Navigation – Plan du site
Vérité et politique

Le service de la vérité en politique

Claude Ryan

Résumés

La meilleure façon de servir la vérité, dans la vie publique, c’est de la construire au jour le jour par des actes vrais. Il faut, en politique, rechercher un message à la fois très simple, pour être entendu, et très rigoureux, pour ne pas prêter flanc à la critique. La vie au sein d’un parti limite sérieusement la liberté d’action. Elle n’empêche toutefois pas celui qui y tient de rester lui-même. Cette fidélité à soi apparaît être la première forme de service de la vérité. Le service pratique de la vérité en politique est une affaire d’éthique, non de principes purs.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 André Pratte, Le syndrome de Pinocchio. Essai sur le mensonge en politique, Montréal, Boréal, l997.

1Dans Le syndrome de Pinocchio, André Pratte soumet à l’attention du public une série de citations montrant des politiciens en situation de mensonge1. Sur la base de ces textes et de sa propre expérience, Pratte invite le lecteur à conclure avec lui que les politiciens sont des menteurs. L’accusation est générale. Elle englobe l’ensemble du milieu politique. Il est naturel qu’elle ait fait bondir les politiciens, tout comme les critiques globalisantes de ceux-ci à l’endroit des médias font souvent bondir les journalistes.

2Ayant déjà fait part de ma réaction à André Pratte et m’ennuyant quelque peu de la polémique qui fut longtemps mon pain et mon beurre, je veux répondre à son invitation à engager une discussion publique autour du thème central de son livre. J’expliquerai d’abord pourquoi l’approche fondamentale de M. Pratte me paraît peu réaliste. J’essaierai ensuite d’expliquer comment, dans la vie publique, on peut mieux servir la vérité en la construisant au jour le jour par des actes vrais plutôt qu’en s’embarquant sans cesse dans de vaines joutes verbales à son sujet.

3André Pratte est décontenancé par le discours politique. Je lui donne raison sur un point précis. La politique a son langage propre, qui n’est pas celui de la vie ordinaire ; on y traite autant de perceptions, d’apparences et de sentiments que de faits, de chiffres et d’arguments de raison. Le passage d’un registre à l’autre se fait constamment. Souvent même, l’acteur politique agit simultanément sur plusieurs registres à la fois. Il doit répondre à des sollicitations continuelles et traiter tantôt de sujets carrément matériels, comme la construction d’une route ou d’un pont, tantôt de sujets à forte teneur intellectuelle ou idéologique, tels les droits linguistiques ou la constitution. Il doit souvent s’exécuter dans des circonstances qui ne laissent aucune place à la préparation ou à la réflexion. Son langage ne peut que s’en ressentir. Il n’est pas étonnant que son cheminement soit parfois difficile à suivre.

4Quelles que soient la situation ou les circonstances, sous l’angle de l’action qui intéresse au premier chef l’homme ou la femme politique, le plus important n’est généralement pas la valeur objective du message, mais plutôt la manière dont il sera perçu. Il faut rechercher un message à la fois très simple, de sorte qu’il puisse être entendu du grand nombre, et très rigoureux, afin que les critiques les plus exigeants n’y trouvent pas trop à redire. Tout cela relève du grand art. Que peu de politiciens s’élèvent à cette hauteur, on peut certes s’en scandaliser. Mais on peut également voir là le reflet d’une culture ambiante à laquelle ceux qui fabriquent ou commentent la nouvelle n’échappent pas davantage que les politiciens.

5J’ai longtemps été un proche observateur de la scène politique, et je croyais son langage m’être familier lorsque je m’engageai dans la politique active en 1978. En réalité, ce n’était pas le cas : je fus enclin à y reprendre le langage direct et franc auquel j’avais été habitué dans le journalisme. Je dus constater, au bout d’un certain temps, que cela ne marchait pas et que ce qui eût été une expression d’opinion bien inoffensive dans mon métier antérieur pouvait être une bourde monumentale dans l’arène politique. Un jour, par exemple, je me demandai candidement si le contrat des chutes Churchill était équitable pour Terre-Neuve et s’il n’y aurait pas lieu en toute justice de le réexaminer afin de donner une chance à notre voisine plus pauvre. Je me fis tout de suite répondre par tout ce qu’il y avait de pensée orthodoxe qu’un contrat, quel qu’il soit, est bon quand il nous avantage et qu’il fallait être joliment indifférent à l’intérêt supérieur du Québec pour soulever une telle question ! Je comptais sur l’appui de mon parti, mais je réalisai vite que, inquiets de mes propos, plusieurs collègues étaient plus intéressés à connaître les résultats du prochain sondage qu’à prendre ma défense ! Je pourrais multiplier les exemples de cette nature. Il y a en effet un bon nombre de questions que la political correctness interdit en pratique de soulever. Vous pouvez penser à leur sujet ce que vous voulez. Mais si vous êtes dans l’arène politique, mieux vaut que vous n’en parliez pas. Sans quoi, les chances de succès de votre parti et vos propres chances de survie risqueront d’en souffrir. Celui qui veut durer en politique doit donc accepter d’ajuster son langage aux impératifs du domaine. C’est ce que je tentai de faire à ma manière, qui fut loin d’être parfaite mais qui me permit de durer seize ans dans ce métier.

6Est-il vrai que les ajustements auxquels vous devez ainsi consentir font de vous un menteur, ainsi que Pratte le laisse entendre ? Il appartient évidemment au public d’en juger. Mais je ne suis pas prêt à passer au confessionnal de M. Pratte à ce sujet. En prévision d’un symposium sur le centenaire de l’ancien premier ministre canadien Lester Pearson, j’ai pu faire un test instructif à ce sujet. Je me suis en effet imposé de relire et de comparer un bon nombre de textes qu’il m’est arrivé d’écrire à diverses étapes de mon cheminement, au cours des trente dernières années, sur la place du Québec dans la fédération canadienne. J’ai dépisté dans ces textes un certain nombre d’erreurs et aussi d’injustices dans l’appréciation des événements et des hommes. Mais je n’y ai guère trouvé de traces de mensonges ou de volte-face opportunistes. J’y ai plutôt relevé une continuité dont j’ai été le premier à m’étonner. On pourra sans doute dire que cette continuité me rendit incapable de comprendre certaines choses. Mais on ne pourra pas me reprocher, je pense, de n’avoir pas été vrai. Ce que je dis de moi, je pourrais l’affirmer d’un bon nombre de collègues qu’il m’a été donné de côtoyer des deux côtés de la Chambre à Québec. À plusieurs reprises, par exemple, j’eus comme principal interlocuteur du côté du Parti québécois le député d’Abitibi-ouest, François Gendron. Il s’était établi entre nous des rapports de respect mutuel et de confiance qui n’impliquaient aucun copinage déloyal pour nos partis respectifs, aucun troc sous la table, aucune familiarité, aucun bavardage stérile ; ils découlaient tout simplement du fait que, tout en défendant des opinions souvent opposées aux miennes, M. Gendron ne mentait jamais et savait respecter sa parole une fois qu’il l’avait donnée. Je tentais d’agir de la même façon à son endroit. M. Gendron est l’objet d’une mention défavorable dans le livre d’André Pratte, mais cela ne change rien à l’opinion qu’ont de lui ceux qui l’ont vu à l’œuvre et qui disposent d’autre chose que d’un bout de texte pour le juger. Le type de rapport dont j’ai bénéficié avec M. Gendron n’est pas rare dans un parlement. Parce qu’il repose sur une conception élevée de la vérité, il contribue, plus que les déclarations ronflantes et les règlements, à la bonne marche de l’institution parlementaire. En raison des contraintes sévères qu’elle impose à la solidarité et à la discipline, la vie au sein d’un parti, d’un caucus de députés ou d’un gouvernement limite sérieusement la liberté d’action. Elle n’empêche cependant pas celui qui y tient de rester lui-même. Cette fidélité à soi me paraît être la première forme de service de la vérité. La participation active au processus politique n’oblige pas plus à devenir un menteur que la pratique du commerce n’oblige à devenir un voleur.

7Pour prendre un autre exemple, j’ai bien connu à l’époque Daniel Johnson père, celui que les adversaires du fils se plaisent à appeler « le vrai ». Johnson était d’une habileté consommée. On ne lui faisait pas dire ce qu’il ne voulait pas dire. Il savait être tout en nuances quand il le voulait. Il incarnait néanmoins à mes yeux deux vertus très estimables en politique : la loyauté et le respect des faits. À la mort de Duplessis, nombreux furent ceux qui, après avoir suivi servilement le chef, se joignirent sans vergogne au courant de réprobation dont son trop long règne et son style de gouvernement furent l’objet. Pendant ces années noires, nous prenions un malin plaisir à tenter d’arracher à Johnson un jugement sévère sur son ancien chef. Jamais, à ma connaissance, il ne se prêta à ce genre de désaveu. Quand nous insistions, il se bornait à répondre : « Il y a bien des choses que vous apprécieriez peut-être différemment si vous aviez été là avec nous. J’aimerais pouvoir vous les expliquer quand nous aurons plus de temps. » L’explication souhaitée ne vint évidemment jamais, mais l’homme n’avait pas trahi son ancien maître. Il avait une autre qualité, que j’ai également appréciée chez son fils pendant les années où nous avons siégé ensemble à l’Assemblée nationale et au gouvernement. Il ne mentait pas. Souvent, il dut user de trucs divers pour éviter de mentir tout en ne lâchant pas la déclaration que l’on cherchait à lui soutirer. Jamais, cependant, on ne le prit en délit de mensonge.

  • 2 John Henry Newman, Apologia pro vita sua, Londres, J. M. Dent and Sons, p. 242.

8John Henry Newman, pour qui je nourris depuis longtemps un profond attachement, fut l’un des écrivains les plus clairs et les plus limpides qu’ait produits la langue anglaise. Il fut accusé un jour de préconiser la restriction mentale et le mensonge parce qu’il avait fait allusion, dans une homélie, à la règle dite de « l’économie », attribuée à un moraliste italien, saint Alphonse de Liguori, et suivant laquelle toute vérité n’est pas nécessairement bonne à dire. Heureuse faute, peut-on dire de l’attaque du pasteur Kingsley qui mit en cause ce que Newman avait de plus précieux, à savoir son intégrité intellectuelle. Car elle permit à ce dernier de rédiger en quelques semaines à peine un récit de l’évolution de ses opinions religieuses, qui devait s’avérer un chef-d’œuvre de la littérature chrétienne. Dans une série d’articles qui devint plus tard l’Apologia pro vita sua, Newman convint sans difficulté, car c’était sa conviction profonde et il s’en était toujours inspiré dans sa conduite, qu’en règle générale il ne faut jamais manquer à la vérité. Mais il ajouta que, dans la vie concrète, il survient des situations où il faut tantôt éviter de dire la vérité sans pour autant mentir, tantôt éviter de tenir un langage trop fort devant des personnes qui ne sont pas prêtes à l’entendre, tantôt présenter la vérité sous les traits les plus aptes à la rendre acceptable et digestible à des personnes qui en sont à leurs premiers pas dans une démarche spirituelle. Newman n’était pas particulièrement entiché de l’approche du moraliste italien. « Autant j’admire le tempérament italien en ces matières [de moralité], écrivait-il, autant je lui préfère le tempérament anglais2. » Quoi qu’il en soit, il sut reconnaître la pertinence de la pédagogie spirituelle qui consiste à accompagner avec humilité et indulgence ceux qui veulent améliorer leur conduite au lieu de leur assener sans nuance les tables de l’orthodoxie ou de la loi. Nécessaire dans les choses morales, cette pédagogie l’est tout autant pour apprécier avec réalisme et justice les comportements politiques.

9Le service pratique de la vérité en politique est une affaire d’éthique, non de principes purs. Autant chez les décideurs que chez leurs critiques, l’action et le discours doivent donner lieu à des jugements prudents qui, loin de s’inspirer uniquement de règles abstraites, prennent en compte tous les aspects des situations concrètes. S’il fallait que tous les propos des acteurs politiques soient jugés à la seule aune de critères ne devant souffrir aucune souplesse et ne devant faire place à aucune forme de tolérance, la vie publique risquerait d’être vite amputée de cette cacophonie et de ce désordre apparent qui font son charme en régime de liberté. Elle serait envahie par un insupportable climat de fausse rectitude. On passerait le temps à se soupçonner, à s’épier, à se dénoncer les uns les autres. Certains seraient impitoyablement mis au rancart parce qu’ils auraient commis des offenses contre la vérité dont on se demande qui en serait le juge. D’autres réussiraient à se maintenir en place à coups de manipulation et d’hypocrisie. On assisterait en somme à une démonisation de la vie politique et à un recul du discours civilisé. Mieux vaut, me semble-t-il, aborder le sujet de la vérité en politique en partant de deux données de base qui s’imposent à l’attention de tout observateur. D’abord, la vérité est incommensurablement complexe. Elle peut rarement être saisie dans son entier par l’esprit humain et nul ne peut prétendre la posséder toute. En second lieu, nous sommes tous des êtres limités, fragiles et faillibles. Nul ne peut prétendre à la perfection, pas plus dans le service de la vérité que dans celui de la justice. La seule évocation de la vérité devrait en conséquence inspirer aux acteurs et aux observateurs de la scène politique une attitude initiale d’humilité et de tolérance.

10Si l’on veut rendre le langage politique plus vrai, il faut en outre être conscient des objectifs que poursuivent les acteurs politiques et des contraintes à l’intérieur desquelles se déploie leur action. Sous notre forme de gouvernement, le pouvoir est l’enjeu central de l’action politique. Selon le vieux dicton, power is the name of the game. Amis des philosophes anciens, les fondateurs de la république américaine auraient voulu que la politique fût strictement une affaire de raison. Mais c’était un rêve impossible, ainsi que l’atteste, deux siècles plus tard, l’état des mœurs politiques à Washington. En démocratie, le pouvoir n’est donné à personne sur un plateau d’argent. Il doit être conquis à travers une procédure hautement conflictuelle qui met en jeu bien des valeurs, autres que celles de la raison pure. De là découle l’existence de camps opposés et de partis organisés qui se disputent âprement le pouvoir. À certains égards, mieux vaudrait en principe que tous les citoyens soient amis et unis dans un même camp. À la lumière de l’histoire, le régime des partis s’avère néanmoins être la forme la moins imparfaite d’organisation de la vie politique qu’ait connue à ce jour l’humanité. La nécessité des partis étant admise, il serait angélique de s’attendre à ce que Daniel Johnson fils se déclare satisfait de la performance du gouvernement Bouchard en matière de santé ou d’économie. Il ne faut pas davantage s’attendre à des commentaires favorables de Lucien Bouchard sur les dernières orientations constitutionnelles du Parti libéral du Québec. Les règles du jeu veulent que chaque parti puise, dans l’amas de données qui constitue la matière première de son action, des éléments qui renforcent sa thèse, et qu’il passe sous silence ceux qui favorisent l’autre camp. Il y a là, en un certain sens, une forme institutionnalisée de mensonge que l’on pourrait avoir raison de dénoncer si elle ne connaissait aucun contrepoids ; mais ce contrepoids existe. C’est en effet de l’interaction de forces opposées, alimentée et complétée par une presse vigilante, et non d’un angélisme abstrait, que doit émerger, en démocratie, une vue équilibrée de la réalité et des options qui s’offrent à la population. Chacun contribue ainsi à faire ressortir la vérité. Mais la beauté du système, c’est que nul ne peut se présenter comme le dépositaire attitré de la vérité, pas plus le gouvernement que l’opposition, pas plus la presse que les acteurs politiques, pas plus les syndicats que le patronat, pas plus la majorité que la minorité.

11À cela vient s’ajouter le contexte très exigeant que crée l’omniprésence des médias, lesquels sont fréquemment plus avides de primeurs, de sensations et de demi-vérités que de la recherche de la vérité dans toutes ses dimensions. Au temps de Washington et de Jefferson, le lieu premier de l’expérience politique était l’assemblée locale, laquelle favorisait le contact direct entre les politiciens et les électeurs et permettait souvent de déjouer une imposture avant qu’elle n’ait eu le temps de perturber la vie nationale. Cela n’est plus possible dans le monde moderne. De nos jours, la télévision est le principal véhicule de l’information politique. Non contente de communiquer l’information avec une instantanéité foudroyante, la télévision s’emploie aussi à façonner l’agenda politique. Sa force est telle que les principaux acteurs politiques doivent ajuster leurs interventions à ses exigences. Ils doivent en particulier s’habituer à résumer en une déclaration d’une ou deux minutes un dossier qui a souvent donné lieu à des mois de travail intense. Grâce à son pouvoir, la télévision pénètre chaque jour dans tous les foyers. Elle rapproche la politique de la population en ce sens que les visages des principaux acteurs et diverses images de leur comportement s’implantent dans l’esprit des citoyens d’une manière donnant à croire que ceux-ci seront plus à même de se former une opinion. Mais fort heureusement, la télévision a aussi ses limites. Autant elle est apte à donner une image concrète de la réalité qui peut être, dans certaines situations, une puissante incitation à l’action, autant elle paraît inadéquate pour analyser la réalité en profondeur et soutenir l’effort de recherche et le débat approfondi sans lesquels le discours politique risque de demeurer à la surface des choses.

12Cela laisse un champ d’action important pour la radio, la presse écrite et les associations de toutes sortes. On diffuse bon nombre de débats sur des sujets politiques à la télévision américaine.

13On y présente en plus grand nombre encore des reportages sur des sujets d’intérêt politique. Chaque jour, cependant, des journaux, au premier rang desquels on trouve le New York Times, le Wall Street Journal, le Washington Post, le Los Angeles Times et bon nombre de périodiques de grande qualité, offrent à une clientèle avide d’information une matière qu’elle ne pourrait trouver à la télévision. Cette matière, dont la nature et l’importance varient selon les journaux, prend la forme d’informations plus détaillées sur la vie locale et régionale, de grandes enquêtes et de reportages originaux, d’analyses, de textes d’opinion, etc.

14Les médias sont à leur mieux lorsqu’ils accompagnent l’événement au lieu de s’ingénier à vouloir le façonner, le juger ou l’empêcher. On observe ces derniers temps, aux États-Unis, une réaction contre le style agressif d’information qu’ont pratiqué pendant des années les grandes chaînes de télévision. Tôt ou tard, la même réaction se manifestera chez nous. C’est sans doute là affaire de goût. Mais personnellement, je préfère le journaliste qui sait s’effacer devant l’événement au lieu de s’ériger en guide ou en juge. Ce type de journaliste aura plus de crédibilité pour prendre la défense de la vérité, si celle-ci est en cause, que celui qui, dans la présentation de l’événement, investit immodérément sa personne, ses opinions et ses préférences.

15Puisque nous parlons de vérité, je voudrais dire quelques mots au sujet du droit de la presse à la vérité. Ce droit est fondamental. Il doit être traité avec le plus grand respect par les acteurs politiques. Il ne peut cependant être illimité. Il doit porter seulement sur les matières qui sont vraiment de caractère public. Même parmi ces matières, tout ne peut être sujet à publication immédiate. Il faut en effet tenir compte des nombreuses restrictions que nécessite la gestion prudente, juste et efficace des dossiers. De même, il faut accepter que les délibérations qui précèdent une décision gouvernementale soient confidentielles. Notre loi sur l’accès à l’information fixe à cet égard des balises qui me paraissent raisonnables. Ayant pratiqué ce métier longtemps, je tire mon chapeau aux journalistes qui, sans user de moyens immoraux, réussissent à soutirer des informations ou des documents à des ministres ou à leurs collaborateurs ; pour ma part, je ne me suis jamais prêté à ce jeu quand je faisais partie du gouvernement. Il m’est arrivé à quelques reprises d’être victime d’indiscrétions émanant de ministères ou d’organismes dont j’assumais la responsabilité. Je n’étais pas heureux de ces fuites, mais je n’en faisais pas un drame. Jamais il ne me vint à l’esprit d’instituer des enquêtes afin d’en découvrir les responsables, encore moins de recourir à des dispositifs de sécurité chers et compliqués. Il m’est toujours apparu que la manière la plus efficace et la moins coûteuse d’assurer le maintien d’une saine discrétion dans le service de l’État, c’est de créer autour de soi un climat de confiance entre les collaborateurs et de respect envers le travail que l’on accomplit avec eux.

16Je voudrais, pour terminer, soumettre quelques observations sur l’exercice de la fonction critique qui incombe aux médias. Nous vivons dans une époque où la liberté d’expression est très grande. Les journalistes syndiqués de nos entreprises de presse ont gagné de haute lutte les garanties de liberté qui entourent désormais l’exercice de leur profession. Il leur incombe d’utiliser cette liberté de manière éclairée et responsable. Ils doivent veiller en tout premier lieu à la vérité de leur propre discours en étudiant à fond – ce qui est loin d’être pratique courante – les dossiers dont ils traitent. Chaque fois que le mensonge peut être établi clairement, il leur faut le dénoncer avec vigueur. Mais la dénonciation doit alors porter sur des faits précis ; elle doit tenir compte autant que possible du contexte dans lequel des choses fausses ont été dites ; elle doit enfin éviter d’englober injustement toute une classe de personnes dans une réprobation, laquelle ne doit s’adresser qu’aux responsables des actes incriminés. Sauf les cas clairs qui justifient une dénonciation publique, la fonction critique gagne, selon moi, à être exercée avec un grand souci de rigueur dans l’examen des faits et une volonté sincère de justice à l’endroit des personnes et des institutions dans l’interprétation qu’on en donne.

17Vers la fin de sa vie, Thomas Jefferson était dégoûté des abus de la presse de son temps. Un jour, il écrivit à son ami John Adams qu’il avait abandonné la lecture des journaux pour se consacrer à l’étude de Thucydide et de Tacite, de Newton et d’Euclide, et qu’il s’en trouvait beaucoup plus heureux. Plus d’un homme politique contemporain serait porté à réagir de la même manière devant les jugements sommaires et iniques qui sont souvent portés à l’endroit des acteurs politiques. Les jugements partiaux et intolérants, les dénonciations rageuses, les insinuations malveillantes que l’on entend souvent à leur sujet affectent peu ceux d’entre eux qui possèdent une carapace solide. Par contre, parmi ceux qui sont moins rompus au feu de la critique, ces attaques peuvent ruiner des carrières qui s’annonçaient prometteuses. Elles peuvent aussi éloigner de la politique ceux qui auraient pu y jouer un rôle très utile. Par-delà ce devoir de justice envers les personnes, nous devons également nous soucier de l’effet démoralisateur que les abus de la critique exercent à plus ou moins long terme sur la qualité du climat politique. Reprise tous les jours, une critique constamment négative et désabusée, à laquelle les personnes visées sont rarement en mesure de répondre avec les mêmes moyens, finit par engendrer dans la population une attitude de désenchantement et de rejet non seulement à l’égard des personnes engagées dans l’action politique mais aussi – ce qui est plus grave et plus dangereux – à l’égard des institutions elles-mêmes. À cela, on répondra que la démocratie est trop profondément ancrée dans nos mœurs pour qu’un tel danger puisse être concevable. L’expérience nous enseigne au contraire qu’aucune société n’est à l’abri des conséquences coûteuses auxquelles peut conduire le dérèglement du discours de ses membres. Les valeurs de liberté ne sont nulle part assises sur des bases si solides qu’on puisse indéfiniment les attaquer sans qu’il en découle des effets nuisibles pour la bonne marche de la société.

18André Pratte écrit dans son livre que nos hommes et nos femmes politiques sont en général droits et honnêtes, et qu’à cet égard ils sont le reflet fidèle de la population qui les élit. Au lieu de les présenter comme des gens qui s’adonnent systématiquement au mensonge, Pratte aurait dû écrire qu’en matière de vérité dans le langage les hommes et les femmes politiques sont également le reflet fidèle de la population qui leur confie le mandat de la gouverner. Lorsque j’étais étudiant, un professeur nous rappelait souvent la parole de l’Écriture suivant laquelle tout homme a un côté fourbe et menteur. C’est en effet dans la cœur de chacun que s’exprime quotidiennement la tension entre la vérité et le mensonge. Un psychologue américain n’a-t-il pas établi récemment que chaque personne mentirait en moyenne deux cents fois par jour ? Cela devrait nous inciter à une grande réserve quand nous sommes tentés de déclarer quelques-uns coupables d’un mal qui est en réalité inhérent à notre condition. Nous pourrons mieux combattre ce mal si, au lieu d’ériger certaines classes de personnes, qu’il s’agisse des politiciens ou des journalistes, en boucs émissaires pour des faiblesses qui nous affectent tous, nous acceptons d’y faire face dans l’esprit d’humilité, de tolérance et de retenue qui convient à une société démocratique, et avec une pensée particulière de solidarité et de vigilance fraternelle à l’endroit de celles et de ceux qui œuvrent en politique, là où, de tous les milieux humains – et cela me permet de terminer sur une note d’accord avec André Pratte –, la tentation de jouer avec la vérité est peut-être la plus forte et la plus susceptible, quand elle échappe à la vigilance et au contrôle salutaire de l’opinion, de produire des effets néfastes pour l’ensemble du corps social.

Haut de page

Notes

1 André Pratte, Le syndrome de Pinocchio. Essai sur le mensonge en politique, Montréal, Boréal, l997.

2 John Henry Newman, Apologia pro vita sua, Londres, J. M. Dent and Sons, p. 242.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Ryan , « Le service de la vérité en politique », Éthique publique [En ligne], vol. 1, n° 1 | 1999, mis en ligne le 17 janvier 2017, consulté le 30 avril 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2704 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2704

Haut de page

Auteur

Claude Ryan

Claude Ryan a été directeur du quotidien montréalais Le Devoir et ministre libéral du gouvernement du Québec.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org