Navigation – Plan du site
Vérité et politique

Le jugement du peuple : le procès Clinton

Guy Lachapelle

Résumés

Cet article propose une analyse du procès Clinton en se penchant sur les différentes étapes de l’affaire, les stratégies des acteurs en jeu et les choix de l’opinion publique américaine. En nous révélant l’image d’une société américaine à la recherche d’un modèle politique s’appuyant tant sur le libéralisme interventionniste que sur le conservatisme, le procès Clinton a mis en lumière la dérive partisane dont il a été l’objet. L’auteur nous montre cependant à quel point l’opinion publique américaine a su rester en dehors du débat politicien et préserver sa confiance au président.

Haut de page

Texte intégral

1La Constitution américaine prévoit à l’article 2, section 4, que « le président, le vice-président et tous les fonctionnaires civils des Etats-Unis seront destitués de leurs charges sur mise en accusation (impeachment) et condamnation pour trahison, corruption ou autres crimes et délits majeurs ». Dans l’histoire américaine, aucun président n’a encore été formellement destitué. Le seul à avoir été mis en accusation par la Chambre des représentants fut, le 24 février 1868, Andrew Johnson – le vice-président d’Abraham Lincoln qui succéda à ce dernier après son assassinat, en 1865. D’autres tentatives de destitution ont visé Tyler (1842), Hoover (1932 et 1933) et le vice-président Schuyler Colfax (1873). Quant à Richard Nixon, il démissionna (1974) avant d’être mis en accusation. William Jefferson Clinton passera à la postérité comme le premier président élu à avoir été mis en accusation par la Chambre des représentants.

2L’image que le procès Clinton renvoie des États-Unis est celle d’une société riche, encore traversée pourtant par de profondes inégalités sociales et où forces ultra-conservatrices et mouvements libéraux se livrent une âpre lutte. Les difficultés rencontrées par le président Clinton et sa femme dans leur tentative de mettre en place un programme universel d’assurance-maladie, et la montée d’une certaine droite – prête à accuser immigrants et minorités du déclin des valeurs américaines – sont des manifestations d’une culture politique déchirée entre l’individualisme et le collectivisme, entre valeurs conservatrices-autoritaires et valeurs libérales-radicales. Tiraillés entre ceux qui affirment que l’État ne doit pas intervenir dans l’économie, que les meilleurs gouvernements sont ceux qui en font le moins (les conservateurs reaganiens), et ceux pour qui l’État est un « service public » qui doit assumer son rôle de régulateur des conflits sociaux entre riches et pauvres (les libéraux traditionnels), les États-Unis, comme d’ailleurs toutes les démocraties occidentales, sont actuellement à la recherche d’un nouveau modèle de gestion des politiques publiques qui relèverait de ces deux tendances, s’appuyant à la fois sur le libéralisme interventionniste et sur le conservatisme. La remise en question des fonctions de l’État et de la présidence américaine est symptomatique de cette « nouvelle » culture politique.

3Lorsque Hillary Clinton affirmait, le 27 janvier 1998, que le scandale sexuel qui éclaboussait son mari n’était qu’un épisode de plus dans la campagne politique contre la présidence, elle voulait souligner que les forces de droite s’opposaient fermement à tout changement visant à améliorer les conditions sociales et économiques d’une majorité de citoyens américains. Sur fond de cette montée de la droite ultra-conservatrice depuis les années Reagan-Bush, l’affaire Jones-Lewinsky a donné au débat une tournure plus générale : il portait désormais sur l’opposition entre règle de droit et volonté démocratique, sur le rôle des gouvernements et sur la relation entre citoyen et État. Dans ce sens, le procès Clinton a été un exercice destiné à affaiblir l’institution présidentielle.

Deux conceptions de la présidence

4La procédure de destitution est une démarche complexe. Dans le cas du président Clinton, les procureurs ont essentiellement basé leur argumentation sur le fait que se parjurer ou faire entrave à la justice constituaient des actes assez graves pour le destituer. Cependant, les délits dont il était accusé pouvaient-ils être considérés comme des actes anticonstitutionnels justifiant la destitution ? Ceux d’Andrew Johnson et de Richard Nixon étaient-ils d’une plus « haute » gravité ? Contrairement à ce qui se passe dans une cour civile ou criminelle, il n’y a pas ici de « degrés »; la sentence est toujours la même : la destitution. Comme le disait l’ancien président américain Gerald Ford, lors du procès en destitution du juge William O. Douglas en 1970, « est une offense qui peut mener à la destitution cela que la Chambre des représentants considérera comme telle ». En d’autres termes, les membres de la Chambre des représentants ont pleine autorité pour décider ce qui constitue un crime.

5Sans refaire ici l’historique du procès Clinton, rappelons que le rapport Starr comportait quatre chefs d’accusation repris par le comité judiciaire de la Chambre des représentants. On accusait ainsi le président de s’être parjuré lors de son témoignage devant le grand jury dans l’affaire Paula Jones et au sujet de sa relation avec Monica Lewinsky ; de s’être également parjuré et d’avoir fait un faux témoignage dans ses réponses aux quatre-vingt-une questions écrites posées par le grand jury dans l’affaire Paula Jones ; d’avoir fait entrave à la justice dans l’affaire Paula Jones en cherchant sciemment à cacher certains faits ; et finalement d’avoir abusé de ses prérogatives présidentielles en faisant de fausses déclarations au Congrès. La Chambre des représentants ne retiendra contre le président Clinton que les accusations de parjure lors de ses témoignages devant le grand jury concernant l’affaire Paula Jones au sujet de sa relation avec la stagiaire Monica Lewinsky, et celles d’entrave à la justice dans la même affaire.

6Il faut rappeler que la procédure de destitution est automatiquement enclenchée au Sénat dès qu’une accusation est portée par la Chambre des représentants. Or, le Sénat était composé de cinquante-cinq républicains et de quarante-cinq démocrates. Concrètement, cela signifie que, pour destituer le président Clinton, il aurait fallu que douze démocrates votent avec les sénateurs républicains. Compte tenu de la nature hautement partisane de tout le débat, cette destitution était donc fort peu probable. L’idée qu’il s’agissait davantage pour les républicains d’affaiblir la présidence prend là tout son sens.

7Lors de leur présentation, les procureurs ont souligné que, dans l’affaire Lewinsky, les actes de Clinton justifiaient sa destitution parce qu’ils constituaient une « attaque préméditée du président contre l’administration de la justice » et « une menace contre notre système de gouvernement ». Selon Henry Hyde, « il n’y a plus grand crime que de briser le contrat de confiance existant entre le président et le peuple, entre les pouvoirs, et entre le pays et le monde qui l’entoure ». Le procureur James Sensenbrenner déclarait pour sa part : « Nous sommes ici aujourd’hui parce que William Jefferson Clinton a décidé de se placer au-dessus des lois, pas une fois ni deux mais à plusieurs reprises. Les preuves montreront très clairement que le faux témoignage du président Clinton devant le grand jury n’a pas constitué un incident isolé qu’on pourrait prendre pour une erreur mais plutôt un plan global et calculé. » Le procès de Bill Clinton dépasse de beaucoup la simple affaire Lewinsky ; il s’agit bel et bien d’un débat sur la présidence.

8Excepté quelques moments intéressants lors des discussions du Sénat, le procès n’a pas apporté beaucoup d’éléments nouveaux quant aux faits reprochés au président. La seule question importante a été de savoir comment trouver un compromis digne et honorable permettant aux républicains de sauver la face devant l’opinion publique américaine. Le fait que les démocrates et les républicains étaient à la recherche d’un tel compromis révèle une fois de plus le véritable enjeu du débat. C’est pourquoi la proposition démocrate de présenter au Sénat une requête de non-lieu, assortie d’une motion de réprimande à l’endroit du président pour ses agissements, peut être considérée comme une façon d’en finir avec cette crise constitutionnelle.

9Le vote du 27 janvier 1999 au Sénat, sur le non-lieu et sur la possibilité d’entendre des témoins, a bien démontré une fois encore la nature partisane du procès. Le Sénat a d’abord refusé de prononcer le non-lieu (par cinquante-six voix contre quarante-quatre) alors qu’il a approuvé la motion demandant la comparution de trois témoins (par cinquante-six voix contre quarante-quatre). La ligne partisane a délimité clairement le vote ; seul le sénateur démocrate Russell Feingold a suivi les républicains dans les deux cas. Le résultat démontrait que les procureurs ne pourraient pas obtenir les soixante-sept voix nécessaires pour destituer le président. L’audition à huis clos des trois témoins (Monica Lewinsky, Vernon Jordan et Sidney Blumenthal) ne modifiera donc en rien l’issue du procès.

10Le 12 février 1999, les sénateurs ont voté contre les deux articles en destitution, rejetant par cinquante-cinq voix contre quarante-cinq l’accusation de parjure et par cinquante contre cinquante celle d’entrave à la justice. Dans les deux cas, on n’est pas arrivé à la majorité de cinquante et une voix sur cent. Le lendemain du vote, le Sénat a refusé de débattre d’une motion de réprimande contre Bill Clinton. Le procès était terminé.

11Ce procès a constitué en quelque sorte un débat sur l’éthique gouvernementale puisqu’il a opposé deux conceptions de la présidence qui ont toujours dominé la politique américaine. La première, whig, apparue à l’époque d’Andrew Jackson (1828), soutient qu’il faut limiter les pouvoirs du président à ceux décrits dans la Constitution. Suivant cette conception, le Congrès demeure le seul centre de décision et de pouvoir, toujours prêt à contenir et à baliser les pouvoirs de l’exécutif.

12Or, Bill Clinton avait adopté depuis le début de sa présidence un agenda interventionniste en proposant, par exemple, avec sa femme Hillary, un régime d’assurance-maladie universel. Cette volonté de proposer des réformes majeures était considérée par la droite américaine et les milieux des affaires, et en particulier les compagnies d’assurance et de tabac, comme une tentative de réguler la libre concurrence. Le président s’était aussi prononcé en faveur d’un contrôle des armes à feu, ce qui annonçait une conflit avec la National Riffle Association, l’un des lobbies les plus puissants du pays. D’un point de vue de l’éthique gouvernementale, la question est de savoir si l’administration Clinton pouvait agir dans l’intérêt commun ou si, au contraire, la nouvelle idéologie ultra-conservatrice allait imposer ses volontés au peuple américain.

13Selon la seconde conception de la présidence, le président doit être l’intendant de la politique américaine (stewardship theory). L’interventionnisme de plus en plus important de l’État dans l’économie et la vie sociale américaine, surtout depuis la crise économique des années trente, où on a mis en place des premiers programmes sociaux, a fait en sorte qu’on a adopté peu à peu une conception plus libérale de la présidence. De ce point de vue, le président a le droit et même le devoir de prendre toutes les mesures qu’il estime nécessaires pour défendre l’intérêt national, pour autant bien entendu que cela ne lui soit pas interdit par la Constitution. Il peut donc légitimer ses actions en s’appuyant sur le consensus populaire et en cherchant à faire contrepoids aux lobbies corporatifs qui agissent de manière souvent déloyale, compte tenu de leurs ressources financières et politiques, et dont l’influence sur les décisions gouvernementales reste démesurée.

14Lors de son discours sur l’état de l’Union, le 19 janvier 1999, au moment où son procès en destitution commençait au Sénat, Clinton proposait une série de mesures sociales visant à aider la classe moyenne. Dans le même discours, il évoquait la possibilité d’intenter des poursuites contre les fabricants de cigarettes afin de récupérer les centaines de millions payés par les contribuables en soins de santé liés au tabagisme. La lutte que menait Clinton contre le lobby du tabac explique certainement en bonne partie pourquoi plusieurs représentants républicains voulaient à tout prix sa tête.

15Deux conceptions de la présidence s’affrontaient donc, ce qui n’était pas inédit. Toutefois, dans le cas présent, le débat a pris une forme hybride. Peut-on reprocher au président Clinton d’avoir été interventionnsite, de s’être fait le promoteur de changements nécessaires à la société américaine et d’avoir réorienté l’action gouvernementale après des années de néo-conservatisme et de reaganisme ? Est-ce que ses actes et le fait d’avoir tenté de cacher sa liaison avec Monica Lewinsky sont plus préjudiciables que le soutien que le président Reagan désirait apporter aux contras au Nicaragua ? Dans ce dernier cas, les motifs n’étaient-ils pas suffisants d’un point de vue constitutionnel pour provoquer la destitution du président ? Voilà le type de questions que se posait l’Américain moyen qui a vu la présidence ridiculisée au profit d’intérêts corporatistes. Même si tout le monde était conscient que le président Clinton en était à la fin de son deuxième mandat et qu’il pourrait difficilement faire passer son programme politique au Congrès, il n’en demeure pas moins que c’est la présidence comme institution qui était menacée, ses pouvoirs se resserrant en matière de politique intérieure.

Moralité et politique

16Le procès en destitution a pris des dimensions qui dépassent le simple fait que Bill Clinton ait menti au public américain. Au-delà des motifs derrière ses gestes dans l’affaire Lewinsky ou du règlement hors cour intervenu dans le cas de harcèlement sexuel révélé par l’affaire Paula Jones, il faut aussi remonter à l’affaire Whitewater qui a amené le procureur indépendant Kenneth Starr à lancer l’appareil judiciaire aux trousses de Clinton. L’autre élément important dans cette saga est de tracer la ligne entre la realpolitik du président et son comportement sexuel, ou son implication et celle de ses proches dans certains scandales financiers. L’affaire Paula Jones constitue un cas grave puisqu’il s’agissait d’une accusation de harcèlement sexuel. Personne, à cet égard, n’est au-dessus de la loi. En ce qui concerne la « relation déplacée » avec la stagiaire Monica Lewinsky, la grave erreur du président et de ses conseillers est d’avoir voulu la cacher au peuple estimant qu’elle n’était pas du ressort public. En mentant publiquement sur sa relation, Clinton a ressemblé davantage à un goujat qu’à un homme d’honneur.

17C’est pourquoi ce procès en destitution a constitué un débat sans pareil sur la place de la « morale en politique ». Mais, il ne faut pas l’oublier, morale et politique sont bien différentes puisque leurs finalités sont différentes. « La première, écrit Julien Freund, répond à une exigence intérieure et concerne la rectitude des actes personnels selon les normes du devoir, chacun assumant pleinement la responsabilité de sa propre conduite. La politique au contraire répond à une nécessité de la vie sociale et celui qui s’engage dans cette voie entend participer à la prise en charge du destin global de la collectivité. »

18Si le président Clinton demeurait populaire auprès de l’électorat américain, il faut cependant souligner que l’évaluation que faisaient les citoyens de son honnêteté et de ses valeurs morales était de moins en moins positive tout au long de l’affaire Jones-Lewinsky. Le paradoxe est cependant que les Américains estimaient qu’il était plus important de juger la qualité du travail accompli par le président que d’évaluer les qualités morales de l’homme. Est-ce que les gestes reprochés au président Clinton ont affecté la gouvernance de l’Union ? Un sondage ABC, réalisé après son discours sur l’état de l’Union de janvier 1999, indiquait que les Américains avaient davantage confiance en Bill Clinton que dans les républicains pour résoudre les problèmes du pays au cours des prochaines années. L’ancien sénateur démocrate Dale Bumpers, un ami personnel de Bill Clinton, dira devant le Sénat, le 21 janvier 1999 : « Le président Clinton est coupable d’un manquement moral terrible et d’infidélité conjugale mais pas d’avoir miné la confiance du public ou d’avoir commis un crime contre la société. »

Médias, démocratie et popularité

19Il faut dire également que le président Clinton a utilisé avec profit les médias électroniques et les sondages à des moments cruciaux. Tout comme lors du procès d’Andrew Johnson, les médias ont manifesté en général de la sympathie pour le président. Ils sont devenus un outil de l’exécutif dans sa critique du législatif et un moyen pour circonscrire les actions présidentielles. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que, au moment où se déroulait le procès, l’économie américaine roulait à plein régime. Les citoyens étaient donc fort satisfaits de la gestion de leur président. De plus, en proposant des politiques populaires, comme le régime d’assurance-maladie qui n’a pas vu le jour à cause de la majorité républicaine au Congrès, Clinton s’assurait l’appui indéfectible d’un grand nombre d’Américains.

20Le danger bien réel de toute cette procédure était qu’elle devienne hautement partisane ; les médias ont sans doute contribué à redonner une dimension démocratique au procès. Alexander Hamilton, dans The Federalist Papers, écrivait d’ailleurs : « Il y aura toujours le danger que les décisions soient l’issue d’un affrontement entre partis plutôt que la conclusion d’une preuve et d’une démonstration réelle de l’innocence ou de la culpabilité. » Le procès en destitution du président Clinton a bien démontré qu’une telle situation pouvait se produire. Dans ce contexte, la télévision a permis à la Maison-Blanche de parler directement aux citoyens. La gestion de l’opinion publique est devenue un élément important à toutes les étapes de la procédure.

21La stratégie de l’administration Clinton, surtout une fois l’affaire Lewinsky dévoilée, a été décrite comme une « stratégie de détachement ». Même si on peut penser que le cours des événements n’a pas affecté la politique américaine, le président a tout de même réussi à démontrer qu’il pouvait continuer à vaquer aux affaires de l’État. Cela s’était produit à l’époque de Nixon, où la Maison-Blanche avait adopté la stratégie d’une politique étrangère énergique afin de se rallier l’opinion publique américaine. Dans le cas présent, les bombardements contre l’Irak au début de décembre 1998, la visite du pape à St. Louis au début de février dernier et la mort du roi Hussein de Jordanie, ont tous contribué aux efforts de la Maison-Blanche pour distraire l’opinion publique. À cela il faut ajouter que le président Clinton a rarement fait des commentaires sur ce qui se passait tant à la Chambre des représentants qu’au Sénat. Quelques interventions bien orchestrées aux moments clés du procès ont démontré l’écart entre la volonté populaire, les élus républicains et le comportement des procureurs.

22Le fait que le président Clinton ait choisi au début de l’affaire de s’enfermer dans le mensonge, en soutenant, d’abord dans sa déposition dans la poursuite de Paula Jones (17 janvier 1998) et pour la deuxième fois (26 janvier 1998) devant les caméras de télévision et un parterre d’alliées démocrates, n’avoir pas eu de « relations sexuelles » avec Monica Lewinsky, soulève beaucoup de questions sur la capacité « politique » de ses conseillers. En fait, et le président l’avouera plus tard, il a plutôt suivi les conseils de ses avocats lorsqu’il a affirmé : « Je n’ai pas eu de relations sexuelles avec cette femme, Mlle Lewinsky, et je n’ai jamais demandé à qui que ce soit de mentir. » Le débat sur la notion de « relations sexuelles » qui a suivi l’allocution du président démontre bien comment il existe entre le politique et le juridique un fossé qui est parfois difficile à cerner.

23Dès ce moment, la Maison-Blanche a suivi de très près l’évolution de l’opinion publique. Il semblerait qu’elle ait misé sur les charmes populistes du président, sur les contacts directs entre Bill Clinton et les électeurs. Le lendemain de sa déclaration télévisée sur sa « relation sexuelle » avec Monica Lewinsky, le président Clinton présentait son discours annuel sur l’état de l’Union. Sa popularité atteignit alors des sommets, 70 % des Américains se disant satisfaits de son action.

24Au lendemain de ce discours, le 27 janvier 1998, six jours après l’éclatement de l’affaire Lewinsky, sa popularité se situait à 68 %. Quelques jours plus tard, il annonçait, pour la première fois en trente ans, un budget en équilibre (1999). À ce moment, 70 % des Américains se disaient satisfaits de sa présidence et 60 % souhaitaient qu’on mette un terme à l’enquête Lewinsky. Ce discours fut important parce qu’il constituait le premier jalon du cycle budgétaire américain devant mener à l’adoption du budget de l’an 2000 et à la préparation de la prochaine élection présidentielle. Il ne faut pas s’étonner que la population américaine approuvait largement son action politique. La popularité du président approchait d’ailleurs des records avec des scores de 66 % (ABC) et de 76 % (NBC). De plus, 81 % des Américains se disaient satisfaits de la gestion économique, le score le plus élevé jamais enregistré pour un président.

25L’autre tournant dans cette affaire fut probablement le discours télévisé du président Clinton du 17 août 1998 où il avoua finalement avoir eu une « relation déplacée » avec Monica Lewinsky tout en accusant Kenneth Starr d’acharnement, et ce quelques heures à peine après avoir témoigné devant le grand jury.

26Hillary Clinton a également agi à quelques reprises comme porte-voix de son mari. Dans sa déclaration télévisée au réseau NBC, le 27 janvier 1998, le lendemain de celle de son mari, elle n’a pas hésité à déclarer que les efforts pour destituer son mari étaient le résultat d’une « vaste conspiration de la droite ». Puis, le 18 décembre 1998, alors que venait de s’ouvrir à la Chambre des représentants le débat sur la destitution du président, elle a appelé tous les représentants à la « réconciliation nationale ». Ces propos furent tenus dans les jardins de la Maison-Blanche alors que l’Association des mères contre l’alcool au volant lançait une campagne nationale.

27Les avocats de la Maison-Blanche ont également cherché à discréditer le procureur indépendant Kenneth W. Starr. Le 7 février 1998, dans une lettre virulente envoyée à Kenneth Starr, l’avocat personnel du président, David Kendall, accusait le procureur de répandre des informations mensongères dans le but de manipuler l’opinion publique et des témoins éventuels dans le dossier Lewinsky. De plus, la publication le 5 mars 1998, dans le Washington Post, du témoignage livré le 17 janvier par le président Clinton dans l’affaire Paula Jones, témoignage qui aurait dû demeurer secret, offrit un autre opportunité à la Maison-Blanche de démontrer l’illégalité des méthodes de ses ennemis politiques. La Maison-Blanche a d’ailleurs entrepris de poursuivre Kenneth Starr sans compter que le département de la justice décidait au lendemain de la fin du procès en destitution d’ouvrir une enquête sur la manière dont il a conduit l’affaire Lewinsky.

28Finalement, le 11 septembre 1998, lorsque le Congrès décidait de rendre public sur internet le rapport Starr remis la vieille, plusieurs se sont interrogés sur le but de cet empressement, si ce n’est encore une fois pour convaincre l’opinion publique de la pertinence de la démarche des républicains. La majorité républicaine espérait un revirement de l’opinion publique surtout au moment où le procureur Starr accusait le président d’avoir incité Monica Lewinsky à mentir au sujet de leur relation. À chacun de ces moments, l’opinion publique a toujours appuyé le président, estimant être satisfaite de son travail tout en se disant favorable à ce que le Congrès vote une motion de blâme contre lui. Il est intéressant de noter que dans le sondage CBS-Times réalisé du 12 au 14 septembre 1998, 66 % des personnes interrogées affirmaient que le président Clinton n’avait pas les mêmes valeurs morales que la plupart des Américains.

29Lorsque les sénateurs commencèrent à débattre des deux articles de destitution contre le président, le contrôle de l’opinion publique devint encore plus important. La théâtralité des échanges fut remarquable durant tout le procès : arsenal audio-visuel, équipe d’avocats à la Perry Mason, évocation touchante du grand-père de Bill Clinton, etc.

30Si l’acquittement de Bill Clinton était prévisible, il n’en demeure pas moins que cette longue saga soulève de nombreuses questions sur la procédure de destitution. La plus importante étant sans doute de définir ce que sont les « crimes et délits majeurs » auxquels fait allusion la Constitution.

31Quant à savoir si la « relation déplacée » du président Clinton avec la stagiaire Monica Lewinsky constitue un geste répréhensible pouvant conduire à la destitution, il semble assez clair que les juristes et l’opinion publique américaine estiment que les conséquences d’une telle condammation auraient été au-delà de la nature du délit. Nul doute que le président Clinton et Monica Lewinsky ont cherché à cacher leur liaison, et ce pour des raisons à la fois personnelles et familiales. Le fait que le président Clinton ait menti publiquement pose la question de savoir si cela a nui à la conduite des affaires de l’État. S’agissait-il d’une information privée que le public américain était en droit de connaître ? Il est difficile ici d’établir des critères sur ce que le peuple doit ou ne doit pas savoir, ce qui est de haute sécurité et ce qui touche davantage la vie privée d’un homme ou d’une femme publics. Chose certaine, Bill Clinton n’est pas le premier dirigeant à avoir eu des aventures alors qu’il occupait un poste de décision. À notre avis, la seule question qui se pose est de savoir si les gestes du président et la procédure en destitution ont pu avoir une incidence sur la conduite des affaires de l’État. Le reste relève de critères normatifs et moraux qui ne devraient pas guider les décisions des procureurs ou des membres du Congrès.

32Cela dit, que l’on accuse quelqu’un d’avoir commis des gestes illégaux n’est pas un détail sans conséquence. Si le président Clinton avait été reconnu coupable de harcèlement sexuel dans l’affaire Paula Jones, ou de malversations financières dans l’affaire Whitewater, il se serait retrouvé dans une situation politique impossible. (Il ne restait donc à Kenneth Starr que Monica Lewinsky.) Et qu’il s’agisse de fraude fiscale, de harcèlement sexuel ou de gestes illégaux, comme dans le cas du Watergate, la seule peine prévue pour un président est la destitution. Dans toute démocratie, si un député ou le chef d’un État est reconnu coupable devant une cour civile ou criminelle, la conséquence politique est immédiate. Il doit démissionner. D’ailleurs, le président Clinton n’est pas exonéré de toute poursuite parce qu’il occupe le siège de la présidence.

33Somme toute, les citoyens espèrent toujours que leurs élus sauront faire montre de probité, qu’ils respecteront les valeurs morales, sociales et spirituelles de la communauté politique qu’ils représentent. En politique, comme dans la vie en société, le mensonge ne pardonne pas, mais toute vérité n’est peut-être pas toujours « bonne » à dire. En démocratie, le citoyen, le jury du peuple, a toujours le dernier mot. Il faut faire confiance au jugement de la population, sans quoi nous risquons de tomber dans l’autocratie. Le procès en destitution du président Clinton aura au moins démontré qu’avant d’accuser quelqu’un, il faut que la preuve soit irréfutable. Les procureurs républicains ont perdu leur procès parce qu’ils n’ont pas réussi à amasser assez de preuves concluantes. Mais ils auront certes réussi à affaiblir la présidence et à inscrire le nom de William Jefferson Clinton dans les pages les moins grandioses de l’histoire américaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Lachapelle , « Le jugement du peuple : le procès Clinton », Éthique publique [En ligne], vol. 1, n° 1 | 1999, mis en ligne le 17 janvier 2017, consulté le 30 avril 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2710 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2710

Haut de page

Auteur

Guy Lachapelle

Guy Lachapelle est professeur de science politique à l’université Concordia.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org