Navigation – Plan du site

Texte intégral

1C’est avec fierté et enthousiasme que la chaire Fernand-Dumont sur la culture de l’INRS-Culture et société (université du Québec) lance le premier numéro d’Éthique publique. Je voudrais en profiter pour remercier tous les collaborateurs, institutionnels, scientifiques et techniques, sans qui l’entreprise n’aurait pas été possible. J’espère que la revue sera à la hauteur de leur engagement et de leurs attentes. Les défis sont pourtant nombreux et importants, comme le laisse entendre chacun des termes du sous-titre : revue internationale d’éthique sociétale et gouvernementale.

2L’ambition qui nous anime est de faire connaître la recherche et la réflexion sur l’éthique publique, qu’elles proviennent des milieux universitaires ou de la pratique des gens du terrain, d’ici ou d’ailleurs. Lieu d’échange, de circulation des savoirs sur les questions les plus fondamentales de nos sociétés et de nos États à une époque où ils connaissent de profondes transformations, Éthique publique espère ainsi contribuer à inscrire la sensibilité éthique dans la culture des acteurs sociaux et politiques. Nos pages seront donc ouvertes à tous ceux qui veulent participer à ce dialogue et faire partager le résultat de leurs travaux théoriques ou de leur expérience. La revue laissera s’exprimer la diversité des opinions, car un véritable questionnement éthique ne peut se faire qu’à travers la confrontation libre et ouverte des idées et des valeurs.

3Chaque numéro essaiera de se faire l’écho du dialogue social sur des thèmes qui marquent le développement actuel de nos sociétés. Dans cette première livraison, nous abordons la question de la place de la vérité en politique et celle de l’avenir des services publics. Ce sont là, à n’en pas douter, deux grands débats qui agitent les démocraties contemporaines et qui renvoient à la crise de la légitimité des autorités politiques et de l’État.

4Les prochains numéros auront pour thème d’autres questions sociales et politiques tout aussi importantes : l’éthique des affaires et la déréglementation ; l’éthique policière, militaire et pénitentiaire ; l’éthique de société face à l’enfance ; l’éthique de la recherche ; l’éthique journalistique et la démocratie, etc.

5Par la qualité des contributions qu’elle publiera, nous espérons pouvoir faire d’Éthique publique l’un des meilleurs outils pour comprendre notre temps et les défis qu’il doit relever.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Boisvert , « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 1, n° 1 | 1999, mis en ligne le 17 janvier 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2701

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org