Navigation – Plan du site

Présentation

Florence Piron et Luc Bégin

Texte intégral

1Chaque jour, dans les pays occidentaux, la classe politique est attaquée. Nombreuses sont les critiques et les railleries. Montée de l’abstentionnisme électoral, chute de l’engagement dans les partis, indifférence apparente à l’endroit des affaires publiques, tels sont les symptômes d’un malaise, voire d’une crise de la démocratie représentative libérale. Dans les États postcoloniaux plus récents, les aspirations démocratiques doivent affronter de grandes inégalités économiques et sociales, l’impuissance politique, le manque de ressources, l’accès insuffisant à l’information et bien d’autres obstacles. La corruption, la langue de bois et l’hypocrisie n’épargnent aucun pays. Dans ces situations, bien des gens se laissent gagner par le cynisme, alors que d’autres décrochent carrément de la politique et se concentrent sur leur monde privé. D’autres au contraire « occupent » les espaces publics en revendiquant le droit à une démocratisation radicale de la vie politique de leur pays qu’ils jugent beaucoup trop soumise au pouvoir de l’argent, des entreprises privées ou de dictateurs inamovibles. Dans tous les cas de figure, il y a bel et bien crise de la démocratie et nécessité de la réinventer.

2Afin d’aller plus loin qu’une énième description de cette crise et de ses remèdes, la revue Éthique publique a décidé d’innover et d’ouvrir ses pages à des dialogues entre de jeunes citoyens issus de toute la francophonie, âgés de moins de 25 ans, et des acteurs politiques plus « seniors » : des chercheurs, des journalistes, des politiciens. Pour donner la chance au plus grand nombre possible de jeunes de prendre ainsi la parole dans l’espace public, nous avons organisé un concours durant l’hiver 2011. Le concours « Notre démocratie ! », publicisé au moyen du blogue de la revue Éthique publique, de Facebook, de Twitter, de Radio-France Internationale, de l’Organisation internationale de la Francophonie et de toutes sortes d’autres réseaux, invitait tous les jeunes francophones de 15 à 25 ans à soumettre un texte d’au plus 2 000 mots en réponse à la question : « Quelles sont vos propositions concrètes pour réinventer une démocratie et une vie politique qui inspirent confiance et fierté ? » Un jury composé de sept personnes a ensuite voté sur chacun de ces textes : Mme Lise Payette, ancienne ministre du gouvernement québécois, écrivaine et chroniqueuse dans le journal Le Devoir, Mme Corinne Lepage, ancienne ministre du gouvernement français et députée européenne, M. Michel Venne, ancien journaliste et directeur de l’Institut du Nouveau Monde (Montréal), M. Vincent Deslauriers, ancien candidat à la mairie de Québec et maintenant agent de participation citoyenne au Forum jeunesse de la région de la Capitale-Nationale (Québec), Mme Ratiba Hadj-Moussa, professeure à l’Université York (Toronto), M. Jean-Herman Guay, professeur à l’Université de Sherbrooke (Québec), et moi-même, Florence Piron, professeure à l’Université Laval (Québec). Le jury devait surtout tenir compte du contenu des idées proposées et de leur justification, ainsi que de la connaissance du contexte politique démontrée par les jeunes auteurs, et moins de la forme du texte, nécessairement retravaillée pour la publication. Un grand merci à ces collègues pour leur travail patient et rigoureux.

3En trois mois, nous avons reçu 44 textes, dont 17 écrits par des femmes et 27 par des hommes. Voici la répartition du nombre de textes par âge : 17 ans (1 texte), 18 ans (2 textes), 19 ans (2 textes), 20 ans (8 textes), 21 ans (3 textes), 22 ans (6 textes), 23 ans (8 textes), 24 ans (6 textes) et 25 ans (8 textes). Les textes se répartissent ainsi par origine géographique : 26 textes sont venus d’Afrique (République démocratique du Congo : 6, Bénin : 4, Cameroun : 4, Gabon : 3, Sénégal : 2, Burundi : 2, Togo : 2, Côte d’Ivoire : 1, Madagascar : 1, Maroc : 1), 10 sont venus d’Amérique (Canada : 10, dont 9 du Québec) et 8 sont venus d’Europe (France : 5, Allemagne : 1, République de Moldavie : 1, Royaume-Uni : 1). Après une lecture attentive et un vote argumenté, le jury a choisi 21 textes gagnants. Les auteurs de trois d’entre eux n’ayant, hélas, pas donné signe de vie, nous avons retenu 18 textes aux fins de publication. Chaque auteur a aussi reçu un chèque-cadeau d’une valeur de 100 $ canadiens offerts par les organismes suivants, partenaires du concours : la Commission canadienne pour l’UNESCO, la Chaire UNESCO d’étude des fondements philosophiques de la justice et de la société démocratique de l’Université du Québec à Montréal, l’Institut d’éthique appliquée de l’Université Laval, le Forum jeunesse de la région de la Capitale-Nationale, la revue L’Année francophone internationale et l’Institut du Nouveau Monde (sous la forme d’une inscription gratuite à son école d’été).

  • 1  Tous nos remerciements aux différentes personnes qui ont aidé à la réalisation du concours et à la (...)

4La deuxième étape du processus fut l’invitation à répondre à ces 18 textes que nous avons lancée à des chercheurs, journalistes et politiciens issus des trois continents d’où venaient les lauréats. Douze d’entre eux ont accepté : trois ex-journalistes devenus professeurs d’université ou acteur de la société civile, une députée européenne, un ex-député canadien devenu professeur, un ex-candidat à la mairie devenu agent de participation citoyenne et six professeurs d’université (deux issus de France, deux du Québec et deux d’Afrique, dont un enseigne aux États-Unis). Chacun de ces « répondants » a préparé un texte de quelques pages en réponse à un ou deux textes gagnants, ce qui a permis de constituer les « dialogues pour réinventer la démocratie » qui représentent l’essentiel de ce dossier. Loin de toute forme de paternalisme condescendant, ces réponses argumentent, critiquent, précisent les propositions des jeunes lauréats, mais savent aussi reconnaître leur pertinence et le désir aigu qu’elles manifestent d’améliorer la qualité de la vie démocratique de leur pays, qu’il s’agisse d’une toute jeune démocratie ou d’une vieille république… Afin de compléter le dossier, Jean-Herman Guay propose un survol des débats actuels sur la démocratie et Eugénie Dostie-Goulet, un bilan des connaissances actuelles sur les rapports entre les jeunes et la démocratie. L’existence même de ce dossier dans la revue Éthique publique montre en tout cas que la démocratie est un sujet qui rassemble les générations, même si c’est pour débattre sans complaisance des idées des uns et des autres1.

5Nous ajoutons à ce dossier un débatportant sur la prière dans les assemblées municipales. Devrait-on permettre la récitation de la prière pendant les séances publiques des conseils municipaux ? Cette question a alimenté l’actualité québécoise l’hiver dernier et il y a fort à parier qu’elle soulèvera à nouveau les passions de nombreux Québécois. En effet, un jugement de la Cour d’appel du Québec est attendu pour très bientôt dans cette affaire. Rappelons brièvement les faits. Le 9 février 2011, le Tribunal des droits de la personne et des droits de la jeunesse rendait un jugement ordonnant au maire Jean Tremblay ainsi qu’aux autres élus de la Ville de Saguenay de cesser de réciter la prière aux séances du conseil municipal. Le Tribunal affirmait alors que la Ville avait porté atteinte au droit et à la liberté de conscience et de religion d’un citoyen s’étant porté partie plaignante dans cette cause. Ce n’est pas la première cause du genre à avoir été entendue ces dernières années. En 2006, c’était la Ville de Laval qui se voyait interdire, par le Tribunal des droits de la personne, la pratique de la récitation de la prière aux séances publiques du conseil municipal. En février 2011, une entente intervenait entre le conseil d’arrondissement de LaSalle et un plaignant à la suite, cette fois, d’une médiation menée par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse. La prière s’est vue remplacée par un texte neutre, dépourvu de références religieuses. On pourrait allonger cette liste. Il faut également savoir que depuis la décision du maire de Saguenay de porter en appel la décision du Tribunal, un certain nombre de municipalités ont choisi de réintroduire la prière au début de leurs assemblées municipales. Manifestement, la question divise. D’autant plus que la décision contestée du Tribunal des droits de la personne et des droits de la jeunesse s’en prend aussi à la présence de symboles religieux catholiques dans la salle du conseil municipal, les déclarant discriminatoires à l’égard des non-croyants et des athées. Jusqu’où s’étendent les principes régissant la neutralité religieuse de l’État ? Les traditions religieuses de la majorité devraient-elles pouvoir trouver place dans l’espace public des assemblées municipales ? La revue Éthique publique a demandé à cinq spécialistes, venant d’horizons disciplinaires variés, de se prononcer sur ces questions et sur les enjeux que soulèvent la récitation de la prière et la présence de symboles religieux dans les assemblées municipales.

6Finalement, la rubrique Zone libre complète ce numéro avec deux articles abordant sous des angles très différents la récente crise financière qui a si durement touché les économies nationales de nombreux pays. Le premier s’attarde aux attitudes des salariés à l’égard de la crise financière en cherchant à vérifier si le niveau de qualification des salariés modifie la perception de la crise qu’en ont ces derniers. Le second article propose quant à lui une réflexion sur la finance islamique comme solution de rechange potentielle au système financier international actuel. Il nous ramène à sa façon dans le monde arabe, là où, au printemps 2011, se manifestaient avec une rare ardeur le besoin et le désir de démocratie.

Haut de page

Notes

1  Tous nos remerciements aux différentes personnes qui ont aidé à la réalisation du concours et à la constitution des dialogues, notamment Sarah-Anne Arsenault, Élisabeth Barot et Marema Toure Thiam.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Piron et Luc Bégin , « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 13, n° 2 | 2011, mis en ligne le 18 octobre 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/518

Haut de page

Auteurs

Florence Piron

Université Laval
pour le dossier « Dialogues pour réinventer la démocratie »

Articles du même auteur

Luc Bégin

Université Laval
pour le débat sur la prière dans les assemblées municipales

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org