Navigation – Plan du site
Vérité et politique

Morale et politique : une rivalité à dépasser

Jean-Herman Guay

Résumés

Platon disait que ce qu’il en coûte aux gens de ne pas s’occuper de politique, c’est d’être gouvernés par des gens pires qu’eux-mêmes. La classe politique semble aujourd’hui condamnée sans appel. De telles condamnations ignorent la nature même de l’action collective qui est toujours bâtie sur le compromis, surtout dans le cadre d’organisations démocratiques, ouvertes et plurielles. L’exigence d’une correspondance terme à terme entre ce qu’on croit en tant qu’individu et ce que les organisations auxquelles on appartient proposent repose sur un mythe, celui de pouvoir modeler la vie associative comme on règle sa vie privée.

Haut de page

Texte intégral

1Le jugement est souvent catégorique. On prend parti ; on proclame haut et fort ses couleurs. Et plus on les brandit, plus on estime être une personne de conviction. Le recul, le retour sur le parcours de nos idées, nous apprend cependant que ces opinions vieillissent, se transforment, se trahissent jusqu’à s’entre-dévorer. Pas toujours, bien sûr, mais souvent. Les couleurs vives s’estompent au contact d’autres teintes. On le sait tous par intuition ; l’expérience nous le confirme.

  • 1 L’Actualité, 1er décembre 1995.
  • 2 James MacGregor Burns et al., Governement by the People, Prentice Hall, 1998, p. 2.
  • 3 André Blais et Elisabeth Gidengil, La démocratie représentative, perceptions des Canadiens et Canad (...)

2Dans le débat sur la morale politique, la thèse la plus répandue soutient que les politiciens sont des menteurs. « Dans tous les pays occidentaux, dit le philosophe Charles Taylor, c’est la nouvelle orthodoxie : “les politiciens sont pourris”1. » Aux États-Unis, par exemple, le Congrès récoltait une confiance de 43 % en 1973, de 39 % en 1985, de 24 % en 1990. En 1995, il n’obtenait plus que 21 %, loin derrière les militaires et la police2. Au Canada, on peut retracer la même descente aux enfers. Au cours des années soixante, un cinquième de la population était d’avis que « le gouvernement est malhonnête » ; vingt ans plus tard, le jugement est partagé par un Canadien sur deux3.

  • 4 L’Actualité, 1er décembre 1995.
  • 5 Les résultats de la maison CROP sont plus accablants que les nôtres (A. Blais et E. Gidengil, op. c (...)
  • 6 Le Devoir, 22 janvier 1993.

3La classe politique québécoise se retrouve également au banc des accusés. Commentant un sondage sur l’ampleur de ce phénomène, le rédacteur en chef de L’Actualité Jean Paré n’hésitait pas à dire : « Je suis atterré. C’est un record historique : si les hommes politiques savaient ce que le public pense d’eux, ils démissionneraient sur-le-champ4… » Selon une enquête de la maison CROP réalisée en 1995, 47 % de la population ne fait « pas du tout » confiance aux politiciens et 27 % ne leur fait confiance que partiellement. Soit un total de 74 % de réponses négatives5. Si on soustrait ensuite du résultat les 22 % de réponses neutres, il ne reste que 4 % des électeurs qui font confiance aux politiciens ! L’ancienne ministre libérale Lise Bacon a reconnu la même tendance : « Dans l’opinion publique, la compréhension et le respect ont cédé le pas à l’ironie lorsqu’il est question de l’État et de la chose publique. Le sens de l’État, la loyauté, n’a plus de signification6. » Dire que les politiciens sont « menteurs » est devenu un lieu commun, presque un automatisme, une conviction.

  • 7 A. Pratte, Le syndrome de Pinocchio. Essai sur le mensonge en politique, Montréal, Boréal, 1997, p. (...)
  • 8 Ibid., p. 14. Nous soulignons.

4Le journaliste André Pratte a écrit sur ce thème un ouvrage pamphlétaire coiffé d’un titre évocateur : Le syndrome de Pinocchio. Sa définition du mensonge rejoint le sens commun. En reprenant le dictionnaire, il écrit que, mentir, c’est « affirmer ce qu’on sait être faux, nier ou taire ce qu’on devrait dire7 » et, par extension, il soutient que les « exagérations partisanes, les cachotteries, les demi-vérités, les restrictions mentales, sont des mensonges. Et ceux qui les commettent, des menteurs. » Il ajoute : « Le mensonge politique constitue un abus de confiance et un bris de contrat. Il est donc condamnable, quels qu’en soient la forme et le degré. Point8. »

5Cette position du sens commun, reprise et développée par le journaliste, soulève un certain nombre de questions sur les rapports entre la morale et la politique, mais elle a avant tout un certain nombre de conséquences concrètes.

  • 9 Le Devoir, 18 octobre 1984.

6Les gens, en particulier les jeunes, ne parlent plus (ou très peu) de politique, comme si cela ne les concernait plus : « C’est tellement sale ! » Au début des années quatre-vingt, Jean-Pierre Charbonneau, député de Verchères, disait : « Les jeunes de nos jours sont incapables de se projeter dans l’avenir. Ils vivent dans l’immédiat, dans le présent9. »

7Quand nos concitoyens parlent de politique, c’est rarement pour la défendre ; le propos est souvent marqué par la réserve, le mépris, même chez les militants. Chacun s’en fait le juge.

  • 10 Jean-Herman Guay, Avant, pendant et après le boom, Sherbrooke, Les fous du roi, 1997, p. 52.

8Sur le plan du comportement électoral, l’inconstance s’accroît ; le vote convaincu cède le pas au vote par dépit : « J’appuie le moins mauvais. » Pour la majorité de Québécois, les partis sont « tous pareils10 ».

9Après un répit variable, la méfiance, le discrédit atteignent tous les acteurs politiques ; la « prime à la nouveauté », la « lune de miel », dont chacun peut profiter ne durera qu’une saison. Ce fut le cas de Jean Charest au printemps 1998.

10Enfin, les politiciens subissent les effets de cet esprit du temps et la classe politique perd de son lustre. Sur le plan personnel, ils vivent avec les conséquences du cynisme. D’ailleurs, ils hésitent de plus en plus à se retrouver sur les tribunes. Et, comme le disait Platon, ce qu’il en coûte aux gens de ne pas s’occuper de politique, c’est d’être gouvernés par des gens pires qu’eux-mêmes.

11Telle est donc cette thèse si répandue qui condamne sans appel la classe politique. Il faut, soutient-elle, introduire une certaine forme de moralité en politique. Voilà la solution.

12Mais, doit-on se demander, les politiciens sont-ils vraiment des menteurs ? Le sens commun a-t-il raison ? L’antithèse pose à son tour trois questions : les politiciens sont-ils les seuls prévenus ? comment établir le mensonge ? l’action collective n’a-t-elle pas des exigences que la conduite individuelle n’a pas ?

  • 11 A. Pratte, op. cit., p. 14.

13André Pratte, tout comme le sens commun, connaît la place du mensonge dans la vie quotidienne : « Quel mal peut-il y avoir, dans le fond, à faire croire à un collègue de travail que vous êtes pris le soir du party auquel il vous convie ? » Le mensonge sert alors, dit-il, à « lubrifier les relations sociales11 ». Inutile de blesser ! Cependant, ajoute-t-il, dès qu’une relation de confiance est en jeu, que le mensonge peut être lourd de conséquences, il y a une obligation mutuelle de vérité. Le mariage est donné comme exemple. Où est donc la limite ?

14Le commerçant qui vante la supériorité de ses produits est-il un menteur ? Le professeur qui ne dit pas ouvertement à l’étudiant qu’il est un cancre même s’il en présente tous les symptômes est-il aussi un menteur ? Le propriétaire qui vend sa maison doit-il tout dire de celle-ci, y compris que le voisin est détestable ou que la véranda est une étuve en été ? Dans tous les cas, il y a des conséquences, dans tous les cas la confiance est en jeu. Sommes-nous donc tous des menteurs ? Si tel est le cas, le tribunal ne présente plus la même configuration : nous sommes tous au banc des accusés. Telle est la première question.

15Après avoir repéré quelques mensonges « flagrants » de la vie politique canadienne, André Pratte reconnaît, trop rapidement, dans les toutes dernières pages, que les négociations entre employeur et syndicat posent un problème similaire – chacun bluffe pour maximiser ses gains. De même, les médias ont tendance à amplifier plutôt qu’à modérer. Aussi, il soutient que toute la culture politique doit être repensée. Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Nous sommes en fait peut-être tous des Pinocchio ! Certes les journaux télévisés sont truffés d’exagérations et de non-dits, mais qu’en est-il des émissions culturelles ou sportives, qui sont souvent de simples tribunes promotionnelles de produits ou de spectacles ?

16Si tel est le cas, si les rapports économiques, ceux qui s’établissent dans la négociation ou encore ceux liés aux processus communicationnels peuvent tous être associés au mensonge, pourquoi les politiciens feraient-ils exception ? Selon quelle logique ? L’acte d’accusation repose en fait sur un paradoxe qu’on pourrait formuler ainsi : « Je vous condamne parce que vous ne vous hissez pas au-dessus des comportements les plus quotidiens et les plus fréquents de nos relations sociales. Je vous accuse de ressemblance. »

17Allons plus loin. Mentir, c’est « affirmer ce qu’on sait être faux ». Soit. Mais comment s’assurer de ce que l’autre pense ? Comment puis-je entrer dans sa conscience et établir d’une manière irréfutable ce qu’il croit, ce qu’il sait ? Certes, si on consigne ses convictions dans, disons, un journal personnel, l’écart entre les croyances privées, réputées vraies, et les déclarations publiques sera mesurable. Mais est-ce sur de tels cas que s’appuie le sens commun ? Bien sûr que non. Ce sont des situations présentes qui sont en cause. Trois exemples suffiront.

  • 12 Ibid., p. 109.

18À propos des nominations partisanes12, rappelle Pratte, Brian Mulroney affirma, lors de la campagne électorale de 1984, que « jamais, jamais, cela ne se reproduira sous un gouvernement conservateur ». « On sait, commente le journaliste, ce qu’il advint durant les années où M. Mulroney était au pouvoir. » Le jugement tombe comme un couperet : il a menti. Or, pour que ce jugement soit valide il faut attribuer à Mulroney l’omniscience de ce qu’il adviendrait et la volonté initiale de faire des nominations partisanes. Mais rien ne peut étayer un savoir pareil, une semblable malice, sauf évidemment une condamnation a priori.

19Chacun le sait intuitivement : ce n’est pas parce que nos actions contredisent nos engagements antérieurs que nos intentions étaient de duper et que nous sommes menteurs. Certes, il peut y avoir duperie, mais pas forcément. Ce n’est pas parce que des promesses ne sont jamais tenues qu’il faut attribuer à ceux qui les ont formulées l’intention initiale de ne pas les tenir. L’histoire est souvent faite d’imprévus, remplie de retournements et d’intentions qui ont perdu toute nécessité. Nos vies quotidiennes en sont pleines ; pourquoi la vie politique ferait-elle exception ? Pourquoi serions-nous moins indulgents pour la vie politique que pour la vie privée ?

  • 13 Ibid., p. 24.
  • 14 Ibid., p. 23.

20L’acte d’accusation contre Lucien Bouchard est tout aussi étonnant. À l’été 1996, au terme d’une réunion avec les gouverneurs de la Nouvelle-Angleterre, le premier ministre est pressé par les journalistes qui lui demandent si, dans les échanges avec le gouverneur William Weld du Massachusetts, il a été question de l’incertitude politique suscitée par la question du Québec. M. Bouchard répond par la négative. Par ailleurs, on apprend qu’il en avait été « brièvement » question. On reconvoque alors les journalistes et le premier ministre s’excuse en disant qu’il était fatigué et qu’il avait mal compris la question. Conclusion d’André Pratte : « Fatigue ? Soit. Mais les apparences sont contre le premier ministre. Comme si, entre deux risques – celui de dire la vérité et de celui l’embellir – M. Bouchard avait choisi le second13. » De ce fait, qualifié de « révélateur14 », Pratte induit une règle générale : « Il semble qu’il s’agisse là d’une sorte de réflexe d’autodéfense chez le politicien ; interrogés sur un sujet controversé, ils commencent par mettre la vérité au rancart. » Incroyable ! S’il fallait effectuer des recherches scientifiques sur de pareilles imputations ou sur de semblables raisonnements circulaires, s’il fallait mettre en prison, sur la base de tels raccourcis, on aurait raison de crier au scandale.

  • 15 Ibid., p. 55.
  • 16 Ibid., p. 62.

21Dernier exemple. Lorsque Robert Bourassa a affirmé, au lendemain de la mort de l’accord du lac Meech, que, « quoi qu’on dise, quoi qu’on fasse, le Québec est aujourd’hui et pour toujours une société distincte, libre et capable d’assumer son destin », M. Pratte estime que « Bourassa était parfaitement conscient de ne rien dire tout en faisant semblant de prononcer une phrase choc15 ». Comment le sait-on ? Simplement par ceci que l’ancien premier ministre aurait dit au journaliste Jean-Francois Lisée qu’il fallait garder le contrôle de l’agenda et préserver l’avenir ! Par quel mécanisme mental peut-on placer un signe d’égalité entre le désir de garder le « contrôle de l’agenda » et la conscience « de ne rien dire », sinon en s’appuyant sur l’axiome selon lequel « quoi qu’il dise, quoi qu’il fasse, le politicien est aujourd’hui un menteur » ? Une fois ces exemples rappelés, il suffit de procéder à la généralisation : « Pour un mensonge relevé, cent autres passent inaperçus16. » Reste une critique plus fondamentale à l’endroit de cette thèse, celle qui renvoie à la nature de l’action collective elle-même. Quand une organisation – syndicat, chambre de commerce, association professionnelle, parti – prend position, adopte une résolution, définit un plan d’action, chaque individu n’est pas nécessairement d’accord avec chaque étape du processus retenu, ni avec la lettre de chacune des résolutions, ni même avec les porte-parole qu’on se donne. La divergence peut se déclarer sur mille et un points. La décision démocratique crée à tout moment des minorités. Forcément, il y a toujours un écart, plus ou moins prononcé, entre la pensée individuelle et l’action collective.

22Cet écart est inévitable parce que bon nombre de décisions ont été prises par un ensemble d’individus. Quand le chef, le président, le porte-parole termine son discours, que doit donc faire notre militant, notre partisan ou notre membre ? Rester assis, ne pas l’applaudir, ne pas tolérer le moindre écart ? Tolérance zéro ? Répéter tout haut ce qu’il croit ? Chercher le premier journaliste pour témoigner de ses désaccords sur tels et tels points ? Être rongé par la culpabilité ? L’argumentation d’André Pratte nous conduit à cette impossible exigence puisque finalement, pour lui, il n’y a pas de nuances. Car comme l’écrivait René Lévesque, « on ne peut évidemment dire tout ce qu’on sait ni encore moins tout ce qu’on pense, sinon on ne parviendrait plus à dénombrer ses ennemis ».

23Mais si tel devait être le cas, il n’y aurait plus caucus ni parti ni syndicat ni membres ni militants. Toute organisation collective est un compromis ; les organisations démocratiques obligent chacun à mesurer l’écart. Certes, au-delà d’un certain seuil on rompt les liens et on quitte l’organisation mais, en deçà, on se lève et on applaudit l’orateur. À suivre la logique de Pratte, les partis politiques éclateraient au moment même où ils auraient désigné leur chef.

24La conscience collective n’a pas les mêmes dimensions que la conscience individuelle. Cette dernière peut, à la limite, être en parfaite harmonie avec son expression. Dans le cas de l’action collective, cette continuité est impossible, surtout dans le cadre d’organisations démocratiques, ouvertes et plurielles. Paradoxalement, même le chef d’un parti ou le président d’un syndicat doivent être les porte-parole et les défenseurs convaincus d’idées qu’ils ne partagent pas forcément en tous points parce qu’ils assument le leadership d’une organisation démocratique qu’ils ne contrôlent pas entièrement. C’est ainsi que MM. Bourassa et Bouchard se sont vus obligés, à quelques reprises, de poser des gestes qui paraissent à première vue discutables. Ils naviguaient en eaux troubles. Ce fut le cas de M. Bourassa avec le rapport Allaire et de M. Bouchard lorsqu’il a quitté un congrès pour aller réfléchir à son avenir politique.

25L’exigence d’une correspondance terme à terme entre ce que nous croyons comme individu et ce que les organisations auxquelles nous appartenons proposent repose sur un mythe, celui de pouvoir modeler la vie associative comme on règle sa vie privée. Ce résultat est impossible. Précisément parce qu’elle est une somme d’individus, la sphère collective réelle est remplie de la tolérance silencieuse à ces écarts. Dès que plusieurs individus souhaitent conjuguer leurs efforts, les compromis sont inévitables, et normaux. Vouloir s’en passer, c’est méconnaître l’essence même de l’action collective.

  • 17 Ibid., p. 154.
  • 18 Ibid., p. 155.
  • 19 Ibid., p. 156 et 160.
  • 20 Ibid., p. 154.

26Pour boucler la boucle de l’antithèse, reste un dernier élément. André Pratte rêve de l’invention d’une « politique fondée sur la vérité17 ». Mais, dit-il, « nous ne pouvons pas compter sur les politiciens pour se conformer d’eux-mêmes aux exigences de la vérité18 ». Sur qui faut-il compter ? Le peuple, oui, bien sûr, qui doit récompenser la vérité. Or, « le peuple n’a ni le temps ni les moyens de débusquer les mensonges de plus en plus habiles que concoctent les politiques à son intention ». Conclusion : « Il ne peut s’en remettre qu’aux journalistes puisque finalement, […] le peuple n’y arrivera que si la presse lui montre la voie19. » Les journalistes doivent jouer le rôle de « modérateurs », parce que, « plus souvent qu’autrement, la réalité est un entre-deux20. » Ils devront être précis, rappeler les faits. « Il s’agit simplement de tout dire à nos lecteurs. » Voilà la conclusion.

27On peut bien sûr sourciller devant le rôle attribué aux journalistes, mais il faut surtout remarquer le rôle magique qu’exerce ici la « vérité », au singulier. Dans le domaine des affaires publiques, la vérité n’est pas unique. On fait face à une pluralité de vérités. L’histoire tranchera. Après coup, on saura qui avait davantage raison. Churchill avait raison ; Chamberlain avait tort. On échappe au relativisme en examinant la suite de l’histoire. Mais, sur le moment, quand il faut décider, il n’y a que des vérités contradictoires, et d’autant plus opposées qu’elles engagent la collectivité dans l’inconnu. Or, qu’en est-il lorsqu’il n’y a, dans le champ du temps présent, aucun moyen de vérifier les propositions ? L’histoire nous apprend que le plus sûr moyen de décider dans l’incertitude est de laisser s’exprimer la variété des points de vue.

28Un procès est ainsi une arène où le jury est exposé à différentes thèses contradictoires, amplifiées. Cela est-il fou ? Évidemment non. Malgré un passé très différent, la plupart des pays ont fait la preuve de cette opposition pour juger d’une personne. En fait, je m’inquiéterais si mon avocat me chuchotait, à l’ouverture d’un procès où je serais au banc des accusés, qu’il ne chercherait pas à amplifier mon interprétation, qu’il serait modérateur, qu’il montrerait les deux côtés de la médaille. Un syndiqué a le droit d’être défendu par un syndicat qui prendra sa part avec force et éloquence. La décision « modérée » résulte de cette confrontation. Dans la vie politique, il en va de même ; il faut souhaiter l’opposition, la polarisation et l’amplification des points de vue. L’électeur tranchera. Il faut, au contraire, craindre qu’une équipe de journalistes procède à un travail de « modération » a priori, s’érigeant en historiens alors qu’ils n’en ont pas le seul avantage, le recul.

29On pourrait s’arrêter ici. L’antithèse semble l’emporter. L’argumentation d’André Pratte est souvent fragile et repose sur des principes qui ne collent pas à la vie collective. Et pourtant, aucun des arguments de notre réplique ne viendra renverser le sentiment enraciné profondément en chacun de nous : « ce sont des menteurs ». L’unanimité contre la classe politique est si forte qu’on aurait tort de s’arrêter là. D’où vient-elle donc ?

30On pourrait d’abord y trouver un mécanisme psychologique fort simple, la rationalisation d’une déresponsabilisation : « J’ai raison de ne pas m’engager dans mon syndicat, mon groupe professionnel, ou une organisation communautaire parce que tout cela est profondément corrompu par le mensonge. Je reste donc chez moi sans remords. » Par dissonance cognitive, j’ai même le loisir de mépriser ceux qui s’engagent dans de telles organisations. Le cynisme reposerait sur la justification d’une posture dans la cité, celle du citoyen indifférent.

31Mais la mauvaise foi n’est pas seule en cause. Cinq grands facteurs débordant largement la sphère politique, qu’on associe aux dynamiques sociétales, sont fort probablement à l’œuvre.

32Il faut d’abord noter la chute des grandes idéologies (et des projets de société) qui soutenaient l’action politique. Leur hégémonie justifiait l’action et excusait les faux pas. Quand les finalités ultimes ont perdu de leur valeur, du moins aux yeux du plus grand nombre, l’erreur circonstancielle est devenue inexcusable. Comme un liquide sur une surface sans bords, elle s’étend dans tous les sens.

  • 21 La Presse, 4 octobre 1995.

33L’effritement des grandes idéologies (et des grands projets de société) a aussi provoqué la dégringolade de leurs intellectuels organiques globaux : les Églises et les partis politiques ont été particulièrement touchés. Tout discours englobant semble ainsi désuet. Chacun se fait sa propre idée, sa propre religion21. Il en découle un émiettement du discours. Celui qui rappelle à l’ordre les membres et les militants semble souvent impertinent : « Pour qui se prend-il donc ? »

34La spécialisation des médias et la multiplication des canaux contribuent aussi à réduire la portée des véhicules généralistes. Sauf dans le cas de grands événements, peu de gens ont été exposés au même message à la fin d’une même soirée. Il en découle que peu d’entre eux peuvent, le lendemain, parler de ce qu’ils ont vu. Le dialogue autour d’un même objet qui amène des intégrations cède la place à une juxtaposition de monologues et renforce la vision individualiste du monde.

35La political correcteness joue aussi probablement un rôle dans la mesure où elle censure l’agressivité ou la critique à l’endroit de groupes autrefois pointés du doigt dans le discours officiel, dans l’humour privé ou plus simplement dans le sarcasme quotidien. Tel était le cas des minorités visibles, des handicapés ou des homosexuels, pour ne citer que ces groupes. S’il ne fait pas de doute que cette nouvelle attitude est salutaire, il convient de noter son effet boomerang, ou son effet pervers : l’agressivité latente au sein de chaque population doit trouver un exutoire et désigner de nouveaux boucs émissaires pour se soulager de ses frustrations. Les politiciens ou « gens de pouvoir » sont les nouvelles cibles. Ils exercent la fonction de « paratonnerre ».

  • 22 Les scores sont les suivants : Tout à fait et plutôt confiance : 67 % les médecins, 52 % les notair (...)

36Mais le cynisme a une cause encore plus fondamentale : la « technicisation » de l’activité humaine. Dans un monde où les jugements s’équivalent, seule la compétence fondée sur des critères techniques – vérifiables, quantifiables – continue d’être reconnue et approuvée. Dans l’enquête CROP de 1995, on remarque nettement « que les professions qui semblent les plus épargnées par la crise de crédibilité reposent essentiellement sur une formation scientifique, mathématique ou comptable. Celles qui reposent sur le jugement ou sur le simple pouvoir sont moins bien cotées. On ne va pas chez le médecin ou le comptable pour discuter, mais pour savoir quoi faire22. » Conséquence : le pourvoyeur d’un discours est dès lors rapidement discrédité. Alain Giguère de la maison CROP écrivait : « Ce ne sont pas seulement les politiciens eux-mêmes que les citoyens rejettent. Ce sont les institutions politiques – l’exercice du pouvoir – qui sont complètement déconnectées de la réalité. On vit dans la postmodernité, dans l’éclatement et le morcellement tous azimuts des intérêts et des besoins des citoyens. Or, les gouvernements en sont encore à proposer les mêmes solutions pour tout le monde. On instaure des normes nationales alors que les gens veulent de la décentralisation et la spécificité régionale. Ils ne reconnaissent donc plus leurs aspirations dans les orientations des politiciens. »

37La sphère proprement politique a également sa part de responsabilité. Selon plusieurs, le cynisme politique trouve peut-être sa source dans un double déficit démocratique. Le premier, bien connu, est tourné vers l’extérieur. Avec la mondialisation des intrants, le simple citoyen considère que son pouvoir potentiel sur le processus décisionnel est de plus en plus réduit, car le parlement qui résulte de son vote est de plus en plus contraint de négocier avec les forces internationales. Il n’est pas dans l’erreur ! Le jeune Stéfan Tremblay du Bloc québécois a voulu souligner ce phénomène en sortant son siège de la Chambre des communes.

38Le second est tourné vers soi, et est moins explicité dans la littérature scientifique. Les rapports interpersonnels sont de plus en plus horizontaux. Entre les hommes et les femmes, les parents et les enfants, les enseignants et les élèves, entre les employeurs et les employés, les commerçants et les clients, bref à tous les niveaux, les gens sont plus interactifs, plus agissants, moins « soumis » à l’autre. L’administration de ces rapports a obligé la création d’interfaces laissant une place croissante à l’individu. Celui-ci fait plus de choix dans des domaines très variés : les films qu’il regarde, les relations amoureuses qu’il choisit, ou son horaire de travail, qu’il peut aménager à son gré. L’autonomie a marqué des points sur l’hétéronomie. Or, si ces rapports ont été modifiés au cours des dernières décennies, le rapport politique est demeuré intact. Il faut bien l’avouer : le citoyen n’a pas plus d’occasion d’agir alors que, paradoxalement, l’emprise de l’État sur son existence est nettement plus marquée qu’il y a vingt ou cinquante ans. Les canaux d’accès, d’influence ou de présence n’ont pas été modifiés alors que la charge fiscale, législative et réglementaire a été accrue.

  • 23 Francis Fukuyama, La fin de l’histoire et le dernier homme, Paris, Flammarion, 1992, p. 239-240.

39Il se développe en somme un sentiment « légitime » d’impuissance, de non-écoute. Le citoyen a nettement l’impression d’être « contrôlé », « dominé », « manipulé ». L’en dissuader est devenu presque impossible. Plusieurs vont même remettre en question le caractère démocratique de nos institutions politiques. La comparaison que le citoyen fait explicitement ou intuitivement avec les autres secteurs de son existence l’amène directement à cette conclusion. Francis Fukuyama a raison lorsqu’il parle de cette quête de reconnaissance. Montrant les limites du libéralisme politique traditionnel (tel que développé par John Locke), il écrit : « Et pourtant les citoyens […] sont quelque chose de plus que désir et raison ; ils ont aussi une fierté “thymotique” et une croyance en leur propre dignité ; ils entendent bien que cette dignité soit reconnue, surtout par le gouvernement du pays où ils vivent. Le désir d’être reconnu est donc le maillon manquant entre libéralisme économique et libéralisme politique. […] Lorsque les gens deviennent plus riches, plus instruits et d’un esprit plus ouvert sur le monde, ils ne revendiquent pas simplement davantage de richesse, mais la reconnaissance de leur statut23. »

40Le cynisme actuel a donc des causes multiples et une texture qui varie avec les sociétés. Il n’en reste pas moins que « l’accusation morale » vient justifier le discours sur l’État ; elle sous-tend, rationalise et organise un sentiment plus qu’une critique, dont les fondements ne reposent pas sur la conduite morale des politiciens eux-mêmes, mais sur un désarroi plus grand des citoyens. Les politiciens actuels ont probablement un sens moral nettement plus élevé que celui de leurs devanciers. On n’a qu’à penser à la fraude électorale avant 1960, à l’attribution des contrats gouvernementaux, aux nominations partisanes dans toute la fonction publique pour mesurer le chemin parcouru et les progrès accomplis. Et pourtant, en dépit d’une volonté de haute moralité, rarement le discrédit de la sphère publique n’a été aussi prononcé. En fait, il ne faut pas considérer l’accusation morale dans son argumentation (elle se trompe de cible et repose sur des cas dérisoires) mais comme un symptôme (mal formulé et trompeur) d’un malaise.

41Sur quoi faut-il donc agir ? Comment tenir compte de ces facteurs pour dépasser l’accusation morale ? La solution est essentiellement politique. L’ordre politique, la pratique parlementaire, le jeu des partis, tout cela a été pensé et élaboré au cours des trois derniers siècles. Nous avons perfectionné ce système sans nous rendre compte que le rapport du citoyen a évolué. Les dimensions de la structure politique ne correspondent plus à la stature actuelle du citoyen plus informé, plus scolarisé, plus branché, plus exposé à la pluralité et à la diversité. Dans ce cadre, il est difficile d’adhérer à un parti politique qui propose un discours unique, malgré les artifices du spectacle politique contemporain et les stratégies de communication qui y sont rattachées. Rapidement, le discours apparaît redondant, monocorde et monotone. Du fast food, pour tout dire. Et chacun le voit rapidement.

42Dans une vie où le citoyen est appelé à faire une variété incroyable de choix, il n’est pas étonnant qu’il sente un malaise, lorsqu’on lui demande de ne faire qu’un choix tous les quatre ans. L’espace économique a été en mesure de multiplier les créneaux, de segmenter l’offre ; l’espace culturel a su incarner la diversité. L’espace politique canadien et québécois n’a pas encore été en mesure de procéder aux aménagements qui s’imposent. La structure politique doit être repensée pour correspondre aux caractéristiques du citoyen postmoderne. Il faut cesser d’offrir l’universalité. Il faut voir d’un bon œil la pluralité de partis à l’assemblée en insérant un système électoral mixte qui incorpore des éléments d’une proportionnelle. Il est nécessaire de redonner aux députés plus de liberté au sein de leur formation et sur la place publique ; il faut permettre que des référendums aient lieu en même temps que des élections, comme c’est le cas en Californie notamment, et que les citoyens puissent, de leur propre initiative, se prononcer sur un grand nombre de questions. Les régions et les villes doivent disposer de marges de manœuvre plus substantielles. De même, les mandats doivent être limités pour éviter le carriérisme politique. Bref, il faut que la pluralité et la diversité des citoyens se retrouvent dans l’organisation politique. Il faut, à la suite des réflexions d’Alexis de Tocqueville, fournir des occasions communautaires à mi-chemin entre l’universel et l’individuel.

  • 24 A. Pratte, op. cit., p. 154.

43Certes, ces mesures ne changeront pas radicalement l’état d’esprit qui est le nôtre. Dans la plupart des démocraties occidentales, on a effectué des modifications de cet ordre et le mépris à l’endroit de la classe politique, faut-il le dire, n’a pas disparu. Mais on a eu le mérite de mettre sur de nouvelles institutions qui renverseront probablement à terme les tendances lourdes qui prévalent actuellement. Certes M. Pratte en traite – et nous en sommes heureux – mais trop peu et trop tard : « Des concepts tels que la discipline de parti et la solidarité ministérielle, qui dans leur acception actuelle sont fondés sur le mensonge, devraient être revus24. »

44En fait, c’est la critique du système politique qu’il faut mettre au premier plan, et non l’accusation morale ; celle-ci est secondaire dans l’acte d’accusation. À la limite, il s’agit d’un effet et non d’une cause. Si le mensonge provient d’un système, il faut amender le système. Les acteurs qui s’y trouvent et s’y succèdent ne souffrent pas de tares éthiques. Ils répondent aux impératifs du système.

45Il faut donc remettre l’accusation sur ses pieds, y voir un effet de système, de structures désuètes, plutôt qu’une pénurie morale. MM. Bouchard et Mulroney ne manquent pas de moralité ; les députés ne sont pas des menteurs ; la solution n’est pas dans la proclamation d’un code moral plus strict – avec, comme critère, une tolérance zéro –, mais dans la transformation des règles du jeu, qui ne correspondent plus aux exigences du citoyen. Mais aussitôt que cela est dit – que l’on propose une solution structurelle et collective –, on entend les « à quoi bon » et la litanie de doutes.

46Jusqu’à présent, l’accusation morale, croyant bien faire, a fait tant de dommage – en dénigrant la sphère publique elle-même, en plaçant la barre des exigences si haute, en exigeant une vérité absolue irréalisable dans le cadre d’une action collective – que rares sont ceux qui sont tentés de proposer des réformes. Ils le font du bout des lèvres, abandonnant leur discours aussitôt que l’implacable cynisme se manifeste.

47L’accusation morale a jeté le bébé avec l’eau du bain ; elle a contribué à éradiquer la volonté de changement. Ses attaques ont vidé la place publique. L’idéal est si haut que personne ne se juge assez grand pour l’atteindre.

48Il faut redonner au citoyen la conscience que sa place dans la collectivité sera toujours marquée par une profonde ambiguïté ; un « je » dans un « nous » ; un « je » qui, tout en maintenant son individualité, voit le renoncement qu’implique sa participation, mais aussi les avantages qu’il pourra en retirer comme mode de reconnaissance. Un « je » qui applaudit alors même qu’il ne souscrit pas à tout, un « je » qui participe à l’amplification, à la polarisation… sans jamais se fusionner dans la totalité. Un « je » qui retient les phrases auxquelles il croit plutôt que les quelques mots qu’il désapprouve. D’une certaine façon, M. Pratte devait porter des accusations cinglantes pour provoquer la réflexion et la riposte. Sur la place publique, il faut parler fort.

49À défaut de redéfinir les structures en fonction de la stature du citoyen d’aujourd’hui, à défaut de réhabiliter l’espace public, il faut être conscient que le processus d’atomisation sociale, loin de s’arrêter, risque de s’accélérer. Se considérant comme seul étalon de mesure du vrai et du bien, l’individu, enfermé dans une bulle, n’aura d’autres projets que les siens propres. Finalement, ce sont les tenants du statu quo qui tirent profit de cette atomisation sociale. Ceux qui souhaitent proposer des changements importants qui impliquent un engagement de longue durée et l’élaboration d’un front commun élargi, risquent de voir leur volonté minée par l’individualisme et le cynisme.

  • 25 C. Wright Mills, L’imagination sociologique, traduit de l’américain par Pierre Clinquart, Paris Fra (...)

50Si ces deux phénomènes continuent de dominer la conscience collective, l’espace public – considéré comme un lieu d’action – apparaîtra toujours plus out of order dans l’agenda des individus. C. Wright Mills, dès les années soixante, anticipait un scénario qui nous rejoint à présent. « Notre époque est faite d’inquiétude et d’indifférence ; mais elles ne sont pas encore formulées de manière à laisser œuvrer la raison et jouer la sensibilité. En lieu et place d’épreuves définies en fonction de valeurs et de menaces, on ne trouve souvent que le désarroi d’une inquiétude imprécise. En lieu et place des enjeux explicites, existe simplement l’impression que “rien ne va plus”25. »

Haut de page

Notes

1 L’Actualité, 1er décembre 1995.

2 James MacGregor Burns et al., Governement by the People, Prentice Hall, 1998, p. 2.

3 André Blais et Elisabeth Gidengil, La démocratie représentative, perceptions des Canadiens et Canadiennes, Commission royale sur la réforme électorale et le financement des partis, vol. 17, Toronto et Montréal, Dundurn Press et Wilson & Lafleur, 1991, p. 43.

4 L’Actualité, 1er décembre 1995.

5 Les résultats de la maison CROP sont plus accablants que les nôtres (A. Blais et E. Gidengil, op. cit.) parce que la question posée était quelque peu différente. On y retrouvait cinq possibilités. Notre sondage en proposait quatre. La conclusion est cependant la même.

6 Le Devoir, 22 janvier 1993.

7 A. Pratte, Le syndrome de Pinocchio. Essai sur le mensonge en politique, Montréal, Boréal, 1997, p. 13.

8 Ibid., p. 14. Nous soulignons.

9 Le Devoir, 18 octobre 1984.

10 Jean-Herman Guay, Avant, pendant et après le boom, Sherbrooke, Les fous du roi, 1997, p. 52.

11 A. Pratte, op. cit., p. 14.

12 Ibid., p. 109.

13 Ibid., p. 24.

14 Ibid., p. 23.

15 Ibid., p. 55.

16 Ibid., p. 62.

17 Ibid., p. 154.

18 Ibid., p. 155.

19 Ibid., p. 156 et 160.

20 Ibid., p. 154.

21 La Presse, 4 octobre 1995.

22 Les scores sont les suivants : Tout à fait et plutôt confiance : 67 % les médecins, 52 % les notaires, 51 % les comptables, 39 % les policiers, 37 % les juges, 32 % les journalistes, 31 % les gens d’affaires, 24 % les avocats, 14 % les chefs syndicaux et 4 % les politiciens (L’Actualité, 1er décembre 1995).

23 Francis Fukuyama, La fin de l’histoire et le dernier homme, Paris, Flammarion, 1992, p. 239-240.

24 A. Pratte, op. cit., p. 154.

25 C. Wright Mills, L’imagination sociologique, traduit de l’américain par Pierre Clinquart, Paris François Maspero, 1967, p. 15-16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Herman Guay , « Morale et politique : une rivalité à dépasser », Éthique publique [En ligne], vol. 1, n° 1 | 1999, mis en ligne le 17 janvier 2017, consulté le 24 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2705 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2705

Haut de page

Auteur

Jean-Herman Guay

Jean-Herman Guay est professeur de science politique à l’université de Sherbrooke.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org