Navigation – Plan du site
Éthique des affaires

La concurrence comme défi à l’éthique des affaires : quand les relations sociales sont en jeu

Christian Arnsperger et Philippe De Villé

Résumés

La concurrence n’est pas seulement un mécanisme anonyme de régulation des échanges ; elle est, peut-être avant tout, un mode de relation sociale, que l’emprise croissante de la « logique des affaires » a mis au centre de nos existences. Cet article tente de repérer les enjeux éthiques de la concurrence en montrant quels défis profonds une éthique des affaires digne de ce nom, c’est-à-dire soucieuse des relations sociales en général, devra tôt ou tard relever. Pour mener à bien ce projet, nous nous demandons dans quelles conditions la concurrence peut être un principe d’organisation sociale juste. Dans la cadre relativement abstrait d’une course entre individus, nous montrons que la concurrence ne peut être juste que sous des conditions très restrictives. Ensuite, nous essayons de généraliser cette analyse en discutant deux scénarios plus réalistes : d’abord la concurrence entre individus artisans, ensuite la concurrence entre entreprises capitalistes. Les conditions d’une concurrence juste s’avèrent alors de plus en plus difficiles à satisfaire. N’est-ce pas là une raisons suffisante pour se demander s’il n’existe aucun mode alternatif d’organiser notre vie en commun ?

Haut de page

Texte intégral

1L’éthique des affaires traite en règle générale des questions internes à l’entreprise, telles que la qualité des relations de travail, ou encore des questions portant sur le comportement de l’entreprise dans sa relation avec son environnement immédiat, ses clients, ses fournisseurs, ses bailleurs de fonds. La manière dont le « monde des affaires » façonne, par les modèles qu’il propose et les représentations sociales qu’il diffuse, la société dans son ensemble est une question d’une importance au moins aussi grande.

2À cet égard, la vision véhiculée par le monde des affaires d’une société organisée principalement selon le principe de la concurrence illustre de manière particulièrement claire l’influence que peuvent avoir sur la vie sociale un discours et un mode de représentation des relations sociales. Avant d’être un concept ou un mécanisme, la concurrence est un mode de relation sociale, mettant en jeu des existences humaines concrètes et affectant la manière dont chaque personne se perçoit au sein de la société dans laquelle elle vit.

3Nous proposons ici quelques considérations sur la nature réelle des interactions sociales dans la concurrence. Nous n’avons aucunement l’intention de prodiguer des « conseils d’éthique » aux entrepreneurs, mais plutôt de fournir des outils conceptuels dont puissent se servir celles et ceux qui réfléchissent sur l’éthique des affaires – outils conceptuels qui, pensons-nous, ne peuvent valablement être construits sans une réflexion de fond sur les questions sociales et philosophiques sous-jacentes au « sens commun » de la concurrence.

La forme générale du processus concurrentiel

4Dans une société où l’interaction interindividuelle prend la forme de l’échange, la concurrence comme mode particulier d’organisation de cette interaction implique toujours à la fois des « offreurs » et des « demandeurs ». Du point de vue des offreurs, la concurrence prend essentiellement la forme d’une « course » : il faut être le « meilleur ». Du point de vue des demandeurs, la concurrence prend essentiellement la forme d’un processus de « recherche-et-arbitrage » : il faut avoir le « meilleur ». La concurrence est une course entre offreurs pour autant que ceux-ci sont dépendants de demandeurs cherchant-et-arbitrant ; et les demandeurs peuvent s’adonner à la recherche et à l’arbitrage pour autant qu’il y ait un certain nombre d’offreurs se faisant la course pour leur patronage.

  • 1 Dans son fameux ouvrage intitulé Exit, Voice, and Loyalty, Harvard University Press, 1970.

5La concurrence est donc, par définition, mise en œuvre par les offreurs et propulsée par les demandeurs. Le comportement des offreurs affecte l’issue du processus de recherche-et-arbitrage : par exemple, un nouvel offreur meilleur marché muni d’une bonne technique publicitaire peut « voler » des demandeurs aux autres offreurs précédemment présents (la même chose vaut pour le cas où la nouveauté viendrait d’un offreur déjà existant qui aurait soudain accès à une meilleure « technologie »). De même, le comportement des demandeurs peut, à son tour, affecter le résultat de la course : par exemple, un nouveau demandeur plus exigeant et doté d’une forte « prise de parole »au sens de Hirschman1 peut « relancer la course » entre les offreurs (la même chose vaut pour le cas où un demandeur déjà existant passe par un changement de ses « préférences »).

Concurrence et relations sociales

6Pour beaucoup d’économistes, l’extension de la concurrence à de nombreuses sphères de la vie serait un signe que la rationalité est en train d’imposer ses contraintes « naturelles » (et par conséquent bienvenues) dans un nombre croissant de domaines de l’existence. Il y a de moins en moins de situations, dans nos vies publiques, mais aussi privées, où nous pouvons être certains de ce que nous avons et nous y reposer : nos clients, notre emploi, notre partenaire, notre communauté religieuse, etc. L’essence de la concurrence est que nous pouvons à tout moment être dé-possédés et dé-placés. Pourquoi ? Parce que, dans toutes les sphères de la vie, nous adoptons de plus en plus une attitude d’arbitrage : « Si je n’obtiens pas ce que je désire ici, au prix que je veux, aux conditions qui me seyent, j’irai voir ailleurs… » Cela rend les engagements (y compris les contrats de travail, mais aussi les mariages et les affiliations religieuses) de plus en plus instables et sujets à des glissements constants plutôt qu’à une solidification croissante. Pour les adeptes de la concurrence, cela représente une augmentation de l’objectivité au sens suivant : ce qui « marche », ce qui est « socialement validé », est déterminé par les forces complexes de l’arbitrage individuel.

7Tout cela semble plutôt évident, mais il en découle une chose capitale : nous vivons de plus en plus dans un monde que nous appellerions un monde de critères mouvants, où ce qui semble importer, c’est la manière dont les autres perçoivent ce que nous faisons, et non ce que nous avons décidé de faire – à moins que nous n’ayons décidé d’orienter notre activité en fonction de ce que nous croyons que les autres perçoivent de nous… Au fil de ces pages, nous nous demanderons dans quelles conditions (s’il y en a) ce monde de critères mouvants peut être un monde juste. Nous partirons des conceptions les plus frustes et les plus abstraites de la concurrence pour aboutir, en fin de parcours, à la concurrence entre organisations et, par là même, au défi profond que nous semble devoir relever l’éthique des affaires.

Une concurrence juste est-elle possible ?

8Commençons par imaginer une concurrence relativement abstraite entre plusieurs personnes sur une piste de course. Dans quelles conditions une telle course serait-elle juste ?

9La toute première intuition est que les individus entrant en concurrence ne devraient pas être « trop inégaux » au départ. D’où l’expression habituelle : lutter « sur pied d’égalité ». Mais qu’est-ce que cela signifie exactement ? Il est tout à fait évident que si les concurrents étaient totalement identiques, sur tous les aspects, aucun ne pourrait gagner la course ; ils traverseraient la ligne d’arrivée exactement à la même micro-seconde. Pour qu’il y ait un gagnant, il faut donc de toute évidence qu’il y ait une certaine inégalité qui est précisément ce que la concurrence va révéler mais qui soit par ailleurs « acceptable » parce que considérée comme « juste ». De quelle nature est cette inégalité ?

10La réponse habituelle est que les seules inégalités que nous puissions accepter entre concurrents sont celles qui découlent de leurs choix. Toutes les inégalités non choisies devraient être compensées (soit en modifiant le « poids » du concurrent, comme dans les courses hippiques, ou en établissant certaines « catégories », comme en boxe). Une course est donc juste si tous les cas de « malchance » (les inégalités dont on ne peut être tenu responsable) ont été éliminés.

11En y réfléchissant, cependant, on ne voit pas clairement ce que serait une inégalité choisie dans la cadre d’une telle course. Il y a au moins deux possibilités : soit j’ignore qu’une certaine variable x (par exemple, le nombre d’heures passées à faire du hatha yoga) était cruciale pour gagner ; soit je le savais mais je n’ai pas (à travers l’entraînement, l’exercice, etc.) atteint le niveau le plus élevé de x.

12Le premier cas en est un d’information imparfaite ; mais cela peut-il m’être imputé comme ma responsabilité ?Nous pensons que non. À moins que, peut-être, il y ait eu une « technologie d’information » (qui m’aurait renseigné quant à l’importance de x) que j’aurais pu utiliser, mais que j’ai choisi de ne pas le faire. Mais alors, pourquoi ne l’ai-je pas utilisée ? Ce ne peut être, nous semble-t-il, que parce que je pensais que l’utiliser ne m’apporterait aucune information pertinente (si j’avais su que j’obtiendrais une telle information, pourquoi ne pas l’avoir utilisée ?). Et pourquoi pensais-je cela ? Parce que je ne savais pas qu’une information telle que l’importance de x était disponible. Comme on le voit clairement, nous entrons ainsi dans une régression infinie, car être mal informé ne peut jamais être le résultat d’un choix.

13On répliquera immédiatement : pourquoi pas ? Je puis choisir de me priver de certaines informations si cela me coûte trop cher de les obtenir. Néanmoins, il nous semble absurde de penser qu’on choisisse les contraintes cognitives quand il s’agit de collecter de l’information qui pourrait être pertinente pour gagner. La raison, encore une fois, est qu’il semble extrêmement difficile, et même impossible, de justifier que celui qui désire réellement gagner (et pourquoi ne le désirerait-il pas, puisqu’il est entré dans la course ?) se priverait volontairement d’informations déterminantes pour la victoire ; la seule réponse serait qu’on a consciemment choisi de ne pas vraiment vouloir gagner… Cette notion jouera un rôle absolument crucial plus bas, quand nous étendrons la discussion de la concurrence à un contexte pleinement économique ; mais dans le contexte étroit d’une course, elle est absurde. En résumé, dans un contexte de course, tout manque d’information pertinente est une inégalité non choisie : pour que la concurrence soit juste, tous les concurrents devraient donc recevoir la même liste de toutes les mesures pertinentes à prendre afin de maximiser la capacité individuelle à gagner.

14Un dernier contre-argument serait le suivant : dans certains cas, un concurrent (ou son entraîneur, ou son équipe technique) ne sait que x est pertinent pour la victoire que parce qu’il a effectué des recherches et « écouté son corps » avec une acuité particulière, de sorte qu’il a découvert une variable jusque-là ignorée. Ne devrait-il pas avoir le droit de capitaliser sur cette découverte ? Notre réponse sera claire : il ne le devrait pas car, à nouveau, soit les autres ont les mêmes capacités (ou un entraîneur aussi perspicace, ou une équipe technique aussi performante), et il faudrait alors supposer qu’ils ont consciemment mais de manière irrationnelle choisi de se priver d’introspection ou de recherche alors même qu’ils savaient que cela pouvait accroître leur capacité à gagner ; soit les autres n’étaient pas capables de faire ce genre de recherche, parce qu’ils ne disposaient pas des mêmes fonds de recherche ou parce qu’ils ont eu de la malchance – mais alors ils ne l’ont pas choisi. Par conséquent, toute découverte privée permettant d’accroître la capacité à gagner devrait être ajoutée à la liste publique ; il n’y a aucun argument crédible qui puisse défendre le contraire.

15Supposons donc, à présent –deuxième cas –, que je sache pertinemment que la variable x est importante pour la victoire. (Il peut y en avoir d’autres que nous ignorons encore, mais cette ignorance est partagée par tous les concurrents.) Que se passe-t-il si je ne parviens pas à atteindre le niveau de x (en supposant qu’il s’agisse d’une variable quantifiable) qui me permettrait de gagner étant donné les niveaux des autres ? À nos yeux, l’argument est assez semblable au précédent : il n’y a aucune raison solide pouvant justifier pourquoi, dans une course juste, tous les concurrents ne devraient pas avoir le même niveau de x après imposition de « handicaps » ou formation de « catégories ». Tant que certains ont moins de x que d’autres, cela signifie soit qu’ils n’étaient pas physiquement capables de l’atteindre (ce qui peut difficilement être considéré comme un choix), soit qu’ils ont consciemment choisi d’en avoir moins (tout en sachant qu’ils devraient en avoir davantage et qu’ils en sont capables), ce qui est complètement absurde étant donné l’hypothèse motivationnelle selon laquelle les concurrents n’entrent dans une course que s’ils désirent vraiment la gagner.

16Réflexion faite, cette conclusion n’a guère de quoi surprendre : aucune course ne peut être juste au sens précis où le fait de gagner ne reposerait que sur des inégalités reflétant des choix volontaires de la part des participants. Une telle hypothèse, impliquant que certains concurrents ne désiraient pas « vraiment » la gagner dès le départ, semble à tout le moins absurde.

Inégalités dans l’effort et structure progressive des gains

17La conclusion précédente peut sembler excessive dans la mesure où elle dépendrait de l’hypothèse particulière qu’il n’y a qu’un seul gagnant auquel serait attribuée l’entièreté de la « récompense ». En clair, qu’il s’agirait d’une concurrence« tout-ou-rien ».

18L’argument serait le suivant : si, dans une course avec des gains progressifs en fonction du rang obtenu, la structure des paiements est telle que chaque concurrent peut égaliser le paiement marginal d’un certain rang d’arrivée (par exemple, le paiement additionnel que procure le fait d’arriver troisième au lieu de quatrième) et la « désutilité » marginale d’un effort accru (celui qui serait nécessaire pour passer de la quatrième à la troisième place), alors tous les rangs d’arrivée observés peuvent être expliqués en termes de choix libres et conscients (quoique non indépendants, puisque mon rang d’arrivée est fonction de mon effort relatif, et que j’ignore généralement le niveau d’effort fourni par mes concurrents).

19Cela revient à postuler qu’un concurrent peut très bien faire le choix dès le départ, c’est-à-dire au moment même où il décide d’entrer dans la course, de ne se satisfaire que de la n-ième place dans la mesure où il estime que, compte tenu de la pénibilité de l’effort à fournir, lutter à tout prix pour la première place (ou toute autre supérieure à la n-ième) ne « vaut pas le coup ».

20Posons-nous alors la question suivante : qu’est-ce qui peut rendre juste une concurrence à structure progressive des gains (que nous noterons dorénavant SPG) ? Que seraient des « proportions justes » dans une course SPG ? Une réponse possible pourrait être formulée de manière relativement directe en utilisant la terminologie usuelle de la micro-économique : une course SPG est juste si (i) le niveau maximum de performance de chaque concurrent ne dépend que d’un facteur choisi, c’est-à-dire le niveau d’effort ; et si (ii) les gains sont égaux aux désutilités marginales des niveaux d’effort choisis (y inclus l’effort de préparation, d’entraînement, de financement, etc.).

21La condition (ii) repose sur l’hypothèse fondamentale selon laquelle les préférences pour l’effort sont choisies. Or, si toutes les inégalités non choisies afférentes à la condition (i) ont été effacées, la préférence pour l’effort n’est rien d’autre que la « pure » volonté de gagner à partir du moment où les concurrents ont librement choisi d’entrer dans la course, sans y avoir été contraints d’aucune manière. On ne voit dès lors pas quel argument justifierait que cette « pure »volonté de gagner soit d’une intensité différente suivant les concurrents.

22Mais même si l’on acceptait que les volontés de gagner puissent différer à cause de différences dans les préférences des concurrents pour le « loisir », la condition (ii) impliquerait de toute façon en outre que la structure des récompenses ne peut être fondée arbitrairement sur le rang d’arrivée. En d’autres termes, il est injuste, même dans une course SPG, d’annoncer à l’avance (comme on le fait dans une loterie ou avant une course hippique, chaque fois sur la base du volume total des recettes des paris) que le gagnant recevra un million de dollars, le second dix mille, et tous les autres cent. En réalité, dans une compétition SPG qui serait juste, la seule force discriminante serait l’écart entre les désutilités marginales des différents montants d’effort librement consentis par les divers concurrents. Pour autant qu’il soit plausible que tous les concurrents ont choisi, dans une certaine mesure au moins, d’entrer dans la course non pas uniquement pour substituer du revenu à du « loisir », mais aussi pour éprouver le plaisir et le prestige de la victoire, les écarts entre les niveaux d’effort choisis ont toutes les chances d’avoir une structure de gains beaucoup moins inégalitaire que celle que nous observons actuellement, par exemple, dans les manifestations d’athlétisme. Dans de telles manifestations, évidemment, la motivation collective n’est pas de mettre en œuvre un processus de sélection visant à atteindre une distribution juste des gains ; elle réside plutôt dans le plaisir d’être témoin de la beauté d’une victoire absolue où le gagnant est porté au pinacle pendant que tous les autres (y compris, éventuellement, le second qui a perdu pour un dixième de seconde) régressent dans l’ombre indistincte de l’« échec ». Il s’agit d’un plaisir esthétique, culturel, même symbolique – mais pas d’une procédure de distribution juste des mérites. Cela ne poserait aucun problème si l’on se situait au sein d’un cadre où les possibilités d’existence d’aucun individu (ce qui inclut, bien entendu, ses possibilités matérielles d’autoréalisation, et non seulement ses possibilités de pure survie matérielle, ainsi que ses sentiments d’estime de soi) ne dépendent de l’issue de la compétition.

23Notre déduction est donc la suivante. In abstracto, une compétition SPG peut être qualifiée de juste sous deux conditions : premièrement, que le résultat en termes d’ordre d’arrivée ne dépende que d’une variable librement choisie par chaque concurrent ; deuxièmement, que le gain marginal soit égal à la désutilité marginale du niveau d’effort pour chaque concurrent. Ces conditions semblent fort difficiles à satisfaire dans la réalité. En effet, la grande majorité des compétitions – y compris, malheureusement, la « compétition » qu’est devenue de plus en plus la vie économique dans l’environnement capitaliste – ont tendance à être des compétitions où trop peu d’égalisation préalable est effectuée, et dans lesquelles les gains des perdants, même s’ils ne sont pas nécessairement nuls, se trouvent complètement hors de proportion par rapport au gain de l’unique gagnant.

La concurrence économique réelle entre artisans individuels

24Lorsqu’on passe de cadres relativement abstraits de concurrence (tels que les courses athlétiques stylisées que nous venons d’analyser) aux expressions concrètes de la concurrence dans la vie économique et sociale réelle, deux éléments tout à fait nouveaux font leur apparition : premièrement, même quand nous discutons de la concurrence entre individus isolés, ce qui est en jeu n’est plus seulement un quelconque gain ponctuel, mais les possibilités de vie d’ensemble de chaque individu (survie matérielle, autoréalisation matérielle et immatérielle, sentiment d’estime de soi, etc.) ; deuxièmement, la discussion de la concurrence entre individus isolés est inadéquate parce que le capitalisme réel fonctionne principalement avec une concurrence entre organisations (essentiellement des entreprises). Nous voudrions développer ces deux dimensions et les confronter au cadre d’évaluation de la concurrence SPG que nous avons présenté de manière « abstraite ».

25Supposons que nous ayons une société composée d’artisans qui vendent leurs produits sur des marchés fortement concurrentiels, c’est-à-dire des marchés caractérisés par un arbitrage intensif de la part d’acheteurs engagés dans des processus de recherche. Peut-on simplement dire, comme plus haut, que la concurrence est juste si les artisans sont « suffisamment égaux » au départ ?

  • 2 Nous pourrions, par exemple, aussi introduire le critère suivant, inspiré du travail de John Roemer (...)

26Supposons plus avant que, par une procédure démocratique (dont nous savons par ailleurs les innombrables difficultés qu’elle soulève), la collectivité dans son ensemble détermine une certaine norme de revenu (pouvant être différenciée d’ailleurs entre classes d’individus selon certains critères…) jugée raisonnable, au moins en tant que borne inférieure2. Il nous faut admettre que, pour chaque agent, avoir moins de revenu que cette norme signifie vivre une existence qui (selon la collectivité elle-même) ne vaut pas réellement la peine d’être vécue. De par la nature même de la concurrence – c’est-à-dire à cause de la tendance à devoir attirer le plus possible d’acheteurs en réduisant les prix, si le produit vendu est suffisamment homogène entre artisans –, il est probable que certains artisans au moins tomberont en dessous de cette norme sociale. Cela pourrait être le cas, par exemple, parce que les acheteurs font un arbitrage intensif et possèdent une bonne technologie de récolte d’informations concernant les rapports qualité-prix, et parce qu’en même temps certains artisans possèdent davantage de richesse héritée et /ou des techniques de production plus efficaces ; dans ce cas, le prix le plus bas sera proposé par les artisans les plus efficaces et la plupart des acheteurs se rendront chez ceux-ci, laissant peu ou pas de revenu pour les autres – trop peu, en tout cas, pour qu’ils puissent atteindre la norme de revenu.

27On demandera ce qu’il y a de mal à cela. Le problème nous semble être assez semblable à celui que nous avons rencontré dans le cas abstrait, mais avec des conséquences nettement plus profondes parce que nous ne sommes plus dans un domaine mis à part pour le plaisir esthétique ou symbolique. Tout comme dans notre discussion précédente, nous ne pouvons accepter que les inégalités de résultat découlent d’inégalités de « positions initiales » et /ou de « vitesse » librement et consciemment choisies. Cela requiert, évidemment, la pleine égalisation de la richesse initialement disponible pour les investissements personnels (richesse initiale égale), ainsi que la mise à disposition d’une liste pleinement publique reprenant les diverses technologies auxquelles cet investissement peut être consacré (information égale). Mais qu’en est-il des résultats finaux ? À moins que nous ne puissions expliquer de manière plausible pourquoi certains artisans entreraient sur le marché tout en ayant lucidement l’intention de tomber en dessous de la norme sociale de revenu, nous devons trouver un système de concurrence qui permette de protéger tous les concurrents contre des pertes non choisies, c’est-à-dire des pertes telles que le revenu réalisé au départ d’une situation de richesse égale et d’information égale se situe en dessous du minimum social.

28Cela soulève au moins deux problèmes. Tout d’abord, est-ce que cet impératif particulier de protection individuelle ne mènera pas à devoir désactiver les interactions (signaux stratégiques, révision des prix à la baisse pour attirer les clients du concurrent, etc.) qui, justement, propulsent la concurrence, de manière à s’assurer que les inévitables « effets croisés » de la concurrence (selon lesquels les possibilités de réalisation de l’individu x dépendent des réalisations de l’individu y) ne mettent pas en danger les possibilités d’autoréalisation de certains artisans au demeurant égaux aux autres ? La réponse est simple : il est possible qu’on doive non pas modifier le mécanisme de la concurrence elle-même, mais bien le degré de redistribution de ceux qui ont gagné plus que la norme sociale vers ceux qui ont gagné moins que celle-ci, jusqu’au niveau où le plus possible de gens gagneraient exactement la norme, et ceux qui ne la gagnent pas s’en rapprochent autant que possible. (Ce qui consisterait en une sorte de principe de maximin généralisé.)

29Mais, deuxièmement, même si ce critère de redistribution nous paraît éthiquement acceptable, pourquoi continuer à « encadrer » notre questionnement au sein d’un système de concurrence ?

30Pourquoi ne pas plutôt soumettre la concurrence elle-même, en tant que système d’organisation sociale, définie par la combinaison de la maximisation du rapport qualité-prix par chaque acheteur et par la maximisation du profit par chaque vendeur, à un test du même genre – un test de « systèmes comparés », en quelque sorte ?

31Un tel test pourrait-il continuer à se centrer sur le revenu comme seule dimension pertinente, ne considérant les relations sociales (qu’elles soient concurrentielles ou non) que comme un instrument permettant d’obtenir tel ou tel profil de revenus individuels ? Cette option pouvait sembler légitime tant que l’on voyait la « concurrence » comme le seul système possible, et que l’on se demandait (comme nous l’avons fait jusqu’ici) quel degré de redistribution ex post rendrait les résultats concurrentiels nets justes. Maintenant, au contraire, nous essayons d’introduire une comparaison entre la concurrence en tant que système d’organisation sociale, c’est-à-dire en tant que système façonnant les relations entre les membres individuels de la société, et d’autres systèmes d’organisation sociale.

32Le critère pour le caractère « acceptable » de la concurrence pourrait alors se formuler de la manière suivante : la concurrence est un système d’organisation sociale acceptable si aucun artisan et aucun acheteur n’aune combinaison « revenu / relations sociales »qu’il préfère moins dans ce système que dans tout autre système d’organisation sociale. Ce qui est crucial ici, c’est qu’un même niveau de revenu peut être évalué de manière très différente selon qu’il a été gagné de telle ou telle manière, dans tel ou tel ensemble de relations sociales. Prenons un cas extrême : pourquoi est-ce que je préfère obtenir cent dollars par un échange équitable (quel que soit le sens exact de ce terme à ce stade-ci) plutôt qu’en les volant à quelqu’un, ou en trompant quelqu’un sur la marchandise ? La réponse est que je préfère vivre dans une société dans laquelle il n’y a pas de vols et où les échanges sont équitables, et ce pour des raisons qui ne coïncident pas entièrement avec les possibilités de génération de revenu individuel que m’offrent ces deux ensembles de relations sociales. Ainsi, je ne préfère pas une société sans vols uniquement parce qu’une société où l’on vole générerait à long terme moins de revenus pour tous ses membres, du fait du manque de confiance mutuelle ; cela reviendrait à tout réduire à une logique utilitariste d’« effets d’attente » – ce que nous désirons éviter ici parce que cela obture le rôle autonome que jouent selon nous les préférences individuelles sur les relations sociales.

  • 3 Notons de surcroît que le lien direct, supposé ici, entre concurrence accrue et qualité meilleure e (...)

33Il faut bien voir qu’introduire la dimension « préférences sur les relations sociales »comme critère d’acceptabilité sociale de la concurrence par rapport à d’autres modes d’organisation socioéconomique a une implication élémentaire, mais cruciale : même si une forte concurrence entre artisans, telle que celle appelée de leurs vœux par nombre de défenseurs de l’« efficience économique », donnait en effet les niveaux de revenu les plus élevés pour une série d’individus(disons, à cause du « stress » concurrentiel imposé à l’ensemble des artisans) et la qualité la plus élevée possible des biens produits, il se pourrait néanmoins que le prix à payer en termes de dégradation des relations sociales soit à ce point élevé qu’au moins certains individus exprimeront une préférence pour une revenu plus modeste, une qualité un peu moindre3, et des relations sociales meilleures. On voit dès lors très clairement que tous les jugements normatifs concernant l’efficience productive, l’optimalité au sens de Pareto, l’absence d’envie, et ainsi de suite, reposent tous sur une hypothèse fondamentale : les relations sociales induites par la concurrence sont données et, en tant que telles, n’interviennent pas dans les préférences des personnes.

34On voit cependant à quel point cette hypothèse est restrictive – et à quel point elle viole, de surcroît, l’axiome de base de la modernité, hérité des Lumières, selon lequel l’individu-sujet est autonome et selon lequel, par conséquent, les institutions sociales (dont les mécanismes de concurrence font partie) doivent être auto-instituées par les êtres humains. En d’autres termes, un système d’organisation sociale est légitime uniquement si tous les individus (ou, au moins, une suffisante majorité d’entre eux) peuvent tomber d’accord sur sa constitution.

35Quelle forme de concurrence pourrait satisfaire ce test ? Probablement pas la concurrence tout-ou-rien sous la forme d’un arbitrage absolu de la part des acheteurs et d’une absence totale de redistribution de la richesse et de l’information entre vendeurs. Qu’en serait-il de la concurrence SPG ? Selon nous, elle ne serait considérée comme juste que si l’arbitrage de la part des acheteurs était suffisamment faible pour que chaque artisan puisse développer les relations sociales qu’il désire, étant donné un revenu suffisant. Cette condition reste vague, mais elle implique d’ores et déjà de nombreuses contraintes implicites sur le type de comportement concurrentiel qui serait considéré comme socialement acceptable.

36À moins, bien sûr, que le discours social lui-même (mais par qui est-il impulsé ?) ne crée une forme de « préférence » pour la concurrence de type tout-ou-rien – comme cela a pu être le cas, momentanément, pour le « rêve américain », dans lequel ceux qui « perdent » dans la concurrence (au sens précis où leur revenu est à ce point bas qu’ils ne peuvent décemment en vivre, et qu’en plus ils sont soumis à un « stress » insupportable et à une forte détérioration de leur qualité de vie sociale) continuent malgré tout de penser que c’est là le meilleur résultat possible du système parce que… eh bien, parce que s’ils avaient été de meilleures personnes, ils auraient « gagné ». Tout tourne autour du discours que nous construisons à propos de ce dont chaque individu porte la responsabilité ; selon nous, dans le rêve américain, de nombreuses personnes intériorisent comme choisis (ou, en tout cas, comme ne donnant pas droit à des exigences légitimes envers les mieux lotis) beaucoup d’éléments qui, dans une culture plus européenne, apparaissent très clairement comme non choisis : les différences de talents, les différences de richesse, les différences d’information, et ainsi de suite. Nous avons avancé plus haut, dans le cadre de la course abstraite, l’idée selon laquelle aucun argument de choix individuel ne pouvait rendre compte de différences de récompense ; ici, l’argument se renforce dans le sens où, pour qu’un artisan donné puisse être déclaré comme légitimement perdant dans la concurrence (c’est-à-dire, comme ne pouvant exiger aucune compensation pour l’insuffisance de revenu et de qualité de vie à laquelle il fait face), deux conditions très improbables doivent être réunies : d’une part, cet artisan ne devait pas vraiment avoir voulu gagner ; d’autre part, il doit avoir accepté le cadre de la concurrence elle-même, c’est-à-dire qu’il doit avoir, au stade de la délibération collective sur l’acceptabilité sociale, voté pour la concurrence tout-ou-rien ou pour la concurrence SPG avec faible redistribution des gains.

37Ces difficultés, à notre avis fatales pour un système de concurrence forte et intensive, vont se révéler plus aiguës encore quand on quitte les modèles stylisés de la course et de la concurrence entre artisans et que l’on introduit le fonctionnement réel de capitalisme moderne.

La concurrence réelle entre entreprises capitalistes

38Le problème principal que pose l’analyse de la concurrence capitaliste est évident : cette concurrence a lieu non pas entre des individus isolés qui peuvent par hypothèse être considérés comme des agents de libre choix, mais entre des organisations extrêmement complexes appelées entreprises. Le schéma standard (et encore fortement simplifié) que nous choisirons pour notre discussion sera le suivant : une entreprise est un groupe de personnes qui (i) soit travaillent dans la production (ouvriers, cols bleus, etc.), (ii) soit travaillent dans la gestion au sens large (cols blancs), (iii) soit, enfin, fournissent le capital (actionnaires). Il existe une hiérarchie plus ou moins subtile qui, nonobstant un certain nombre de glissements dans la terminologie et dans la micro-organisation, semble avoir assez peu évolué au cours des deux cents dernières années. Les cols blancs doivent répondre de leurs décisions et de leurs résultats devant les actionnaires, en termes de distribution des dividendes et de perspectives de rentabilité future ; les cols bleus doivent répondre de leurs actions devant les cols blancs, en termes de l’exécution des plans de production et des tâches normalisées. La concurrence au sein du capitalisme a lieu entre ces entités complexes, c’est-à-dire que les cols blancs prennent des décisions stratégiques fondées sur leurs perceptions des intérêts des actionnaires, et ces décisions stratégiques ont divers effets sur les cols bleus, ainsi que sur les cols blancs eux-mêmes.

39Notre critère d’une concurrence socialement acceptable peut-il être appliqué ici ? Nous pensons que ce critère a un sens, même si son application est plus compliquée encore que dans le modèle simplifié des artisans, du fait qu’il y a maintenant beaucoup plus d’acteurs intervenant dans la détermination de la « nature des relations sociales ». En réalité, le comportement des actionnaires a tendance à tirer la concurrence entre entreprises vers l’extrême de la concurrence tout-ou-rien, ou à tout le moins vers un cadre SPG fortement injuste : les « meilleures » entreprises en termes de profitabilité attirent la plupart des actionnaires (jusqu’au point où les prix des actions deviennent tout simplement trop élevés pour l’investisseur marginal) et toutes les entreprises s’engagent dans la course à la reconnaissance par les marchés boursiers. Notre conjecture est dès lors que, étant donné la structure hiérarchique de la plupart des entreprises et le comportement anonyme d’arbitrage de la vaste majorité des actionnaires, ne serait-ce que par l’intermédiaire des fonds communs de placement, le degré d’autoréalisation de la plupart des personnes dans les cas de « concurrence tout-ou-rien » ou de « concurrence SPG avec faible redistribution des gains » serait plus faible encore que dans l’économie d’artisans isolés.

40Le problème est que la plupart de ceux qui souffrent le plus en termes de qualité de vie dans ce genre de système de concurrence sont des individus dont on aurait bien du mal à dire qu’ils ont choisi leur situation, – principalement les cols bleus et de plus en plus de cols blancs. On retrouve, de nos jours, et étendue à toute une classe d’employés qui ne retenaient guère son attention à l’époque, toute la force de l’argument de Marx concernant l’absence de choix de ceux qui n’ont que leur force de travail à vendre. Contrairement à ce qui se passait dans le cas de la course abstraite, et contrairement aussi à de nombreux individus dans le cas de l’économie d’artisans, dans la concurrence capitaliste, la plupart des individus voient la concurrence comme quelque chose qui leur impose des contraintes qui n’ont absolument rien à voir avec leur choix individuel de faire plus ou moins d’« efforts ». De sorte que l’argument qui nous rendait très sceptiques à l’égard de la possibilité d’une concurrence SPG dans des courses abstraites et même dans l’économie d’artisans prend ici toute son ampleur : la concurrence capitaliste ne pourrait être juste que si elle était considérée par la majorité des participants comme offrant la meilleure combinaison « revenu / qualité au sens étroit / relations sociales » parmi tous les systèmes imaginables. Mais, précisément, le système capitaliste ne permet pas à la plupart des individus de se poser cette question ; l’anonymat des actionnaires transmet en réalité un tout autre message : si vous désirez de meilleures relations sociales mais moins d’« efficacité » au sens étroit du terme, ne comptez pas sur nos fonds pour vous aider à réaliser ce rêve ; nous cherchons le profit intertemporel maximal, indépendamment de toute « conséquence sociale » – mis à part les conséquences qui, indirectement, affecteraient cette profitabilité. Car en effet, de mauvaises relations sociales peuvent commencer à poser problème si elles créent des conflits sociaux ouverts au niveau local ou sectoriel. Mais la stratégie habituelle des décideurs face à ce problème est le plus souvent de resserrer encore davantage les contraintes de la concurrence(une « dérégulation » qui, le plus souvent, est allée de pair avec une forte baisse de la syndicalisation) de manière à rendre impraticable toute interrogation lucide sur la légitimité du système concurrentiel lui-même en tant que mode d’organisation sociale.

41Cela signifie-t-il que la concurrence capitaliste serait intrinsèquement injuste parce qu’une minorité d’agents (les actionnaires en tant que déconnectés des réalités sociales sous-jacentes) réagissent de façon persistante d’une manière qui l’empêche d’être autre chose qu’un système SPG grossièrement injuste ? Il faudrait beaucoup plus de travail pour établir cette propriété de manière rigoureuse. Cependant, nous sommes convaincus qu’une étape importante dans la direction d’une concurrence juste et compatible avec l’autoréalisation socialisée d’un grand nombre d’individus consiste dans un réexamen en profondeur des possibilités d’arbitrage des actionnaires. Passer d’une vision de shareholding à une vision de stakeholding – au sens où les actionnaires devraient se voir comme les partenaires de l’entreprise dans le développement d’une communauté sociale vivable – serait un pas majeur. (On pourrait imaginer un système de pénalités financières en cas de revente avant un certain délai, comme d’ailleurs les banques n’hésitent pas à l’imposer aux détenteurs de comptes d’épargne à long terme.) Mais comment cela pourrait-il se mettre en place ?

42La réponse est d’autant plus difficile à entrevoir qu’une autre classe d’agents, nullement disjointe de la précédente mais contenant également tous les cols bleus et blancs, celle des consommateurs, se trouve complètement déconnectée, elle aussi, de tout engagement envers toute entreprise, quelle qu’elle soit. Dans la terminologie désormais classique d’Albert Hirschman, la concurrence capitaliste fonctionne exclusivement sur le mode de la défection, et aucun partenariat n’est envisagé entre une entreprise (disons, le partenariat actionnaires-cols blancs-cols bleus) et ses clients. Que se passerait-il si à la fois les actionnaires et les clients utilisaient d’avantage la modalité de la prise de parole (c’est-à-dire de la plainte et de la négociation) au lieu de centrer leur comportement sur un arbitrage permanent entre entreprises ? Le problème de fond est que la possibilité même d’un tel arrangement social complexe requerrait une révision très profonde de nos représentations sociales, c’est-à-dire des rôles respectifs que nous attribuons aux acteurs et aussi des pratiques que nous considérons comme acceptables entre personnes.

43Et nous en arrivons alors, pour conclure, à une idée qui, à notre avis, est tout à la fois douloureuse et cruciale : peut-être n’est-ce pas réellement la concurrence en elle-même, c’est-à-dire une atmosphère guerrière où individus et entités « se battent » pour la reconnaissance, les clients, les partenaires, etc., qui nous intéresse ; peut-être que ce qui est davantage caractéristique de notre société contemporaine est la valeur positive accordée à l’arbitrage comme expression de la liberté individuelle. S’il en est ainsi, l’injustice intrinsèque des résultats de la concurrence ne peut être éliminée que par une révision en profondeur de notre vision « individualiste » du monde ; mais y sommes-nous prêts ? Sommes-nous prêts à remplacer l’arbitrage par la « fidélité » et l’« engagement » ? Et où le devoir de fidélité doit-il s’arrêter ? À partir de quel seuil un tel devoir devient-il franchement oppressant, au sens où il nierait notre liberté en un sens profond ? Ce qu’il nous faut trouver pour avoir une concurrence plus juste – ou, plus probablement, un système plus juste que la concurrence – c’est un nouveau moyen de combiner liberté et devoir dans le monde économique mais aussi extra-économique. Ce n’est pas là une question économique en elle-même ; c’est une question sociale et philosophique. L’éthique des affaires ne sera, à nos yeux, une discipline pertinente que si elle embrasse cette tâche, au lieu de se borner à trouver des manières d’instrumentaliser au mieux les injustices du système concurrentiel en vigueur.

Haut de page

Notes

1 Dans son fameux ouvrage intitulé Exit, Voice, and Loyalty, Harvard University Press, 1970.

2 Nous pourrions, par exemple, aussi introduire le critère suivant, inspiré du travail de John Roemer sur l’exploitation capitaliste (voir notamment son ouvrage Free to Lose : An Introduction to Marxist Political Philosophy) : la concurrence entre artisans isolés est juste si aucun artisan n’a moins de revenu à l’issue de cette concurrence qu’il n’en aurait eu dans une issue concurrentielle (et indépendamment de tout profil de niveaux subjectifs) qui aurait démarré sur des positions égales en termes de richesse initiale et d’information.

3 Notons de surcroît que le lien direct, supposé ici, entre concurrence accrue et qualité meilleure est loin d’être évident. Accroître l’intensité concurrentielle peut induire une stratégie moins coûteuse (et fort peu ébruitée par les producteurs soucieux d’image éthique…) : user de la publicité pour « tromper » les acheteurs sur la qualité, créer des « labels » fictifs, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Arnsperger et Philippe De Villé , « La concurrence comme défi à l’éthique des affaires : quand les relations sociales sont en jeu », Éthique publique [En ligne], vol. 1, n° 2 | 1999, mis en ligne le 26 novembre 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2681 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2681

Haut de page

Auteurs

Christian Arnsperger

Christian Arnsperger est chercheur au FNRS et à la chaire Hoover de l’université de Louvain.

Articles du même auteur

Philippe De Villé

Philippe De Villé est chercheur à l’IRES.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org