Navigation – Plan du site
Dossier principal

Scandales et corruption dans le discours médiatique français : la partie émergée de l’iceberg ?

Sofia Wickberg

Résumés

Cet article s’intéresse à la construction sociale des scandales de corruption par la presse écrite française, du point de vue de la définition de la corruption comme problème public. Sur la base d’un corpus de 307 articles publiés entre 2005 et 2015, nous utilisons la théorie du cadrage médiatique pour identifier les principaux cadres interprétatifs de la corruption. Le traitement de la corruption présente généralement la corruption comme le résultat de dérives individuelles et les figures rhétoriques utilisées pour insister sur l’intérêt médiatique du sujet contribuent à (re)présenter la corruption sous l’angle du scandale et généralise fréquemment le problème à l’ensemble d’un groupe social. Bien que la médiatisation de la corruption soit souvent essentielle à la mise sur agenda du problème, la (re)présentation de la corruption dans les médias français, en concentrant notre attention sur les comportements individuels, n’en fait pas nécessairement un problème relevant de la responsabilité politique des pouvoirs publics.

Haut de page

Texte intégral

1« Quant au Panama, nous pensons que les Panama Papers ne sont que la partie émergée de l’iceberg », écrivait récemment la responsable de la communication de Transparency International dans le blogue de l’organisation1. Il n’est pas rare de trouver cette métaphore dans les articles ou communiqués de presse qui traitent du crime en col blanc, particulièrement lors de l’éclatement d’un scandale. L’utilisation d’un cas particulier pour illustrer les pratiques du groupe permet de souligner l’importance d’un sujet en se servant de l’occasion offerte par l’attention médiatique née du scandale.

2Les médias d’information connaissent une influence grandissante dans la sphère sociale (Strömbäck et Esser, 2014) et jouent un rôle indéniable dans la fabrique des scandales ou dans la scandalisation, que l’on se place dans une perspective constructiviste ou pragmatique (Hamidi, 2009). Le scandale politique, pour exister, nécessite en effet une mise en visibilité par la médiatisation d’une transgression (Thompson, 2000). Offrir une place centrale aux médias d’information, et notamment à la presse, ne témoigne pas d’une conviction aveugle dans leur capacité de découverte et de révélation des scandales, mais plutôt d’une reconnaissance de leur faculté de mise en récit et de leur propension à diffuser les scandales (de Blic et Lemieux, 2005). Cette capacité de mise en récit est particulièrement importante, car il existe plus d’une façon de présenter un événement. En sélectionnant certains aspects d’une réalité perçue et en les rendant saillants, les médias contribuent à donner une certaine définition du problème en question (Entman, 1993). Nous nous intéressons ici au phénomène de la corruption et considérons le scandale comme un cadrage, une représentation particulière du phénomène.

3Michael Johnston (2015) suggère que l’étude des représentations médiatiques de la corruption, un domaine aujourd’hui relativement ignoré (Breit, 2010 et 2011 ; Mancini et al., à paraître), pourrait être utile à une meilleure compréhension de la diffusion des symboles et des savoirs sur le phénomène, les médias jouant un rôle considérable dans la construction de sens autour des questions politiques et sociales (Gamson et al., 1992). Se questionner sur la manière dont les journalistes (re)présentent la corruption est d’autant plus pertinent qu’il existe une contradiction cruciale entre la conception de la liberté de la presse comme facteur essentiel de prévention de la corruption (Brunetti et Weder, 2003 ; Lindstedt et Naurin, 2010) et une perspective plus critique qui voit les médias comme source de cynisme et d’apathie politique (Gamson et al., 1992 ; Fieschi et Heywood, 2004). Paolo Mancini et ses coauteurs (à paraître) suggèrent qu’une fois la liberté de la presse « établie », il est nécessaire d’aller plus loin dans l’analyse du rôle des médias dans la lutte contre la corruption et d’observer comment la corruption est (re)présentée. Cette analyse se base sur des articles de quotidiens, car la presse est une source essentielle d’informations et de connaissances sociétales (Gusfield, 1981 : 52) nécessaires à la compréhension d’un monde « hors d’atteinte, hors de vue et hors de pensée » (Lippmann, 1921 : 284). La corruption peut être qualifiée en France de sujet distant (high-threshold issue) dont la majorité des citoyens, selon Gladys E. Lang et Kurt Lang (1981), n’ont pas d’expérience directe et ne prennent connaissance qu’à travers les médias d’information, ce qui selon les auteurs renforce l’influence des médias sur la représentation de ces sujets. Les médias d’information sont également un canal privilégié pour les cadres interprétatifs proposés par d’autres acteurs et puisent dans les représentations sociales disponibles pour construire leur discours. En effet, nombreux sont les travaux sur le cadrage médiatique à insister sur l’importance de la résonance culturelle des cadres interprétatifs (Van Gorp, 2007 ; Gamson et al., 1992). La littérature sur les changements politiques suggère que les médias véhiculent les convictions politiques d’acteurs pertinents tout en contribuant en tant que membre actif aux discours des communautés interprétatives (Baumgartner et Jones, 1993 ; Kingdon, 2003 ; Jenkins-Smith, 1993, cités par Shanahan, McBeth et Hathaway, 2011). L’objet de cet article porte néanmoins sur la manière dont la presse quotidienne se saisit de faits de corruption, les met en récit et donne ainsi une visibilité au phénomène. Les médias d’information jouent en effet un rôle particulier dans la construction du discours sur la corruption et le scandale en tant que garde-fous contre le crime en col blanc.

4La corruption, en particulier la corruption politique, est un phénomène qui a connu un intérêt grandissant en France depuis la fin des années 1980 et les nombreux scandales politiques dont la France et l’Europe plus largement furent la scène (Mény, 1993). La prise de conscience de la nécessité de mettre en place des instruments de réduction des risques de corruption a vu naître de nombreuses conventions internationales (Convention des Nations Unies contre la corruption , Convention de l’OCDE, Conventions pénale et civile du Conseil de l’Europe, etc.) et politiques nationales de prévention (lois sur le financement des partis politiques de 1988, 1990, 1995 et 2003 ; lois sur la transparence de la vie publique et la lutte contre la délinquance financière de 2013, etc.). La constance des scandales, des « affaires politiques » ou « politico-financières » dans les articles de presse et autres médias d’information nous invitent à nous interroger sur les pratiques auxquelles est attribuée l’étiquette « corruption ». Le mot corruption fait en effet référence à une catégorie construite à laquelle correspond un certain nombre de pratiques sociales constituant un « abus [de] charge publique en vue d’obtenir un avantage privé » (Banque mondiale) ou un « [abus] des responsabilités conférées pour s’enrichir personnellement » (Transparency International). Les controverses scientifiques sur la définition de la corruption opposent une perspective normative définissant le phénomène et ses éléments constitutifs a priori à une approche inductive construite sur les perceptions et les représentations sociales (Lascoumes, 2010 et 2014). Ainsi, l’élément « abusé » se trouve au centre de la controverse, que celui-ci soit une norme formelle pour les porteurs des approches juridiques ou office-based (Nye, 1967) ; ou l’intérêt général (Friedrich, 1989 ; Warren, 2015). Arnold Heidenheimer (1970) propose une lecture radicalement différente en partant de l’acceptabilité des comportements et des différentes interprétations de la corruption selon les groupes sociaux. Malgré cette ambiguïté conceptuelle, il existe un consensus entre universitaires et praticiens sur l’aspect normatif du terme corruption ; la « corruption est une notion de jugement » à connotation négative (Philp, 2015). Qualifier une action de « corruption » – ou quelqu’un de « corrompu » – n’est pas anodin et mérite l’attention du chercheur. Cet article fait usage de la définition de la corruption la plus répandue, fondée sur la position sociale du corrompu, celle de Transparency International qui voit la corruption comme un « (abus) des responsabilités conférées pour s’enrichir personnellement ».

5Pour Donald A. Schön et Martin Rein (1986, cités par van Hulst et Yanow, 2016), certaines ambiguïtés et controverses « comprennent des perspectives et des valeurs incommensurables dans la manière dont les parties définissent un problème public », dans l’identification des racines du problème en question. En plus des controverses liées à la définition, la corruption connaît une certaine ambiguïté interprétative, car il existe un désaccord entre acteurs sur ce qui constitue les « faits » des situations de corruption. Pour donner un sens au phénomène, les acteurs organisent les informations à leur disposition et en réduisent la complexité. Les situations de corruption sont ainsi cadrées, fixant notre attention sur certaines caractéristiques pour en cacher d’autres (van Hulst et Yanow, 2016). Les travaux scientifiques s’intéressant aux causes de la corruption prennent souvent la forme d’une opposition entre promoteurs d’une approche centrée sur les acteurs et leur capacité d’agir (agency-centred), insistant sur la responsabilité personnelle, la maximisation des intérêts et l’éthique individuelle, et une approche centrée sur la structure qui explique la corruption par l’existence de normes, de routines et de dynamiques sociales. La perspective individualiste, inspirée par la théorie du choix rationnel et du principal/agent, a longtemps dominé le débat (Rose-Ackermann 1978 ; Klitgaard 1998) et a guidé la mise en place des politiques anticorruption pour être, plus récemment, remise en cause à la suite du manque d’efficacité des efforts mis en œuvre pour réduire les risques de corruption (Persson, Rothstein et Teorell, 2013). L’importance des institutions, de la confiance politique et interpersonnelle et du contexte a ainsi pris une place plus importante dans les controverses sur les causes du problème. La corruption peut dès lors être comprise comme un problème culturel, moral ou organisationnel. Le cadrage d’un article peut également présenter la corruption comme un phénomène isolé ou comme la pointe émergée de l’iceberg. Cet article s’intéresse au thème de la corruption à travers les processus de cadrage médiatique, cherchant ainsi à̀ répondre à la question formulée par Carol Lee Bacchi (2009) : « Quelle nature du problème sa représentation suggère-t-elle ? » (What is the problem represented to be?)

Discours médiatique et cadrage

6Teun A. van Dijk (1988) propose d’étudier les articles de presse comme une forme de discours public. Il est entendu que les médias ne représentent pas un bloc monolithique mais autant d’organisations ayant leurs principes et leurs dynamiques propres. L’objectif de cet article est néanmoins d’étudier le discours de la presse nationale quotidienne comme un discours public pour dégager les cadres interprétatifs principaux proposés par les médias « [tenant] le diapason » (Neveu, 2015).

7Le discours médiatique a un style particulier et des contraintes propres. Comme le souligne van Dijk (1988), les journaux d’information sont écrits à l’adresse de groupes anonymes. Ils sont socialement et culturellement ancrés et leur compréhension nécessite des références et des valeurs communes. Les pratiques professionnelles sont basées sur des énoncés impersonnels de faits et le style est en général plutôt formel, basé sur le langage de la politique et des rapports socioéconomiques. Une des fonctions principales du discours médiatique est de fournir de nouvelles informations aux lecteurs, et il transmet souvent simultanément une perspective particulière, il cadre ce message, de manière intentionnelle ou non. Les actualités sont une forme d’acte de langage (speech act) de persuasion dont la dimension perlocutoire réside dans la production d’informations compréhensibles qui doivent être perçues comme le reflet de la vérité, ou d’une vérité possible. Selon van Dijk (1988), les journalistes disposent de plusieurs techniques pour atteindre ce but : 1) souligner la nature factuelle des événements par des preuves, des chiffres, etc. ; 2) construire des structures logiques entre les faits en rappelant des événements similaires, des causes ou des conséquences ; 3) communiquer des informations ayant un fort caractère émotionnel.

8Pour Gaye Tuchman (1978), les médias d’information ne sont pas un miroir de la réalité mais constituent un cadre à travers lequel le monde social est construit. Selon William Gamson et ses coauteurs (1992 : 374), « le génie de ce système est de rendre le processus tellement normal et naturel que l’art de la construction social en devient invisible. » Les auteurs suggèrent en effet que les constructions sociales peuvent également échapper aux producteurs d’informations. Le cadrage fournit un ensemble interprétatif qui demeure généralement tacite et n’est pas nécessairement conscient, planifié et stratégique, mais qui produit néanmoins un modèle du monde et pour le monde – ce qui revient à dire que « les cadres […] sont les théories implicites de toute situation » (van Hulst et Yanow, 2016 : 98).

Définition du problème par le cadrage médiatique

9Cet article associe la littérature sur le cadrage médiatique, en mettant en avant les travaux de William Gamson et Andre Modigliani (1987) et de Shanto Iyengar (1992 et 1996), et celle sur le cadrage des politiques publiques (Schön et Rein, 1994 ; van Hulst et Yanow, 2016) pour proposer une analyse du discours médiatique comme vecteur de définition des problèmes publics.

10Gamson et Modigliani (1987 : 143) proposent une définition du cadre médiatique comme « idée ou fil conducteur central qui donne du sens à une série d’événements et qui les lie entre eux. Le cadre explique ce sur quoi porte une controverse et suggère ce qui constitue l’essence du problème ». Iyengar (1996 : 62) met, lui, l’accent sur la responsabilité causale et la responsabilité de traitement en proposant une différenciation entre le cadrage épisodique, qui décrit un thème politique par ses instances, et le cadrage thématique qui décrirait ce même thème de manière plus large et abstraite. Selon l’auteur, le cadrage épisodique aurait tendance à souligner la responsabilité des acteurs et des accusés, alors que le cadrage thématique suggérerait une responsabilité sociétale et politique.

11Schön et Rein (1994 : 23) considèrent que le cadrage donne une existence et un sens aux faits et aux événements et constitue ainsi une méthodologie de définition des problèmes publics (Schön et Rein, 1977). Joseph R. Gusfield (1981) contribue à rendre intelligible cette perspective : « les problèmes humains n’apparaissent pas, aboutis et disponibles, dans la conscience des passants. Même le fait de reconnaître qu’une situation est douloureuse nécessite l’existence d’un système pour catégoriser et définir les événements ». Pour Gamson (1987), aucun fait n’a de signification intrinsèque ; ils acquièrent un sens par leur ancrage dans un cadre. La corruption n’est donc pas un Ding an sich (Gusfield, 1981 : 4), mais constitue un phénomène qui tient sa réalité sociale de la construction et du cadrage des acteurs qui permettent de problématiser, de contextualiser et de comprendre différentes pratiques sociales. Plusieurs définitions du problème peuvent ainsi exister, simultanément ou successivement.

12Schön et Rein (1994) établissent une distinction entre les cadres rhétoriques (rhetorical frames) et les cadres d’action (action frames) qui se rapproche de la théorie de Gusfield (1981) selon laquelle la structure des problèmes publics dispose d’un aspect cognitif et d’un aspect moral. Appliqués au problème de la corruption, les cadres d’action suivent généralement la dichotomie conditionnement structurel versus motifs individuels (structure versus agency) et correspondent ainsi aux théories existantes – vues précédemment – qui expliquent l’incidence de la corruption. Nous avons ici simplifié les théories explicatives de la corruption en trois cadres interprétatifs, le cadre « individualiste » qui se concentre sur le rôle des acteurs, le cadre « institutionnel » qui souligne l’importance des structures et des institutions et le cadre « culturel » qui s’intéresse plutôt aux normes et aux valeurs du groupe.

Tableau 1 : Cadres d’action identifiés dans les articles du corpus

Cadre

Signification

Indices discursifs

Individualiste

Souligne les motivations des acteurs et la responsabilité individuelle.

Identification des personnes responsables. Cupidité, avidité ou égoïsme suggéré.

Organisationnel / Institutionnel

La corruption est le résultat des structures institutionnelles ou organisationnelles. Normes inadaptées. Besoin de réforme.

Institution, entreprise, groupe […] mentionné. Accent mis sur les règles et les pratiques inadéquates. Changements et/ou réformes suggérés.

Culturel

La corruption est une caractéristique culturelle/sociale du système. Cette pratique constitue la norme.

Généralisation d’une pratique à l’ensemble du groupe. Identification d’un pays, d’une ville […] comme étant corrompu.

13La seconde catégorie de cadres interprétatifs, les cadres rhétoriques soulignent l’actualité et l’importance du phénomène et incitent le lecteur à le voir comme quelque chose de problématique, d’immoral, de répandu ou de dramatique. Ils donnent aux articles de presse un aspect perlocutoire (van Dijk, 1988) en insistant sur l’intérêt médiatique d’une information. Deborah A. Stone (1988 : 171) reconnaît très justement que certains problèmes sont dépeints « de façon à obtenir l’assentiment d’un grand nombre de personnes ». Cet article s’intéresse tout particulièrement au cadrage de la corruption comme scandale, c’est-à-dire comme une certaine forme de transgression – d’une norme ou de la morale – qui vient à la connaissance du public et qui est suffisamment grave pour générer une réponse publique (Thompson, 2000 : 13).

Données et méthodes

Collecte des données

14Le présent article explore le cadrage et la problématisation du phénomène de la corruption par la presse écrite française durant la dernière décennie, depuis l’entrée en vigueur de la Convention des Nations Unies contre la corruption en 2005. Cette approche se distingue de travaux existants qui portent sur le cadrage de cas particuliers de corruption (voir Breit, 2011, par exemple).

15Le corpus a été sélectionné grâce à une liste de mots-clés, figurant en annexe, qui font référence à différentes formes et pratiques de corruption, définie comme « un [abus] des responsabilités conférées pour s’enrichir personnellement », et à des termes fréquemment utilisés pour parler de corruption. Cette liste a été établie à partir de rapports publics sur la corruption, en langue française, tels que le rapport annuel du Service central de prévention de la corruption et les glossaires de Transparency International et du U4 Anti-Corruption Resources Centre, et a été validée par des experts francophones. Une recherche d’articles à partir du terme unique de corruption aurait été réductrice, car corruption fait référence – en français – à un délit spécifique du Code pénal (corruption active – Art. 433-1, corruption passive – Art. 432-11, corruption d’agents publics étrangers – Art. 435-1 et 435-2). Nous n’aurions certainement trouvé, pour les actualités nationales, que des articles portant sur ces délits spécifiques.

16Les articles sont issus de quatre quotidiens nationaux, dont trois journaux de référence – Le Monde, Le Figaro, et Libération, et d’un quotidien populaire Aujourd’hui en France –, téléchargés depuis la base de données médiatiques Europresse. Les journaux choisis correspondent aux titres de la presse quotidienne nationale généraliste et peuvent être considérés comme des médias d’information « (tenant) le diapason » (Neveu, 2015), ayant une place centrale dans la diffusion de l’agenda médiatique. De plus, la diversité des orientations politiques contribue à éviter un biais idéologique. Le corpus est composé des articles, éditos, interviews, analyses et encadrés de ces journaux contenant au moins un des mots-clés sélectionnés, qu’ils portent sur les actualités nationales ou internationales. Un échantillon a ensuite été extrait de cette population en utilisant la méthode des six semaines construites (sélection de jours aléatoire sur la période étudiée jusqu’à la constitution de six semaines « artificielles »), une des méthodes les plus fiables pour constituer un corpus représentatif d’articles de presse quotidienne. Douglas A. Luke et Charlene A. Caburnay (2011) suggèrent qu’un échantillon de six semaines construites est la manière la plus efficace, en matière de ressources disponibles (temps) et de fiabilité des données, de représenter les articles publiés durant une période allant de un à cinq ans.

17De cet échantillon, nous avons sélectionné tous les articles portant sur le secteur public, excluant ainsi les documents s’intéressant aux cas de corruption ne concernant que le secteur privé. Le corpus se compose ainsi de deux groupes d’articles, chacun constitué de six semaines construites ; le premier représentant la période 2005-2009 est constitué de 183 articles, et le deuxième représentant la période 2010-2015 compte 124 articles.

Méthodes et analyse

18Les articles du corpus ont été codés manuellement, à l’aide du logiciel Atlas.ti. Nous avons combiné une approche inductive et déductive pour cette analyse du cadrage. Les cadres d’action, définissant le problème, ont d’abord été développés à l’aide des théories existantes de la corruption et de notre connaissance préalable du « terrain » (campagnes, communications officielles, conversations quotidiennes, etc.) (Tableau 1). Les cadres rhétoriques ont été développés par l’exploration initiale d’un échantillon réduit d’articles et à l’aide de la littérature sur les métaphores politiques (Beer et de Landtsheer, 2004).

Tableau 2 : Cadres rhétoriques identifiés par analyse exploratoire

Cadre

Signification

Indices discursifs/narratifs

Conséquences

La corruption est un problème important à cause de ses conséquences. Elle entraîne d’autres problèmes (politiques, sociaux, économiques...). Dramatisation.

Accent sur les conséquences d’un cas ou de la corruption plus largement.

Démocratie/politique

La corruption est une menace pour la démocratie et pour le bon fonctionnement du système politique.

Accent sur la corruption d’un ou dans un système démocratique, sur la violation des principes démocratiques (financement de partis, liberté d’expression…).

Victimes

La corruption n’est pas un crime sans victime. Des gens souffrent de la corruption qui peut avoir un impact sur les individus. Dramatisation.

Sous-catégorie de « conséquences » – mention des victimes de la corruption ou des conséquences de la corruption.

Corruption

Catégorisation comme cas explicite de corruption et nommé comme tel.

Utilisation du terme « corruption »

Scandale

Scandalisation. Accent sur la gravité d’un cas. Les scandales et les affaires donnent une existence à part entière à un cas de corruption, qui devient une partie de la sémantique médiatique et est réutilisé.

Utilisation des termes « scandale » et « affaire »

Maladie et contagion

Accent sur l’importance du problème et sur la gravité des conséquences. Suggère que la corruption est un problème exogène qui empire si rien n’est fait. Suggère également qu’il est possible d’agir mais qu’une expertise est nécessaire pour cela. Souvent utilisé dans les situations de crise.

Utilisation de métaphores de la maladie et de la contagion, telles que « cancer », « gangrène », « fléau », « généralisé », etc.

Phénomène naturel

Accent sur l’importance du problème. Suggère que la corruption est un fait naturel, inévitable.

Utilisation de métaphores de la nature (« eau », « mouillé », « s’étendre », « source », « vague », etc.)

Morale et religion

La corruption est un problème de moralité. État originel pur suggéré.

Mention explicite de la morale, de la moralité (ou du manque de moralité). Utilisation de termes liés à la pureté ou à la blancheur, et à la sexualité.

19Thomas Koenig (2004) précise que les cadres sont généralement latents ou implicites, qu’ils ne sont pas clairement énoncés et identifiables. Les cadres sont néanmoins omniprésents ; « la notion de cadrage […] suggère que toutes les représentations de la réalité sont constituées d’une manière ou d’une autre » (Kitzinger, 2007 : 137). Jenny Kitzinger (2007 : 141) fournit une liste des caractéristiques d’un texte qui doivent être analysées en tant qu’indices discursifs permettant d’identifier les cadres : images, champs sémantiques, labels et définitions, explications proposées, responsabilité attribuée, solutions proposées, structure narrative, contextualisation, associations historiques, comparaisons et métaphores. Cet article se sert également des dispositifs symboliques identifiés par Gamson et Lasch (1983) qui forment les éléments distinctifs des cadres : métaphores, exemples, slogans, descriptions, images, causes, conséquences et principes.

20Plusieurs méthodes issues du tournant linguistique des sciences sociales, telles que l’analyse des métaphores et l’analyse narrative, sont exploitées pour identifier les indices discursifs associés aux différents cadres. En outre, l’étude de l’utilisation de synecdoques – technique rhétorique représentant le tout par une partie – est particulièrement utile à l’analyse de la représentation des affaires et des scandales comme la « partie visible de l’iceberg ».

Une dépolitisation de la question de la corruption ?

(Re)présentation du problème et attribution de responsabilité

21Les résultats de notre analyse font état d’un intérêt médiatique croissant pour les faits de corruption ayant le contexte national pour théâtre. Durant la période initiale (2005-2009), 48 articles sur un total de 183 portaient sur le contexte national, contre 73 sur 124 pour la période allant de 2010 à 2015. Cela semble suggérer une certaine prise de conscience médiatique, et plus largement publique, quant à l’importance du problème de la corruption à domicile, par opposition à une (re)présentation de la corruption comme un problème de pays en développement ou en transition. L’analyse du corpus suggère également que les journalistes ont tendance à privilégier le cadre « individualiste » dans leur (re)présentation de la corruption (Tableau E en annexe). Reprenant les catégories de cadrages de Iyengar (1992 et 1996), le fait que la corruption soit (re)présentée comme un problème d’éthique personnelle dans une majorité de cas s’explique partiellement par l’utilisation fréquente du cadrage épisodique par les journalistes (141 des 307 articles analysés – Tableau B en annexe), cadrage qui donne une place prédominante à la responsabilité individuelle. Ce type de cadrage concerne en premier lieu les articles traitant du contexte national (90 des 121 articles traitant de la corruption en France). Le cadre « institutionnel » et le cadre « culturel » sont plus utilisés dans les articles traitant de l’actualité internationale (Tableau F en annexe). Les références aux procédures judiciaires (77 des 307 articles du corpus complet ; 60 des 121 articles traitant de la France) et aux éléments factuels soulignent une certaine objectivité et un détachement qui contribuent à donner au discours une image de fiabilité (Breit, 2011). La référence courante aux procédures judiciaires – souvent particulièrement longues ou discrètes dans le traitement des faits de corruption – explique en partie la médiatisation fragmentée et « la mise en visibilité passagère » du phénomène de la corruption (Lascoumes et Nagels, 2014 : 107).

22(Re)présenter la corruption comme un problème de comportement et d’éthique personnels contribue à ce que Pierre Lascoumes et Carla Nagels nomment une « schématisation et une individualisation de la responsabilité » (2014 : 108), ce qui ne permet pas une bonne compréhension des mécanismes à l’œuvre. Cette (re)présentation de la corruption tend à dépolitiser le phénomène de la corruption en le réduisant à une question de répression et de sanction. La dominance du cadre « individualiste » comporte le risque de peindre un tableau manichéen de la réalité des faits de corruption qui met l’accent sur la responsabilité individuelle sans explorer les autres causes potentielles (Breit, 2011). Pour reprendre la métaphore des « brebis galeuses », la fréquence du recours au cadre individualiste tend à stigmatiser certains membres du groupe social ayant transgressé les normes du « troupeau » pour des raisons d’immoralité individuelles (Lascoumes, 2014 : 9). La capacité d’agir des acteurs est ainsi limitée à la sanction et à l’élimination des éléments corrompus, ce qui suffirait à rétablir l’intégrité du « baril ». En outre, une telle (re)présentation de la corruption ignore les responsabilités sociétales et politiques en suggérant que le problème ne réside pas dans la structure mais dans le comportement des acteurs seul, ce qui limite de fait les nécessités de réformes. Un cadrage individualiste de la corruption sous-entend que les efforts de résolution doivent se concentrer sur la modification du comportement et des défauts des acteurs (Kim, 2015). Dans un entretien donné au journal Le Monde en novembre 2013, Yann Algan, économiste français ayant travaillé sur la question de la défiance, regrette la persistance de cette vision du crime en col blanc, « (les) scandales, comme l’affaire Cahuzac, sont toujours considérés comme des dérives individuelles, et non comme un problème institutionnel que la loi doit régler ».

De la scandalisation à la généralisation

23La (re)présentation médiatique participe à la définition de la corruption comme problème public, mais elle emploie également des outils rhétoriques qui soulignent l’importance et le fort intérêt médiatique du sujet. Le cadrage médiatique sur la corruption tend à la scandalisation et à la moralisation du discours sur les pratiques politiques, façonnant ainsi une « réalité dramatisée » (Rindova, Pollock et Hayward, 2006). Le scandale, dans le discours médiatique, peut servir à illustrer les pratiques du groupe, collectivement. La presse privilégie en effet souvent deux représentations réductrices de la corruption : celle des « pommes pourries » et celle du « tous pourris » (Levi, 2006, cité par Lascoumes et Nagels, 2014). Le scandale devient alors une fenêtre d’opportunité pour donner de l’importance à un problème public en le généralisant à l’ensemble d’un groupe social.

24Le scandale est caractérisé, selon Thompson (2000), par cinq éléments : 1) une transgression de norme ; 2) une volonté de non-dévoilement ; 3) une désapprobation des personnes non impliquées ; 4) une dénonciation publique de cette transgression ; 5) un risque pour la réputation des accusés. Le scandale implique donc une dénonciation et une réaction publique et peut ainsi représenter un moment « instituant » ou une conjoncture critique (Hamidi, 2009 : 95 ; Dobry, 1983) durant lequel les normes existantes peuvent être réévaluées et réaménagées, créant potentiellement des opportunités de réforme (Hamidi, 2009 ; Blic et Lemieux, 2005). En dépit de la (re)présentation dominante de la corruption comme le résultat de dérives individuelles, la médiatisation de certains scandales récents, en particulier l’affaire Cahuzac, a pu créer une fenêtre d’opportunité pour proposer une évolution de la législation en matière de transparence de la vie publique. Il est d’ailleurs remarquable que le gouvernement ait, lui aussi, fait usage d’un cadre rhétorique moral pour présenter ces réformes promettant un « choc de moralisation ».

25Un cinquième des articles de notre corpus utilise un cadrage de scandalisation. La majorité de ces articles traite de l’actualité nationale ou européenne et présente des événements précis par un cadrage épisodique, pointant du doigt la responsabilité individuelle des acteurs, comme l’illustre l’exemple ci-dessous. Cette tendance reflète, selon certains chercheurs (Thompson, 2000 cité par Fieschi et Heywood, 2004), la « théorie de la trivialisation » des scandales qui souligne les tendances à l’infodivertissement des médias d’information et leur insistance sur le sensationnel et l’émotif ainsi que la personnalisation de la compétition politique, mettant l’accent sur les personnalités et les comportements plutôt que sur les programmes politiques.

Si les aveux de Jérôme Cahuzac ont anéanti la « République exemplaire » qu’il se targuait de mettre en œuvre, c’est justement sur ce terrain qu’a décidé de répliquer le chef de l’État. « Le pire dans cette affaire, c’est qu’elle est une démonstration par l’absurde que la République exemplaire, ça marche », assure un visiteur de l’Élysée (Le Figaro, 4 avril 2013).

26Pour Catherine Fieschi et Paul Heywood (2004), l’utilisation croissante de la rhétorique du scandale s’explique, au moins partiellement, par le changement de stratégie des partis politiques, abandonnant progressivement le terrain idéologique pour s’affronter sur le terrain de la morale. Thompson (2000) place également l’évolution de la « politique idéologique », caractérisée par de forts systèmes de pensée et une division claire entre la droite et la gauche, vers une « politique de la confiance » (politics of trust) qui associe la crédibilité du personnel politique aux traits de personnalité de ses membres. Le cadre du scandale est souvent localisable dans la retranscription de discours et de déclarations politiques dans les articles de presse :

Le député́-maire de Drancy (Seine-Saint-Denis) et secrétaire général de l’UDI Jean-Christophe Lagarde multiplie les déclarations, à la fois indigné et moralisateur. « Ce scandale a créé́ un climat délétère dans notre pays… », lançait-il mercredi à l’Assemblée (Le Parisien Aujourd’hui en France, avril 2013).

27Le discours médiatique sur la corruption comprend de nombreuses figures rhétoriques qui contribuent à souligner l’importance et l’intérêt d’un événement. Nous nous intéressons ici plus particulièrement à l’utilisation des synecdoques, une forme particulière de métonymie qui, selon l’Office québécois de la langue française2, « consiste à employer un mot en lui attribuant un sens plus large ou plus restreint que son sens habituel. Ce mot entretient alors une relation d’inclusion particulière avec ce qu’il désigne, [qui] peut être généralisant […] ou particularisant [...] » La synecdoque est une représentation symbolique particulièrement importante dans la définition des problèmes publics, car « les politiques publiques sont souvent élaborées à partir d’exemples considérés comme étant représentatifs d’univers plus larges » (Stone, 2002).

28La corruption est (re)présentée par une synecdoque dans un sixième des articles du corpus et dans un tiers des articles qui présentent la corruption sous l’angle du scandale. Le recours à la synecdoque a parfois lieu dès le titre de l’article, comme l’illustre cet article du journal Le Monde du 28 janvier 2009 intitulé Le scandale de l’« Erminegate » met en lumière des pratiques douteuses des Lords britanniques. La généralisation du phénomène au-delà du cas particulier traité dans un article s’appuie sur l’importance donnée aux réseaux, de corruption par exemple, et à la culpabilité par association, comme le montre l’extrait suivant, issu d’un article du même journal :

Les révélations de collusion entre des élus locaux et des entrepreneurs – la plupart du temps des constructeurs immobiliers – se multiplient dans toutes les régions d’Espagne, affectant l’ensemble de l’échiquier politique [...]. Le sentiment du « tous pourris » qui grandit dans l’opinion commence à inquiéter la classe politique. D’autant que les éditorialistes noircissent le tableau : « Même au moment de la tentative de coup d’État du 23 février 1981, la démocratie espagnole n’apparaissait pas aussi faible », écrit celui de La Vanguardia, tandis qu’El Mundo tranche : « Ou la démocratie en termine avec la corruption ou la corruption en finira peu à peu avec la démocratie » (Le Monde, 3 novembre 2009).

29Enfin, les synecdoques peuvent être renforcées par la comparaison, fondée ou non, à un événement passé qui a marqué les esprits. L’exemple ci-dessous souligne l’importance du phénomène de corruption en Italie en combinant une comparaison historique – le scandale Tangentopoli des années 1990 – et une généralisation sans fondement factuel ou référence :

Tangentopoli, c’est reparti. Dix-huit ans après les scandales de pots-de-vin, qui […] avaient mis à̀ jour un système généralisé́ de corruption et décimé́ toute une partie de la classe politique italienne, la Cour des comptes transalpine vient de remettre un rapport qui laisse entendre que les mauvaises habitudes sont de retour. En effet, dans la péninsule, le président du Conseil, Silvio Berlusconi, n’est pas le seul en délicatesse avec la justice et la loi. (Libération, février 2010)

30Comme l’écrit Rodney Tiffen (2004), nombre de travaux universitaires ont porté sur la sous-représentation de la corruption dans les médias accusant les journalistes de ne montrer que la pointe visible de l’iceberg. Cet article ne contredit pas cet argument, mais s’intéresse au scénario inverse en montrant que la (re)présentation d’un cas de corruption comme représentatif du comportement du groupe dans son ensemble est une figure rhétorique relativement commune. La question qui se pose est dès lors celle de la prévalence de la corruption, qu’il est particulièrement difficile de mesurer – d’où le recours aux mesures de perception ou à des proxys. Comme le montre Tiffen (2004) à propos de la police, il est plus risqué juridiquement pour un journaliste d’accuser publiquement un individu de corruption que de pointer du doigt l’ensemble du groupe. Cette difficulté de mesure objective rend la généralisation plus aisée et comporte le risque d’entacher le groupe dans son ensemble, ouvrant ainsi la voie au « tous pourris ». Lascoumes (2010 : 14) souligne cette tendance pour le cas français : « peu nombreuses mais relativement bien médiatisées, les affaires donnent depuis quinze ans une visibilité nouvelle aux pratiques déviantes du personnel politique et par là même entretiennent les suspicions et les jugements critiques ». Comme l’affirme de Vreese (2004) « le cadrage médiatique affecte notre perception des enjeux et génère un jugement particulier de la politique ». L’argument présenté ici n’est pas celui de l’exagération et de l’irrationalité de la peur des effets de la corruption sur la société. Les cadres rhétoriques utilisés dans la presse écrite sont néanmoins susceptibles de contribuer à la dépolitisation du jugement politique, incitant les citoyens à agir « de manière défensive en réaction d’un système qui […] a été capté par des intérêts particuliers » (Warren, 2001, cité par Fieschi et Heywood, 2004). Il est entendu que les médias n’ont pas l’effet d’une « seringue hypodermique » (Lasswell, 1927) sur l’opinion publique, les individus mobilisant de nombreux autres registres, tels que la sagesse populaire ou l’expérience personnelle, dans la constitution de leur positionnement politique (Gamson, 1992). Lascoumes (2010) montre d’ailleurs la complexité des réactions sociales à la corruption soulignant l’existence d’un double registre d’évaluation associant des principes axiologiques généraux et des principes pratiques. Les médias d’information jouent néanmoins un rôle important dans la diffusion des (re)présentations des sujets distants (high-threshold issues). En réponse à la segmentation des éléments du cadrage de Snow et Benford (1988), nous suggérons que le traitement médiatique de la corruption ne constitue pas un cadrage motivationnel pouvant susciter une volonté d’agir chez les citoyens, mais qu’il contribue plutôt à alimenter la défiance et le cynisme politique.

Conclusion

31Des « brebis galeuses » au « tous pourris », notre réflexion sur la représentation de la corruption dans la presse quotidienne française nous permet de confirmer l’intuition de Michael Levi (2006) selon qui les médias d’information ont tendance à privilégier ces deux lectures réductrices du phénomène. L’utilisation dominante du cadrage épisodique de la corruption dans l’actualité nationale va de pair avec une individualisation excessive de la responsabilité causale, illustrée par la fréquence du recours au cadre individualiste, par rapport aux potentielles racines structurelles de la corruption. Cette observation dépasse le seul cas de la corruption et Iyengar (1996 : 62) suggère d’ailleurs que la concurrence croissante au sein de l’industrie médiatique a produit un terreau fertile pour le cadrage épisodique des enjeux politiques, car ce dernier « fournit de bonnes images ; […] ne nécessite pas d’expertise de la part des journalistes ; et […] réduit le risque, pour les journalistes, d’être accusés de partialité par les critiques des médias ». Todd Gitlin (1980 : 28) propose une explication similaire. Selon lui, « les actualités s’intéressent à l’événement et non à ses causes sous-jacentes ; à la personne et non au groupe […] ; aux faits qui font avancer le récit et non à ceux qui l’expliquent. »

32En reprenant la double compréhension de la responsabilité d’Iyengar (1992 et 1996), il est possible de souligner le risque de dépolitisation du phénomène qu’engendre ce type de cadrage en réduisant le problème à une question de délit ou de crime, plaçant ainsi la responsabilité de traitement dans les mains du pouvoir judiciaire seul. Ce risque de dépolitisation s’applique également aux articles utilisant un cadre « culturel », présentant la corruption comme un trait caractéristique d’une société donnée. Les cadres rhétoriques utilisés dans le traitement de la corruption, de la scandalisation à la généralisation, peuvent également contribuer à dépolitiser le sujet de la corruption, en en faisant un sujet digne d’attention, mais risquent de susciter plus de cynisme que d’envie d’agir chez les lecteurs citoyens. Comme le notent Lascoumes et Nagels (2014 : 108) « la médiatisation […] n’implique en rien une réaction sociale forte sur le long terme », mais risque à l’inverse de contribuer à une perte de confiance dans leurs représentants, un dégoût de la politique (CEVIPOF, 2016) et une lassitude face à la couverture médiatique de certains scandales (TNS-SOFRES, 2015 et 2016).

33À l’inverse, les médias d’information peuvent aussi contribuer à politiser le phénomène de la corruption en le replaçant dans le domaine de la contingence et de la délibération (Hay, 2007) en suggérant le besoin de réforme institutionnelle ou en créant une fenêtre d’opportunité. Le recours au cadre du scandale, défini comme une transgression suffisamment grave pour générer une réaction sociale, peut parfois permettre à un événement de générer une conjoncture critique permettant de remettre en cause les normes existantes (Hamidi, 2009). Il est important néanmoins de rappeler le risque de voir les périodes de scandalisation se conclure par l’adoption de « législations de panique » (Lascoumes, 2013) qui ne seront pas satisfaisantes pour répondre sur le long terme au problème identifié.

Haut de page

Bibliographie

Bacchi, Carol Lee (2009), Analysing Policy: What's the Problem Represented to Be?, New South Wales, Pearson.

Beer Francis et Christ’l de Landtsheer (2004), Metaphorical World Politics, Michigan State University Press.

Blic Damien de et Cyril Lemieux (2005), « Le scandale comme épreuve », Politix, 2005/3, no 71, p. 9-38.

Brunetti, Aymo et Beatrice Weder (2003), « A Free Press is Bad News for Corruption », Journal of Public Economics, vol. 87, no 7-8, p. 1801-1824.

CEVIPOF (2016), Baromètre de la confiance politique – vague 7, Paris, Sciences Po.

Entman, Robert M. (2012), Scandal and Silence, Cambridge, Polity.

Fieschi, Catherine et Paul Heywood (2004), « Trust, cynicism and populist anti-politics », Journal of Political Ideologies, vol. 9, no 3, p. 289-309.

Gamson William A. (1992), Talking Politics, Cambridge University Press.

Gamson, William A., et al. (1992), « Media Images and the Social Construction of Reality », Annual Review of Sociology, vol. 18, p. 373-393.

Gamson, William A. (1989), « News as framing », American Behavioural Scientist, vol. 33, no 2, p. 157-161.

Gamson, William A. et Andre Modigliani (1989), « Media Discourse and Public Opinion on Nuclear Power: A Constructionist Approach », American Journal of Sociology, vol. 95, no 1, p. 1-37.

Gamson, William A. et Andre Modigliani (1987), « The Changing Culture of Affirmative Action », dans Richard D. BRAUNGART (dir.), Researchin Political Sociology, Greewich, CT, JAI Press, p. 137-77.

Gitlin, Todd (1980), The Whole World is Watching: Mass Media in the Making & Unmaking of the New Left, Orlando, University of California Press.

Gusfield, Joseph R. (1981), The Culture of Public Problems. Drinking, Driving and the Symbolic Order, Chicago, University of Chicago Press.

Hamidi, Camille (2009), « Le scandale n’aura pas lieu ou l’affaire Pechiney saisie par la presse », Revue française de sociologie vol. 50, no 1, p. 91-121.

Hay, Colin (2007), Why we hate politics, Cambridge, Polity Press.

Heidenheimer Arnold (1970), Political corruption: readings in comparative analysis, New York, Holt, Rinehart and Winston.

Iyengar, Shanto (1996), « Framing Responsibility for Political Issues », The Annals of the American Academy of Political and Social Science, vol. 546, no 1, p. 59-70.

Iyengar, Shanto (1992), Is Anyone Responsible? How Television Frames Political Issues, Chicago, University of Chicago Press.

Kim, Sei-Hill (2015), « Who Is Responsible fora Social Problem? News Framing and Attribution of Responsibility », Journalism & Mass Communication Quarterly, vol. 92, no 3, p. 554-558.

Klitgarrd, Robert (1998), « International cooperation against corruption », Finance and Development, vol. 35, no 1, p. 3-6.

Koenig, Thomas (2004), « Routinizing Frame Analysis through the Use of CAQDAS », communication présentée au RC33 Sixth International Conference on Social Science Methodology, du 17 au 20 août, Amsterdam, Pays-Bas.

Lang, Gladys E. et Kurt Lang (1981), « Watergate: An exploration of the agenda-building process », Mass Communication Review Yearbook, vol. 2, p. 447-468.

Lascoumes, Pierre et Carla Nagels (2014), Sociologie des élites délinquantes. De la criminalité en col blanc à la corruption politique, Paris, Armand Colin.

Lascoumes, Pierre (2013), « Contre l’argent illicite, non aux lois de panique », Mediapart, 17 avril 2013.

Lascoumes, Pierre (dir.) (2010), Favoritismes et corruption à la française. Petits arrangements avec la probité, Paris, Presses de Sciences Po.

Laswell, Harold D. (1927), Propaganda technique in the World War, Ann Arbor, University of Michigan Press.

Le Figaro (2013), Le scandale Cahuzac contraint Hollande à une initiative politique, 4 avril, [en ligne], http://www.lefigaro.fr/politique/2013/04/03/01002-20130403ARTFIG00655-le-scandale-cahuzac-contraint-hollande-a-une-initiative-politique.php, (16 décembre 2016).

Le Monde (2009), Les affaires de corruption liées à la frénésie immobilière discréditent les élus espagnols, [en ligne], http://www.lemonde.fr/europe/article/2009/11/03/les-affaires-de-corruption-liees-a-la-frenesie-immobiliere-discreditent-les-elus-espagnols_1262074_3214.html, (16 décembre 2016).

Le Parisien Aujourd’hui en France (2013), Le député Jean-Christophe Lagarde rattrapé par la justice, [en ligne], http://www.leparisien.fr/faits-divers/le-depute-jean-christophe-lagarde-rattrape-par-la-justice-06-04-2013-2702757.php, (6 avril 2013)

Levi, Michael (2006), « The Media Construction of Financial White-Collar Crimes », British Journal of Criminology, vol. 46, no 6, p. 1037-1057.

Libération (2010), L’Italie mouillée par l’arrosage systématique, [en ligne], http://www.liberation.fr/planete/2010/02/20/l-italie-mouillee-par-l-arrosage-systematique_611083, (20 février 2010).

Lindstedt, Catharina, et Daniel Naurin (2010), « Transparency is not Enough: Making Transparency Effective in Reducing Corruption », International Political Science Review, vol. 31, no 3, p. 301-322.

Lippmann, Walter (1922), Public opinion, New York, Harcourt, Brace and Co.

Luke Douglas A. et Charlene A. Caburnay (2011), « How much is enough? New. Recommendations for Using Constructed. Week Sampling in Newspaper Content. Analysis of Health Stories », Communication Methods and Measures, vol. 5, no 1, p. 76-91.

Mancini, Paolo, et al. (à paraître), « Corruption in the press coverage. Audience segmentation and the lack of shared indignation ».

Meny, Yves (1993), « La décennie de la corruption », Le débat, vol. 77, no 5, p. 13-22.

Neveu, Erik (2015), Sociologie politique des problèmes publics, Paris, Armand Colin.

Persson Anna, Bo Rothstein et Jan Teorell (2013), « Why Anticorruption Reforms Fail—Systemic Corruption as a Collective Action Problem », Governance: An International Journal of Policy, Administration, and Institutions, vol. 26, no 3, p. 449-471.

Philp, Mark (2015), « The definition of political corruption », dans Paul HEYWOOD (dir.), Routledge Handbook of Political Corruption, Abingdon (UK), Routledge.

Rose-Ackerman, Susan (1978), Corruption: A Study in Political Economy, New York, Academic Press.

Rothstein, Bo (2014), State-of-the-art report on theories and harmonised concepts of corruption, Göteborg, Anti-Corruption (ANTICORRP).

Schön, Donald A. et Martin Rein (1994), Frame Reflection: Toward the Resolution of Intractable Policy Controversies, New York, Basic Books.

Stone, Deborah A. (1997), Policy Paradox. The Art of Political Decision Making, NYC, W. W. Norton & Company.

Stone, Deborah A. (1988), Policy, Paradox and Political Reason, Glenview (Ill.), Scott Foresman.

Thompson, John B (2000), Political Scandal: Power and Visability in the Media Age, Cambridge, Polity Press.

Tiffen, Rodney (2004), « Tip of the Iceberg or Moral Panic? Police Corruption Issues in Contemporary New South Wales », American Behavioral Scientist, vol. 47, no 9, p. 1171-1193.

TNS-SOFRES (2016), Baromètre 2016 de confiance des Français dans les médias.

TNS-SOFRES (2015), Baromètre 2015 de confiance des Français dans les médias.

Van Gorp, Baldwin (2007), « The Constructionist Approach to Framing: Bringing Culture Back In », Journal of Communication vol. 57, p. 60-78.

Walgrave, Steffan et Jan Manssens (2005), « Mobilizing the White March: Media Frames as Alternatives to Movement Organizations », dans Hank Johnston et John A. Noakes (dir.), Frames of Protest. Social Movements and the Framing Perspective, Lanham (Maryland), Rowmann & Littlefield, p. 113-142.

Warren, Mark E. (2001). « Trust in Democratic Institutions ». Communication présentée à l’EURESCO Conference, Social Capital: Interdisciplinary Perspectives à l’Université d’Exeter, du 15 au 20 Septembre.

Haut de page

Annexe

Tableaux et distribution

Tableau A : Mots-clés ayant servi à la sélection des articles

Termes génériques

Formes et pratiques

Termes courants

Corruption

Anticorruption

Détournement de fonds

Prise illégale d’intérêt

Conflit d’intérêts

Trafic d’influence

Recel

Concussion

Favoritisme

Pot-de-vin

Clientélisme/iste

Népotisme

Achat de voix

Financement illégal de parti politique

Magouille

Malversation

Tableau B : Focus thématique des articles

Focus

2005-2009

2010-2015

Fréquence (N=183)

%

Fréquence (N=124)

%

Anticorruption

9

5 %

18

15 %

Cadrage thématique

28

15 %

19

16 %

Autre – corruption sujet secondaire

67

37 %

23

19 %

Cadrage épisodique

79

43 %

62

51 %

Tableau C : Focus thématique des articles par localité

Focus

2005-2009

2010-2015

FR (N=48)

UE (N=18)

Non-UE (N=117)

FR (N=73)

UE (N=18)

Non-UE (N=33)

Anticorruption

3

0

6

6

2

10

Cadrage thématique

0

4

24

5

5

8

Autre – corruption sujet secondaire

6

5

56

7

6

9

Cadrage épisodique

39

9

31

51

5

6

Tableau D : Méthodes littéraires identifiées dans les articles

Méthode

2005-2009

2010-2015

Fréquence (N=183)

Fréquence (N=124)

Métaphore

66

34

Narration

71

32

Synecdoque

30

14

Tableau E : Fréquence des cadres d’action

Cadre

2005-2009

2010-2015

Fréquence (N=183)

Fréquence (N=124)

Individualiste

78

80

Normes organisationnelles/institutionnelles

56

24

Normes culturelles/sociales

49

20

Tableau F : Fréquence des cadres d’action par région

Cadre

2005-2009

2010-2015

FR+UE (N=66)

Non-UE (N=117)

FR+UE (N=91)

Non-UE (N=33)

Individualiste

43

35

62

18

Normes organisationnelles/institutionnelles

20

36

15

9

Normes culturelles/sociales

4

45

10

10

Tableau G : Fréquence des cadres rhétoriques

Cadre

2005-2009

2010-2015

Fréquence (N=183*)

Fréquence (N=124*)

Conséquences

72

27

Corruption (explicite)

118

30

Démocratie/politique

89

54

Victimes

29

9

Scandale

40

25

Maladie

18

12

Phénomène naturel

15

9

Morale

40

28

* Certains articles utilisent plusieurs cadres.

Haut de page

Notes

1 Voir www.blog.transparency.org/2016/04/09/the-panama-papers-and-transparency-international/ (consulté le 26 mai 2016). Toutes les traductions sont de l’auteure.

2 http://66.46.185.79/BDL/gabarit_bdl.asp?id=2634 (consulté le 26 mai 2016).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sofia Wickberg , « Scandales et corruption dans le discours médiatique français : la partie émergée de l’iceberg ? », Éthique publique [En ligne], vol. 18, n° 2 | 2016, mis en ligne le 21 janvier 2017, consulté le 24 mai 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2745 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2745

Haut de page

Auteur

Sofia Wickberg

Sofia Wickberg est doctorante en science politique, spécialité sociologie politique comparée, au Centre d’études européennes (CEE) de Sciences Po Paris où elle travaille sous la direction de Colin Hay et de Marc Lazar sur la construction de la corruption politique comme problème public en Europe occidentale. Elle est également affiliée au Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP) de Sciences Po Paris et participe activement au réseau interdisciplinaire de jeunes chercheurs sur la corruption ICRNetwork. Elle a occupé plusieurs postes au sein du département de recherche de l’organisation non gouvernementale Transparency International à Berlin.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org