Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie
301

Il faut changer de civilisation !

Réponse à Simon Guertin-Armstrong
Corinne Lepage

Résumés

Nous allons évidemment sortir de la crise économique, aussi profonde soit-elle, la question est de savoir comment. Les indicateurs de la fin d’un système sont aujourd’hui évidents à travers cette crise qui n’est pas seulement économique mais aussi écologique, alimentaire, démographique, démocratique et géopolitique. Il nous faut prendre conscience que les ressources sont limitées et imaginer un nouveau mode de développe­ment, celui d'une « évolution soutenable », basée sur une économie écologique, une nou­velle régulation financière et une reconversion industrielle. Les solutions existent ; il faut sauter le pas : nous devons changer de civilisation ! Les technologies, l'évolution des menta­lités, l'évolution dans la représentation de ce qui nous paraît souhaitable le permettent. À nous d'accepter de penser et de décider autrement.

Haut de page

Texte intégral

1Nous allons évidemment sortir de la crise économique, aussi profonde qu’elle soit. La question est de savoir comment et avec quelles perspectives. Selon les scénarios suivis, nous donnons plus ou moins de chances à l’humanité de survivre.

2Pourquoi ce constat alarmiste sur le bilan des années de croissance et leur vision à court terme ? Les indicateurs de la fin d’un système sont au­jourd’hui évidents avec la crise, qui n’est pas seulement économique mais révèle bien d’autres dangers : climatiques, écologiques, alimentaires, démographiques et démocratiques, géopolitiques… sans parler des valeurs ! L’effet de notre activité sur le réchauffement est encore incontrôlé, plus d’un milliard d’hommes souffrent de la faim, la concentration des riches­ses s’accentue, la démocratie régresse devant les groupes de pression…

3En bref, l’humanité vit au-dessus de ses moyens, consommant 30 % de plus que ce qui se produit chaque année, et le fossé se creuse ainsi depuis 1987 et va crescendo. Doit-on faire du futur la poubelle du présent ? Dans tous les sens du terme…

4Prendre conscience que les ressources sont limitées conduit à imagi­ner un autre mode de développement basé sur l’économie circulaire (parci­monie et recyclage), l’économie de fonctionnalité (substitution de l’usage d’un bien à sa propriété) et l’économie de service (valorisation du bien-être). Il s’agit bien d’évoluer avec l’obligation de maintenir ou d’augmenter le patrimoine collectif, financier, naturel, social, culturel.

5Cette « évolution soutenable » s’appuie sur l’économie écologique qui reconnaît la valeur intrinsèque de l’environnement. Pour cela, on doit compter autrement, en incluant les bénéfices ainsi que les coûts sociaux et environnementaux de la croissance. En comptant de cette façon, on constate que la richesse économique brute par personne aux États-Unis a triplé en cinquanteans, alors que la richesse économique sociale et écolo­gique nette n’a pas progressé de 1950 à 1980 et a régressé depuis 1980 !

6Cette évolution soutenable nécessite une nouvelle régulation finan­cière : la pollution doit être imposée pour ce qu’elle est, soit un prélèvement sur le bien commun, le travail est une valeur positive qui doit être encoura­gée et non pénalisée, les investissements à long terme doivent rapporter davantage que ceux à court terme.

7Cette évolution soutenable conduit aussi à une reconversion industrielle pour produire en consommant moins de ressources et d’éner­gie. Une période de transition va s’ouvrir où les politiques publiques vont engager des investissements dans les infrastructures, la recherche, le déve­loppement et la formation. Le rapport de l’OIT sur l’économie verte établit qu’une économie pauvre en carbone n’est pas un danger pour l’em­ploi : en Allemagne, les technologies de l’environnement devraient qua­dru­pler pour atteindre 16 % de la production industrielle en 2030.

8Nous pouvons changer le système, aujourd’hui bloqué, et ouvrir les yeux sur les innovations du monde qui dessinent déjà une autre manière de vivre. Réduire et changer d’énergie, produire, cultiver, se nourrir, consom­mer, habiter, se déplacer, se soigner, apprendre, travailler, se finan­cer et se connecter autrement, tout cela est déjà possible.

9En constatant que l’essor du renouvelable donne à chaque foyer la capacité de produire à terme sa propre électricité, on imagine facilement que l’avenir est à la décentralisation énergétique, elle-même porteuse d’un nouveau modèle de société. On comprend aussi pourquoi et comment le lobby nucléaire, produit d’une politique très jacobine, joue aujourd’hui contre le développement durable.

10Produire autrement, c’est poursuivre l’évolution déjà avancée qui prend en compte la nature comme modèle : une industrie non polluante, génératrice de produits biodégradables et à base de matières premières constamment renouvelables.

11La nature doit être préservée tant pour les services qu’elle rend à l’humanité (évalués à 50 % ou plus du produit national brut mondial) que comme source première de l’alimentation, de l’énergie – par la biomasse – et de la chimie verte. La biodiversité doit être préservée, l’agriculture doit se transformer grâce à de nouvelles technologies, avec le souci de l’effica­cité énergétique et la recherche de circuits courts de distribution.

12Consommer autrement, c’est avoir recours à l’économie circulaire : il faut 95% moins d’énergie pour recycler l’aluminium que pour le fabri­quer ! Le secteur de l’habitat offre déjà de nombreux exemples d’écovilles ou d’écoquartiers utilisant de nouveaux concepts comme les toits photo­voltaïques, les façades vertes, les revêtements de sol en compost. La révolution des transports est déjà entamée avec les innovations liées aux véhi­cules et carburants ainsi que les pratiques individuelles comme l’auto­partage qui se développera grâce à la géolocalisation par téléphone mobile.

13Se soigner autrement, c’est accorder plus d’importance à la prévention.

14Apprendre autrement, c’est profiter pleinement de l’accès à la connais­sance permis par Internet, en privilégiant l’acquisition de l’esprit critique qui ne doit en rien disparaître sous l’avalanche d’informations.

15Le monde du travail voit déjà se développer une économie sociale et solidaire (10 % du produit intérieur brut et des emplois en France) à côté des entreprises de type capitaliste qui vont devoir évoluer pour améliorer la vie au travail.

16Financer de façon responsable et durable, exactement à l’opposé de ce qui a conduit à l’effondrement du système financier actuel, c’est gagner de l’argent tout en investissant de manière soutenable, par exemple dans le fonds pétrolier norvégien NBIM (premier investisseur du CAC 40) ou les fonds d’investissement social responsable (ISR), qui ont plutôt bien résisté à la crise. La finance commence à s’intéresser au long terme.

17Enfin, le nouveau monde est modulaire et interconnecté, innovant et traditionnel. Le partage du savoir est un pôle majeur.

18Tout cela nous indique que les solutions existent pour sortir de la crise à condition de faire le choix d’investir massivement dans les secteurs d’avenir plutôt que de soutenir les industries du passé. Il faut sauter le pas : nous devons changer de civilisation !

19Le développement durable pousse la notion de bien commun ou de bien public, pour lesquels il est indispensable de trouver un statut, tout comme il sera nécessaire de faire évoluer les règles de propriété.

20La régulation internationale et les contre-pouvoirs doivent pouvoir contrôler les capitaux et l’emploi. Cela n’exclut pas de nouveaux champs aux libertés individuelles, comme la liberté que peut apporter la diversité culturelle.

21Au-delà de cela, configurer notre futur collectif est extrêmement difficile. Il faut une capacité d’identification du nouveau et d’imagination de l’incalculable, dans un monde de complexité !

22Dans notre système politique actuel, pourquoi ne pas imaginer de confier à des membres élus mais non rééligibles la mission d’apprécier les choix actuels au regard des générations futures ? Ces membres seraient élus sur la base de scénarios de représentation du futur et non de partis politiques.

23C’est à l’échelle mondiale qu’il faut adapter le droit pour changer le monde : il faut développer les concepts de l’égalité écologique, de la sécu­rité globale, d’une justice planétaire. L’avenir de la forme entrepreneu­riale est aussi en débat : aux multinationales de la fin du XXe siècle répon­dent aujourd’hui des regroupements en réseau à l’échelle planétaire. La démo­cratie enfin évolue vers une démocratie en réseau, les réseaux remplaçant les systèmes hiérarchiques des organisations sociales actuelles.

24Plusieurs scénarios de renaissance existent, choisissons le plus opti­miste : régulation, développement soutenable, selon une approche consen­suelle et non conflictuelle. Ce n’est pas une utopie, c’est notre vo­lonté d’assurer la survie de notre espèce !

25Nous sommes à la croisée des chemins. Des forces extrêmement puissantes s’exercent pour que nous retournions au système antérieur avec un modèle de production et de consommation qui, non seulement ne résoudrait rien, mais encore ne ferait qu’accroître les crises présentes et à venir. Nous pouvons également changer de monde. Les technologies, l’évo­lution des mentalités, l’évolution dans la représentation de ce qui nous paraît souhaitable et désirable le permettent. À nous d’accepter de penser et de décider autrement.

26Il nous faut imaginer le fonctionnement d’une économie réelle­ment soutenable, sobre et reposant sur une création de « mieux-être » et non de « plus-avoir », dans laquelle la finance retrouve sa fonction originaire de financement de l’économie réelle, et qui repose sur la réduction des besoins en matières premières et en énergies non renouvelables et sur un usage économe du sol. Le travail, la ville, l’alimentation, la mobilité, la connais­sance trouvent de nouveaux modèles.

27Le travail, la ville, l’alimentation, la mobilité, la connaissance trou­vent de nouveaux modèles, au même titre que la protection indispensable contre les violences en tous genres, à commencer par celles qui sont exercées à l’égard des femmes.

28Cette société de transition que nous devons porter, qui rend possible le souhaitable, n’est envisageable que dans le cadre d’une gouvernance publique et d’entreprise profondément rénovée, dans une république à laquelle nous sommes fiers et heureux d’appartenir, dans la reconquête de l’espoir d’une vie meilleure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Lepage , « Il faut changer de civilisation ! », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, document 301, mis en ligne le 22 octobre 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/584 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.584

Haut de page

Auteur

Corinne Lepage

Corinne Lepage est une femme politique française issue de la société civile. Avocate, militante associative, présidente du CRIIGEN, membre du conseil d’administration de Transparence International France, elle a été ministre de l’Environnement de 1995 à 1997. Elle a fondé un club de réflexion en 1996, CAP 21, qui se transformera ensuite en parti politique.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org