Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

Penser la démocratie au-delà des élections

Amadou Moctar Diallo (24 ans - Sénégal)

Résumés

La démocratie est le régime politique le plus accepté dans le monde contem­porain. Cette démocratie est souvent appréciée sous l’angle de l’organisation d’élections libres et transparentes. Certes, les élections sont un critère indispensable pour mesurer la vitalité de la démocratie d’un pays, mais, à elles seules, elles ne suffisent pas. D’où l’im­portance de prendre en compte d’autres critères relatifs au respect des droits de l’homme et à la bonne gouvernance.

Haut de page

Texte intégral

1La démocratie libérale semble être le régime politique le plus accepté dans le monde. Elle s’est propagée partout. Elle a séduit les peuples. Elle semble être irrésistible. Nous pouvons même nous demander si Francis Fukuyama (1992) n’avait pas raison en décrétant « la fin de l’histoire » avec le triom­phe de la démocratie libérale. Ce triomphe a contribué à affaiblir la légiti­mité des autres régimes politiques tels que l’aristocratie, l’autoritarisme, le totalitarisme qui sont rejetés par les peuples. La force de la démocratie li­bérale réside dans le fait qu’elle donne au peuple ce à quoi il aspire le plus : la liberté.

2La démocratie dans le monde actuel prend souvent la forme d’une démocratie représentative fondée sur le principe selon lequel la souve­raineté appartient au peuple qui l’exerce à travers ses représentants. De ce fait, la désignation des représentants du peuple devient un enjeu majeur. Le vote est perçu à la fois comme le mode le plus légitime de désignation des représentants du peuple, mais aussi comme « le mode le plus habituel, le plus légitime de participation politique » (Duhamel et Meny, 1995 : 705). La démocratie est souvent analysée sous l’angle de l’élection, d’où l’ex­pression « démocratie électorale ». Ainsi, l’organisation d’élections de­vient un critère d’évaluation de la vitalité démocratique d’un pays. Cepen­dant, réduire la démocratie à l’organisation d’élections – aussi libres et trans­parentes soient-elles – revient à vider cette notion de tout son sens. D’où la pertinence de penser la démocratie au-delà des élections.

L’élection : un test pour la démocratie

3La construction de l’État, qui a supplanté les autres modes d’organisation sociale et politique, a permis de valoriser la « légitimité légale-rationnelle » au détriment des légitimités « traditionnelle » et « charismatique », selon la conception de Max Weber. En effet, la démocratie exige une compétition pacifique pour la conquête du pouvoir ou des positions de pouvoir dans un État. Cette compétition politique pacifique est organisée sous forme de vote. L’organisation d’élections pour désigner les représentants du peuple a été consacrée par toutes les chartes constitutionnelles modernes. Même dans les monarchies parlementaires, le vote est devenu une pratique accep­tée. Le vote est à la fois « un droit et une liberté, une garantie et un pou­voir » conférés aux citoyens (Ihl, 2000 : 11). Il est aujourd’hui inadmissible de penser la démocratie sans l’organisation d’élections, qui en sont même le symbole. Les démocraties modernes vivent au rythme d’élections qui leur donnent leur vitalité. Périodiquement, les citoyens sont invités à faire un choix. Ce vote devient un instrument de participation à la disposition des citoyens qui leur confère le pouvoir de sanctionner positivement ou négativement le mode de gestion de la Cité.

4La force de cette démocratie représentative libérale est qu’elle fait exister les citoyens en tant qu’individus libérés des formes d’allégeances sociales et capables de faire un choix rationnel. La période électorale est donc un moment de contact et d’échange entre les citoyens et celles et ceux qui aspirent à les représenter. C’est aussi l’occasion pour les candidats de rivaliser à partir de leurs programmes et d’investir l’espace public pour convaincre les citoyens, pour confronter leurs idées, leur vision de la Cité. Les campagnes électorales sont des moments forts de discussion de la chose publique. Elles renforcent le sentiment d’appartenance nationale et forgent la citoyenneté. L’organisation d’élections réussies est perçue comme un signe de vitalité démocratique surtout quand cette élection favo­rise l’al­ternance au pouvoir. Cependant, dans plusieurs pays, surtout d’Afrique, les élections sont devenues des moments de cristallisation des identités régio­nales, ethniques ou religieuses. Elles coûtent cher en vies humaines et et oc­casionnent des destructions d’édifices publics. Souvent, la transpa­rence et le respect du verdict des urnes font défaut. De ce fait, la compéti­tion po­litique devient sanglante, par consé­quent, dépouillée de tout son sens. Il faut donc analyser la démocratie au-delà des élections. Pour être vitale, la démocratie doit se sentir quotidien­nement avec une participation effective des citoyens.

La démocratie au quotidien

5L’élection est certes un instrument d’analyse pertinent de la démocratie, mais à elle seule, elle ne suffit pas pour mesurer la vitalité démocratique d’un pays. La majorité des travaux scientifiques consacrés à la participation politique a abouti à un constat : une baisse de la participation et la montée de l’abstentionnisme électoral, surtout chez les jeunes (Donzelot, 1994 ; Muxel, 2002 ; Wattenberg, 2008).

6En effet, une démocratie au quotidien suppose des citoyens éclairés qui s’informent des affaires de la Cité. Cet intérêt porté aux affaires de la Cité pousse les citoyens à chercher à mieux connaître le mode de gestion utilisé par leurs représentants. Le manque d’information des citoyens et le désintérêt qu’ils manifestent vis-à-vis de la chose publique renforcent le taux d’abstention aux élections. Les citoyens s’abstiennent parce qu’ils ne croient pas que leur voix peut faire la différence. Ainsi, l’information est essentielle pour un vote éclairé.

7L’État a une grande responsabilité dans l’information et l’éducation des citoyens. L’existence de canaux d’informations libres et pluriels est un aspect important dans une démocratie. Ces canaux offrent la liberté aux citoyens de procéder à une sélection de l’information et de confronter les sources d’information. Cela suppose la protection et la promotion de la liberté d’expression avec l’existence d’une presse libre et plurielle. Or, dans certains pays, la presse subit une grande pression souvent de la part des gouvernants. Le secteur de l’audiovisuel reste dans plusieurs pays un mono­pole d’État. Ces pays sont réticents à une libéralisation de ce secteur. L’opposition a difficilement accès à la télévision publique, souvent trans­for­mée en instrument de propagande en faveur du parti au pouvoir. Cela constitue une atteinte à l’esprit démocratique. Heureusement, les nouveaux médias servent d’alternative en offrant à la classe politique et à la société civile une occasion d’expression et de mobilisation efficace pour promou­voir les valeurs démocratiques. Malgré les tentatives de censure, Internet est devenu un puissant outil de promotion et de protection de la démo­cratie. Les révolutions tunisiennes et égyptiennes de l’hiver 2011 sont une illustration du « pouvoir politique des médias sociaux » (Shirky, 2011).

8Le renforcement des capacités des citoyens par une éducation solide est un moyen essentiel pour garantir la démocratie. En effet, il est très difficile pour les citoyens de s’engager dans les affaires de la Cité s’ils ne sont pas conscients de ce qu’être citoyen veut dire. C’est cette éducation à la citoyenneté qui leur permettra de participer efficacement à la protection et à la promotion de la démocratie. Ainsi, il revient aux pouvoirs publics de favoriser l’éducation des citoyens. Cette éducation doit être débarrassée de tout contenu idéologique. Car, c’est après avoir reçu une éducation ci­toyenne solide que les citoyens peuvent choisir rationnellement d’entrer dans la « société politique » ou plutôt de rester dans la « société civile ».

9Il en ressort que, pour la vitalité démocratique, l’information et la for­mation du citoyen sont des éléments indispensables. Les collectivités publiques doivent aider les citoyens à exercer ces droits, ce qui donnera une meilleure crédibilité à l’élection. Car quel sens donner au vote si les ci­toyens ne sont pas conscients de l’enjeu de cet acte ?

Des gouvernants modérés protecteurs des valeurs démocratiques

10Les dirigeants ne doivent pas se contenter de la campagne électorale pour entrer en contact avec les citoyens. Le lien avec ces derniers doit se faire de manière permanente par des mécanismes institutionnels et informels. La transparence dans la gestion des affaires publiques doit guider l’action des gouvernants. Cette transparence exige une gestion rigoureuse des ressour­ces publiques et une primauté absolue de l’intérêt public au détriment des intérêts particuliers. Par ailleurs, l’obligation de rendre compte à qui de droit est un principe cardinal dans une démocratie vivante guidée par les principes de bonne gouvernance et de protection des droits de l’homme. Cette obligation s’inscrit dans le principe même qui sous-tend la démo­cratie représentative : la délégation de pouvoir. Ainsi, la souveraineté n’ap­partient pas aux gouvernants, mais plutôt au peuple. D’où le principe du gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. Ainsi, ce peuple doit avoir les moyens de contrôler les gouvernants. Ce contrôle citoyen peut se faire par l’institution qui est le Parlement. Cependant, avec le phé­nomène majoritaire et la discipline de parti, les parlementaires bénéficient d’une marge de manœuvre limitée dans le contrôle de l’action gouverne­mentale. Dans plusieurs pays, les Parlements sont des chambres d’enregis­trement automatiques des décisions du pouvoir exécutif.

11En définitive, des élections – libres et transparentes – sont certes un critère pertinent d’analyse de la démocratie. Cependant, la démocratie transcende les élections. Elle doit être une pratique constante qui doit gui­der l’action des gouvernants. Ainsi, les notions de respect des droits de l’homme, de participation des citoyens et de bonne gouvernance devien­nent des aspects importants qui visent à renforcer la vitalité démocratique d’un pays.

Haut de page

Bibliographie

Donzelot, Jacques (1994), L’invention du social. Essai sur le déclin des passions politiques, Paris, Seuil.

Duhamel, Olivier, et Yves Meny (dir.) (1992), Dictionnaire constitutionnel, Paris, Presses universitaires de France.

Fukuyama, Francis (1992), La fin de l’histoire et le dernier homme, Paris, Flammarion.

Ihl, Olivier (2000), Le vote, Paris, Montchrestien.

Muxel, Anne (2002), « La participation politique des jeunes : soubresauts, frac­tures et ajustements, Revue française de science politique, vol. 52, nos 5-6 (octobre-décembre), p. 521-544.

Shirky, Clay (2011), « The political power of social media. Technology, the public sphere, and political change », Foreign Affairs, vol. 90, no 1 (janvier-février), p. 28-41.

Wattenberg, Marty (2008), Is Voting for Young People ? With a Postscript on Citizen Engagement, New York, Pearson Longman.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amadou Moctar Diallo , « Penser la démocratie au-delà des élections », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/782 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.782

Haut de page

Auteur

Amadou Moctar Diallo

Amadou Moctar Diallo est titulaire d’une maîtrise en science politique à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, au Sénégal (2011). Il fut contrô­leur des élections au sein de la Commission électorale nationale au­to­nome (CENA) du Sénégal en mars 2009, lors des élections locales. Il est aussi directeur de publication délégué de la revue AFRIC’Action, Revue nu­mérique de communication sur les initiatives des jeunes francophones d’Afrique.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org