Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

Réinventer la démocratie et la vie politique

Guillaume Turcotte (Canada - 18 ans)

Résumés

Comment réinventer une démocratie et une vie politique qui inspirent confiance et fierté ? Ce texte aborde cette question en proposant des pistes de solution liées aux thèmes de l’éducation, des médias, de la corruption et des institutions politiques au Canada. Des solutions originales comme offrir un cours d’éducation à la politique aux jeunes et réformer le Sénat seront abordées.

Haut de page

Texte intégral

1La démocratie est apparue dans la Grèce antique vers le vie siècle avant Jésus-Christ. L’étymologie du mot démocratie, issu des mots dêmos (« peu­ple ») et cratos (« pouvoir »), nous révèle qu’elle était fondée sur la parti­cipation directe du citoyen à la prise de décision dans sa cité. Aujourd’hui, notre société semble désillusionnée de ce système qui a autrefois fait la renommée d’Athènes. Les gens blâment souvent les politiciens pour leur manque de charisme, leur langue de bois et leur immobilisme envers plu­sieurs enjeux. Dans ce texte, j’exprimerai mon point de vue sur cette situa­tion en répondant à la question suivante : comment réinventer une dé­mo­cratie et une vie politique qui inspirent confiance et fierté ? Selon moi, les politiciens ne sont pas la source première de ce cynisme – ils sont le reflet d’une société désintéressée et dépolitisée –, et offrent en consé­quence des messages qui se veulent simplement rassurants et vides de contenu. Qui préférons-nous entre une personne qui prend des décisions au risque de déplaire et une personne qui ne peut déplaire parce qu’elle ne fait rien ? Il est temps que notre population retrouve les moyens de parti­ciper active­ment à la vie politique et recherche des solutions aux enjeux qui la concer­nent. Si la population réussit à confronter ses dirigeants, ceux-ci devront rehausser la qualité de leur discours et de leurs actions en conséquence. Pour y arriver, je crois qu’il faut éduquer la population à la politique, lui donner une source d’information neutre et critique, réduire la corruption pour gagner sa confiance et, surtout, lui donner des outils pour se faire entendre. Telles sont mes propositions pour arriver à ce but et du même souffle répondre à la question posée.

  • 1  DICOCITATIONS, Citations sur le thème de l'éducation, [En ligne], [http://www.dicocitations.com/ci (...)

2Un certain cynisme envers la politique afflige peut-être une partie de la population, mais une autre partie ne s’y intéresse tout simplement plus, surtout les jeunes. Pour régler ce problème, il faut miser sur l’éducation. « Aucune éducation ne transforme un être – elle l’éveille », écrivait l’homme politique et écrivain français Maurice Barrès au début du xxe siè­cle1. L’éducation est la plus grande force dont une société peut se doter, parce qu’elle permet à sa population d’être non seulement plus savante, mais de prendre également conscience de sa responsabilité envers la collec­tivité. En effet, pour moi, la politique n’est pas uniquement un champ d’intérêt ou un domaine d’études, mais une responsabilité dont chacun doit s’acquitter. Vous arrive-t-il parfois de critiquer un gouvernement, alors que vous ne vous êtes même pas prévalu de votre droit de vote ? À mon avis, offrir une meilleure éducation à la jeune génération, c’est la ren­dre plus curieuse, ambitieuse et travaillante, ce qui aura pour consé­quence de lui donner envie d’avoir une société à son image, avec des diri­geants compé­tents. Cela nécessite une participation de tous à la politique et un intérêt à son égard. Aussi, de façon plus pragmatique, investir en éduca­tion, comme nous le révèle l’étude Regards sur l’éducation 2009 de l’OCDE, permet d’accroître les revenus et d’avoir une population en meil­leure santé, qui fait plus confiance aux autres et qui s’intéresse plus à la politique. Donc, dans cette optique, j’appuie les penseurs et les politiciens qui croient que l’édu­cation devrait se situer en tête de liste des dépenses gouvernementales.

3De plus, je pense qu’il faut offrir un cours précisément dans le but de stimuler cet éveil et cette conscientisation à la politique. À partir du cours Histoire et éducation à la citoyenneté, déjà offert dans nos écoles secondaires, je créerais deux cours séparés, un cours d’histoire et un autre d’éducation à la citoyenneté. Les différents aspects abordés dans ce dernier seraient l’ini­tiation à la politique (étudier les différents partis politiques et leur philo­sophie), l’actualité (comment adopter un regard critique envers l’infor­mation) et la vie citoyenne (comprendre l’importance du vote et découvrir les moyens de contribuer activement à l’avancement de la société). J’offri­rais ce cours pendant l’ensemble des études secondaires. Il remplacerait l’âge de la majorité comme préalable au droit de vote. Pour clore ce cours, j’organiserais en cinquième secondaire un scrutin et des sondages sur différents enjeux sociétaux dans toutes les écoles du Québec. Il pourrait s’agir de scrutins officiels les années de campagne électorale et de simula­tions les autres années. Cette pratique aurait pour but de motiver les jeunes à voter, ainsi que toute leur cellule familiale, ce qui aurait pour consé­quence d’augmenter la participation au vote de façon substantielle. Par contre, les années où il y aurait simulation, les résultats serviraient à tâter le pouls et connaître l’opinion des jeunes. Grâce à cette pratique et à ce cours, les jeunes seraient beaucoup plus intéressés par la politique. Ils pour­raient mettre leurs apprentissages en pratique rapidement et se sen­tiraient écoutés par le gouvernement. Voilà comment intéresser la jeune génération à la politique et bâtir une démocratie et une vie politique active sur des bases solides.

4Cependant, même avec une éducation politique et un regard critique, les médias et l’information sont souvent biaisés et compliquent grande­ment le choix lorsque vient le temps de voter. Ma deuxième proposition concerne donc des changements dans les médias. Selon moi, les médias sont la deuxième plus importante cause de ce désintéressement de masse de la population à l’égard de la politique. Je mentionnais plus haut que les politiciens sont de moins en moins charismatiques. Ce phénomène s’ex­plique par la prudence extrême qui caractérise toutes leurs décisions ou leurs apparitions publiques. En effet, les médias ont transformé le monde politique en un monde où l’apparence est maître et où chaque décision rendue publique est vertement critiquée. Ne vous êtes-vous pas surpris à critiquer une décision dont vous ne connaissiez même pas les tenants et aboutissants réels autres que ceux rapportés par un média souvent biaisé ? Maintenant, il faut prendre les moyens de se doter de médias complètement neutres pour réduire le sensationnalisme qui caractérise l’approche des médias envers la politique aujourd’hui.

5Pour ce faire, je proposerais, au Canada, que les télévisions publiques Radio-Canada et CBC soient complètement financées par le public et exemptes de financements gouvernementaux ou privés qui sont toujours teintés d’intérêts. Pour ce faire, nous pouvons suivre le modèle de finance­ment de la BBC, la plus grande chaîne de nouvelles au monde, propriété de l’État britannique, mais dissociée du gouvernement et qui se finance principalement à l’aide d’une licence imposée aux propriétaires de télévi­sions, renouvelable annuellement. Cette manœuvre ne pourrait garantir une neutralité parfaite, qui est un concept utopique, mais elle offrirait toute la marge de manœuvre nécessaire afin de travailler vers cet idéal. De plus, il est absurde de croire que tous les journalistes sont de bons jour­nalistes. Je crois qu’il serait novateur et extrêmement utile de se doter d’un média critique des médias. On pourrait ajouter aux cahiers des charges de Radio-Canada de critiquer le travail des médias, les siens y compris, pour remettre en perspective les informations que les divers médias livrent tous les jours. Il y aurait sûrement une grande protestation dans le milieu, mais cette institution pourrait toujours se protéger sous le couvert de sa nouvelle neutralité et de sa mission critique. Enfin, si cette institution pouvait amener les gens à douter des médias, à ne plus croire qu’ils sont nécessaire­ment les modèles à suivre et qu’il faut calquer nos opinions sur les leurs, je serais des plus satisfaits. Un monde où les gens considèrent les faits en laissant de côté l’opinion de celui qui les livre pour se forger leur propre opinion est l’objectif ultime à atteindre. L’intérêt pour la politique serait grandement augmenté grâce à une population plus éduquée à la politique et grâce à des médias neutres.

6Cependant, à quoi serviraient tous ces efforts si la politique reste synonyme de corruption ? Le monde politique est plus que jamais associé à la magouille, à la corruption et au crime. Le métier de politicien est passé d’un métier respecté au sujet favori des caricaturistes et des émissions humoristiques. Sans changement de cette mentalité par l’éradication de la corruption, promouvoir le monde politique devient une tâche difficile. Comment empêcher nos politiciens de se faire acheter ? C’est en me basant sur cette question et en m’inspirant d’une initiative anticorruption de la ville de Singapour que je vous propose des pistes de solution pour diminuer la corruption. Je crois qu’il faut offrir de meilleures conditions de travail ainsi que de meilleurs salaires à nos politiciens. En effet, peu importe notre opinion sur le salaire qu’il mérite, il restera toujours vrai qu’un employé bien payé, avec de bonnes conditions de travail, sera moins tenté de perdre ses avantages pour un peu plus d’argent. Ainsi, je crois qu’il vaut la peine de payer nos politiciens plus cher si cela peut nous assurer de leur intégrité. En contrepartie, il faudrait resserrer la surveillance autant que possible, mais surtout imposer des peines très sévères à ceux qui sont reconnus coupables de fraude. Donc, en donnant de meilleures conditions de travail à nos politiciens et en imposant des peines exemplaires à ceux qui accepteraient les pots-de-vin ou aux fraudeurs, il serait possible d’éradiquer la corruption.

7Maintenant, après avoir redonné goût à nos jeunes pour la politique, retrouvé une source d’information neutre et redonné une crédibilité à nos politiciens, il faudrait s’appliquer à donner des outils à la population afin qu’elle puisse elle aussi agir de façon directe dans la vie politique. Les politiciens actuels sont souvent pris dans le carcan de la ligne de leur parti respectif. En effet, a-t-on déjà entendu un membre du Parti libéral ap­prou­ver une décision du Parti québécois ou l’inverse ? Comment un député qui suit à la lettre tous les principes de son parti peut-il représenter adéquatement une population dont les idées sont en constants change­ment et évolution ? Il faudrait que la population puisse avoir des représen­tants neutres et libérés des contraintes de partis, pour contribuer à la discussion politique et amener de nouvelles idées dans de vieux débats qui n’en finissent plus. Pour ce faire, je propose de transformer une institution fédérale à l’utilité discutable, le Sénat. Croyez-vous vraiment à l’utilité d’une institution où les sénateurs sont nommés, donc complètement partiaux, pour réviser les lois du gouvernement au pouvoir ? Non. Person­nellement, je crois qu’une refonte de cette institution serait l’occasion idéale pour faire en sorte qu’elle soit au service de la population et non pas à celui d’une idéologie de parti. Premièrement, il faudrait créer des postes de sénateurs élus directement par la population. Ils n’auraient pas le droit de s’afficher pour un parti et la population devrait voter pour leurs idées. En plus de réviser les lois, ils auraient de nombreuses tâches en tant que lien entre la population et le gouvernement en place. Par exemple, ils pour­raient être responsables de la télévision d’État, mettre en place des organismes et des activités de consultation publique et prendre la respon­sabilité de la vérification générale. En effet, un Sénat non affilié à des partis serait mieux placé pour superviser le travail du vérificateur général. Aussi, les sénateurs pourraient s’occuper de proposer aux gouvernements des idées de lois qui leur seraient soumises par la population lors de consultations publiques. Enfin, pour s’assurer une bonne représentativité, chaque province devrait élire au moins un sénateur. Ainsi, le Sénat devien­drait l’outil du peuple afin de se faire entendre.

8En conclusion, ce qu’il faut retenir de mon texte, c’est que la démo­cratie est avant tout basée sur une participation directe du peuple. Quand le cynisme et le désintéressement politique gagnent la population, c’est le fondement même de la démocratie qui disparaît. Mes idées visaient sur­tout à vous faire prendre conscience que même si nous élisons des repré­sentants pour nous diriger, une bonne démocratie se fonde sur un travail réciproque et efficace entre une population et son gouvernement. Mainte­nant que vous avez fini la lecture de ce texte, repensez à cette phrase célèbre du président John F. Kennedy : « Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, demandez-vous ce que vous pouvez faire pour lui ! »

Haut de page

Notes

1  DICOCITATIONS, Citations sur le thème de l'éducation, [En ligne], [http://www.dicocitations.com/citation/Education/1/10.php].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Turcotte , « Réinventer la démocratie et la vie politique », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 30 octobre 2012, consulté le 16 août 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/712 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.712

Haut de page

Auteur

Guillaume Turcotte

Guillaume Turcotte, 18 ans, est étudiant au Collège André-Grasset en sciences humaines profil monde international (histoire et politique). Pas­sionné de politique, de français et de philosophie, il propose ses solutions pour améliorer l’engagement politique dans la population.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org