Navigation – Plan du site
Les implications du développement de la compétence éthique

Le pouvoir de déployer la compétence éthique

Allison Marchildon

Résumé

Si le déploiement d’une compétence éthique en situation nécessite la capacité et la volonté de la personne à déceler et à résoudre les problèmes de nature éthique qu’il rencontre, je proposerai dans ce texte qu’il nécessite aussi, en raison de la part d’autonomie qu’il requiert, que la personne ait le pouvoir de déployer cette compétence.

Or, alors que les deux premières conditions d’exercice dépendent de la personne, cette troisième condition, à laquelle je m’intéresserai plus particulièrement dans ce texte, lui est pour sa part externe. Ainsi, je proposerai que c’est non seulement la personne (sa volonté et sa capacité), mais aussi un enchevêtrement d’éléments du contexte (organisationnel, professionnel, culturel, etc.), de la situation et surtout, du réseau d’interactions dans lesquels une personne s’insère qui, parce qu’ils exercent sur elle des pouvoirs, détermineront si la personne aura la possibilité d’agir de façon compétente en situation éthique. Ainsi, s’intéresser à la compétence éthique impliquera nécessairement de s’intéresser à la question du pouvoir et à la façon dont s’exerceront les pouvoirs en situation – des pouvoirs sur ou des pouvoirs avec – puisque cela aura une influence déterminante sur le pouvoir de la personne de déployer (ou non) sa compétence de façon effective en situation.

Haut de page

Texte intégral

1Parler de « compétence » en matière d’éthique est non seulement important et pertinent, mais cela marque aussi un changement significatif dans notre façon de concevoir l’agir moral. Cela est d’autant plus le cas si l’on envisage la compétence éthique dans la perspective que nous propose des auteurs comme Luc Bégin ou Robert Roy, c’est-à-dire en tant que « capacité de repérer et de solutionner en situation des problèmes pratico-moraux à partir d’un jugement autonome et critique, et ce, en interaction avec les acteurs concernés » (Roy, 2012 ; Bégin, 2014). Une telle façon de concevoir la compétence éthique – une compétence éthique en « situation » (Bégin, 2014 ; Lacroix, Marchildon et Bégin, 2017) –, est ainsi à mille lieues d’une conception plus usuelle, qui est celle de la philosophie et de l’éducation morale, mais aussi celle du droit et de la déontologie professionnelle, selon laquelle une conduite éthique (ou morale) est celle où le « sujet », bien qu’en principe libre et autonome, se conforme à ce que lui dictent la raison, sa société ou son groupe d’appartenance à travers leurs préceptes, peu importe la forme qu’ils prennent. On passe ici à une conception beaucoup plus active du « sujet », dans laquelle on considère que celui-ci peut réfléchir les situations dont il est partie prenante et agir et interagir avec une certaine créativité par rapport à celles-ci. Bref, une conception où la conformité à des règles ou des principes déterminés a priori n’est qu’une parmi plusieurs voies d’action possibles, mais jamais la seule.

2Cette redéfinition de la notion de compétence est intéressante et porteuse, parce qu’elle s’appuie sur une conception plus riche de l’action, où celle-ci est envisagée comme expérience réflexive, créative et transactionnelle (Lacroix, Marchildon et Bégin, 2017 : 58-60), qui s’avère beaucoup plus proche de la réalité de nos façons d’agir concrètes. Elle réfère ce faisant à une éthique qui se définit elle aussi de façon plus large que les définitions usuelles, soit comme une réflexion sur nos pratiques individuelles et sociales et sur les valeurs qu’elles actualisent menant à leur évaluation à travers l’exercice d’un jugement pratique et à des actions conséquentes (Lacroix, Marchildon et Bégin, 2017 : 37-46).

3Mais tout aussi intéressante qu’elle soit, la compétence éthique « en situation » se révèle en contrepartie fort exigeante à mettre en œuvre, non seulement en raison des capacités qu’elle nécessite, mais aussi en raison des obstacles importants qui se posent à son exercice. En effet, une personne qui se trouve en situation éthique et qui est capable de repérer et de résoudre les problèmes pratico-moraux qui traversent cette situation pourra-t-elle le faire, et ce, peu importe les particularités de cette situation et le milieu organisationnel et/ou professionnel au sein duquel elle évolue ?

4Plus concrètement, la responsable des approvisionnements qui doit choisir un fournisseur pourra-t-elle évaluer le contenu et les implications des différentes soumissions qui ont été présentées ou sera-t-elle contrainte par les règles de son organisation d’accorder le contrat au plus bas soumissionnaire ? Devant le cas d’un élève qui obtient de justesse la note de passage pour changer de niveau, le professeur aura-t-il la possibilité d’évaluer s’il est préférable ou non pour cet élève de passer au prochain niveau ou cette décision sera-t-elle imposée par la direction ? La comptable dont le client demande une opération peu habituelle pourra-t-elle en évaluer l’acceptabilité avant d’accepter de l’effectuer ou le cabinet qui l’emploie exigera-t-il que toute opération qui n’est pas précisément prohibée par la loi ou les règles comptables soit réalisée ?

5Les exemples pourraient ici se poursuivre à l’infini. Ils nous permettent de constater à quel point nos modes d’organisation et de gestion, fortement hiérarchisés et axés sur le contrôle et les normes, font souvent en sorte que malgré toute la capacité et la volonté des personnes, nos organisations et institutions sont généralement très réfractaires à l’idée d’accorder à leurs membres la latitude nécessaire pour évaluer et juger les voies d’action à prendre afin de régler les problèmes éthiques qu’ils rencontrent. Conséquemment, agir de façon éthiquement compétente (selon la définition que nous adoptons ici) en milieu organisationnel et/ou professionnel relève souvent du défi.

6Ces constats bien concrets m’amènent à suggérer que la compétence éthique ne peut donc se penser dans une perspective exclusivement volontariste, c’est-à-dire être ancrée uniquement dans la capacité et la volonté individuelles de « l’agent moral » d’agir de façon compétente d’un point de vue éthique. J’avancerai ici que se pose en fait une troisième condition de déploiement de la compétence éthique en situation : pour qu’une personne puisse agir de façon compétente en situation éthique, elle doit non seulement en être capable et le vouloir (c’est-à-dire en avoir la capacité et la volonté), mais elle doit aussi pouvoir le faire. Cela signifie que le contexte (organisationnel, professionnel, culturel, etc.), la situation et surtout, le réseau d’interactions dans lequel elle s’insère devront aussi lui donner la possibilité d’agir de façon compétente en situation éthique.

7Ce sont à ces conditions de déploiement de la compétence éthique, au-delà des capacités et de la volonté des personnes prises individuellement, que je m’intéresserai dans ce texte. Ou, pour reprendre les termes utilisés par des chercheurs en ergonomie, j’explorerai certains éléments de ce que serait un environnement « capacitant » en termes éthiques. Cela m’amènera à avancer qu’au-delà d’interpeller la capacité et la volonté d’un agent moral à identifier et à résoudre des problèmes de nature éthique en situation, la compétence éthique est aussi dans une certaine mesure une résultante de cette même situation. C’est le cas puisque toute situation, par son enchevêtrement de transactions (chaque fois différentes) entre acteurs sociaux, doit rendre possible, voire favoriser le déploiement de la compétence éthique des acteurs pour que celle-ci puisse bel et bien s’exercer. Bref, je proposerai que la compétence éthique est largement une question de pouvoirs.

Le pouvoir : une perspective pragmatiste

8La notion de pouvoir se révèle peu abordée explicitement dans la littérature en éthique et en éthique appliquée, exception faite des éthiques féministes (Urban Walker, 2003 : 105). Pourtant, ne pas en parler ne fait pas en sorte que les enjeux de pouvoir disparaissent (Hardy, 1996 : S14) dans la réalité du monde vécu, bien au contraire. Dans les milieux organisationnels et professionnels, soit là où l’on tente souvent de promouvoir la compétence éthique et d’en sanctionner l’absence, ceux-ci sont d’ailleurs omniprésents, comme l’a bien mis en lumière la sociologie des organisations. Ainsi, parler d’éthique organisationnelle ou de compétence éthique en milieu de travail en occultant la question du pouvoir s’avérerait non seulement une discussion incomplète et déconnectée de la réalité, mais pourrait aussi avoir des conséquences pratiques problématiques. C’est dans ce sens que je proposerai ici d’intégrer la notion de pouvoir aux réflexions sur la compétence éthique.

  • 1 Il s’agit ici d’une présentation beaucoup trop brève de ce courant philosophique, immensément plus (...)

9Il existe, cela dit, de multiples façons d’envisager le pouvoir, selon qu’on l’associera par exemple à la force et à la domination, au contrôle, à l’influence ou encore à la capacitation. Je prendrai pour ma part une perspective du pouvoir s’inscrivant dans le même sillon que celle que Bégin et Roy ont adoptée pour définir la compétence éthique, soit une perspective inspirée du pragmatisme de John Dewey. Philosophie de l’action et de l’expérience qui refuse les dualismes, notamment entre pensée et expérience sensible, le pragmatisme ancre sa réflexion au sein même des problèmes et enjeux concrets de nos sociétés et invite, ce faisant, à interpréter les éléments qui traversent nos problèmes à partir de l’expérience, plutôt que d’en proposer une lecture prédéterminée. Le projet pragmatiste s’intéresse par ailleurs à voir comment ces problèmes peuvent être évalués et résolus de façon démocratique à travers l’enquête, dans l’optique de permettre la « croissance » à la fois individuelle et sociale1 (voir notamment Dewey, 1920).

10Adopter une perspective pragmatiste du pouvoir m’amènera par conséquent à le définir non pas de façon définitive et univoque, mais plutôt à l’envisager comme « contextuellement dépendant des relations et expériences humaines » (Ansell, 2011 : 126) en situation. Dans cette perspective, on ne considérera donc pas que certains acteurs « possèdent » le pouvoir, mais plutôt que « le pouvoir est un processus, une interaction dynamique » à travers lesquels il peut se modifier, au gré des circonstances ou des volontés (French, 1986 : 528-529). Je considérerai ainsi que les relations de pouvoir sont mobiles et réversibles (Foucault, 2001) et qu’il est conséquemment fort probable que chacun des acteurs de la situation – y compris les acteurs non humains – puisse exercer, à un moment ou à un autre, une certaine forme de pouvoir. S’il y a donc presque toujours « asymétrie [ou] inégalité des relations sociales impliquant un pouvoir, potentiel ou effectif » (Rocher, 1986 : 10), en refusant les visions statiques du pouvoir comme je le suggère ici, on reconnaîtra que ces asymétries varieront avec les situations et qu’il n’y a pas nécessairement un même acteur qui subit le pouvoir et un autre qui l’exerce exclusivement. Le pouvoir se laissera plutôt ici aborder comme une construction singulière de chaque interaction, tout en reconnaissant que cette construction s’inscrit évidemment dans des relations de pouvoir plus stabilisées et historiquement ancrées, il importe de le rappeler. De la même manière, les visées du pouvoir seront elles aussi propres à chaque situation et sous-tendront des enjeux d’ordres divers – matériel, politique, symbolique, éthique, etc.

11On pourra qualifier cette perspective de « transactionnelle » (Hildreth, 2009 ; Ansell, 2011 ; Wolfe, 2012), dans laquelle il sera alors plus juste de parler de « pouvoirs » au pluriel, puisque l’on reconnaîtra que ce sont une multitude d’interactions de pouvoirs qui s’exercent dans les situations concrètes et qui se modifient ce faisant les unes les autres. Il s’agira donc d’arriver à mettre en lumière les multiples, et chaque fois différentes, interactions de pouvoirs, plutôt que de chercher à fixer ce que devraient être nos représentations du pouvoir, et surtout, d’en dégager les effets et les transformations sur les interactions subséquentes.

12Compte tenu de ce qui précède, aborder le pouvoir dans une perspective pragmatiste et transactionnelle aura une double implication. Cela exigera d’abord d’identifier et de mener une réflexion critique sur les manifestations empiriques du pouvoir (Hildreth, 2009 : 799). Cela demandera ensuite de dégager quelle forme de pouvoir sera privilégiée par une approche pragmatiste (Ansell, 2011 : 126-131 ; Wolfe, 2012 : 131). Dans ce qui suit, je tenterai par conséquent d’expliciter en quoi consisterait plus précisément une enquête permettant de définir les différentes manifestations empiriques du pouvoir. Je proposerai ensuite quelques repères conceptuels susceptibles de permettre une analyse critique de ces différentes manifestations empiriques du pouvoir, à travers l’identification de leurs conséquences possibles sur le déploiement de la compétence éthique. Cela me permettra par la même occasion de dégager quelle forme de pouvoir sous-tend la méthode pragmatiste.

Quels pouvoirs ? Enquêter sur les pouvoirs en situation

13La première partie de cette enquête consiste à définir quels pouvoirs s’exercent dans une situation (éthique) sur laquelle on souhaite se pencher. On ne se limitera pas ici à vouloir refléter la distribution « officielle » des pouvoirs, mais on s’intéressera surtout aux pouvoirs effectifs, ceux qui sont réellement exercés par les différents acteurs impliqués, directement ou indirectement, dans la situation. Ainsi, au-delà des pouvoirs formels que pourraient détenir un gestionnaire ou un dirigeant, par exemple, on se demandera plutôt dans quelle mesure chaque acteur de la situation, qu’il soit employé de soutien, professionnel ou cadre, collègue ou subordonné hiérarchique, exerce certains pouvoirs sur ou dans la situation. On accordera par ailleurs une attention toute particulière aux pouvoirs qui sont a priori exercés de façon peu ou pas visibles, voire qui pourraient être cachés.

14Par ailleurs, ce ne sont pas que les pouvoirs des acteurs qui attireront notre attention, mais aussi ceux qu’exercent les différents éléments situationnels ou contextuels – notamment l’organisation et ses façons de faire, le contexte économique, l’environnement normatif ou le climat politique et social –, ou encore les éléments culturels, qui reflètent les distributions de pouvoir plus larges et systémiques – comme les institutions sociales, les habitudes, les mœurs, etc. (Hildreth, 2009 : 790)

15La mise en lumière la multiplicité des pouvoirs qui sont effectifs dans une situation, et plus particulièrement les situations qui comportent des enjeux éthiques, soulève par ailleurs une question subséquente : en quoi ces pouvoirs consistent-ils et sur quoi portent-ils exactement ? À cet effet, la typologie des pouvoirs proposée par Hardy (1996) s’avère éclairante. S’inspirant des incontournables trois dimensions du pouvoir résultant du truchement des théorisations fondatrices de Lukes (1986) d’une part, et de Bachrach et Baratz (1962) d’autre part, cette chercheure propose de distinguer quatre dimensions de pouvoirs : le pouvoir des ressources, le pouvoir des processus, le pouvoir des significations et le pouvoir du système. Allant des pouvoirs plus explicites et visibles dans le cas du pouvoir des ressources et des processus, aux pouvoirs plus inconscients et pernicieux, et donc plus difficiles à cerner, dans le cas du pouvoir des significations ou du système, ces différents niveaux de pouvoirs sont tous présents dans toute situation d’interaction.

16Le pouvoir des ressources est sans aucun doute le plus facilement repérable et le plus tangible, puisqu’il résulte de la possession des ressources matérielles, informationnelles, financières ou techniques pouvant être utiles aux acteurs dans une situation.

17De nature politique, le « pouvoir des processus » constitue pour sa part la capacité d’influencer, voire de modeler les façons de faire au sein de l’organisation. Il englobe des relations ou des interactions de pouvoir souvent plus implicites que le pouvoir des ressources, ou sous-jacentes aux pratiques organisationnelles. Par conséquent, le pouvoir des processus relève, généralement, de la dynamique informelle de l’organisation plutôt que de sa structure formelle. C’est ce à quoi les auteurs en psychologie morale ou en éthique organisationnelle réfèrent en parlant de styles de gestion, de systèmes de récompenses et de sanctions ou encore de règles et de normes qui encadrent les pratiques (voir notamment Bazerman et Tenbrunsel, 2011 ; ou Girard, 2007).

18Encore plus subtil que le pouvoir des processus se trouve le pouvoir des significations. Ce pouvoir, qui concerne les messages qui sont diffusés et valorisés dans une organisation et la façon dont ils sont produits et véhiculés, exprime ce qui est jugé bon, bien, vrai et beau au sein de celle-ci. Ce pouvoir est donc de l’ordre du symbolique et de l’intangible, ce qui le rend difficilement identifiable et surtout, presque impossible à mesurer. Mais comme pour le pouvoir des processus, il n’en est que plus pénétrant et déterminant sur le cours des interactions. Dans cette troisième catégorie de pouvoir, nous trouvons, d’une part, le type de langage et de discours qui prédominent dans une organisation ainsi que les textes et les documents officiels et, d’autre part, les communications informelles, l’implicite, les non-dits et les tabous, de même que ce qui est reconnu et valorisé dans les faits, et ce, au-delà des discours officiels. Nous y trouvons, en outre, la façon dont sont construits ces messages et ces discours, c’est-à-dire le type de communication qui prévaut.

19Le pouvoir du système – ses « valeurs, traditions, cultures et structures » (Hardy, 1996 : S8) – est de nature structurelle, et par conséquent particulièrement puissant, parce que profondément enraciné dans le système organisationnel, institutionnel ou culturel et accepté de facto, presque inconsciemment, par la plupart des membres d’un même collectif, quel qu’il soit, dans la mesure où ils souhaitent travailler au sein de cette organisation. Pour ces raisons, ce pouvoir est presque hors de portée des acteurs : si ceux-ci ont la possibilité de mobiliser le pouvoir des ressources, des processus ou des significations afin d’agir sur ce système, il demeure très difficile de s’opposer au pouvoir émanant du système, ou du moins de le modifier. Ce type de pouvoir tendra donc à s’imposer sur les acteurs et à laisser peu de place pour sa remise en question, puisqu’il émane de valeurs et de principes profondément ancrés et véritablement actualisés. On parle ici notamment de relations de pouvoir historiques, telles les inégalités hommes-femmes, nord-sud, etc.

20S’ils sont présents dans toute situation d’interaction, il importe d’ajouter que ces différents niveaux de pouvoirs ne confèrent toutefois pas systématiquement un pouvoir et n’ont pas systématiquement un effet sur la situation ou sur le comportement des autres acteurs. Ils ne sont ainsi a priori que potentiels : ils peuvent être exercés ou non. C’est donc lorsqu’ils seront exercés dans une situation particulière d’interaction que ces pouvoirs nous intéresseront, puisqu’ils devront s’avérer effectifs pour être considérés comme des pouvoirs en situation.

Quelles formes de pouvoirs ? Une analyse critique des pouvoirs effectifs en situation

21Une fois ces différents niveaux de pouvoirs identifiés, une importante partie de l’enquête reste encore à compléter afin de pouvoir les analyser de façon critique et ainsi répondre au questionnement qui anime ce texte quant à leurs conséquences sur la possibilité de déployer (ou non) la compétence éthique. Cette étape analytique consiste à comprendre comment ces multiples interactions de pouvoirs s’exercent en situation. Il ne s’agira donc pas, comme je l’ai indiqué plus tôt, de chercher à fixer une conception du pouvoir, mais plutôt de dégager le spectre des différentes façons d’exercer le pouvoir à travers quelques repères conceptuels. Je proposerai dans les paragraphes qui suivent d’articuler cette conceptualisation autour des distinctions entre pouvoir « sur », pouvoir « de » et pouvoir « avec ».

22La distinction entre pouvoir sur et pouvoir de est centrale dans les débats sur le pouvoir. Le point de départ de cette distinction constitue la définition classique selon laquelle le pouvoir est ce qui permet d’« amener quelqu’un d’autre à faire ce que l’on veut qu’il fasse », donc comme un « exercice de pouvoir-sur » (Allen, 2016). On pense ici aux définitions classiques de Weber, de Dahl, de Bachrach et Baratz, de Lukes ainsi que de Foucault, dans lesquelles le pouvoir est toujours envisagé comme un « pouvoir sur quelqu’un » qui s’exerce dans une relation effective entre des personnes (Braud, 2011 : 89-90). Pour plusieurs auteurs, notamment les auteures féministes, le pouvoir sur renvoie ainsi à la domination (French, 1986 : 525) et sous-tend un rapport de force. Dans sa forme la plus forte, cette domination s’exerce par la contrainte, et la coercition, voire par l’oppression et la violence. Mais la domination existe aussi dans des formes plus douces ou plus subtiles, dans lesquelles la coercition n’est pas requise. C’est le cas lorsque cette domination s’exerce sans résistance, par l’intermédiaire d’un discours et à l’aide de l’influence et de la persuasion – on peut ici notamment penser aux discours d’experts, de leaders politiques ou charismatiques, ou plus simplement de supérieurs hiérarchiques considérés légitimes. Cette forme de pouvoir sur, à laquelle on référera comme une autorité plutôt qu’une domination, est omniprésente au sein de nos organisations et démocraties libérales (Courpasson, 2000). Il s’agit de relations de pouvoirs qui admettent plus de mobilité, de réversibilité et d’instabilité, permettant à l’une ou l’autre des parties d’influencer ou de renverser le rapport de force en place (Foucault, 2001). Elles sont aussi moins institutionnalisées, moins coercitives et moins unilatérales que les relations de domination, mais elles demeurent tout de même des formes de pouvoir sur par le fait que le rapport de subordination de l’acteur au pouvoir y demeure bien présent.

  • 1 En guise de traduction de l’expression utilisée par les auteures Power-from-within.
  • 2 Pour tenter de traduire l’expression anglophone empowerment.

23À ces définitions du pouvoir comme essentiellement un pouvoir sur, s’opposent les définitions du pouvoir comme « habileté ou une capacité d’agir » qui correspond à un « pouvoir-de faire quelque chose » (Allen, 2016). Dans cette perspective, le pouvoir est plutôt une capacité, potentielle ou effective, à partir de laquelle un acteur peut agir et réaliser ses fins. Certaines auteures féministes le désigneront d’ailleurs comme un « pouvoir-de-l’intérieur1 », que Hoagland définit de façon très éclairante comme un « pouvoir d’habileté, de choix et d’engagement. Il est créatif ; et par conséquent, il constitue un pouvoir qui affecte et qui transforme, mais pas un pouvoir qui contrôle » (Allen, 2016). Loin du sens péjoratif voire oppressif associé au pouvoir pris dans le sens de pouvoir sur, qui suppose l’imposition d’une volonté sur une autre, on accède avec la notion de pouvoir de au versant plus positif du pouvoir, où celui-ci est envisagé dans son sens capacitant2 et affirmatif (French, 1986; Clegg et al., 2006 ; Allen, 2016).

24À la lumière de ces discussions, il est clair qu’il importe de recourir à plusieurs distinctions et nuances terminologiques lorsqu’il est question de la notion de pouvoir. En ce sens, Arendt (1972) ou French (1986), notamment, soulignaient il y a quelques décennies déjà l’importance de distinguer la notion de « pouvoir » de celle d’« autorité » et de « domination » pour refléter plus adéquatement ces distinctions entre pouvoir sur et pouvoir de. Afin de résorber les confusions qui subsistent néanmoins autour des différents sens que peut prendre le mot pouvoir, je propose pour ma part d’utiliser les expressions pouvoir-domination et pouvoir-autorité pour parler des différentes formes de pouvoir sur, alors que l’expression pouvoir-capacité sera mobilisée pour traduire le sens capacitant du pouvoir de.

25Par ailleurs, il m’apparaît essentiel d’ajouter à cette clarification conceptuelle une dernière notion, beaucoup moins présente dans la littérature sur le pouvoir : la notion de pouvoir avec. Inspirée par les écrits et observations empiriques de Mary Parker Follett, théoricienne politique et pionnière du management et du travail social de la première moitié du XXe siècle, la notion de « pouvoir avec » procède d’une logique fort différente de celle de domination ou de coercition à laquelle on cantonne souvent le pouvoir. Le pouvoir avec s’inscrit plutôt dans une logique de coaction, qui dépasse le simple consentement ou compromis : il n’implique rien de moins que l’intégration, c’est-à-dire l’action concertée en vue de satisfaire les besoins de toutes les parties impliquées (Follett, 1924 : 184-185). On est donc, comme avec le pouvoir de, dans une perspective capacitante du pouvoir, mais à laquelle s’ajoute une dimension relationnelle et transactionnelle prenant la forme d’une action conjointe par laquelle on cherche à intégrer les différences (de perspectives, de besoins, d’intérêts, etc.) de chacun, de façon à en tirer parti afin de créer de nouvelles voies de solutions qui n’existaient pas auparavant (Whipps, 2014 : 411) et à générer une capacitation non pas seulement individuelle, mais aussi et surtout conjointe (Ansell, 2001 : 130). Pour Follett, le « pouvoir avec » serait même le seul qui puisse être légitime, celle-ci considérant le « pouvoir sur » comme un « pseudo pouvoir » (1924 : 189).

26Une telle conception du pouvoir, dans laquelle les rapports de force ou de pouvoir sur tendent à être minimisés, voire éliminés, pour permettre la réalisation d’un processus véritablement démocratique, peut elle-même être considérée comme pragmatiste. Car si les principales figures du pragmatisme ont peu conceptualisé – de façon explicite du moins – le pouvoir, les auteurs s’intéressant à la question ont fait remarquer que la notion de pouvoir fait néanmoins implicitement partie intégrante de leurs écrits, notamment dans la conception deweyenne d’expérience ainsi qu’à travers les visées de croissance et de démocratie comme mode de vie qui y sont poursuivies (Hildreth, 2009 : 781). Ce faisant, on peut penser que le pragmatisme propose une théorie tacite du pouvoir, selon laquelle le pouvoir émerge et opère à l’intérieur de « modes de participation conjointe des activités humaines » et par lesquels les agents exercent des « jugements intelligents pour générer des conséquences » (Wolfe, 2012 : 125). Dans une perspective pragmatiste, le pouvoir prendrait ainsi la forme d’une intelligence collective s’inscrivant dans une logique transactionnelle (Wolfe, 2012 : 125).

27Par ailleurs, les écrits de Follett autour de l’intégration créative et du pouvoir avec qui la rend possible, bien que ne se réclamant d’aucun courant de pensée en particulier et référant à peu d’auteurs spécifiquement, sont considérés par plusieurs comme compatibles avec le pragmatisme (Pratt, 2011 : 77), voire comme pragmatistes dans leurs fondements mêmes (Banerjee, 2008 ; Ansell, 2011 ; Whipps, 2014). Whipps parle notamment de « l’épistémologie pragmatiste » de Follet, selon laquelle la vérité émerge de la diversité, ce qui donne lieu à d’étroites convergences entre ses concepts d’intégration et de pouvoir avec et les notions d’expérience chez Dewey, de pluralisme chez James et de pouvoir créatif de la diversité chez Addams (2014 : 406). Banerjee considère pour sa part que le travail de Follett se fonde sur une « ontologie pragmatiste des relations », c’est-à-dire une « ontologie des situations et des relations humaines » qui refuse les dichotomies, notamment entre le sujet agissant et l’objet, y préférant plutôt les entrelacements (2008 : 4).

28Bref, la notion de pouvoir avec, parce qu’elle permet à la fois de rendre explicite la conception du pouvoir sous-jacente au pragmatisme – du moins celui de Dewey – et qu’elle permet de compléter le spectre des formes d’exercice du pouvoir nécessaire à l’identification des multiples pouvoirs agissants en situation à travers l’enquête pragmatiste, s’avère indispensable pour conceptualiser le pouvoir dans une perspective pragmatiste. Le pouvoir avec s’ajoutera donc ici à la grille d’analyse des pouvoirs sous l’appellation « pouvoir-coaction ».

29Il en résultera un continuum s’apparentant à celui proposé par Stewart R. Clegg et ses collègues (2006), allant d’un « pouvoir sur » – qui va d’un pouvoir-domination négatif et coercitif dans sa forme la plus pure, à un pouvoir-autorité, plus subtil, mais tout de même imposé dans sa forme la plus « soft » – jusqu’à un « pouvoir avec » – un pouvoir-coaction, qui s’inscrit pour sa part dans une logique positive et capacitante (French, 1986 ; Follett, 1924).

30Dans cette représentation schématique, le pouvoir-capacité (ou pouvoir de) s’avérera quant à lui dépendant de ces autres formes de pouvoirs, dans la mesure où plus il y aura de pouvoir-domination dans une situation, moins les acteurs auront la possibilité d’exercer leur pouvoir-capacité. À l’inverse, le pouvoir-coaction tendra à être plus capacitant, et donc à laisser plus de place à l’exercice du pouvoir-capacité des différents acteurs. Par conséquent, pour compléter la terminologie ici proposée pour saisir et exprimer les différents sens et nuances du pouvoir, il faudra introduire la notion de « pouvoir-possibilité ».

31Pour synthétiser, on pourra donc dire que le pouvoir-capacité, pour s’exercer et ainsi passer de la potentialité à l’effectivité, devra s’accompagner d’un autre pouvoir, un pouvoir-possibilité. À son tour, ce pouvoir-possibilité sera fonction des autres formes de pouvoirs qui s’exerceront en situation et de leur positionnement dans le continuum des formes de pouvoirs allant du pouvoir-domination (pouvoir sur) au pouvoir-coaction (pouvoir avec).

Schéma – Représentation des interactions entre types de pouvoir

Schéma – Représentation des interactions entre types de pouvoir

32Comme je tenterai de le faire ressortir dans ce qui suit, ces distinctions conceptuelles se révéleront fondamentales pour la réflexion sur la compétence éthique.

Implications pour le déploiement de la compétence éthique

33Une telle perspective pragmatiste permet de comprendre que le pouvoir est intrinsèque à la praxis humaine (Wolfe, 2012) et qu’il est conséquemment toujours présent en situation d’interaction. Cela permet par ailleurs de voir que c’est une notion de nature transactionnelle, impliquant qu’une pluralité de niveaux et de formes de pouvoir pourront s’exercer par, sur et entre les acteurs en situation, et ce, dans une dynamique complexe et fluide qui évoluera en fonction des nombreuses variables contextuelles et relationnelles propres à la situation. Cela permet enfin de voir que certains des pouvoirs qui s’exerceront en situation favoriseront plus que d’autres le déploiement du pouvoir de, ou pouvoir-capacité des acteurs individuels – bref, qu’ils favoriseront leur capacitation.

34Cette mise en lumière de l’omniprésence et de la polymorphie du pouvoir en situation d’interaction sociale a des conséquences importantes à plusieurs égards pour comprendre les conditions d’exercice de la compétence éthique telle que définie ici – c’est-à-dire une compétence qui ne se limite pas à un savoir-être ou un savoir-faire qui seraient acquis pour de bon, mais qui implique aussi et surtout un savoir-interagir en situation. En effet, envisager la compétence éthique à travers une conceptualisation pragmatiste permet de constater que dans cette perspective, exercer sa compétence éthique, c’est en soi exercer un pouvoir. En utilisant la terminologie proposée dans la section précédente pour saisir et exprimer les différents sens et nuances du pouvoir, on peut ainsi dire que la compétence éthique s’appuie sur un pouvoir de – un pouvoir-capacité qui repose sur les aptitudes individuelles de l’acteur et qui prend dans ce cas-ci la forme plus précise d’une capacité à reconnaître et à composer avec la dimension éthique d’une situation (évaluer, agir et interagir en situation).

35Cette traduction en termes de pouvoirs est importante parce qu’elle nous amène à réaliser le caractère déterminant de la dimension politique des interactions dans lesquelles s’insère inéluctablement la compétence éthique lorsque envisagée en situation. En d’autres termes, elle nous révèle que le pouvoir-capacité sous-jacent à la compétence éthique est en fait une variable dépendante d’un contexte d’interactions de pouvoirs beaucoup plus larges. L’agencement chaque fois singulier des éléments d’une situation déterminera dans quelle mesure les acteurs auront le pouvoir-possibilité d’exercer (ou non) leur pouvoir-capacité. Ainsi, sans ce pouvoir-possibilité, qui consiste ici en une autonomie de jugement et d’action, la compétence éthique ne pourra devenir effective.

36De ce second constat en découle un troisième. En effet, en mettant ainsi en exergue le fait que la dimension politique des situations éthiques ne peut être éludée des réflexions et discussions sur la compétence éthique, une interprétation de celle-ci à travers le prisme du pouvoir mène à constater qu’elle ne peut s’exercer ni s’évaluer en soi, de façon isolée, comme seul pouvoir-capacité d’évaluer, d’agir et d’interagir en situation. Au contraire, le déploiement de la compétence éthique interpelle un autre type de pouvoir : un pouvoir-possibilité qui prend la forme d’un espace d’autonomie de jugement et d’action. Cette interprétation permet par ailleurs de voir que bien qu’étroitement liés et tous deux nécessaires au déploiement de la compétence éthique, ces deux types de pouvoirs diffèrent toutefois à un niveau fondamental : si le pouvoir-capacité peut (dans une certaine mesure du moins), être développé et cultivé par les acteurs eux-mêmes, le pouvoir-possibilité, lui, n’est en revanche pas un pouvoir propre aux acteurs. C’est un pouvoir qui les dépasse et s’impose à eux, en les affectant de façon importante sans qu’ils puissent (vraiment) le contrôler.

37Cet autre constat soulève une dernière implication quant aux conditions de déploiement de l’exercice de la compétence éthique. En effet, si le pouvoir-possibilité nécessaire pour exercer la compétence éthique ne relève pas de leur contrôle, de quoi dépend-il ? Ici encore, la conceptualisation du pouvoir présentée dans la section précédente s’avère utile. Elle permet cette fois de voir que pour que les acteurs aient l’autonomie de jugement et d’action nécessaire pour leur donner la possibilité de prendre des initiatives, de réfléchir, d’interagir, d’évaluer et d’accepter les responsabilités nécessaires à l’exercice de leur compétence éthique, ils devront être soumis à des pouvoirs qui accordent de la place à une telle autonomie. En ce sens, le continuum élaboré précédemment a permis de mettre en lumière le fait que plus ces pouvoirs tendront à être exercés dans une logique de coaction, c’est-à-dire des pouvoirs exercés de concert avec les acteurs plutôt que sur eux, plus ils seront susceptibles d’accorder un espace d’autonomie de jugement et d’action. C’est le cas parce que le pouvoir-coaction s’appuie sur une vision des acteurs comme étant capables de jugement, de collaboration et dignes de confiance, ainsi que parce qu’il valorise la découverte et l’intégration d’intérêts communs (Ansell, 2011 : 130 ; Follett, 1924 : 189).

38On peut ainsi penser que l’espace d’autonomie et d’initiative des acteurs sera favorisé lorsque, par exemple, les ressources (informationnelles, financières, techniques, etc.) seront mobilisées comme outils d’accompagnement et de participation, de même que diffusées ou réparties de façon transparente, plutôt que retenues comme arme stratégique ou utilisées pour contrôler et imposer des idées. Ou lorsque les processus (de prise de décision, d’évaluation, de récompense, etc.) seront participatifs, inclusifs, égalitaires et ouverts à la considération d’une vaste gamme d’enjeux et à la remise en question plutôt que restreints à quelques acteurs, limités aux enjeux définis par ceux-ci et sans appel. Ou lorsque les significations (communications, discours, langages, marques de reconnaissance, etc.) seront ouvertes, honnêtes et accessibles à tous, plutôt que standardisées et manipulées par un groupe restreint d’acteurs. Ou encore lorsque le système (culture, structure, rôles, climat, etc.) actualisera la collaboration, l’égalité, l’ouverture au changement, aux points de vue divers et à l’incertitude ainsi que la confiance plutôt que la hiérarchie, l’action individuelle, la division des tâches, le respect aveugle des mœurs, normes et traditions, la stabilité, la certitude et la méfiance envers les autres.

39Bref, qu’il s’agisse de pouvoirs des ressources, des processus, des significations ou du système, lorsque ceux-ci s’exerceront de concert avec les acteurs, ou du moins en laissant une certaine place à leur participation plutôt qu’en s’exerçant sur eux, ils favoriseront l’autonomie, l’initiative et l’interaction entre les acteurs nécessaires à l’exercice de leur compétence éthique. Cela dit, bien qu’un tel espace de pouvoir ou d’autonomie soit propice à l’exercice de la compétence éthique, il n’en constitue tout de même qu’une parmi plusieurs conditions de déploiement. Cela signifie que l’exercice d’un pouvoir-coaction et la marge d’autonomie que celui-ci accorde aux acteurs ne peuvent en aucun cas garantir le déploiement de leur compétence éthique, laquelle dépend de plusieurs autres facteurs, tels des éléments contextuels et structurels, de même que la capacité et la volonté du ou des acteurs impliqués.

40Une fois étayée l’hypothèse que l’exercice d’un certain pouvoir avec sera, sans en être une garantie, nécessaire à l’exercice de la compétence éthique, la confrontation de la théorie à la réalité met en lumière un écart important : nos institutions et notre organisation sociale sont loin d’être construites sur un tel modèle d’exercice coopératif du pouvoir, dans lequel les rapports de force tendent à être minimisés et où la régulation s’établit de façon conjointe entre les acteurs. Elles se sont plutôt bâties suivant des modèles hiérarchiques où le pouvoir est généralement concentré aux échelons supérieurs et s’exerce du haut vers le bas, faisant en sorte que celles et ceux qui se trouvent moins haut dans la hiérarchie sont considérés comme des exécutants plus que comme des acteurs avec un pouvoir-capacité, et se voient par conséquent accorder peu de pouvoir-possibilité. Pour reprendre les termes de Mary Parker Follett, le pouvoir sur semble s’être infiltré un peu partout alors qu’on observe trop peu d’initiatives pour exercer un pouvoir avec, qu’elle qualifie de pouvoir « authentique » (1924 : 189). C’est d’ailleurs ce que l’on note encore près d’un siècle plus tard, nos institutions et modes d’organisation sociale étant toujours majoritairement caractérisés par l’exercice de pouvoirs-domination et de pouvoirs-autorité. Au-delà de se refléter dans la structure formelle de nos institutions, ces pouvoirs sur prendront la forme de styles de gestion autoritaires et de régulations de contrôle qui contrastent avec la régulation conjointe (Reynaud, 1997) des modèles d’organisation plus coopératifs ou démocratiques, qui demeurent dans la pratique minoritaires.

41Cela ne revient néanmoins pas à conclure qu’il est par conséquent impossible, dans nos institutions et organisations sociales telles qu’elles sont structurées à l’heure actuelle, que les acteurs qui n’occupent pas une position en haut de la hiérarchie bénéficient de l’autonomie (pouvoir-possibilité) nécessaire au déploiement de leur compétence éthique (pouvoir-capacité). Car les institutions ou organisations « totales » structurées exclusivement sur le pouvoir-domination – soit « des organisations qui contrôlent la totalité des vies de ceux qui en sont membres » – existent rarement dans leur forme la plus pure (Clegg et al., 2006 : 147-148). Ainsi, même dans les organisations hautement hiérarchisées, les individus bénéficient toujours d’une certaine marge de manœuvre (Crozier et Friedberg, 1981), aussi informelle et réduite soit-elle. Qui plus est, de récentes recherches tendent à démontrer que la présence de contraintes d’anéantit pas la possibilité, pour les acteurs, d’exercer leur créativité, mais qu’au contraire celle-ci peut s’exprimer dans le maniement de ces contraintes et le nouvel espace d’action que cela engendre (Lombardo et Kvalshaugen, 2014).

42En contrepartie, le pouvoir avec, bien que porteur de potentialités significatives, ne doit pas être idéalisé. Car ici aussi, les écarts entre la théorie et la pratique peuvent être importants, la pratique du pouvoir avec étant particulièrement exigeante, notamment en termes d’engagement des personnes, d’éducation aux méthodes coopératives, de relationnalité, d’écoute attentive et d’ouverture aux différences (Whipps, 2014 : 417 et 421). Il s’agit là d’exigences et de façons de faire qui sont souvent bien loin de celles auxquelles nous sommes habitués ou pour lesquelles nous avons été éduqués, ce qui augmente le risque que les personnes interpellées choisissent de ne pas participer et que le processus échoue (Whipps, 2014 : 417).

43Et lorsque le pouvoir avec parvient à être pratiqué, des auteures ont démontré que celui-ci peut aisément comporter ou s’appuyer sur une dimension de pouvoir sur, notamment pour en établir la possibilité même (Partzsch et Fuchs, 2012 : 365), ou encore se transformer en pouvoir sur si certains acteurs décident de se l’accaparer ou d’en profiter. Négliger cette multi-dimensionnalité du pouvoir avec pourrait ainsi mener à ne pas voir certains conflits d’intérêts et de valeurs moins visibles (Partzsch et Fuchs, 2012 : 371), mais aussi à mésestimer certaines entraves au déploiement de la compétence éthique.

44Enfin, aussi intéressant soit-il, l’exercice du pouvoir avec dans le but d’intégrer les différences et de créer des solutions nouvelles et plus acceptables constitue un processus lent qui risque d’être peu efficace pour défier les structures de pouvoir existantes lorsque celles-ci se révèlent problématiques (Whipps, 2014 : 421). Dans ces cas, certaines formes de pouvoir sur, comme celui qu’exercent les contre-pouvoirs notamment, peuvent être utiles en vue de permettre une transition vers des structures de pouvoir avec et peuvent ce faisant s’avérer le lieu de déploiement de la compétence éthique.

45Une lecture pragmatiste du pouvoir et de son influence sur l’exercice de la compétence éthique nous permet ainsi de prendre conscience du fait qu’aucune situation ne sera exclusivement traversée par des pouvoirs sur ou des pouvoirs avec. Toute situation, en tant que champ transactionnel, sera au contraire traversée par un enchevêtrement de pouvoirs différents, ce qui met en relief l’importance de cerner la nature des pouvoirs effectifs en situation et de déterminer leur influence respective – tant en termes d’entrave que de facilitation – sur déploiement de la compétence éthique. Certains de ces pouvoirs seront par ailleurs relativement immuables (la distribution sociale des pouvoirs et responsabilités, la structure organisationnelle, certaines mœurs ou traditions, une loi ou une norme…), alors que d’autres pourront être plus réversibles, plus susceptibles d’être transformés par les interactions (un style de gestion, une pratique, une façon d’interagir…). C’est justement tout l’intérêt d’une approche pragmatiste, qui évite les analyses et les représentations a priori, que de nous permettre de saisir les variations dans les éléments susceptibles de favoriser ou d’inhiber la compétence éthique au fil des situations et de leur évolution. Ce faisant, elle nous fait prendre conscience du lien étroit (mais trop peu discuté) entre ces deux termes.

Conclusion : Le pouvoir de la situation sur le déploiement de la compétence éthique

46De ce regard posé sur les conditions de déploiement de la compétence éthique, il ressort que celle-ci n’est une capacité ni uniquement individuelle, ni complètement stable dans le temps. La compétence éthique n’est ainsi jamais un acquis et son exercice est hautement dépendant des interactions entre les acteurs et les divers éléments des situations et contextes dans lesquels ils se trouvent. Ces interactions impliquent toujours par ailleurs l’exercice de pouvoirs, qui sont de nature fort variée, en plus d’être complexes et dynamiques comme nous avons pu le voir. On pourrait conséquemment avancer que l’exercice de la compétence éthique se révèle à la fois un élément et une résultante de cette même situation, dans la mesure où si elle a pu être déployée, c’est que la configuration des pouvoirs en situation a rendu possible ce déploiement. Et en se déployant, la compétence éthique transforme à son tour l’expérience et la situation, influençant ce faisant la façon dont s’exercent les pouvoirs.

47Envisagée sous ce jour, la compétence éthique n’est plus du tout l’action isolée que l’on tentait d’évaluer en termes de « bonne » ou de « mauvaise » conduite, pas plus qu’elle ne se résume à la capacité et à la volonté d’un acteur. Elle s’avère plutôt le résultat d’interactions et s’incarne dans un agir hautement collaboratif qui pourra mieux se déployer dans un contexte de pouvoirs partagés.

Haut de page

Bibliographie

Allen, Amy (2016), « Feminist Perspectives on Power », The Stanford Encyclopedia of Philosophy, [en ligne], https://plato.stanford.edu/archives/fall2016/entries/feminist-power/, (consulté le 19 juin 2017).

Ansell, Christopher K. (2011), Pragmatist Democracy. Evolutionary Learning as Public Philosophy, Oxford, Oxford University Press.

Arendt, Hannah (1972), Du mensonge à la violence, Paris, Calmann-Lévy.

Bachrach, Peter et Morton S. Baratz, (1962), « Two faces of power », The American Political Science Review, vol. 56, n4, p. 947-952.

Banerjee, Amrita (2008), « Follett’s Pragmatist Ontology of Relations: Potentials for a Feminist Perspective on Violence », Journal of Speculative Philosophy, vol. 22, no 1, p. 3-11.

Bazerman, Max H. et Ann E. Tenbrunsel (2011), Why we fail to do what’s right and what to do about it, Princeton, Princeton University Press.

Bégin, Luc (2011), « Le développement de la compétence éthique des acteurs organisationnels », dans Yves Boisvert (dir.), Éthique et gouvernance publique, Montréal, Liber. p. 213-229.

Braud, Philippe (2011), « Le pouvoir », dans Sociologie politique, 10e éd., Paris, LGDJ, p. 89-140.

Clegg, Stewart R., David Courpasson et Nelson Phillips (2000), Power and Organizations. Foundations for Organizational Science, Thousand Oaks, Sage Publications.

Clegg, Stewart R., Martin Harris et Harro Höpfl (dir.) (2013), Managing Modernity. Beyond Bureaucracy?, Oxford, Oxford University Press.

Courpasson, David (2000), L’action contrainte : organisations libérales et domination, Paris, Presses universitaires de France.

Crozier, Michel et Erhard Friedberg (1981). L’acteur et le système : les contraintes de l’action collective, Paris, Seuil.

Dewey, John ([1920] 2004), Reconstruction in Philosophy, New York, Dover Publications.

Follett, Mary Parker ([1924] 2013), Creative Experience, Mansfield Centre, Martino Publishing.

Foucault, Michel (2001), Dits et écrits, tome 1 : 1954 -1988, Coll. Quarto. Paris, Gallimard.

French, Marilyn (1986), La fascination du pouvoir, Paris, Acropole.

Girard, Diane (2007), « Culture organisationnelle, contexte d’affaires et prise de décision éthique », Gestion, vol. 32, p. 101-111.

Hardy, Cynthia (1996), « Understanding power: Bringing about strategic change », British Journal of Management, vol. 7, p. S3-S16.

Hildreth, Roudy (2009), « Reconstructing Dewey on power », Political Theory, vol. 37, n6, p. 780-807.

Joas, Hans, (2004), La créativité de l’agir, Paris, Éditions du Cerf.

Lacroix, André, Allison Marchildon et Luc Bégin (2017), Former à l’éthique en organisation: une approche pragmatiste, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Lombardo, Sebastiano et Ragnhild Kvalshaugen (2014), « Constraint-shattering practices and creative in organizations », Organization Studies, vol. 35, no 4, p. 587-611.

Pratt, Scott L. (2011), « American Power: Mary Parker Follett and Michel Foucault », Foucault Studies, vol. 11, p. 76-91.

Reynaud, Jean-Daniel (1997), Les règles du jeu : l’action collective et la régulation sociale, Paris, Armand Colin.

Rocher, Guy (1986), « Droit, pouvoir et domination », Sociologie et sociétés, vol. 18, n1, p. 33-46.

Roy, Robert (2012), La compétence éthique : Éléments de réflexion, Texte inédit.

Spector, Céline (1997), Le pouvoir, Coll. Corpus, Paris, GF Flammarion.

Urban Walker, Margaret (2003). Moral contexts, New York, Rowman & Littlefield Publishers.

Whipps, Judy D. (2014), « A Pragmatist Reading of Mary Parker Follett’s Integrative Process », Transactions of the Charles S. Peirce Society, vol. 50, no 3, p. 405-424.

Wolfe, Joel (2012), « Does pragmatism have a theory of power? », European Journal of Pragmatism and American Philosophy, vol. 4, n1, p. 120-137.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit ici d’une présentation beaucoup trop brève de ce courant philosophique, immensément plus riche et vaste que ce que ces quelques mots ne peuvent exprimer. Cependant, le but de ce texte n’étant pas de faire la synthèse du courant pragmatiste, mais bien de le mobiliser pour mieux éclairer la question du pouvoir lié à la compétence éthique, je référerai les lecteurs à la synthèse plus complète que nous en présentons dans Lacroix, Marchildon et Bégin (2017).

1 En guise de traduction de l’expression utilisée par les auteures Power-from-within.

2 Pour tenter de traduire l’expression anglophone empowerment.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma – Représentation des interactions entre types de pouvoir
URL http://ethiquepublique.revues.org/docannexe/image/2920/img-1.png
Fichier image/png, 38k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Allison Marchildon , « Le pouvoir de déployer la compétence éthique », Éthique publique [En ligne], vol. 19, n° 1 | 2017, mis en ligne le 17 juillet 2017, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2920 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2920

Haut de page

Auteur

Allison Marchildon

Allison Marchildon est professeure agrégée en éthique appliquée à l’Université de Sherbrooke. Elle est aussi membre de l’Institut d’éthique appliquée de l’Université Laval et du comité de direction de la revue Éthique publique. Elle a une formation interdisciplinaire en sociologie (Université du Québec à Montréal), en éthique appliquée (Université de Sherbrooke) et en gestion (HEC Montréal). Ses recherches portent sur les enjeux éthiques et politiques de problèmes publics actuels, notamment en matière d’activités économiques, et mobilisent l’éthique appliquée, la philosophie pragmatiste ainsi que la sociologie politique et des organisations.

Côté publications, elle codirige l’ouvrage collectif Quels lendemains pour la responsabilité ? qui paraîtra sous peu, et a notamment coécrit Former à l’éthique en organisation : une approche pragmatiste (2017) avec André Lacroix et Luc Bégin, Quelle éthique pour la finance ? Portrait et analyse de la finance socialement responsable (2013), avec André Lacroix, ainsi que le Petit manuel d’éthique appliquée à la gestion publique (2003), avec Yves Boisvert, Georges A. Legault et Magalie Jutras.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org