Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

L’incertitude démocratique et la crise actuelle de la démocratie

Réponse à Aléria Amata
Myriam Revault d’Allonnes

Résumés

Il convient de distinguer ce qui, dans la démocratie, relève d’une indétermination principielle liée à l’exercice du conflit qui lui est inhérent et qui fait à la fois sa fragilité ainsi que sa valeur éminente et les problèmes auxquels nous faisons face aujourd’hui en raison des nouvelles donnes de la réalité. Mais en aucun cas, les difficultés actuelles ne doivent nous détourner de l’intérêt pour notre existence politique.

Haut de page

Texte intégral

1Il est toujours très réconfortant de constater que la prise de conscience, voire la protestation par rapport à la « crise » de la démocratie, témoigne du même coup d’un attachement aux valeurs démocratiques. Cela étant, il convient de distinguer ce qui relève, structurellement, de la fragilité de la démocratie (laquelle fragilité fait aussi sa grandeur) et ce qui, de façon plus conjoncturelle, témoigne des difficultés propres à notre temps.

2La démocratie moderne est une expérience difficile. Elle n’est pas seulement un système d’agencement des pouvoirs. Elle est avant tout une expérience habitée par l’incertitude. Dans la mesure où le pouvoir n’y ap­partient à personne, où ceux qui l’exercent ne l’incarnent pas, la démocratie est habitée en permanence par le débat sur le légitime et l’illégitime. En dé­mocratie, les citoyens ont la capacité d’exprimer et de faire valoir leurs dé­saccords, leurs revendications, leurs protestations. Mais cela implique du même coup que la démocratie est habitée par l’exercice du conflit : les conflits qui traversent la société, la persistance et le renouvellement des luttes, le déplacement de leurs foyers et de leurs enjeux sont indissociables de la logique démocratique. La démocratie n’est pas une forme de société où tous sont d’accord et parlent d’une même voix : elle a pour tâche de créer et de maintenir un espace commun qui est aussi un espace d’inven­tion imprévisible parce que s’y manifestent et s’y expriment des citoyens libres.

3Il est évident que cette conflictualité permanente – qui est le propre de l’existence démocratique – rend les choses difficiles. Mais on ne peut se satisfaire de cette analyse pour justifier les difficultés actuelles. Car ce que nous vivons aujourd’hui, au-delà de cette incertitude structurelle, c’est l’incapacité de la « démocratie » contemporaine à répondre aux nouvelles donnes de la réalité : la mondialisation, les développements insaisissables du capitalisme financier, l’insécurité sociale croissante, le creusement des inégalités, un certain épuisement des modalités traditionnelles de l’action politique…

4Je ne suis pas sûre qu’il y ait aujourd’hui un désintérêt des citoyens à l’égard de la politique, je suis même convaincue du contraire : sans doute faut-il prêter attention à des modalités non conventionnelles, relativement inédites, d’intervention citoyenne. Il faut aussi se défier de l’usage des ter­mes que l’on invoque pour « réformer » : le vocabulaire politique est tou­jours, par définition, ambigu. Mais je suis profondément d’accord pour résister à toute perspective décliniste ou défaitiste, non seulement en rai­son de ce que représente et incarne la République française, mais encore parce que la dynamique démocratique, quand on ne la prend pas pour un vain mot ou un signifiant vide, est un horizon de sens dont on ne peut pas se passer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Revault d’Allonnes , « L’incertitude démocratique et la crise actuelle de la démocratie », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/743 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.743

Haut de page

Auteur

Myriam Revault d’Allonnes

Myriam Revault d’Allonnes est philosophe et professeure à l’École pratique des hautes études (EPHE), à Paris. Elle est directrice de la collec­tion de philosophie pour enfants « Chouette ! Penser » chez Gallimard. Ses derniers ouvrages parus sont Le pouvoir des commencements. Essai sur l’auto­rité (Seuil, 2006, à paraître en Points-Essais en janvier 2012), L’homme com­passionnel (Seuil, 2008) et Pourquoi nous n’aimons pas la démo­cratie (Seuil, 2010).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org