Navigation – Plan du site
Dialogues pour réinventer la démocratie

L’apprentissage de la démocratie

Jean-Herman Guay

Résumés

La démocratie est bien plus qu’un système institutionnel. Elle constitue aussi une dynamique historique qui traverse les siècles et les continents. Cependant, contrairement à ce que l’on imagine souvent, elle ne connait pas un développement linéaire. L’auteur tente ici d’aborder la démocratie dans ses développements contradictoires : poussée contre l’autoritarisme, espoir de liberté, mais aussi chute de la participation électorale, montée de l’individualisme et multiplication des formes de désengagement. En synthèse, l’accent est mis sur le défi de l’apprentissage démocratique, un pari pour l’avenir.

Haut de page

Texte intégral

La plus grande difficulté est d’apprendre à dé­mê­ler l’ambiguïté des nouveaux ressorts sociaux. Ils véhiculent autant le progrès que la crise de la démocratie.

Marcel Gauchet, La condition historique.

1Selon le philosophe français Raymond Aron, une démocratie n’existe que pourvu qu’on y trouve « une organisation constitutionnelle de la concur­rence pacifique pour l’exercice du pouvoir » (1965 : 76). Pour définir la démocratie, le politologue américain Robert Dahl utilise cette formule laconique qui a fait école : « Free, fair and frequent elections » (1998 : 95). La démocratie semble cependant à l’étroit selon les termes de cette appro­che institutionnelle. La concurrence peut prendre des formes variées, bien au-delà des moments électoraux. D’autres forces peuvent émerger en vue de se faire entendre sans pour autant vouloir exercer le pouvoir. Les critères d’une « juste » élection supposent aussi que le droit de parole, le droit d’as­sociation et la pratique concrète de la diversité s’inscrivent dans la culture politique d’une communauté. Le concept de démocratie, par ses condi­tions culturelles, déborde alors hors du périmètre strictement politique, certainement bien au-delà de la joute électorale.

2Quand on examine l’usage du terme par les acteurs politiques et les populations, sa polysémie se radicalise. Dans la rhétorique populaire, dé­mo­cratie rime souvent avec égalité, solidarité et bien public. Elle recoupe le principe de justice, mais aussi celui de transparence. Les usages du mot sont quasi infinis. Plutôt que d’en chercher les limites conceptuelles, nous enten­dons appréhender la démocratie d’une manière dynamique afin d’en re­pérer les tendances contradictoires. On devine qu’on utilisera une démar­che hégélienne – thèse, antithèse, synthèse – pour tenter de recom­poser tant bien que mal ce que nous appellerons l’« apprentissage démocratique ».

Thèse : l’étonnante poussée démocratique

3Partons du présent immédiat. Coiffés du titre « le printemps arabe », les événements qui se sont déroulés en 2011 en Tunisie, en Égypte et en Ly­bie, mais aussi au Yémen, à Bahreïn et en Syrie avaient pour fil conducteur une quête démocratique dont l’ampleur et la simultanéité ont été rarement vues dans l’histoire du monde arabe. Les mouvements de masse qui ont envahi les grandes places de Tunis ou du Caire étaient animés par la conviction que les formes de gouvernance établies étaient impuissantes à améliorer le sort quotidien des populations. Le court récit de Tahar Ben Jelloun, intitulé Par le feu, permet de retracer le flux de frustrations et de colères qui s’est jeté dans les rues. Avec plus ou moins d’intensité, pas moins de 22 États ont été traversés par cette puissante vague.

4Cette volonté démocratique s’opposait à des régimes dictatoriaux dans lesquels la violation des droits était systématique. Selon les rapports publiés sous l’égide des Nations Unies de 2002 à 2009, la situation était clairement antidémocratique. L’analyse est fondée sur quatre critères : 1) l’acceptation de l’État par ses propres citoyens ; 2) le respect par l’État des conventions internationales relatives aux droits de l’homme ; 3) la ma­nière dont l’État exerce le monopole de l’usage de la force et de la coer­cition ; 4) la mesure dans laquelle les contrôles et les équilibres insti­tutionnels préviennent les abus de pouvoir. La conclusion est claire : dans tous les cas, l’État constitue « une menace contre la sécurité hu­maine », alors qu’il « devait en être le principal soutien » (PNUD, 2009 : 5). Les faits recensés sont nombreux : dans six pays, il y a interdiction officielle des partis politiques ; dans presque tous les autres cas, les restrictions liées à la mobilisation ou à l’expression des groupes sont si nombreuses que les partis ont une existence plus virtuelle que réelle, souvent interrompue par les forces étatiques. Les groupes de la société civile sont frappés de restric­tions analogues limitant considérablement leurs capacités opérationnelles, leur financement et leur engagement au sein de la communauté. Les auteurs ajoutent : « […] l’État se donne des prétextes pour violer les droits et les libertés de l’individu sans avoir recours à la loi » (PNUD : 64 et 65).

5Malgré les incertitudes et la fragilité des processus de transition, les événements récents du monde arabe incitent à l’optimisme, en particulier lorsqu’on effectue des parallèles. Au milieu des années 1970, la quasi-totalité des pays d’Amérique latine étaient gouvernés d’une manière auto­cratique. Il en était de même en Europe de l’Est et en Asie. Le portrait politique de l’Amérique latine a changé radicalement à partir des années 1980. En Europe de l’Est, il en fut de même au lendemain de la chute du mur de Berlin. En Afrique, les cas du Mali, du Ghana, du Botswana, du Bénin ou du Sénégal – pour ne citer que ceux-là – sont marqués par des progressions démocratiques significatives depuis vingt ans. En Asie, et sur une échelle de plus de trente ans, la progression est particulièrement forte en Indonésie, aux Philippines et en Corée du Sud.

6Chaque situation est évidemment unique, mais le vecteur démocra­tique ressort de tous les phénomènes. John O’Loughlin et al. (1998), dans leur article sur la diffusion de la démocratie, proposent l’évaluation sui­vante : à la fin du xxe siècle, 66 % des pays avaient des procédures démo­cra­tiques contre 28 % en 1950. Bruno Kaufmann, Rolf Büchi et Nadja Braun (2010) font le même constat : en 1980, il n’y avait que 46 % des pays qui respectaient les seuils de démocratie ; aujourd’hui, c’est le cas de 70 % d’entre eux. Recensé par Freedom House, l’indice général de la démocratie à travers le monde, autant du côté des libertés civiles que des libertés politiques, évolue positivement depuis quelques décennies. Bien qu’elle soit marquée par des exceptions, la thèse de la montée démocratique est donc confirmée par suffisamment de faits empiriquement repérables pour qu’on la considère comme une tendance lourde. Francis Fukuyama (1992) n’avait pas tort lorsqu’il anticipait la victoire de la démocratie, Jean-François Revel (1992) non plus lorsqu’il signait son ouvrage Le regain démocratique faisant état d’une« euphorie démocratique ».

7Un examen sur une plus longue période permet de retracer un élar­gissement séculaire du « demos ». Dans certains pays, la pression démo­cra­tique se manifeste tout au long des xixe et xxe siècles. La plupart des vieilles démocraties ont vu le droit de vote masculin et censitaire céder la place à un droit de vote moins restrictif : abaissement de l’âge électoral, droits reconnus aux femmes et aux personnes sans propriété, mais aussi aux minorités de couleur et aux autochtones. Encore plus loin dans le passé, les serments d’allégeance ont été aussi abolis, ce qui a signifié la fin des discriminations fondées sur la religion. De plus, certaines chambres législatives dont les membres étaient nommés sont maintenant soumises au choix démocratique. La première élection des sénateurs américains en 1914 témoigne éloquemment de cette mutation.

8Suivant la même tendance fondamentale s’ajoute la reconnaissance de droits d’association qui vont permettre l’émergence de la société civile. La reconnaissance des droits syndicaux, droit de grève, de négocier un contrat de travail, fait partie des étapes essentielles de la démocratisation qui se déroule en Europe et en Amérique du Nord à la fin du xixe siècle et au début du xxe. Symbole frappant, en 1875 au Royaume-Uni, la loi dite « Patron et ouvrier » remplace la loi dite « Maître et serviteur ».

9L’historien et politologue français René Rémond précisait qu’avec les penseurs libéraux, l’exercice des libertés était limité à ceux qui en avaient les « capacités intellectuelles ou économiques » (1974 : 54). Ce n’est qu’à partir du xixe siècle que la « raison » s’élargit au-delà d’un cercle restreint. Le grand mouvement démocratique qui balaie l’Europe occidentale et les États-Unis révolutionne la promesse libérale. Marcel Gauchet écrit : « Les philosophes du contrat social étaient loin de se douter que l’être de raison qu’elles supposaient allait devenir un personnage de chair et d’os […] » (2003 : 404). Le mouvement démocratique rend concret ce qui n’était qu’abstrait, autant chez John Locke que chez Montesquieu ou George Washington. Résumant la pensée des démocrates, Rémond ajoute : « Aussi le plus sûr moyen pour eux de préparer l’avènement de la démocratie et de la faire entrer dans les mœurs, est de réduire les inégalités, de combler les disparités, d’étendre le bénéfice de la liberté à tous sans aucune espèce d’exception » (1974 : 54). On passe peu à peu d’une société libérale à une société démocratique : « C’est une manière de révolution sans violence, sans rupture, bien que, sur le moment, elle ait épouvanté les détenteurs tra­ditionnels du pouvoir et qu’elle soit apparue comme une sorte de boule­versement social » (1974 : 68). Le mouvement n’a évidemment rien d’uniforme, il est marqué par des ratés, des retours en arrière. Sa direction s’impose malgré tout, visible plus aisément a posteriori.

10Au cœur de ce processus historique, on retrouve la naissance de grands partis qui coalisent les opinions, définissent des orientations et exer­cent par leur position parlementaire une série de pressions visant à donner peu à peu à l’État un rôle analogue à la providence : santé, hygiène publique, éducation, etc. Rémond ajoute : « On est passé d’une vie politi­que confinée dans des cercles mondains ou dans des clubs à une vie politique de plein air et de plein vent avec les meetings, les campagnes électorales sous les préaux des écoles, dans les gymnases et les stades » (1974 : 87).

11Dans La démocratie en Amérique, Alexis de Tocqueville écrit :

Lorsqu’on vient à étudier avec soin les instincts secrets qui, en Amérique, gouvernent les factions, on découvre aisément que la plupart d’entre elles se rattachent plus ou moins à l’un ou à l’au­tre des deux grands partis qui divisent les hommes depuis qu’il y a des sociétés libres. À mesure qu’on pénètre plus profondé­ment dans la pensée intime de ces partis, on s’aperçoit que les uns travaillent à resserrer l’usage de la puissance publique, les autres à l’étendre (2008 : 257).

12D’une manière romanesque, l’œuvre du Britannique Ken Follet, en particulier La chute des géants, relate comment l’aristocratie et la bour­geoisie ont dû céder des pouvoirs et des ressources aux classes laborieuses. Tocqueville avait eu cette intuition prémonitoire : « La démocratie n’empê­che point que ces deux classes d’hommes n’existent ; mais elle change leur esprit et modifie leurs rapports » (2008 : 185).

Antithèse : l’étrange indifférence démocratique

13Si le recul des régimes autoritaires ne fait pas de doute, les démocraties déjà installées présentent depuis trente ans de nombreux signes d’essouf­flement. Selon les données recueillies annuellement par l’IDEA (Institute for Democracy and Electoral Assistance), on peut estimer que les démo­cra­ties occidentales souffrent de plusieurs maux. Les institutions construi­tes au fil du temps semblent devenues l’objet d’une indifférence, voire d’une bouderie collective. En France, le taux de participation aux élections législatives est passé de 80 % au début des années 1950 à 60 % un demi-siècle plus tard. En Allemagne, le déclin est repérable : 91 % en 1976 contre 71 % lors des élections de 2009. Aux États-Unis, le déclin lors des élections de mi-mandat est particulièrement éloquent : 61 % en 1982, mais 42 % en 2010. En Israël, où le scrutin est proportionnel, la participation est passée de 87 % en 1949 à 65 % en 2009. Il en va de même en Nouvelle-Zélande et dans la plupart des démocraties.

14Les nouvelles démocraties offrent aussi une image inquiétante. En Indonésie, par exemple, la chute est brutale : au cours des sept scrutins tenus entre 1971 et 1992, le taux de participation est au-delà de la barre des 90 % ; en 2009, il n’était plus que de 71 %. Dans un article intitulé « Does democratization depress participation ? » (2007), Tatiana Kostadi­nova et Timothy J. Power relèvent un phénomène troublant : d’élection en élection, la participation électorale décline. En Europe de l’Est, le « désen­chantement démocratique » est particulièrement prononcé puisque le taux de participation est passé de 82 % lors des premiers scrutins, immédiate­ment après la chute des régimes autoritaires, à 64 % lors des derniers scrutins. Plus la démocratie s’installe, plus le taux fléchit, convergeant vers 60 %. La conquête démocratique serait donc suivie d’une contraction dans l’usage des outils qu’une communauté s’est donnés.

15Le cas suisse, pays par excellence de la démocratie semi-directe de­puis le milieu du xixe siècle, emprunte le même parcours : les différents référendums affichaient une participation moyenne de 57 % pendant la longue période qui va de 1879 à 1952, pour s’établir à 50 % de 1953 à 1987, avant de tomber autour de 40 % au cours des dernières années. Le taux de participation aux élections fédérales serait passé de 80 % à moins de 50 % !

16Les partis subissent le même sort. Peter Mair et Ingrid van Biezen (2001) estiment que, de 1980 à 2000, les partis politiques français auraient perdu les deux tiers (65 %) des effectifs partisans qu’ils avaient au départ. Le même phénomène se retrouverait au Royaume-Uni (50 %) et en Italie (51 %) pour ne citer que ces pays. « Parties in Western Europe are clearly losing the capacity to engage citizens in the way they once did » (Mair et van Biezen, 2001 : 13).

17Les travaux de William Cross et Lisa Young (2006) offrent une image très nette des difficultés des partis au Canada depuis plusieurs années : les effectifs des partis connaissent un déclin depuis trente ans ; les membres qui restent sont relativement âgés, près de 60 ans en moyenne, et le membership est souvent éphémère, lié par exemple à une course à la chefferie. Enfin, les membres des partis sont insatisfaits du pouvoir qu’ils ont.

18Au Québec, il n’en va pas autrement. Quand on considère le total des membres des deux grands partis, la tendance ne fait pas de doute : bon an mal an, à la fin des années 1970, ceux-ci comptaient 235 000 membres, soit 6 % des électeurs. Au cours des dernières années, ils ne comptaient toutefois plus que 165 000 membres, soit 3 % des électeurs (Guay, 2010). Depuis trente ans, les partis auraient perdu la moitié de leurs ressources humaines fondamentales. Cette hémorragie a des effets sur les ressources bénévoles, le financement, le recrutement des candidats, la capacité à diffuser le message et l’enthousiasme général qui peut prévaloir au sein d’une formation politique.

19Le cynisme est à la fois un effet et une cause du processus. Faisant le constat d’un état d’esprit, nombreux sont ceux qui ont relevé la nouvelle or­thodoxie : « les politiciens sont tous pourris ». Le cynisme, la moquerie et le mépris n’ont jamais été aussi grands. Les lunes de miel des gouver­nants sont de plus en plus courtes. Aux États-Unis, par exemple, le Congrès récoltait une confiance de 43 % en 1973, de 39 % en 1985, de 24 % en 1990… pour ne plus récolter que 21 % en 1995, loin derrière les militaires et la police, qui ouvrent la parade (Dion, 1994). Au Canada, on peut retracer la même chute. L’énoncé « le gouvernement est malhonnête » recevait l’appui du cinquième des répondants interrogés pendant les années 1960 ; vingt ans plus tard, plus d’un Canadien sur deux souscrivait à cette évaluation catégorique (Blais et Gidengil, 1991). Lors de sa plus récente enquête sur les différentes professions, le sondeur québécois Jean-Marc Léger écrivait : « […] à peine 8 % des Québécois font confiance aux politiciens. Au Québec, on fait davantage confiance aux avocats, aux entre­preneurs en construction, aux agents d’immeuble et aux lobbyistes qu’aux politiciens » (2011). Paradoxalement, ce sont les seuls qui sont choisis démocratiquement.

20Pour expliquer la chute de la participation et la montée du cynisme, plusieurs n’hésiteront pas à montrer du doigt la classe politique en premier lieu. L’argument résiste mal à l’analyse puisque le phénomène touche trop de pays, trop de partis et trop de leaders. Comment expliquer que des per­sonnalités de générations et de genres différents souffrent du même mal au même moment ? Il faut se rappeler que lors de l’élection de Barack Obama, marquée alors par un engouement exceptionnel, le taux de partici­pation n’a connu qu’une hausse de 2 % par rapport à l’élection présiden­tielle précédente. D’autres visent le système électoral majoritaire ou certains aspects de la mécanique institutionnelle. La contribution de ces facteurs semble également marginale puisque presque tous les pays, pour­tant dotés d’institutions et de modes de scrutin différents, affichent une contraction semblable de la participation électorale et des effectifs parti­sans. Enfin, d’autres estiment que les non-votants manifesteraient indirec­tement une colère à l’égard du système politique ; cette hypothèse semble devoir être rejetée puisque les enquêtes d’opinion amènent à croire qu’il n’y a pas de différences significatives de cynisme entre les votants et les absten­tionnistes, chez les jeunes en particulier. L’abstention ne dissimu­lerait donc pas une contestation, mais une indifférence.

21Tout compte fait, la démocratie semble se définir autour de deux mouvements contradictoires : un premier pour l’obtention des droits de base, contre les régimes autoritaires. Ce mouvement aurait traversé l’Amé­rique du Nord et l’Europe occidentale aux xixe et xxe siècles, pour attein­dre son équilibre après la Deuxième Guerre mondiale. Les vagues suivan­tes sont arrivées ultérieurement ; elles frappent successivement l’Amérique latine, l’Europe de l’Est puis, beaucoup plus récemment, le monde arabe.

22Le second mouvement renvoie à une contraction de l’utilisation de l’espace démocratique par les populations. L’usage des droits est aban­donné par des segments importants de l’électorat ; les véhicules collectifs sont boudés, ignorés, laissés à eux-mêmes. Le portrait dressé reste cepen­dant incomplet, tellement lié à un présent relativement récent. Il faut aussi dire qu’ici et là on retrouve des exceptions : par exemple, au Danemark et en Suède, les taux de participation oscillent encore autour de 85 %. En Islande ou en Norvège, le fléchissement est à peine perceptible.

23Les deux processus ont des effets opposés sur la répartition de la richesse. De la fin du xixe siècle jusqu’au milieu des années 1970, un État-providence se constitue. Henry Milner généralise le principe ainsi : « La participation à la vie politique de citoyens moins nantis rend la société plus réceptive à leurs besoins, et la pousse naturellement à adopter des politi­ques qui tiennent compte des intérêts de l’ensemble de la population » (2007 : 323). Sous la pression populaire, l’État devient un Robin des bois : il gruge la fortune des plus riches pour donner aux autres. Selon les travaux de A. B. Atkinson et de T. Piketty (2007), les inégalités sociales se sont fortement atténuées pendant la longue période qui va de 1900 à 1975. Un indicateur est particulièrement révélateur : la part des revenus totaux acca­parés par le 1 % le plus riche de la population. Aux États-Unis, en 1905, le 1 % le plus fortuné possédait 18 % des revenus ; en 1980, c’était 8 %. La part de ce groupe de très riches avait fondu de moitié, et même un peu plus ! En France, la tendance est aussi nette : en 1905, le 1 % le plus fortuné accaparait 19 % de la richesse totale ; en 1984, c’était 7 %. Au Royaume-Uni, en 1919, au lendemain de la Première Guerre mondiale, ce 1 % accaparait 20 % de la richesse nationale ; en 1979, c’était 6 %, plus que trois fois moins. Cette même tendance est repérable au Canada, en Aus­tra­lie ou en Nouvelle-Zélande. À partir des années 1980, le phénomène s’inverse de manière marquée (Krugman, 2008). Avec les victoires électo­rales de Margaret Thatcher, de Ronald Reagan et de Brian Mulroney au tournant des années 1980, la fiscalité est modifiée. Les processus de capi­talisation sont facilités par des politiques publiques de déréglementation et de privatisation. Par exemple, au Royaume-Uni, alors que le 1 % le plus riche détenait 7 % des revenus totaux au début des années 1980, cette part grimpe à 13 % en 2000. Aux États-Unis, même phénomène : de 1980 à 2010, les plus riches voient leur part passer de 8 % à 17 %. Au Canada, les plus riches voient leur part des revenus totaux passer de 8 % à 14 % en moins de trente ans. Pour bon nombre de pays analysés par Atkinson et Piketty, le mouvement vers une croissance des inégalités est si fort qu’il vient compromettre tout le chemin parcouru.

24Malgré les effets manifestement opposés de la poussée démocratique et de sa contraction, les éléments recueillis nous incitent à mettre de côté un manichéisme de bon aloi qui présente d’un côté le « bon peuple », tou­jours en quête de plus de démocratie, et de l’autre des gouvernants voulant égoïstement garder leurs prérogatives. L’image suggérant que les popu­lations n’aspirent qu’à s’exprimer et à prendre part à la décision doit donc être elle-même déconstruite. Gauchet écrit : « Il faut que nos professeurs de simplisme s’y fassent : la démocratie ne progresse pas en ligne droite. Chacune des grandes avancées de son principe se solde par une grande crise de mise au point » (2008 : 403).

Synthèse : le difficile apprentissage démocratique

25La société civile est considérée par plusieurs comme le nouvel espace dé­mocratique, l’envers de l’État. Expression réactualisée pendant les années 1980, elle désignerait l’activité des groupes étudiants et de femmes, mais aussi les groupes qui sont porteurs de dossiers particuliers. L’émergence de la société civile se manifesterait par la multiplication des groupes, des in­tervenants, et par l’acheminement d’un grand nombre de requêtes à l’État. Tocqueville en avait déjà noté les premières formes chez les Américains du xixe siècle. Le désengagement citoyen des partis et des élections serait donc compensé par un investissement dans la société civile. Notre époque serait marquée par un déplacement des énergies citoyennes qui seraient plus efficientes dans la société civile que dans la société politique.

26Deux dossiers témoignent avec éloquence de ce processus. Le pre­mier est celui des gais et lesbiennes. Dans le placard pendant des siècles, les groupes de cette minorité sont parvenus à faire des gains indéniables. Dans quelques pays, la notion de mariage a même été modifiée. Bien évidemment, les grands partis n’étaient pas à l’origine de ces contestations. C’est la société civile qui fut porteuse de ce dossier. Le discours écologiste offre un modèle semblable de réussite.

27Dans maints dossiers, la société civile rivalise dès lors avec les acteurs traditionnels de la joute politique, soit les partis. L’actualité prend alors l’allure d’un affrontement des légitimités : les groupes contre les élus, ou les groupes entre eux. Dans certains cas, les partis sont littéralement à la remorque de la société civile, sinon absents. Les citoyens préféreraient investir leur temps, leur énergie et leurs ressources dans des véhicules poli­tiques plus circonscrits, avec des objectifs ciblés. « Political parties, together with other traditional and hierarchical organizations, appear to be suffering from the impact of the individualization unwillingness to rely on existing institutional structures to represent and articulate what appear to be increasingly particularized demands » (Mair et van Biezen, 2001 : 14).

28Si les groupes sont indéniablement des acteurs politiques de premier plan, ils présentent une différence fondamentale avec les grands partis. Par définition, ils défendent des intérêts sectoriels, associés à des clientèles précises. Ils n’ont pas à procéder à un arbitrage général des demandes et ressources. Sur le plan budgétaire, par exemple, ils n’ont pas à concilier les différentes requêtes. N’ayant pas à fournir de soutiens explicites, ils créent enfin une pression continue sur les gouvernants. Dans les pays où le mode de scrutin est proportionnel et doté d’un seuil faible, certains groupes se sont transformés en partis en vue d’aller chercher quelques sièges. Ils utili­sent les tribunes législatives pour faire valoir des intérêts religieux, idéolo­gi­ques ou régionaux. L’effet combiné des groupes et des tiers partis, jumelé à la segmentation médiatique, tend à diluer la cohésion sociale. Les réfé­rences communes ne seraient plus de l’ordre de la nation ou de l’État, mais liées à des groupes professionnels, à des communautés d’intérêts ou à des appartenances ethniques, religieuses ou locales. Les réactions « pas dans ma cour » et « pas dans ma poche » ne seraient que l’expression populaire de cette fragmentation.

29Dans d’autres cas, ce sont les référendums qui fournissent une occa­sion aux groupes de se faire entendre. Le cas de la Suisse est particu­lière­ment révélateur. Dans son analyse minutieuse de la période allant de 1879 à 1987, André Eschet-Schwarz écrivait : « […] moins la participation est forte, plus grande est la distorsion de la représentativité de ceux qui parti­ci­pent au vote par rapport aux caractéristiques socio-économiques, démo­graphiques et politiques de l’ensemble de l’électorat » (1989 : 750). Il ajoute :

Le rôle des groupes est le deuxième facteur qui provoque de temps à autre la déformation de la décision de ceux qui ont pris part à la votation, et il est étroitement lié à la substance même de la votation. Étant donné que le champ référendaire est le lieu privilégié des groupes d’intérêt, leurs initiatives et référendums facultatifs mobilisent davantage les membres concernés des groupes d’intérêt (1989 : 751).

30Et il conclut : « […] les analyses sur le comportement des individus révè­lent le contraire de ce qu’on avait espéré atteindre par la démocratie de participation » (1989 : 762).

31Carmen Malena et Volkhart Finn Heinrich, dans leur article « Can we measure civil society » (2007), soulignent l’étrange absence de données empiriques à propos d’une force qui fait continuellement la manchette. D’autres voient dans la société civile un mythe instrumentalisé par et pour des intérêts particuliers. Dans son texte « Société civile : histoire d’un mot », François Rangeon écrit : « Cette société civile multiforme, dont on ne sait plus très bien ce qu’elle recouvre, est parée de multiples vertus : créa­tivité, liberté, spontanéité » (1988 : 30). D’autres, plus critiques, vont jusqu’à dire qu’il s’agit d’un « gadget », d’une extension conceptuelle trom­peuse qui dissimule tantôt le corporatisme de groupes, tantôt un indivi­dua­lisme décliné avec les apparats du bien commun. Citant Alain Minc, Danièle Lochak écrit : « La société civile est devenue le lieu géométrique de toutes les pensées antiétatiques et anti carcan » (1986 : 66).

32Au-delà des aspects normatifs et prescriptifs, il en ressort qu’il est difficile d’établir si cette société civile ne souffre pas du même désengage­ment que la société politique : assemblées anémiques, militances intermit­tentes, marquées par un roulement élevé, organisations reposant sur le travail de professionnels. Les travaux de Jacques Ion, Spyros Franguiadakis et Pascal Viot (2005) incitent à reconnaître à tout le moins des transfor­ma­tions profondes dans le travail militant, conjuguant difficilement les priorités individuelles et des « engagements à la carte » avec les nouvelles contraintes organisationnelles. Les études sociologiques attestent par ailleurs que ceux qui manifestent ou militent au sein de la société civile ne boudent généralement pas les urnes (Fournier et al., 2007). L’opposition entre les deux sociétés serait peut-être plus trompeuse que réelle.

33En fait, il y a tout lieu de croire que les mouvements associatifs subis­sent eux aussi la pression de l’individualisme prédominant. L’indifférence citoyenne viserait donc non seulement les élections et les partis, mais aussi les groupes et, par extension, toutes les entités qui s’inscriraient sur la place publique. Et le problème ne serait plus un problème de droits ni de capacités ou d’accès. Le problème relèverait de la motivation, du désir collectif émoussé qui se traduit par une absence de connaissances (Milner, 2004). Les groupes eux-mêmes seraient l’objet d’un délaissement au profit d’une fragmentation, débordée par une atomisation sociale. On serait ainsi passé de la nation au groupe, puis du groupe à l’individu.

34Gauchet écrivait dans La condition historique :

Si l’éloignement des citoyens est une donnée patente, la situa­tion comporte un autre versant : la politique est assiégée, simul­tanément, par une énorme demande. La vérité est que nous lui demandons tout. Le petit entrepreneur de Birmingham en 1850 ou le pionnier de l’Ouest américain n’attendaient pas grand chose de la politique et espéraient bien se débrouiller seuls (2003 : 427).

35Le philosophe français prolonge la réflexion en reconnaissant une désar­ticulation entre l’individu et le privé. Et celle-ci touche les institutions politiques :

Les gouvernés se plaignent de l’éloignement et de l’indifférence des gouvernants vis-à-vis de leurs préoccupations. Jamais ceux-ci, en fait, n’ont été si proches de leurs électeurs, jamais ils ne se sont autant tracassés de leurs opinions et de leurs attentes. Mais cette proximité effective est impuissante contre la perception de la distance (2003 : 402).

36Et il ajoute :

Personne ne conteste aux gouvernements élus le droit de gouverner. Mais on gouverne difficilement avec des individus qui ne se sentent pas liés, que ce soit par le mandat confié aux gouvernants, liés par des décisions dont ils ne s’estiment pas partie prenante ou liés par un intérêt supérieur de nature à limiter leurs revendications ou leurs prérogatives (2003 : 428).

37Ignacio Ramonet, un ex-directeur du Monde diplomatique, avait cette formule-choc : « S’informer fatigue, et c’est à ce prix que le citoyen acquiert le droit de participer intelligemment à la vie démocratique » (1993 : 28). Pourtant défenseurs de la démocratie directe, Kaufmann, Büchi et Braun ouvraient leur réflexion par un avertissement analogue : « Democracy is hard work – sweat and often uncomfortable confrontation » (2010 : 4). En somme, par confort ou par paresse, peut-être par indifférence, le citoyen préfère, tout en maugréant sans relâche, s’en remettre aux élus, en délais­sant l’usage de droits pourtant chèrement obtenus, au terme de luttes sou­vent séculaires. Il se rend voter sans enthousiasme, avec un volume d’infor­mations pro­portionnel à sa faible motivation (Milner, 2007 : 323). Il ne surgit que ponctuellement, à la carte, ou lorsque ses intérêts semblent être explicite­ment mis en péril.

38La chute de la participation aux élections n’est peut-être que la forme la plus visible – et la mieux mesurée – d’une fatigue démocratique. Dans un monde toujours plus complexe, dont les enjeux sont interconnectés, la démocratie semble avoir atteint un point de saturation, non dans la quête des droits fondamentaux ni contre l’autoritarisme, mais dans son usage quotidien, une fois qu’elle est installée.

39Si le présent dévoile difficilement ses secrets, l’avenir les garde jalou­se­ment. Devant cette contraction démocratique repérable dans les pays occidentaux, l’erreur serait de croire qu’une nouvelle extension de la démocratie est impossible. Au cours du xixe siècle, la démocratie a pris des formes que n’auraient jamais imaginées les penseurs du Siècle des lumiè­res. Les interventions démocratiques actuelles, à la fois anémiques et in­tempestives, vont peut-être, au fil des réussites et des échecs, se transmuer en des formes inimaginables aujourd’hui. Il faut souvent déconstruire une cohésion pour en créer une autre. Comme le répète l’écrivain Tahar Ben Jelloun : « La démocratie n’est pas un comprimé qu’on dissout dans l’eau ; c’est une culture qui demande du temps et de la pédagogie » (cité dans Guillemette, 2011 : E1).

40On peut cependant présumer que, si les institutions et les partis doi­vent mettre la main à la pâte, les groupes, les médias et les citoyens eux-mêmes doivent être actifs dans le processus. Historiquement, les innova­tions démocratiques sont plus fréquemment venues d’en bas que d’en haut. Souvent, dans l’incertitude, il a fallu faire des paris d’optimisme à l’égard des espaces démocratiques émergents. Et la société civile, aujourd’hui si fragmentée, sera peut-être le premier lieu de cet apprentissage, le trait d’union entre le moi et l’État. Il faut aussi considérer que ces efforts de recomposition devront un jour s’articuler à des mécanismes institutionnels permettant aux communautés de démêler, avec justice et équité, le majo­ritaire du minoritaire. Le regain démocratique risque cependant d’être difficile, sinon impossible, aussi longtemps que les citoyens exigeront que le « nous » – et l’État en particulier – soit le miroir du moi.

Haut de page

Bibliographie

Aron, Raymond (1965), Démocratie et totalitarisme, Paris, Gallimard.

Atkinson, Anthony Barnes, et Thomas Piketty (2007), Top Incomes over the Twentieth Century, New York, Oxford University Press.

Blais, André, et Elisabeth Gidengil (1991), La démocratie représentative : per­cep­tions des Canadiens et Canadiennes, Commission royale sur la réforme électorale et le financement des partis, vol. 17, Toronto/Montréal, Dundurn Press/Wilson & Lafleur.

Corcuff, Philippe, Jacques Ion et François De Singly (2005), Politiques de l’individualisme, entre sociologie et philosophie, Paris, Textuel. (Coll. « La discorde ».)

Cross, William, et Lisa Young (2006), « Are Canadian political parties empty vessels ? Membership, engagement and policy capacity », Choices, Institut de recherche en politiques publiques, no 4. [En ligne], [http://www.irpp.org/choices/archive/vol12no4.pdf].

Dahl, Robert (1998), On Democracy, New Haven, Yale University Press.

Dion, Stéphane (1994), « La montée du cynisme : qui blâmer ? », Revue parle­mentaire canadienne, hiver, p. 33-35.

Duverger, Maurice (1992), Les partis politiques, Paris, Armand Colin.

Eschet-Schwarz, André (1989), « La démocratie semi-directe en Suisse : entre la théorie et la réalité : 1879-1987 », Revue canadienne de science politique, vol. 22, no 4, p. 739-764.

Fournier, Patrick, et al. (2007), « The determinants of youth political partici­pation : convention versus non conventional ». Communication présentée à l’European Consortium for Political Research, Pise (Italie).

Fukuyama, Francis (1992), La fin de l’histoire et le dernier homme, Paris, Flammarion.

Gauchet, Marcel (2003), La condition historique, Paris, Gallimard, (Coll. « Folio Essais ».)

Guay, Jean-Herman (2010), « Les éléphants du Parlement », Options politiques, septembre, p. 60-63.

Guillemette, Melissa (2011), « Tahar Ben Jelloun, La révolte est un poème », Le Devoir, 30 juillet, section Culture, p. E1.

Ion, Jacques, Spyros Franguiadakis et Pascal Viot (2005), Militer aujourd’hui, Paris, Autrement.

Kaufmann, Bruno, Rolf Büchi et Nadja Braun (2010), Guide Book to Direct De­mocracy in Switzerland and Beyond, Initiative and Referendum Institute Europe, [En ligne], [http://www.iri-europe.org/fileadmin/user_upload/ pdf/CHDD10.pdf].

Kostadinova, Tatiana, et Timothy J. Power (2007), « Does democratization depress participation ? Voter turnout in the Latin American and Eastern European transitional democracies », Political Research Quarterly, vol. 60, no 3, p. 363-377.

Krugman, Paul (2008), L’Amérique que nous voulons, Paris, Flammarion.

Léger, Jean-Marc (2011), Léger marketing, Les mal-aimés, septembre, [En ligne], [legermarketing.com].

Lochak, Danièle (1986), « La société civile : du concept au gadget », dans Cen­tre universitaire de recherches administratives et politiques de Picardie (dir.), La société civile, Paris, Presses universitaires de France.

O’Loughlin, John, et al. (1998), « The diffusion of democracy, 1946-1994 », Annals of the Association of American Geographers, vol. 88, no 4, p. 545-574.

Mair, Peter, et Ingrid van Biezen (2001), « Party membership in twenty European Democracies, 1980-2000 », Party Politics, vol. 7, no 1, p. 5-21.

Malena, Carmen, et Volkhart Finn Heinrich (2007), « Can We measure civil society ? A proposed methodology for international comparative research », Development in Practice, vol. 17, no 3, p. 338-352.

Milner, Henry (2007), La compétence civique. Comment les citoyens informés contribuent au bon fonctionnement de la démocratie, Québec, Presses de l’Université Laval.

PNUD (2009), Rapport arabe sur le développement humain, Les défis de la sécurité humaine dans les pays arabes, ONU.

Ramonet, Ignacio (1993), « S’informer fatigue », Le Monde diplomatique, octobre.

Rangeon, Philippe (1986), « Société civile : histoire d’un mot », dans Centre universitaire de recherches administratives et politiques de Picardie (dir.), La société civile,Paris, Presses universitaires de France, p. 28.

Rémond, René (1974), Introduction à l’histoire de notre temps, t. II : Le xixe siècle. 1815-1914, Paris, Seuil. (Coll. « Points ».)

Revel, Jean-François (1992), Le regain démocratique, Paris, Fayard.

Tocqueville, Alexis de (2008), De la démocratie en Amérique, Paris, Flam­ma­rion. (Coll. « Le monde de la philosophie ».)

Todorov, Antony (2011), « Y a-t-il démocratie sans participation ? », Sociolo­gieS, [En ligne], [http://sociologies.revues.org/index3009.html], (18 sep­tembre 2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Herman Guay , « L’apprentissage de la démocratie », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 18 octobre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/526 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.526

Haut de page

Auteur

Jean-Herman Guay

Professeur titulaire à l’Université de Sherbrooke, Jean-Herman Guay se spécialise dans le domaine de l’opinion publique et des idées politiques. Il publie régulièrement dans la revue canadienne Options politiques. Récem­ment, il a participé à l’ouvrage collectif L’analyse des politiques publiques publié aux Presses de l’Université de Montréal. Depuis plus de dix ans, il dirige les sites interactifs Bilan du siècle et Perspective monde, lesquels comp­tent plusieurs milliers de pages.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org