Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

Repenser la démocratie : des chantiers en construction !

Réponse à Christopher Liénard et à Vanessa Ratté
Anne Latendresse

Résumés

Pour réinventer la démocratie, il est insuffisant de proposer des réformes à la démocratie libérale contemporaine qui, de fait, contribue principalement à la reproduction des intérêts des élites. De plus, les forces de la mondialisation minimisent sans cesse le pouvoir national de chaque état. Le peuple ne s’y trompe pas en délaissant les institutions de la démocratie représentative (vote, partis) au profit d’autres formes d’actions politiques qui se multiplient partout dans le monde : forum social mondial, mouvement des Indi­gnés, etc. C’est dans le fil de cet abandon du paradigme de la démocratie libérale qu’est en train de se réinventer la démocratie partout dans le monde.

Haut de page

Texte intégral

1À plusieurs égards, Christopher Liénard, Vanessa Ratté et al. posent, dans leur texte respectif, un même regard sur la crise de la démocratie et ses diverses manifestations. À partir de la France ou du Québec, ces jeunes auteurs constatent les nombreux signes du désenchantement de la démo­cratie : baisse des taux de participation aux élections (et ce, peu importe l’échelon de pouvoir), taux d’abstentionnisme élevé, désaffection à l’égard des partis politiques traditionnels, perte de confiance dans les élus et élues, scepticisme par rapport aux institutions démocratiques et cynisme am­biant à l’égard de la démocratie, voire du politique de façon plus générale.

2Cette lecture de la crise de la démocratie s’avère un thème récurrent chez les politologues, mais aussi chez d’autres chercheurs et chercheures qui s’interrogent sur cette incomplétude de la démocratie, associée à la modernité, d’où la question de son renouvellement, de sa réinvention ou encore d’une radicale démocratisation de la démocratie.

3Ces jeunes mettent en question, avec raison, certaines limites de la représentation. Liénard ne manque pas d’évoquer le faible lien entre le citoyen ou la citoyenne et leurs représentantes et représentants. À son avis, pour résoudre ce problème, il faut adopter des mécanismes pour renforcer l’obligation de rendre compte des personnes élues, créer des moyens de communication entre eux et les citoyennes et citoyens, etc. À mon avis, ce constat, malgré sa justesse, n’englobe pas l’un des principaux problèmes soulevés par la démocratie représentative, soit la sous-représentation de groupes mino­risés (femmes, groupes ethnoculturels, ménage à faible reve­nu, etc.) qui parviennent très peu à se faire élire au sein des instances élec­tives décision­nelles. Leur quasi-absence généralisée au sein des insti­tutions électives, et ce, peu importe le mode de scrutin, permet de se demander si le mode de représentation au sein de la démocratie libérale n’a pas pour effet de contri­buer à la reproduction des intérêts des élites politiques et économiques.

4Si les textes de Liénard et de Ratté mettent en lumière, de façon encore ici assez juste, les signes du déclin des formes de participation associées à la démocratie libérale, il est fort étonnant qu’ils ne relèvent pas le paradoxe du désenchantement démocratique. Celui-ci renvoie, d’un côté, à l’abandon progressif des institutions démocratiques par les citoyens et citoyennes et, de l’autre, à la multiplication de lieux de participation de citoyennes et citoyens qui s’engagent, sous diverses formes, au sein d’es­paces associés à la démocratie sociale : comités de parents d’écoles ou de garderies, de quartier ou de voisinage, syndicats de travailleurs ou de travailleuses ou d’étudiants et d’étudiantes, associations de consommation, d’agriculture urbaine, groupes d’écologistes, etc., sans compter les espaces publics plus institutionnalisés comme les conseils d’administration de caisses populaires ou les forums régionaux. Bref, nombreux sont les lieux d’engagement des citoyens et citoyennes. La participation à ces débats pu­blics par l’intermédiaire des médias sociaux et le temps que les citoyen­nes et citoyens y investissent témoignent d’une volonté de s’approprier les espaces publics où il est possible de devenir sujet politique. Plutôt que de répéter comme le font certains élus que la démocratie n’intéresse plus les citoyens et citoyennes, ne doit-on pas reconnaître que l’une des grandes illusions de la démocratie libérale repose sur le principe que le pouvoir appartient au peuple, alors que dans la pratique, les citoyennes et citoyens se retrouvent écartés, voire exclus de ce pouvoir ? Cette duplicité explique sans doute, en partie du moins, la quête de nouveaux espaces politiques et de nouvelles pratiques organisationnelles à laquelle nous assistons depuis une trentaine d’années.

5Pour contribuer au renouvellement de la démocratie, Liénard et Ratté mettent en avant l’idée du renforcement des citoyens et citoyennes au moyen de l’éducation civique, notamment l’acquisition de connais­sances de base en philosophie et en histoire, d’une refonte des règles des médias, d’un changement du mode de scrutin pour adopter le mode pro­portionnel et d’une séparation des pouvoirs. Les auteurs évoquent la conscience citoyenne comme outil garant, ou presque, d’un engagement plus critique, au sein des espaces publics et des institutions démocratiques. Ces propositions auraient pour effet de bonifier le système en place par l’ajout de nouvelles mesures ou de nouveaux dispositifs participatifs. Même si l’adoption des propositions retenues par les auteurs contribuerait sans doute à une amélioration de la démocratie, celles-ci suffisent-elles à une refonte de la démocratie ?

6Pour apporter quelques éléments de réflexion supplémentaires, il faut constater que le contexte économique et politique actuel, caractérisé par ce que certains évoquent comme la troisième phase de la mondialisation, a profondément transformé l’organisation du monde dans lequel nous vivons. Contribuant à la réorganisation du monde à la fois sur le plan spa­tial et sur le plan temporel, cette mondialisation participe à la mise en place d’un processus de déstructuration-restructuration à la fois territorial et politique. Ce processus concourt à l’érosion de la souveraineté de l’État-nation au bénéfice de nouveaux espaces politiques et d’acteurs autres que l’État dont les décisions ont une emprise tant sur les institutions démocra­tiques que sur la vie des citoyennes et citoyens de nombreux pays du monde. On pense ici aux instances comme l’Organisation mondiale du commerce (OMC) ou la Banque mondiale qui structurent en partie l’ac­tion publique des États en matière de commerce et de service, etc., et aux grandes entreprises transnationales dont le pouvoir transcende les fron­tières nationales. Face à cette reconfiguration du politique (que Neil Brenner appelle « rééchelonnement de l’État »), où l’État-nation n’est plus le lieu exclusif de l’articulation du politique et par extension de la citoyen­neté, n’est-il pas pertinent de poser la question de la démocratie en appré­hendant non seulement les institutions et les espaces publics à l’échelle nationale, mais aussi ceux qui prévalent à d’autres échelles, notamment celles de l’échelle mondiale et de l’échelle locale ?

7En d’autres termes, est-il possible de poser la question du renou­vellement de la démocratie sans tenir compte de la réarticulation des lieux et des échelons de pouvoir ? Devons-nous nous contenter de réformer notre démocratie, apportant ici et là quelques adaptations comme l’adop­tion d’un mode de scrutin proportionnel ou l’introduction de mécanismes d’obligation de rendre compte des élus et élues ou encore est-il possible de rendre possible l’impossible – pour reprendre le sous-titre d’un ouvrage de la chercheuse chilienne Matha Hernecker –, rompant avec le paradigme de la démocratie libérale (et représentative) pour introduire de nouveaux espaces publics et de nouvelles pratiques ?

  • 1  « Ce second visage de la mondialisation n’a rien à voir avec un processus d’uniformisation planéta (...)

8Poser la question, c’est y répondre, dit-on. Cette prémisse nous incite à croire que tout exercice réflexif sur le renouvellement de la démocratie ou sa réinvention doit nécessairement s’atteler à la difficile tâche d’ima­gi­ner et de créer, dans une perspective critique, de nouveaux espaces publics et de nouvelles pratiques politiques qui reposeraient sur ce que Toni Negri et Michael Hardt nomment, dans leur livre Empire (2004), la « mul­titude », qu’ils définissent comme « la création de nouveaux circuits de coopération et de collaboration qui traversent les nations et les continents, suscitant un nombre illimité de rencontres et d’interactions »1.

9À mon avis, la réinvention de la démocratie doit tenir compte des contingences historiques de cette nouvelle phase de la mondialisation dont nous commençons à peine à saisir l’intelligibilité. En ce sens, le mouve­ment altermondialiste avec le Forum social mondial, les initiatives des indignés du Portugal, d’Espagne et de Grèce, l’avènement du mouvement Occupy Wall Street (Occupy Montréal, Victoria, Vancouver, Québec, etc.), sans compter les mobilisations immenses connues comme le prin­temps arabe invitent à la reconnaissance de la diversité des voix et des prati­ques qui, à partir de réalités nationales, contribuent à la définition du « commun », pour reprendre à nouveau un terme de Negri et Hardt. De ces chantiers en cours, il est difficile de prévoir l’issue. Toutefois, la production du biopolitique est bel et bien amorcée !

Haut de page

Notes

1  « Ce second visage de la mondialisation n’a rien à voir avec un processus d’uniformisation planétaire : il s’agit plutôt pour nous de la possibilité de découvrir le “commun” qui nous permet de communiquer et d’agir ensemble, tout en maintenant nos différences. On peut donc concevoir la multitude elle aussi comme un réseau : un réseau ouvert et expansif dans lequel toutes les différences peuvent s’exprimer librement et au même titre, un réseau qui permet de travailler et de vivre en commun » (Toni Negri et Michael Hardt, Empire, Paris, 10/18, 2004, p. 7).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Latendresse , « Repenser la démocratie : des chantiers en construction ! », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 30 octobre 2012, consulté le 16 août 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/700 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.700

Haut de page

Auteur

Anne Latendresse

Anne Latendresse, professeure au Département de géographie de l’UQAM, travaille sur les questions liées à la démocratie locale et parti­cipative, à la participation des groupes minorisés à la gestion et à la planifi­cation urbaines, de même que sur la métropolisation. Elle dirige actuellement le Centre d’études et de recherches sur le Brésil (CERB) et est membre de DiverCité et de Villes régions monde (VRM).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org