Skip to navigation – Site map
Dossier principal

Les « signes avant-coureurs » du scandale public dans l’organisation et la communication de l’entreprise : le cas de la liquidation d’une fondation culturelle reconnue d’utilité publique

Émilie Bouillaguet

Abstracts

Announced by the stakeholders as one of the most important public scandals of the territory, and by the accusers as the fairest of deviant behavior punishment, the liquidation of the Cultural Foundation La Borie, in 2015, was transformed into an ethical-media affair.

This scandal has revealed the "risk areas" of the organization and communication systems in the artistic and cultural company. With the methods of "organizational semiotics" and information and communication sciences, we will try to detect the communication process during the media coverage of the event, to question the predictability of its impact on the image, reputation and social responsibility of the company. Beyond that, this societal event, and the stories and representations that it spread, engage questions about the ethics of cultural action, or more accurately, about control and synchronization of several ethics in the creative organization.

Top of page

Full text

1L’accélération et la simplification des procédures de reconnaissance d’utilité publique d’une association ou d’une fondation, par l’État, sont encouragées à l’aune des années 2000 dans les politiques ministérielles de Jean-Jacques Aillagon (2002-2004) et Renaud Donnedieu-de-Vabres (2004-2007). Elles forment un des axes centraux d’une réforme visant à développer largement la politique de mécénat au sein des établissements culturels, et qui donnera lieu à la Loi 2003-709 du 1er août 2003 qui dote la France d’un des régimes les plus favorables dans le domaine du mécénat. Autorisant les déductions fiscales, prévoyant un système de contreparties au don, elle encourage les particuliers et les entreprises dans l’acquisition de biens culturels et dans le soutien financier aux structures de la création artistique.

2Bien au-delà des seuls effets financiers pour ces structures, être « reconnu d’utilité publique » (RUP) est devenu aujourd’hui au sein du milieu associatif culturel français un véritable atout d’image, dans le sens où cette acquisition statutaire – à l’instar d’une labellisation – valide le bon respect de conditions imposées par le ministère de la Culture et de la Communication. Les activités de la structure doivent dépasser le cadre local et justifier de leur influence et de leur rayonnement. Une solidité financière est exigée et une ancienneté d’au moins trois ans est requise. En plus de ces conditions, deux prérequis doivent obligatoirement être remplis. Premièrement, le but du projet associatif doit être d’intérêt général et strictement distinct des intérêts particuliers de ses membres. Deuxièmement, les statuts juridiques de l’établissement doivent apporter des garanties quant à la transparence et au désintéressement financier : tout projet associatif se doit ainsi de justifier de son caractère non lucratif, de l’existence de règles permettant une gestion financière désintéressée tout en maintenant ses capacités et ses moyens (financiers et humains) pour mener à bien une politique culturelle cohérente et efficace, capable de servir l’accès des œuvres et de l’art au plus grand nombre (par la production d’œuvres, d’espaces et de pratiques culturelles).

3L’obtention d’un statut RUP présuppose ainsi que le ministère de la Culture et de la Communication ait reconnu et validé l’existence de l’ensemble de ces critères au sein de l’association. Elle induit, plus que des effets d’ordre strictement économique, et pour les établissements concernés, des effets organisationnels et info-communicationnels de taille. En effet, ce statut donne crédit et valeur à l’association, et s’accompagne de l’accroissement de sa notoriété, particulièrement au sein des réseaux institutionnels et entrepreneuriaux, partenaires directs de son financement. Il facilite les voies de partenariats, de regroupements associatifs ou fédératifs et les possibilités de contractualisation. Cette reconnaissance par les pairs favorise l’ancrage de l’établissement au sein du tissu associatif et territorial et aide à l’aménagement des réseaux de collaboration. Aussi ce statut peut-il être valorisé auprès des usagers et des publics de la culture, épaulant la réputation de l’association. Les bénéficiaires ou futurs bénéficiaires du projet apprécient le gage de pérennité du lieu associatif, l’assurance d’une transparence budgétaire de l’argent public.

4Cette certification RUP s’accompagne ainsi dans l’usage d’un devoir de conduite envers les tutelles publiques et privées, mais aussi envers les pairs et les publics de la culture. Être « reconnue d’utilité publique » présuppose donc de tenir un engagement et un rôle éthique de transparence, de désintéressement, d’efficacité du projet associatif, de maintien d’une gestion démocratique.

5Elle conduit enfin la structure associative à être chargée, aux côtés du pouvoir public, d’une définition de l’intérêt général. Cette définition est longtemps restée le monopole de l’État, autorité garante d’établir des lois qui soient l’expression de la volonté générale et qui s’établissent dans l’intérêt du plus grand nombre. En France, l’intérêt général n’a pas de réelle valeur constitutionnelle. C’est une notion floue et mal définie. Il est néanmoins le fondement du droit public qui en définit le cadre et notamment ses corollaires comme l’utilité publique, l’ordre public, le domaine public, les services publics, etc. Selon la définition de la Direction de l’information légale et administrative, « dans la conception française, l’existence et la manifestation des intérêts particuliers ne peuvent que nuire à l’intérêt général qui, dépassant chaque individu, est en quelque sorte l’émanation de la volonté de la collectivité des citoyens en tant que telle » (DILA {en ligne}). Cette expression intérêt général désigne ainsi les intérêts, les valeurs ou les objectifs qui sont partagés par l’ensemble des membres d’une société.

6Or, et notamment depuis les lois et réformes de décentralisation administrative, la définition de l’intérêt général revient à d’autres acteurs, et en premier lieu aux associations et fondations, d’autant plus lorsqu’elles sont RUP. Dans le domaine culturel, milieu qui nous occupe, ces structures sont ainsi en partie responsables de l’effort de démocratisation des arts et de la culture, de l’accès aux œuvres, du développement de la création artistique sur les territoires, des initiatives d’innovation, d’éducation et de formation des citoyens à la diversité artistique et culturelle, etc.

7C’est le cas du programme associatif culturel de la structure La Borie-en-Limousin, qui en 2009 obtient le statut de Fondation reconnue d’utilité publique. Or, six années plus tard, cette fondation est liquidée, à la suite du retrait de la confiance et des financements des pouvoirs publics, représentants de la même instance ayant validé son statut RUP. Par rapport à ce cas, de lourds questionnements concernant le respect ou le non-respect, la déviance ou le maintien vis-à-vis d’une éthique publique ordonne analyse et investigation. L’information, issue de l’entreprise, de l’opinion publique ou encore des médias locaux, se répand progressivement, engageant des points de vue, remettant en question l’émergence d’un « scandale public ». Pour les uns, le scandale provient d’une déviance éthique : La Borie n’a pas respecté ces devoirs régaliens (pouvoirs publics). Pour les autres, le scandale revient à supprimer, par une liquidation économique injustifiée, un projet associatif servant l’intérêt général (parties prenantes).

8Cet article entend préciser les contours et les enjeux de ce débat qui, porté au cœur de l’espace public par la presse locale, s’interroge sur les facteurs de conditionnement du scandale en milieu associatif culturel. Existe-t-il des signes avant-coureurs, repérables dans le système d’information et de communication de la Fondation La Borie, mais aussi dans son système d’organisation, qui puissent être soulevés et donner lieu à une généralisation quant aux modes d’apparition de scandale en contexte similaire, c’est-à-dire celui d’actions financées et évaluées par l’État au titre d’un intérêt public culturel ? Le scandale public n’est-il pas aussi conditionné par les conditions de production et de circulation de l’information polémique dans les médias ?

9Les apports méthodologiques de la sémiotique et des sciences de l’information et de la communication nous permettent d’accorder un soin particulier à l’analyse de contenu de l’information ayant précédé et accompagné la liquidation de la Fondation La Borie, et à ces conditions de production et de diffusion au sein de l’espace public limousin. En effet, l’émergence puis l’amplification du scandale sont étroitement liées aux effets de sens, produits par la communication (ou l’absence tout aussi signifiante de communication) de l’entreprise elle-même d’une part, et par la communication médiatique d’autre part. Celle-ci, en effet, renvoie à des interrogations sur le(s) rôle(s) du journal local, support de l’information du scandale : sa fonction communément admise d’informateur de proximité mais aussi sa fonction de partenaire – souvent financier – de l’entreprise La Borie ne sont-elles pas contrées ou remises en cause par des obligations purement marchandes (celles d’être lu et de vendre) ? À ces questions s’ajoute un devoir d’analyse quant au rôle de l’énonciateur journaliste, qui est chargé de couvrir l’événement, et qui se donne de nouvelles fonctions : celles d’enquêter, d’accuser, de rendre justice, ou encore de porter la parole de l’opinion publique, au nom du bon respect de l’éthique engagée sous un statut RUP. Ces questions nous mèneront à parler d’« affaire éthico-médiatique », entendue comme phénomène de médiatisation où les enjeux éthiques du scandale sont réappropriés par les médias. Ces procédés d’appropriation engagent des choix et des effets de sens qu’il est important d’analyser dans la mesure où ils peuvent contribuer pleinement à construire et étendre le scandale lui-même.

10Enfin, ces méthodes d’analyse essaieront, à partir de l’étude des faits communicationnels, d’investir la question organisationnelle : l’engagement éthique envers un projet culturel d’utilité publique n’est-il pas censé être contrôlé, normé, évalué par un corps gestionnaire ? Il semble essentiel d‘interroger les modes de relations et le sens des pratiques qui s’instaurent au sein d’un tel organe censeur, responsable de l’édiction d’une pensée de bonne conduite. « Grâce » au scandale, les risques organisationnels d’une fondation hétéronome deviennent plus saillants.

Les conditions informationnelles à l’émergence du scandale

11Il était une fois l’histoire enchanteresse d’un orchestre baroque créé en 1984 en Limousin et devenu en 2013 une fondation internationale reconnue d’utilité publique, implantée sur un domaine historique de 14 hectares, ouvrant aux côtés de son programme culturel florissant (concerts, maison de disques Jazz et Classique, action culturelle, formation aux métiers de la musique, centre de recherche et de ressources en musique savantes) des jardins de musiques et de sons, vaste projet de tourisme culturel.

12En trente années de développement, l’association connaît de fortes mutations : achat et rénovation d’un site rural historique (monument classé, bâtiments du XVIIIe et du XIXe siècle, étang, prairies et forêts, tours, murs d’enceinte), diversification des secteurs d’activités, remaniements programmatiques, accroissement et hétérogénéisation des publics, des marchés, des modes de médiation culturelle, de l’équipe salariée et des acteurs impliqués (partenaires, réseaux de collaboration, artistes accueillis).

13Si la période 1984-2013 correspond à l’aventure fantastique d’un petit orchestre régional métamorphosé en un haut lieu de patrimoine, d’arts et de culture, la période 2013 à 2015 relève au contraire d’un récit dysphorique où s’enchaîne au sein de la Fondation une série d’accidents à l’issue desquels éclate le scandale public de sa liquidation : départ du directeur artistique de l’orchestre baroque, difficultés organisationnelles liées à la nouvelle activité touristique (formation des équipes, gestion technique et paysagère, investissement lourd, repositionnement d’images, etc.) et départ inattendu de la directrice de la Fondation. Les années noires de la Fondation La Borie souffrent, en sus, du lourd contexte économique qui touche en France les « structures de la création » (Paris, 2007 : 2) : crise du secteur de la création artistique, baisse des financements publics et augmentation des coûts de production, incertitude sur les nouveaux modèles industriels de diffusion à l’ère numérique, détresse de l’industrie musicale, fréquentation des lieux culturels Jazz et Classique en perte de vitesse, etc.

14L’établissement, placé en redressement judiciaire, est liquidé quelques mois plus tard. Si les difficultés structurelles de la Fondation sont ressenties depuis quelques années au sein de l’équipe (augmentation des comités de suivis du Bureau, urgence déclarée à amortir les investissements, recherche accrue de mécènes et de partenaires, accroissement des tâches, vastes campagnes pour affermir la notoriété du lieu), c’est en juin 2013 que la situation de La Borie, exposée dans les médias locaux, prend la forme d’une affaire publique, qui fit intervenir une pluralité d’observateurs, plus ou moins directs, et rehaussant du même fait l’opinion sur le lieu : « Nous proposons […] de comprendre l’opinion, source de réputation non pas comme risque, mais au contraire comme le signe d’une vitalité démocratique, comme une mise en discussion et en jugement des normes et des valeurs » (d’Almeida, 2007 : 117).

15Or, en juin 2013, période du point d’orgue de la « vitalité démocratique » de La Borie, l’opinion s’empare d’une double information :

  1. Une « information euphorique », contrôlée par les dirigeants et les services de communication de la structure, qui peut être glosée comme « La splendeur de La Borie ». Majoritairement liée à l’ouverture des Jardins sonores de La Borie, vastes jardins d’un nouveau genre, cette information revendique les valeurs patrimoniales, éducatives, ludiques, artistiques, esthétiques, mais aussi démocratiques, sociales, économiques, environnementales du programme La Borie.

  2. Une « information dysphorique », incontrôlée par les dirigeants et les services de communication de la structure, qui peut être glosée comme « La détresse de la Borie ». Majoritairement attachée à la disparition de l’orchestre baroque (l’Ensemble baroque de Limoges), cette information déplore la perte des racines de l’histoire culturelle du lieu, soulève les incertitudes qui en découlent du point de vue des financements publics alloués à l’orchestre, interroge fortement la cohérence des Jardins sonores au sein du programme culturel et la cohésion entre les diverses lignes artistiques développées (baroque, jazz, classique, arts du son).

16Sur la courte période de juin 2013 à mars 2015, la courbe de « l’information euphorique » chute, tandis que la courbe de « l’information dysphorique » s’étend :

Renversement des courbes informationnelles : le conditionnement d’un récit du déclin (juin 2013-mars 2015)

Renversement des courbes informationnelles : le conditionnement d’un récit du déclin (juin 2013-mars 2015)

(1) En juin 2013, la campagne de communication consacrée aux jardins sonores bénéficie de l’aura du récit fondateur 1984-2013 relatant le succès d’un programme de développement culturel. Cette campagne est sans précédent : augmentation du budget de communication, campagnes publicitaires dans la presse régionale, partenariats avec les professionnels du tourisme, du patrimoine et les médias, expositions, campagne d’affichage inter-régionale, création et gestion d’une identité numérique réservée aux jardins, recrutement d’un bureau de presse national, organisation de voyages de presse, campagne de financement participatif et privé. L’intensité et la figurativité (images de synthèse, dessins des instruments en création, schémas et plans des jardins, descriptions stylisées des espaces en cours de création, sensorialité des discours, isotopies de l’exception, du merveilleux et de la magie, etc.) accordées à cette campagne de communication, relayée par les journaux, l’équipe salariée, les bénévoles, les adhérents, les partenaires du projet excitent, auprès de tous, l’imaginaire et la perception fantasmatique des jardins.
(2) Néanmoins, le contenu réel que ces jardins donnent à découvrir dans les premiers mois d’ouverture creuse un premier écart avec l’horizon d’attente des visiteurs. Les jardins sont neufs, les instruments parfois dysfonctionnels, des espaces restent à aménager, les services ne sont pas expérimentés, etc. L’information euphorique perd de son intensité puisque les services de communication réorientent leurs stratégies, revoient les valeurs de magnificence et d’excellence à la baisse, gomment le lyrisme originellement utilisé pour valoriser le projet.
(3) Dans le même temps, les premiers visiteurs insatisfaits, journalistes compris, les partenaires réfractaires à la venue de ce projet touristique, les bénévoles déçus par les premiers conflits de gestion répandent les premières rumeurs d’un projet voué à sa perte, d’une équipe éreintée, et d’investissements scandaleux. Le départ du directeur artistique de l’Ensemble baroque de Limoges, personnalité célèbre dans le milieu artistique excite les premiers soupçons médiatiques et constitue le sujet de premiers articles mentionnant les difficultés structurelles de la Fondation La Borie. Une loi du silence est votée par le Bureau de la fondation en « réponse » à ses premières attaques médiatiques.
(4) Dès novembre 2014, le conseil d’administration, organe de décision et de contrôle de la structure, décide de mener une procédure de liquidation. L’affaire est hautement médiatisée et sonne le début du « scandale » La Borie.

17La progression parallèle de ces deux types d’information nuit à l’image de l’entreprise : l’affaissement de l’information positive et l’amplification de l’information négative créent un renversement axiologique dans l’image de la fondation RUP : de sa « splendeur » à sa « décadence ». C’est bien ce continuum informationnel, qui part de 2013 (résultat d’un apogée depuis 1984) et qui court jusqu’en 2015 (mort), dans une logique dégénérescente, qu’il faut prendre en compte pour penser le scandale de la liquidation de La Borie ; et non pas la seule et ponctuelle information polémique de sa liquidation en 2013. Car, en effet, ce qui fonde la substance scandaleuse de l’information de la liquidation, est bien l’écart entre un avant et un après, entre un succès et son échec, entre un idéal visé et une promesse déchue.

18Pointer l’opposition axiologique de cette information et révéler sa progression dans le temps sert à comprendre sur quel vivier informationnel s’est étendue l’information de la liquidation de La Borie ; vivier dans lequel chaque acteur impliqué, chaque citoyen investi, chaque parti-pris a pu piocher matière à accuser, dénoncer, spéculer, ou plus largement discuter et s’émouvoir. La mise en circulation et l’appropriation de ce contenu scandaleux ont formé les multiples variations du récit du déclin de la Fondation La Borie, colportant avec lui celui de l’échec d’un projet RUP et de ses impératifs de transparence, de désintéressement, d’efficacité démocratiques.

19Ceci revient à postuler que ce qui peut faire naître le scandale public doit être recherché dans la nature même de l’information sur laquelle il se greffe, et qu’il contribue à transformer (l’information de la liquidation dans notre cas). Cette information ne correspond pas en effet à une donnée que l’on doit considérer isolément vis-à-vis de l’histoire publique et éthique de l’organisation la Borie. Cette information produit le scandale, car elle vient s’installer dans cette histoire publique pour en contredire les horizons d’attente alors liés aux valeurs et aux devoirs de l’utilité publique. C’est donc au sein d’un « dispositif » informationnel que s’est intégrée l’information de la liquidation : « J’appelle dispositif tout ce qui a, d’une manière ou d’une autre, la capacité de capturer, d’orienter, de déterminer, d’intercepter, de modeler, de contrôler et d’assurer les gestes, les conduites, les opinions et les discours des êtres vivants » (Agamben, 2007 : 31). L’information de la liquidation a ainsi remis en cause cette modélisation de la pensée d’utilité publique La Borie, et a formé de cette façon le risque du scandale.

20Après avoir précisé les conditions informationnelles sur lesquelles a émergé le « scandale » de la liquidation de La Borie, intéressons-nous au contenu de ce débat devenu public afin de comprendre, d’une part, quels enjeux ce scandale met à jour et, d’autre part, le rôle de la médiatisation de l’information dans l’émergence et l’amplification du scandale lui-même.

Le « scandale » La Borie : d’une accusation originelle à une affaire éthico-médiatique

21Les difficultés structurelles de l’entreprise La Borie engagent au tournant de l’année 2013 une forte défiance de la part de son conseil d’administration, organe de décision et de contrôle de l’établissement. À la fin de l’année 2015, le « couperet » tombe : l’État décide de retirer sa confiance et son financement, et propose une procédure de liquidation.

Le débat originel

22Ce tableau synthétise le débat à l’origine du scandale.

Accusateur

Accusé

Volonté

Comportements décriés

Valeurs menacées selon l’accusateur

Financeur public majoritaire

La Borie

« Retrait de la confiance et des financements »

Investissement dispendieux et résultats dysfonctionnels, conflits esthétiques, gestion des finances, inadéquation entre le programme et les usages du public de la culture, disparition du baroque, symbole originel de l’excellence à La Borie.

Intérêt général et collectif : cohésion, productivité, excellence, dynamisme territorial, innovation, développement culturel, démocratisation

La Borie
(en réponse)

Financeur public majoritaire

« Maintien de la confiance et des financements »

Manque de confiance et de soutien, évaluation erronée de la situation structurelle, manque d’écoute, brutalité de la décision, questionnement sur une « politique de l’autruche » (la confiance est accordée depuis 30 ans) et manque de responsabilité.

Intérêt général et collectif : cohésion, productivité, excellence, dynamisme territorial, innovation, développement culturel, démocratisation

23Cette synthèse permet de noter le cœur du dilemme scandaleux. Deux points de vue s’affrontent au sujet d’une même finalité : le droit de faire disparaître ou non une fondation RUP dont la mission est de développer et de transmettre à la société les arts et la culture. La question débattue qui oppose un parti de la « défiance » et un parti de la « confiance » est la suivante : la Fondation La Borie sert-elle encore l’intérêt général et collectif ?

24Les dommages directs et collatéraux immédiats sont alors conséquents. On distingue les dommages axiologiques dus à une forte suspicion des partenaires financeurs, publics, bénévoles et collaborateurs de l’entreprise. Les « valeurs menacées », positionnées au sein du débat, sont celles qui ont forgé le capital image de la structure depuis 1984. Ces valeurs « servent de repères et d’idéaux formant la base d’une culture organisationnelle » (Boisvert, 2011 : 3) et l’affrontement interne entre un conseil d’administration et une équipe (direction et salariée) pose l’épineuse question de leur « non-respect généralisé » (Boisvert, 2001 : 3). Le retrait des financements implique inévitablement des dommages matériels : coûts de fonctionnement de la structure (notamment masse salariale), créances, ralentissement ou arrêt des activités, perte des marchés et des publics. Enfin, des dommages humains sont impliqués : l’affect liant une équipe à son espace de travail et à un projet d’utilité publique, l’engagement associatif liant un bénévole à son lieu et à ses valeurs d’adhésion, mais aussi la menace, la peur, l’impuissance des acteurs devant une situation qui échappe à leur contrôle.

Le journal local, « dénonciateur d’inconduites » ou accusateur ?

25Cette situation ne relèverait pas du scandale si dans le même temps une dénonciation publique ne s’était mise en place :

Il n’y a de scandale descriptible pour l’observateur que si un public, fût-il minime, s’est constitué pour relever une contradiction et la dénoncer […]. Le scandale suppose avant tout une désapprobation visible de la part d’un public. Plus exactement […] pour qu’émerge un scandale, il ne suffit pas que le public soit désapprobateur : encore faut-il que quelqu’un exprime publiquement sa désapprobation […] Le scandale repose fondamentalement sur un « acte de langage » (Speech Act) (de Blic et Lemieux, 2005 : 4).

26Dans notre cas d’étude, cet « acte de langage » médiatique a fortement participé à la transformation du débat en scandale public puis en affaire éthico-médiatique. L’un des processus communicationnels les plus puissants, advenus au sein des discours médiatiques 2013-2015, est de l’ordre d’une désacralisation. Or ce phénomène interroge le caractère prévisible de ce scandale, en supposant que des risques communicationnels auraient pu être sinon évités, au moins repérés et anticipés par l’entreprise-accusée.

27Une rétrospective de la vaste campagne de communication 1984-2013 de la Fondation La Borie nous a permis de retracer le récit d’une véritable « légende de soi » (d’Almeida, 2007 : 179). L’analyse des principaux supports de sa communication et de son identité visuelle (brochures annuelles, logos, discours officiels de présentation, chartes graphiques et numériques, etc.) a montré combien l’entreprise s’est racontée dans ses origines, ses mutations, ses désirs, ses valeurs, ses passions, sa personnalité mouvante, son environnement, ses fréquentations artistiques, etc. Ce grand récit a forgé l’histoire passionnante et fantasmatique d’un petit orchestre devenu une grande fondation internationale, bâtissant la réputation de La Borie sur les valeurs justement menacées dès 2013.

28Comme le souligne Nicole d’Almeida,

[l]a réputation a besoin de signes forts, de raccourcis saisissants qui frappent les imaginations […], mais elle a tout autant besoin d’une trame, d’un drame qui la dit et la met en scène. La réputation se contracte en un nom mais doit aussi s’étirer en une histoire, en une légende qui développe une identité (2007 : 179).

29La sacralisation de l’espace La Borie s’est ainsi développée grâce à trente années de production textuelle et de campagnes annuelles de communication, qui ont fait émerger trois « signes forts » prédominants, symboles des valeurs de l’entreprise : le directeur artistique de l’orchestre baroque, le Château de La Borie (classé monument historique) et la directrice de l’établissement.

30Ces trois figures médiatisées sont devenues au fil du développement de l’entreprise de véritables « idoles », « personne ou chose intensément admirée et faisant l’objet d’une sorte de vénération » présentées auprès des publics et des partenaires, comme signes incarnant la culture organisationnelle de La Borie et, de fait, incarnant des valeurs citoyennes, telles que le développement des arts et de la culture, la démocratisation ou le dynamisme territorial.

31Or, ce qui advint dès 2013, et qui conduisit en grande partie l’image de l’entreprise à sa perte, fut la mise en œuvre d’une radicale désacralisation des idoles au sein du discours médiatique. Cette désacralisation s’appuie sur deux procédés. Premièrement, en couvrant l’actualité négative de la Fondation La Borie, les médias se sont servis des « signes forts » de l’entreprise : jusqu’ici utilisés et contrôlés par l’entreprise pour élaborer son capital image et incarner sa « légende », ces signes, affectés de valeurs dysphoriques se voient devenir le symbole d’une « destitution ». Deuxièmement, l’histoire médiatisée de La Borie a pris progressivement la forme d’un feuilleton local sur fond de procès public auquel le lectorat du journal est invité à assister.

32Nous prendrons pour exemple caractéristique un article du 13 décembre 2014 (Le Populaire.fr), illustré par la photographie suivante :

33Cet article prend place dans une série d’articles constituant en quelque sorte les « épisodes » de l’affaire La Borie. Il fait directement suite à deux articles : l’un paru le 11 décembre 2014, l’avant-veille, intitulé La Borie : vers la liquidation, l’autre paru la veille et titré La Borie n’est pas encore en liquidation qu’elle suscite déjà la convoitise (Le populaire.fr).

34Le discours médiatique met en place, sur trois jours, un programme narratif digne d’un véritable feuilleton romanesque. L’article quotidien devient l’épisode des nouvelles péripéties de l’entreprise et recherche la fidélisation de son lectorat. La Borie y devient un anti-héros, victime d’une destitution de pouvoir. Les discours déclenchent les stéréotypes du roman de dynastie. L’article du 11 décembre proclame « la corruption » de l’entreprise et la transformation du héros en anti-héros par différents ressorts juridico-littéraires. Celui du gouffre financier : « dette cumulée de 1,5 million d’euros », « cessation de paiement », « recettes, aujourd’hui inexistantes », « 100 000 euros de dettes par an depuis cinq ans » ; de la dépossession du droit et de la liberté : « saisie du Tribunal de grande instance », « il appartiendra à la justice », « la saisie de la justice », « une procédure aux prud’hommes » ; de la perte de la crédibilité, de l’autorité et du pouvoir : « graves erreurs de gestion », « choix culturels incohérents », « diversification hasardeuse », « politique illisible », « au mépris de la loi », « un gâchis, artistique et social », « mal calibré, mal analysé », etc.

35Dans ce discours médiatique, le rôle de l’énonciateur-journaliste tient une position de « dénonciateur d’inconduites » (Girard, 2007 : 1), glissant vers l’accusation et prenant parti contre l’entreprise La Borie. En effet, l’énonciateur adopte la posture de la doxa, en tant qu’opinion publique révoltée par le comportement déviant de l’entreprise. Ce positionnement émane, à la surface du discours, par la mise en place d’une forte subjectivité, s’appliquant à représenter l’opinion : « les fameux jardins sonores à 3 millions d’euros », « la réalité semble différente aujourd’hui… », « au bas mot », « il est assez curieux de », « une structure […] dans le rouge », etc. On retrouve, dans ce procédé, le stéréotype de la révolte du peuple et de l’affrontement entre le roi et ses sujets, le premier possédant la fortune, présupposant un peuple réduit à la pauvreté. Puis, les articles des 12 et 13 décembre plantent le décor d’une « machination » mise en route pour la relève du trône. Les isotopies de la rumeur et de la révélation hantent le discours et permettent de la sorte de positionner l’énonciateur en dénonciateur et accusateur de la manigance : « le secret avait été bien gardé », « on apprend que », « cela fait plusieurs mois que », « a bien été obligé d’avouer », « vendu la mèche », « aurait évoqué en “‘off”’ », etc. Or la prise en charge de ce rôle d’énonciateur-accusateur contribue à la scandalisation de l’information. D’une part, son rôle est rendu crédible et légitime car il s’insère au sein d’un support d’information, le journal local, chargé de diffuser une information de proximité, dont la véracité n’est que rarement remise en cause. La contiguïté géographique entre les sources d’information (le tissu très local) et la rédaction du journal, la facilité de vérification de l’information par les lecteurs (voisinage, entourage, réseaux locaux), mais aussi la reconnaissance du devoir et des principes du journalisme local (transmission de l’actualité locale quotidienne, au service des lecteurs et de leur connaissance du territoire, compétences et techniques des groupes d’information, etc.) sont autant de facteurs, admis par les lecteurs limousins, et qui les (r)assurent sur l’exactitude de l’information. D’autre part, l’histoire partenariale entre ce journal et l’association, de notoriété publique, conforte auprès des lecteurs la légitimité du journaliste à intervenir dans les affaires juridiques de La Borie : encarts publicitaires, unes, dossiers thématiques, communiqués sur les concerts et événements, portraits des acteurs… De nombreux articles véhiculant l’évolution de l’association La Borie ont été pris en charge par ce journal, faisant de lui l’un des partenaires privilégiés de l’information de la structure auprès de ses publics.

36Justement, si l’on s’intéresse désormais à la photographie qui accompagne l’article du 13 décembre, nous constatons l’effort de cibler ce discours auprès des différents types de lectorat du journal. Cet article, titré La Borie : la Mutualité limousine envisage un centre de soins pour professionnels du spectacle, entend annoncer qu’un repreneur potentiel, la Mutualité, envisage le rachat du domaine de la Borie, et non la reprise de ses activités. La mise en scène fonctionne sur l’association de deux symboles. Le premier est le château de La Borie, représenté en plein centre de l’image, et en arrière-plan, juché au cœur de ses terrasses potagères luxuriantes : une dizaine de tables de potager en corten, végétaux verdoyants et fleuris, pelouse entretenue… Le second symbole est placé au premier plan : il s’agit d’une chilienne, bleu clair, inoccupée, dont la symbolique va dépendre selon nous du pouvoir interprétatif des types de récepteurs, et du savoir qu’ils possèdent sur l’entreprise.

37Tout d’abord, il semble que pour tout lecteur, dont ceux qui ne possèdent aucune connaissance sur l’entreprise, le signifiant /chilienne/ tend à confirmer le cadre idyllique, estival et champêtre du domaine. Captée au sein d’un environnement qui lui est adéquat (le salon d’été), la chaise longue semble parfaire l’idéal de la délectation bourgeoise, l’instant de la sieste dans le jardin à la française. Cette première interprétation confère à rehausser la dimension luxueuse et noble du manoir de La Borie. Cette image dresse, à l’attention de tout lecteur, un tableau orienté vers une représentation aristocratique du lieu. Par là, elle engage la conjonction des deux symboles : le signe /chilienne/ est symbole de l’aisance, du confort de toute noblesse, et le signe /château/ est symbole de la propriété et de la richesse.

38Une seconde cible est visée par le journal. Il s’agit du public ayant déjà fait l’expérience de La Borie, soit de façon concrète en se rendant sur le domaine, soit par l’entremise du même journal qui a déjà diffusé largement les images du domaine. En effet, la chilienne est un élément fort du décor estival de La Borie : chaque soir d’été, en 2013 et 2014, l’entreprise animait les terrasses du château avec des concerts en plein air, où le visiteur s’installait dans les transats afin de profiter du concert, un verre à la main. Or ce lecteur, et tout particulièrement le lecteur des journaux locaux, est moins amené ici à percevoir une /chilienne/ qu’une /chilienne vide/. Cette image réfère et s’oppose en effet directement à la photographie officielle des apéro-concerts de la Borie, qui circula dans toute la presse locale au cours des étés 2013 et 2014. Le journal a largement diffusé l’image de /chiliennes occupées/, signes qui exprimaient l’idée d’une « émulation » car la foule de spectateurs et de visiteurs emplissait le domaine, garantissant l’image d’un succès populaire pour La Borie :

Photographie officielle 2013-2014 des « apéro-concerts » de La Borie

Photographie officielle 2013-2014 des « apéro-concerts » de La Borie

39Le journal s’appuie donc cette fois sur les acquis représentationnels de son propre lecteur, acquis que le journal lui-même a conduit à établir et qu’il renverse dans cet article du 13 décembre 2014. La /chilienne vide/, devient par opposition avec la /chilienne occupée/, le symbole de la désertion du public et de la solitude du domaine. Cette représentation permet alors d’associer le symbole /chilienne vide/ à /château déserté/ renvoyant tous deux au référent La Borie, mais désormais investi des valeurs d’abandon et de défection.

40Une troisième cible, la plus large en ce qu’elle représente la synthèse des deux précédentes, est amenée à considérer une double lecture du symbole /chilienne/, cette fois vis-à-vis de l’information annoncée et dévoilée en tant que « scoop » : « on apprend que la Mutualité limousine étudie un projet à la Borie […] le secret avait été bien gardé ». Connaisseur ou non de l’entreprise, le lecteur est amené à percevoir la /chilienne vide/ comme le symbole du « trône » et du « règne », d’une « place à prendre ». La Borie est désormais représentée comme un royaume convoité.

41Ces articles procèdent à la désymbolisation de l’icône /château de La Borie/ par l’utilisation systématique du symbole au gré d’un parcours narratif relatif au déclin et à la mort du sujet La Borie référent. Le discours médiatique fonctionne sur la mise en place d’un véritable parcours narratif, composé des cinq étapes constitutives de tout récit : une situation initiale présupposée et antérieure : le développement et la réussite de l’entreprise ; les éléments perturbateurs (l’instabilité et le déséquilibre) ; l’action : les péripéties et les épreuves telles que la désertion, la solitude, la corruption ; viendront dans les articles suivants les éléments de résolution : la Justice et le « redressement judiciaire », les choix décisifs tels que « l’annulation de concerts » ; enfin, la situation finale du sujet : sa chute ou sa « liquidation ».

42Le récit – ou feuilleton – médiatique s’élabore ainsi en véritable « contre-légende », car il prend strictement à rebours le schéma narratif de la « légende La Borie » et forge, celui de l’« abolition La Borie » :

SCHÉMA NARRATIF

LÉGENDE LA BORIE
1984-2013

CONTRE-LÉGENDE
2013-2015

(Prise en charge opinion = Entreprise)

(Prise en charge opinion = Journal)

Situation initiale

Éléments perturbateurs

Action

Éléments de résolution

Situation finale

Petit orchestre régional

Volonté de développement

Mise en œuvre du dispositif (développements des activités, diversification des publics, multiplication des projets culturels…)

Remédiation structurelle, économique…

Grande fondation internationale = succès

Fondation

Instabilité, déséquilibre

Désertion, solitude, corruption

Justice, choix décisifs (RJ)

Liquidation = échec

43Le succès médiatique local du « feuilleton La Borie », aidé par le silence des services de communication de la structure, crée ainsi les conditions d’arrivée de nouveaux observateurs et de parties prenantes au scandale. L’affaire n’oppose plus uniquement une tutelle de financement public à une gouvernance d’entreprise mais devient, sous la plume journalistique, et dans les conditions de médiatisation que nous avons explicitées, le procès public d’un lieu « reconnu d’utilité publique ». Ce procès médiatisé engage les lecteurs du journal, alors rappelés à leur statut de citoyen – et légitimés en tant que tels – à intervenir et à remettre en question le droit d’existence de l’association en tant que représentante de valeurs et de devoirs démocratiques concernant la culture en Limousin : qui représente notre intérêt général et collectif ? L’argent public doit-il être retiré ou maintenu pour faire valoir nos droits à la culture, nos représentations de l’utilité publique sur le territoire ?

44De là, l’affaire éthico-médiatique s’installe et s’amplifie. Des observateurs s’emparent du débat pour faire valoir leur opinion. Sans prendre parti de façon formelle, ces avis d’observateurs alimentent ou ramifient le débat, dans des circonstances et par des méthodes informelles (conversations de couloirs, appels téléphoniques, courriers) en le faisant porter sur des segments de l’affaire. Nous pouvons citer le cas d’associations satellites de La Borie, dont quelques membres sont passés ainsi, lors de l’affaire, du statut d’adjuvant au statut d’opposant.

45La démultiplication des observateurs, la teneur parfois informelle de discours satellites, ainsi que l’accélération de la médiatisation sont autant d’éléments contributeurs du scandale. Ils s’adjoignent au débat initial et conduisent une forte remise en cause de la culture organisationnelle de l’entreprise et de sa « responsabilité sociale » (d’Almeida, 2007 : 178). Le scandale a créé la dislocation du « groupe social » : « Ce qui nous semble définir un groupe social, ce n’est pas le fait d’être ensemble […]. C’est au contraire une finalité, une intention, une orientation d’actes, ce que nous avons appelé un projet » (Reynaud, 1989 : 91). Le scandale fait saillir des lignes de clivage entre les membres constitutifs d’un corps agissant pour le bien culturel collectif : tutelles, dirigeants, bénévoles, salariés, adhérents, collaborateurs… Il expose simultanément un conflit entre des identités sociales et politiques, entre des systèmes de gouvernance, et exprime la dislocation d’un « projet » collectif, censé représenter les valeurs de solidarité et d’engagement associatif, ainsi que les intérêts de la population. La force de représentativité de ce groupe social s’effondre publiquement, s’interrogeant sur les risques organisationnels inhérents à l’entreprise culturelle privée RUP.

Éthique(s) et risques organisationnels au sein de l’entreprise culturelle privée RUP

46Ce scandale représente un cas d’étude intéressant pour interroger les « zones » et « situations » à risque, existant au sein d’une organisation artistique et culturelle :

le scandale a souvent été utilisé comme un révélateur, au sens quasi photographique du terme, des rapports de force, des structures, des espaces positionnels ou des normes qui lui préexistaient. Il lui fut ainsi reconnu la capacité de rendre spectaculairement manifestes à l’observateur les lignes de clivage et les rapports de domination qui traversent de façon ordinairement plus opaque une société (de Blic et Lemieux, 2005 : 2).

47Détaillons à l’aide du schéma actanciel le système d’organisation dans lequel prend place l’agir culturel.

Structure organisationnelle de l’action culturelle : identités fonctionnelles et relations dans le groupe social

Structure organisationnelle de l’action culturelle : identités fonctionnelles et relations dans le groupe social

48Liés par un idéal commun, « le développement de la culture en territoire limousin », deux types d’opérateurs interviennent dans l’action culturelle de la Fondation La Borie : son conseil d’administration, organe de gouvernance, de décision et de contrôle de l’action d’un côté, son équipe et sa direction, organe exécutif de l’action, de l’autre.

49La relation qui unit ces deux instances est de l’ordre d’un « devoir-faire ». Le conseil d’administration impose à la direction et aux salariés d’accomplir une action culturelle préalablement votée. L’accomplissement de l’action est évalué par le conseil d’administration lors de phases régulières de « sanction ». Si la mission de l’entreprise est jugée réalisée, on parlera de « récompense ». L’entreprise fut évaluée positivement jusqu’au début des années 2010 puisqu’elle reçut, au gré des annuels conseils d’administration, la confirmation du bien-fondé de ses actions, la validation de la poursuite de ses activités, le financement pour continuer son développement, et la confiance de ses partenaires. Si la mission est jugée non réalisée (comme cela a été le cas en 2013), confiance et financement sont suspendus ou retirés.

50Un premier constat d’ambivalence est flagrant et dessine une première « zone à risque » (Boisvert, 2011 : 3) dans cette organisation : siègent à l’intérieur de cet organe, des instances qui endossent à la fois les fonctions de censeur et de financeur. Ainsi, ces instances contribuent à la fois au jugement de l’action et à la possibilité de sa poursuite. Or le jugement du censeur-financeur est-il facile à élaborer en toute rationalité ? « Il existe une difficulté structurelle à formuler avec précision la contrepartie attendue du subventionnement, qui n’a d’égale que l’incertitude quant à la réalisation de cette contrepartie » (Waresquiel et al., 2001 : 570). La formulation des objectifs assignés à la fondation n’est-elle pas affectée d’un degré de généralité et d’imprécision tel, que les possibilités de vérification et d’évaluation lors de la « sanction » en deviennent réduites ? Quels critères quantitatifs et qualitatifs peuvent établir qu’une entreprise réalise effectivement un « développement territorial par la culture » ?

51Cette problématique de l’évaluation, soulève une seconde interrogation dès lors que nous détaillons la composition de cette instance censeure. En effet, le conseil d’administration de la Fondation La Borie est composé de trois « collèges » opérateurs, responsables de l’application et du respect de valeurs qui peuvent être à la fois différentielles et variables :

  1. Les tutelles publiques (ministère de la Culture et de la Communication et collectivités territoriales) qui répondent des « politiques publiques de la culture », édictées sous forme de lois, réformes, circulaires publiques, et respectant les axes prioritaires donnés par les gouvernements successifs (de 1984 à 2014). La priorité peut être ainsi plus ou moins donnée au patrimoine, à l’éducation artistique, à l’innovation, au développement économique, à la création artistique, etc.

  2. Les tutelles privées (entreprises, mécènes particuliers, associations amies) qui répondent de « politiques de dons » spécifiques, édictées sous forme d’appels à mécénat et de conventions de partenariats qui stipulent – souvent de façon thématique – les axes prioritaires qu’ils se donnent dans l’action de soutien : « lien social », « musique », « spectacle vivant », « solidarité », « accessibilité », etc.

  3. Les tutelles internes à l’entreprise (président et membres du Bureau de la fondation) qui répondent d’une politique corporate partagée entre un devoir de respect des chartes des tutelles publiques et privées et un devoir spécifique à son propre développement : lois des marchés, règles organisationnelles de la vie de l’entreprise, émergence de nouvelles idées, ouverture à de nouveaux périmètres d’intervention, recherche d’une autonomie et de ressources propres pour son financement, etc.

52La composition hétérogène du conseil d’administration est garante d’une richesse organisationnelle, mais elle induit un système de valeurs et de normes relativement complexe :

Les valeurs sont de piètres guides pour l’action, car elles ne comportent que des critères de choix généraux qui indiquent la ligne de conduite préférable […] elles sont si vagues et si générales qu’il est possible d’adhérer à des valeurs incompatibles entre elles sans même être conscient de la contradiction […] Les groupes particularisent et précisent les valeurs sous forme de normes dans les situations problématiques de leur existence […]. Ces normes définissent avec une relative précision les actions autorisées, les actions interdites, les situations auxquelles s’appliquent les normes et les sanctions frappant les transgressions (Becker, 2011 : 153-155).

53L’édiction des normes doit procéder d’une mise en correspondance des attentes spécifiques à chacun, dans des contextes économiques et politiques en permanente évolution. De surcroît, l’écriture d’un règlement intérieur collectif se doit de prendre en compte le développement continuel d’une entreprise créative : foisonnement de nouveaux concepts, urgence, accélération des affaires courantes, réadaptation des modes et règles de vie de l’équipe, etc. En plus d’une synchronisation des désirs affectés à chaque tutelle, des phases récurrentes de régulation des normes doivent être effectuées pour coordonner les dispositifs d’action. Procéder à l’évaluation collective régulière de l’action culturelle relève donc d’un défi organisationnel de taille, devant prendre en compte ces processus de co-opération et l’écart entre le « vouloir » et le « pouvoir » de l’entreprise.

54La seconde difficulté réside dans les processus définitoires d’une mission d’intérêt général. En tant que structure subventionnée, l’entreprise scelle un contrat avec ses tutelles publiques : des crédits lui sont alloués pour répondre à une mission d’intérêt général. Elle se doit d’être conforme, dans son développement, à la définition contemporaine que l’État français et ses institutions donnent de cet intérêt général sur le plan de la culture. Le système étatique représente en France l’instance validante la plus puissante dans l’édiction d’une pensée de l’intérêt général : service de statistiques, observatoires, service de prospective, divulgateur des concepts-clés… Le pouvoir public de la culture représente un foyer éthique puissant qui érige les définitions de ce qui doit représenter la finalité d’une action d’intérêt général. Autrement dit, toute entreprise culturelle, ayant pour mission de répondre à cette même finalité, et de surcroît nécessitant des fonds financiers publics pour servir cette action, se doit d’être conforme au sens national que le pouvoir accorde à la mission.

55Ce processus de conformisation réside notamment dans le langage affecté à l’action, notamment au sein des « appels à projets », des « demandes de subventions », des « comités de décision » ou des « conseils d’administration ». La définition de l’intérêt général se cristallise au sein d’un vocable en permanente évolution, défini et redéfini au sein des textes officiels. Or il est bien évident que le langage de l’action n’est pas l’action elle-même, mais une représentation aisément manipulable de l’action : « N’y a-t-il pas un risque d’instrumentaliser l’évaluation dans une optique d’octroi/de réduction de financement, réformes internes, classement ? Toute l’ambivalence de l’évaluation réside dans ses deux visées : contrôle et aide au changement » (Carayol et Gramaccia, 2013 : 72).

56Dans un tel système, et afin d’obtenir la confiance de ses tutelles, l’entreprise doit-elle simplement agir ou utiliser le bon vocable pour définir son action ? Les phases d’évaluation empruntent inévitablement, à l’oral comme à l’écrit, le véhicule du langage : on constate, dans les faits, que l’entreprise, placée dans une situation de justification, doit faire accepter sa propre mission à son instance validante en prenant soin, dans sa position de demandeur de fonds publics, de s’aligner sur un code langagier, le vocable, porteur du sens contemporain et national de la pensée d’intérêt général. Cette situation est hautement risquée car elle biaise l’évaluation et le contrôle de l’action elle-même, en plaçant l’entreprise dans une position de mise en conformité du point de vue du langage, au risque que le choix du vocable demeure une stratégie efficace – parfois même suffisante – pour faire admettre que le contenu d’une mission respecte la pensée dominante.

57Le scandale La Borie soulève une série de questionnements citoyens directement liée à cette problématique : si des crédits publics lui ont été accordés précédemment pour réaliser notamment les jardins sonores et musicaux, et si une confiance a été scellée, pourquoi est-elle accusée quelques années plus tard « d’investissements dispendieux » et d’incohérence dans son projet culturel ? La Borie a-t-elle menti à ses tutelles et obtenu un financement abusif ? Les tutelles publiques ont-elles fermé les yeux et confié leur financement sans contrôle de l’action ?

58Nous pouvons supposer rétrospectivement que les critères axiologiques et normatifs des tutelles accusatrices d’un côté et de l’entreprise accusée de l’autre sont entrés en conflit. Dans les années 2000, l’éthique corporate s’est progressivement libérée de ses valeurs originelles. Le projet des jardins sonores se lie peu à peu à un idéal entrepreneurial de développement économique par la culture (concept de pépinières d’entreprises privées sur le domaine, développement de produits culturels externalisables sous forme de sociétés, attractivité du site de création artistique par l’appel à des événements transdisciplinaires « jardinage et sons », « arts et artisanats », « musique et gastronomie »). Cette voie de développement, sans quitter le principe de l’intérêt général et collectif (transmettre la culture, développer et diffuser la création), représente une façon de devenir de plus en plus autonome, notamment d’un point de vue financier.

59Or la modification progressive de cette « éthique La Borie » creuse un écart (spatial, temporel, idéologique) de plus en plus conséquent avec les premiers principes de confiance publics, accordés dès l’origine et attachés à l’excellence baroque, à la création musicale, au patrimoine historique, à l’éducation artistique et culturelle autour de la musique savante. La révision systématique des contrats de confiance, l’arrivée de nouvelles voies programmatiques, l’effort de régulation et de synchronisation normatives ont-ils été des facteurs d’épuisement, vecteurs d’une défiance des partenaires institutionnels ?

60Le contrôle de l’action et de l’évolution éthique de cette Fondation s’est-il accompagné de dispositifs suffisamment solides ?

Les diagnostics éthiques dévoilent les transgressions, tolérées ou ignorées, que connaissent les organisations. Plutôt que d’admettre que le travail de gestion des risques éthiques est essentiel à la bonne gouvernance (permettant de cerner rapidement les conduites déviantes), les dirigeants d’organisations publiques préfèrent le plus souvent pratiquer la politique de l’autruche (Boisvert, 2011 : 3).

61La question du « contrat de confiance » scellé entre un conseil d’administration et un corps exécutant pose résolument problème : engager sa confiance sur un « récit anticipé » (perspectives, projets) annule-t-il tout besoin de diagnostics en amont ? L’attente de résultats quantifiables suffit-elle à évaluer la réussite d’un projet culturel ? La problématique de l’asynchronie au sein d’un tel système doit être posée. Il existe en effet un temps d’anticipation de l’entreprise nécessaire à la projection de ses nouvelles activités, un engagement à court terme de la part des tutelles publiques (convention annuelle, biannuelle ou trisannuelle) et des engagements à moyen et long terme de la part des entreprises mécènes (convention partenariat longue durée).

Conclusion

62L’analyse info-communicationnelle et sémiotique de la liquidation de la Fondation La Borie a permis de pointer les facteurs de conditionnement et de propagation d’un scandale, advenu au sein d’une fondation RUP, mais pouvant servir, au-delà, toute organisation attachée à un engagement éthique et devant répondre, sous statut privé, de l’intérêt général. Le scandale ne peut être étudié en dehors des logiques d’information et de communication qui coexistent et contribuent à le produire et le répandre. D’abord, les logiques de communication antérieures à l’émergence du scandale doivent être prises en compte pour comprendre que la nature même de l’information provoquant le scandale ne naît pas en dehors de l’histoire informationnelle de l’organisation. Le scandale s’appuie sur le caractère dégénérescent de cette information. C’est l’écart informationnel entre l’histoire commune visée (ici, l’utilité publique et les valeurs attendues d’une structure artistique et culturelle RUP : la production d’arts et de culture pour le public, de nouvelles œuvres et des pratiques d’accès et de participation, de l’événementiel et du plaisir esthétique, etc.), et une nouvelle donnée venant rompre ces projections (ici, la liquidation), qui conforte l’apparition d’un récit à scandale (ici, le récit du déclin d’un représentant de l’utilité publique), matière polémique donnant lieu à autant d’appropriations qui contribuent à la (dé)formation et à l’évolution du scandale lui-même.

63Le rôle des médias dans cette appropriation est tout à fait central. Il expose le débat et conforte l’arrivée et la « vitalité » de l’opinion publique, légitimement autorisée à porter un regard sur la politique de transparence et la pérennité d’un projet que l’argent public finance en partie. Les logiques de la médiatisation de l’événement ont aussi été décisives dans l’amplification du scandale : mise en place d’une chronique journalistique dont le schéma narratif amplifie l’écart entre légende et contre-légende publique, combinatoire entre le rôle de l’énonciateur-journaliste chargé de représenter le bien commun et du rôle du support-journal chargé de dire la vérité. Le journal a positionné le débat sur la liquidation au sein de l’espace public, et en véritable cas de conscience éthique, où le droit à l’existence ou à la disparition d’une organisation RUP est posé aux lecteurs dont la légitimité à juger et à intervenir est stimulée.

64Ce scandale public induit ainsi l’effet d’effritement d’un corps gestionnaire qui serait responsable de la bonne conduite d’un impératif régalien : l’utilité publique dans le milieu culturel. C’est pourquoi il devient nécessaire d’ouvrir de possibles questionnements sur les logiques organisationnelles d’une structure RUP que ce scandale permet de pointer et de remettre en cause. L’organisation d’un tel établissement n’est-elle pas déjà structurellement porteuse du scandale ? L’organe gestionnaire, détenteur du pouvoir de contrôle, de décision et d’organisation de la structure RUP, devant contribuer à la bonne conduite du projet d’intérêt général, révèle ses zones de vulnérabilité organisationnelle : indétermination et imprécision quant aux attentes qualitatives du projet culturel, quant à l’existence de possibles diagnostics de l’engagement associatif, mais aussi conflits et asynchronies dans l’appareil normatif qu’il impose à l’entreprise associative et au bon déroulement de son action pour le bien commun. Ce système d’organisation montre ici sa complexité dans la nécessaire coordination des éthiques en jeu, des institutions et des valeurs qu’elles induisent, des normes hétérogènes qui en découlent, qui guident et structurent « l’agir culturel ».

Top of page

Bibliography

Agamben, Giorgio (2007), Qu’est-ce qu’un dispositif ?, Paris, Rivages.

D’Almeida, Nicole (2007), La société du jugement – Essai sur les nouveaux pouvoirs de l’opinion, Paris, Armand Colin.

Becker, Howard Saul (1985), Outsiders : Études de sociologie de la déviance, Paris, AM Métailié.

Boisvert, Yves (2011), « Éthique et gestion publique : apprendre des scandales », Revue française d’administration publique, vol. 4, no 140, [en ligne], http://www.cairn.info/revue-francaise-d-administration-publique-2011-4-page-641.htm, (20 avril 2016).

Carayol, Valérie, et Gino Gramaccia (dir.) (2013), Abécédaire : vingt ans de recherches et de publications en communication des organisations, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux.

Caunes, Jean (1999), La Culture en action : de Vilar à Lang : le sens perdu, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Conference permanente des coordinations associatives – CPCA (2008), « Le financement (public) des associations : une nouvelle donne, de nouveaux besoins », Études et Documents, no 6, [en ligne], http://www.injep.fr/sites/default/files/documents/EnqueteCPCA_Financement_juillet2008.pdf, (30 août 2016).

Blic, Damien de, et Cyril Lemieux (2005), « Le scandale comme épreuve – Éléments de sociologie pragmatique », Politix, vol. 3, no 71, [en ligne], http://www.cairn.info/revue-politix-2005-3-page-9.htm, (20 avril 2016).

Broise, Patrice de la, et Sylvie Grosjean (dir.) (2010), Normes et écriture de l’organisation. Études de communication langages, information, médiations, Lille, Université Charles-de-Gaulle Lille 3.

Direction de l’information légale et administrative – DILA (2006), « L’intérêt général et les intérêts particuliers », Vie publique, [en ligne], http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/citoyen/approfondissements/interet-general-interets-particuliers.html, (29 septembre 2016).

Djian, Jean-Michel (2005), Politique culturelle la fin d’un mythe, Paris, Gallimard.

Fontanille, Jacques (1999), Sémiotique du discours, Limoges, Presses universitaires de Limoges.

Girard, Diane (2007), « Culture organisationnelle, contexte d’affaires et prise de décision éthique », Gestion, vol. 32, [en ligne], http://www.cairn.info/revue-gestion-2007-1-page-101.htm, (20 avril 2016).

Haut conseil à la vie associative – HCVA (2016), Rapport sur la notion d’intérêt général fondant l’intervention des associations, [en ligne], http://www.associations.gouv.fr/IMG/pdf/Rapport_du_HCVA_sur_l_interet_general.pdf, (30 août 2016).

Le populaire.fr (2014), La Borie vers la liquidation, 11 décembre, [en ligne], http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/2014/12/11/la-borie-vers-laliquidation_11255960.html, (12 décembre 2014).

Le populaire.fr (2014), La Borie n’est pas encore en liquidation qu’elle suscite déjà la convoitise, 12 décembre, [en ligne], http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/2014/12/12/la-borie-n-est-pas-encore-enliquidation-qu-elle-suscite-deja-la-convoitise_11257225.html, (13 décembre 2014).

Le populaire.fr (2014), La Borie : la Mutualité limousine envisage un centre de soins pour professionnels du spectacle, 13 décembre, [en ligne], http://www.lepopulaire.fr/limousin/actualite/2014/12/13/la-borie-la-mutualite-limousineenvisage-un-centre-de-soins-pour-professionnels-du-spectacle_11257738.html, (14 décembre 2014).

Le Trésor de la langue française informatisé – ATILF (2001), Le Trésor de la langue française informatisé, [en ligne], http://atilf.atilf.fr/tlf.htm, (3 septembre 2012).

Moulinier, Pierre (2013), Les politiques publiques de la culture en France, Paris, Presses universitaires de France.

Reynaud, Jean-Daniel (1989), Les règles du jeu – L’action collective et la régulation sociale, Paris, Armand Colin.

Paris, Thomas (2007), « Organisation, processus et structures de la création », Culture prospective – Département des études, de la prospection et des statistiques du Ministère de la Culture et de la Communication, n2007-5, [en ligne], http://www2.culture.gouv.fr/culture/deps/2008/pdf/Cprospective07_5.pdf, (2 mars 2013).

Perseil, Sonny, et Yvon Pesqueux (dir.) (2014), L’organisation de la transgression : Formaliser l’informel ?, Paris, L’Harmattan.

Tchernonog, Viviane (2012), « Le secteur associatif et son financement », Informations sociales, no 172, [en ligne], https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2012-4-page-11.htm, (30 août 2016).

Tchernonog, Viviane (2001), « Ressources, financements publics et logiques d’action des associations », RECMA-Revue internationale de l’économie sociale, no 282, [en ligne], http://www.recma.org/sites/default/files/282_042063.pdf, (30 août 2016).

Waresquiel, Emmanuel (dir.) (2001), Dictionnaire des politiques culturelles de la France depuis 1959, Paris, CNRS Éditions.

Top of page

List of illustrations

Title Renversement des courbes informationnelles : le conditionnement d’un récit du déclin (juin 2013-mars 2015)
Caption (1) En juin 2013, la campagne de communication consacrée aux jardins sonores bénéficie de l’aura du récit fondateur 1984-2013 relatant le succès d’un programme de développement culturel. Cette campagne est sans précédent : augmentation du budget de communication, campagnes publicitaires dans la presse régionale, partenariats avec les professionnels du tourisme, du patrimoine et les médias, expositions, campagne d’affichage inter-régionale, création et gestion d’une identité numérique réservée aux jardins, recrutement d’un bureau de presse national, organisation de voyages de presse, campagne de financement participatif et privé. L’intensité et la figurativité (images de synthèse, dessins des instruments en création, schémas et plans des jardins, descriptions stylisées des espaces en cours de création, sensorialité des discours, isotopies de l’exception, du merveilleux et de la magie, etc.) accordées à cette campagne de communication, relayée par les journaux, l’équipe salariée, les bénévoles, les adhérents, les partenaires du projet excitent, auprès de tous, l’imaginaire et la perception fantasmatique des jardins.(2) Néanmoins, le contenu réel que ces jardins donnent à découvrir dans les premiers mois d’ouverture creuse un premier écart avec l’horizon d’attente des visiteurs. Les jardins sont neufs, les instruments parfois dysfonctionnels, des espaces restent à aménager, les services ne sont pas expérimentés, etc. L’information euphorique perd de son intensité puisque les services de communication réorientent leurs stratégies, revoient les valeurs de magnificence et d’excellence à la baisse, gomment le lyrisme originellement utilisé pour valoriser le projet.(3) Dans le même temps, les premiers visiteurs insatisfaits, journalistes compris, les partenaires réfractaires à la venue de ce projet touristique, les bénévoles déçus par les premiers conflits de gestion répandent les premières rumeurs d’un projet voué à sa perte, d’une équipe éreintée, et d’investissements scandaleux. Le départ du directeur artistique de l’Ensemble baroque de Limoges, personnalité célèbre dans le milieu artistique excite les premiers soupçons médiatiques et constitue le sujet de premiers articles mentionnant les difficultés structurelles de la Fondation La Borie. Une loi du silence est votée par le Bureau de la fondation en « réponse » à ses premières attaques médiatiques.(4) Dès novembre 2014, le conseil d’administration, organe de décision et de contrôle de la structure, décide de mener une procédure de liquidation. L’affaire est hautement médiatisée et sonne le début du « scandale » La Borie.
URL http://ethiquepublique.revues.org/docannexe/image/2753/img-1.png
File image/png, 40k
URL http://ethiquepublique.revues.org/docannexe/image/2753/img-2.jpg
File image/jpeg, 32k
Title Photographie officielle 2013-2014 des « apéro-concerts » de La Borie
URL http://ethiquepublique.revues.org/docannexe/image/2753/img-3.jpg
File image/jpeg, 56k
Title Structure organisationnelle de l’action culturelle : identités fonctionnelles et relations dans le groupe social
URL http://ethiquepublique.revues.org/docannexe/image/2753/img-4.png
File image/png, 40k
Top of page

References

Electronic reference

Émilie Bouillaguet , « Les « signes avant-coureurs » du scandale public dans l’organisation et la communication de l’entreprise : le cas de la liquidation d’une fondation culturelle reconnue d’utilité publique », Éthique publique [Online], vol. 18, n° 2 | 2016, Online since 21 January 2017, connection on 27 June 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2753 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2753

Top of page

About the author

Émilie Bouillaguet

Après un parcours de formation universitaire pluridisciplinaire (Lettres modernes, Sciences du langage, sémiotique, sciences de l’information et de la communication), Émilie Bouillaguet obtient le grade de Docteure en Sciences du Langage en décembre 2015. Sa thèse, intitulée Organisation, information et communication de l’« espace culturel » – Approche d’un cas d’entreprise et modélisation (Thèse CIFRE), s’est effectuée sous le statut de doctorante-salariée (Responsable de communication) au sein du Centre de recherches sémiotiques (CeReS) de Limoges et de la Fondation reconnue d’utilité publique La Borie-en-Limousin.

Ses activités de recherche s’orientent autour d’une contribution sémiotique à l’analyse des organisations et de leur système d’information et de communication, particulièrement dans le milieu associatif culturel. Elle enseigne aujourd’hui les sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lorraine, SHS-Nancy, et est rattachée au Centre de recherche sur les médiations (CREM).

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Revues.org