Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

Pourquoi la démocratie?

Olivier Verreault-Lefebvre (22 ans - Canada)

Résumés

Ce texte constitue une apologie de la démocratie directe. Il montre comment ce régime politique pourrait s’inclure dans une société, particulièrement dans la politique québécoise.

Haut de page

Texte intégral

1La première question qui m’est venue en tête lors de la lecture de votre concours a été la suivante : pourquoi la démocratie ? L’institu­tion et ses représentants souffrent d’un manque de légitimité et d’un cynisme des plus frappants dans l’histoire du Québec. Quelles sont les raisons derrière cela ? Est-elle mal menée ? Mal orientée ? Sous-utilisée ? Considérant tous ces problèmes, on peut alors se demander si c’est réellement le bon système politique et si elle nous apporte véritablement beaucoup d’avantages d’un point de vue social. Cer­tains sophistes plaideront que c’est également cette démocratie qui a permis à un certain Adolf Hitler d’atteindre le pouvoir en 1933. Comment légitimer un tel système sous un aspect si délicat ?

2La démocratie est assurément bourrée de défauts. Winston Churchill, en pleine Chambre des communes lorsqu’il était chef de l’oppo­sition officielle en 1947, avait d’ailleurs déclaré : « Democracy is the worst form of Government except all those other forms that have been tried from time to time » (la démocratie est la pire forme de gouvernement, excepté toutes les autres formes qui ont été expé­rimentées dans l’histoire). À la lumière de tous les problèmes an­non­cés dans votre concours, peut-on vraiment croire que ce système est efficace et efficient ? Pourquoi ne pas relancer les dés et faire une nouvelle tentative avec un autre système, doté d’autres défauts, mais aussi d’autres qualités ? Pourquoi s’acharner sur un système si impar­fait et si complexe d’application ?

3Jean-Jacques Rousseau, dans son célèbre Du contrat social, faisait l’apologie de la démocratie directe, où sa « volonté générale » allait plus loin qu’une simple sommation des votes comme on la connaît aujourd’hui. C’était ce qu’aujourd’hui on appelle au Québec le « gros bon sens », la meil­leure solution, loin de la tiédeur d’une solution « compromiste ». C’était la bonne solution, issue du peuple. Comme on le sait, c’est entre autres ce qui a permis à la Révolution française d’avoir lieu de la façon qu’on la connaît aujourd’hui.

4Sans reprendre le plaidoyer de Rousseau, je crois qu’il y a du bon à revenir à la source du problème qui a permis ce que l’on connaît, la démo­cratie occidentale actuelle. Si l’on se fie à la définition du Petit Robert, la démocratie est une « doctrine politique d’après laquelle la souveraineté doit appartenir à l’ensemble des citoyens ». Cette définition peut être qua­li­fiée de noble, simple et idéale à toute forme de société, et ce, partout dans le monde. Or, la question est maintenant à savoir qu’est-ce qui fait en sorte qu’on s’est tant éloigné du peuple, que nos gouvernements d’aujourd’hui ne suivent que partiellement la volonté du peuple. Pourquoi elle a autant dérapé ? Pour les non-convaincus de la teneur de cette question, nous n’avons qu’à prendre au Québec le cas des gaz de schiste où la majorité de la population demande un moratoire ou celle du gouvernement canadien sur les grandes questions environnementales.

5Nous connaissons, à travers plusieurs paliers de gouvernement, des problèmes récurrents liés à notre démocratie. Ce sont des moindres maux considérant bien des situations dans le monde, notamment les crises qui tiraillent le monde arabe. On peut se dire que, somme toute, on vit relati­vement bien et qu’on se plaint un peu le ventre plein à vouloir tout changer et revoir ce qui est déjà bien.

6Par contre, on peut également se retrousser les manches et tenter d’améliorer la démocratie, de la perfectionner.

7L’heure est maintenant à la résolution. Quoi faire pour pallier ces problèmes ? La solution peut paraître triviale, mais c’est la seule qui se doit d’être ; rehausser la participation citoyenne et lui donner une certaine légi­ti­mité. Pourquoi ? Parce que la participation citoyenne fait en sorte que les citoyens se sentent interpellés par le politique, qu’ils sentent que leur opinion est importante et que leurs représentants les écoutent. Si on lui donne également la légitimité et l’importance qu’elle représente, on ne pourra dire que les représentants du peuple n’écoutent pas la population. N’est-ce pas la seule et unique fonction de la démocratie ?

8Les solutions prennent principalement deux formes : forum ou com­mission citoyenne et référendum sur des questions de haute importance. Les médias nous les présentent souvent comme des artifices de faible importance qui ne sont pas vraiment pris en compte en bout de ligne par nos gouvernements et qui coûtent cher. Regardons cela de plus près.

9Pour ce qui est des référendums, nos gouvernements se sentent sou­vent liés par les réponses données aux questions posées. La question de la pertinence n’est donc pas à poser. Les coûts peuvent cependant être remis en question. Or, prenons par exemple la question de la réorganisation municipale du début du xxie siècle au Québec. N’aurait-il pas été adéquat de tâter le pouls de la population québécoise avant de s’embarquer dans cette décision unilatérale du gouvernement de l’époque ? N’aurions-nous pas économisé des millions de dollars en structuration et déstructuration de l’appareil municipal ? Poser la question, c’est y répondre ! Voilà donc un exemple concret en quoi l’avis de la population aurait été nécessaire et aurait même permis d’économiser de l’argent ! Les exemples de la Suisse et des États-Unis sont particulièrement intéressants pour ce qui est des référendums.

10Mon argumentaire est loin d’être à teneur économique. Sans dire que la question des coûts est futile dans une telle discussion, elle ne doit pas être mise en avant-plan. C’est pour cela que les coûts escomptés de mes propositions ne seront pas vraiment pris en compte, quoiqu’il soit facile de démontrer le gain en efficacité que mes mesures proposent.

11Pour ce qui est des commissions, leur utilité est souvent remise en question. Je pense notamment à la commission Bouchard-Taylor, ou Com­mission de consultation sur les pratiques d’accommodement reliées aux différences culturelles (CCPARDC), qui a eu lieu en 2008 au Québec. Ce­pendant, on ne peut contredire le fait que cette commission a permis de remuer le débat et a fait en sorte que chaque citoyen s’était formé une opi­nion sur le sujet, qu’il s’était fait, ce que l’on appelle au Québec, sa « p’tite idée là-dessus » ! Considérant cela, la commission Bouchard-Taylor a eu des effets positifs qui n’ont pas été rapportés dans les médias. Il faut également constater que le débat de fond a créé cette commission. Or, ce devrait être l’inverse : la commission ou le forum devrait susciter le débat. Cela aurait comme principal attribut de rendre les débats plus vivants, et donnerait un plus grand intérêt envers la politique. Nos gouvernements de­vraient être ensuite liés aux principales recommandations faites dans ces tri­bunes. Ces commissions permettent également d’avoir des informations de façon plus neutre et moins négatives que les penchants des médias nous font voir.

12Mais surtout, cela permettrait d’avoir l’idée de la volonté générale du peuple. Cela est primordial dans une société dite démocratique pour savoir bien représenter le peuple en relation avec l’État. La démocratie doit dé­cou­ler du peuple, se traduire dans les décisions du peuple et servir au peuple, rien d’autre.

13Pourquoi la démocratie ? Parce qu’elle en vaut la peine… si elle est bien faite !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Verreault-Lefebvre , « Pourquoi la démocratie? », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/812 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.812

Haut de page

Auteur

Olivier Verreault-Lefebvre

Olivier Verreault-Lefebvre a un baccalauréat en économie mathématique de l’Université Laval. Il termine actuellement une maîtrise en économie à la même université. Il est également auxiliaire de recherche au Centre de recherche en économie de l’environnement, l’agroalimentaire, les trans­ports et l’énergie (CREATE). Il est aussi très impliqué dans le mou­vement étudiant de l’Université Laval, où il a déjà été élu aux postes de coordo­nnateur des affaires internes de Québec Solidaire-Université Laval (QS-Ulaval) et de président et vice-président aux affaires pédagogiques de l’As­sociation des prégradués en économique de l’Université Laval (APEL).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org