Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

La démocratie à l’africaine

Biléou Sakpane-Gbati (24 ans - Togo)

Résumés

À l’école de la démocratie, les États africains ont la triste réputation d’être de mauvais élèves. L’édification d’une véritable démocratie est mise à mal par la persistance de considérations tribales, ethniques ou encore claniques. Il importe alors de repenser la démocratie en Afrique en commençant par s’affranchir du mythe selon lequel, en raison de leur organisation traditionnelle, les sociétés africaines seraient incompatibles avec la démocratie. La marche engagée par l’Afrique vers la démocratie par la voie institutionnelle ne sera véritablement effective qu’avec l’essor d’une véritable culture démocratique des hommes.

Haut de page

Texte intégral

1« La démocratie est le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple. » L’actualité de cette assertion de l’ancien président américain Abraham Lincoln(1809-1865) n’est plus à démontrer, tant elle transparaît dans la plupart des discours politiques en Afrique et dans les récents évén­e­ments en Côte d’Ivoire, en Tunisie, en Égypte, en Libye…

2Nombreux sont ces pays africains qui ont été épinglés et mis au ban de la communauté internationale pour déficit démocratique né d’intermi­nables crises politiques. En effet, la communauté internationale qui était originellement permissive sur la gestion politique des États a fait désor­mais de la légitimité démocratiqueune condition de reconnaissance des gouvernements. De nombreuses crises d’ordre politique, social, économi­que et institutionnel ont abouti à des révolutions ou soulèvements popu­laires, à des rébellions et, pire encore, à des coups d’État militaires. Les séries de coups d’État, formes décriées d’accessions antidémocratiques au pouvoir, mais malheureusement prisées des pays africains majoritairement francophones, ont jalonné l’histoire de ces pays depuis leur accession à la souveraineté internationale. Si les années 1960 ont été considérées comme celles des indépendances et des régimes de partis uniques caractérisés par une gestion opaque, partisane ou clanique des affaires de l’État, les années 1990 au contraire ont rimé avec démocratie, multipartisme et un cortège de conférences nationales ou d’assises nationales devant servir de cadres transitionnels des États vers la démocratie, en passant par une refondation des républiques fortement troublées à l’époque par des revendications populaires de nature démocratique.

3Malheureusement, les débats qui se devaient d’être constructifs ont fait place aux mensonges, au despotisme, à la calomnie, aux discours hai­neux, voire tribaux. Ces évènements ont contribué à l’altération du cli­mat politique, à l’accentuation des clivages personnels, politiques, voire ethni­ques, au maintien et à la radicalisation des régimes dictatoriaux issus des partis uniques qui sont devenus des partis forts qui n’ont rien à envier aux partis uniques d’antan avec en toile de fond une pluralité de petits partis pour la plupart sans envergure nationale. Les fruits n’auront pas tenu la promesse des fleurs ! Par la suite, les politiques ont brisé de facto le climat de confiance d’une part entre eux-mêmes et d’autre part entre eux et la population du fait du jeu illisible des alliances contre nature qui se font et se défont au gré des situations politiques. L’histoire mouvementée et récente du continent aux alternances difficiles nous confronte à une inter­rogation. Faut-il réinventer « une démocratie à l’africaine » et une vie politique qui inspire confiance et fierté ? Nul besoin de réinventer une démocratie et une vie politique, la démocratie est en construction, les propositions allant dans le sens de la consolidation de la démocratie et de l’assainissement de la vie politique existent déjà.

La pertinence de réinventer une démocratie en Afrique

4« L’Afrique ne serait pas prête pour la démocratie ! »Ce propos prêté à l’ancien président français Jacques Chirac (1995-2007), choquant pour plus d’un Africain sur deux, mérite qu’on s’y intéresse pour analyser les arguments qui militent en faveur de cette croyance et en faire une contre-analyse en démontrant que l’Afrique est déjà en marche vers la démocratie.

Une Afrique inapte à faire siennes les valeurs démocratiques : fausse croyance

5La barrière culturelle est souvent évoquée pour expliquer les difficultés rencontrées par l’Afrique dans son processus de démocratisation. La culture du chef qui caractérise les sociétés africaines ne serait pas un bon réceptacle pour l’incrustation de la démocratie. En réalité, cette culture ne saurait être un frein à l’émergence de démocratie ; cette idée reçue est erronée. La plupart des nations africaines avant la colonisation étaient constituées en royaumes dont l’organisation n’était pas éloignée de celle de la monarchie parlementaire britannique. Les affaires de la cité se réglaient autour « des arbres à palabres » avec la participation des populations ou leurs représentants : c’était le temps de légiférer, de décider, de juger… Dès lors, on peut sans équivoque établir un parallèle entre la structure des « chefs traditionnelset notables » et celle des « chefs d’État et notables ». Le pouvoir était délégué, les peuples étaient associés à la gestion des royau­mes, on assistait déjà à une forme d’élection des chefs où il s’agissait, pour les populations, de s’aligner derrière le candidat de leur choix. Celui qui emportait l’adhésion populaire était intronisé, comme le montre l’exemple des peuples du nord du Togo. Ce modèle d’organisation sera mis à mal par la colonisation et la décolonisation.

6L’héritage de la colonisation est la politique du diviser pour mieux régner et le repli ethnique. Si « la démocratie est la dictature de la majorité sur la minorité », comment les minorités ethniques sont-elles arrivées à prendre le pouvoir et à le conserver dans un contexte où les clivages ethniques ou tribalistes comme en Lybie ont été créés et entretenus à des­sein par les colons puis repris après les indépendances par les clans prési­dentiels pour continuer à exercer le pouvoir et à faire main basse sur les ressources de leur pays ? Les frontières issues de la colonisation n’ayant tenu aucun compte des limites des royaumes, leurs populations se sont retrouvées disloquées entre plusieurs pays, d’où la nécessité de travailler à la construction de nouvelles nations. Si, avec les indépendances, on a assisté à une réelle volonté de créer des nations, le constat de l’échec est probant puisque le vote ethnique, tribaliste surtout régionaliste est légion en Afrique, comme le montrent les exemples des dernières élections présidentielles et législatives au Kenya, au Togo, en Côte d’Ivoire, en Guinée, etc. Il est pratiquement impossible à un homme du sud de se faire élire au nord et vice-versa ; dans une région donnée, c’est le facteur ethnique qui prédomine.

7Les États africains ont-ils échoué dans la construction de leur nation ? Manifestement OUI. On n’entend parler de nation que dans les discours politiques, la fibre patriotique et nationaliste n’est palpable que lors des victoires des équipes nationales de football pour ne citer que celles-là… La vie politique n’inspire plus confiance, surtout en prenant en compte le rôle prépondérant des armées à la solde des clans présidentiels, n’hésitant pas à retourner leurs armes contre leurs propres concitoyens et à renverser des présidents démocratiquement élus, au lieu d’être des armées impartiales et républicaines. Tous ces éléments expliquent bien le climat délétère qui règne sur les pays à l’approche des élections. Paradoxalement, l’adhésion des États africains aux instruments régionaux et internationaux allant dans le sens de la consolidation de la démocratie et de la sauvegarde des droits humains ne tarit pas, leur application constitue donc le véritable enjeu sinon le défi de la démocratisation des sociétés africaines.

Une Afrique en marche vers la démocratie

8L’Afrique a enregistré des avancées notables et des échecs qui s’inscrivent dans le cours normal du processus de démocratisation qui est plus ou moins long selon les spécificités des pays. Avec ses multiples accords, traités internationaux, continentaux et régionaux, l’Afrique a déjà un cadre assez séduisant et propice à l’émergence de véritables démocraties. Le remède existe déjà et il est connu de tous : il émanera de la volonté des au­torités politiques africaines de traduire dans les faits ces différents textes ; nous en citerons quelques-uns en guise d’exemple. La Charte africaine de la démocratie et des élections, adoptée le 30 janvier 2007 à Addis-Abeba (Éthiopie), constitue la manifestation de la volonté des États africains d’ériger la démocratie en modèle de développement en s’engageant dans la promotion de la démocratie, du principe de l’État de droit et des droits de l’homme. Le Protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance (protocole additionnel aux protocoles sur la prévention des conflits armés) en son article 2 section 2 relative aux élections (chapitre 1) interdit la modification des constitutions six mois avant les élections. La Déclaration de Bamako du 3 novembre 2000, adoptée après le Sympo­sium international sur le bilan des pratiques de la démocratie, des droits et libertés dans l’espace francophone, a recensé les acquis, les insuffisances et échecs de la démocratie pour enfin proposer des solutions à l’ensemble des pays africains. Cet arsenal de textes traduit qu’un effort substantiel est fourni, en tout cas dans un cadre assez théorique, pour trouver un bon moule à la taille des aspirations pressantes et manifestées des peuples africains qui ont soif de démocratie. Les manifestations plus ou moins violentes des Tunisiens, Égyptiens et Libyens ont contribué à mettre la question de la démocratie à l’ordre du jour dans les pays d’Afrique noire en passant par la Chine et les grandes monarchies arabes.

Des démocraties africaines en construction

9Il s’agit des mutations internes et des apports de la communauté interna­tio­nale dans l’édification de véritables démocraties en Afrique.

Les mutations internes

10Le discours du président américain Barack Obama prononcé au Ghana en 2010, lors d’une visite officielle, disait : « L’Afrique, au lieu d’avoir des hommes forts, doit avoir des institutions fortes. » Cela étant, la nécessité de choisir des personnes de bonne volonté pour animer ces institutions est également primordiale. Il faudra d’ores et déjà mettre fin au manque d’indépendance de certaines institutions et aux contraintes de nature économique, financière, sociale, suscitant la désaffection des citoyens. Il faut établir une gestion participative en faisant la promotion de la démo­cratie locale par la décentralisation, en passant par l’organisation d’élec­tions libres, fiables et transparentes et au niveau des partis politiques organiser des élections primaires. Il y a lieu de travailler à l’instauration d’une culture de l’alternance, un principe sacro-saint de la démocratie, de prévoir un statut de l’opposition et d’oser aller vers une bipolarisation de la vie politique qui aura pour avantage d’éliminer les nombreux partis politiques à caractère tribaliste, sans assise nationale, voire sans idéologie politique claire et dirigés par des individus guidés par des intérêts inavoués.

11Une moralisation de la vie politique est souhaitable, on ne cessera de le dire. « On ne fait pas de la politique avec la morale, on n’en fait pas davantage sans » (André Malraux). Cela doit passer par l’arrêt de la pra­tique répandue des achats de consciences et de votes, une libéralisation encadrée des médias, une véritable lutte contre l’impunité et la consolida­tion de l’État de droit. La nécessité de la réinstauration des services militaires obligatoires ou des travaux d’intérêt général pour renforcer la fibre patriotique et inculquer des valeurs citoyennes se fait sentir pour parachever l’œuvre de création des nations, aux dimensions des États qui se sont imparfaitement constitués.

Les apports de la communauté internationale

12La communauté internationale doit véritablement accompagner le processus de démocratisation de l’Afrique dans le respect du droit des peuples africains à disposer d’eux-mêmes. Le rôle joué par la communauté internationale, gardienne de valeurs, dans la résolution des conflits, voire dans leur prévention est louable et souhaitable au regard des difficultés à régler des crises internes. Cependant, son champ d’intervention s’étant élargi et ses actions diversifiées, elle doit se garder de se confondre avec une société internationale qui a contrario défend des intérêts. Les acteurs de la société internationale étant les mêmes que ceux de la communauté internationale, le pas est vite franchi quand ceux-ci sont ostensiblement permissifs avec des régimes aux pratiques peu démocratiques ou, pire, quand ils n’hésitent pas à faire de ces régimes boiteux, illégitimes et mafieux des partenaires privilégiés leur assurant de facto des pouvoirs à vie et des successions dynastiques au grand dam des populations. Il faut que ça cesse ! Les conditionnalités de l’aide au développementdoivent être respectées sans régime de faveur, mais la real politik nous apprend égale­ment que le monde a toujours existé avec des intérêts. Sachant que la meilleure manière de se faire servir est de servir soi-même, les politiques africains doivent prendre leur responsabilité devant leur peuple et devant l’Histoire ; sinon, tel un virus cybernétique, le parfum de jasmin continuera à faire son bonhomme de chemin. Cependant, il est impérieux de préciser que « la démocratie n’est pas dans les institutions mais dans les hommes » (Georges Burdeau)…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Biléou Sakpane-Gbati, « La démocratie à l’africaine », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 31 octobre 2012, consulté le 20 décembre 2014. URL : http://ethiquepublique.revues.org/679 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.679

Haut de page

Auteur

Biléou Sakpane-Gbati

Juriste publiciste en fin de formation à l’Université de Lomé, Biléou Sakpane-Gbati est né à Lomé, d’un père officier de la marine et d’une mère coiffeuse et syndicaliste. Son inspiration fondamentalement « so­ciale », telle qu’établie dans son engagement dans les diverses associations humanitaires et de défense des droits de l’homme, se confirme ici dans une remise en cause des systèmes politiques qui marginalisent leur population au profit d’une minorité au sommet. Il vient de faire ses premiers pas dans la société civile togolaise et son intérêt manifeste pour les questions liées à la démocratie, aux droits de l’homme, à la bonne gouvernance et au développement durable s’est affermi. Dans un futur proche, il projette de préparer un master en relations internationales.

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page