Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

La démocratie, une quête perpétuelle !

Réponse à Danielle Béatrice Ongono Bikoe et à Amadou Moctar Diallo
Henri Assogba

Résumés

Éduquer à la citoyenneté, limiter le nombre de formations politiques, simplifier et rendre plus crédible l’organisation des élections, élargir la réflexion au-delà des élections pour mieux appréhender la vitalité démocratique d’un pays, voilà quelques-unes des actions concrètes proposées par deux jeunes Africains pour revitaliser la démocratie. J’y ajoute des pistes complémentaires comme la nécessité de mener des réformes structurelles profondes, la promotion et l’adoption d’une culture de l’éthique publique et enfin l’inscription dans un processus d’amélioration continue.

Haut de page

Texte intégral

1Mardi 4 octobre 2011, il est 8 h 40 à Québec. Il y a une dizaine de minutes environ que je suis devant le nouveau document vierge ouvert sur mon écran d’ordinateur, me demandant par où commencer ma réponse aux deux pertinentes réflexions sur la démocratie en Afrique subsaharienne signées par Danielle Béatrice Ongono Bikoe (Cameroun) et Amadou Moctar Diallo (Sénégal). Également connecté à Internet, j’écoute en direct, d’une oreille distraite, le journal « Afrique-midi » (décalage horaire oblige) de Radio France International. C’est ainsi que j’apprends que l’élec­tion présidentielle au Cameroun aura lieu le dimanche suivant (9 oc­to­bre 2011) avec 23 candidats en lice. Ce n’est pas tant, hélas, l’issue du scrutin qui m’interpelle dans cette nouvelle. Mais ce qui retient le plus mon attention (et m’offre un point d’ancrage pour cet échange), c’est la vox populi diffusée dans ce bulletin d’information radiophonique avec cette jeune fille qui se désole de n’avoir connu depuis sa naissance que le même homme à la présidence de son pays ; Paul Biya, pour ne pas le nommer, est encore candidat à sa propre succession. Puis, la demoiselle de poursuivre : « […] j’en ai assez de ce simulacre de démocratie […]. » Répondre aux deux belles plumes sélectionnées dans le cadre du concours « Notre démo­cratie ! » est bel et bien me situer au cœur de l’actualité.

2Mais avant d’aller plus loin dans cet échange, je tiens à faire quelques petites clarifications. Même si le continent africain demeure celui que je connais le moins mal à ce jour pour y avoir vécu et travaillé en tant que journaliste, cela ne m’autorise guère à revendiquer une expertise absolue dans les expériences démocratiques qui s’y mènent. Mieux, et ce n’est pas un scoop, il n’y a pas une Afrique mais des Afriques. D’autres voix, plus autorisées que la mienne, existent et en ont fait leur terrain de recherche. Je ne réponds donc pas ès qualité et que le lecteur n’attende pas de ma part des propos universitaires ou ex cathedra, encore moins des recettes miracle universelles sur la démocratie. J’assume donc entièrement la subjectivité de mes propos qui demeurent ceux d’un citoyen ordinaire dans une agora.

Des idées très pertinentes

3Cela dit, revenons à cette jeune Camerounaise désabusée citée plus haut dont le diagnostic semble proche de celui de sa compatriote Danielle Béatrice Ongono Bikoe qui écrit que « les Africains ne croient pas en une démocratie en Afrique ». Je peux comprendre et je comprends le désarroi d’une génération de Camerounais à l’égard de sa classe politique, mais je ne serai pas aussi péremptoire dans ma sentence et je ne me permettrai pas de l’étendre à toute l’Afrique. Et puis, comme il est mentionné dans la présentation du concours, si les raisons diffèrent d’un continent à un autre, voire d’un pays à un autre (Bayart, 2009 ; Guèye, 2009 ; Banégas, 2003 ; Mbembe, 2000 ; etc.), la crise de la démocratie représentative libérale n’est pas une particularité africaine. Face à ce constat qui semble général, ce sont donc les propositions concrètes qui méritent qu’on s’y attarde.

4Pour sa part, Danielle Béatrice Ongono Bikoe évoque pour l’Afrique des actions à mener aussi bien en dehors du processus électoral que pen­dant les élections. Sa proposition pour une éducation à la citoyenneté (qu’elle soit officielle ou non) comme une action prioritaire me convient. En effet, dans plusieurs pays africains en cours de démocratisation, il arrive que des populations longtemps privées de liberté et de parole pas­sent d’un extrême à un autre en confondant la démocratie et l’anarchie. Et c’est à juste titre que Danielle Béatrice Ongono Bikoe rappelle que « […] la politique est une bataille d’idéologies et qu’elle ne devrait pas dégénérer en conflits armés […] ». Mieux informées et mieux éduquées, les popu­lations se laisseront moins manipuler par certains acteurs politiques qui n’ont pas ou peu d’idées, d’arguments et de programmes à faire valoir.

5Quant à la proposition visant à établir la crédibilité des institutions démocratiques par une séparation des pouvoirs, de telles dispositions exis­tent déjà, du moins dans les textes fondamentaux. La question est de savoir comment rendre « véritable » cette séparation des pouvoirs. On peut es­sayer de revoir les clés de répartition et les règles de nomination ou de coop­tation, mais on ne peut jamais être à l’abri des « retournements de veste », des alliances, contre-alliances et bien d’autres combinaisons imprévisibles.

6En ce qui concerne les actions relatives aux élections proprement dites, Danielle Béatrice Ongono Bikoe recommande de renoncer au multipartisme intégral et avance même que le nombre idéal de clivages ou de tendances politiques devrait être de cinq. Par principe, je me méfie de tout ce qui doit se mouler dans un cadre rigide et restrictif, d’autant plus que les intentions qui ont servi, par exemple, à justifier la création des partis uniques ou partis-États dans les pays africains nouvellement indé­pendants étaient bonnes : l’unité au service du développement de ces pays. Des intentions vite dévoyées et qui ont conduit à des régimes antidé­mocratiques. C’est peut-être naïf de ma part, mais j’ai la faiblesse de croire en une sorte de « sélection naturelle » qui va finir par s’opérer dans ces États postcoloniaux plus récents qui s’inscrivent dans un processus de démocratisation. C’est vrai qu’avec 23 candidats pour la présidentielle ca­me­rounaise, on peut se poser des questions. Au Bénin aussi, des questions similaires ont agité le landernau politique et la réponse provisoire a été d’augmenter de façon substantielle la caution à payer pour tenter de décou­rager les « candidatures farfelues ».

7L’organisation des élections libres et transparentes est la dernière action que préconise Danielle Béatrice Ongono Bikoe avec à la clé une sim­plification et une fiabilité plus grande des procédures d’inscription des électeurs.

8Même si les régimes démocratiques sont souvent jugés à l’aune des élections, l’originalité de la contribution proposée par Amadou Moctar Diallo est de montrer que le fait de réduire la démocratie à l’organisation d’élections revient à vider celle-ci de tout son sens. Son invitation à aller au-delà des élections me semble être une bonne approche, surtout dans les pays nouvellement engagés sur la voie démocratique. C’est d’autant plus vrai quand Amadou Moctar Diallo écrit que « pour être vitale, la démocra­tie doit se sentir quotidiennement dans la participation effective des ci­toyens ». Dans la quête de cette vitalité démocratique, je note, dans les deux contributions des lauréats, que l’information et la formation du citoyen sont indispensables. Et c’est à juste titre qu’Amadou Moctar Diallo se demande « quel sens donner au vote si le citoyen n’est pas conscient de l’enjeu de son acte ».

9Partant du substrat de ces propositions pertinentes, je nourris la réflexion en y ajoutant trois axes principaux complémentaires qui, de mon point de vue, contribuent à une revitalisation de la démocratie en Afrique subsaharienne.

De la nécessité de mener des réformes structurelles profondes

10La démocratie ne doit pas être perçue comme une incantation, une recette miracle ou la panacée censée guérir tous les maux qui minent le continent africain. À mon humble avis, on ne peut pas réfléchir à l’avenir de la démocratie ex nihilo en faisant abstraction des contextes. Une approche holistique me semble nécessaire. Comment rendre fiable, par exemple, un fichier électoral (sujet emblématique au cœur de nombreuses contes­ta­tions) en l’absence d’un système d’état civil adéquat ? On peut, dans l’ur­gence, tenter de contourner la difficulté en se faisant livrer à grands frais des kits biométriques. Mais en dehors des élections, une profonde réforme du système de l’état civil doit être menée et poursuivie. De l’avis de plu­sieurs observateurs, de nombreux dirigeants politiques africains plus ou moins surpris par le début de la vague de démocratisation semblent désor­mais utiliser des artefacts démocratiques surtout destinés aux bailleurs de fonds qui en ont fait une conditionnalité de leur aide. Liberté de la presse ? Démonopolisation du secteur audiovisuel ? Liberté d’opinion ? Liberté d’association ? Qu’à cela ne tienne, un cadre institutionnel et législatif est mis en place mais dans les faits, les mauvaises « vieilles bonnes habitudes » se perpétuent avec, par exemple, d’importants contrats de promotion signés avec des groupes de presse privés qui sont, dans certains pays, jugés « pires » qu’au temps des médias d’État. L’organisation plus ou moins chaotique et périodique des élections participe de cette stratégie. C’est pourquoi, sans remettre en cause le bien-fondé des élections et tout en travaillant à améliorer leur tenue régulière, je suis d’avis avec Amadou Moctar Diallo qu’il faut aller au-delà des élections et se soucier de la démo­cratie au quotidien. Je pense qu’il faut rendre endogène le processus de démocratisation pour mieux l’enraciner et éviter une démocratisation d’affichage tournée vers l’extérieur. Toutefois, il faut garder à l’esprit, quel que soit le degré de maturité du système politique d’un pays, la célèbre sentence de lord Acton : « Le pouvoir corrompt ; le pouvoir absolu cor­rompt absolument » (lord Acton, 1988). Jeune journaliste en formation au Sénégal (Centre d’études des sciences et techniques de l’information), j’ai couvert avec une grande excitation en 2000 la campagne électorale et les premières confé­ren­ces de l’icône de l’opposition Me Abdoulaye Wade, nouvellement élu dans sa maison du Point E. Deux mandats présidentiels après, celui qui se présentait comme le candidat du sopi (c’est-à-dire le changement) et de la jeunesse veut rempiler à nouveau et propose de modifier les règles consti­tutionnelles. De pareils exemples sont légion. Et c’est là où j’en viens au deuxième axe de ma proposition.

Prôner et adopter une culture de l’éthique publique

11Que le lecteur ne se méprenne pas sur mes intentions en voyant dans cette seconde proposition une approche moralisante, voire de « donneur de leçons ». Telle n’est pas ma vocation, mais je n’hésite pas, à la suite de Paul Ricœur (1985 : 67), à donner une signification éthique non pas seulement à la prudence demandée aux gouvernants, mais encore à l’engagement du citoyen dans une démocratie. D’ailleurs, j’estime que la démocratie gagne­rait beaucoup à réhabiliter, par exemple, le sens des valeurs, le respect de la parole donnée, la transparence dans la gestion des biens publics, le sens d’un vote. La formation d’une opinion publique libre dans son expression et la mise en place d’une veille citoyenne sont des actions que je préconise.

S’inscrire dans un processus d’amélioration

12La démocratie, comme on le voit, ne s’octroie pas, mais elle s’acquiert difficilement et se construit progressivement en fonction des réalités liées au contexte. Elle est une quête, voire une conquête permanente. C’est un système politique toujours perfectible. Il peut arriver qu’il y ait des remises en cause. Mais sa force, c’est de s’inspirer de ses échecs. Au propre comme au figuré, la démocratie a un coût et toute la question est de savoir si nous sommes prêts à payer ce coût.

13Post-scriptum : Laissez-moi profiter encore – ça ne va pas durer éter­nellement – de la facilité de prédiction des résultats électoraux dans certains pays d’Afrique subsaharienne et prédire dès maintenant où je termine cette réponse le nom du gagnant de l’élection présidentielle du Cameroun : Paul Biya, au pouvoir depuis 1982…

Haut de page

Bibliographie

Acton, John Emerich Edward Dalberg, et J. Rufus Fears (1988), Selected Writings of Lord Acton : Essays in Religion, Politics and Morality, Indianapolis, Liberty Fund Inc.

Banégas, Richard (2003), La démocratie à pas de caméléon : transition et imaginaires politiques, Paris, Éditions Karthala.

Bayart, Jean-François (2009), «La démocratie à l’épreuve de la tradition en Afrique subsaharienne», Pouvoirs, no 129 (avril), p. 27-44.

Guèye, Babacar (2009), «La démocratie en Afrique : succès et résistances», Pouvoirs, no 129 (avril), p. 5-26.

Mbembe, Achille (2000), «Entre coups d’Etat, élections reportées et mouvements sociaux : esquisses d’une démocratie à l’africaine», Le Monde Diplomatique, no 559, p. 20-21.

Ricœur, Paul (1985), «Ethique et politique», Autres Temps, no 5, p. 58-70.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henri Assogba , « La démocratie, une quête perpétuelle ! », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/788 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.788

Haut de page

Auteur

Henri Assogba

Ancien journaliste et titulaire d’un doctorat en sciences de l’information et de la communication, Henri Assogba est actuellement professeur adjoint au Département d’information et de communication de l’Université Laval, à Québec. Ses recherches portent sur les mutations du journalisme avec un intérêt marqué pour la médiatisation des thématiques environnementales.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org