Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

La démocratie en Afrique, encore à construire

Réponse à Armande Désirée Koffi-Kra et à Biléou Sakpane-Gbati
Issiaka Latoundji Lalèyê

Résumés

La minorité connote une qualité, non une quantité. Cette qualité est dynamique et mobile ; elle s’acquiert et se perd au fur et à mesure que les individus ont la liberté d’exprimer leur opinion. Les États africains donnent l’impression de signer des textes à haute teneur en principes démocratiques pour se donner bonne conscience et se conformer à l’appel de La Baule. La démocratie africaine ne saurait être a priori ; le défi à relever, c’est de partir des principes contenus dans les textes du système des Nations Unies et d’oser imaginer des formules inédites qui permettent une vie démocratique authentique.

Haut de page

Texte intégral

1Vous avez raison, Armande Désirée, d’articuler presque toutes vos interro­gations autour de la minorité : sa nature, son statut, ses fonctions et son avenir dans un jeu démocratique de bon aloi ; car les éléments constitutifs du tout de la démocratie forment un système et il peut suffire d’en considérer un pour être amené à les considérer tous. Il faut commencer par dire que la notion de minorité contient une référence à la quantité ; c’est la petite quantité d’un ensemble qui en contient une autre plus grande et qui n’est autre que la majorité. Ce premier contenu quantitatif est susceptible d’induire en erreur, car il peut faire croire que la répartition en minorité et en majorité dans un tout est donnée une fois pour toutes.

2Appartenir à la minorité ou à la majorité est, au contraire, une qualité qui s’acquiert et se perd au fur et à mesure que les membres de la totalité sont invités à faire connaître leurs points de vue sur une question précise qui peut varier aussi souvent qu’on le désire. Ce dynamisme et cette mobilité de la qualité que confère le fait d’appartenir à la minorité impli­quent que le sort que l’on fait à une minorité donnée, par rapport à une question donnée, à un moment donné, etc., est susceptible de viser n’im­porte quel membre qui, à ce moment, se trouve dans la majorité, pour peu que le groupe contenant cette minorité et cette majorité se donne une autre question à traiter.

3Le fonctionnement démocratique ne suppose pas nécessairement l’unanimité ; mais il peut s’en accommoder, étant donné que l’on ne saurait exclure que tous les membres d’un groupe aient un même point de vue sur une question particulière. Le débat démocratique a pour fonction de rechercher cette unanimité, du moins de tendre constamment vers la majorité la plus grande possible. C’est cela qui donne à la minorité la fonction d’exprimer, à l’attention de tout le groupe touché, les aspects de la question examinée que les membres de la majorité n’ont pas encore vus ou qu’ils ne sont pas encore prêts à intégrer à la solution que ce groupe adop­tera. Il s’ensuit que le propre d’une minorité est d’être réduite au strict mini­mum grâce aux libres échanges qui doivent être maintenus et protégés entre tous les membres d’un groupe donné et éventuellement ceux de toute une société.

4Il faut ensuite savoir que, où qu’on le prenne, le système démocrati­que repose sur l’opinion et sa libre expression en vue d’une réflexion collec­tive appelée à élaborer cette opinion pour en faire le moteur de l’action du groupe. C’est sur ce point précis que le fonctionnement démocratique en Afrique se heurte, selon moi, à de sérieuses difficultés. Car il faut un mini­mum d’éducation pour accéder à la substance des questions à résou­dre, un minimum de culture pour être en mesure d’exprimer son opinion, de l’étayer et de la défendre au besoin et un minimum de conviction par rapport aux bienfaits du système démocratique en tant que tel ; enfin et par-dessus tout, il faut la liberté de lutter en permanence pour que sur une question donnée, une minorité donnée puisse jouir de toute la latitude possible pour faire prendre en compte par le groupe les aspects de la question à résoudre que les membres de cette minorité ont perçus.

5C’est pourquoi, n’en déplaise à Biléou, la démocratie ne saurait être définie comme la dictature de la majorité sur la minorité. Car comme le dit si bien Jean-Jacques Rousseau : « Les citoyens étaient tous égaux par le contrat social, ce que tous doivent faire tous peuvent le prescrire, au lieu que nul n’a droit d’exiger qu’un autre fasse ce qu’il ne fait pas lui-même » (1966 : 137).

6Certes, mon cher Biléou, vous n’avez mentionné cette idée de la dictature de la majorité que sous la forme d’une supposition de laquelle vous vous êtes servi pour vous demander comment des minorités ethni­ques ou claniques ont pu accaparer le pouvoir en Afrique dans certaines conditions. Néanmoins, vous conviendrez que les idées de dictature et de démocratie sont fondamentalement incompatibles et que ce n’est certaine­ment pas en se conformant au jeu librement accepté de l’expression des opinions de chacun qu’une majorité pourrait exercer sa dictature sur une minorité.

7Vous avez aussi certainement raison en considérant la communauté internationale comme une gardienne de valeurs ; mais il s’en faut de beaucoup pour que cette communauté défende partout et en tout temps des valeurs démocratiques au service de tous. Sur ce point, il y a lieu de distinguer les intentions déclarées des actes posés ; car si pour conformer les intentions aux principes démocratiques de simples tournures de phra­ses peuvent suffire, pour coordonner des actes à des principes de démocra­tie et de justice, il faudrait renoncer à des avantages au demeurant parfois inavouables et faire le deuil d’intérêts individuels ou collectifs solidement arrimés à des sentiments de supériorité.

8Je ne crois pas davantage qu’un système politique laissé à lui-même soit appelé à évoluer naturellement vers un système démocratique. Par conséquent, je ne crois pas que les systèmes politiques aujourd’hui en vigueur en Afrique puissent mener par eux-mêmes à des systèmes démo­cratiques impeccables. Aussi ne suis-je pas de votre avis quand vous écrivez que le remède existe et qu’il est connu de tous. En fait de remèdes – ou de solution – pouvant mener à des régimes démocratiques, la Charte africaine de la démocratie et des élections, le Protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance, la Déclaration de Bamako et bien d’autres textes encore pullulent littéralement en principes et articles susceptibles d’aider les Africains à instaurer des régimes démocratiques et à les faire fonctionner selon des valeurs démocratiques de plus en plus internationalement reconnues.

9Cependant, il n’échappe à personne que ces textes sont à peine connus des fonctionnaires qui sont chargés de les archiver et de les diffuser, pendant que la plupart des hommes politiques donnent l’impres­sion de signer ces textes et de les mentionner dès qu’ils le peuvent tout juste pour se donner bonne conscience. La majorité des Africains ne connaissent pas ces textes et on ne peut que déplorer l’absence quasi totale de dispositifs destinés à permettre aux principes et aux lois qui y sont mentionnés la possibilité d’être incarnés dans les faits et dans les actes. C’est pourquoi, si vous avez raison de croire que l’Afrique est déjà en mar­che vers la démocratie, cette marche s’annonce très longue et très pénible si les Africains ne se mobilisent pas, partout où ils se trouvent, pour manifester leur adhésion aux principes démocratiques stricto sensu.

10Au demeurant, se réjouir de trouver dans le passé de l’Afrique tel ou tel aspect de la vie sociale où des principes démocratiques étaient en vogue peut être un légitime motif de fierté, mais ne peut fournir qu’un piètre remède à la situation actuelle de l’Afrique.

11D’abord, il faut accepter de reconnaître que ces pratiques africaines démocratiques anciennes, lorsqu’elles ont existé, n’étaient réservées qu’à quelques individus comme des notables autour d’un chef ou d’un roi, les plus grands initiés d’un culte donné autour d’un grand prêtre ou même les aînés d’une famille autour d’un père de famille à l’esprit ouvert. Tandis que la démocratie que nous souhaiterions voir s’installer en Afrique devrait être réelle indépendamment du sexe, de l’âge, de la classe ou de l’ethnie. Nous aimerions une démocratie réelle aussi bien dans les familles que dans les entreprises et dans les partis politiques, une démocratie pour résoudre les petites comme les grandes questions, une démocratie effective dans les écoles comme dans les ateliers d’apprentissage. Or, pour cette démocratie-là, plusieurs Africains se contentent de l’apparence, je veux dire de la conformité verbale. Ensuite, il faut admettre que les difficultés auxquelles ces Africains d’hier avaient à faire face ne sont plus les mêmes que celles qu’il nous faut aujourd’hui affronter.

12Le problème de l’Afrique en matière de démocratie me paraît plus profond. Car les frontières actuelles de nos pays sont celles de la colonisa­tion et de l’exploitation coloniale systématique. Les États qui se trouvent aujourd’hui à la direction de ces pays sont les héritiers directs et indirects des gouvernements coloniaux. Ces frontières de coercition et d’exploita­tion doivent d’abord être transformées en celles d’un espace de libération pour devenir un cadre d’exercice des libertés démocratiques. Le repli sur l’ethnie, sur le clan ou sur la famille partout où il se produit et s’entretient est la preuve que la nation est encore à bâtir, la volonté générale, à construire et le pacte social, à vivifier et revivifier sans cesse. Mais la vo­lonté générale ne peut prendre corps que par rapport au bien commun. Il faut par conséquent que chaque Africain puisse avoir le sens du bien com­mun et lui donner un contenu qui le place au-dessus des intérêts des individus, des familles, des ethnies et des partis politiques. Avoir le sens de l’autre et lui reconnaître les mêmes droits que ceux qu’on est prêt à s’oc­troyer soi-même, c’est là un préalable sans lequel la volonté générale ne saurait se constituer pour œuvrer à ce que la chose commune, la res publica, soit.

13C’est en effet au regard de la volonté générale et par rapport à elle que les majorités et les minorités s’articulent sans cesse les unes aux autres. Le principal n’est pas d’avoir raison ou tort ni de savoir pour combien de temps on va demeurer dans une minorité ou dans une majorité qui émerge en réaction à une situation donnée, par rapport à un problème donné ; c’est plutôt de concourir en tout temps et par tous ses moyens à la meilleure expression possible de cette volonté générale sur chaque question qui se présente. Et comme le dit Rousseau, « Quand […] l’avis contraire au mien l’emporte, cela ne prouve autre chose sinon que je m’étais trompé, et que ce que j’estimais être la volonté générale ne l’était pas. Si mon avis particulier l’eût emporté, j’aurais fait autre chose que ce que j’avais voulu, c’est alors que je n’aurais pas été libre » (1966 : 149).

14Les pays africains ont beau avoir adopté la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance en janvier 2007, sur les 54 États qu’ils sont, il suffirait que 15 d’entre eux ratifient cette charte pour qu’elle entre en vigueur. Or, aux dernières nouvelles, au mois de mai 2011, le nombre de pays qui l’ont ratifiée n’a pas encore atteint 10 ! Il faut donc continuer de souhaiter, comme vous le faites si bien, Armande Désirée et Biléou, que l’Afrique adopte les valeurs aujourd’hui universellement admises et les principes du fonctionnement démocratique. Mais il faut avoir l’humilité de reconnaître que le chemin à parcourir est encore long ; il nous faut des dirigeants qui comprennent à quel point l’éducation du peuple, sa formation et son information permanentes sont les conditions sine qua non de la participation à une vie démocratique authentique.

  • 1 Voir le discours prononcé par le président de la République française François Mitterrand, le 20 ju (...)

15Les peuples africains donnent l’impression d’avoir du mal à se connecter avec leurs élites politiques ; à moins que ce ne soit, au contraire, les élites qui ne parviennent pas à entrer en dialogue avec leurs peuples. Est-ce une question de langage qui vient aggraver par endroits une ques­tion de langue ? Est-ce la complexité des problèmes à poser et à résoudre qui empêche les uns d’expliquer et les autres de comprendre ? À y regarder de près, le malentendu semble au moins double. Une partie des élites politiques, après avoir obtenu le pouvoir par des voies officiellement dé­mocratiques, s’ingénie à confisquer ce pouvoir en multipliant la confor­mité mimétique aux principes démocratiques pour faire résonnance au dis­cours de La Baule1. Pendant ce temps, une partie du peuple qui ne reçoit de l’exercice politique en cours que les méfaits et les nuisances diverses se détourne de la chose publique et trouve dans la famille, dans le clan et parfois dans l’ethnie le seul endroit où ses intérêts sont pris en compte. Même les membres des élites politiques qui parviennent à pré­server le lien avec le peuple qui leur a cédé le pouvoir utilisent abusive­ment ce pouvoir sur des questions essentielles en prenant des décisions qui échappent au plus grand nombre et qui ne profitent qu’à quelques individus.

16Ce que nous appelons aujourd’hui « développement » – et dont tout le monde débat – est le sujet à propos duquel les élites politiques africaines légitimes ou illégitimes se croient autorisées à prendre des décisions aux­quelles les peuples ne sauraient refuser d’adhérer. Cette propension des élites politiques africaines à engager leurs peuples sans leur consentement semble encouragée par l’opinion publique internationale, qui considère le développement à l’occidental comme une voie obligée pour toutes les nations modernes. Alors que de toute évidence, parmi les objectifs pour­sui­vis au nom du développement, il y aurait lieu de trier, de hiérarchiser afin d’obtenir le consentement clair de ceux que l’on prétend développer.

17Dans un tel contexte, signer et ratifier des textes à haute teneur en principes démocratiques semble correspondre à une véritable fuite en avant qui ne fait qu’agrandir le fossé entre les élites politiques et les peu­ples, étant donné que la plupart de ces textes sont conçus, écrits et pro­posés dans des langues non africaines.

  • 2   Déclaration adoptée le 10 décembre 1948, à Paris, par les 58 États alors membres des Nations Unie (...)
  • 3  Voir Lalèyê (1999 et 2003).

18C’est ce qui me fait dire, chère Armande Désirée et cher Biléou, qu’il ne saurait y avoir de démocratie africaine a priori, si l’on entend par là une démocratie déjà toute faite dans le passé ou une démocratie déjà parfaite dans notre présent. Les principes que l’humanité actuelle désire placer à la source de ses actions sont amplement exposés dans la Déclaration univer­selle des droits de l’homme2de 1948, comme dans tous les grands textes que le système des Nations Unies a conçus durant les soixante dernières années. Il n’y aura de démocratie africaine qu’a posteriori et à condition que les Africains reprennent ces principes, les lisent, les comprennent, les appliquent en tenant intelligemment compte de leurs situations socio­historiques et culturelles3 propres, pour pouvoir vivre selon les valeurs qui les sous-tendent. Tenir compte de ces principes en osant imaginer des for­mules inédites qui permettent une vie démocratique véritable, tel est le défi qu’il nous faut relever.

Haut de page

Bibliographie

Lalèyê, Issiaka Latoundji (1999), « En deçà de l’idéologie du développement et du culte de la culture », ÉTHIOPIQUES, Revue négro-africaine de littérature et de philosophie, no 62, p. 103-110.

Lalèyê, Issiaka Latoundji (2003), « Humanismes et idéologies du développe­ment. La contemporanéité à l’épreuve de l’essentiel humain », dans Huma­nismos Latinos em Africa : encontros e desencontros, Dakar, Fondazione Cassamarca, p. 161-175.

Rousseau, Jean-Jacques (1966), Du contrat social, Paris, Garnier-Flammarion.

Haut de page

Notes

1 Voir le discours prononcé par le président de la République française François Mitterrand, le 20 juin 1990, lors de la 16e conférence des chefs d’État d’Afrique et de France.

2   Déclaration adoptée le 10 décembre 1948, à Paris, par les 58 États alors membres des Nations Unies.

3  Voir Lalèyê (1999 et 2003).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Issiaka Latoundji Lalèyê, « La démocratie en Afrique, encore à construire », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://ethiquepublique.revues.org/722 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.722

Haut de page

Auteur

Issiaka Latoundji Lalèyê

Issiaka Latoundji Lalèyê est professeur d’épistémologie et de socio-anthropologie du développement à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis, au Sénégal. Il a enseigné en République du Congo (ex-Zaïre), en République islamique de Mauritanie, en France et aux États-Unis. Ses recherches qui ont porté sur la personne et sur la mentalité l’ont amené à approfondir conjointement les idées de Claude Lévi-Strauss et de Jean Piaget. Il est docteur en philosophie de l’Université de Fribourg (Suisse) et docteur d’État ès lettres et sciences humaines de l’Université René Descartes, Paris 5, Sorbonne (France). Il a publié cinq livres et une cen­taine d’articles de revue. Il est membre de l’Académie des sciences et techniques du Sénégal et chevalier des Palmes académiques.

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page