Navigation – Plan du site

Présentation

Luc Bégin et Yves Boisvert

Texte intégral

1Il en va de ce qu’on qualifie de « scandales publics » – qu’ils soient essentiellement politiques, politico-financiers ou politico-administratifs – comme il en va des catastrophes naturelles : on peut aisément prévoir qu’il s’en produira chaque année, mais on ne peut savoir à l’avance les lieux qui seront touchés ni l’ampleur des dommages causés. À la différence des catastrophes naturelles, les scandales publics ne sont toutefois que la pointe de l’Iceberg d’une multitude de transgressions qui perdurent tout en restant cachées loin des canaux de publicité. Pire, certains comportements seront condamnés dans un pays, alors qu’ils seront normalisés dans un autre.

2Ainsi, ce sera tantôt une histoire de pot-de-vin ou d’autres faveurs liées à l’application d’une norme contraignante ou devant donner un accès privilégié à des contrats publics ; il pourra aussi s’agir de collusion entre des entreprises sous le regard « bienveillant » d’agents publics conciliants ; ce sont aussi des « facilités » offertes – et intéressées – pour aider l’élection ou la réélection d’un candidat ; on pensera aussi à des politiciens plaçant leur intérêt financier au-dessus des lois et des règles qu’ils ont pourtant fait adopter (Etchegoyen, 1995) ; ailleurs, ce seront des questions liées à la morale sexuelle qui feront la manchette ou encore un problème de népotisme ou de fraude fiscale d’un ministre. Les exemples sont nombreux et les formes, très variées, tout comme est variée la provenance des acteurs participant de près ou de loin à ces scandales (financiers, politiciens, entrepreneurs, administrateurs de sociétés d’État, fonctionnaires, professionnels de tous horizons, etc.) (Boisvert, 2009). Mais toujours, il est question de déviances ou de délinquances (Becker, 1985) et de mise à mal des valeurs reconnues fondamentales devant pourtant guider celles et ceux qui sont censés œuvrer pour le bien public ; et, immanquablement, il s’agit de gestes inadéquats commis par des membres de l’élite (Lascoumes et Nagels, 2014 ; Sutherland, 1983).

3Lorsqu’elles sont dévoilées, de telles pratiques ne manquent pas de soulever l’indignation morale et de se voir condamnées. Comme ce sont souvent les médias qui révèlent ces histoires, c’est toute la dimension tragique qui l’emporte : on cible un acteur qui aurait eu une inconduite, on présente des victimes et on exige la « guillotine » du déshonneur. Fidèle à l’esprit critique qui guide la revue Éthique publique, nous croyons qu’il importe d’aller au-delà du tragique, afin de remettre en question ces événements pour mieux comprendre ce qui rend possible de telles transgressions (Perseil et Pesqueux, 2014), de mieux en saisir les enjeux d’éthique publique et d’identifier d’éventuels correctifs et mesures de contrôle et de prévention (Lacroix et Boisvert, 2015). Ces trois préoccupations s’interpellent mutuellement : les correctifs à imaginer doivent agir sur des facteurs facilitant les transgressions de manière à les contrecarrer ; en même temps ils tireront leur légitimité de leur prétention à servir l’intérêt public et à rétablir l’éthique du secteur public (Thompson, 1990). Pareillement, on ne peut prendre la pleine mesure des enjeux d’éthique publique soulevés par les scandales publics qu’en ayant une compréhension aussi claire que possible des phénomènes à corriger et en remettant en question les mesures existantes et leurs insuffisances. Des travaux universitaires ont été consacrés à chacun de ces aspects que nous soulevons. De même, des dispositifs de contrôle, des lois et des politiques de diverses natures ont vu le jour dans de nombreux pays pour préserver l’intégrité de nos institutions démocratiques ou, à tout le moins, en diminuer l’apparente vulnérabilité (OCDE, 2007). Il reste toutefois encore beaucoup à comprendre et à faire. Dans une perspective d’éthique publique, la question des scandales publics ne peut faire l’économie de contributions multidisciplinaires. Chacune des disciplines concernées par ces questions participe en effet à dévoiler, à sa façon, un pan de la réalité obscure qui conduit aux scandales publics et dont on ne perçoit trop souvent l’existence qu’une fois les dommages causés et le mal à réparer.

4Le présent numéro de la Revue Éthique publique traite des scandales publics à partir de deux questions d’arrière-plan devant alimenter les réflexions de nos auteurs. Tout d’abord, que peut-on apprendre des scandales publics ? Relativement à cette première question, nous savons que les scandales publics sont, à leur façon, des révélateurs de multiples aspects de nos manières de se rapporter à nos institutions publiques ; aux fonctions supposées en garantir l’efficience, l’efficacité, mais aussi l’intégrité ; aux lois, politiques et autres mécanismes de régulation de nos institutions démocratiques ; etc. Ils nous incitent aussi à nous interroger sur le rôle et les limites des instances de régulation existantes, mais aussi sur le rôle d’autres détenteurs de pouvoirs (les médias), les citoyens conscients de leurs responsabilités civiques par lesquels, souvent, éclatent au grand jour ces scandales. Il y a donc, sans aucun doute, beaucoup à apprendre des scandales publics. Par ailleurs, peut-on prévenir les scandales publics ? Cette seconde question d’arrière-plan énonce un défi majeur du point de vue de l’éthique publique. Il en est ainsi non pas en raison de l’importance d’éviter les effets des scandales pour les transgresseurs, mais pour garantir au mieux l’atteinte de la mission et des mandats des organisations publiques, dans le respect de l’intégrité de la gestion des fonds publics. Bien que les actions problématiques soient celles d’acteurs ou de groupes d’acteurs, l’attention doit aussi – surtout, diront certains – se porter sur les institutions et organisations impliquées par les transgressions conduisant aux scandales. Partant de ces questions générales et explorant plus finement une variété d’interrogations singulières d’une grande richesse, les contributions rassemblées dans notre dossier thématique sur l’éthique et les scandales publics participent toutes à mieux éclairer l’une ou l’autre des dimensions de ce phénomène qu’on ne saurait prendre à la légère.

5S’ajoute à ce dossier thématique une section Débat portant sur les suites de la Commission Charbonneau (Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction – CEIC). Cette commission d’enquête, présidée par la juge France Charbonneau, a largement défrayé les manchettes au Québec entre 2011 (année de sa création) et novembre 2015 (dépôt du Rapport de la Commission). Elle continue de susciter l’intérêt alors que le législateur québécois a commencé à mettre en œuvre – de façon variablement satisfaisante – certaines de ses recommandations. C’est à un examen des suites de cette commission qu’ont été conviés quelques auteurs. L’histoire des commissions d’enquête nous l’aura largement enseigné : c’est une chose de permettre à une commission de braquer les projecteurs sur certains phénomènes et événements peu glorieux, c’en est une autre d’avoir le courage d’en appliquer les recommandations de manière à éviter la répétition de ces événements. C’est pourquoi s’est constitué un comité public de suivi des recommandations de la Commission Charbonneau afin de surveiller et de rapporter la mise en œuvre des recommandations de la Commission, de la façon la plus ouverte et la plus objective possible. Le comité en question a rendu public son rapport, un an après celui de la Commission. Nous le publions dans ce numéro.

6Finalement, notre rubrique Zone libre propose un texte de Jean-Herman Guay qui aborde des questions d’une brûlante actualité alors que l’on semble assister à la montée des populismes : la colère politique pousse-t-elle à l’action ou à l’inaction ? Quels sont les liens entre cette colère et le cynisme ? Le cynisme conduit-il à l’engagement politique ou, au contraire, au décrochage ? S’appuyant sur une série d’enquêtes visant de larges ensembles populationnels, l’auteur nous propose une analyse des plus stimulantes.

Haut de page

Bibliographie

Becker, H. S. (1985), Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Éditions A.M. Métailié.

Boisvert, Yves (dir.) (2009), Scandales politiques. Le regard de l’éthique appliquée, Montréal, Éditions Liber.

Etchegoyen, A. (1995), Le corrupteur et le corrompu, Paris, Éditions Julliard.

Garraud, P. et J.L. Briquet (dir.) (2002), Juger la politique. Entreprises et entrepreneurs critiques de la politique, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Lacroix, André et Yves Boisvert (dir.) (2015), Marchés publics à vendre. Éthique et corruption, Montréal, Éditions Liber.

Lascoumes, Pierre et Carla Nagels (2014), Sociologie des élites délinquantes. De la criminalité en col blanc à la corruption politique, Paris, Collection U sociologie, Armand Colin.

OCDE (2007), L’intégrité dans les marchés publics. Les bonnes pratiques de A à Z, Éditions OCDE.

Perseil, S. et Y. Pesqueux (dir.) (2014), L’organisation de la transgression. Formaliser l’informel ?, Paris, L’Harmattan.

Sutherland, E. H., White Collar Crime, The Uncut Version, New Haven, Yale University Press, 1983.

Thompson, D. (1990), Political Ethics and Public Office, Harvard, Harvard University Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Bégin et Yves Boisvert , « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 18, n° 2 | 2016, mis en ligne le 21 janvier 2017, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2724

Haut de page

Auteurs

Luc Bégin

Luc Bégin est professeur titulaire à la Faculté de philosophie de l’Université Laval, à Québec, et fut directeur de l’Institut d’éthique appliquée (IDÉA) de cette même université de 2004 à juin 2016. Ses travaux les plus récents portent sur l’éthique publique, l’éthique professionnelle et l’éthique organisationnelle. Luc Bégin intervient régulièrement à titre d’expert-conseil en éthique auprès de diverses organisations (ministères, ordres professionnels, Vérificateur général du Québec, etc.). Il est membre du Comité de suivi des recommandations de la Commission Charbonneau. Il est aussi le directeur de la revue Éthique publique – revue internationale d’éthique sociétale et gouvernementale (https://ethiquepublique.revues.org/).

Articles du même auteur

Yves Boisvert

Yves Boisvert, Ph.D. en science politique, est professeur titulaire en éthique et gouvernance à l’École nationale d’administration publique (ENAP). Il est chercheur en éthique et gouvernance au CERGO (ENAP), au CEPEL/CNRS de l’Université Montpellier 1 et à l’Institu d’éthique appliquée (IDEA) de l’Université Laval. Il a fondé et dirigé pendant plusieurs années la revue Éthique publique et est l’auteur de nombreux ouvrages en éthique gouvernementale (Marchés publics à vendre, Le petit manuel d’éthique appliquée à la gestion publique, La face cachée des élus, Les scandales politiques, L’institutionnalisation de l’éthique gouvernementale, etc.). Il a été professeur invité à l’Université de Montpellier II (IUFM), à l’Université Paul-Cézanne Aix-Marseille III (IMPGT), à l’Université de Pau et des pays de l’Adours (IAE), à l’Université de St-Denis de la Réunion (IAE) et au Conservatoire national des Arts et métiers (Paris). Il a également fait de nombreuses interventions en éthique de la gouvernance dans des organismes publics européens, fédéraux canadiens, provinciaux québécois et municipaux.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org