Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

La démocratie du Québec et d'ailleurs

Avec la collaboration de Roxane Desgagnés, Gabrielle Filteau et Keven Gaudreau
Vanessa Ratté

Résumés

L’atteinte d’une démocratie inspirant confiance et fierté est sans aucun doute un défi audacieux, mais il est toutefois possible de modifier certaines structures de l’État afin d’y parvenir. Par un système d’éducation où l’accent serait mis sur le savoir et l’implication dans le milieu social, la relève serait parée d’outils essentiels afin d’être de véritables citoyens actifs. L’idée se complète par l’instauration d’un mode de scrutin proportionnel et la séparation des pouvoirs politiques. Une fois les piliers de la démocratie solidifiés, peut-être pourrons-nous atteindre l’idéal auquel nous aspirons.

Haut de page

Texte intégral

1Selon le philosophe Jacques Derrida, « être démocrate, [c’est] agir en reconnaissant que nous ne vivons jamais dans une société assez démocra­tique » (2000). Alors que le combat pour obtenir la démocratie fait encore rage aujourd’hui dans certains pays du monde, les peuples l’ayant acquise depuis longtemps semblent s’en désintéresser progressivement. Il est donc nécessaire de donner un nouvel élan à cette doctrine politique ternie par le temps et le cynisme de la population, afin d’atteindre l’idéal auquel nous l’associons. Que ce soit par l’éducation, la diversité de l’information média­tique, la pluralité politique ou la modification des structures gouverne­mentales, l’intérêt du citoyen envers la démocratie se doit d’être ranimé. Les jeunes doivent alors prendre conscience de la menace à l’horizon – celle d’un monde où liberté et légitimité n’existeraient plus.

2L’intérêt pour la politique existe dans une société où l’on prend conscience de l’impact de chaque individu sur l’environnement et sur le monde. Pour atteindre ce niveau, il s’avère nécessaire de construire un sys­tème d’éducation où l’on prône l’engagement dans le milieu et où les actes posés permettent de remodeler les structures à l’image du citoyen. La petite école représente l’univers de l’enfance et c’est à partir de celle-ci que la conscientisation de l’influence individuelle sur l’entourage doit être amorcée. En effet, c’est à ce moment que l’avenir du futur citoyen est déter­miné. En ayant un regard lucide sur ses responsabilités, celui-ci déve­loppera rapidement les réflexes nécessaires afin d’assumer ses droits et, ainsi, participer activement au processus démocratique de sa nation. Par la valorisation de l’engagement, l’ouverture à la participation active s’inten­sifiera et le jeune citoyen ressentira davantage le pouvoir qu’il possède face à son environnement et à son univers social. De plus, pour que la relève puisse faire valoir ses droits au sein de la collectivité, il faut qu’elle puisse s’exprimer librement et qu’elle soit entraînée à le faire. Des groupes de discussion ainsi que des comités devraient faire partie intégrante du milieu pédagogique afin de soutenir l’importance de l’opinion publique et de l’engagement politique dans la société.

3Cependant, la reconnaissance des droits et libertés ne suffit pas afin de construire une société composée de citoyens actifs. Il est primordial de veiller à ce que chacun maîtrise les connaissances générales relatives à ses origines, ainsi qu’à la vie politique dans laquelle il évolue. En plus de permettre d’éviter les erreurs commises au cours de l’histoire, ce savoir permet d’édifier une base solide sur laquelle reposent les valeurs et les opi­nions subjectives propres à l’humain. La possession de ce savoir culturel procurerait à l’individu un fondement afin d’établir sa ligne de pensée dis­tincte. Certes, le savoir provient de l’éducation, mais pour qu’il puisse toucher l’ensemble d’une population, il se doit d’être accessible à tous. L’information doit donc circuler en toute liberté permettant ainsi à chaque citoyen de l’intégrer, et d’en faire son assise afin d’élaborer des réflexions et des prises de position justifiées. En ayant un meilleur accès à l’information, la population aura les outils nécessaires afin de comparer et de sélectionner rigoureusement les sources qu’elle croit les plus fiables, de sorte qu’aucune propagande ne puisse prendre effet. Les médias créant des distorsions dans l’opinion publique, il est crucial de posséder des connaissances élargies afin de distinguer la réalité de l’illusoire.

4Le but premier des médias est d’informer, mais leurs méthodes font parfois quelques détours par la persuasion et la manipulation. En effet, les journalistes étant la plupart du temps subjectifs, il est probable que l’infor­mation soit biaisée en fonction des pressions auxquelles ils sont exposés. L’interprétation d’une idée diffère selon chaque être humain, il est donc essentiel de maximiser le nombre de réseaux de diffusion d’information, afin que les citoyens puissent se forger une opinion basée sur leurs propres valeurs. Au Québec, l’entreprise Quebecor est omniprésente dans le do­maine médiatique et offre une vision centralisée, réduisant ainsi la diver­sité de l’information diffusée et la multiplicité des sources. De plus, cet organisme représente et possède une très grande partie des entités média­ti­ques québécoises ; celles-ci pourraient donc être victimes de complots ou encore de pressions les obligeant à diffuser une information qui serait à l’avantage de l’entreprise mère. En ayant accès à une seule source de renseignements, le lecteur voit sa vision du système politique changer, au péril de sa liberté d’opinion. En d’autres mots, l’effet impératif d’une seule vision peut se traduire en propagande ; c’est pourquoi l’information doit circuler librement. Son accès doit être illimité. Ainsi, rien ne doit être dis­si­mulé à la population de sorte qu’elle puisse se faire une opinion objective, basée sur des données véridiques. La hiérarchisation de l’information étant chose courante, les renseignements que nous recevons sont fréquemment ceux que les « géants médiatiques » veulent bien nous exposer. Par exem­ple, le système capitaliste implanté au pays peut mener les médias à nous renseigner sur des nouvelles moins pertinentes seulement parce qu’elles rapportent plus de profits aux compagnies médiatiques. C’est pourquoi il faut rappeler la mission première des médias, même si certains enjeux éco­nomiques peuvent les pousser à omettre de citer des faits majeurs ou encore à les déformer.

  • 1 Voir le site http://wikileaks.org/.

5Dans une démocratie idéale, cette impasse serait inexistante. Chacun devrait recevoir une information neutre et bénéficier d’un système d’infor­mation ni corrompu ni contrôlé. La population d’un régime démocratique doit être libérée de toute censure. Pourtant, alors que l’organisme Wikileaks1 proposait de dénoncer des actions embarrassantes du gouver­ne­ment américain, ce dernier effaça les documents en question de son site Web afin d’empêcher leur diffusion. Il est clairement ardu d’obtenir une nouvelle qui soit totalement neutre et objective ; mais, si l’on pouvait at­teindre cet idéal, ce serait assurément un facteur qui permettrait de tendre vers une démocratie qui inspire confiance et fierté. L’influence médiatique conduit aussi à un problème politique majeur qui fausse considérablement la légitimité d’un gouvernement. Cet obstacle vient du fait que les médias occupent une place prépondérante dans l’opinion publique et que, la plu­part du temps, la population vote pour la personne qui représente un parti politique et non pour les idées que défend ce délégué. On fait face alors à l’influence de l’image véhiculée et à l’établissement d’un gouvernement qui ne répond pas véritablement aux attentes des citoyens. Il est de rigueur, dans une société démocratique, d’être équitable médiatiquement envers tous les partis politiques et de valoriser les idées défendues en omettant d’influencer le citoyen par la propagande.

6De plus, la pluralité politique est une des bases essentielles d’un régime démocratique. Au Québec comme dans plusieurs systèmes démo­cratiques mondiaux, le pouvoir tend souvent à se partager entre deux entités politiques distinctes, ce qui laisse peu de place aux partis d’oppo­sition émergents. Le pouvoir est centralisé entre deux partis et cela donne lieu à un net désintéressement de la part de plusieurs citoyens qui n’ap­puient pas l’un ou l’autre des partis dominants. Il est donc important, dans un régime démocratique qui incarne fierté et confiance, de permettre une pluralité politique qui rejoint les idées de la population et qui ne laisse pas le citoyen pris au piège entre deux partis dominants dont les idéologies ne cadrent pas avec son opinion politique. Nous devons donc éliminer le monopole idéologique qui engorge le système politique et qui ne permet en aucun cas à la population de s’émanciper sur le plan démocratique, afin que le peuple puisse s’identifier au régime politique qui le gouverne et qu’ainsi sa participation renforce la légitimité du gouvernement. La meil­leure manière d’accroître l’engagement politique est de créer un intérêt envers celui-ci, qu’il soit de nature sociale, pédagogique, économique ou environnementale. En effet, un citoyen conscient du rôle qu’il exerce et du poids de son opinion sur les différentes sphères politiques a plus de chance de s’intégrer politiquement si, bien entendu, la structure de l’État est favorable à cette intégration.

7Le fonctionnement des régimes démocratiques peut être la source d’un désintérêt majeur dans la collectivité. En effet, les modes de scrutin, à la base même des élections, peuvent influencer les résultats. Par exemple, dans un système majoritaire comme au Québec ou en France, la plupart des électeurs obtiennent un gouvernement qu’ils n’ont pas élu. Ces effets de distorsion influencent-ils notre opinion quant aux régimes démocrati­ques supposés respecter la pluralité des opinions ? La règle de la pluralité contredit clairement les fondements principaux de la démocratie, à savoir que la majorité l’emporte dans le respect de l’opposition. Le système élec­toral incite donc les communautés à ne pas voter puisque le choix de l’individu risque fort de ne pas compter. Dans cette perspective, nous fai­sons alors face à un désintérêt majeur des citoyens envers leurs institutions politiques, même si certains modes de scrutin accentuent l’impopularité des partis au pouvoir.

8Par ailleurs, le rapport entre la démocratie et la séparation des pou­voirs est encore le sujet de vifs débats intellectuels. Si cette dernière est l’un des fondements de la démocratie moderne théorisée par Montesquieu, il semble mensonger de dire qu’il existe une véritable séparation entre le législatif, le judiciaire et l’exécutif dans les démocraties actuelles. Alors qu’aux États-Unis, par exemple, la population élit les juges et les shérifs qui représentent le pouvoir judiciaire, au Québec, les juges sont nommés par le parti vainqueur. Difficile de voir une distinction entre le judiciaire et l’exécutif, puisque l’un n’est pas élu par le peuple, et ce, même dans un régime démocratique. De plus, le pouvoir exécutif occupe une place pré­pondérante dans les médias si bien que certains semblent oublier l’impor­tance des organes judiciaires et législatifs. Il conviendrait, dans un système démocratique, de distinguer les différentes sphères politiques qui nous assujettissent à leur fonctionnement. Sans une grande séparation des pou­voirs, rien ne peut assurer un équilibre de puissance entre les institutions. Or, sans un tel équilibre, les autorités peuvent facilement tendre vers la corruption, autre phénomène qui rend une population peu fière de la vie politique et peu confiante en elle. Le philosophe français Paul Ricœur a dit en 1997 : « Nos démocraties électives ne sont pas, ou de façon inaccomplie, des démocraties représentatives » (1997).

9Même si ce discours a près d’un demi-siècle, il garde tout son sens, encore aujourd’hui. Certes, recréer une démocratie qui inspire confiance et fierté s’avère une tâche difficile. Cependant, il est possible de modifier cer­taines structures du système afin de stimuler une hausse de l’intérêt citoyen envers la politique, ce vers quoi doivent tendre les régimes démocratiques. Grâce à un système d’éducation où l’on prônerait les connaissances générales et l’implication dans le milieu social, la relève sera formée de citoyens plus enclins à la participation active et à la responsabilité politi­que. Ils posséderaient l’esprit critique fondamental qui permet d’exercer des choix éclairés à l’abri de l’influence médiatique. Grâce à la pluralité politique, chacun pourra adhérer à un parti qui prône des valeurs suivant sa ligne de pensée. L’instauration d’un mode de scrutin proportionnel et une véritable séparation des pouvoirs complètent l’idée d’une démocratie réinventée. Alors que la démocratie suscite des combats faisant rage depuis des millénaires, la souveraineté du peuple existe-t-elle vraiment dans les sociétés se disant démocratiques ? Une véritable démocratie demandera à chaque homme et à chaque femme, afin de l’ériger, l’atteinte d’une plus grande sagesse, celle de la conscience de ses actes et de son impact sur le monde.

Haut de page

Bibliographie

Derrida, Jacques (2000), « Autrui est secret parce qu’il est autre. Entretien avec Antoine Spire », Le Monde de l’éducation, no 284 (septembre), p. 14-21.

Ricœur, Paul (1997), « Entretien avec Daniel Bermond », Lire, no256 (juin).

Haut de page

Notes

1 Voir le site http://wikileaks.org/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanessa Ratté , « La démocratie du Québec et d'ailleurs », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 23 octobre 2012, consulté le 16 août 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/612 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.612

Haut de page

Auteur

Vanessa Ratté

Vanessa Ratté a obtenu son diplôme d’études collégiales au Cégep Limoi­lou, campus de Charlesbourg en Sciences humaines profil environnement économique. Passionnée par les sciences de l’Administration et l’économie, elle est stimulée par les nouveaux défis et l’implication dans de nombreux projets. Actuellement au BAA à l’Université Laval, elle adore le contact social et n’hésite pas à persévérer pour atteindre ses objectifs. Entreprendre dans le domaine de l’immobilier et décrocher le titre d’évaluateur agréé sont quelques-unes de ses perspectives d’avenir.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org