Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

L’avenir de notre démocratie : revaloriser l’élite politique

Mathieu Santos-Bouffard (18 ans - Canada)

Résumés

La démocratie agit pour le peuple et par le peuple. Cette relation est souvent laborieuse, ce qui s’explique par une structure dépassée qui se doit d’être réformée. En renforçant la qualité de la classe dirigeante, en rapprochant les Québécois et leurs élus ainsi qu’en assurant la présence de candidats de renom à l’Assemblée nationale, nous effectuons les premiers pas d’un exercice de réforme des institutions qui ne peut qu’être bénéfique. Les réflexions et propositions présentées ici sont certes ambitieuses, mais non pas irréalisables.

Haut de page

Texte intégral

1De nombreuses voix s’élèvent pour que la qualité de la démocratie occupe davantage l’avant-plan de notre système politique. L’exercice du pouvoir par le peuple est un droit qui appartient à tous les citoyens, mais ces der­niers remplissent-ils leurs devoirs ? À qui revient le blâme de la lente perte de lustre de la démocratie ? Le peuple demande avec raison des initiatives gouvernementales pour évacuer la corruption qui gangrène notre structure politique. Je pense plutôt que la meilleure stratégie contre la corruption demeure la hausse de l’intérêt des citoyens pour la politique québécoise. Des solutions techniques sont envisageables, mais seul un réel mouvement social démontrera notre désir solidaire d’un État juste et équitable. Un tel engagement envers notre système démocratique se traduit par un investis­sement dans le futur afin de solidifier notre confiance envers nos institu­tions politiques. Quels changements doivent être opérés afin de rétablir le sentiment de fierté et de stimuler l’avant-gardisme et le dyna­misme de nos politiciens ? Ces innovations reposent sur trois grands piliers autour desquels nous devons rebâtir notre système démocratique québécois : la légitimité de la personne qui est au cœur du pouvoir politique, le contact humain avec les élus et le prestige accru de notre démocratie afin de redorer le blason des hautes institutions publiques.

2Le visage du Québec à l’étranger et le principal représentant de nos intérêts et de nos revendications restent sans équivoque le premier minis­tre. Tête pensante de toutes les décisions, celui qui entérine projets, budgets et décisions politiques, il détient un rôle prestigieux et des responsabilités qui cumulent une pression inimaginable ; sa personnalité se doit d’être charismatique. La réalité montre pourtant une image à l’opposé de ce que la nation réclame. Au cœur de toutes les failles administratives, chef de la corruption et narcissique affirmé sont des invectives qui lui sont attribuées par ses concitoyens. N’y a-t-il pas moyen de consolider sa posi­tion et d’attirer les meilleurs éléments de la classe entreprenante vers ce poste ?

  • 1  L’Assemblée nationale du Québec représente la chambre élue de la province du Québec. Elle décide s (...)
  • 2  La ligne de parti désigne le code de conduite des députés d’un même parti pendant le vote d’une sé (...)

3La première avenue possible consiste à élire le premier ministre au suffrage universel. Une telle élection contribuerait à valoriser le vote et permettrait au président d’avoir l’appui de la majorité de la population. Le président s’occuperait des questions exécutives directement liées au cabinet des ministres en exécutant les décisions des élus, alors que l’Assemblée na­tionale1 détiendrait le pouvoir législatif libéré de la ligne de parti2 officielle normalement imposée par le président de parti. Cette division du pouvoir en trois entités claires et distinctes, telle que suggérée par Montesquieu, créerait une représentation égale de chaque entité (exécutif, judiciaire et législatif). Le président disposerait d’un droit de veto, selon le modèle amé­ricain, pour affirmer son pouvoir, mais ne pourrait l’utiliser si la déci­sion est votée par plus de 80 % des membres de l’Assemblée nationale.

4À cela s’ajoutent quelques précautions afin de conserver du dyna­misme et de la dignité à la tête de notre province. Il faudrait limiter à deux mandats la candidature d’un même président afin d’assurer un renouveau idéologique. Il faudrait aussi divulguer publiquement l’emploi du temps de tous les politiciens, afin d’ajouter une pression supplémentaire et une bar­rière morale contre la corruption et la gestion douteuse des fonds publics. Ces deux précautions ciblent un objectif clair, soit limiter les cas de manigances politiques sans toutefois mettre dans un carcan les politiques gouvernementales.

  • 3  Le comté désigne une façon archaïque de décrire les limites d’une région électorale héritée du sys (...)
  • 4  La circonscription désigne les limites d’une région électorale où siège chacun des 125 députés du (...)

5Les députés ont pour première mission de représenter le comté3 où ils ont emporté l’élection. En incarnant les intérêts de chaque cir­conscrip­tion4, ces personnes figurent parmi les meilleurs émissaires de la démo­cratie au Québec. Leur contact avec la population est-il suffisant ? Ces hommes et femmes maîtrisent tous la langue de Molière et détiennent une éloquence notable. Devraient-ils donner des conférences dans des écoles et transmettre leur passion ? Leur charge de travail leur permet-elle de s’im­pliquer activement dans leur société ? Les députés doivent se donner la mission de partager leur savoir et leurs connaissances. La seule façon d’as­surer un avenir prometteur au métier de député passe par leur implica­tion concrète envers l’avenir du Québec. Leur horaire devrait leur permettre de passer au minimum trois jours par année dans les écoles de leur cir­conscrip­tion afin d’initier la jeunesse à la politique, de manière à ce que les étudiants constatent le cheminement et les accomplissements de leurs élus, découvrent les études et les débuts de leur carrière. Grâce à ces acteurs du système politique disposés à transmettre leur passion, les jeunes com­prendront que n’importe quel homme ou femme peut accéder à la politi­que par le fruit de ses efforts. Voilà une belle façon de rétablir la fierté à l’égard de notre démocratie et de rétablir la confiance des jeunes, minée par des scandales de corruption et des désillusions.

6Les élus seraient également obligés de tenir trois fois par année une assemblée de comté leur permettant d’interagir avec les citoyens de leur communauté et de prendre le pouls de leurs questionnements. L’implica­tion des députés dans leur comté ne fera qu’augmenter leur visibilité et leur capital social. Leur seule présence à des activités sportives, culturelles et communautaires contribuerait inéluctablement à leur popularité. Bref, l’objectif de toutes ces mesures demeure le rapprochement des politiciens avec les citoyens non élus.

7Les défis associés au poste de député au Québec se chiffrent par mil­liers. Ces individus constituent des rouages importants de tous les champs d’activité, que ce soit l’économie, la santé, l’éducation. Plus la qualité des membres de l’Assemblée nationale sera relevée, mieux nous serons dirigés. Pouvons-nous attirer les meilleurs éléments du Québec, à l’exemple de ce que vise le secteur privé ? Accordons-nous assez de prestige à ces postes ou avons-nous oublié la reconnaissance qu’ils méritent ? Donnons-nous tous les outils aux députés afin qu’ils puissent se faire entendre et transformer leurs convictions en actions ? Les possibilités semblent immenses pour les élus, mais leur rayon d’action et de pensée se limite bien souvent aux bornes édictées par leur parti. La ligne de parti ne fait qu’entraver le rôle de ces acteurs qui ne demandent qu’à affirmer leurs opinions. Cette pratique contraignante et opposée à la liberté d’expression ralentit l’évolu­tion de nos instances publiques. Alors que la diplomatie incite les acteurs à s’influencer et à comprendre réellement les enjeux pour en faire ressortir un raisonnement nuancé, la ligne de parti ne fait que détruire l’initiative et les débats entre les membres d’un même parti. Par la suite, le salaire dé­suet d’un député par rapport à la somme de travail accompli décourage plusieurs candidats. Pourtant, nous n’aurons que des avantages à attirer à l’Assemblée nationale les avant-gardistes, les innovateurs et les entrepre­neurs de notre société ! Un salaire majoré par des bonis de productivité au terme de l’année augmenterait exponentiellement leur motivation.

8Finalement, le processus de sélection des ministres est au cœur du renouveau que je propose. Choisies parmi les meilleurs spécialistes du pays, ces personnes n’auraient pas besoin d’être élues. Elles concourraient pour l’obtention de l’emploi par des entrevues et des tests. Puis l’Assemblée nationale déciderait par vote majoritaire simple du candidat retenu. Dynamisme, compétitivité et professionnalisme sont les qualités que les ministres devront posséder pour espérer remporter les honneurs de diriger un ministère. Leur salaire différerait de celui des députés.

  • 5  Le Québec est considéré comme une nation depuis 2006 par le gouvernement canadien en raison de l’h (...)

9Une telle consolidation de la démocratie québécoise profitera à tous les citoyens, qui sentiront l’engagement profond de la classe dirigeante. Une telle réforme des institutions assurera la pérennité d’une démocratie qui saura mettre en valeur l’avant-gardisme et les compétences de ses politiciens. Grâce au renforcement de la classe dirigeante de notre nation5, au rapprochement des Québécois avec la classe politique et à la présence de candidats de renom aux postes de député et de ministre, nous réussirons à bâtir notre avenir avec assurance. Il ne faut pas oublier qu’aussi déstruc­turé et corrompu qu’il puisse paraître, le gouvernement est constitué à notre image. Notre devoir premier consiste à voter et, par le fait même, à nous octroyer le droit de demander tous les changements et tous les débats nécessaires. Chaque citoyen a une voix qui, unie aux autres, nommera les hommes et les femmes qui amorceront le changement, car comme le disait Aristote, « la politique a pour fin non pas la connaissance, mais l’action ».

Haut de page

Notes

1  L’Assemblée nationale du Québec représente la chambre élue de la province du Québec. Elle décide sur les compétences que lui accorde le gouvernement canadien (éducation, santé, immigration, etc.).

2  La ligne de parti désigne le code de conduite des députés d’un même parti pendant le vote d’une séance parlementaire.

3  Le comté désigne une façon archaïque de décrire les limites d’une région électorale héritée du système électoral français.

4  La circonscription désigne les limites d’une région électorale où siège chacun des 125 députés du Québec.

5  Le Québec est considéré comme une nation depuis 2006 par le gouvernement canadien en raison de l’héritage français de la province.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Santos-Bouffard , « L’avenir de notre démocratie : revaloriser l’élite politique », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 30 octobre 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/796 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.796

Haut de page

Auteur

Mathieu Santos-Bouffard

Mathieu Santos-Bouffard est un étudiant du profil sciences humaines monde au Collège André-Grasset de Montréal. Il participe activement à la vie étudiante et administre le conseil étudiant à titre de président. Ses nombreux engagements dans le milieu politique et de l’entrepreneuriat le poussent à toujours vouloir repousser ses limites.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org