Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

La démocratie à l’écoute de tous

Armande Désirée Koffi-Kra (24 ans - Côte d'ivoire)

Résumés

Si la démocratie veut être porteuse de bien-être, développement, justice et vérité à travers le monde, elle ne saurait faire fi du dialogue. « L’alternative-dialogue », quatrième pouvoir du système démocratique, fera ressortir la vérité qui se trouve entre le « tu » et le « je », entre la majorité et la minorité, bien mieux que le simple vote mathématique.

Haut de page

Texte intégral

1En cherchant la définition du mot démocratie, on se rend compte qu’il en existe plusieurs avec des dérivés plus ou moins explicites (démocratie directe, semi-directe, participative, pluraliste, etc.). Celle que je préfère est la suivante : la démocratie est un gouvernement du peuple par le peuple ; c’est un régime dans lequel tous les citoyens possèdent à l’égard du pouvoir un droit de participation et un droit de contestation.

2Au cœur de toutes ces définitions se trouvent des idées sur lesquelles on peut s’accorder, mais aussi plusieurs questions importantes. La démo­cratie est un gouvernement du peuple, par le peuple… premier point qui implique l’idée que le peuple est maître de son destin, car il décide pour lui et par lui. Mais comment le peuple s’exprime-t-il ? Par le droit de vote, on le sait. La démocratie implique l’idée de s’exprimer et de choisir son repré­sentant par le vote puisque nous ne pouvons tous présider et diriger à la fois. Mais qu’est-ce que voter, si ce n’est exprimer son propre point de vue ? On constate alors que le résultat d’une élection n’aboutit pas forcément à l’obtention d’un gouvernement juste, mais qu’il est le fruit de la volonté de la majorité. Envisagée sous cet angle, la démocratie est la prise en compte de la volonté de la majorité. Qui parle de majorité parle également et inévita­ble­ment de minorité.

Problème

3Que devient la minorité quand l’élection fait ressortir la volonté de la ma­jo­rité ? Un peuple réunit toujours ces deux pôles – minorité et majorité. À titre d’exemple, notons qu’en 2002, la rébellion armée a affirmé revendi­quer au nom des populations du nord de la Côte d’Ivoire qui étaient marginalisées parce que ne représentant qu’une minorité dans la société ivoirienne. Minorité non prise en compte dans les procédures et projets de développement du pays.

4Il ressort de cet exemple que le système démocratique actuel, basé sur la victoire de la majorité, crée des frustrations. Cette lacune fondamentale de la démocratie rappelle qu’elle ne fait pas le bonheur de tout le monde, qu’elle ne peut écouter tout le monde. À la lumière de ce constat, il appa­raît évident que la population a le droit de contester le gouvernement élu par la majorité – deuxième idée sur laquelle on s’accorde aisément. Géné­ralement, il y a contestation quand on n’est pas d’accord avec les décisions des dirigeants. Cependant, ce droit de contester ne signifie malheureuse­ment pas qu’on soit entendu par le pouvoir. Quand il y a litige, l’idée du dialogue veut que toutes les parties soient entendues et écoutées. Mais dans le système démocratique, il n’existe que deux solutions : être pour ou contre ; d’où la nécessité de trouver des solutions concrètes à cette lacune de la démocratie.

Solutions

5Il faut recadrer la notion de démocratie en élargissant son champ d’action aux pratiques du dialogue et du compromis et en l’ouvrant à la participa­tion régulière des citoyens.

6Il n’existe pas de modèle standard de démocratie applicable à tous les pays. Il faut tenir compte des réalités de tout un chacun. La démocratie appréhendée en Europe, en Afrique ou ailleurs n’est jamais la même. Elle a des implications et des conséquences différentes. Elle laisse souvent libre cours à des abus (fraudes, manipulation électorale, brimades, violences faites aux partisans) et à des incompréhensions.

7La démocratie doit inclure l’idée de dialogue entre les dirigeants et leur peuple. Sinon, quand le peuple proteste et qu’il y a des représailles de la part de la puissance publique, il y a lieu de dire qu’il y a violation du droit de protester. Entre l’État et les administrés, il ne devrait pas avoir de bras de fer, mais une entente issue du fait qu’il travaille pour eux et avec eux. Les dirigeants doivent s’oublier et penser au bien-être de leur population. Si ça avait été le cas, la Côte d’Ivoire n’aurait pas essuyé toutes ces vio­lences pré- et postélectorales. Il y aurait eu une bonne médiation pour le bien du peuple.

8La démocratie doit par-dessus tout inspirer le compromis. Elle ne doit pas présenter deux solutions à un problème, mais une troisième issue à toute difficulté ; d’où la nécessité d’un quatrième pouvoir, « l’alternative-dialogue », pouvoir du peuple. En effet, dans un État, les pouvoirs sont généralement au nombre de trois : le pouvoir exécutif, le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire. Il en faut un quatrième, indépendant, géré par le peuple lui-même et qui obligerait l’État à prendre en considération les revendications de la minorité.

9Concrètement, il serait souhaitable de mettre en place des référen­dums obligatoires. Par exemple, lorsqu’un président a droit à cinq années de mandat, un référendum doit être entrepris tous les deux ans pour connaître l’avis du peuple sur les politiques en cours et surtout connaître sa volonté et ses besoins. On pourrait organiser en plus des conseils par localité, ce qui permettrait de prendre en compte les besoins des popu­lations par régions, de manière à ne pas faire de délaissés. Cette pratique permettrait à la population de se sentir plus impliquée et non uniquement utilisée quand vient le moment des élections. Car une fois le président élu ou réélu, le peuple doit se battre seul avec sa misère quotidienne.

10Toute œuvre humaine n’étant pas parfaite, la démocratie, qui est une œuvre humaine, n’est pas parfaite. Il faut adapter la notion de démocratie au monde actuel, car une démocratie standard ne saurait s’appliquer à tous. La force du peuple doit être garantie par un système dont il aurait la pleine gestion. Sinon, comment parler d’égalité et de respect du choix du peuple ? Le système doit privilégier et davantage inclure le peuple dans les prises de décision et dans la gestion du pays. La perfection n’est pas de ce monde, mais il nous faut essayer de tendre vers elle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armande Désirée Koffi-Kra , « La démocratie à l’écoute de tous », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 17 août 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/666 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.666

Haut de page

Auteur

Armande Désirée Koffi-Kra

Juriste formée à l’Université de Bouaké, activiste des droits de l’homme au sein d’une organisation non gouvernementale depuis quelques années, Armande Désirée Koffi-Kra entame aujourd’hui un master en éthique et gouvernance au Centre de recherche et d’action pour la paix (CERAP) dans son pays, la Côte d’Ivoire.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org