Navigation – Plan du site
Éthique des affaires

Éthique des affaires et économie sociale

Claude Béland

Résumés

La nouvelle perméabilité des frontières a des effets nombreux dont on ignore encore les limites. On sait déjà que ces effets se traduisent par une concentration accentuée de la richesse, une recherche de l’identité personnelle et collective et une perte de pouvoir du politique. Il en résulte aussi une désaffection de la morale laquelle découle de premier chef d’une réflexion personnelle menant à un équilibre d’existence. Mais une telle réflexion est-elle possible lorsque les forces en jeu sont hors du contrôle individuel et limitent le regard aux seuls moyens de survie ? Et s’il en est ainsi pour l’individu, il en va de même pour les entreprises, y compris les entreprises coopératives ou à fins sociales, l’éthique du bien commun ayant cédé le pas à l’éthique de la compétitivité et du profit. Pour survivre, il a fallu aller au plus pressé et troquer l’éducation contre l’enseignement. Ce faisant, l’éducation à la citoyenneté, à la démocratie, à la solidarité a été négligée. Voilà l’enjeu de notre temps, un enjeu éthique, s’il en est un.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ignatio Ramonet, « Un monde sans cap », Le Monde diplomatique, octobre 1995, p. 1.

1En cette fin de millénaire, nos sociétés se cherchent : rien ne semble épargné par une vague de remise en question, y compris les systèmes de valeurs traditionnels. Les questionnements sont si profonds qu’on ne sait plus trop comment se définissent désormais le bien ou le mal. Ce qui fait écrire à Ignatio Ramonet, réfléchissant sur notre temps : « Nous affrontons une crise d’inintelligibilité : l’écart se creuse entre ce qu’il faudrait comprendre et les outils conceptuels nécessaires à la compréhension. Avec la disparition des certitudes et l’absence de projet collectif, faudrait-il se résigner à vivre ce que Max Weber appelait le “désenchantement du monde”1 ? »

2D’ailleurs, cette confusion universelle touche à tous les plans : politiques, économiques, sociaux. Science de la morale, l’éthique se cherche aussi. L’éthique du bien commun ne fait plus le poids face aux tenants de l’éthique du profit. Les effets de la mondialisation et de la déréglementation imposent aux entreprises des règles qui contredisent celles de l’éthique du bien commun.

Éthique du bien commun et éthique du profit

3Un long chemin semble nous séparer de l’époque de la vie traditionnelle où la définition du bien et du mal était, je dirais, innée. La morale était globale : elle s’adressait à l’enfant comme à l’adulte, tous êtres humains vivant en société avec les autres. Elle était unique : une même morale pour la vie familiale, sociale, économique, politique, ou même sportive. La morale, comme la vie politique ou économique, se vivait en des « marchés » fermés et protégés. La finalité des collectivités était d’assurer le bien commun. L’identification du bien et du mal donnait lieu à un consensus si large que les préceptes fondamentaux quant aux règles de conduite menant au bien et évitant le mal n’étaient pas nécessairement codifiés, si ce n’est par l’énoncé d’une dizaine de commandements péremptoires qu’on attribuait à l’Être suprême lui-même. « Tu aimeras ton prochain, tu honoreras ton père et ta mère, tu ne voleras point, etc. », autant d’énoncés qui inspiraient les lois du pays et guidaient les comportements des citoyens. Certes cette morale commune était de source religieuse, mais elle s’inspirait aussi d’une solidarité naturelle au mieux-être de chacun et chacune. Cette morale était si commune que les familles, les écoles, les églises, les entreprises s’en faisaient les porteuses. Le bien se définissait alors par ce qui était avantageux, favorable, profitable à la collectivité. C’était l’époque de l’éthique du bien commun, à laquelle était aussi soumis le monde des affaires. Alors, le politique et l’économique étaient au service de la société civile.

4Mais l’évolution rapide des technologies de communication a fait tomber les frontières. La planète se rapetisse et permet une croissante promiscuité des idées, des coutumes, des religions, des cultures, lesquelles évoluent désormais dans « des marchés ouverts, décloisonnés et déréglementés. »

5Cette mondialisation ouvre les marchés à ceux qui ont la capacité de les conquérir. Profitable aux uns, elle oblige les autres à réagir. Il en résulte, sur le plan économique et financier, des modifications profondes dans les façons de faire. La perméabilité des frontières tant culturelles, religieuses, politiques qu’économiques, a des effets dont on ignore encore les limites et qui se traduisent par une concentration accrue de la richesse, une recherche accentuée de l’identité et une perte de pouvoir du politique. De là l’apparition de nouvelles formes de pauvreté et d’exclusion, une explosion des inégalités, un chômage endémique, une crainte de l’avenir et la progression de l’irrationnel.

6Il en résulte aussi une désaffection de la morale, laquelle, normalement, découle de premier chef d’une recherche et d’une certaine réflexion personnelle libre afin de trouver un équilibre d’existence. Mais faire une telle réflexion personnelle n’est pas aisé lorsque les forces en jeu sont hors du contrôle individuel. La turbulence est si puissante qu’elle limite normalement la réflexion aux seuls moyens de survie, laissant peu de place à un équilibre possible devant ces forces occultes qui dictent finalement les règles du jeu. Dans ce nouveau monde, chacun recherche « son » bien avant de rechercher celui des autres. En effet, la perspective de ce que peut être le bien se rétrécit à ce qui peut être bon pour soi. L’individualisme et l’égoïsme reprennent du galon. Le chacun pour soi devient la règle. Le climat de la lutte pour la vie succède à celui de l’union pour la vie.

7S’il en est ainsi sur le plan individuel, il en va de même au niveau des entreprises. La mondialisation des marchés met désormais en présence des concurrents de divers continents. Sur le plan de la concurrence, certaines entreprises partent gagnantes, profitant de coûts de main-d’œuvre et d’une fiscalité avantageux. Ces atouts concurrentiels obligent les autres à s’adapter : de là la course à une productivité accrue par le recours aux technologies, tant de l’information et de la production que de la distribution des produits et services, ainsi qu’à une gestion plus serrée des masses salariales et à une diversification géographique des centres manufacturiers. À cela s’ajoutent les effets majeurs de la déréglementation et du décloisonnement, particulièrement dans le secteur des services financiers. Ainsi, de plus en plus d’entreprises perdent leur identité et leur sentiment d’appartenance à un milieu donné ; elles se sentent moins redevables à une collectivité qu’à des actionnaires qui, souvent, sont des « citoyens du monde ».

8De la même façon que l’individu s’inquiète du risque d’exclusion dans un tel monde et que les peuples se préoccupent de la place qu’ils occuperont dans ce monde nouveau, les entreprises interrogent leur avenir et cherchent à s’adapter à leur nouvel environnement. À l’exemple des peuples (on n’a qu’à penser à la communauté européenne), les entreprises se regroupent : fusions, alliances, partenariats, maillage, tout y passe. Il importe aux entreprises de développer des muscles puissants pour combattre les concurrences nouvelles apparaissant sur leur propre marché et, aussi, pour conquérir les marchés étrangers. Se forment alors des organismes internationaux qui cherchent à normaliser les règles : OCDE, OMC, tribunaux internationaux d’arbitrage, traités de libre-échange, etc.

9Dans un tel contexte, l’équilibre des rôles et des responsabilités du politique et de l’économique à l’égard de la société civile est rompu. Les activités économiques prennent désormais la première place : essentielles à toute collectivité mais désormais menacées, elles ne sont plus prioritairement soumises à l’éthique du bien commun mais à leur propre éthique, celle de la compétitivité et du profit. L’économique est désormais le nouveau maître : le politique se soumet aux diktats des marchés financiers et une bonne partie de la société civile est sacrifiée.

  • 2 Dans son livre The Work of Nations, Robert Reich parle des entreprises du futur qui ne seront pas c (...)

10Ainsi, l’éthique du bien commun entre en conflit avec celle de la compétitivité. Alors que le bien commun commande une plus juste répartition de la richesse, les lois du marchés favorisent le contraire. L’exemple de l’évolution des échelles salariales, au cours des dernières années, est particulièrement saisissant pour illustrer les effets de la nouvelle concurrence. Ainsi, par exemple, l’avenir, dit-on, appartiendra aux entreprises qui misent sur le « haut savoir ». Les entreprises ont donc moins besoin de bras que de cerveaux. Il en résulte une réduction du nombre nécessaire des ressources humaines pour assurer la productivité des entreprises. Ces « trouveurs de solutions », comme les appelle Robert Reich2, sont fortement recherchés. Ils commandent de hautes rémunérations, y compris des participations aux profits et parfois même une part à la plus-value de l’entreprise. Les postes secondaires sont remplacés par des machines, plus performantes, plus sûres, moins revendicatrices.

11Le marché de la main-d’œuvre qualifiée impose ses règles. Pas question de réduire la masse salariale pour une baisse généralisée des salaires : selon la nouvelle éthique, il est bien de rémunérer ceux qui rapportent le plus et de sacrifier les autres. La théorie généreuse qui voudrait qu’on assure une place à chacun en réduisant globalement la masse salariale ne tient plus devant la concurrence, qui offrira davantage pour recruter les meilleurs cerveaux ! Penser et surtout agir autrement comporte de grands risques de rendre les entreprises vulnérables. Ce qui fait dire à certains que l’éthique du bien commun n’a pas sa place dans le monde des affaires : c’est celle de la compétitivité qui doit dominer. L’éthique du bien commun serait ainsi nuisible à la compétitivité : elle ne saurait être la responsabilité du monde des affaires.

12Il en résulte que la mondialisation et la déréglementation qui en découle ont fait naître plusieurs éthiques, celle du monde politique, celle de la société civile et celle du monde des affaires. Le politique, soumis lui aussi aux contraintes des marchés financiers, s’inspire d’une éthique du pouvoir ; la société civile, prisonnière du politique et de l’économique, réclame l’éthique du bien commun ; et l’économique, nouveau maître du monde, impose l’éthique de la compétitivité et du profit !

13Pourtant, il reste que, sur le plan de la réflexion individuelle, on reconnaît généralement la nécessaire cohérence de l’éthique et la primauté à accorder à celle du bien commun. Qui ne souhaite pas l’établissement d’une société civile prospère, c’est-à-dire une société qui fait « travailler tout son monde » et qui accorde une place et un rôle à chacun et à chacune ? Mais les courants en présence sont si puissants que ni le politique ni l’économique n’ont la capacité de rétablir cet équilibre essentiel au profit de la société civile. Seule cette dernière finalement, par un renouveau des valeurs individuelles, dont la solidarité, indispensable pour l’établissement de sociétés justes, peut remettre les choses en place.

14Nombreux sont ceux qui réclament le rétablissement de cet équilibre et la remise d’un certain pouvoir aux populations. La solution plus immédiate repose plutôt sur la prise en charge par les populations elles-mêmes de la renaissance de l’éthique du bien commun. Plus concrètement, par la mise en place, en parallèle à l’économie mondiale, d’une économie régionale et locale, prise en charge par les populations elles-mêmes. De là l’émergence, ici et là dans le monde actuel, d’une « économie sociale » ou d’une « économie solidaire », une économie qui s’inspire essentiellement de l’éthique du bien commun.

Les coopératives dans un monde en turbulence

15Mais, pourrait-on demander, les entreprises coopératives ne sont-elles pas elles-mêmes influencées par les courants de cette globalisation et les forces du marché ? Oui, sans doute, mais ces effets se font sentir davantage au niveau de leurs pratiques commerciales que sur le plan de ce que j’appellerais « l’éthique coopérative ». Car, malgré les adaptations obligatoires auxquelles doivent se soumettre les entreprises de l’économie sociale, et en particulier les coopératives, il reste qu’il existe encore, dans le monde d’aujourd’hui, une « éthique coopérative ». Une éthique qui tire son inspiration de cette idée d’une participation directe des gens au développement solidaire de leur milieu. Une éthique portée par les valeurs de démocratie, d’entraide et de responsabilité mutuelle, et animée par cette vision d’une société où il y a une place et un rôle pour chacun et chacune. En somme, ce message coopératif connu : « Un pour tous, tous pour un. »

16Ces valeurs coopératives s’incarnent d’ailleurs dans des règles d’action qui n’ont pas changé, malgré les lois du marché. En effet, il existe toujours des différences fondamentales entre l’entreprise traditionnelle et l’entreprise coopérative. Ces différences se manifestent dans ce qu’on convient d’appeler les quatre « P » : la propriété, la participation, le partage et le patrimoine.

17Les coopératives se distinguent par la règle de la propriété : les institutions financières coopératives sont les seules à appartenir à leurs membres-usagers. Elles se distinguent aussi par le fait que chaque membre peut participer à l’assemblée générale de sa coopérative, y exprimer son point de vue et voter selon la règle une personne, un vote. Les membres peuvent même accéder à des fonctions de dirigeants, s’ils y sont élus par leurs pairs.

18Après constitution des réserves nécessaires à leur développement futur, les coopératives financières sont aussi les seules institutions financières à partager une partie de leurs bénéfices avec leurs membres, non pas en proportion du capital investi, mais en proportion de l’utilisation qui est faite des services par chacun.

19Finalement, cette réserve générale accumulée par la coopérative constitue un patrimoine collectif inaliénable. Ces réserves financières sont impartageables entre les membres. Elles produisent plutôt, année après année, des revenus dont les membres profitent à travers leur coopérative.

20Il s’agit là de caractéristiques exclusives, toujours d’actualité et que les forces du marché n’ont pas réussi à modifier dans la grande majorité des coopératives existantes.

21Il en va ainsi dans le Mouvement des caisses Desjardins où, depuis les premiers moments de leur existence, les caisses ont reconnu ces caractéristiques exclusives aux coopératives, sans jamais y déroger depuis la naissance de la première caisse en 1900. La mission du Mouvement n’a pas changé non plus, soit contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités tout en faisant l’éducation à la démocratie, à l’économie, à la responsabilité et à la solidarité. Alphonse Desjardins, le fondateur, parlait dans ses discours du « sens du devoir, de la responsabilité des membres, du respect des autres, de dignité… »

22Ce que les nouvelles lois du marché ont modifié cependant, ce sont les pratiques commerciales qui découlent d’une certaine liberté que permettait un marché fermé et protégé. Par exemple, la valeur morale du membre était jadis un des critères à l’établissement de son crédit, ce qui permettait l’exercice d’une certaine discrétion. Aucune règle ne contredisait de telles pratiques, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, où les organismes de contrôle ou d’évaluation des institutions financières, ainsi que les marchés financiers imposent leurs propres règles, plus rigides. De plus, l’isolement des populations favorisait l’émergence d’un fort sentiment d’appartenance au milieu et à ses institutions ou entreprises. Il en résultait des relations plus intimes entre la coopérative d’épargne et de crédit et ses membres, ce qui autorisait même certaines exceptions aux règles de gestion généralement admises. Mais l’évolution des technologies de communication a dilué ce sentiment d’appartenance et ouvert de nouveaux horizons. Les membres des coopératives ont été influencés par le nouvel environnement.

23Il en est ainsi particulièrement dans le domaine des services financiers où les choix, sous l’influence de conseillers financiers instruits à l’éthique du profit, sont de plus en plus motivés par le seul enrichissement personnel. Les achats, les placements ou les investissements obéissent désormais à la logique du rendement ou du gain individuel et font moins de cas de leurs conséquences sur l’enrichissement collectif ou le développement du milieu. À cela, il faut ajouter que les échanges ainsi devenus plus nombreux entre les peuples ont entraîné une certaine normalisation dans l’élaboration des règles auxquelles chacun doit se soumettre.

24Sous l’effet de ces changements et de l’évolution des exigences des membres des coopératives d’aujourd’hui, les pratiques des coopératives financières ont nécessairement évolué. Ainsi, face aux méga-banques, les petites organisations financières ont rapidement constaté qu’elles n’avaient pas de moyens suffisants pour répondre à l’ensemble des besoins de leurs clients, ou, dans le cas des coopératives, de leurs membres. Pour affronter la concurrence, les petites coopératives financières ont dû s’équiper des technologies les plus avancées et embaucher des spécialistes aux compétences toujours plus grandes – et pas nécessairement des gens formés à la coopération. Pour assumer ces nouveaux coûts, il a fallu mobiliser d’importantes ressources financières, ce que les petites entreprises coopératives ne pouvaient faire seules, ce qui les a obligées à se regrouper, à déléguer des responsabilités, à faire des alliances, à se fusionner parfois.

25Cette évolution ne s’est pas faite sans quelques tensions. Je vous donne quelques exemples. Le capital des entreprises capitalistes est la mesure de la propriété que détient un investisseur dans l’entreprise. Celui qui détient 50 % des titres de l’entreprise détient 50 % de la propriété. C’est aussi la mesure des droits qu’il peut exercer et la mesure du partage des profits. De plus, ce capital acquiert une plus-value et possède une valeur spéculative qui permet son inscription en bourse. Or, dans les coopératives, un tel capital n’existe pas. Il ne peut exister puisque le contrôle de l’entreprise s’y exerce démocratiquement. La règle une personne, un vote confirme le caractère démocratique de la coopérative. Et sur le plan du partage des bénéfices, les coopératives versent des ristournes, non pas en proportion du capital investi mais en proportion des activités que le membre fait avec sa coopérative.

26À l’intérieur d’un marché protégé, ces règles trouveraient plus aisément leur place. Mais la normalisation des règles qu’impose le système dominant – c’est-à-dire le système capitaliste – exerce des pressions sur les pratiques des coopératives. Ainsi, par exemple, lorsque les coopératives se présentent sur les marchés internationaux pour y faire des transactions financières, elles doivent s’adapter à la seule règle connue, celle du capitalisme, ce qui les oblige souvent à faire des contorsions juridiques multiples qui peuvent laisser croire que les coopératives financières sont de plus en plus semblables aux banques traditionnelles.

27Il n’y a pas si longtemps, par exemple, faute de trouver suffisamment de capital dans les rangs coopératifs pour renforcer sa capitalisation et son développement, les règles de la capitalisation n’étant plus maintenant fixées à Lévis mais à Bâle, en Suisse, pour toutes les institutions financières dans le monde, Desjardins a été obligé de former une entreprise à capital-actions qu’on appelle Capital Desjardins inc., une entreprise capitaliste dont toutes les actions, fort heureusement, sont détenues par les coopératives.

28Les coopératives n’ont pas le choix lorsqu’elles entrent sur les marchés financiers internationaux. À moins de s’isoler et de limiter leurs moyens, elles sont contraintes de jouer les règles du système dominant et de traiter avec des institutions et des instruments capitalistes. Le capitalisme est désormais si dominant qu’il est impensable que ce soient les institutions capitalistes qui s’adaptent à la spécificité des coopératives.

29En conséquence, de nombreuses pratiques commerciales dans les caisses ont été modifiées au cours des dernières décennies. Et chaque modification soulève des débats éthiques. Par exemple, il n’y a pas si longtemps, les membres des caisses acceptaient volontiers des taux d’intérêt équivalents pour les dépôts des petits épargnants et ceux des grands détenteurs d’épargne. C’était une application concrète de la règle du partage équitable de la richesse. Le raisonnement était très simple. Les mille dollars du petit épargnant avaient certes pour lui la même importance que les cinquante mille ou les cent mille dollars du grand détenteur et il méritait le même taux de rémunération.

30Mais la concurrence des entreprises capitalistes a modifié la façon de voir des épargnants. La concurrence rémunérant davantage les grands détenteurs d’épargne, les membres des caisses de cette catégorie devinrent moins fidèles à leur coopérative. Ils exigèrent, pour ne pas transférer leurs avoirs ailleurs, une rémunération comparable à celle accordée par les concurrents. Ce qui obligea les coopératives financières à modifier leurs règles, à mettre un bémol sur le partage équitable de la richesse, à instaurer une forme de rémunération croissante selon le montant des dépôts et à contribuer ainsi, et bien malgré elles, à élargir l’écart entre les riches et les pauvres.

31Un changement semblable a dû être instauré quant aux frais d’utilisation des services. Il fut un temps, en effet, où il n’y avait aucuns frais de service dans les caisses, ces frais étant assumés par les membres, peu importe le nombre de transactions effectués par chacun d’eux. Mais sous la pression des membres qui faisaient peu de transactions et qui refusaient de payer pour les autres, les coopératives furent contraintes de changer leurs règles.

32De même, et je m’en souviens fort bien pour l’avoir vécu, le mot marketing ne faisait pas partie du vocabulaire coopératif. Ce n’était pas très bien vu. On parlait plutôt de l’éducation des membres. Mais avec l’avènement de la société de consommation et devant la force du marketing de la concurrence et l’influence évidente qu’il avait sur le comportement de nos membres, il a fallu aussi modifier nos façons de faire.

33Le même genre de débat moral a entouré, à la fin des années soixante, l’introduction du crédit à la consommation. Et à la fin des années soixante-dix, celle de la carte de crédit.

34L’évolution de la demande sociale et les exigences de nos membres ont ainsi entraîné la mise en place de pratiques perçues par plusieurs comme venant heurter l’éthique de la coopération et la mission traditionnelle de la caisse, qui avait toujours été de libérer les membres de l’endettement et de les habituer à l’épargne et à la prévoyance.

35Il en fut de même en ce qui concerne nos échelles salariales. En 1985, nous avions ce que nous appelions une échelle de salaires coopérative. L’écart entre le salaire le plus bas et le plus haut était beaucoup moins accentué que dans les entreprises concurrentes capitalistes. Mais il devint nécessaire pour les coopératives d’attirer les gestionnaires de haut niveau dont elles avaient besoin et, encore là, elles furent obligées de modifier leur politique salariale pour la rendre plus conforme à ce qui se faisait ailleurs sur le marché du travail.

36Ce sont là quelques exemples qui illustrent les modifications que les coopératives financières ont été obligées d’apporter à leurs pratiques sous la pression de leurs membres et de leur environnement externe.

Actualité des coopératives

37Est-ce à dire que la différence coopérative dans les pratiques de gestion est maintenant chose du passé et qu’il n’y a plus de place dans nos sociétés pour une éthique du bien commun qui se démarquerait du libéralisme et de l’individualisme ambiant ? Je ne crois pas. Je pense plutôt qu’il s’agit, pour les coopératives financières, d’une adaptation temporaire ou transitoire, mais cependant nécessaire pour assurer leur pérennité. Pour survivre et progresser, les coopératives se doivent d’être le miroir d’une majorité de leurs membres, dont les valeurs sont actuellement influencées par des sollicitations nouvelles dont ils font l’objet et qui s’alimentent, pour la plupart, à l’éthique du profit. Mais à mon avis, pour plusieurs raisons, ces courants sont réversibles.

38En premier lieu, il faut savoir que, malgré toutes les concessions qu’elles doivent faire, les coopératives financières n’en conservent pas moins leur spécificité et leur structure, ce qui est l’essentiel. Elles demeurent toujours des entreprises sous contrôle démocratique. D’ailleurs, il y a à peine trois ans, le congrès de l’Alliance coopérative internationale a confirmé ces règles coopératives dans une charte connue sous le nom de Charte de l’identité coopérative. Là se retrouvent ce qu’on pourrait appeler les fondements mêmes de l’éthique de la coopération.

39En second lieu, les coopératives demeurent aujourd’hui des instruments au service de leur collectivité. Chaque caisse doit nécessairement réinvestir les épargnes de ses membres dans son milieu. À la fin de l’année, les trop-perçus sont retournés à la collectivité, ce qui n’empêche pas la constitution de réserves communautaires dont les fonds sont utilisés au développement de projets communs.

40En troisième lieu, il faut savoir que les hauts dirigeants du mouvement coopératif ne cessent de se battre pour faire valoir leur droit à la différence. L’inspiration originelle qui a fait naître ce mouvement est toujours bien vivante, la flamme n’est pas éteinte. Et cette vision d’une société faite pour tous et pour toutes, dans un esprit de continuité et d’éternité, qui donne un sens à la vie, est toujours présente. C’est d’ailleurs parce que l’éthique coopérative est encore vivante que les changements exigés par les autorités réglementaires ou ceux qui viennent en réaction aux pressions des membres soulèvent toujours autant de questionnements et de débats.

41Quatrièmement, il faut ajouter que si les coopératives subissent l’influence du système dominant, elles le modifient subtilement aussi en retour. Il y a là une tension permanente, une dialectique qui peut être un facteur d’humanisation. Jamais n’a-t-on tant vu la création de nouvelles coopératives que maintenant, et jamais n’a-t-on tant vu d’entreprises à capital-actions se doter de codes d’éthique et même oser traiter de spiritualité.

42Finalement, je pense que les coopératives acquièrent une nouvelle pertinence dans le contexte actuel. Elles permettent justement aux populations de s’organiser face aux bouleversements qui secouent la planète ; car, parallèlement au développement d’une économie mondiale, nous devenons des citoyens du monde. Mais, simultanément, les populations reconnaissent la nécessité de développer une économie locale ou régionale pour continuer à vivre là où elles veulent vivre. Pour ce faire, les gens ont besoin d’outils communs leur permettant de prendre leurs affaires en main. Ils ont intérêt à se regrouper et à développer des institutions et des entreprises fortes qui leur appartiennent et qu’ils contrôlent, ce qui est le cas avec les coopératives. Les effets pervers de la mondialisation et du libéralisme débridé que nous connaissons soulèvent de plus en plus d’inquiétude et de questionnement. La concentration de la richesse, le nombre grandissant d’exclus et de sans voix, une pauvreté plus étendue font que plusieurs s’exclament – on le lit et l’entend de plus en plus : « Tout cela n’a plus de sens ! » Quand il n’y a plus de sens, il n’y a plus de vie.

43Dans leur lutte pour mettre un peu plus d’humanité dans l’économie et les affaires collectives, les coopérateurs ont toujours eu de nombreux alliés. Il existe, en effet, un ensemble de plus en plus important de gens et d’organisations dans les diverses régions du monde qui militent aujourd’hui en faveur d’une société plus humaine. Ils souhaitent remettre la personne au centre des préoccupations ; ils travaillent à faire en sorte que l’économie soit au service des sociétés et non l’inverse. De plus en plus d’organisations et d’entreprises se réclament désormais de ce qu’on appelle l’économie sociale ou l’économie solidaire. D’ailleurs, au dernier sommet économique au Québec, en 1996, on a même créé un chantier de l’économie sociale, chantier qui est devenu pratiquement permanent.

44Il reste un souhait à exprimer. Sous le souffle de la mondialisation, de toute évidence, il a fallu aller au plus pressé et troquer l’éducation contre l’enseignement. Il a fallu transférer des connaissances financières, économiques et techniques rapidement pour rattraper ceux qui avaient déjà fait l’acquisition de ces connaissances. Ce faisant, il me semble qu’on a négligé l’éducation à la citoyenneté, à la démocratie, à la solidarité. Cette éducation doit être remise à l’ordre du jour afin d’humaniser l’économie et la société. Voilà à mon avis l’enjeu de notre temps ; un enjeu éthique s’il en est un. Et pour que l’existence ici-bas conserve un attrait et un sens pour le plus grand nombre, je pense que nous n’avons pas le choix que d’y réussir.

Haut de page

Notes

1 Ignatio Ramonet, « Un monde sans cap », Le Monde diplomatique, octobre 1995, p. 1.

2 Dans son livre The Work of Nations, Robert Reich parle des entreprises du futur qui ne seront pas constituées que de quelques cerveaux de haut niveau qu’il appelle les solutions finders.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Béland , « Éthique des affaires et économie sociale », Éthique publique [En ligne], vol. 1, n° 2 | 1999, mis en ligne le 26 novembre 2016, consulté le 26 mars 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2680 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2680

Haut de page

Auteur

Claude Béland

Claude Béland est le président du Mouvement des caisses Desjardins.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org