Navigation – Plan du site

Présentation

Définir la compétence éthique et réfléchir à son enseignement et son opérationnalisation
André Lacroix et Marie-Claude Boudreau

Texte intégral

1La notion de compétence en milieu de travail est presque devenue un mot culte depuis le milieu des années 1990. Dans la foulée des réformes en éducation qui ont eu cours un peu partout en Occident, on a en effet mis de plus en plus l’accent sur la compétence plutôt que sur la connaissance et les savoirs dans les différents programmes scolaires, mais aussi dans les milieux de travail. À ce premier mouvement de réforme s’est ajoutée la transformation du monde du travail qui oblige travailleurs et professionnels à se mettre continuellement à jour quant aux connaissances en perpétuel changement. De telles évolutions ont obligé les gestionnaires à s’interroger sur les modes de gestion et sur la manière d’encadrer le travail.

2C’est pour s’ajuster à cette nouvelle réalité que, sous l’impulsion de l’OCDE, de nouveaux systèmes de gestion ont été déployés dans l’administration publique, lesquels ont bien sûr repris cette idée de compétence. Il fallait non seulement former des agents publics, mais il fallait aussi les doter d’un ensemble de compétences pour leur permettre d’être tout à la fois plus autonomes et efficaces, ce qui a engendré un ensemble de problèmes que d’aucuns ont qualifiés de problèmes éthiques. Ces problèmes résultaient en effet d’un ensemble de conflits de valeurs que les nouveaux impératifs managériaux ont fait saillir sans fournir aux gestionnaires les outils requis pour les traiter.

3C’est dans un tel contexte que l’expression de compétence éthique a fait surface. Par rapport à ce nouvel ensemble de problèmes, ne fallait-il pas en effet répondre par le développement de nouvelles compétences, dont la compétence éthique ? Mais, au fait, qu’est-ce qu’être compétent sur le plan éthique ? Et quelles sont les conditions permettant le développement de cette compétence ? Ces conditions incombent-elles aux seules qualités morales des agents publics ou sont-elles tributaires du milieu dans lequel ces agents opèrent ? Et une fois cette compétence développée, a-t-elle pour vertu essentielle de permettre l’application des injonctions déontologiques, professionnelles et institutionnelles sans autre forme de questionnement ou, au contraire, a-t-elle pour fonction d’en susciter un nouveau ? Et si oui, à quel prix ? Autrement dit, la compétence éthique a-t-elle d’abord une fonction curative ou s’installe-t-elle dans une autre perspective pour aider à prévenir ? Ce sont ces questions qui ont été posées aux auteurs du présent numéro.

4Les textes de ce numéro d’Éthique publique ont été regroupés en trois sections. Ceux de la première section proposent de circonscrire le concept de compétence. Les auteurs dont les textes font partie de la seconde section s’interrogent sur l’enseignement de la compétence éthique : s’enseigne-t-elle ? Si oui, comment et à quelles conditions ? Les textes réunis dans la troisième et dernière section explorent les conséquences du déploiement de la compétence éthique en milieu de travail.

5Définir la compétence, et encore davantage la compétence éthique, pose d’importants problèmes conceptuels. C’est bien ce que nous font voir Jean-Louis Genard et Philippe Jonnaert. Genard souligne que de nouvelles manières d’appréhender l’espace public ont remis au centre du jeu la dimension morale de l’agent social. Pour reprendre ses termes, la nouvelle anthropologie de l’acteur capable et compétent nous oblige désormais à poser la question morale, celle qui nous permet de nous interroger sur la responsabilité de l’agent public, son imputabilité, bien sûr, mais aussi sur sa véritable capacité à assumer la dimension morale de ses actions. Ce texte riche sur le plan conceptuel, permet de bien camper le débat de la compétence, tant dans ses dimensions anthropologiques que sociologiques. Pour sa part, Jonnaert nous fait part des difficultés que rencontre quiconque souhaite définir la notion de compétence : est-elle technique, ou plus largement contextuelle ? Et peut-on s’entendre sur une seule définition du concept de compétence? Si oui, y aurait-il quelque chose comme une compétence éthique ? Si Jonnaert se résout à avancer une définition de la compétence, tout en nous prévenant qu’elle ne saurait être que temporaire, il hésite à défendre l’idée d’une compétence éthique. Il préfère le terme de vigilance éthique qui transcenderait le processus de développement d’une compétence. Mais n’est-ce pas là le propre de cette fameuse compétence éthique que de se poser en amont des autres compétences afin d’assumer une dimension critique ? À défaut de répondre à cette question, le texte de Domenico Masciotra fait en quelque sorte écho à cette question. Ce dernier affirme en effet que « l’agir réel, qui fonctionne et se développe en situation, traduit mieux ce qu’est une personne compétente que les savoirs et compétences qu’elle accumulerait hors situation » (résumé de son texte). En posant les choses ainsi, Masciotra fait implicitement apparaître cette dimension critique qui doit nécessairement accompagner le déploiement de la compétence. En ce sens, la compétence éthique se déploie plus qu’elle ne se conçoit ! Si cette notion de compétence se vit plus qu’elle ne se conçoit, elle est par essence difficilement saisissable, ce qui risque de créer d’importants problèmes pour quiconque voudra l’enseigner, l’évaluer ou la déployer en milieu de travail comme à l’école.

6Fort de ces précisions définitionnelles, nous avons cru bon de nous interroger sur la possibilité d’enseigner la compétence éthique, et sur les moyens d’y parvenir dans un contexte où l’OCDE recommande fortement l’adoption d’une approche par compétences, en même temps qu’elle préconise le développement de la compétence éthique des agents publics et des élèves. Guy Le Boterf, qui est sans contredit un des précurseurs de cette notion de compétence et de l’approche par compétences, soulève à nouveau quelques doutes sur la popularité qu’a connu le concept au cours des dernières décennies. Après avoir bien expliqué l’émergence de cette notion, de même que les rectifications successives qu’il a proposées pour faire évoluer le concept, il insiste sur l’importance de bien distinguer les notions de professionnalisme et d’éthique avec celle de compétence. Étienne Jay et Grégory Aiguier font en quelque sorte écho aux appréhensions de Le Boterf en proposant de décentrer l’enseignement de la compétence : plutôt que de l’aborder sur le mode traditionnel de la transmission des savoirs, ils suggèrent de traiter ce concept en le considérant comme un processus, comme une enquête. Pour Aiguier, cette dernière implique de prendre en considération les conditions du milieu, lequel devrait alors être « capacitant », favorisant ainsi l’apprentissage de la compétence éthique. Pour le dire autrement, l’enseignement de la compétence ne passerait pas tant par la transmission d’un savoir que par le développement d’habiletés, d’aptitudes et d’attitudes. C’est ce que nous suggère Jay qui, tout comme Aiguier, situe le développement et l’enseignement de ce concept à partir de travaux réalisés par les philosophes pragmatistes, dont John Dewey.

7Dans la dernière section, nous avons regroupé trois textes qui présentent, non pas tant ce qu’est la compétence éthique que ce qu’elle peut engendrer si elle est appliquée en milieu de travail, de même que les problèmes que son application peut rencontrer si elle est trop rapidement intégrée dans les référentiels de compétence habituellement défendus par les grandes organisations. Le premier texte de cette section est justement celui de Marie-Claude Boudreau qui montre que la compétence éthique est de plus en plus intégrée dans le référentiel de compétences mis en avant dans les grandes organisations canadiennes publiques et privées sans toutefois que les défenseurs de cette approche aient pris soin de définir ce concept. Cette absence de définition a mené à d’importants quiproquos et l’usage de ces référentiels pour « gérer » la compétence éthique des employés et des cadres a alors posé de nombreux problèmes dont on doit prendre la mesure si l’on veut prétendre développer la compétente éthique. Ce sont ces problèmes que l’auteure identifie pour insister sur l’importance d’en tenir compte, à défaut de les résoudre, pour quiconque souhaite former à la compétence. Dans la même veine, Allison Marchildon insiste sur le fait qu’introduire la notion de compétence éthique en milieu de travail nous oblige à revoir notre manière de concevoir l’agir moral tout en soulignant l’importance de prendre en compte les obstacles que les milieux de travail traditionnels peuvent opposer au déploiement de cette dernière. Dans les faits, Marchildon nous fait voir que c’est notre rapport à l’autorité et au pouvoir qui sera alors remis en question. Rien de moins. Le déploiement de la compétence éthique n’est donc pas une mince affaire et si nous prenons ce concept au sérieux, il ne peut être traité sur le plan technique, comme une simple technique de travail et de gestion. Il est plutôt un levier d’insertion de la démocratie en milieu de travail et porteur d’émancipation. C’est ce que le dernier texte, celui d’André Lacroix, cherche à montrer. Dès lors, la compétence éthique ne peut être abordée sous le seul angle de la moralisation des comportements et de la lutte contre la délinquance comme on le fait trop souvent dans les administrations publiques. Il s’agit plutôt d’un concept émancipateur et critique qui outille le travailleur, le professionnel et l’agent public à assumer sa fonction créatrice et critique lorsqu’il est confronté à des situations singulières.

8Les textes réunis dans le présent numéro d’Éthique publique sont loin de clore le débat relatif aux notions de compétence et de compétence éthique ainsi qu’à son enseignement. Loin de là. Ils nous permettent néanmoins de retracer l’histoire du concept et d’identifier les défis que cette notion pose à tout formateur souhaitant l’enseigner et à toute organisation souhaitant la promulguer comme outil de gestion. Ils nous permettent également de concevoir les limites de cette notion lorsqu’elle est trop rapidement utilisée et interprétée sur une base technique et sa richesse, pour peu qu’on la campe dans une perspective pragmatiste comme le proposent plusieurs auteurs. Ils permettent enfin d’apercevoir sa dimension émancipatrice, ce que l’on a peu abordé au fil des dernières années. Ces textes soulignent surtout que l’éthique doit – plus que jamais – dépasser les approches moralisatrices et déontologiques pour véritablement se laisser appréhender sous son angle critique.

9À ce dossier thématique s’ajoute un texte dans la rubrique Zone libre sur la gestion de l’éthique dans les organisations québécoises. Sur la base d’une étude quantitative portant sur la présence et la perception des pratiques et des programmes d’éthique mis en place dans les organisations québécoises, les trois auteurs du texte – Joé T. Martineau, Thierry C. Pauchant et Maryse Tremblay – proposent une classification qui permet à la fois de qualifier les approches utilisées en entreprise et de discuter de la composition des programmes d’éthique organisationnelle que les auteurs regroupent en six types d’orientation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Lacroix et Marie-Claude Boudreau , « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 19, n° 1 | 2017, mis en ligne le 11 juillet 2017, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2874

Haut de page

Auteurs

André Lacroix

André Lacroix est professeur titulaire au Département de philosophie et d’éthique appliquée à l’Université de Sherbrooke et a été directeur de la Chaire d’éthique appliquée de 2004 à 2014. Il est aussi chercheur associé à l’Institut d’éthique appliquée de l’Université Laval.

Il a publié plusieurs articles, chapitres de livre et livres dont les plus récents sont Former à l’éthique en organisation (PUQ, 2017), rédigé en collaboration avec Allison Marchildon et Luc Bégin; Marchés publics à vendre (éditions Liber, 2015), ouvrage collectif dirigé avec Yves Boisvert ; Quand la philosophie doit s’appliquer (éditions Hermann, 2014); Quelle éthique pour la finance ? rédigé avec Allison Marchildon (PUQ, 2013); Redéployer la raison pratique (2011) et Critique de la raison économiste (2009) chez Liber.

Il mène également des recherches sur les fondements épistémologiques et sociologiques de l’éthique, et s’intéresse de près aux mécanismes de régulation éthique dans l’espace public (administration publique, administration de la justice et régulation marchande), de même qu’aux mécanismes institutionnels permettant la prise en compte de l’éthique dans les délibérations privées et publiques (approches renouvelées de la démocratie).

Articles du même auteur

Marie-Claude Boudreau

Marie-Claude Boudreau est doctorante en philosophie pratique à l’Université de Sherbrooke, où elle est également chargée de cours en éthique à la Faculté des lettres et sciences humaines et à la Faculté de médecine. Ses recherches portent sur l’intervention en éthique et le développement de la compétence éthique en milieu de travail. Depuis 2004, Marie-Claude Boudreau accomplit divers mandats de consultation et de formation en éthique au sein des gouvernements fédéral, provincial et municipal, ainsi que dans le secteur communautaire et parapublic.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org