Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

Pour une démocratie directe

Rémi Bouguet (20 ans - France)

Résumés

La démocratie est un système ancien, qui s’est décliné sous de nombreuses formes dans l’histoire, et notamment à l’intérieur de régimes républicains excluant plus ou moins le bas peuple du pouvoir. Les républiques ou les monarchies parlementaires occidentales actuelles, systèmes certes démocratiques mais au fonctionnement représentatif et indirect, connaissent aujourd’hui une crise profonde : le désamour des peuples. Comme remède, l’auteur propose un système démocratique direct et une déprofessionnalisation de la politi­que, qui permettraient à tous d’accéder à l’exercice du pouvoir tout en ayant des obligations envers les électeurs, sous peine d’être sanctionnés lors des nombreux scrutins organisés.

Haut de page

Texte intégral

1La démocratie a mis longtemps à s’imposer comme système politique, et il y a finalement fort peu de temps que les faits ont rejoint le sens étymolo­gique du mot. Dêmos (Δήμος), « le peuple », Krátos (Κράτος), « le pouvoir », « la souveraineté », Démokratìa (Δημοκρατία), « le peuple souverain ». Les Grecs, les Athéniens en tête, en ont fait l’expérience il y a près de deux mille cinq cents ans, mais leur notion de « peuple » excluait les femmes, les étrangers (quel que soit leur génération ou ce que nous appelons aujourd’hui « degré d’intégration » par « naturalisation ») et les esclaves (en grand nombre). Néanmoins, l’assemblée rassemblait tous les citoyens et chacun pouvait s’exprimer librement, sur tous les sujets, à voix égale. Vint ensuite la notion de Res Publica, « la chose publique ». Conservant un certain système d’élection, celle-ci limitait néanmoins les participants à la vie publique, centralisant souvent le pouvoir aux mains des riches classes aristocratiques. Il en fut ainsi de la République romaine, puis au Moyen-Âge et à la Re­nais­sance des républiques de Venise et de Gênes, ou encore des Provinces-Unies à la fin du xvie siècle. Même les grandes révolutions de la fin du xviiie siècle n’instaurèrent pas initialement des régimes démocra­tiques. Les contemporains ne s’y trompèrent pas, en nommant leur régime « République » et non « démocratie », les États-Unis d’Amérique par un système de grands électeurs, la France par le suffrage censitaire. Le xixe siècle fut un combat continu en Europe, combat mené par le peuple pour participer à la politique, et qui devait déboucher sur le système démo­cratique occidental et libéral que nous connaissons aujourd’hui. Et encore, si l’on considère que tous les individus naissent libres et égaux en droits, l’aboutissement se trouve au milieu du xxe siècle avec le droit de vote accordé aux femmes. Et c’est après avoir tant attendu et tant combattu pour l’obtenir que les Européens et les Américains dénigrent aujourd’hui le système démocratique. Alors que l’éclosion du jasmin tunisien annonce le printemps arabe ! Alors que, à un siècle et demi d’intervalle, des hommes et des femmes du peuple, longtemps tenus dans le silence de la colonisation et de dictatures à peine déguisées, luttent armes à la main pour obtenir ce que nous avons obtenu naguère de la même manière ? C’est à désespérer ! La raison en est sans doute à trouver dans l’amalgame entre République et démocratie, que l’on trouve chez la majorité des gens.

2De fait, les États-Unis d’Amérique forment une république, et les noms de République française et République fédérale d’Allemagne sont familiers à tout Occidental. Or, nous avons vu plus haut que République et Démocratie ne sont pas synonymes, mais l’amalgame s’explique parce qu’en Occident, la démocratie ne s’exprime que dans une république ou une monarchie parlementaire. Or, il est clair que ce sont justement de ces modèles politiques dont le peuple se détourne. Quel que soit le pays, la politique est devenue un métier, surtout depuis la seconde moitié du siècle dernier. On étudie pour devenir politicien, on fait carrière dans la politi­que, et on prend sa retraite le plus tard possible quand on ne meurt pas en poste. Je prendrai, pour ma démonstration, l’exemple de la France, système que je connais le mieux. Dans l’accroche énoncée par la présente revue pour appeler à la rédaction d’articles sur la démocratie, il est écrit que « bien des gens se laissent gagner par le cynisme, alors que d’autres décrochent carrément de la politique ». Petite illustration. Ne nous leurrons pas, je côtoie tous les jours ces gens qui se font cyniques ou désintéressés. Combien de fois ai-je entendu, au détour d’un comptoir de bar ou autour de la table basse d’un salon, que « les politiciens sont tous pourris, ils se connaissent tous et sont tous de mèche » ou encore que « la République est une oligarchie déguisée », voire « faire de la politique, c’est savoir mentir ». Force est de reconnaître que, derrière cette simplification, se cache un fond de vérité. Ceux qui dirigent les partis, et donc potentiellement les ministres et les présidents, sont pour la plupart issus de l’École nationale d’administration (E.N.A.), et ce, quelle que soit leur appartenance politique. C’est cela qui dérange. Le discours varie, mais pas la manière de le faire – grandes phrases, grands mots, grands sujets, mais langue de bois. Le peuple se montre de moins en moins dupe et com­mence à se lasser de voir les mêmes têtes en politique depuis vingt ans (voire trente). La politique est devenue un métier et les politiciens, une sorte de corporation professionnelle, et en tant que telle ne fait pas montre de toute la transparence qui siérait à des représentants élus par le peuple. Quitte à pousser un peu loin la métaphore des métiers, ça ne viendrait pas à l’idée d’un facteur d’apprendre à un maçon comment couler des fondations. Alors franchement, comment le peuple d’en bas pourrait-il apprendre aux politiciens à gouverner ? C’est cynique, certes, mais c’est le sentiment général. On entre en politique comme on entre en entreprise, pour faire carrière, on devient ministre comme on devient cadre et on brigue la présidence comme on espère devenir président-directeur général. D’où des querelles de personnes au sein même des partis et le sentiment pour le peuple de n’être qu’une réserve de voix sans plus de poids.

3À cela s’ajoutent encore l’impression de vivre en dictature parlemen­taire, lorsque le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif sont aux mains d’un même parti, et ce, pour le même mandat, comme c’est le cas en France depuis 2002, et l’instauration du mandat présidentiel quinquennal (en remplacement du septennat), ajusté aux élections législatives, ôtant ainsi le moyen pour le peuple de sanctionner efficacement la politique gouverne­mentale et présidentielle en faisant basculer la majorité à l’Assemblée nationale en plein mandat présidentiel. Sans compter l’étendue des pouvoirs dont dispose le président de la République (et dont jouit presque abusivement le locataire actuel de l’Élysée). Qu’on ne s’étonne plus alors que le sentiment populaire trouve son expression dans les discours populistes des extrêmes, qui remâchent cet amalgame entre politiciens de tous bords dans le terme UMPS (jeu de mots entre le principal parti de droite, l’UMP, l’Union pour un mouvement populaire et celui de gauche, le PS, le Parti socialiste) et l’abstention record aux dernières élections cantonales (à l’échelle des départements) – environ 56 % au premier tour (tous les pourcentages sont des estimations moyennes obtenus en comparant les différents résultats émis par les divers organismes de sondage) et plus de 54 % au second tour (les votes blancs étant inclus dans ces chiffres). Monsieur Hamon (PS) peut bien qualifier cette « abstention record » de « situation alarmante », madame Pécresse (UMP), de « trou noir démocratique », monsieur Montebourg (PS), de « sérieux message d’incroyance et de désamour », et madame Royal (PS), de « victoire de l’abstention », c’est bien le cas. Et il serait temps de faire quelque chose. D’autant que toutes les élections locales (municipales exceptées) sont boudées par les électeurs (53 % d’abstention aux régionales de 2010), sans parler de l’Union européenne, institution sublime s’il en est, mais dont les peuples ne comprennent pas le fonctionnement politique faute de transparence.

4Constater c’est bien, agir c’est mieux. Nous avons démontré plus haut que le désamour pour la démocratie venait en fait d’un désintérêt pour la République et son système démocratique de représentation indirecte. La solution peut, à mon sens, se trouver dans une démocratie directe participative. Mettre fin à ce professionnalisme politique, faire en sorte que le peuple se reprenne en main. En adhérant à un parti et à des valeurs, tout un chacun devrait pouvoir faire entendre son opinion au sein des hautes sphères de l’État, peut-être même en y accédant. À tous les échelons (municipal, local, national et pourquoi pas européen), le peuple devrait pouvoir intervenir directement.

5D’abord par la limitation de la durée d’une carrière politique au sein d’un parti comme au sein du pouvoir, car comme le disait Voltaire, « le pouvoir corrompt » (et « le pouvoir absolu corrompt absolument », mais ça, c’est une autre affaire), tandis que le représentant ne serait rémunéré qu’à hauteur du salaire du métier qu’il exerçait avant d’être élu et qu’il reprendra une fois revenu à la vie civile, et ce, pour éviter la déviance vénale de la politique. Bien évidemment, il faudrait interdire le cumul des mandats. Ensuite, il faudrait organiser des référendums très régulièrement, à la demande de la rue (ce qui, je l’avoue, nécessiterait un système performant, fiable et abordable de sondage, accessible au plus grand nombre) et sur tous les sujets. Quant à l’organisation gouvernementale, le principe bica­mé­ral exécutif/législatif me paraît le plus simple et le plus démocratique. Le gouvernement en lui-même serait composé de députés du parti majoritaire à l’assemblée exécutive, qui seront nommés avant les élections exécutives. Des votes de confiance, ouverts au peuple (et non dans la cuisine politique des chambres), seraient organisés à intervalles réguliers et seraient au nombre de trois (un pour chaque chambre et un pour le gouvernement). Le parti ou le gouvernement désavoué serait tenu à la démission immédiate. L’Église et l’État seraient séparés, la laïcité seule étant garante que les lois de Dieu, qui diffèrent selon les croyances de chacun, ne l’emportent pas sur les lois des hommes, fruit des compromis pour le bien du plus grand nombre et si possible de tous.

6De ce régime, il ressort certes un nombre très important d’élections (au suffrage universel, j’entends), mais surtout une déprofessionnalisation de la politique, qui verrait ainsi le retour de gens de conviction et d’éthique, investis d’un pouvoir plus légitime que celui dont jouissent les représen­tants de nos démocraties indirectes. De plus s’instaurerait une habitude de vote, les élections deviendraient monnaie courante, impliquant sans cesse le peuple dans la vie publique et politique, et non plus un événement ayant lieu une fois l’an (voire moins…). Bien sûr, il s’agirait de mettre des bornes constitutionnelles et également de se mettre d’accord sur un pouvoir fédéral ou centralisé, de s’accorder sur le mode du scrutin en fonction du nombre de représentants, de partis et d’électeurs. Mais cela est propre à chaque nation, à chaque culture, et toute généralisation se révélerait utopique. Soyons également conscients qu’un tel système ne peut se mettre en place que de deux manières : par une réforme profonde consentie par toute la classe politique au pouvoir (qui accepterait donc de se suicider politiquement) ou par la pression populaire. La Suisse applique déjà, à l’échelle locale, une certaine démocratie directe. Et avec les événements en Orient, on en oublie la courageuse petite Islande qui, après avoir renversé son gouvernement en 2010 (gouvernement qui voulait essuyer la dette des banques par des impôts), tente vaillamment de mettre en place un régime de démocratie directe. Certes, nombreux sont les auteurs, anciens ou modernes, qui pensent que la démocratie, et d’autant plus la démocratie directe, ne peut gérer qu’un nombre limité de personnes, et donc de petits pays. Mais qu’en savons-nous sans avoir essayé ? La démocratie (directe ou indirecte) n’est pas un bien acquis – elle se bâtit par la volonté des peuples de demeurer libres et maîtres de leur destin et ne tient qu’à cette volonté. Le jour où cette volonté populaire s’effondrera, il se trouvera toujours quelqu’un pour se lever et décréter qu’il détient seul le pouvoir de faire le bien de tous. Et tout sera à recommencer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Bouguet , « Pour une démocratie directe », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/753 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.753

Haut de page

Auteur

Rémi Bouguet

Rémi Bouguet est né en 1991 à Tours, où il a suivi toutes ses études. Avec un baccalauréat scientifique en poche à sa sortie du lycée en 2008, il s’est pourtant tourné vers l’histoire (sa passion) lors de ses études à l’Université François-Rabelais de Tours. Diplômé d’une licence d’histoire en 2011 après un an passé en échange international à l’Université Laval de Québec, il quitte la France pour effectuer sa maîtrise en histoire de la Nouvelle-France à l’Université Laval. Politiquement à gauche, fils d’enseignants, il s’engage activement dans des associations d’aide à l’enfance.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org