Navigation – Plan du site
Vérité et politique

La tolérance du public au mensonge politique

André Blais

Résumés

Ce texte synthétise les principaux résultats d’une enquête menée au Canada sur la tolérance des citoyens à l’égard du mensonge en politique. L’honnêteté est la valeur le plus importante pour les personnes interrogées, mais en même temps, beaucoup estiment acceptable de ne pas dire toute la vérité, surtout si les questions concernent la vie privée des politiciens. Par contre, lorsque les questions sont d’intérêt public, on est beaucoup moins tolérant.

Haut de page

Texte intégral

1Les citoyens sont-ils tolérants ou intolérants à l’égard du mensonge en politique ? Qui tend à être plus tolérant, qui tend à l’être moins ?

  • 2 Les principaux résultats de cette enquête sont présentés dans Maureen Mancuso, Michael M. Atkinson, (...)

2Envers quels types de mensonges l’est-on plus et envers lesquels l’est-on moins ? Telles sont les principales questions que notre équipe de recherche s’est posées dans une enquête que nous avons menée auprès d’un échantillon de Canadiens2. Ce court texte livre les réflexions personnelles que m’inspire cette étude.

3Peut-on défendre le mensonge ? Oui. La raison en est simple. La vérité ne saurait être érigée en valeur absolue. Il y a parfois des situations où elle entre en conflit avec d’autres valeurs, et où on peut estimer que, pour en préserver une qu’on juge encore plus importante, il vaut mieux mentir.

4La première question que l’on doit se poser porte sur la place de l’honnêteté par rapport à d’autres valeurs. Notre enquête indique que, considérée de manière abstraite tout au moins, les gens la placent très haut. Quand on leur demande laquelle des cinq valeurs suivantes ; l’égalité, la compassion, l’honnêteté, la liberté et la tolérance, ils jugent personnellement la plus importante, l’honnêteté est arrivée bonne première (58 %). C’est beaucoup plus que les valeurs classiques que sont la liberté et l’égalité, qui n’obtiennent respectivement que 15 % et 13 % des suffrages.

  • 3 Plus précisément, la moitié a dit que c’était généralement ou parfois acceptable (plutôt que rareme (...)

5Si l’honnêteté est si importante, on devrait s’attendre à une faible tolérance à l’égard du mensonge. Mais les choses ne sont pas si simples. La moitié des personnes interviewées estiment acceptable de ne pas dire toute la vérité pour éviter l’embarras3. Certes, ne pas dire toute la vérité n’est pas la même chose que mentir, mais ce n’est pas faire preuve de totale honnêteté. Cela dit, près de la moitié de l’échantillon (45 %) trouve acceptable de mentir pour protéger un ami. Lorsqu’on place les gens dans une situation concrète, l’adhésion au principe de la vérité se fait plus nuancée.

6Sur le plan de l’éthique privée, la réaction spontanée est de mettre l’honnêteté très haut, mais lorsque celle-ci est en concurrence avec d’autres valeurs, environ la moitié de la population est prête à lui faire entorse.

7Est-on moins tolérant lorsqu’il s’agit d’apprécier l’éthique des élus ? La réponse est oui et non. Nous avons présenté aux personnes interrogées trois situations et nous leur avons demandé comment elles les jugeaient sur une échelle de 0 (tout à fait inacceptable) à 10 (tout à fait acceptable). Les deux premiers cas comportent un mensonge qui peut se justifier par d’autres considérations. Dans l’un, tel député qui a le cancer répond à un journaliste qu’il n’a pas la maladie. Comment justifier un tel mensonge ? Le raisonnement pourrait être que le député a droit à sa vie privée et que sa maladie n’a pas à être étalée sur la place publique. Il y a ici conflit entre deux valeurs, la vérité et le droit à la vie privée.

  • 4 J’interprète ici comme « acceptable » les scores de 7 à 10, comme « inacceptable » ceux de 0 à 3, e (...)

8Comment notre échantillon a-t-il réagi ? Essentiellement, la moitié trouve ce mensonge acceptable, le quart pense qu’il est inacceptable et le dernier quart hésite4. Pour la moitié des gens, le droit à la vie privée passe avant la vérité et, pour un quart, les deux valeurs semblent avoir un poids à peu près égal. Dans les faits, l’honnêteté n’est pas aussi prioritaire qu’elle paraît. Je ne suis pas sûr que, dans la « vraie vie », les gens attachent plus d’importance à l’honnêteté qu’à la liberté ou même à la compassion.

9Le deuxième cas comportant un mensonge était le suivant ; « Un ministre apprend que son sous-ministre fait l’objet d’une enquête secrète de la Gendarmerie royale. Lorsqu’on lui pose la question en chambre, il prétend ne pas être au courant, de façon à ne pas nuire à la réputation du sous-ministre. »

10Le ministre ment, mais ici aussi le mensonge peut se justifier. Le sous-ministre a droit à sa vie privée et à sa réputation. Tant que l’enquête n’est pas terminée, il doit être présumé innocent. Le ministre peut estimer que, pour le moment, il est plus important de ne pas ternir (injustement peut-être) la réputation d’une personne, que de dire la vérité. De toute façon, si le sous-ministre est effectivement coupable, la justice suivra son cours en temps et lieu.

  • 5 45 % ont choisi le score 0 et le médian est de 1.

11Ce n’est manifestement pas le raisonnement de la majorité des interrogés. Seulement 10 % ont trouvé un tel comportement acceptable ; pour 74 % d’entre eux, il ne l’est pas5. Pourquoi ce mensonge suscite-t-il une telle réprobation comparativement au précédent ?

12Mon hypothèse est que beaucoup trouvent acceptable de répondre par un mensonge à une question qui ne devrait pas être posée. Un journaliste n’a pas véritablement de bonne raison de demander à un député s’il est atteint du cancer. La question n’est pas d’intérêt public. Celui qui se trouve injustement traqué a alors droit de mentir. D’une certaine façon, le journaliste ne mérite pas d’obtenir la vérité.

13Dans le deuxième cas, est-il clairement d’intérêt public de savoir s’il y a enquête sur le sous-ministre ? De mon point de vue, non. L’intérêt public exige, me semble-t-il, que les citoyens soient informés si et seulement si les enquêteurs concluent que le sous-ministre a commis une faute. Manifestement, la majorité des personnes interrogées ne sont pas d’accord avec ce raisonnement. Pourquoi ?

14Mon hypothèse est que la plupart des gens estiment que l’enquête est un symptôme ; il y a anguille sous roche. Essentiellement, la majorité n’est pas prête à accorder le bénéfice du doute au sous-ministre. On soupçonne probablement le ministre de vouloir mentir pour des raisons moins avouables que celle de ne pas nuire à la réputation d’un tiers, par exemple pour protéger un ami ou éviter de se retrouver dans une situation embarrassante. Mais un bon nombre de gens ne sont-ils pas prêts à accepter des demi-vérités ou même des mensonges pour protéger un ami ou éviter l’embarras ? Effectivement. Plusieurs pensent que cela est parfois acceptable. Mais si l’on croit que les politiciens mentent aussi souvent qu’ils le peuvent – une opinion fort répandue –, on n’est guère disposé à laisser passer n’importe quoi ; il doit être absolument clair que la question posée ne relève pas de l’intérêt public.

15Dans ce cas-ci, les citoyens semblent donc faire preuve de bien peu de tolérance au mensonge, mais cette faible tolérance peut découler tout autant de leur profond cynisme à l’endroit des politiciens en général que de leur attachement à la vérité elle-même.

16L’enquête proposait une troisième situation où le mensonge était plus ou moins présent. Le scénario était le suivant ; « Au cours d’une campagne électorale, un parti promet de ne pas fermer d’hôpitaux. Après les élections, et en raison du programme de réduction du déficit, le parti, maintenant au gouvernement, estime qu’il doit fermer un hôpital. » Il n’y a ici mensonge que si les dirigeants du parti ont délibérément induit les électeurs en erreur, c’est-à-dire s’ils savaient, avec plus ou moins de certitude, qu’ils fermeraient un hôpital. Cela ne semble pas être le cas, puisque le scénario stipule que ce n’est qu’après l’élection que le parti se voit forcé de prendre une telle décision.

17La réaction à cette situation dépend essentiellement de l’importance qu’on attache à la parole donnée, mais aussi aux soins hospitaliers et à la réduction du déficit.

18Quel statut doit-on donner à une promesse ? Seulement une personne sur cinq, dans notre enquête, juge acceptable (généralement ou parfois) de briser une promesse. En fait, la tolérance à l’endroit de la parole non tenue est plus faible que celle à l’endroit du mensonge proprement dit, quoiqu’il faille préciser que dans le cas du mensonge, la question indiquait un motif alors que pour la promesse brisée, on ne suggérait pas de circonstance atténuante.

  • 6 36 % donnent le score 0 et le médian est de 2.

19Revenons à la promesse non tenue de ne pas fermer d’hôpitaux. Les réactions sont clairement négatives ; 59 % des personnes interrogées trouvent cela inacceptable et seulement 16 % que c’est acceptable6. On semble cependant tolérer un peu plus facilement une promesse non tenue pour réduire le déficit qu’un mensonge pour protéger la réputation d’un sous-ministre. Pourquoi ? Mon hypothèse est qu’on peut croire que c’est vraiment pour réduire le déficit qu’on a décidé de fermer un hôpital alors que beaucoup soupçonnent que le ministre peut avoir toutes sortes d’autres raisons inavouables pour cacher l’enquête sur son sous-ministre.

20Il s’agit évidemment de situations hypothétiques. Les gens réagissent-ils différemment dans la « vraie vie » ? Les élections canadiennes de 1997 nous permettent d’examiner l’effet concret d’une promesse non tenue, celle que le parti libéral avait faite en 1993 d’éliminer la tps. Le parti libéral a-t-il été puni pour ne pas avoir tenu cette promesse ?

  • 7 L’équipe de l’étude sur l’élection canadienne de 1997 était constituée de André Blais, Elisabeth Gi (...)

21La réponse est oui. L’équipe qui a étudié les élections de 1997 a examiné l’effet de cette promesse sur le vote. Nous avons voulu voir, tout en contrôlant un ensemble de variables socioéconomiques ainsi que l’idéologie et les traditions partisanes des électeurs, si ceux qui ont dit que le parti libéral avait fait cette promesse et qu’il n’avait pas vraiment essayé de la tenir avaient effectivement moins voté pour lui7.

22Notre conclusion est qu’à l’extérieur du Québec le parti libéral a perdu quatre points à cause de cette promesse brisée. Est-ce beaucoup ou peu ? À mon sens, c’est beaucoup. Selon nos estimations, le parti libéral aurait obtenu 43 % des voix au lieu de 39 %, n’eût été de cette promesse non tenue. Cela revient à dire qu’environ un électeur sur dix n’a pas voté libéral parce qu’il a jugé le parti malhonnête sur cette question. Cela n’a pas empêché les libéraux d’être réélus et de former le gouvernement, mais ils ont dû se contenter d’une courte victoire et d’une faible majorité de cinq sièges à la Chambre des communes.

  • 8 Il y avait également la possibilité de voter pour le parti conservateur. Nos données suggèrent que (...)

23Au Québec, par contre, cette même promesse ne semble pas avoir nui au parti. Pourquoi ? D’abord parce qu’une autre considération, la question nationale, primait tout. Mettons-nous dans la peau d’un fédéraliste qui en veut au parti libéral de ne pas avoir tenu sa promesse sur la tps. Est-ce une raison suffisante pour voter pour le principal parti d’opposition, le Bloc québécois8 ? Oui, si on accorde plus d’importance à la vérité qu’au maintien du lien fédéral. Les données suggèrent que peu de Québécois ont raisonné de cette façon. Évidemment, on peut aussi penser que les bloquistes sont tout aussi menteurs ou malhonnêtes que les libéraux. Le point fondamental, à mon avis, est que les électeurs libéraux au Québec se souciaient davantage d’appuyer un parti fédéraliste que de punir un parti qui avait brisé une promesse.

24On peut retenir de l’épisode de la tps que les électeurs ont tendance à punir les gouvernements dont on croit qu’ils n’ont pas vraiment fait d’effort sérieux pour tenir une promesse, mais qu’il ne s’agit pas d’une tolérance zéro. Les électeurs votent en tenant compte de plusieurs facteurs. L’idée qu’ils se font de l’honnêteté du gouvernement en place est un aspect important… parmi d’autres.

25Je tracerais donc le tableau suivant des attitudes du public face au mensonge en politique. On souhaiterait évidemment que les politiciens disent toute la vérité en tout temps, mais on est prêt à tolérer certains manquements lorsqu’on leur pose des questions qui ont trait à leur vie privée. Sur des questions d’intérêt public, par contre, on est beaucoup moins tolérant, en partie parce qu’on soupçonne déjà les politiciens d’être plus ou moins honnêtes.

26La situation est quelque peu ambiguë en ce qui concerne les promesses électorales. Une promesse non tenue soulève spontanément l’indignation. Mais peu de citoyens reprocheront à un parti de ne pas mettre en application une mesure qu’il avait promise s’ils sont eux-mêmes opposés à cette mesure. Et, comme le cas de la TPS le montre, les électeurs peuvent décider de punir ou de ne pas punir un parti qui ne tient pas ses promesses selon d’autres considérations qui peuvent affecter leur vote.

27En somme, l’honnêteté est une valeur importante, mais je ne crois pas qu’elle soit nettement plus importante que la liberté ou l’égalité.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Annie Sabourin pour son assistance dans la recherche et Claire Durand, Louis Massicotte, Antoine Bilodeau et Antoine Yoshinaka pour leurs commentaires sur une version préliminaire de ce texte.

2 Les principaux résultats de cette enquête sont présentés dans Maureen Mancuso, Michael M. Atkinson, André Blais, Ian Greene et Neil Nevitte, A Question of Ethics ; Canadians Speak Out, Toronto, Oxford University Press, 1998. L’enquête a été menée auprès de 1419 personnes aux mois de janvier et février 1996.

3 Plus précisément, la moitié a dit que c’était généralement ou parfois acceptable (plutôt que rarement ou jamais).

4 J’interprète ici comme « acceptable » les scores de 7 à 10, comme « inacceptable » ceux de 0 à 3, et comme « ambivalent » ceux de 4 à 6. Le score le plus fréquent était le 10 (par 24 %) et le médian 7.

5 45 % ont choisi le score 0 et le médian est de 1.

6 36 % donnent le score 0 et le médian est de 2.

7 L’équipe de l’étude sur l’élection canadienne de 1997 était constituée de André Blais, Elisabeth Gidengil, Richard Nadeau et Neil Nevitte. Notre analyse de l’effet de la TPS se retrouve au chapitre 6 de Making Sense of the 1997 Canadian Election, Toronto, Oxford University Press (à paraître).

8 Il y avait également la possibilité de voter pour le parti conservateur. Nos données suggèrent que ceux qui jugeaient que le parti libéral n’avait pas vraiment essayé de tenir sa promesse ont effectivement eu plus tendance à voter ainsi. Pour des raisons obscures, ces gains semblent s’être faits aux dépens du Bloc québécois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Blais , « La tolérance du public au mensonge politique », Éthique publique [En ligne], vol. 1, n° 1 | 1999, mis en ligne le 17 janvier 2017, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2706 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2706

Haut de page

Auteur

André Blais

André Blais est professeur de science politique à l’université de Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org