Navigation – Plan du site
Les approches conceptuelles et méthodologiques

Vers un cadre conceptuel socio-constructionniste pour appréhender l’acceptabilité sociale

Sofiane Baba

Résumés

Les controverses impliquant entreprises et communautés locales autour de grands projets de développement défraient l’actualité. Dans le contexte actuel de multiplication des controverses socio-économico-environnementales et de demande grandissante d’implication de la société civile dans la prise de décision liée aux projets dits de développement, le concept d’acceptabilité sociale s’impose comme un défi de gestion dans le microsome des promoteurs de projets majeurs, des décideurs publics et dans la sphère médiatique. Ces enjeux – qui introduisent de nouvelles formes d’incertitudes managériales et sociotechniques – donnent lieu à de nouveaux défis théoriques pour la recherche en management. Ainsi, notre étude suggère d’ancrer l’acceptabilité sociale dans les développements récents du socioconstructivisme, offrant une nouvelle conceptualisation de ce concept sur la base de la production interactive d’ordres négociés. Ce faisant, notre cadre conceptuel permet une meilleure compréhension du processus par lequel les entreprises et les parties prenantes locales négocient leurs champs d’actions, et du processus par lequel les entreprises parviennent à développer et à cultiver l’acceptabilité sociale de leurs projets en développant et en maintenant des formes organisationnelles hybrides favorisant la cohabitation de plusieurs logiques d’action.

Haut de page

Texte intégral

1Au cours des dernières années, les questions liées aux relations entreprises-communautés se sont imposées comme des enjeux majeurs de gestion des entreprises, particulièrement dans le secteur industriel et des ressources naturelles. Ces tensions ont des coûts qui paralysent temporairement, et parfois de façon permanente, les activités de l’entreprise. Si, jusque récemment, les communautés toléraient d’être exposées aux nuisances occasionnées par les activités des entreprises en échange de la création d’emplois (Delannon et al., 2011), cet avantage seul ne représente plus une source d’acceptabilité sociale durable. La notion d’acceptabilité sociale s’est ainsi répandue et a été mise en avant comme une nouvelle conception des relations entre entreprises, société civile et pouvoirs publics (Gendron, 2014 ; Moffat et Zhang, 2014 ; Prno et Slocombe, 2012).

2Ces défis organisationnels de controverses socio-économico-environnementales et de demande grandissante d’implication de la société civile dans la prise de décision liée aux projets de développement économique représentent un aspect important de la responsabilité sociale de l’entreprise qui est souvent négligé par les recherches en responsabilité sociale des entreprises (RSE) et en gestion des parties prenantes (Baba et Raufflet, 2015). Ce faisant, des recherches récentes indiquent que de telles préoccupations sont significatives dans certaines industries où les impacts sont à la fois majeurs localement et de longue durée (Deschamps et Ménard, 2011 ; Ernst et Young, 2012).

3Récente dans la littérature scientifique, la notion d’acceptabilité sociale a d’abord été développée par les praticiens avant de recevoir une attention croissante depuis une décennie de la part des universitaires (Gendron, 2014 ; Raufflet et al., 2013). Notre compréhension de l’acceptabilité sociale étant limitée et particulièrement sous-théorisée (Batellier, 2015 ; Lacey et Lamont, 2013), l’acceptabilité sociale attire l’attention des chercheurs et des revues scientifiques francophones qui y ont récemment consacré deux numéros spéciaux (voir le dossier spécial de Vertigo [en cours de publication] et le présent exemplaire de la revue Éthique publique, 2016).

4Dans cet esprit, et en réponse aux appels de plusieurs chercheurs pour une plus grande attention de construction théorique sur cette notion (Lacey et Lamont, 2014 ; Raufflet et al., 2013), les objectifs de cet article sont : de démontrer que l’acceptabilité sociale présente des caractéristiques spécifiques qui font appel à un cadre théorique à caractère constructionniste pour mieux comprendre pourquoi certaines parties prenantes peinent à se mettre d’accord ; et – plus important encore – d’explorer comment des parties prenantes aux relations conflictuelles parviennent à négocier et à converger vers une acceptabilité sociale ponctuelle. Ainsi, nous proposons un cadre d’analyse pour la compréhension des enjeux d’acceptabilité sociale sur la base d’une hybridation théorique de l’approche des économies de la grandeur (Boltanski et Thévenot, 1991), de la sociologie de la traduction (Callon, 1986 ; Latour, 1995) et de l’ordre négocié (Strauss, 1978). Plus précisément, notre étude tente de cerner des approches théoriques à mobiliser pour analyser les liens entre controverses et acceptabilité sociale et d’en déterminer les champs d’application, les enjeux, et les limites.

5Par ailleurs, par rapport au caractère bien souvent statique du corpus portant sur l’acceptabilité sociale (Baba et Raufflet, 2015 ; Fortin et Fournis, 2014), nous suggérons dans cet article d’aller au-delà de cette vision statique et figée des relations entreprises-parties prenantes locales et d’ancrer notre conception de l’acceptabilité sociale dans une approche socio-constructionniste qui propose les bases d’une théorisation de l’acceptabilité sociale basée sur la construction interactive d’ordres négociés. D’ailleurs, d’autres études concluantes ont déjà mobilisé une approche socio-constructionniste pour appréhender l’interface entre la société et l’entreprise (Labelle, 2005 et 2006). Nous positionnons ainsi notre réflexion dans cette perspective épistémologique et théorique.

Les soubassements définitionnels et épistémologiques de l’acceptabilité sociale

Origines de l’acceptabilité sociale et esquisse d’une définition

6L’acceptabilité sociale a émergé au début des années 2000 et sa définition ne fait pas l’unanimité parmi ses tenants (Batellier, 2015 ; Fortin et Fournis, 2014 ; Shindler et Brunson, 2004 ; Slack, 2008). En effet, bien que le terme lui-même ait été principalement utilisé durant la dernière décennie dans les industries extractives, l’acceptabilité sociale suscite actuellement un intérêt croissant dans le milieu de la recherche et de la consultation (Lacey et Lamont, 2014 ; Raufflet et al., 2013). De plus, la littérature sur l’acceptabilité sociale est fragmentée et la plupart des définitions ont été élaborées par des praticiens et des consultants, ainsi que par des institutions financières internationales, des sociétés d’investissement et des dirigeants d’entreprises (Raufflet et al., 2013). Depuis quelques années, de nouvelles définitions plus complètes ont vu le jour dans les revues scientifiques (Fortin et Fournis, 2014 ; Gendron, 2014).

7L’acceptabilité sociale est le plus souvent associée à des entreprises opérant dans les industries extractives et industrielles dont les activités provoquent des nuisances environnementales pour les communautés locales (Prno et Slocombe, 2012). Également nommée licence sociale pour opérer, en comparaison avec la licence légale d’opérer qui se concentre sur les autorisations gouvernementales, l’acceptabilité sociale réfère à la perception des parties prenantes locales qu’un projet, une entreprise ou une industrie est socialement acceptable ou légitime (Thomson et Boutilier, 2011).

8Plusieurs facteurs sociaux et structurels ont contribué à l’émergence et à l’importance du concept d’acceptabilité sociale. Il convient tout d’abord de mettre en évidence l’évolution des attentes des communautés locales par rapport aux entreprises qui opèrent dans leur région, qui sont de plus en plus exigeantes en matière de maximisation des retombées locales. Ces attentes dépassent la simple création d’emplois et s’étendent à la promotion de la formation, la répartition des richesses, le transfert du savoir-faire et l’habilitation des communautés locales (Delannon et al., 2011 ; Lauzon, 2011). En effet, l’intensification des préoccupations de la société à l’égard d’un développement plus respectueux de l’environnement et des communautés locales ces dernières décennies a généré une surveillance plus marquée des activités organisationnelles (Thomson et Joyce, 2006). Compte tenu du caractère nocif de certains projets (projets miniers à ciel ouvert, hydroélectriques, infrastructurels, etc.) qui transforment de façon presque irréversible le paysage local et son écosystème (Baba et Raufflet, 2014), les parties prenantes locales et la société civile dans son ensemble sont maintenant portées à exiger la négociation des risques et des bénéfices des projets (Prno et Slocombe, 2012).

9De plus, il faut noter l’émergence d’une société plus polycentrique, notamment avec l’apparition des organisations non gouvernementales comme contre-pouvoir à l’État et aux entreprises, et dans laquelle l’information circule davantage entre les échelons local, national et mondial grâce aux nouvelles technologies de l’information et des communications (Carroll et al., 2012). Dans nombre de pays, cette décentralisation combinée avec un accès plus facile à l’information renforce la capacité d’action des communautés et des autorités locales (Zandvliet et Anderson, 2009). Ce phénomène a notamment été intensifié par la démocratisation médiatique et l’avènement d’Internet qui rend l’accès à l’information infini au-delà des barrières temporelles, linguistiques, géographiques, idéologiques et politiques (Prno et Slocombe, 2012). Les médias sociaux témoignent de cette prise de pouvoir médiatique par les parties prenantes (Martell et Patran, 2014).

10Un autre facteur trouve sa source dans les limites des approches traditionnelles des entreprises en matière de relations entreprises-communautés, qui ont pendant longtemps été gérées par l’entremise des services de relations publiques (Séguin, Hafsi et Demers, 2008), ou par une approche paternaliste et philanthropique envers le milieu local (Labelle et Pasquero, 2006). Ces approches traditionnelles tendaient à consolider un modèle de relations qui cultivait la dépendance des communautés locales à l’entreprise. Toutefois, ces approches classiques ne fonctionnent plus dans ce nouveau contexte ; elles doivent donc être remplacées par un modèle au centre duquel les enjeux locaux doivent être présents et dans lequel l’entreprise n’agit qu’en tant qu’acteur facilitateur et partie prenant (Baba, 2012).

Les enjeux théoriques de l’acceptabilité sociale

11Les controverses sociotechniques ont été largement étudiées par les sociologues des sciences (Akrich, Callon et Latour, 2006 ; Callon, 1986 ; Callon, Lascoumes et Barthe, 2001), mais les implications et les conséquences de ces controverses pour la gestion organisationnelle et la pratique du management demeurent sous-explorées. (Callon, Lascoumes et Barthe, 2001) suggèrent que les enjeux liés à l’acceptabilité sociale renvoient à une remise en question d’un modèle rationaliste de gestion et de prise de décision, un modèle où le savoir technique des experts domine. Ladite remise en question prend ainsi la forme d’une controverse – mobilisations, manifestations – impliquant un jeu d’arguments et de justifications qui se matérialise en une démarche d’expertise pluraliste où citoyens, promoteurs, experts, acteurs politiques et économiques occupent une place centrale (Callon, Lascoumes et Barthes, 2001).

12D’un point de vue théorique, l’acceptabilité sociale renvoie à deux traditions dans la littérature de gestion (Raufflet et al., 2013), soit une extension des recherches sur la RSE qui se concentre sur les entreprises qui adoptent des pratiques au bénéfice de leurs communautés au-delà de la conformité aux lois et règlements en vigueur, soit la théorie des parties prenantes (TPP) qui s’intéresse à la recherche de légitimité des entreprises à travers une gestion de leurs relations avec leurs parties prenantes. Alors que la première tradition présente l’acceptabilité sociale comme le résultat immédiat des efforts des entreprises en matière d’activités RSE (Kraisornsuthasinee et Swierczek, 2009), la seconde conçoit plutôt l’acceptabilité sociale comme un contrat social qui lie l’entreprise à ses parties prenantes.

13Les enjeux d’acceptabilité sociale sont souvent abordés sous le spectre de la TPP qui, depuis une vingtaine d’années, fait l’objet d’une attention particulière dans la littérature en management. En effet, depuis sa première conceptualisation dans le champ scientifique par Freeman (1984), la TPP, souvent perçue comme une manière d’appréhender l’environnement d’une entreprise dans une optique de responsabilité sociale, a été au cœur de nombreux développements théoriques (Donaldson et Preston, 1995 ; Gond et Mercier, 2004). La TPP a également été mobilisée dans le champ du management stratégique avant de devenir incontournable dans les réflexions axées sur les systèmes de gouvernance des entreprises (Mercier, 2001). Plus récemment, elle a souvent été utilisée pour organiser les responsabilités de l’entreprise vis-à-vis des différents groupes présents dans son environnement (Freeman, 1984). D’ailleurs, la TPP a été initialement conçue pour offrir une nouvelle conception de l’entreprise, présumée être attentive et entreprenante par rapport aux nouveaux défis sociétaux contemporains (Pedersen, 2006). En effet, les premières réflexions organisées autour de la TPP émanent de la volonté de jouer avec le terme d’actionnaire (stockholder) afin d’indiquer que d’autres parties prenantes ont également un intérêt (stake) dans l’entreprise. La TPP cherche donc à remplacer la vision classique de l’entreprise, dénommée stockholder theory, qui affirme que les dirigeants sont dans la seule obligation d’agir dans les intérêts de leurs actionnaires (Gond et Mercier, 2004).

14Si la TPP constitue un point de départ incontournable pour comprendre les enjeux d’acceptabilité sociale, il n’en demeure pas moins qu’elle présente des faiblesses importantes qui nécessitent un enrichissement. En effet, cette théorie a fait l’objet de nombreuses critiques ; elle a été qualifiée comme étant réductionniste, firmo-centrée et sous-conceptualisée, voire statique puisqu’elle est incapable de suivre l’évolution des enjeux entre acteurs (Pasquero, 2008). Ce dernier point est particulièrement dommageable puisque les enjeux d’acceptabilité sociale, de par leur nature, devraient s’inscrire dans une logique processuelle où les acteurs négocient en vertu de leurs intérêts et des représentations qu’ils en font. Ainsi, la littérature sur lacceptabilité sociale présente plusieurs limites.

15La première a trait à son caractère flou ; cette notion est relative dans le temps et dans l’espace et liée aux perceptions d’un groupe – la communauté – dont les contours sont eux-mêmes flous (Dunham, Freeman et Liedtka, 2006). La deuxième porte sur son contenu en tant que tel, qui se concentre principalement sur des approches de gestion de conflits prenant en compte la prévention et la résolution. Nombre de manuels d’acceptabilité sociale se concentrent sur des pratiques de gestion de relations (Conseil patronal de l’environnement du Québec, 2012 ; Raufflet, 2014). Ils proposent des approches et des pratiques qui proviennent souvent de techniques de médiation et de résolution de conflits, et qui se concentrent essentiellement sur l’amélioration de la relation avec certaines parties prenantes jugées importantes (Mitchell, Agle et Wood, 1997). La troisième limite porte sur la courte durée de ces préconisations. Une partie essentielle des recommandations a trait aux pratiques visant à obtenir l’acceptabilité sociale au début du projet pour le démarrer, mais la construction de relations à long terme est une préoccupation souvent absente (Baba et Raufflet, 2014). En définitive, les recommandations qui proviennent de la pratique et de la consultation en gestion ont du mal à dépasser le niveau de l’action managériale et n’incluent pas une vision plus large des relations entreprises-communautés locales orientée vers un développement résilient (Raufflet, 2014).

16Ces considérations faites, il convient de noter que plusieurs études récentes mettent en avant la nécessité dappréhender lacceptabilité sociale dans une logique processuelle (Aitken, 2010 ; Baba et Raufflet, 2015 ; Fortin et Fournis, 2014 ; Gendron, 2014). Ces études représentent plutôt une exception qu’une norme caractérisant le corpus portant sur lacceptabilité sociale. Cest particulièrement dans cette optique que cet article vise à approfondir la perspective processuelle de lacceptabilité sociale en proposant une conceptualisation de lacceptabilité sociale sinscrivant dans un paradigme socio-constructionniste (Pasquero, 2008).

Vers les caractéristiques d’un cadre théorique

17Les enjeux d’acceptabilité sociale présentent des caractéristiques spécifiques qui devraient orienter les ancrages théoriques choisis pour les aborder. Au moins trois conditions doivent être satisfaites.

18La première a trait à une conception politique qui se concentre sur les intérêts des acteurs et leurs représentations, ainsi que sur les relations de pouvoir qui lient les acteurs les uns aux autres à des fins de négociation. Les controverses environnementales, sociales ou économiques, à l’instar de celles liées aux organismes génétiquement modifiés en Europe, le mouvement Occupy Wall Street aux États-Unis ou encore celle des gaz de schistes au Québec et ailleurs dans le monde, défraient l’actualité. Ces controverses impliquent généralement des groupes concernés par l’enjeu – communément appelés parties prenantes – souhaitant prendre part entière à la prise de décisions entourant les projets qui les influencent de près ou de loin (Callon et al., 2001). Elles se manifestent à la suite de la mobilisation d’acteurs aux valeurs et intérêts souvent divergents, et aux savoirs technique, scientifique et expérientiel variés et parfois complémentaires. Ce faisant, les controverses soulèvent des enjeux de légitimité et de pouvoir qui dépassent dans bien des cas le simple enjeu technique ou financier des projets ; les controverses deviennent ainsi des champs d’action et de négociation où plusieurs acteurs négocient les frontières de plusieurs questions autour de plusieurs enjeux (Fournier, 2009).

19La seconde relève d’un ancrage constructionniste puisque les caractéristiques de l’acceptabilité sociale – à savoir les enjeux, les représentations sociales, les intérêts des acteurs et la négociation permanente – sont socialement construites par les acteurs. En ce sens, le cadre théorique développé devrait tenir compte de cette réalité. En effet, les controverses deviennent des enjeux de gestion pour les promoteurs de grands projets en ce que les gestionnaires et les promoteurs doivent continuellement se préoccuper de l’acceptabilité sociale de leur projet. Cette tendance est souvent envisagée de manière statique et figée : les promoteurs doivent gérer les controverses à l’aide d’outils de relations publiques et de gestion des conflits. En revanche, nous arguons que les controverses et la démarche dite d’acceptabilité sociale devraient être envisagées de manière plus dynamique, en tant que processus interactif et continu de négociations des champs d’action et de transformation des rapports sociaux (Lemieux, 2007).

20La troisième et dernière condition concerne l’analyse des processus. Le cadre théorique que nous développons devrait permettre d’aborder les diverses dimensions du concept d’acceptabilité sociale, sous sa forme environnementale, économique, sociale, etc., mais aussi de traiter des aspects tant descriptifs que normatifs. Ainsi, le repérage des processus devrait clarifier les enjeux d’acceptabilité sociale, proposer des modèles processuels, catégoriser les stratégies menant vers cette acceptabilité et leurs conditions, voire proposer des pistes d’action aux entreprises pour mieux relever ce défi.

Trois ancrages théoriques pour trois niveaux d’analyse : conditions initiales, processus de négociation et résultats

21La section précédente nous a permis d’expliciter les caractéristiques épistémologiques d’un cadre théorique renouvelé pour appréhender l’acceptabilité sociale. Il convient à présent de la conceptualiser. Pour ce faire, nous proposons trois ancrages théoriques qui répondent en fait à trois niveaux d’analyse qui nous permettent de cerner l’acceptabilité sociale. Le premier niveau représente les conditions initiales, c’est-à-dire le contexte dans lequel se trouvent les acteurs, les débats menés, les enjeux négociés, etc. Le deuxième niveau renvoie au processus de négociation et à l’interaction entre les acteurs concernés, entièrement dépendante des conditions initiales précédentes. Enfin, le troisième niveau est lié aux résultats du processus de négociation : les acteurs parviennent-ils à se mettre d’accord sur un principe supérieur commun ou, au contraire, renforcent-ils la controverse ?

22Les trois ancrages théoriques mobilisés ne sont pas mutuellement exclusifs à un niveau d’analyse spécifique. En revanche, ils sont mobilisés dans cet article en tant que théories complémentaires qui permettent de mieux comprendre l’enjeu d’acceptabilité sociale. Nous expliquons ci-après la complémentarité de ces trois théories et justifions leur choix.

23Ce découpage temporal en trois phases a déjà été mobilisé dans une approche socio-constructionniste par Labelle (2006) dans l’étude de la performance sociétale, Labelle et Pasquero (2006) autour de l’évolution des relations entreprises-communautés, et par Vera (2010) dans l’analyse du processus de construction d’une certification verte dans le secteur minier artisanal.

La théorie de l’ordre négocié

24Originalement développé par Strauss (1978) dans le cadre d’une étude portant sur deux hôpitaux psychiatriques, l’ordre négocié a rapidement été considéré comme une façon intéressante de concevoir l’organisation et la société dans son ensemble (Beaulieu et Pasquero, 2002). Strauss a l’intention avec cette théorie de pallier les critiques généralement formulées envers les interactionnistes, accusés de négliger les structures sociales et de se limiter à l’analyse microsociale. Il argue que cette approche permet de lier interaction et structure et de rapprocher les niveaux d’analyse micro, méso et macro. D’ailleurs, pour Strauss, cette approche s’appliquerait à toutes les sphères sociales, des petits groupes aux États-nations (Strauss, 1978). Il avance que le processus de négociation est au cœur de l’ordre social et du changement social. Cette théorie est donc a priori adaptée si l’on s’intéresse au changement social, aux négociations entre acteurs et à l’établissement d’un ordre négocié.

25À la base de cette théorie interactionniste se trouve la question que se pose Strauss (1993) dans son ouvrage Continual permutations of action, à savoir comment un ordre social naît et se maintient dans le temps. Strauss explique que, dans toutes les sphères de la société, un ordre négocié résulte des processus de négociation auxquels participent des acteurs aux intérêts divergents. Grâce à un processus interactionnel et dynamique, le jeu de négociation de ces acteurs donne lieu à un ordre négocié, qui se définit comme un « ensemble de règles et d’arrangements permettant au système organisationnel de fonctionner et de se développer » (Delmas, 2008 : 597). Ayant servi de fil conducteur à la sociologie interactionniste américaine, l’action est au centre de cette théorie qui perçoit l’ordre social comme étant en constante négociation entre les acteurs à travers des processus de négociation et d’action. Strauss (1993) s’intéresse ainsi principalement à la dynamique des ordres négociés et donc aux acteurs et aux processus d’interaction.

26Dans son paradigme de la négociation, Strauss présente deux volets à toute négociation : le contexte structurel et le contexte local (aussi appelé contexte immédiat). Alors que le contexte structurel relève d’éléments fixes existant avant la négociation et qui encadrent des négociations (secteur, lieux, accords, règles institutionnelles, etc.), les caractéristiques du contexte immédiat renvoient quant à elles aux éléments appropriés au moment de la négociation (acteurs, lieu, temporalité, durée, modes d’action, etc.). Selon Strauss (1978), l’analyse de toute négociation doit prendre en considération tant le contexte local que structurel. Il insiste sur le fait que les caractéristiques du contexte local d’une négociation ne sauraient être pertinemment comprises sans considérer le contexte structurel parallèlement.

27En définitive, l’approche de l’ordre négocié de Strauss repose sur trois caractéristiques principales. Premièrement, tout changement influant sur l’ordre social nécessite une négociation qui débouche sur un nouvel ordre négocié, défini par Strauss (1993) comme étant l’ensemble des règles, accords, ententes et conventions partagés par des acteurs. Deuxièmement, les ordres négociés entre acteurs ne sont jamais définitifs. Au contraire, les éléments de l’ordre négocié se constituent de façon incrémentale au cours des processus de négociation. Leur évolution est perpétuelle et dépend tant du contexte local que structurel de la négociation. Troisièmement, l’ordre négocié représente l’ensemble des efforts individuels et collectifs régissant les processus interactionnels entre les acteurs concernés.

Tableau 1 - Présentation de la posture épistémologique de l’ordre négocié, de ses avantages et limites

Posture épistémologique et conceptuelle

  • L’approche de l’ordre négocié se base sur le postulat selon lequel l’entreprise et son environnement co-créent l’ordre négocié ;

  • L’ordre négocié nous permet de concevoir la relation entreprise-environnement dans une optique constructionniste ;

  • Cette approche s’intéresse ainsi aux acteurs et aux divers processus interactionnels qui aboutissent à un ordre négocié. Elle identifie donc l’ordre social comme une négociation permanente.

Avantages

  • Allant à l’encontre d’une vision mécaniste des organisations (les règles formelles, institutions et routines lient les acteurs), l’ordre négocié nous donne la chance de voir le caractère dynamique et négocié de la réalité sociale ;

  • En mettant l’accent sur les contextes structurel et local, cette théorie permet d’avoir une vue d’ensemble de la réalité sociale et organisationnelle en mettant l’accent sur les acteurs, leurs intérêts, mais aussi les contextes dans lesquels s’inscrivent leurs actions et interactions ;

  • Enfin, l’ordre négocié s’intéresse également au résultat de processus d’interaction complexes où les acteurs occupent un rôle capital dans la situation dans laquelle ils sont engagés et où la réalité sociale est continuellement adaptée, remaniée et négociée.

Limites

  • Cette théorie n’offre pas un réel bagage conceptuel nous permettant de catégoriser les données empiriques de manière convaincante en raison de son approche purement inductive ;

  • De plus, alors que l’ordre négocié s’intéresse au changement social, cette approche n’explique pas les différentes modalités de coordination entre acteurs.

L’approche des économies de la grandeur

28L’approche des économies de la grandeur (EG) vise à comprendre la coordination des actions, la dynamique de négociation, l’atteinte d’accords et la réalisation de conventions entre les individus. En effet, dans la continuité des travaux initiateurs au sein des études organisationnelles, les concepts développés par la théorie des EG sont de plus en plus mobilisés ces dernières années dans le courant institutionnel, et de nombreux travaux sont ainsi parvenus à éclairer des processus institutionnels en les liant aux justifications proposées par ce cadre conceptuel (Gond et al., 2015 ; Huault et Taupin, 2012 ; Patriotta, Gond et Schultz, 2011).

29Malgré ses faiblesses empiriques inhérentes et son aveuglement quasi total envers les approches antérieures, cette théorie apporte un éclairage intéressant sur la question de coordination entre individus, son thème principal. Elle se fonde ainsi sur un postulat relativement simple : pour qu’il y ait échange, coordination et coopération entre des individus, des conventions doivent exister entre eux, soit « un système d’attentes réciproques entre les personnes sur leurs comportements » (Amblard et al., 1996). En rejetant l’opposition entre la sociologie et l’économie, Boltanski et Thévenot (1991) considèrent ainsi l’entreprise comme un espace où cohabitent règles et circulation de biens. Ces auteurs avancent plusieurs postulats, dont deux sont essentiels à la compréhension du modèle : les situations au travail ne peuvent s’expliquer et s’analyser qu’à partir de la représentation qu’en donnent les personnes concernées ; les personnes concernées sont compétentes pour évaluer la nature des situations dans lesquelles elles se trouvent.

30Comme l’affirment Amblard et al., (1996), l’approche des EG s’avère éclairante pour analyser la coordination de plusieurs acteurs autour d’un enjeu. Elle permet de prendre en considération la multitude de logiques dans un espace social. Les acteurs concernés par une controverse avancent diverses justifications pour légitimer leurs actions et, à chaque fois, des formes d’accords sont nécessaires pour se coordonner. Ainsi, cette approche est intéressante en ce qu’elle se concentre sur la production d’accords et la réalisation de coordination souvent mis de côté au profit de l’analyse du conflit.

Les différents « mondes »

31La thèse centrale de Boltanski et Thévenot (1991) est que l’accord et la controverse dans les sociétés reposent sur six ordres de grandeur ou mondes communs – principes cohérents et systématiques d’évaluation qui peuvent exister dans un même espace social, et ces ordres s’appuient sur des registres de justification que les auteurs nomment cités. Un monde est un système d’équivalence partagée, une grandeur commune, qui permet aux individus de retrouver les repères guidant leurs relations et actions. Ainsi, ces registres de justification permettent aux acteurs d’assurer leur coordination. Les six mondes communs sont le monde civique, le monde de l’opinion (initialement appelé du renom), le monde marchand, le monde industriel, le monde domestique et le monde inspiré. Ce modèle des cités propose une grille de lecture – une « grammaire » pour reprendre les termes de Boltanski et Thévenot (1991) –, qui tient compte du rapport cognitif aux valeurs des individus. Cette grille permet ainsi d’expliquer et de comprendre la dimension des controverses qui se rapporte à la divergence de visions du monde des acteurs sociaux engagés dans une controverse.

32Pour mener leur démarche de justification, les acteurs ont recours aux objets en fonction des principes supérieurs auxquels ils font appel. Les principes supérieurs « renvoient à une instance, qui, en dernier ressort, permet aux différents mondes d’exister » (Amblard et al., 1996 : 84). C’est autour du principe supérieur commun que se construisent les accords entre les acteurs. L’argumentation de ces acteurs sera ainsi développée en harmonie avec les mondes auxquels ils appartiennent et l’appartenance d’un acteur à un monde détermine la qualification qu’il fera des objets, des personnes et de leurs relations. Par exemple, ce qui est décrit comme grand dans le monde industriel relève de l’efficacité et de la performance. À l’opposé, l’inefficacité sera qualifiée de petite dans ce monde. Dans le cadre du monde vert, le grand tient à la protection de la nature. Inversement, le petit dans le monde vert réfère assurément à la pollution. Chaque ordre de grandeur correspond à une façon d’ordonner les objets et les sujets (êtres) entre ce qui est grand et ce qui est petit, ce qui a de la valeur aux yeux de l’individu et ce qui n’en a pas. Les ordres de grandeur sont une forme légitime de bien commun, qui offrent des principes universels de cohérence logique et de justice.

33Selon le cadre de Boltanski et Thévenot, chaque individu peut avoir un état de dignité et d’indignité dans chacun des mondes communs. Cependant, au cours d’une controverse, différentes parties prenantes peuvent mobiliser les mêmes principes d’ordre supérieur pour justifier une position, voire même son contraire dans certains cas précis (Patriotta et al., 2011). Alors que les ordres de grandeur sont des catégories universelles fournissant une justification rationnelle, leur efficacité dépend toutefois de la manière dont les justifications sont construites et annoncées. En effet, dans certaines situations, certains acteurs détiennent un plus grand pouvoir que d’autres, leur permettant ainsi de faire valoir leurs justifications avec aisance, à l’inverse des autres acteurs concernés par la controverse, qui ne jouissent pas du même pouvoir.

De la controverse à la production d’accords

34Selon Boltanski et Thévenot (1991), un monde sans discorde relève de l’utopie. Dans cette lignée, les auteurs avancent que les individus peuvent entrer dans au moins trois types de relations : 1) la controverse peut survenir au sein d’un même monde ; 2) il peut y avoir une juxtaposition de mondes différents sans discorde, auquel cas l’inexistence de confrontation est éphémère ; 3) la controverse survient entre plusieurs mondes.

35Dans le premier cas de figure, les auteurs précisent qu’une controverse pourrait survenir au sein d’un même monde. Pour mettre fin à la controverse, les individus concernés ont alors recours à un principe supérieur commun, puisqu’ils partagent le même système d’équivalence. Ces individus identifient et perçoivent les objets et les sujets de manière compatible. Dans le second cas de figure, plusieurs mondes coexistent, se juxtaposent, sans qu’il y ait de discorde. Cependant, cet équilibre est provisoire (Boltanski et Thévenot, 1991). Les coordinations se trouvent à l’intérieur des mondes, soit des mondes qui s’évitent ou qui se rencontrent par l’entremise de relations médiatisées de façon non conflictuelle. Dans le troisième cas de figure, la situation de conflit la plus fréquente réside dans la rencontre de plusieurs mondes (Amblard et al., 1996). Dans ce cas, Boltanski et Thévenot (1991) proposent trois types de solutions : la clarification, l’arrangement ou le compromis.

36Tout d’abord, la clarification indique qu’une des parties concernées par le conflit doit se ranger à la position de l’autre en laissant de côté son propre monde. L’accord est atteint lorsque les acteurs s’entendent sur un même principe supérieur commun. La controverse se clôt donc dans un seul monde. Ensuite, l’arrangement stipule que les parties concernées par le conflit parviennent à se mettre d’accord autour d’une situation particulière – sur une transaction, pour reprendre les termes des auteurs – en restant dans leurs mondes respectifs. Il s’agit donc d’un accord qui accommode les deux parties. Enfin, le compromis est la forme d’accord la plus durable parmi les solutions proposées (Amblard et al., 1996). Il vise un bien commun qui dépasse les grandeurs des acteurs concernés et qui établit une alliance proportionnée entre elles tout en rassemblant les registres d’action des parties prenantes (Amblard et al., 1996 : 97). Le droit des travailleurs est un exemple de compromis entre les mondes civique et industriel. Pour que les compromis soient stables, Boltanski et Thévenot (1991) suggèrent qu’ils soient renforcés par des dispositifs, c’est-à-dire des procédés permettant l’association d’objets issus de plusieurs mondes afin de créer un objet commun, dépassant leurs mondes d’origine.

Construction épistémologique des économies de la grandeur

37L’économie des conventions est avant tout une tentative de compréhension des activités de coordination entre individus avec une hypothèse de rationalité limitée. En effet, la notion de convention est au centre de l’économie des conventions et offre une nouvelle conception du mouvement individuel-collectif. En s’intéressant aux enjeux de coordination collective entre divers individus, l’économie des conventions cherche ainsi à comprendre une logique collective ; elle s’intéresse autant aux individus et à leurs calculs rationnels qu’aux justifications qu’ils en font pour constituer le cadre social. Les tenants de cette approche supposent que l’individu reste l’unité d’analyse et ne rejettent donc pas l’individualisme méthodologique, mais appellent à aller au-delà de l’individu purement rationnel comme le prétendent les néoclassiques.

38Pour les conventionnalistes, l’individu est opportuniste, mais a également une identité, des valeurs, des principes supérieurs et fait partie de l’unité collective qui influencera son comportement. De ce fait, la posture épistémologique de la théorie des conventions laisse comprendre que l’antagonisme entre individualisme et holisme méthodologique doit être dépassé. Bessy (2002) note ainsi que la théorie des conventions repose sur un individualisme méthodologique complexe qui adhère à la rationalité limitée des acteurs. Selon Bessy, cette théorie admet que « le social a son autonomie, sinon ses lois propres, avec l’idée que ce sont les individus qui agissent, qui ont des intentions et non une entité supra-individuelle » (2002 : 1). Cette idée selon laquelle l’individu influence le « social » par son action, et que le « social » influence en retour l’individu relève du constructivisme méthodologique.

39Ainsi, la théorie des conventions, de par l’essence de son projet de connaissance, semble constituer un cadre fécond pour analyser et comprendre les stratégies de coordination entre acteurs, un enjeu qui est au cœur du concept d’acceptabilité sociale qui se négocie entre acteurs aux intérêts multiples. D’ailleurs, dans une recherche visant à comparer la perspective pragmatique de la sociologie avec les autres perspectives rationalistes, Cloutier et Langley (2007) concluent que le cadre des EG offre un langage descriptif très riche pour délimiter chacun des mondes et que ce cadre propose un avantage distinct par rapport à d’autres d’un point de vue heuristique en facilitant la catégorisation des données empiriques.

Tableau 2 – Présentation de la posture épistémologique des économies de la grandeur, de ses avantages et de ses limites

Posture épistémologique et conceptuelle

  • L’économie des conventions est avant tout une tentative de compréhension des activités de coordination entre individus avec une hypothèse de rationalité limitée ;

  • Les tenants de cette approche supposent donc que l’individu reste l’unité d’analyse, ne rejetant pas l’individualisme méthodologique, mais appellent à aller au-delà de l’individu purement rationnel comme le prétendent les néoclassiques ;

  • Pour , cette théorie admet que « le social a son autonomie, sinon ses lois propres, avec l’idée que ce sont les individus qui agissent, qui ont des intentions et non une entité supra-individuelle » (2002 : 1).

Avantages

  • L’approche des EG reconnaît la pluralité des mondes et donc des logiques de justification et d’action. Cette prise en compte est particulièrement intéressante pour l’étude d’enjeux sociaux autour desquels divers acteurs aux logiques et intérêts différents cohabitent et s’affrontent ;

  • L’approche des EG offre un langage descriptif très riche pour délimiter chacun des mondes et propose un avantage distinct par rapport à d’autres d’un point de vue heuristique en facilitant la catégorisation des données empiriques (Cloutier et Langley, 2007) ;

  • Enfin, l’approche des EG est exhaustive en ce qu’elle présente les conditions initiales (mondes, logiques, grandeurs), les possibilités de controverses (dans un monde, entre plusieurs mondes), et les modalités de production d’accord (clarification, arrangement, compromis). Elle permet ainsi de comprendre différents niveaux d’analyse des arrangements entre acteurs.

Limites

  • Les différentes cités proposées par Boltanski et Thévenot (1991) sont une représentation déductive de la réalité et ne capturent certainement pas toute sa subtilité. Il se pourrait ainsi que certaines logiques perçues empiriquement ne concordent pas totalement avec ces cités ;

  • L’approche des EG considère tous les mondes sur un même pied d’égalité. Pourtant, on pourrait s’attendre à ce que dans certains arrangements institutionnels, certains mondes exercent une domination sur les autres de par la légitimité que leur octroie leur environnement ;

  • Les économies de la grandeur n’expliquent pas le changement, mais offrent plutôt une vision statique au temps t de la relation entre plusieurs mondes. En outre, cette théorie n’explique pas non plus dans quelle mesure les grandeurs évoluent au fil du temps et comment l’interaction entre les mondes les influence mutuellement.

La sociologie de la traduction

40La sociologie de la traduction, ou théorie de l’acteur-réseau dans son appellation anglo-saxonne, a principalement été développée par Callon (1986) et dans une moindre mesure par Latour (1993 et 1995) afin d’analyser des innovations technologiques. Elle est de plus en plus mobilisée pour comprendre des enjeux liés aux controverses scientifiques et à la coordination inter et intra-organisationnelle, entre autres. Cette théorie a également été mobilisée pour étudier des enjeux liés à la légitimité organisationnelle ainsi que le comportement des organisations en période de crise (Demers et Charbonneau, 2001). Les fondements de la sociologie de la traduction entendent mobiliser les acteurs autour d’un projet commun, les amener à faire preuve de réflexivité par rapport à leurs propres pratiques et intérêts, et à concilier leurs prises de positions divergentes pour le besoin commun.

  • 1 Cet article se limite à une conception restreinte de l’actant non humain, à savoir l’environnement (...)

41Si la contribution de la sociologie de la traduction à la dynamique d’ensemble des partenariats inter et intra-organisationnels n’est plus à démontrer (Demers et Charbonneau, 2001 ; Provan et Kenis, 2008), il convient toutefois de rappeler que la force principale de cette théorie réside, selon nous, dans sa prise en compte des actants non humains. L’actant non humain se définit comme tout objet, entité métaphysique ou institution (normes, valeurs, idéologies) pouvant avoir un poids et une influence dans le déroulement de l’action. Cette théorie offre à ce titre un cadre de référence pertinent pour analyser des enjeux de controverse et d’acceptabilité sociale autour du développement durable, dont l’écologie et l’environnement sont portés par certains acteurs comme des intérêts supérieurs1. Alors que cette théorie est souvent critiquée pour l’absence de distinction entre les personnes et les objets, nous pensons au contraire que cela en constitue sa force. En effet, cette théorie permet de traiter l’environnement comme un acteur entier dans une controverse écologique d’acceptabilité sociale et donc de mieux comprendre les dynamiques conflictuelles. La prise en compte de l’environnement en tant que partie prenante est d’ailleurs de plus en plus présente dans la littérature (Haigh et Griffiths, 2009 ; Jacobs, 1997 ; Phillips et Reichart, 2000).

42Pour Callon et Latour, une controverse survient dès lors qu’un fait scientifique jusque-là reconnu et incontesté (boîte noire) est remis en question. Dans ce cas précis, la controverse met alors en situation des acteurs humains et actants non humains intéressés par sa résolution. Pour résoudre cette controverse, les stratégies d’intéressement, d’enrôlement et de mobilisation s’offrent aux acteurs, qui peuvent ainsi s’allier avec des acteurs forts à l’image de boîtes noires ou encore recruter de nouveaux alliés. Selon Latour (1995), la traduction est l’activité au cœur de ce processus qu’il définit comme étant « l’interprétation donnée, par ceux qui construisent les faits, de leurs intérêts et de ceux des gens qu’ils recrutent » (1995 : 261) et comme la liaison d’éléments humains et non humains qui sert à maintenir fédérés les intérêts des acteurs alliés (Demers et Charbonneau, 2001). Tout au long du processus, divers acteurs représenteront les groupes concernés et tenteront de mettre en avant leurs appréciations de l’enjeu en question. Il s’agit dès lors d’intéresser, d’enrôler et de mobiliser les groupes de façon à aligner leurs intérêts et à construire un fait qui permet de garder ces intérêts identiques ou presque. Une controverse est résolue lorsqu’il y a stabilisation des groupes, de leurs intérêts et de leurs liens.

43En positionnant les enjeux d’acceptabilité sociale au centre d’un réseau d’acteurs souhaitant agir collectivement, cette théorie suggère différentes pistes de réflexion destinées à amener progressivement les parties à s’ouvrir aux autres, à dépasser leurs intérêts particuliers, à concilier leurs points de vue respectifs et à travailler à un projet collaboratif commun, dans une optique de plus-value pour le réseau dans son ensemble (Amblard et al., 1996). Nous croyons que la sociologie de la traduction peut ainsi nous aider à mieux comprendre la problématique des controverses sociales en mettant à la fois les actants humains et non humains au cœur de ses préoccupations. Cette théorie peut donc expliquer l’aboutissement d’une controverse par la solidité du réseau qui le porte. Elle amène ainsi le chercheur à étudier les représentations que font les acteurs de leurs positions en termes de réseau que chacun construit à travers son discours (Demers et Charbonneau, 2001). La théorie de la traduction permet de démontrer de quelle manière se construit et se déconstruit la légitimité d’un projet en fonction de son acceptabilité sociale.

44Par ailleurs, les enjeux d’acceptabilité sociale requièrent des porteurs de projets qu’ils développent un dispositif d’intéressement au cours duquel ils parviennent à « traduire » les projets dans différents registres – en prenant en compte des éléments aussi bien techniques que sociaux, économiques, organisationnels ou environnementaux – ainsi qu’à amener les parties prenantes à « sortir du cadre » qui est habituellement le leur, à faire fi de leurs intérêts respectifs et à gérer le réseau dans l’intérêt collectif pour arriver à la satisfaction mutuelle d’intérêts potentiellement divergents. L’intérêt de la sociologie de la traduction pour la problématique qui nous occupe réside également dans son processus structuré, fait de plusieurs étapes complémentaires et interreliées, aisées à appréhender. Visant à créer une réelle dynamique partenariale autour d’une idée fédératrice, ce processus est axé sur la mise en réseau progressive de multiples acteurs travaillant ensemble au « co-développement » et à la « co-construction » d’un projet de développement qu’ils acceptent et jugent légitime.

45L’intéressement des acteurs à un projet fédérateur commun est en outre travaillé de façon régulière au fil du temps, par diverses techniques de mobilisation des parties dont le but est de garantir que les partenaires restent concernés et intéressés par les collaborations mises en œuvre, et qu’ils participent aux prises de décisions du réseau pour que celles-ci reflètent l’hétérogénéité des intérêts et des perceptions des acteurs en jeu. Ces décisions sont concrétisées en points de passage obligé, soit des aspects du projet qui satisfont les attentes des parties et qui, une fois les accords obtenus à leur égard, deviennent des points de non-retour, irréversibles pour la suite du projet (Callon, 1991). Les points de passage obligé constituent par conséquent des étapes clés de la progression du processus d’acceptabilité sociale ; ils permettent en outre d’assurer la convergence et la cohésion des parties autour de certaines décisions et de certains facteurs constitutifs du projet. Le processus de résolution des controverses peut ainsi être perçu comme un long processus qui conduit à négocier tant le contenu que les frontières du fait débattu.

46Ainsi, par rapport aux limites du peu de théorisations existantes pour appréhender l’acceptabilité sociale, nous pensons que la sociologie de la traduction, par son caractère structurant, mais surtout sa prise en compte des objets et actants non humains, se prête bien à ce type d’enjeux, notamment dans les cas de parties prenantes autochtones dont l’intérêt principal est l’environnement et l’écologie. Ce cadre devrait ainsi prendre en considération tant les acteurs que la dynamique de leurs intérêts et manifestations au sein d’un processus de négociation plus large. C’est dans cette optique que nous suggérons à présent que la sociologie de la traduction, de par sa prise en compte d’éléments sociaux, économiques et non humains, et par son objectif de comprendre la résolution de controverses et la résolution d’accords entre différents acteurs et réseaux, offre un cadre d’analyse fécond pour appréhender l’acceptabilité sociale. Par ailleurs, nous avons montré plus haut que la problématique d’acceptabilité sociale présente des caractéristiques qui obligent les chercheurs à concevoir cette notion comme étant encastrée dans des réseaux de relations sociopolitiques. Dans cet esprit, à l’image du développement durable, l’entreprise « se trouve ainsi entraînée dans des contextes décisionnels souvent inédits, impliquant de multiples parties prenantes, à de multiples niveaux, où problèmes et solutions se caractérisent par leur caractère collectif » (Pasquero, 2008 : 44).

Tableau 3 – Présentation de la posture épistémologique de la sociologie de la traduction, de ses avantages et de ses limites

Posture épistémologique et conceptuelle

  • Cette théorie vise à suivre la construction des réseaux et à fournir des outils conceptuels pour analyser cette construction. Pour ce faire, la sociologie de la traduction repose sur un postulat principal qui considère que la société n’est pas distincte des acteurs. Au contraire, la société est le résultat temporaire des actions individuelles en cours ;

  • La sociologie de la traduction partage le postulat de nombreux courants constructivistes en ce que « la société doit être composée, établie et maintenue » (Akrich et al., 2006 : 271). Toutefois, la sociologie de la traduction se distingue par le rôle qu’elle reconnaît aux actants non humains dans la société ;

  • Elle peut également être considérée comme une méthode plutôt que comme une théorie au vu de sa démarche pragmatique de compréhension empirique. D’ailleurs, les outils conceptuels de cette théorie sont souvent mobilisés par des chercheurs sans que ces derniers s’inscrivent dans son cadre conceptuel.

Avantages

  • La sociologie de la traduction, de par sa prise en compte d’actants tant humains que non humains, nous paraît très éclairante en ce qui concerne les enjeux d’acceptabilité sociale où les enjeux environnementaux sont souvent mis de l’avant. Or, malheureusement, très peu de modèles conçoivent l’environnement comme un actant à part entière dans ces débats ;

  • La sociologie de la traduction propose un ensemble de concepts et toute une boîte à outils conceptuels pour expliquer et comprendre les mécanismes par lesquels des acteurs parviennent à constituer des réseaux ;

  • En positionnant l’acceptabilité sociale au centre d’un réseau d’acteurs intéressés à y travailler de façon conjointe, cette théorie suggère différentes pistes de réflexion destinées à amener progressivement les parties à s’ouvrir aux autres, à dépasser leurs intérêts particuliers, à concilier leurs points de vue respectifs et à œuvrer à un projet collaboratif commun, dans une optique de plus-value pour le réseau dans son ensemble (Amblard et al., 1996).

Limites

  • Cette théorie présente une faiblesse en ce qu’elle omet la dimension historique de la construction des réseaux. Par exemple, pour des enjeux qui se construisent sur une longue durée, le caractère ahistorique (idéologies, arrangements institutionnels, accords, etc.) de cette théorie est dommageable.

47Après avoir présenté les trois ancrages théoriques choisis, expliqué leur posture épistémologique et présenté leurs apports et leurs faiblesses quant à notre problématique de recherche, il convient d’expliciter les concepts retenus de chaque ancrage. De manière générale, nous avons fait en sorte de pallier les limites de chacune de ces théories par les avantages des autres. Le tableau 4 ci-dessous présente le récapitulatif des ancrages théoriques, les concepts retenus et la pertinence de chacun.

Tableau 4 – Récapitulatif des ancrages théoriques choisis et des concepts retenus

Théorie

Centralité

Unité d’analyse

Concepts retenus

Pertinence

Ordre négocié

Le processus de changement perpétuel et les négociations entre acteurs (conflits, coopération), contextes local et structurel.

Pratiques

Négociation, contexte initial, interaction, transition, ordre négocié.

Le processus et l’interaction, vision interactionniste et socio-constructionniste de l’acceptabilité sociale.

Économies de la grandeur

Les mondes, la controverse, la confrontation, la production d’accords, clarification, arrangement, compromis.

Relations

Mondes, principes supérieurs communs, conventions, compromis, épreuves.

La logique des mondes, des représentations et des principes supérieurs communs. Permet de mieux comprendre les fondements des controverses et la logique des actions individuelles.

Sociologie de la traduction

La constitution des réseaux, la stratégie d’intéressement et de traduction, résolution de controverses.

Réseaux

L’intéressement, la traduction, actants humains et non humains.

Permet de tenir compte d’actants non humains (environnement dans notre cas, par ex.) et de mieux concevoir la constitution de réseaux et comment des acteurs parviennent à collaborer sur des projets communs.

Proposition du cadre d’analyse des enjeux d’acceptabilité sociale

48Après avoir présenté les trois ancrages théoriques, leur utilité ainsi que les concepts retenus de chacune des théories, il convient à présent d’expliciter notre cadre théorique. La figure suivante suggère que le processus permanent de négociation menant à l’acceptabilité sociale est constitué de trois étapes. Ainsi, ce cadre permet de rendre compte des différentes logiques d’action et de la structure de base (conditions initiales), de comprendre les différents processus de négociation et l’émergence d’un ordre négocié qu’est l’acceptabilité sociale (résultats). Ces trois étapes représentent la trajectoire menant à l’ordre négocié pour reprendre les termes de Strauss (1993). Selon Strauss, la trajectoire est déterminante dans l’évolution progressive de l’ordre social. La trajectoire est définie comme un processus complexe inscrit dans la durée permettant à un certain nombre d’acteurs, aux intérêts parfois divergents, d’essayer d’imposer leur conception du déroulement des situations dans lesquelles ils sont engagés. Parce que les négociations sont permanentes dans la conception straussienne de trajectoires, celles-ci prennent parfois des allures complexes.

Cadre d’analyse pour appréhender l’acceptabilité sociale

Cadre d’analyse pour appréhender l’acceptabilité sociale

Conditions initiales

  • 2 Les mondes sociaux peuvent être identifiés à partir du modèle de Boltanski et Thévenot (1991).

49Pour commencer, il convient de rappeler que les mondes sociaux et les structures sociales existent et qu’ils agissent sur les individus. Ainsi, nous partons de l’hypothèse qu’il existe une diversité de logiques d’actions et une pluralité de mondes (Boltanski et Thévenot, 1991). Plus particulièrement, dans le cadre de l’acceptabilité sociale, ces mondes sociaux2 peuvent représenter, d’une part, une entreprise dont l’objectif premier est la construction d’un oléoduc pour augmenter la capacité de transport du pétrole et, d’autre part, une nation autochtone dont l’objectif premier est la préservation de la nature et de son environnement. Selon Boltanski et Thévenot (1991), ces acteurs appartiennent ainsi à des mondes différents et mobiliseront donc des justifications propres à leur monde social. Les acteurs se mobiliseront autour d’un enjeu ; autrement dit, ils seront concernés de manière active ou passive par le développement d’une décision ou d’un projet qui pourrait porter atteinte à leurs intérêts à court, moyen ou long terme.

50Par ailleurs, nous pensons qu’il est important de tenir compte des structures de base. Pour , le contexte de négociation doit considérer deux éléments : le contexte immédiat (dit local) de la négociation et le contexte structurel. Ce dernier est constitué d’éléments fixes, qui sont antérieurs à la négociation : secteur d’activité, accords existants, règles institutionnelles, etc. Le contexte local est constitué des éléments pertinents au moment de la négociation : les négociateurs (nombre, intérêts, statut, expérience, etc.), le cadre de négociation (lieu, dispositif, temporalité, etc.), les relations de pouvoir, la visibilité des transactions, les modes d’action, la clarté de la légitimité et les options pouvant mener à l’arrêt des négociations. Selon Strauss, les caractéristiques du contexte d’une négociation ne peuvent être décrites et analysées sans prendre en compte le contexte structurel associé.

51Cela nous amène donc à prendre en compte les contextes structurel et local, les différents acteurs, leurs intérêts et leur évolution ainsi que les arènes. Ce dernier élément est important puisqu’il nous permet de comprendre quels sont les espaces où les acteurs s’affrontent et donnent sens aux enjeux collectifs qui donnent lieu à des controverses. Comme Pasquero (2008) le souligne, ces arènes peuvent prendre la forme matérielle (forums) ou encore immatérielle (débats médiatiques). Puisque ce sont dans les arènes que les représentations des acteurs se forment et se confrontent autour des enjeux, il convient d’en tenir compte. Ainsi, « les tables rondes multipartites sont des arènes de choix en matière de développement durable » (Pasquero, 2008 : 42).

Processus de négociation

52Nous nous demandons quelles sont les logiques d’action et comment elles interagissent sur le temps pour aboutir à une acceptabilité sociale, c’est-à-dire un ordre négocié au temps n ? La première étape de la traduction consiste à formuler le problème et les enjeux, ce que Callon (1986) appellera la problématisation. En fait, la problématisation permet aux acteurs de délimiter les questions et enjeux, qui deviennent ainsi des points de passage obligé. Ensuite, les acteurs peuvent exercer l’intéressement, c’est-à-dire le déploiement des discours, objets et dispositifs destinés à rallier différents acteurs à leur réseau et à les initier au projet promu. Ici, le rôle des actants non humains peut être crucial à la construction du réseau : l’environnement, les ressources financières, etc.

53Dans cet esprit, l’interaction entre différents mondes sociaux favorise l’émergence de stratégies de négociation et de coordination (poursuites judiciaires, tables rondes, confrontation médiatique, etc.) qui permettent de mettre au jour les rapports de force entre acteurs. Strauss souligne par ailleurs qu’il existe plusieurs stratégies d’interaction (négociation, persuasion, manipulation, éducation, menace) qui ont des conséquences différentes selon l’ordre social établi. Ces processus donnent lieu à des arrangements, conditionnent les actions collectives et conçoivent l’ordre négocié. Il est à noter que les interactions entre acteurs peuvent également être enrichies par l’éthique de la discussion de Habermas (2005), puisque c’est à travers la discussion que les acteurs peuvent mettre à nu les fondements de ce qui les sépare, pour ensuite travailler à réduire leurs différences – dans la mesure du possible – en vue d’atteindre un objectif supérieur commun, voire un ordre négocié.

54Enfin, il convient également de tenir compte des trajectoires à ce niveau (Strauss, 1993), défini comme étant la séquence de négociations et de perturbations à laquelle s’adonnent les acteurs. Puisque les négociations sont des processus s’inscrivant dans des dynamiques sociales où les dimensions sociopolitiques, légales, environnementales sont présentes, il importe de tenir compte de ces tribulations qui permettent de concevoir l’acceptabilité sociale comme l’évolution (tantôt harmonieuse, tantôt conflictuelle) d’une relation entre acteurs.

Résultats

55Les mondes sociaux finissent par adopter des conventions et se mettre d’accord sur des principes supérieurs communs (compromis) qui aboutissent à une acceptabilité sociale. Pour reprendre les termes de Strauss (1978), ce compromis représente donc un ordre négocié qui doit être continuellement travaillé par les acteurs en jeu. À ce propos, Baba et Raufflet (2014) ont mis en évidence que la reconstruction des relations avec des communautés locales à la suite d’une controverse est un processus qui s’inscrit dans le temps et requiert des efforts constants de la part des acteurs.

56Nous affirmons donc que l’acceptabilité sociale relève de la troisième solution de coordination proposée par Boltanski et Thévenot (1991), c’est-à-dire le compromis. Comme le soulignent Huault et Taupin (2012), le compromis, en tant que pierre angulaire du cadre des économies de la grandeur, représente la forme la plus durable de coordination entre acteurs. Pour les acteurs, le compromis est synonyme de réduction des pressions entre plusieurs mondes afin de créer plusieurs principes d’équivalence. Ainsi, « le compromis est le présupposé d’un vivre ensemble » (Huault et Taupin, 2012 : 5). En définitive, Boltanski et Thévenot écrivent : « La multiplication des objets composites qui se corroborent et leur identification à une forme commune contribuent ainsi à stabiliser, à frayer le compromis. Lorsqu’un compromis est frayé, les êtres qu’ils rapprochent deviennent difficilement détachables » (1991 : 175).

Discussion et conclusion

57Nous avons montré que la problématique d’acceptabilité sociale présente des caractéristiques qui obligent les chercheurs à concevoir cette notion comme étant encastrée dans des réseaux de relations sociopolitiques (Granovetter, 1985). Dans cet esprit, à l’image du développement durable, l’entreprise « se trouve ainsi entraînée dans des contextes décisionnels souvent inédits, impliquant de multiples parties prenantes, à de multiples niveaux, où problèmes et solutions se caractérisent par leur caractère collectif » (Pasquero, 2008 : 44). De plus, par rapport aux limites du peu de théorisations existantes pour appréhender l’acceptabilité sociale, nous avons argué que la théorie des parties prenantes offrait un point de départ intéressant, mais certainement insuffisant du fait de son caractère statique et firmo-centré.

58Nous avons justifié que l’acceptabilité sociale ne pouvait être réellement comprise que par l’intermédiaire d’un cadre théorique ancré dans une perspective processuelle de type socioconstructionniste. Ce cadre devrait ainsi prendre en considération tant les acteurs que la dynamique de leurs intérêts et manifestations au sein d’un processus de négociation plus large. C’est dans cette optique que nous avons suggéré un cadre conceptuel hybride puisant dans trois ancrages théoriques. Tout d’abord, l’ordre négocié nous a permis de considérer l’acceptabilité sociale comme un processus en perpétuelle négociation entre acteurs. Cette conception nous oblige à mieux comprendre les actions par lesquelles les acteurs parviennent à se mettre d’accord sur une acceptabilité sociale. Dans cet esprit, nous avons fait appel à l’approche des économies de la grandeur pour mieux tenir compte de la multitude de logiques dans un espace social. Cette approche nous permet ainsi de considérer la multitude de justifications utilisées par les acteurs concernés par une controverse pour légitimer leurs actions. Enfin, la sociologie de la traduction, de par sa prise en compte d’actants tant humains que non humains, nous paraît très éclairante en ce qui concerne les enjeux environnementaux, souvent mis de l’avant quand il est question d’acceptabilité sociale. Or, malheureusement, très peu de modèles conçoivent l’environnement comme un actant à part entière dans ces débats (Haigh et Griffiths, 2009 ; Phillips et Reichart, 2000). Par ailleurs, la sociologie de la traduction nous a permis de mieux comprendre comment des acteurs parviennent à intéresser d’autres acteurs aux intérêts divergents et à les faire converger vers un projet fédérateur pour donner lieu à un ordre négocié (Strauss, 1978).

59En définitive, le cadre que nous avons présenté pourrait permettre d’analyser précisément les dynamiques des controverses autour desquelles il est question de maintien de légitimité. En particulier, il permet de comprendre la façon dont les acteurs concernés mobilisent activement les principes supérieurs communs pour donner sens aux controverses, justifier leurs positions dans les diverses arènes et chercher des compromis entre logiques conflictuelles. De plus, ce cadre satisfait aux trois conditions épistémologiques d’un cadre renouvelé de l’acceptabilité sociale présentées plus haut. À cet égard, alors que l’acceptabilité sociale est souvent présentée en tant que résultat en soi, notre étude suggère que l’acceptabilité sociale n’est ni un résultat ni un produit, mais davantage un processus dynamique qui s’inscrit dans le temps (Labelle et Pasquero, 2006). Puisque les facteurs contextuels sociopolitiques évoluent avec le temps, l’acceptabilité sociale peut également évoluer. Pour cette raison, nous pensons que l’acceptabilité sociale est un processus itératif qui nécessite un dialogue constant avec les parties prenantes qui, par ailleurs, amplifient la nature des tensions lorsque leur nombre est important.

60Par ailleurs, nous pensons que notre cadre peut s’appliquer de manière éclairante à nombre de controverses entre une entreprise et des communautés locales. Baba et Raufflet (2014) ont par exemple étudié l’évolution des relations conflictuelles entre Rio Tinto Alcan et les communautés avoisinantes en Colombie-Britannique entre 1940-2012 en utilisant un modèle des niveaux d’acceptabilité sociale de Thomson et Boutilier (2011). Dans cet esprit, Baba et Raufflet (2014) ont conclu que ce modèle, en dépit de son utilité pour analyser les relations entreprise-communauté à un moment donné, est trop statique. Ils ont suggéré que l’analyse des variables juridico-sociopolitiques qui influent sur le degré de légitimité des parties prenantes pourrait contribuer à enrichir cette théorie d’une part, et à renforcer le modèle des niveaux d’acceptabilité sociale de Thomson et Boutilier (2011) d’autre part, en intégrant des éléments de contexte pertinents dans le champ d’analyse. Nous pensons que notre cadre conceptuel répond à cette idée puisqu’il prend en compte tant les éléments contextuels (Strauss, 1978) que les logiques d’action et de justification (Boltanski et Thévenot, 1991), et ce, dans une optique processuelle de création de réseaux à travers un processus constant de négociation et de traduction (Callon, 1986). Il serait notamment éclairant que d’autres recherches mobilisent notre modèle et l’appliquent à l’évolution à long terme des relations entre une entreprise et des parties prenantes afin de vérifier sa portée.

Haut de page

Bibliographie

Aitken, Mhairi (2010), « Why we still don’t understand the social aspects of wind power: A critique of key assumptions within the literature », Energy Policy, vol. 38, no 4, p. 1834-1841.

Akrich, Madeleine, Michel Callon et Bruno Latour (2006), Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Paris, Presses de l’École des Mines.

Amblard, Henri et al. (1996), Conventions et accords (Économie de la grandeur). Les nouvelles approches sociologiques des organisations, 2e édition, Paris, Éditions du Seuil.

Baba, Sofiane (2012), Reconstruction des relations avec des communautés locales autochtones à la suite d’une controverse : analyse à partir du projet Grande-Baleine sous l’optique de l’approche des Économies de la grandeur, Montréal, HEC Montréal.

Baba, Sofiane, et Emmanuel Raufflet (2014), « Managing Relational Legacies: Lessons from British Columbia, Canada », Administrative Sciences, vol. 4, no 1, p. 15-34.

Baba, Sofiane, et Emmanuel Raufflet (2015), « L’acceptabilité sociale : une notion en consolidation », Management international, vol. 19, no 3, p. 98-114.

Batellier, Pierre (2015), Acceptabilité sociale. Cartographie d’une notion et de ses usages, Publications du Centr’ERE. Montréal, Université du Québec à Montréal.

Beaulieu, Suzanne, et Jean Pasquero (2002), « Reintroducing stakeholder dynamics in stakeholder thinking: a negotiated-order perspective », Journal of Corporate Citizenship, vol. 6, p. 53-69.

Bessy, Christian (2002), Représentation, convention et institution : des repères pour l’Économie des conventions. CNRS/Centre d’études de l’emploi, Document de travail no 20.

Boltanski, Luc, et Laurent Thévenot (1991), De la justification. Les économies de la grandeur. Paris, Éditions Gallimard.

Callon, Michel (1986), « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’Année sociologique, vol. 36, p. 169-208.

Callon, Michel (1991), « Réseaux technico-économiques et irréversibilités », dans R. Boyer, B. Chavance et O. Godard (dir.), Les figures de l’irréversibilité en économie, Paris, École des hautes études en sciences sociales, p. 195-230).

Callon, Michel, Pierre Lascoumes et Yannick Barthe (2001), Agir dans un monde incertain – Essai sur la démocratie technique, Paris, Éditions du Seuil.

Carroll, Archie B. et al. (2012), Corporate Responsibility: The American Experience, Cambridge, Cambridge University Press.

Cloutier, Charlotte et Ann Langley (2007), Competing Rationalities: A Theoretical and Methodological Framework. Communication présentée à la Competing Rationalities in Organizations, Academy of Management, Philadelphia.

Conseil patronal de l’environnement du Québec (2012), Guides des bonnes pratiques afin de favoriser l’acceptabilité sociale des projets, Montréal, CPE.

Delannon, Nolywé et al. (2011), « Que font les entreprises en matière de relations avec les communautés ? », Gestion, vol. 36, no 2, p. 29-38.

Delmas, Corinne (2008), « La Chambre de commerce et d’industrie de Paris : un ordre négocié », Droit et société, 2007/3, no 67, p. 597-613.

Demers, Corinne, et Michèle Charbonneau (2001), La stratégie discursive d’Hydro-Québec dans la controverse écologique de Grande-Baleine. Communication présentée aux Actes de la Xième Conférence de l’Association internationale de management stratégique (AIMS), Québec.

Deschamps, Johanne, et Isabelle Ménard (2011), « Les relations entreprises-communautés aux yeux des syndicats : défis à relever et voies à privilégier », Gestion, vol. 36, no 2, p. 44-48.

Donaldson, Thomas et Lee E. Preston (1995), « The Stakeholder Theory of the Corporation: Concepts, Evidence, and Implications », The Academy of Management Review, vol. 20, no 1, p. 65-91.

Dunham, Laura, Edward R. Freeman et Jeanne Liedtka (2006), « Enhancing Stakeholder Practice: A Particularized Exploration of Community », Business Ethics Quarterly, vol. 16 no 1, p. 23-42.

Ernst & Young (2012), Business Risks Facing Mining and Metals 2011-2012. En ligne à http://www.ey.com/Publication/vwLUAssets/Business_risks_facing_mining_and_metals_2011-2012/$File/Metal_Mining_paper_02Aug11_lowres.pdf, consulté le 10 septembre 2013.

Fortin, Marie-Josée, et Yann Fournis (2014), « Vers une définition ascendante de l’acceptabilité sociale : les dynamiques territoriales face aux projets énergétiques au Québec », Natures Sciences Sociétés, 2014/3, vol. 22, p. 231-239.

Fournier, Monique (2009), « L’acceptabilité sociale. Un risque qui se gère », Vecteur environnement, vol. 20, no 4, p. 31-32.

Freeman, Edward R. (1984), Strategic Management: A Stakeholder Approach, HarperCollins College Div.

Gendron, Corinne (2014), « Penser l’acceptabilité sociale : au-delà de l’intérêt, les valeurs », Communiquer, Revue de communication sociale et publique, vol. 11, p. 117-129.

Gond, Jean-Pascal et al. (2015), « To Frack or Not to Frack ? The Interaction of Justification and Power in a Sustainability Controversy », Journal of Management Studies, vol. 53, no 3, p. 330-363.

Gond, Jean-Pascal, et Samuel Mercier (2004), Les théories des parties prenantes : une synthèse critique de la littérature. Communication présentée au Congrès annuel de l’Association francophone de GRH, Montréal.

Granovetter, Mark (1985), « Economic Action and Social Structure: The Problem of Embeddedness », American Journal of Sociology, vol. 91, no 3, p. 481-510.

Habermas, Jürgen (2005), Logique des sciences sociales et autres essais, Les éditions Puf.

Haigh, Nardia, et Andrew Griffiths (2009), « The natural environment as a primary stakeholder: the case of climate change », Business Strategy and the Environment, vol. 18, no 6, p. 347-359.

Huault, Isabelle, et Benjamin Taupin (2012), Les fondements moraux d’une logique institutionnelle. Contestation, controverses et stabilité dans l’industrie de la notation de crédit. Communication présentée à la Conférence de l’AIMS, Lille, France.

Jacobs, Michael (1997), « The Environment as Stakeholder », Business Strategy Review, vol. 8, no 2, p. 25-28.

Kraisornsuthasinee, Suthisak, et Frederic William Swierczek (2009), « Doing well by doing good in Thailand », Social Responsibility Journal, vol. 5, no 4, p. 550-565.

Labelle, François, et Jean Pasquero (2006). « Alcan et le "paRTernalisme" : les mutations d'un modèle de responsabilité sociale au cours du XXe siècle », Entreprises et histoire, no 45, p. 74-96.

Labelle, François (2005), La performance sociétale organisationnelle comme convention sociale entre l’entreprise et son milieu : le cas d’Alcan au Saguenay-Lac-Saint-Jean, Montréal, UQAM.

Labelle, François (2006), « Les trois C de la performance sociétale organisationnelle : convention, compromis, cohérence », Revue internationale de gestion, vol. 31, no 2, p. 75-82.

Lacey, Justine, et Julian Lamont (2013), Using social contract to inform social licence to operate: an application in the Australian coal seam gas industry. Journal of Cleaner Production, vol. 84, no 1, p. 831-839.

Latour, Bruno (1993), Aramis ou l’amour des techniques, Paris, Éditions La Découverte.

Latour, Bruno (1995), La science en action, Paris, Éditions Gallimard.

Lauzon, Hélène (2011), « Les relations entreprises-communautés : qu’en pensent les employeurs ? », Gestion, vol. 36, no 2, p. 39-43.

Lemieux, Cyril (2007), « À quoi sert l’analyse des controverses ? » Mil Neuf Cent – Revue d’histoire intellectuelle, vol. 1, no 25, p. 191-212.

Martell, Allison et Ioana Patran (2014), « Analysis – Social media empowers anti-mining activists », Reuters. En ligne à http://uk.reuters.com/article/2014/01/07/uk-mining-media-analysis-idUKBREA060O820140107?feedType=RSS&feedName=GCA-GoogleNewsUK, consulté le 10 avril 2016.

Mercier, Samuel (2001), L’apport de la théorie des parties prenantes au management stratégique : une synthèse de la littérature. Communication présentée à la Xième Conférence de l’Association internationale de management stratégique à Québec.

Mitchell, Ronald K., Bradley R. Agle et Donna J. Wood (1997), « Toward a Theory of Stakeholder Identification and Salience: Defining the Principle of Who and What Really Counts », The Academy of Management Review, vol. 22, no 4, p. 853-886.

Moffat, Kieren et Airong Zhang (2014), « The paths to social licence to operate: An integrative model explaining community acceptance of mining », Resources Policy, vol. 39, p. 61-70.

Pasquero, Jean (2008), « Entreprise, développement durable et théorie des parties prenantes : esquisse d’un arrimage socio-constructionniste », Management international, vol. 12, no 2, p. 27-48.

Patriotta, Gerardo, Jean-Pascal Gond et Friederike Schultz (2011), « Maintaining Legitimacy: Controversies, Orders of Worth and Public Justifications », Journal of Management Studies, vol. 48, no 8, p. 1804-1836.

Pedersen, Esben Rahbek (2006), « Making Corporate Social Responsibility (CSR) Operable: How Companies Translate Stakeholder Dialogue into Practice », Business and Society Review, vol. 111, no 2, p. 137-163.

Phillips, Robert A., et Joel Reichart (2000), « The Environment as a Stakeholder ? A Fairness-Based Approach », Journal of Business Ethics, vol. 23, no 2, p. 185-197.

Prno, Jason, et D. Scott Slocombe (2012), « Exploring the origins of ‘social license to operate’ in the mining sector: Perspectives from governance and sustainability theories », Resources Policy, vol. 37, no 3, p. 346-357.

Provan, Keith G., et Patrick Kenis (2008), « Modes of network governance: Structure, management, and effectiveness », Journal of public administration research and theory, vol. 18, no 2, p. 229-252.

Raufflet, Emmanuel (2014), « De l’acceptabilité sociale au développement local résilient », VertigO, vol. 14, no 2. En ligne à DOI : 10.4000/vertigo.15139, consulté le 10 avril 2016.

Raufflet, Emmanuel et al. (2013), « Social Licence », dans Samuel O. Idowu et al. (dir.), Encyclopedia of Corporate Social Responsibility, Heidelberg, The Springer, p. 2223-2230.

Séguin, Francine, Taïeb Hafsi et Christiane Demers (2008), Le management stratégique : de l’analyse à l’action, Montréal, Les Éditions Transcontinental.

Shindler, Bruce, et Mark W. Brunson (2004), « Social acceptability in forest and range management », dans M. J. Manfredo et al. (dir.), Society and Natural Resources: A Summary of Knowledge Columbia, Modern Litho, p. 147-157.

Slack, Keith (2008), Corporate Social License and Community Consent. En ligne à http://www.policyinnovations.org/ideas/commentary/data/000094, consulté le 17 septembre 2013.

Strauss, Anselm L. (1978), Negotiations. Varieties, contexts, processes, and social order, San Francisco, Jossey-Bass.

Strauss, Anselm L. (1993). Continual permutations of action. Transaction Publishers.

Thomson, Ian, et Robert G. Boutilier (2011), Modelling and Measuring the Social License to Operate: Fruits of a Dialogue between Theory and Practice. En ligne à http://socialicense.com/publications/Modelling%20and%20Measuring%20the%20SLO.pdf, consulté le 10 septembre 2013.

Vera, Luz Dinora (2010). Construction d’une certification verte dans le secteur minier artisanal : une analyse à partir de l’approche des conventions et de l’ordre négocié – Le cas Oro verde, Montréal, HEC.

Zandvliet, Luc, et Mary B. Anderson (2009), Getting it Right: Making Corporate-Community Relations Work, Sheffield, Greenleaf Publishing.

Haut de page

Notes

1 Cet article se limite à une conception restreinte de l’actant non humain, à savoir l’environnement en tant que partie prenante cruciale dans les controverses socio-environnementales autour de projets.

2 Les mondes sociaux peuvent être identifiés à partir du modèle de Boltanski et Thévenot (1991).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Cadre d’analyse pour appréhender l’acceptabilité sociale
URL http://ethiquepublique.revues.org/docannexe/image/2865/img-1.png
Fichier image/png, 62k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sofiane Baba , « Vers un cadre conceptuel socio-constructionniste pour appréhender l’acceptabilité sociale », Éthique publique [En ligne], vol. 18, n° 1 | 2016, mis en ligne le 09 mai 2017, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2865 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2865

Haut de page

Auteur

Sofiane Baba

Sofiane Baba est doctorant en administration aux HEC Montréal depuis 2013 après avoir terminé une maîtrise en stratégie dans ce même établissement et un baccalauréat en gestion internationale à l’Université d’Ottawa. Il est aujourd’hui doctorant, chercheur et consultant en stratégie et responsabilité sociale des entreprises et développement durable, et est parallèlement chargé de cours aux HEC Montréal où il enseigne le développement durable. Sofiane Baba est l’auteur d’une dizaine d’articles, chapitres et études de cas publiés sur le thème de la responsabilité sociale des entreprises et de l’acceptabilité sociale.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org