Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

« Revaloriser l’élite politique », c’est revaloriser la représentation

Réponse à Mathieu Santos-Bouffard
Joseph Yvon Thériault

Résumés

À l’encontre d’une certaine mouvance populiste pour qui le renouveau de la démocratie passerait par le renforcement du pouvoir citoyen, Mathieu Santos-Bouffard propose au contraire de revaloriser l’élite politique. Je suggère d’inscrire cette proposition dans une autre plus large, soit celle de la revalorisation de la représentation. Dès lors, vouloir revaloriser l’élite politique, c’est vouloir revaloriser la représentation politique. Le présent texte montre l’importance de la représentation et sa fragilité dans les démocraties modernes, puis analyse les propositions de renouvellement proposées par Santos-Bouffard à la lumière de leurs effets sur la représentation.

Haut de page

Texte intégral

1Le texte de Mathieu Santos-Bouffard répond à la crise de légitimité des institutions de la démocratie représentative par des propositions fortement originales et pertinentes. En effet, alors que la plupart des reproches à la démocratie représentative se font aujourd’hui au nom du renouveau du pouvoir citoyen, Santos-Bouffard propose plutôt de « revaloriser l’élite poli­tique », la fonction de chef du gouvernement (l’État) en premier et celle du député par la suite.

2Je pense que Santos-Bouffard a fondamentalement raison. Notre dé­mocratie souffre plus de (dé)légitimation de sa classe politique que d’ab­­sence de paroles citoyennes. Je ne suis pas certain toutefois que l’en­sem­ble des mesures proposées par Santos-Bouffard pour revaloriser la fonction politicienne des élus politiques vont toutes dans ce sens. C’est ce que je m’apprête à montrer.

De la méfiance à la revalorisation du politique

3Je commencerai par présenter mon accord avec Santos-Bouffard. Pourquoi est-il urgent, pour reprendre ses mots, de « revaloriser l’élite politique », et j’ajouterai, plus largement, de redonner une noblesse aux institutions de la démocratie ?

4Une grande méfiance envers la classe politique et les institutions de la démocratie s’est abattue sur les sociétés occidentales au cours des trente dernières années. Nous ne croyons plus aux vertus de la représentation. Nous voulons nous gouverner nous-mêmes. Nos hommes et nos femmes politiques sont soupçonnés de défendre leurs intérêts privés, lorsqu’ils ne sont pas carrément accusés de malversations. Les Parlements seraient devenus des lieux où l’intérêt partisan – chose devenue négative – se dé­ploierait au détriment de la représentation citoyenne.

5Face à ce malaise démocratique, de multiples voix se sont fait enten­dre pour accroître le pouvoir du citoyen sur les élus. On exige des comités de surveillance, des mesures pour démettre de leurs fonctions les députés qui ne respectent pas leur promesse, la fin des partis politiques, le droit citoyen à lancer des référendums. De façon générale, ces mesures m’appa­raissent viser la mauvaise cible. Ce n’est pas aujourd’hui la participation citoyenne qui est en crise. Celle-ci est plutôt en croissance. Plus que jamais, les individus observent la vie politique, participent à des manifes­tations, se mobilisent pour de multiples causes. Internet et ce que l’on nomme abusivement les « réseaux sociaux » sont effectivement des outils qui ont démultiplié la parole citoyenne.

6Non, ce qui est en crise aujourd’hui, c’est bien la fonction politique, notamment la représentation politique. Ce que les gens font moins, c’est s’inscrire et militer dans un parti politique, c’est voter, c’est valoriser le travail des élus politiques comme un travail au service du bien public, c’est chérir le Parlement comme le salon de la nation. Dans toutes les sociétés occidentales, les indices de confiance dans les institutions de la représen­tation sont en baisse. La « mobilisation » ou, pour employer un langage à mode, « l’indignation », elle, se porte plutôt bien.

7Quand je dis que les artisans du renouveau de la démocratie se trompent de cible, je veux dire par là qu’ils insistent habituellement sur le renouvellement de ce qui va relativement bien – la multiplication des mobilisations et des forums citoyens – et délaissent ou critiquent ce qui va mal – le lieu politique de la représentation.

8Je rappellerai simplement que ce lieu de la représentation est un lieu vital en démocratie. C’est ce qu’oublient trop souvent les tenants de la démocratie directe. Sans représentation, la démocratie sombre facilement dans une forme de démagogie ou de cacophonie. La représentation est par excellence le lieu politique de la démocratie. Elle institue un moment entre l’affirmation brute de la parole citoyenne et la prise de décisions collectives.

9En créant une scène politique, le moment politique rend visible la parole citoyenne. Cette scène – la vie politique, ses partis, son Parlement, ses hommes et femmes politiques – agit alors comme un réducteur de l’infi­nie diversité des voix qui émanent de la société civile. Par ce procès de réduction, la représentation politique conglomère en projet politique lisi­ble des paroles citoyennes éclatées en multiples particules. Finalement, sans ce moment politique, sans cette réduction de la pluralité en pro­gramme, la démocratie ne pourrait transformer les paroles du peuple en action politique. Car, comme le rappelle justement Santos-Bouchard en citant Aristote : « La politique a pour fin non pas la connaissance, mais l’action. »

10Nos démocraties modernes ne sont devenues fonctionnelles qu’avec la découverte de la représentation. Toutes les tentatives précédentes, dans l’Antiquité, dans les cités italiennes de la Renaissance, furent de brèves et éphémères expériences. Il a fallu la représentation et ses institutions pour rendre opérationnelle la démocratie. C’est pourquoi en insistant aujourd’hui pour plus de démocratie (directe) et moins de représentation, on est susceptible d’affaiblir la démocratie plutôt que de la renforcer. C’est le cas où l’on peut dire que le remède pourrait tuer le cheval.

11Ce que ne fait pas, je le rappelle, Santos-Bouffard. Son texte s’inscrit en faux contre cette démarche qui voudrait, au nom de la vraie démocratie, affaiblir les instances de représentation. Il propose en tout premier lieu de revaloriser la fonction du premier ministre par une élection au suffrage universel. Cela aurait pour effet de légitimer sa fonction de représentation de l’ensemble des citoyens et non celle, comme dans le régime parlemen­taire actuel, de chef de la fraction la plus importante du Parlement. L’élec­tion de type présidentiel est effectivement un mécanisme éprouvé d’agglu­tination de la pluralité en intérêt commun. Cela n’est pas toutefois sans soulever d’autres questions, j’y reviendrai.

12La revalorisation du rôle du député est aussi au cœur des propo­si­tions de Santos-Bouffard. Reconnaître la valeur du député en augmentant son salaire, voilà une proposition courageuse, contraire au populisme ambiant. Ensuite, il propose de lui reconnaître une fonction pédagogique en inscrivant dans son agenda un travail d’éducateur auprès de la jeunesse, un travail de (re)valorisation de l’engagement public : le député comme instituteur du peuple. Il s’agit encore là d’une fonction fort éloignée de l’idée du député simple relais de la parole populaire. Voilà une idée qui sied bien à la proposition que les mécanismes de la représentation créent un moment politique. Même chose pour l’obligation du député d’organiser régulièrement auprès de ses électeurs des forums de délibération collective, pourvu bien entendu que ceux-ci ne se transforment pas en tribunal politi­que se substituant à la volonté populaire exprimée par l’élection.

Des voies dangereuses pour la revalorisation du politique

13Toutes les propositions de Santos-Bouffard ne semblent pas concourir pour autant à son objectif de revaloriser l’élite politique et par-delà de préserver la fonction politique de la représentation. Je pense par exemple à cette idée de nommer les ministres à partir de concours sur leurs compé­tences (comme les fonctionnaires). Cela aurait pour effet de soustraire l’exécutif du gouvernement au pouvoir populaire (électoral) et de le bureaucratiser. Cela reprend en partie le modèle américain qui participe de façon générale à dévaloriser la fonction politicienne en réglant les multi­ples crises – provoquées par la logique même du système – entre l’exécutif et le législatif par des compromis entre lobbies et non par l’intérêt général. La présidentialisation du poste de premier ministre ne doit pas se faire en dissociant complètement, à la Montesquieu, l’exécutif du législatif. N’ou­blions pas que Montesquieu, comme les pères de la démocratie améri­caine, avait une certaine peur de la démocratie. Ils inventèrent des méca­nismes pour en limiter la portée.

14Même chose pour la ligne de parti. Celle-ci, dit Santos-Bouffard, « ne fait qu’entraver le rôle de ces acteurs qui ne demandent qu’à affirmer leurs opinions ». Il y a là certes une idée noble du député : celui qui ne représente personne et qui participe par le débat des opinions à définir le bien commun. Si, ultimement, un tel horizon moral du député doit être maintenu, notamment dans des dossiers touchant des enjeux moraux fon­damentaux, il faut bien convenir qu’un tel principe ne saurait définir la vie politique. Faire de la politique, ce n’est pas exclusivement affirmer sa liberté, c’est aussi participer à la formulation d’intérêts communs. La liberté de parole n’est jamais si forte que lorsqu’elle est vivifiée par les institutions de la démocratie.

15Un député n’est pas n’importe quel acteur. Il s’est fait élire à titre de représentant des intérêts des électeurs de son comté. Il s’est fait élire aussi sur une proposition de programme politique qui définit une idée du bien public que l’électeur a accepté, du moins conjoncturellement. Ces fonctions de député sont des fonctions de représentation. Donner la liberté à un député de modifier comme il l’entend, au gré de son humeur, les « li­gnes de parti », c’est minimiser le rôle de concentrateurs d’intérêts et d’opi­nions que sont les partis, c’est enlever toute signification à la délibération partisane et au vote, c’est interdire toute représentation politique. Que serait une démocratie sans ces partis qui agglutinent la multiplicité des opinions politiques en enjeux lisibles pour l’électeur ? C’est pourquoi il faut exiger que les partis politiques deviennent de vrais lieux d’opérateurs politiques ; et non pas miser sur la fin de ceux-ci au nom de la liberté du député.

16Revaloriser le politique, c’est nécessairement revaloriser l’élite politique, ainsi que le propose Santos-Bouffard. Car il n’y a pas de politique sans un certain élitisme, du moins une mise à distance de l’infinie diversité des bruits et des opinions qui surgissent du peuple. Cette mise à distance opère une réduction des opinions et rend visibles les enjeux. Elle permet aussi de transformer les opinions en propositions d’actions. Cette mise à distance se réalise par l’intermédiaire des institutions et des acteurs de la représen­ta­tion. Ces institutions sont fragiles ; c’est pourquoi, dans les tentatives aujourd’hui de renouveler la démocratie, il faut faire attention à ne pas les fragiliser encore davantage, comme y invite le populisme ambiant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Yvon Thériault , « « Revaloriser l’élite politique », c’est revaloriser la représentation », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 30 octobre 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/807 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.807

Haut de page

Auteur

Joseph Yvon Thériault

Joseph Yvon Thériault est professeur titulaire au Département de socio­lo­gie à l’Université du Québec à Montréal où il est titulaire d’une chaire de recherche du Canada en mondialisation, citoyenneté et démocratie. Ses recherches portent sur les rapports entre les identités collectives et la démocratie (citoyenneté) dans une perspective d’histoire des idées, d’ana­lyse comparative des petites sociétés et, de manière particulière, dans le contexte de la société québécoise, de l’Acadie et des francophonies mino­ritaires du Canada. Parmi ses publications sur ces questions, retenons La société civile (1985), L’identité à l’épreuve de la modernité, livre pour lequel il a reçu le prix France-Acadie (1996), Critique de l’américanité, mémoire et démocratie au Québec (prix Richard-Arès et Prix de la présidence de l’As­semblée nationale du Québec 2003) et Faire société, société civile et espaces francophones (2007). Il a été élu membre de la Société royale du Canada en 2004 et est boursier Trudeau (2007-2010).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org