Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

Renaissance ou péril de la démocratie

Mahefa Reboza Linigny (20 ans - Madagascar)

Résumés

La majorité commence à se rendre compte que la démocratie – notion ésoté­rique – n’est devenue finalement qu’un instrument du pouvoir pour justifier des exactions infondées, alors qu’elle est avant tout un outil incontournable pour renforcer la cohésion de la société et la tranquillité nationale, ce qui est synonyme de paix, d’une république pérenne mais aussi de développement économique, social et culturel. La démocratie n’est pas un modèle qu’il s’agit de copier, mais un objectif qui doit être atteint par tous les peu­ples et assimilé par toutes les cultures ; elle a besoin des citoyens qui, en la vivant en eux, la font vivre pour tous.

Haut de page

Texte intégral

1Tout d’abord, avant d’étayer mes propos, je tiens à saluer l’initiative de la revue Éthique publique d’avoir organisé ce concours qui se présente comme une réelle opportunité pour nous, citoyens et citoyennes, de pouvoir nous exprimer et partager nos visions de la démocratie dans le monde. Étant étudiant malgache en architecture, passionné par la vie politique en géné­ral, je ne peux rester indifférent à la situation actuelle du monde et de mon pays en particulier, qui traverse une transition pour instaurer un État démocratique – un vrai – et pour garantir son retour dans le concert des nations. Alors, par cet article, certes je parlerai de ma vision de la démo­cratie, de valeurs partagées par bon nombre de pays dans le monde, mais j’en profiterai surtout pour faire part aux lecteurs des aspirations humbles qui pourraient être des facteurs déterminants pour le redressement des pays en quête de paix, de stabilité et de développement par ce processus de démocratisation.

La démocratie à laquelle j’aspire

2La démocratie a comme point de départ le respect de la dignité humaine ; faite de réalisme politique et d’éthique, elle tend à préserver et promouvoir la dignité et les droits fondamentaux de l’individu. La démocratie est un idéal universellement reconnu et un objectif fondé sur des valeurs commu­nes à tous les peuples, indépendamment des différences culturelles, politi­ques, sociales et économiques ; un droit fondamental du citoyen exercé dans des conditions de liberté, d’égalité, de transparence et de responsabi­lité ; un respect de la pluralité des opinions. La démocratie assure la primauté du droit et de l’exercice du droit de la personne : « Nul n’est au-dessus de la loi et tous les citoyens sont égaux devant elle. » Elle demande l’égalité entre hommes et femmes, s’enrichissant de leurs différences, ainsi que la libre concurrence politique pour le pouvoir (accession, exercice et alternance) émanant d’une participation populaire ouverte, libre et non discriminatoire. Mais la démocratie est surtout, en pratique, une série de processus interactifs dans lesquels des mécanismes de freins et contrepoids rééquilibrent ou égalisent constamment ou périodiquement les échelles de pouvoir entre gouvernants et gouvernés. Parler d’attribution des pouvoirs, de freins et contrepoids, de mécanismes de contrôle et de recours présuppose un choix dans les institutions de la chose publique, c’est-à-dire les trois branches du gouvernement : le législatif, l’exécutif et le judiciaire. Ce sont ces institutions judiciaires et ces mécanismes de contrôle indépen­dants, impartiaux et efficaces qui sont les garants de l’État de droit, fondement de la démocratie. Quels que soient la signification et le conte­nu qui sont donnés au mot démocratie, ce qui la distingue fondamentale­ment des autres systèmes de gouvernement, c’est le droit du peuple de participer à la gestion des affaires publiques.

La démocratie à l'africaine

3Le mot démocratie, officiellement l’idéal politique et moral de la conscience du monde, est dans la bouche de tous les politi-(cards)-ciens malgaches et africains. Tous prétendent faire passer l’intérêt général avant les intérêts individuels. Cependant, cela se résume à des verbiages qui ne trompent pas l’opinion publique et qui masquent la volonté de « se servir au lieu de servir ». Depuis des années, la politique à Madagascar baigne dans le despotisme, les promesses d’ivrogne, la mal-gouvernance, la cor­ruption, les détournements de fonds publics, les coups d’État cycliques, et j’en passe… Jamais ce pays n’a connu une alternance démocratique depuis maintenant cinquante ans d’indépendance ; la justice y est celle du plus fort et reste muette devant la réalité souvent criante des injustices. Le chan­gement de constitution devient monnaie courante pour chaque gou­vernement qui en justifie la crédibilité par un pseudo-référendum, les farouches opposants étant souvent muselés ou incarcérés…

4Et comme dans tous les pays « démocratiques », le multipartisme y est roi, la différence d’opinions étant censée œuvrer pour l’avancée démo­cratique. Depuis février 2009 (soit le début de la période de transition), 93 partis politiques ont vu le jour à Madagascar (La Gazette de la Grande Île, 11 février 2011). Ce ne sont pas les opinions et les idées qui manquent ! Toutefois, nous constatons surtout que la politique est devenue la scène d’odieuses batailles de places au sein des institutions de la République et un domaine d’enrichissement pour les « agiles du micro ». Créer un parti devient une garantie pour s’asseoir dans les diverses institutions, ce dont témoigne cet extrait d’une interview télévisée d’un membre du Conseil supérieur de la transition, dont j’ai volontairement préservé l’identité (entretien publié dans la Gazette de la Grande Île du 12 février 2011) et qui dit ceci en s’adressant à l’animatrice : « Nos vues ne sont pas très éloignées, Onitiana. Nous pourrions monter un parti ensemble plus tard… »

5Notons aussi que ces politicards ont la fâcheuse habitude de dévalo­riser la nation en employant trop souvent un vocabulaire indigne tel que « règle du jeu » en rapport à la législation du pays. Certes, on peut l’inter­préter comme une forme de pauvreté sémantique, mais confondre l’État avec un « jeu » est une sérieuse aberration. Tous ces mots (maux) té­moignent de l’incapacité de ces gens à remplir leur devoir en étant d’abord citoyens, avant d’être politiciens. Cela vaut pour tout le continent, où la question de la démocratie anime énormément l’actualité de l’année 2011, que ce soit en Côte d’Ivoire ou dans le monde arabe (en Tunisie, en Lybie, au Yémen, au Bahreïn ou encore en Égypte). Ces soulèvements ont pour principale cause le non-respect de la démocratie par les régimes en place qui ont été renversés sous la pression de la rue. Nous constatons la force de la volonté du peuple qui aspire à des changements après ces décennies de « démocrature », combinaison honteuse de deux concepts diamétrale­ment opposés que sont la démocratie « de façade » et la dictature. Voilà, entre autres, le mal qui ronge bon nombre de pays africains et handicape le processus d’une vraie démocratisation de la vie politique. Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent faire. Et en ce qui concerne l’avenir de la démocratie, ce mal est profond. Comment pouvons-nous redresser ces torts ? Quelles stratégies pouvons-nous adopter pour remédier à cela, préserver le bien du peuple et offrir aux générations futures une vision d’une vraie éthique républicaine ?

Mes propositions de solutions viables et vitales

  • 1  Citation de Boutros Boutros Ghali.

6Après moult réflexions, je constate que, malgré les aides financières et logistiques apportées par l’Occident en matière de démocratisation de nos pays, les avancées sont minces, « car la démocratie n’est pas un modèle qu’il s’agit de copier, mais un objectif qui doit être atteint par tous les peuples et assimilé par toutes les cultures. Elle peut prendre de nombreuses for­mes, suivant les caractéristiques propres et l’histoire de chaque société1 ».

7« L’éducation est le passeport pour le futur, car demain appartient à ceux qui s’y préparent aujourd’hui », disait Malcom X. En Afrique, l’édu­cation reste la véritable base et l’assurance d’une certaine évolution dans ce sens. Pour garantir la durabilité de l’état de la démocratie, il faut un climat et une culture démocratiques constamment nourris et enrichis par l’édu­cation, grâce à laquelle chaque citoyen ou citoyenne – conscient de ses droits et de ses responsabilités – pourrait s’épanouir, respecter l’autre et songer au bien de la société. L’éducation donne aux citoyens la capacité de développer la société civile et de défendre ses valeurs et ses institutions, ce qui est vital, car la démocratie ne peut exister sans la société civile, et la société civile ne peut pas exister sans une population qui a la volonté et la capacité d’en défendre les valeurs et les institutions. Une sérieuse refonte de l’éducation est nécessaire pour enseigner aux enfants de chaque pays à devenir des citoyens responsables ; pour leur expliquer qu’être démocrate, c’est agir en reconnaissant que nous ne vivons jamais dans une société assez démocratique ; pour cultiver en eux l’amour de leur prochain et de leur drapeau ; pour développer leur esprit patriotique et leur esprit de réflexion, sans oublier de leur inculquer les principes de l’épreuve enrichissante du « débat », vecteur de changement. Débattre, c’est avant tout savoir écouter, entendre, comprendre les autres et s’adresser aux autres, l’écoute étant un acte stratégique et respectueux et la parole étant un symbole de liberté. Il est essentiel aussi d’enseigner l’importance de l’alternance du pouvoir par la tenue à intervalles périodiques d’élections libres et régulières, sur la base du suffrage universel, égal et confidentiel. Il s’agit de créer une éducation civique forte pour forger la personnalité des futurs responsables des pays par différents projets et activités et même leur intégration dans le pro­gramme scolaire ; car les personnes doivent avoir les connaissances néces­saires et la capacité d’exercer leurs droits individuels et collectifs pour instaurer la démocratie.

8Madagascar, qui compte 18 ethnies unies par l’océan, est une société fortement hétérogène. Il faut donc prendre en considération la participa­tion populaire pour sauvegarder la diversité, le pluralisme et le droit à la différence dans un climat de tolérance. Décentraliser le gouvernement et l’administration publique est un droit et une nécessité pour élargir la base participative. Il est évident que nous disposons d’un immense réservoir de matière grise, mais, malheureusement, nous souffrons d’une pénurie d’hommes et de femmes sages, droits et honnêtes pour diriger ce pays. La démocratie ne s’impose pas par la vertu de mécanismes qui lui seraient propres – elle a besoin des hommes et des femmes qui, en la vivant en eux, la font vivre pour tous. Je propose donc des solutions plus « préventives » que « curatives », à la différence de celles qui sont communément appli­quées tels la surveillance par des membres de la communauté interna­tionale des élections ou l’appel à des émissaires étrangers pour régler un différend dans un pays traversé par un conflit et peu formé à la culture démocratique du débat. Cet appel reste toujours, je le rappelle, une im­mixtion étrangère dans un pays souverain.

9La démocratie deviendra alors un outil incontournable pour renfor­cer la cohésion de la société et la tranquillité nationale, synonyme de paix, mais aussi de développement économique, social et culturel. Énor­mément de progrès restent à accomplir dans la promotion de la démocra­tie. Certes, il faut saluer les efforts incessants de la communauté inter­nationale dans les divers processus de démocratisation. Mais il faut d’autres stratégies de prévention pour créer une démocratie à long terme et surtout pour que n’existent plus ces ingérences étrangères – qui ne provoquent parfois que frustrations – dans les affaires nationales d’un pays souverain. Pour que, in fine, la démocratie soit comme Abraham Lincoln l’avait brillamment dé­crite : « le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

Haut de page

Notes

1  Citation de Boutros Boutros Ghali.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mahefa Reboza Linigny , « Renaissance ou péril de la démocratie », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 30 octobre 2012, consulté le 22 juin 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/690 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.690

Haut de page

Auteur

Mahefa Reboza Linigny

Mahefa Reboza Linigny est malgache et étudiant en quatrième année d’architecture. Il est aussi titulaire d’un diplôme approfondi en langue française et passionné de sciences politiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org