi rapidement initiés aux grands principes qui font en sorte d’assainir la démocratie en enrayant ses tendances néfastes. Par la suite, il serait plutôt question d’amener les plus vieux à réfléchir sur ces principes – désormais acquis – afin d’en comprendre les justifications. Par contre, pour que cela puisse voir le jour et obtenir les résultats escomptés, il faut que les enseignants reçoivent eux aussi une formation rigoureuse quant à l’importance cruciale de ce cours qu’ils auront à donner. Puis, si nous sommes d’accord sur le fait que les jeunes doivent être ciblés en pre­mier (et leurs professeurs avec eux), il faudra convaincre les responsables de l’éducation au gouvernement, et donc l’ensemble des citoyens (!), du bien-fondé de nos revendications. Mais comprenons-nous bien. Nous n’en sommes pas à exiger une refonte totale du système d’éducation – au contraire –, nous ne demandons que l’ajout d’un cours supplémentaire et obligatoire. Soit dit en passant, ce cours aurait très certainement un effet salutaire quant à la question de l’identité nationale, puisqu’il aurait à sa source l’affirmation forte de valeurs citoyennes, dont la responsabilité est à la base. Or, pour que les dirigeants puissent obtempérer à notre exigence, il faudra obtenir l’appui massif des médias, car il va sans dire que seule l’opinion publique possède la puissance nécessaire pour la réussite de notre projet.

12Qu’il me soit permis, en conclusion, de revenir sur le moment initial de ma démarche. J’étais alors à constater la difficulté de cette question : toi, tu en penses quoi ? Je crois fermement qu’elle constitue la preuve a poste­riori de la plausibilité de tout ce que je viens d’échafauder. En effet, s’il m’a été permis d’y répondre, c’est que nous possédons la confirmation que tout n’est pas à jeter dans notre démocratie – il existe toujours des espaces de réflexion, il existe toujours des tribunes, des gens qui continuent d’appeler à la responsabilisation. Il est simplement temps de leur donner un coup de pouce.

Haut de page

Bibliographie

Arendt, Hannah (2005), Responsabilité et jugement, Paris, Payot.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Louis Gosselin-lavoie , « Précis préliminaire (l’éducation citoyenne) », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/819 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.819

Haut de page

Auteur

Pierre-Louis Gosselin-lavoie

Pierre-Louis Gosselin-Lavoie étudie la philosophie à l’Université Laval (Québec). Son mémoire de maîtrise portera sur le choix, plus précisément chez Blaise Pascal, Søren Kierkegaard et Albert Camus. C’est d’abord le théâtre et la poésie qui l’ont éveillé aux problèmes de l’existence, et c’est par eux encore qu’il se plaît davantage à réfléchir. Il s’est toujours efforcé d’habiter un peu plus ses propres pas.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org