Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

Pas de véritable démocratie sans les femmes

Pascaline Zamuda (23 ans - République démocratique du Congo)

Résumés

Le Congo, entre colonisation et guerres civiles, a eu des rapports difficiles avec la démocratie. Les élections libres de 2006 n’ont pas encore permis d’avancer vers une vérita­ble démocratie. Une présence plus importante des femmes dans les institutions politiques favoriserait la démocratie, comme cela a été le cas pour le processus de paix. La démocratie ne peut s’instaurer dans l’inégalité et l’injustice.

Haut de page

Texte intégral

1Avant comme après son accession à l’indépendance, le peuple congolais a entretenu et entretient des rapports difficiles avec l’exercice démocratique. Cette situation s’explique par des facteurs autant internes qu’externes, mais surtout par la privation des droits les plus fondamentaux susceptibles de conditionner la participation des citoyens au processus démocratique et à l’instauration d’un État de droit. L’histoire politique de la République démocratique du Congo (RDC) est caractérisée par des coups d’État, des rébellions et des soulèvements qui, à leur tour, occasionnent des guerres et des conflits armés sans fin entraînant massacres, déplacements massifs, pauvreté, destruction du tissu social, déscolarisation, famine généralisée. Le pouvoir est l’affaire de la classe aisée et surtout de familles puissantes. Cette politique d’exclusion empêche la majorité de la population, pauvre et analphabète, de jouir pleinement de ses droits politiques et civils, droits de l’homme de la première génération.

2Après l’indépendance, des conflits de succession ont occupé le vide laissé par les colonisateurs. Le chaos de cette indépendance provoqua un bouleversement total qui laissa s’installer un régime dictatorial de trente-deuxans puis entraîna la population dans un cirque infernal de problèmes internes de gouvernance : pillages systématiques des ressources naturelles, corruption institutionnalisée, mauvaise gestion de la chose publique, mau­vaise répartition des revenus, exclusion des femmes de la sphère de prise de décision, guerres qui ont touché toute la population. En 2006 ont été organisées pour la première fois des élections libres, démocratiques et transparentes, après plusieurs années de dictature, de crises politiques internationales et de guerres civiles. Quelle place a alors été faite aux femmes ? Cette place en dit long sur la valeur de la démocratie soi-disant instaurée.

3En RDC, une culture discriminatoire et égoïste anime le climat so­cial et entraîne l’exclusion des femmes des sphères de participation et de prise de décision à tous les niveaux. Les pratiques coutumières et les tradi­tions violent les principes fondamentaux des droits des femmes en les « chosifiant » et en réduisant leur rôle à celui de simples ménagères. Par exemple, on privilégie le droit à l’instruction du jeune garçon au détriment de celui de la jeune fille. La valorisation de certains droits auxquels les hommes ont accès plus que les femmes consacre l’inégalité et le déséqui­libre des rapports de genre et confirme la préséance de l’homme qui se comporte en chef ; d’où les violences basées sur le genre. Cette discrimina­tion est légalisée par des articles de lois et de codes qui ne reconnaissent guère aux femmes la liberté de jouir de certains droits. Pendant que les hommes ont tenté de s’organiser, les femmes, elles, sont restées sous le joug de la tradition et des coutumes, que je considère comme des freins à l’éveil de la conscience des femmes en tant que citoyennes et actrices incontour­nables de tout le processus de démocratisation de la RDC. Ne représentent-elles pas plus de 50 % de la population ?

4Les femmes et les jeunes filles ont été atteintes de manière parti­culière par les violences sexuelles perpétrées pendant les périodes de conflit et de post-conflit. Elles ont été utilisées comme tactique de guerre. Cepen­dant, on peut remarquer que cette situation a forcé la participation des femmes au processus de résolution pacifique des conflits armés, au-delà de leur statut social « normal ». La participation des femmes au processus de résolution des conflits est indispensable et est même reconnue et valorisée par les hommes du fait de la détermination des femmes en faveur de la res­tauration de la paix. Cette participation incarne aussi la prise en considéra­tion des femmes comme condition pour le développement et la protection de leur intégrité physique. Cette situation de force majeure a conduit de nombreuses femmes à franchir les barrières imposées par les coutumes et à conjuguer leurs efforts à ceux des hommes pour trouver des solutions à des situations tragiques.

5La participation des femmes en RDC en général et au Sud-Kivu en particulier a été remarquable dans l’accompagnement du processus électo­ral qui a abouti aux élections libres de 2006. Première expérience nationale dans ce domaine, cet exercice démocratique souhaité par le peuple a tou­tefois été très lacunaire. De manière générale, les hommes n’ont pas su exploiter cet enjeu démocratique de taille pour cause de manque de prépa­ration et de manœuvres purement politiciennes. Les femmes ont de nou­veau payé le prix de leur vécu de perpétuelles violations de leurs droits : elles ont connu de grandes difficultés à faire un choix libre et rationnel lors des élections à cause du pourcentage élevé d’analphabétisme et de pauvreté économique parmi elles. Ont aussi nui la quasi-absence des femmes à des postes décisionnels dans les partis politiques et le manque de moyens pour les femmes voulant se présenter comme candidates aux élections à tous les niveaux. Il n’y a eu aucune mesure gouvernementale visant à favoriser l’émergence des femmes dans la politique.

6Pendant que les politiciens se réjouissent de cet état de fragilité et de naïveté des femmes faisant ainsi « la politique de l’homme », certaines femmes ont réussi à intégrer les partis politiques, mais dans des fonctions de service du chef, en particulier des fonctions purement protocolaires. Les hommes en général les considèrent comme un risque d’échec et leur attri­buent tous les torts, les considérant comme immatures, inexpérimen­tées et opportunistes en politique, jadis domaine exclusif des hommes. Les femmes sont conscientes de leurs atouts : elles représentent 52 % de la population, ont de fortes valeurs patriotiques et un grand souci de restau­ration de la paix. Les femmes du Sud-Kivu cherchent à suivre les traces d’autres femmes qui, sur les plans régional et international, ont participé à l’émergence de leurs États. Pour les femmes de la RDC en général et du Sud-Kivu en particulier, l’échec des élections comme enjeu démocratique lance un défi de réussite aux prochaines échéances, mais à plusieurs condi­tions fondamentales pour instaurer et réinventer la démocratie en RDC. Les propositions qui suivent en font l’énoncé.

7Il faut renforcer l’information et la formation sur les enjeux de la démocratie en direction des couches les plus défavorisées des populations : les vieillards et les femmes analphabètes qui constituent la grande partie de la population – au lieu de les réserver aux classes plus éduquées.

8Il faut mobiliser la population autour d’une même vision en posant des actions susceptibles de rassembler les différentes couches dans des cadres de base leur permettant d’identifier les conflits et les intérêts com­muns sur un terrain d’entente.

9Il faut sensibiliser et préparer la population à assurer le contrôle citoyen auprès du pouvoir en vue d’améliorer son état de « jeune démocratie ».

10Il faut créer et faciliter l’accès des indigents et indigentes aux médias communautaires aux fins de l’apprentissage démocratique continuel et permanent.

11Il faut aussi travailler sur la conscience des jeunes, qui courent le risque d’être instrumentalisés par les politiciens, en plaçant des cercles d’échanges interuniversitaires au sein des universités afin d’éveiller leur désir de jouer un rôle positif dans la participation politique.

12Il faut renforcer les compétences des professionnels de la justice à faire appliquer dans l’objectivité les lois garantissant la jouissance des droits électoraux de tous les citoyens, même des plus vulnérables et des plus démunis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascaline Zamuda , « Pas de véritable démocratie sans les femmes », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/639 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.639

Haut de page

Auteur

Pascaline Zamuda

Pascaline Zamuda a vécu une enfance traversée par les ravages de la guerre civile au Zaïre. Dès l’âge de 14 ans, elle s’est impliquée dans la défense des droits des enfants victimes de la guerre. Elle a ensuite milité comme porte-parole des jeunes et travaillé comme journaliste dans l’est du pays. Depuis 2008, elle travaille pour l’Association des femmes des médias du Sud-Kivu où elle réalise des reportages et des vidéos de sensibilisation sur les violences sexuelles subies par les femmes, ainsi que sur les droits de la personne et la démocratie.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org