Navigation – Plan du site
Éthique des affaires

Management et reconnaissance

Omar Aktouf

Résumés

S’interrogeant à propos d’une des toutes récentes « modes » de mobilisation des « ressources humaines » en management, celle dite du « management par la reconnaissance », l’auteur tente de montrer comment bien des contradictions interdisent encore l’accès à une véritable et authentique implication de l’employé dans ce qu’il fait pour son entreprise. L’une de ces contradictions, et non des moindres, réside dans ce qu’il présente comme une incompatibilité originelle entre les visées traditionnelles du business management et toute idée d’éthique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il suffit d’observer ce qui se passe à l’échelle de la planète pour se rendre compte que toutes les (...)

1Nul, en cette fin de vingtième siècle, ne saurait, sans paraître ignorant ou ridicule, soutenir que les divers décideurs de tous bords – et en particulier dans les sphères économiques et managériales – ne sont pas en état de désarroi le plus complet. Jamais, pourtant, la planète n’a été aussi encombrée de spécialistes et d’experts dûment diplômés en multiples « sciences » de la gestion, de la prévision et de la stratégie économiques et gestionnaires. Mais, en même temps, jamais la planète et ses habitants n’ont connu un tel état de dégradation accélérée. Jamais, non plus, nous n’avons atteint un tel degré d’incompréhension, autant que d’impuissance, à agir efficacement (dans un sens tout autre que celui du rentabilisme financier), devant ce qui ressemble de plus en plus à une chronique d’apocalypse annoncée1.

  • 2 Car, « l’autre capitalisme », celui, entre autres, des pays nordiques de l’Europe et du Japon – qui (...)

2Les modes économiques et stratégico-managériales qui se succèdent et se chassent les unes les autres à un rythme soutenu témoignent de l’errance de la pensée qui les fonde, tout particulièrement dans cette partie du monde industrialisé que j’appellerai, avec Michel Albert, le monde du capitalisme financier de type anglo-US2.

  • 3 H. J. Harrington, Le nouveau management selon Harrington. Gérer l’amélioration totale, Montréal, Tr (...)

3Cela peut paraître étrange, mais on verra que la place que prétend prendre aujourd’hui le capitalisme dit de marché autorégulé et celle réservée à la ressource humaine et à sa productivité ont très directement rapport avec la question de la « reconnaissance », nouvelle mode managériale qui a ses instituts (à l’ESC-Rouen, par exemple) et ses gourous (depuis Peters et Waterman jusqu’à Harrington3). Cependant, autant en prévenir le lecteur tout de suite, il n’entre nullement dans mon propos, ici, de passer en revue ni de détailler ni de commenter en profondeur les tenants et aboutissants de ce dernier avorton de l’arsenal managérial de la manipulation des humains en entreprise. Ce qui m’intéresse le plus, c’est d’en disséquer, dans une perspective d’interrogation éthique et de dialectique déconstructiviste, le contexte et les contradictions.

4Tout d’abord, qui peut être contre le principe de la reconnaissance, fondement même de la constitution identitaire de l’autre et de soi ? Mon problème est toujours le même à l’égard de toutes ces modes managériales : celui de transformer à tout prix des éléments constitutifs fondamentaux des rapports humains (la reconnaissance en est sans doute l’un des plus centraux) en outils de gestion. Qui plus est, de gestion des… humains !

5Par ailleurs, les « réalités » économiques que nous vivons fondent plus que jamais la nécessité de ce principe de reconnaissance, mais elles indiquent aussi, paradoxalement, la complexité et l’ampleur des difficultés qui en guettent l’application. Nous verrons plus loin comment cette question de la reconnaissance et de la valorisation des actes de l’homme à son travail (un problème que l’humanité industrialisée semble avoir d’éternelles difficultés à résoudre) est en fait un problème qui a déjà été considéré comme crucial par nombre de nos ancêtres les plus lointains, dont Xénophon, dès le quatrième siècle avant Jésus-Christ, et on verra que les solutions modernes ne semblent rien apporter de fondamentalement nouveau.

  • 4 Sur les liens entre aliénation, reconnaissance, mobilisation des ressources humaines en entreprise (...)

6Le fait en lui-même est attesté de diverses façons par l’ensemble des humanités : l’être humain doit voir, au risque de détresse ontologique, dans tout acte qu’il accomplit, la confirmation de son identité, de son être générique, de son rôle social-communautaire signifiant pour autrui. Si ce n’est, comme le disait Hegel dans la Phénoménologie de l’esprit, le « reflet de son essence d’être rationnel ». Pour ne pas « se perdre dans le monde des objets » et connaître l’état de déshumanisation le plus destructeur : l’aliénation. C’est là l’éternelle conséquence de la chosification de l’homme devenu marchandise ou instrument de production (ressource humaine), via la « marchandisation » du travail. Conséquence dont nous ne finissons pas de payer le prix dans notre monde de la modernité individualiste et industrielle4.

  • 5 Pour le lecteur qui ignorerait les « classiques » du management, il s’agit là de travaux de recherc (...)
  • 6 Les fameux « besoins » de réalisation, d’estime, de Maslow, les fameux besoins socio-émotifs mis en (...)

7On semble cependant vouloir enfin admettre (mais n’était-ce pas déjà les leçons d’une certaine expérience dite Hawthorne, d’Elton Mayo, combinées aux travaux de Herzberg5 ?) que même les conditions matérielles les plus favorables sont nécessaires mais non suffisantes6 pour faire éclore et cultiver notre fier, créatif et assidu total quality worker. Mais, dans ce que nous allons examiner derrière les réalités économiques d’aujourd’hui, y a-t-il même de quoi assurer un minimum acceptable – du point de vue de l’employé – en termes de simples conditions matérielles suffisantes ? Devient-il alors réaliste (sinon à sombrer dans une nouvelle forme, aussi sordide et hypocrite qu’inutile, de stratégie de manipulation de la subjectivité des hommes) de prôner la reconnaissance comme (a fortiori si c’est la seule) nouvel instrument magique de promotion de l’employé pétri de loyauté, d’attachement et de zèle ?

« Fin de l’histoire » ou agonie de l’éthique ?

  • 7 J. R. Saul, Les bâtards de Voltaire, Paris, Payot, 1996. Quant à la « fin de l’histoire », la formu (...)
  • 8 H. Marcuse, L’homme unidimensionnel, essai sur l’idéologie de la société industrielle avancée, Pari (...)

8Depuis l’avènement d’une certaine pensée unique et d’une soi-disant fin de l’histoire, nous vivons, comme dirait John Saul, sous la tyrannie d’un vocabulaire qui occulte de plus en plus les réalités derrière des écrans de mots passe-partout7. Plus inquiétant, nos réflexions et théorisations elles-mêmes sont sournoisement contaminées par nombre de concepts et de conceptions relevant de la plus pure fausse conscience, au sens marcusien du terme8, nous faisant confondre intérêt général et intérêt immédiat, bonne santé du capitalisme financier et bien-être de la société.

9Il ressort en effet de la fausse conscience que d’en arriver ainsi à confondre ce qui s’ajoute dans les comptes bancaires privés des faiseurs de profits et amélioration de la qualité de la vie pour tous. Si le capitalisme néolibéral avancé est « la fin de l’histoire », alors nous assistons aussi à la fin de l’éthique ! Selon la définition qu’en donne Aristote dans L’éthique de Nicomaque, l’éthique consiste bien dans la « recherche du bien-être de soi et des autres, et des moyens d’y parvenir ». Que reste-t-il de cela dans l’individualisme forcené de la concurrence et de la compétitivité tous azimuts, véritables éloges permanents du tous contre tous ?

  • 9 La formule est de Harry Braverman (Travail et capitalisme monopoliste, Paris, Maspero, 1974) et vis (...)
  • 10 Voir C. Bourcier et Y. Palobart, La reconnaissance, un outil de motivation pour vos salariés, Paris (...)
  • 11 Une bonne idée de l’ampleur du cynisme dont je parle ici est donnée par le livre, ô combien évocate (...)

10En ces temps de compressions et de mégafusions à tout va, où les dieux argent, profit et indices boursiers passent avant tout, et où l’ensemble des autres facteurs, depuis le citoyen jusqu’à l’employé et la nature, ne sont plus que coûts à réduire, peut-on m’en vouloir de ne plus adhérer aux diverses et nièmes « tentatives de “fluidifier” la machinerie de la rentabilité9 », y compris, même à son corps défendant, celle dite « de la reconnaissance10 » ? Parler d’éthique du business et de reconnaissance du travailleur, en management, en GRH, si ce n’est même dans certains milieux syndicaux, relève, dès lors, soit du dogmatisme idéologique, soit de l’ignorance, soit de la mauvaise foi, soit du cynisme11. C’est en arriver à devenir, pour reprendre une célèbre formule de Henri Bergson, « des esclaves qui s’acharnent à être les plus ardents défenseurs de l’esclavage », ou, peut-être plus exactement, de bons apôtres qui invitent les esclaves non seulement à accepter, mais à défendre leur esclavage.

11Devant les graves questions que posent quelques « réalités économiques » que je vais invoquer, ne sommes-nous pas, dans les milieux du management, en train de devenir à notre tour des défenseurs de l’indéfendable, des pourvoyeurs de raisons pour accepter l’inacceptable, pour supporter l’insupportable ? Prenons quelques exemples.

12En 1998, après le passage du terrible ouragan qui a ravagé l’Amérique centrale, la compagnie Chiquita, filiale de la multinationale United Brands, qui exploite la banane, notamment au Honduras, a en toute bonne conscience licencié pour deux ans (le temps que les bananiers repoussent) dix-huit mille travailleurs. Ces travailleurs étaient payés cinquante dollars par mois et environ cent mille personnes dépendaient de leurs salaires pour vivre.

  • 12 Le tout publié en gros titre et en première page des principaux journaux canadiens. Je suis sûr que (...)

13Une des plus grandes entreprises du Canada, qui a réalisé et continue de réaliser des milliards de profits, annonce qu’elle envisage la mise à pied de dix mille employés afin de doubler ses profits et pouvoir faire face à la « mondialisation », à la « compétitivité », aux « lois du marché libre »12.

14Environ quatre cent mille emplois sont perdus, en moyenne, chaque année, depuis dix ans, dans les pays les plus nantis. Pays qui totalisent à présent (OCDE) près de quarante-cinq millions de chômeurs. Les annonces de gigantesques fusions dans tous les secteurs, avec leurs cohortes de chômeurs, se succèdent, partout, à un rythme soutenu. De plus en plus, aucune de ces entreprises n’affiche autre chose que des profits ni n’annonce autre chose que des mises à pied colossales (plusieurs dizaines, sinon centaines au total, de milliers sont déjà plus ou moins avouées dans chacune des fusions des pétrolières en cours : Total-Elf, Exxon-Mobil, BP-Amoco) pour, dit-on – nouveau langage –, mieux assurer la « synergie » des nouvelles activités postfusions.

  • 13 Pour la première fois, je crois, on avouait à la face du monde que le standing de vie des citoyens (...)

15Au sommet sur l’environnement de Rio de Janeiro, le président des États-Unis, George Bush, refusait de signer la résolution sur le respect de la diversité de la biosphère (résolution sur la nécessité de planifier l’arrêt de la pollution industrielle à l’échelle mondiale), en invoquant, avec un aplomb et un culot inouïs, « la non-négociabilité du standing de vie des Américains13 » !

  • 14 Selon la belle formule de l’économiste Bernard Maris (Lettre ouverte aux gourous de l’économie qui (...)
  • 15 Je prie le lecteur de s’éviter à lui-même les scabreuses « comparaisons-argumentations » qui consis (...)

16Si tout cela veut dire quelque chose, c’est – qui oserait le contredire ? – que les lois de l’argent et du capital (re)devenu sauvage (tout au moins, on verra les nuances plus loin, celles du capitalisme financier maximaliste) font aujourd’hui que le profit ne se réalise et ne se maintient pratiquement plus que sur la spéculation, le chômage et la pollution14. Mais on continue de marteler, même dans les institutions universitaires, qu’argent et capital (et leurs « lois » du profit maximum à tout prix) sont là pour le bien-être général15.

  • 16 Voir O. Aktouf, La stratégie de l’autruche rationnelle, PUL et Économica (à paraître).

17Mais reprenons quelques-uns des termes et concepts centraux en management-économie, sans cesse brandis comme des justifications indiscutables de l’ordre de la pensée unique (à l’instar de cette grande entreprise canadienne dont je parlais à l’instant), et voyons quelles sortes de « réalités » se cachent, en fait, derrière des affirmations qui relèvent bien plus du bricolage idéologique justifiant l’ordre dominant, que de la science16. Commençons par les notions de mondialisation et de compétitivité.

  • 17 Voir les différents rapports du club de Rome, en particulier ceux intitulés Halte à la croissance ( (...)

18Le folklore et le bricolage conceptuel veulent que la mondialisation soit une sorte de fatalité, aussi naturelle, incontournable et mystérieuse que le marché. Elle oblige, sans appel, l’ensemble des humains à soudain s’acharner à devenir plus compétitifs les uns que les autres. C’est-à-dire à se mettre à tout produire toujours plus vite et en plus grande quantité par unité de temps que le voisin. Une véritable spirale de fous qu’on dénomme « loi » de la croissance indéfinie des rendements économiques (il va de soi, pour tout économiste qui se respecte, et pour tout un chacun, qu’une économie n’a de sens que si elle croît sans arrêt). Tout un chacun et tout économiste devrait aussi savoir que, selon les lois élémentaires de la physique, de la biologie et de la thermodynamique, rien, dans notre univers terrestre, ne saurait croître indéfiniment sans dégâts graves (comme le cancer, seul phénomène à croître pour croître)17. Mais qu’importe. On nous présente tout cela comme étant le destin inéluctable de l’espèce humaine. Les dieux marché, profit et concurrence imposent, répète-t-on inlassablement, leurs immanentes et incontournables « lois »…

  • 18 Ces pays, rappelons-le, sont classés comme étant « ceux qui réussissent le mieux » par J. K. Galbra (...)
  • 19 Voir entre autres M. Albert, Capitalisme contre capitalisme, Paris, Seuil, 1991 ; O. Aktouf, Le man (...)

19Il convient tout d’abord de savoir que, dans ces discours (reconduits sans discernement ni réserves par les milieux du management), on agit, implicitement tout au moins, comme s’il n’existait qu’une seule forme de marché et de capitalisme : le marché et le capitalisme à l’américaine, prioritaires sur tout, tout-puissants, autorégulés, spéculateurs-financiers, de court terme et indéfiniment maximalistes. De nos jours, il est non seulement mensonger de tenir de telles positions, mais à la limite cela relève de la malhonnêteté intellectuelle ou de l’ignorance pure et simple. Qui, en effet, un tant soit peu informé, pourrait laisser entendre que des socioéconomies aussi constantes18 que celles du Japon, de la Corée du Sud, de l’Allemagne, des pays scandinaves, relèvent de la même logique – et donc des mêmes réalités – que les économies du reste du club des pays nantis, notamment les USA ? Leur marché est loin d’être autorégulé, livré à lui-même, et l’argent, le capital et le profit sont loin d’y être les priorités et les rois absolus19. De quel « marché » et de quelles lois nous rebat-on donc les oreilles ?

20Pour l’instant, revenons à la mondialisation et à ses définitions. Là aussi règnent le folklore idéologique et les préjugés les plus invraisemblables. Quelle est donc la réalité que cache cette fatalité – souffrant d’une inflation sémantique sans précédent –, dénommée mondialisation, globalisation ?

21Disons, en très bref et en très clair, qu’il ne s’agit de rien de moins que d’une simple guerre des prix généralisée, organisée à l’échelle de la planète par les puissances financières et industrielles qui en ont l’envergure et l’intérêt. Comment et pourquoi ? La réponse est à la fois simple et complexe, mais allons au plus simple. Sous les assauts répétés, depuis les années soixante-dix, des produits et services à rapports qualité / prix / performance de plus en plus imbattables, venus des pays nordiques de l’Europe et de l’Asie du Sud-Est, les entreprises des pays du capitalisme financier maximaliste de court terme (en premier lieu les États-Unis), se sont retrouvés démunis. Car rien, dans leurs théories et pratiques (dominantes) en économie-

  • 20 Il convient de distinguer soigneusement productivité de rentabilité financière. On y reviendra. À t (...)

22management ne leur permettait ni de comprendre ni encore moins de réagir adéquatement pour rattraper des retards de productivité / qualité qu’ils accusaient face aux pays du capitalisme industriel productif de long terme20. Les conceptions économiques liées au capitalisme maximaliste n’admettent en effet que des critères de rentabilité financière de court terme (les fameux bottom line et quarterly report) volontiers confondus avec des critères de productivité. La réaction a donc été à la mesure de ce type de critères : au lieu de se demander pourquoi les produits et services nippo-rhénans se vendent toujours plus et mieux, on s’est demandé pourquoi on perdait de l’argent et comment cesser d’en perdre. C’est alors que, dans les théories économiques et managériales dominantes, l’ensemble de l’univers (hors capital et actionnaires) s’est transformé en coûts à combattre et à réduire.

23Lorsque la qualité /productivité est ainsi confondue avec rentabilité financière maximaliste de court terme, il ne reste alors que deux façons de réagir : organiser la spéculation avant l’amélioration de la production et couper tous azimuts pour abaisser la structure des coûts. Espérant ainsi battre Suédois, Japonais, Coréens, Allemands… par la seule baisse des coûts de revient et des prix.

  • 21 Les exemples sordides ne manquent pas, particulièrement en Amérique du Nord, où maints scandales se (...)

24Pour ce qui est de la spéculation, nul n’ignore les records de profits sans précédents affichés par les banques et les institutions financières ces dernières années de même que les désastreuses courses aux offres hostiles d’achat, aux redressements d’entreprise, aux fusions, aux privatisations (pour revamper par des mesures cosmétiques, et revendre au plus vite avec pour seul objectif de maximiser la différence entre prix d’achat et de revente d’organisations devenues vulgaires marchandises)21.

25Ce que l’on appelle mondialisation et globalisation n’est rien d’autre que la conséquence d’une impitoyable guerre des prix, organisée principalement aux dépens du coût-ennemi par excellence du capitalisme financier : le travail !

  • 22 N. Aubert et V. De Gaulejac, Le coût de l’excellence, Paris, Seuil, 1992. Je me permets de renvoyer (...)
  • 23 Mécanisme de défense bien connu en psychanalyse (largement présent dans les milieux totalitaires, t (...)

26Mais il y a là un grave problème : pour la survie même de ce capitalisme, les règles de la compétition mondiale imposent de disposer d’une main-d’œuvre loyale, disponible, sans cesse mobilisée, inventive, créative, hyper-productive, à tous les niveaux. C’est ce que Bourcier et Palobard et autres adeptes du « management par la reconnaissance », dénomment l’intelligence à « reconnaître » chez l’employé. Et les traditionnelles recettes du post-taylorisme ne suffisent plus. Les cultures et symbolismes des organisations, les gestions par la qualité totale, les gestions stratégiques des ressources humaines et autres théories de la manipulation, comme diraient Aubert et De Gaulejac, « de la subjectivité et de l’énergie libidinale des employés » ont vite fait de donner tout ce qu’elles pouvaient, c’est-à-dire à peu près rien22. Mais la logique du court terme, la rationalité instrumentale de la machine à profit maximal continuent, inexorables, à broyer le peu qu’il reste d’humain-coût dans nos organisations, le réduisant à un rôle de servant de mécaniques ou de processus informatisés, générateurs infatigables de plus-value financière. Tout en criant haut et fort que ce même humain est à « reconnaître » comme « capital le plus précieux » des organisations. Nos sociétés, du moins leurs dirigeants, en sont à parler un langage sinon proprement schizophrène, du moins valant son pesant d’or de formation réactionnelle23 !

  • 24 E. Mounier, La petite peur du XXe siècle, Neuchâtel, La Baconnière, 1959.

27Les faits les plus évidents montrent désormais que Emmanuel Mounier, contrairement à des Friedmann et des Naville, s’est complètement trompé : « le machinisme avancé » ne conduit pas du tout « l’homme à se spécialiser dans l’humain24 », comme le répètent ad nauseam de façon bien moins poétique bien des gourous d’aujourd’hui, vantant la philanthropie du « progrès technologique » qui débarrasserait l’humain de multiples et fastidieuses tâches idiotes et répétitives. Les résultats les plus visibles de ce « progrès » montrent qu’il conduit plutôt les machinistes en chef du capital à se spécialiser dans l’antihumain, sinon dans l’inhumain. Pour l’instant et jusqu’à preuve du contraire, c’est l’exponentielle élimination de l’homme-coût qui continue (jusqu’à quand ?) à servir de solution à l’incroyable – et totalement antinomique – équation : profits égalent nécessité et élimination des hommes dans les organisations. On en est, le plus sérieusement du monde, dans les plus récents travaux en « gestion des ressources humaines », à se poser le problème de la motivation et de la rentabilisation de ceux qu’on dénomme « survivants », ceux qui survivent aux compressions, et qui doivent, jusqu’à épuisement total, faire le travail de tous ceux qui disparaissent autour d’eux, tout en cachant les multiples symptômes de leur stress et de leur détresse, et tout en évitant initiatives et tentatives de créativité par peur d’être dans les « prochaines charrettes » si on se fait remarquer, si on échoue en prenant des risques.

28Quelle reconnaissance pourra bien venir à bout du désespoir qui s’empare désormais de ces cohortes, toujours plus nombreuses, de survivants réduits à baisser tête et bras et à raser les murs de l’organisation ? Viendra-t-elle lorsque le capitalisme financier cessera sa guerre des prix ? Hélas ! pour l’instant, les fondements mêmes de ses mécanismes de survie (et, a fortiori, de prospérité) sont gravement ébranlés dans leurs assises économiques. Examinons-en, très brièvement, seulement deux : l’amortissement et le lien croissance-intérêts financiers.

  • 25 Je ne peux discuter cet aspect dans le cadre du présent travail, mais j’en traite largement dans La (...)
  • 26 J. Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, Paris, Payot, 1979.

29Dans la théorie, l’amortissement est un des facteurs centraux sur lesquels s’assoit le début de toute rentabilité, et la signification de tout calcul comptable, financier ou économique. Or, en plus de la très épineuse question de la validité de cette notion comme mesure réelle de quoi que ce soit (sans parler de sa validité comme mesure scientifique, donnant lieu à des calculs considérés comme tels, puisqu’on n’hésite pas à parler de « sciences comptables » et de « sciences financières »25), se posent deux questions, aujourd’hui cruciales, à propos de ce concept : l’une, que posait déjà, presque directement, Joseph Schumpeter, concerne l’accélération de « la destruction créatrice » ou obsolescence rapide planifiée26 dont le capital a un besoin crucial et exponentiel pour continuer à être maximaliste ; l’autre concerne la « ressource humaine » elle-même, puisque de plus en plus de discours appellent à la considérer désormais comme un « investissement ».

  • 27 On sait par exemple que, dans les secteurs de l’industrie mécanique de pointe, le coût fixe par pos (...)

30Disons ici, sans trop entrer dans le détail ni dans les subtiles nuances de raisonnement qu’une telle analyse appellerait, qu’il y a deux graves contradictions à affronter. Premièrement, comment asseoir une part (habituellement substantielle) des bases de prospérité de l’entreprise sur l’amortissement de ses actifs quand les actifs deviennent sans cesse plus rapidement dépassés, au point que, pour leur partie automatisée ou informatisée, l’obsolescence bat de vitesse les amortissements les plus audacieux ? Est-il alors étonnant de voir les décideurs se tourner vers le seul facteur de production encore et toujours compressible : le travail ? Comment brisera-t-on ce cercle vicieux ? Car les manques à gagner dans la course au rattrapage technologique qui gruge le traditionnel amortissement doivent absolument être reportés sur d’autres facteurs, surtout quand on veut demeurer maximaliste pour ce qui est des profits27.

31Deuxièmement, comment, en termes comptables et financiers, traiter la ressource humaine en investissement quand on sait que, dans le mode de traitement actuel, tout investissement n’est comptabilisé que de façon à être amorti ? Serait-ce à dire que l’être humain deviendrait dans l’organisation un facteur dont la valeur (résiduelle) s’abaisserait proportionnellement au temps qu’il y passe ? Comment reconnaître l’expérience et la bonification avec le temps d’un tel investissement si nos systèmes de comptabilité ne peuvent que l’amortir ? Un problème théorique de même nature se pose d’ailleurs tout autant si on se mettait à vouloir traiter l’homme comme un actif.

32Par ailleurs, et sur un tout autre terrain, se pose un très grave problème de réalité économique touchant à la condition de base élémentaire, préalable à toute idée même de reconnaissance : celui de la difficulté grandissante de la cohabitation de la croissance économique et des profits-intérêts des milieux d’affaires et financiers. Comme chacun sait, en principe, dans toute théorie économique la croissance est synonyme d’augmentation d’emplois. Toute reprise de croissance est donc l’annonce d’un recul du chômage, d’une « création » d’emplois. Or, recul du chômage et augmentation de l’emploi sont aussi menaces d’inflation. C’est alors que l’on assiste à l’aberration suivante : les milieux d’affaires et financiers (bourses, places financières, financiers, actionnaires…), anticipant une hausse des taux d’intérêts (réaction immédiate des banques centrales à toute crainte d’inflation) qui voudrait dire attraction de l’argent et de l’épargne disponibles vers les banques, vont se mettre à vendre titres et actions, par crainte de voir les prix chuter. À quoi assiste-t-on alors ? Tout simplement à une réaction des milieux financiers qui, en réalité, contrecarre tout signe de réelle reprise économique ! Et la raison en est évidente, dans le cadre de la logique du profit maximal-court terme : la menace de baisse de valeur des titres et actions fait pointer le spectre de la sous-capitalisation, de la chute des dividendes, spectre dont l’antidote s’appelle rationalisation des effectifs, restructurations et compressions ! Au bout du compte, toute « création » d’emplois est immédiatement contrée par des mesures de réingénierie et des plans sociaux consécutifs aux réactions anti-inflationnistes des milieux financiers.

33L’argent et le profit financier se comportent ainsi en ennemis irréductibles de l’augmentation de l’emploi ! Tout processus de reconnaissance n’en est-il pas ainsi sapé en ses fondements mêmes ? (J’invite ici le lecteur à patienter encore quelques lignes avant de penser à « la » contre-argumentation qui consisterait à invoquer le « modèle » ou le « miracle » des États-Unis, où « le taux de chômage serait au plus bas »…) La première de toutes les reconnaissances – comme il est stipulé dans bien des grands textes fondateurs de projets de société – n’est-elle pas le droit à la dignité par le travail ? Que vaut toute autre reconnaissance du citoyen-travailleur, sans un minimum de celle-là ?

34On voit fort bien, à ces deux seules remarques touchant à deux réalités économiques élémentaires, combien il est aussi malaisé que cynique et anti-éthique de parler de reconnaissance. Mais allons plus loin, et un peu plus en profondeur quant aux réalités économiques dans lesquelles notre reconnaissance des mérites du labeur de nos semblables doit se mouvoir.

35Une de ces réalités, parmi les plus criantes, est la précarité dans laquelle de plus en plus de citoyens sont plongés. Comment veut-on rendre efficace et opératoire une reconnaissance qui s’exerce pour ainsi dire in vitro et per se, ignorant (et de toute façon n’y pouvant rien) toutes les privations et les frustrations que subissent les travailleurs en tant, déjà, que citoyens, parents, étudiants, usagers des services publics, devant les invraisemblables compressions et privatisations qui sévissent partout ? Un citoyen mal éduqué, mal transporté, mal logé, mal soigné, mal diverti, mal reposé, peut-il être un travailleur serein, galvanisé, innovateur, créatif, par les seules vertus de la reconnaissance managériale en total vacuum social ?

  • 28 Une enquête rapportée par la presse américaine en 1997 révélait que 80 % des citoyens n’avaient plu (...)

36Nous touchons là un point qui devient désormais un grave sujet de préoccupation dans les milieux du management et de la politique, solennellement évoqué avec grande inquiétude, en son temps, par le secrétaire au travail de Clinton, Robert Reich : le problème de la loyauté de l’employé envers l’entreprise et ce qu’elle représente. Loyauté qui, d’après Reich, est dramatiquement érodée par l’ampleur du fossé entre les discours du néolibéralisme (et de ses zélés adeptes, PDG et financiers) et le sort concret sans cesse préoccupant que vivent les citoyens-travailleurs28. Comment, en effet, espérer les retours attendus de la reconnaissance, lorsque la confiance « dans le système » est à ce point laminée par la quasi-certitude que porte tout un chacun d’être le prochain sacrifié du prochain plan social, d’être l’indispensable victime pour le maintien (pis, pour l’accroissement) du profit et des privilèges des dominants ?

  • 29 Données tirées de W. Wolman et A. Colamosca, The Judas Economy : The Triumph of Capitalism and the (...)

37Pour bien mesurer l’ampleur de ce danger – et le bien-fondé de l’inquiétude du secrétaire au travail américain –, examinons rapidement quelques chiffres bien révélateurs de la vraie nature du sempiternel modèle américain, partout invoqué29 :

  • les salaires réels n’ont pas augmenté depuis 1973 ;

  • la croissance du revenu familial, malgré l’allongement de la semaine de travail et le nombre plus grand de travailleurs par famille, stagne à son niveau de 1989 ;

  • seuls les 5 % des revenus familiaux les plus élevés ont crû de 7 % entre 1989 et 1994 ;

  • les 10 % les plus défavorisés ont vu leurs revenus baisser de 10 % entre 1977 et 1987 ;

  • le revenu des 10 % les plus nantis s’est accru de 25 % ;

  • celui des 1 % les plus élevés de la même catégorie a augmenté de… 74,2 % ;

  • le salaire des PDG des 360 plus grosses entreprises a crû de 92 % entre 1990 et 1995 ;

  • par rapport à 1990, le salaire moyen des PDG s’est accru de 1,8 million de dollars par an, tandis que celui des employés s’est accru de… quatre mille dollars ;

  • en 1992 déjà, 1 % de la population détenait 50 % des actions, 63 % des obligations et 61 % du capital des entreprises ;

  • 10 % de la population possède 87 % des actions, 92 % des obligations, 92 % du capital des entreprises ;

  • pendant que les salaires ne bougent à peu près pas, durant la période 1990-1996, les marchés boursiers connaissent des records de hausses ;

  • le taux d’employés couverts par une retraite d’entreprise a chuté de 75 % en 1988 à 42 % en 1994 ;

  • le taux d’employés couverts par une assurance-maladie est passé de 60 % à 45 % pour la même période ;

  • en 1994, le bénéfice des grandes entreprises croît de 40 %, pendant qu’elles éliminent près de 520 000 emplois ;

  • par les effets combinés de l’emploi précaire, de la faiblesse du salaire réel, du temps réel de travail rémunéré… on en arrive à la « création » de centaines de milliers d’emplois qui donnent, annuellement, un revenu inférieur au seuil de pauvreté ;

  • huit minutes de criminalité à New York équivalent à une année entière à Tokyo ;

  • en 1998, Amnesty International classait les USA sur le même plan que… la Chine et Cuba pour le non-respect des droits humains (à cause notamment des effets, souvent monstrueux, du racisme envers les non-Blancs)…

38Avouons qu’il y a là de quoi considérablement relativiser et le modèle et le miracle américains. Si l’on compare les miracles américain, anglais, néo-zélandais, argentin (au sujet duquel un journaliste titrait récemment : « miracle économique sur fond d’appauvrissement social généralisé » !), on ne peut que constater l’ampleur grandissante du fossé qui sépare (autant à l’échelle des nations qu’à celle des individus) les nantis des démunis, les riches des pauvres, les dirigeants des employés, les intérêts de la finance de ceux du travail et de ceux de la nature elle-même (puisque toute mesure écologique est considérée comme une intolérable entrave régulationniste).

39Il n’y a, en fait de réalités économiques aujourd’hui, que celles qui tendent – en tout paradoxe par rapport aux discours managériaux à la Harrington – de plus en plus à abaisser le niveau réel de reconnaissance du facteur travail. Nous verrons que des solutions existent… mais qui en veut vraiment ?

La fin de quelques grandes mystifications

  • 30 On touche ici à un problème de grande profondeur et de grande importance quant à ce que sont devenu (...)
  • 31 Simultanéité dont témoignent les parutions quasi synchronisées des ouvrages de C. Bourcier et Y. Pa (...)

40Nous voilà donc, dans les dernières modes managériales, à parler de la nécessité d’instaurer des mécanismes de reconnaissance de l’employé et de ce qu’il fait, ce qui revient, en toute logique, à poser le problème de son identité, de son existence même30. C’est un peu comme si on redécouvrait, près de soixante ans après Mayo, « le facteur humain » dans le lieu de travail, et cela simultanément des deux côtés de l’Atlantique31.

41Le spectaculaire ancêtre de cette découverte a été, on le sait, le célébrissime effet Hawthorne mis au jour par le non moins célèbre groupe d’Elton Mayo, des universités Harvard et du Michigan, au sortir de la grande dépression de 1930. Le contexte économique contemporain ne rappelle-t-il pas ces circonstances ? Que comporte-t-il de particulier – autant dans la réalité que dans les théories – qui puisse soutenir, fonder, ou au contraire saper la base de cette nouvelle consécration de la reconnaissance comme issue à l’impasse, prévisible et annoncée, de l’entreprise de l’excellence et de la réingénierie ?

  • 32 A. Jacquard, J’accuse l’économie triomphante, Paris, Seuil, 1997.

42Avant d’aller plus directement dans mes tentatives de réponses à ces questions, je voudrais proposer une brève analyse de quelques grandes mystifications séculaires qui nous imposent une certaine vision des faits économiques, mais qui, désormais, sont bien obligées de mettre bas les masques. Ainsi, le directeur général du FMI, c’est-à-dire le penseur en chef des économistes qui dirigent les affaires de la planète, a doctement déclaré que la crise sans précédent qu’a connue le Mexique après son entrée dans l’ALENA « était inexplicable parce que crise de type vingt et unième siècle » ! Si l’économiste en chef d’une institution telle que le FMI n’a rien d’autre à dire sur un tel événement, il ne reste que deux explications : ou il ne sait plus de quoi il parle, ou il se moque de nous ! Bien sûr, on a avancé la « réaction imprévisible des marchés », la culpabilité des « capitaux volatiles »… Mais, comme le dit Albert Jacquard32, ce genre d’argument relève d’incantations aussi exactes et scientifiques que celles qui consistent à invoquer « la colère de Dieu », ou « la volonté de Manitou ».

43Un rapport (1993) de l’autre institution qui dirige les affaires de la planète, la Banque mondiale, avouait candidement, devant le désarroi grandissant de tous, que « les instruments de mesures économiques sont déréglés ». Et pour cause ! Lorsque, par exemple, le PNB de la France est multiplié par quatre (durant les vingt dernières années), et qu’en même temps le taux de chômage – au lieu de baisser quasi proportionnellement comme le veut la théorie – se multiplie par dix, il y a de quoi se demander si tout, dans le royaume du calcul économique, n’est pas déréglé… Las ! on invoquera « les progrès technologiques » et « la productivité des robots et des machines » qui font désormais grimper les PNB (indice incontestable du bonheur) sans le concours des humains. N’est-on pas justifié de se demander jusqu’où peut aller le cynisme (ou la lucidité, sinon la santé mentale) de ceux qui avancent de telles explications ?

  • 33 Le Dow Jones a mis 88 ans pour franchir la barre des 1000 points, 23 ans de plus pour franchir le s (...)

44Il est tout à fait évident, à voir les records de profits des institutions financières, des marchés des options et des produits dérivés, les records de hausses des indices boursiers33, que nous sommes en pleine économie casino.

45Cela m’amène à un premier commentaire démystificateur, qui ne manquera sûrement pas d’étonner : le capital est, parmi les trois facteurs traditionnels de production (avec les ressources naturelles et le travail), celui qui ne s’est jamais aussi bien porté et, par conséquent, celui qui a couru (historiquement, statistiquement, économiquement), et qui court toujours, le moins de risques réels ! Qu’on y songe un instant ; les grosses fortunes et les grandes compagnies sont toujours là – sous une forme ou une autre –, depuis les débuts du capitalisme industriel (et parfois même bien avant), plus concentrées, plus puissantes et plus riches que jamais (la Baie d’Hudson, Sears, Krupp, Vanderbilt, Rockfeller, Morgan, Rotschild, Bronfman, Seagram, Kennedy…). Mais que sont devenus les régions minières, les forêts, les fleuves, les terres, les familles d’ouvriers, leurs descendants qui ont nourri et engraissé ce capital depuis les deux derniers siècles ? À seulement voir – sans besoin de savants calculs ni d’indicateurs statistiques sophistiqués – ce qui se passe autour de nous, n’importe où, en termes de concentration sans précédent de richesses d’un côté, et de chômage, de misère, d’exclusion, de pollution, de dégâts infligés à la nature de l’autre côté, peut-on encore décemment soutenir que « le capital prend des risques » ? Risques qui doivent être légitimement rémunérés (bien entendu toujours au maximum) parce que encourus pour le bien de la société, pour la création d’emplois… Qui y croirait encore sans paraître cynique, naïf ou aveugle ?

  • 34 T. Veblen, The Theory of the Leisure Class : An Economic Study of Institutions, New York, Macmillan (...)

46Comme l’écrivait le titulaire de la chaire d’économie de l’université de Chicago des années trente, Thorstein Veblen, le capitalisme financier et ses « entrepreneurs » ne sont en fait que des prédateurs34. Aujourd’hui, ils le sont plus que jamais mais, comme le renard fou dans le poulailler, ils sont en train d’achever de tuer les dernières poules (ou mieux, d’éventrer la poule aux œufs d’or pour maximiser leurs gains) tant les « lois » de leur capital, sans cesse plus sauvages, font prendre de risques – et subir de dégâts – aux deux bulles d’oxygène dont ils tirent leur propre survie : la nature et les travailleurs consommateurs !

  • 35 Voir à ce sujet, et pour bien d’autres exemples aussi édifiants, le chapitre « The Dark Side » dans (...)

47Que penser, en effet, lorsqu’on constate que le PDG de Walt Disney est l’un des mieux payés du monde (plus de trois cents millions de dollars en salaire seulement !), tandis que, tous frais couverts, le tee-shirt « 101 dalmatiens » fabriqué par le même Walt Disney à Haïti ou aux Philippines, revient à 60 ou 70 cents, pour être vendu 20 ou 30 dollars aux États-Unis ? Que penser de IT&T qui retire du Chili, en une année, 4 milliards de profits pour un investissement de 4 millions dans l’industrie du cuivre35 ? Voilà un des principaux et funestes secrets du miracle américain.

48Nous n’avons pas fini de payer (plutôt de faire payer aux plus démunis et à la nature) les conséquences des accords de Bretton Woods et de l’imposition du dollar us comme monnaie de référence universelle. Cela ne fait que mettre les pays les plus faibles dans des situations de dépendance et d’insolvabilité grandissantes. Ce qui limite d’autant la capacité d’exportations des pays nantis vers les pays non développés (ce qui suppose une solvabilité minimale de la part de ces derniers). La loi d’airain « demande globale égale offre globale » fait que ces pays ne peuvent acheter aux plus industrialisés qu’en proportion de ce qu’ils reçoivent pour leurs propres produits ; or, ô étonnement ! il est des économistes pour se féliciter des bas prix « sans précédents » des matières premières et des produits de base !

  • 36 On peut objecter que l’ère de la production de masse était celle du fordisme, que l’on entre dans u (...)
  • 37 Voir, entre autres, les classiques J. O’Connor, The Fiscal Crisis of the State, New York, St. Marti (...)

49Il en va de même pour les consommateurs des pays développés eux-mêmes : ils ne peuvent consommer que l’équivalent de ce qu’ils reçoivent comme travailleurs, ou comme bénéficiaires de prestations publiques, de services sociaux, etc. Une autre loi d’airain s’ajoute, alors, à celle de l’équilibre offre globale-demande globale, celle de la nécessaire adéquation entre production de masse et consommation de masse36. Comment veut-on continuer à produire toujours plus et plus vite (croissance indéfinie et rendements croissants par unité de temps obligent) en réduisant sans cesse le pouvoir d’achat global du travail (par les licenciements, les baisses des salaires réels, l’augmentation de la fiscalité qui s’abat de plus en plus sur lui seul)37 ?

  • 38 Dans C. Bourcier et Y. Palobart, op. cit., p. 15 et 21, c’est moi qui souligne. Notons, en passant, (...)

50On le voit, il est bien des contradictions et des mystifications que l’idéologie dominante en économie-management devra résoudre avant de songer à une réelle efficacité de pratiques telles que celles de la reconnaissance, prise comme outil de gestion isolé du reste du contexte dans lequel, qu’on le veuille ou non, baigne le travailleur-citoyen-consommateur. Cela même si on affirme essayer de « développer une meilleure coopération, de dégager une plus grande créativité […] en misant sur l’existence et le développement de chacun et sur des relations entre personnes libres […] dans un état d’esprit de disponibilité de chacun pour l’autre, pour l’aider à grandir, participer à son épanouissement », et aussi de « s’attacher d’abord à mieux connaître les personnes de son entourage [au travail], témoigner ensuite de leur pleine existence et donner du sens à leur action38 ».

  • 39 Pour plus de détails, voir O. Aktouf, « Management, théorie néo-classique du profit et entropie : u (...)
  • 40 Un des plus grands spécialistes actuels de ces questions, le prix Nobel de chimie physique Ilya Pri (...)

51La première de ces mystifications est celle qui veut nous soumettre au sacro-saint « marché libre » accompagné de ses « lois » que John Maynard Keynes avait joliment décrit comme étant « la moyenne de la sommation de ce que chacun pense que les autres pensent ». Nous avons affaire, avec la notion de marché, tout d’abord, à une violation d’un principe de logique élémentaire : le principe de non-contradiction. Car si, comme on le prétend, le marché est autorégulé (c’est-à-dire à autostructuration induite39), ce qui préside, précisément alors, à sa structuration, relève de mécanismes apparentés à ceux des systèmes chaotiques. Et cela signifie, ipso facto, qu’il ne saurait tout simplement absolument pas être question de lois40.

  • 41 Puisque, par définition, toute « loi » est, dans l’arsenal des sciences « déterministes », un ensem (...)

52Comment, en effet, admettre que le « libre » puisse être fait pour « obéir à des lois » ? Cela reviendrait à dire qu’il s’agit d’un élément qui serait à la fois autodéterminé à tout instant et, à tout instant, guidé par des déterminismes extérieurs à lui41. Il ne saurait, en toute logique, être les deux à moins (et il n’y a pas d’autres solutions) que le marché ne soit le producteur de ses propres lois et, ipso facto, l’esclave de ces mêmes lois qui, une fois produites, lui échappent et le déterminent.

53Il faut donc convenir que nous sommes ici devant une impossibilité logique et épistémologique de taille. Et on ne s’en sortira pas par les invraisemblables multiples réifications du marché, qui peut (on retrouve cela dans toutes sortes de publications, depuis celles de type grand public jusqu’au plus spécialisées) « réagir », « frémir », « frissonner », « s’inquiéter », « s’emballer », « déprimer » et même « parler », puisqu’il est recommandé « d’être à son écoute ». En fait, et il faudra bien s’y résoudre une bonne fois, ce qui est dissimulé derrière les soi-disant lois du marché libre, ce sont tout simplement les lois de fructification et de multiplication maximale indéfinie du capital et du profit unilatéral. Aucun système ne peut produire ses propres lois pour en devenir immédiatement l’esclave. Cela le priverait, tout aussi immédiatement, de son caractère de générateur de ses propres lois.

  • 42 V. Pareto, Manuel d’économie politique, Paris, Larousse, 1906.
  • 43 L. Walras, Éléments d’économie politique pure, Paris, LGDJ, 1976 [1874] ; K. Arrow, Social Choice a (...)

54Par ailleurs, on peut convoquer, pour nous éclairer sur le fait que le marché et la conception individualiste-atomistique de l’économie ne sauraient, en aucun cas, être compatibles avec la moindre idée éthique, quelques grands ténors de l’économie elle-même. Je ne prendrai ici que trois ou quatre exemples, parmi les plus édifiants. Commençons par le fameux « optimum de Pareto42 » qui montre – à fort juste titre – qu’il ne saurait y avoir un gain pour quiconque, en situation d’équilibre du marché, que s’il y a perte pour quelqu’un d’autre. En d’autres mots, cela veut tout simplement dire qu’aucun sou ne peut rentrer dans une poche sans sortir d’une autre. Et quand cela est systématique et unilatéral, cela porte un nom : l’exploitation (la différence avec Marx est seulement que nul n’est besoin « d’équilibre » pour qu’il y ait exploitation). Mais continuons. Parallèlement à Vilfredo Pareto et après lui, il y eut une succession de « théorèmes » jalonnant la construction de la « science » de l’économie, et lui donnant certains de ses prix Nobel aussi célèbres que peu considérés dans ce qu’ils disent réellement quant à la solidité de l’édifice théorique de la pensée économique mettant en avant « le marché » et ses « équilibres naturels ». Il en est ainsi, en particulier, des théorèmes de Léon Walras, de Kenneth Arrow (prix Nobel 1972), de Gérard Debreu (prix Nobel 1983), de Lipsey-Lancaster43

  • 44 Paris, Seuil, 1989.
  • 45 Je m’inspire ici de B. Maris, Des économistes au-dessus de tout soupçon, Paris, Albin Michel, 1990, (...)

55Comme le dit si bien J. K. Galbraith dans son excellent Économie en perspective44, la pensée économique a opéré un glissement idéologique majeur en sautant des classiques aux néo-classiques : celui d’évacuer de son champ toute question éthique (ne plus parler, par exemple, ni de pauvreté ni d’exploitation ni de rapports de pouvoir…) pour concentrer l’attention sur le calcul et la mise en équations des transactions économiques (réduites à leur seul aspect, au fond, de mouvements monétaires, puisqu’il faut monétiser pour calculer). C’est ce qui lui fit prétendre au statut de « science » positive et objective. C’est très exactement à cette tâche que vont s’atteler Léon Walras et ses successeurs45. Celui-ci a trouvé l’équation, l’expression mathématique de « la main invisible » d’Adam Smith, à travers la loi de l’offre et de la demande et l’équilibre général. On peut dire, avec Bernard Maris, qu’il s’agit du « théorème de la main invisible », mais ce qu’on oublie, c’est que, premièrement, Walras croyait à une « mécanique céleste du social » et à l’application des lois de la physique – newtonienne – à l’économie, prémisse épistémologique de taille, aujourd’hui totalement insoutenable ; deuxièmement, Walras n’a jamais démontré que les marchés conduisent à l’équilibre ni qu’ils répartissent les richesses de façon efficace, choses qu’on n’arrête pas de répéter en son nom ; troisièmement, Walras prenait comme image fondatrice du marché la bourse et les boursicotages ; or on sait, exemple parmi cent, le sort qu’un Keynes a réservé à une telle image : la bourse, c’est tout sauf la logique, l’équilibre, le prédictible ; c’est, disait-il, « un perpétuel mouvement de foules » aussi irrationnel qu’incompréhensible et incalculable.

56Kenneth Arrow, lui, va porter un premier coup à la fiction mathématique de « l’équilibre simultané des systèmes de marchés ». Cet équilibre global suppose en effet « un annonceur des prix » extérieur au marché, arbitre aussi désintéressé que « pur et objectif » de la formation des prix, garant de ce que les acteurs ne puissent – hors les « équilibres entre offre et demande » – avoir quelque influence que ce soit. Le « marché » en soi, n’a donc, ipso facto, aucune cohérence, ni concrète ni théorique. Comme l’ont fort bien dit, et écrit, de très grands économistes tels que John Kenneth Galbraith, les prix Nobel Paul Samuelson (en 1970) et Amartya Sen (en 1998), le marché et ses hypothèses d’équilibres ne sont qu’une fiction commode pour les calculs que veulent effectuer les économistes. Et, de toute façon, s’il existe, le marché est une entité qui n’a ni cœur ni cerveau. C’est, au mieux, une somme informe « d’abrutis rationnels » et « d’égoïstes primaires » – en théorie, de concurrence parfaite – ou de « cyniques lobotomisés de la fonction d’utilité » – en théorie, de concurrence imparfaite.

57Gérard Debreu montrera, ni plus ni moins, que « si la loi de l’offre et de la demande se présente bien, alors le problème de Walras a une solution »… mathématique. Rien ne dit, ce qu’espérait Walras, que cette solution consiste à faire en sorte que le marché puisse conduire, naturellement, à l’état d’équilibre, à l’harmonie sociale. Debreu montre en fait, à sa façon, que le marché est un système totalement chaotique, car « s’il existe des équilibres, à moins de tomber dessus, on ne les atteint pas par les mécanismes de l’offre et la demande » ! En d’autres termes, les calculs de Debreu montrent que l’état d’équilibre du marché est des plus hautement improbables… autant que de rencontrer Bouddha ! Accepter, avec toutes leurs conséquences, les travaux d’Arrow-Debreu, c’est en fait affirmer que le modèle de concurrence (parfaite ou non) est une impasse totale. Et, comme l’ajoute Bernard Maris, les économistes le savent depuis au moins vingt ans !

58Enfin, les derniers des économistes marquants « du sérail » que je voulais convoquer ici, Lipsey et Lancaster, eux, ont tout simplement établi que le système de marché relève de la loi du tout ou rien. C’est soit 100 % de marché, soit 0 % de marché ! Car la concurrence est un tout. Ou elle est pure et parfaite ou elle n’est rien ! Il n’existe aucune solution intermédiaire, du genre « aller progressivement vers l’état de marché », formule totalement dénuée de sens, mais inlassablement répétée par les politiciens, le FMI… Lipsey et Lancaster ont bien montré qu’il ne peut y avoir un état de 10 %, 20 % ou 30 % de marché ! C’est immédiatement 100 % de marché parfait ou rien, c’est-à-dire le totalitarisme des riches et des oligopoles. Aussi despotiques que le plus cynique Gosplan.

59Sur quelles bases épistémologiques et conceptuelles sérieuses repose donc encore le discours de « l’économie de marché » ? Comment ce discours peut-il continuer à nier la question éthique fondamentale de la justice sociale sous prétexte de scientificité ?

60De toutes les manières, fiction commode, entité sans cœur ou monde d’abrutis égoïstes rationnels, le marché n’en demeure pas moins, et plus que jamais, dans les discours dominants les plus appuyés, l’institution dont il faut à tout prix sauvegarder la liberté et l’indépendance, tout particulièrement vis-à-vis de l’autre institution – présentée comme pernicieuse, sinon néfaste pour tout ce qui touche à l’efficacité économique –, l’État. Et c’est là un autre aspect de l’immensité de la mystification : si on le conçoit comme une vaste arène de lutte de tous contre tous (compétitivité) et si on le soustrait aux vicieuses « règles » de l’État, alors « le marché » est en mesure de faire le bonheur de tous ! Mais, s’il y a des lois du marché, qui donc les fait ? Et si on l’exempte des règlements des États, sous les règles de qui va-t-on le faire entrer puisque l’un des problèmes de Walras lui-même était cette fameuse question du « crieur des prix » établis hors de toute influence des joueurs, ce porte-voix de l’offre et la demande, cet objectif « huissier » ou « secrétaire général », forcément « hors marché », qui constate le respect de la « bonne règle » et annonce les « points d’équilibre » atteints entre quantités offertes et demandes de produits et services ? Ne plus vouloir de « règles » de l’État, c’est aller vers celles de la « libre » entreprise, bien sûr, c’est-à-dire les règles de la fructification maximale du capital, au détriment de tout le reste, ni plus ni moins. D’où sort-on que ces règles-là sont plus favorables au bien-être général que celles de l’État ?

61Mais ce dont on se rend compte avec effarement, c’est que les règles de prospérité de la libre entreprise imposent de plus en plus la ruine des bases mêmes de sa survie à long terme : l’énergie, les ressources naturelles, les hommes, leurs qualifications, la qualité de la vie… Bien plus grave pour les intéressés eux-mêmes, ces mystifications – sous couvert de soi-disant réalités économiques objectives –, que nous ont imposées les bricolages mathématico-idéologiques néolibéraux, ont non seulement atteint, mais déjà dépassé le seuil du retour de manivelle. Lorsque les bourses et les institutions financières battent des records de rentabilité, que les populations (sans parler de la nature) sombrent par pans entiers dans la précarité et la dégradation accélérées, et que la Banque mondiale avoue mille milliards de dollars de « transactions annuelles d’organisations… criminelles internationales » ! Et surtout, pour ce qui nous intéresse ici, lorsque rentabilité et efficacité deviennent synonymes de minimum d’emplois, de minimum de services aux citoyens, de minimum de frais de formation, de minimum de sécurité du travail et des retraites, de minimum de soins à l’environnement et à la nature… Quels programmes de business ethics ou de management par la reconnaissance pourraient bien remplacer tout cela ? Cela, rappelons-le avec Robert Reich, qui est le socle incontournable sur lequel se construit la moindre des capacités à obtenir du facteur travail un minimum de productivité réelle : la loyauté et l’engagement de l’employé.

62Quoi qu’on fasse désormais, je suis de ceux qui sont de plus en plus persuadés (à travers ce que j’observe dans mes travaux de recherche et de consultation) que le travailleur est (peut-on lui en vouloir ?) en train de considérer l’entreprise et ses employeurs comme des adversaires impitoyables dont il faut, plus que jamais, soutirer le maximum en donnant le minimum, tant que l’on est encore un survivant !

  • 46 Sur ces mystifications, voir La stratégie de l’autruche rationnelle, op. cit.

63Je pourrais allonger encore et encore la liste des « mystifications » que la pensée économique dominante (avec la complicité active de la pensée managériale) a fini par nous imposer comme les vérités premières de nos « réalités économiques » : l’inflation comme soi-disant ennemi du peuple, alors que c’est surtout celui de l’argent ; le PIB comme mesure du développement, alors qu’il ne mesure que des flux monétaires sans distinctions de ce à quoi ils servent : détruire ou construire (en plus de – fort commodément – ajouter artificiellement à la « croissance » des pays soumis aux diktats du FMI, les bénéfices réalisés par les multinationales, ce qui ne se faisait pas du temps où l’on calculait plutôt le PNB) ; le taux de chômage naturel (sic !), qui serait nécessaire pour mettre les économies à l’abri de la surchauffe et de l’inflation, alors qu’il ne sert qu’à garantir les niveaux du réservoir de chômeurs indispensables au maintien de l’état de dépendance du facteur travail ; la soi-disant nécessité de combattre, à n’importe quel prix, dettes et déficits, en privant toujours plus les plus démunis « parce qu’on ne peut vivre au-dessus de ses moyens », alors qu’en fait, ce sont les entreprises et les plus riches qui donnent le moins aux États et qui leur coûtent le plus (ils payent le moins d’impôts et utilisent le plus tout ce qui est subventionné par l’État : autoroutes, aéroports, universités, musées, parcs naturels…) ; l’affirmation du libre-échange et de l’ouverture des frontières comme sources de croissance pour tous, alors que ce n’est qu’une vaste carte blanche donnée aux milieux financiers multinationaux pour faire ce que bon leur semble là où bon leur semble ; la présentation, partout, des politiques monétaristes et néolibérales comme le salut de tous à long terme, alors que ce n’est que la défense acharnée de l’intérêt à (très) court terme des milieux de la finance internationale (défense des créanciers contre les débiteurs, politiques de taux d’intérêts et de change toujours défavorables aux plus démunis…) ; la croyance, criminellement entretenue, que le profit est une création de richesses, alors que ce n’est, les lois les plus élémentaires de la thermodynamique le montrent sans ambiguïté, que déperdition effrénée d’énergie irréversiblement dégradée46.

Pour une éthique et une reconnaissance de l’humain en business

  • 47 Tiré de M. T. Varron, De l’agriculture, livre I, Paris, Nisard, 1877.

64J’ai fait allusion plus haut à un texte de Xénophon d’une actualité tout à fait étonnante quant à cette millénaire, et si moderne, question de reconnaissance du travail et du travailleur. Qu’on en juge : voici, mot pour mot, ce qu’écrit Xénophon, donnant des conseils aux maîtres de domaines agricoles qui veulent recruter et faire travailler au mieux une main-d’œuvre saisonnière : « Choisissez des sujets propres à la fatigue, au-dessus de vingt-deux ans […]. On juge de leurs aptitudes sur ce qu’ils faisaient chez leur précédent maître. Prenez, pour les diriger, des esclaves qui ne soient ni insolents ni timides ; qui aient une teinture d’instruction, de bonnes manières, de la probité […]. Cette position exige l’intelligence des travaux, car l’esclave n’est pas là simplement pour donner des ordres, il doit montrer ce qu’il sait faire afin que ses subordonnés comprennent que ce sont ses talents et son expérience qui le placent au-dessus d’eux […]. On fera bien de flatter leur amour-propre, en leur donnant de temps à autre quelques marques de considération. Il est bon également, quand un ouvrier se distingue, de le consulter sur la direction des ouvrages. Cette déférence le relève à ses propres yeux, en lui prouvant qu’on fait cas de lui, qu’on le compte pour quelque chose […]. C’est ainsi qu’on leur inspire le bon vouloir, et l’affection47. »

65Le moins qu’on puisse dire est qu’il est bien difficile – et bien mal venu – de ne pas voir dans ce passage l’essentiel de décennies de laborieuses recherches sur le « comportement organisationnel », le « leadership », la « motivation », et même, aujourd’hui, à lire ce qu’en dit Monsieur Harrington (consultant international à succès et très haut dirigeant de IBM pendant quarante ans), la « reconnaissance » !

66Quelle bonne vieille potion que voilà ! Pourquoi en a-t-on perdu la recette ? On le sait, c’est une bien longue – et souvent bien triste – histoire qui répond à cette question : l’histoire de la montée (comme diraient des Max Weber, des Nietzsche, ou de lucides contemporains tel un John Saul) de la « rationalité instrumentale » et de la « calculabilité des actes humains », pour mieux en faire une marchandise vendable et achetable, une ressource, un input quantifiable pouvant aider à dresser (et maximiser) les comptes de bilans et de bénéfices.

  • 48 Pour plus de détails, voit O. Aktouf, « Le management traditionnel et son enseignement, entre casui (...)
  • 49 Voir « De la signification des actes humains », dans la Somme théologique.

67Aristote, le premier, a pressenti le danger mortel que représentait la généralisation de la monnaie avec son cortège de « chrématistique48 » pour la communauté humaine. L’idée même d’éthique, bien être de soi et des autres, ne saurait avoir de sens que communautaire. Le défi que nous lançons insolemment, à travers la conception business-capitaliste de la société, à Aristote et à la Raison, c’est de concilier l’inconciliable : individualisme et éthique. Nietzsche, Marx, Weber, l’ont très bien vu, après Aristote et même saint Thomas d’Aquin49 : les actes humains (donc, et surtout, le travail) sont choses qui s’apprécient (par et pour le collectif), et non qui se mesurent (par et pour l’individu individualiste).

68En fait, c’est Monsieur Harrington lui-même qui nous donne la réponse : on a perdu de vue cette antique potion tout simplement parce que les « trente glorieuses », le plan Marshall, et l’absence de guerre sur le sol américain, ont trop longtemps – et je cite Harrington –, « laissé croire que le succès des firmes [et non de l’économie, car cela voudrait dire – normalement – aussi la société] américaines était dû à leur “supériorité managériale” »… Et Harrington d’ajouter : les modèles de management qui démontrent la vraie réussite orientée vers le vingt et unième siècle, sont bien plutôt (rejoignant de récentes déclarations de l’autre gourou consacré du management, Henry Mintzberg) à voir du côté des Allemands et de l’Asie du Sud-Est… que, insiste-t-il, du côté des États-Unis. Voilà une forme de lucidité sur les réalités économiques et managériales, à laquelle on est très peu habitué de la part d’auteurs américains, et en particulier de la part d’auteurs décrétés gourous dès leurs premières publications !

69Concentrons-nous sur deux aspects comparatifs de ces réalités (« germano-nipponne » d’un côté et « anglo-US » de l’autre) : l’aspect global, touchant aux politiques – et pratiques – économiques et industrielles nationales, et l’aspect plus local, touchant à la démocratie industrielle et aux mécanismes de reconnaissance-valorisation des « ressources humaines ».

  • 50 C’est le moins qu’on puisse dire après l’étonnement que suscite la rapidité avec laquelle ces pays (...)
  • 51 Sans parler des salaires de famine pratiqués par les multinationales au Mexique, au Honduras, en Ha (...)

70Pour ce qui est du premier aspect, il n’échappe à personne désormais, j’en suis sûr, que l’extraordinaire dynamisme des dragons et autres tigres de l’Asie du Sud-Est50 est en très grande partie lié à la proximité et à la façon d’agir du Japon comme « centre économique ». Rappelons brièvement quelques quasi-truismes à ce sujet. L’économie américaine vit sur l’exploitation de presque trois continents et demi51, l’ensemble du continent Américain (y compris Canada et Amériques centrale et du Sud), le continent Africain (les investissements d’entreprises américaines sont plus que jamais présents, par exemple, dans la région des Grands Lacs, le Zaïre, le Sahara algérien… malgré les déchirures sanglantes que vivent ces pays), une partie du Pacifique Sud, et le Moyen Orient (le contrôle, y compris par les armes, du pétrole arabe et persan). Avec à peu près toutes les ressources (ou ce qu’il en reste !) de ces trois continents et demi, les USA produisent la même proportion (environ 15 %) des richesses mondiales que le Japon, qui ne dispose quasiment, lui, pour seule ressource, que de ses citoyens et de leur légendaire discipline, leur sens du collectif, de la méticulosité…

  • 52 Soit dit en passant, ce pays est déjà engagé dans un ambitieux programme de réforme de l’éducation, (...)

71Mais, demandera-t-on, le Japon, lui (même s’il est donné en exemple par les gourous américains les plus en vue), n’exploite-t-il pas de la même façon des cohortes d’esclaves ouvriers sous-payés et hypercontrôlés, de Coréens, de Malais, et déjà de Vietnamiens, par l’exportation (délocalisation, diraient certains) de ses industries ? Certes, il n’est pas question d’idéaliser le pays du Soleil Levant et d’en faire un peuple de samaritains volant au secours de l’humanité. Mais, tout de même, il est bel et bien question d’attirer l’attention sur le fait que le comportement géoéconomique de ce pays et de ses managers se fait selon un sens très profond de leurs propres intérêts bien pensés… à long terme ! Car, premièrement, les investissements japonais dans ces régions ne se font pas dans un souci financier-spéculateur de court terme, mais, bien au contraire, dans un souci de développer un partenariat durable, et des marchés de futurs consommateurs solvables dans toute leur périphérie ; deuxièmement, les investissements japonais dans la formation (à vie !) des mains-d’œuvre utilisées sont sans commune mesure avec tout le reste des pays industrialisés (hors germano-scandinaves) ; troisièmement, enfin, la division internationale du travail planifiée dans la région montre un souci de complémentarité dans un jeu gagnant-gagnant, plutôt qu’une sournoise hégémonie, soi-disant imposée par une logique des avantages compétitifs à la Michael Porter ou à la FMI-Banque mondiale. En effet, il suffit de jeter un œil aux balances commerciales des pays de la « périphérie japonaise » pour s’apercevoir de la vaste complémentarité-intégration des productions spécifiques des uns et des autres, en gros : services pour Singapour, électronique pour la Malaisie, informatique pour Taiwan, industrie mécanique et navale pour la Corée, industries de l’assemblage et secteurs mous pour la Thaïlande, bientôt agro-industrie pour le Vietnam, textiles et dérivés pour les Philippines52.

72Si l’on regarde à présent le second aspect, celui de la dynamique interne du fonctionnement des organisations et de la reconnaissance-valorisation-fiabilisation des hommes, il apparaît tout à fait évident, bien sûr, et en tout premier lieu, qu’il ne saurait en aucun cas être détaché du premier, mais aussi et surtout, il apparaît des conceptions et des pratiques proprement déroutantes pour tout adepte du management traditionnel.

73Comment, en effet, envisager une quelconque efficacité des actions de reconnaissance dans les organisations traditionnelles du capitalisme financier lorsque :

  1. comparés au Japon, à la RFA, à la Scandinavie, les pays du « capitalisme financier » (comme les USA, l’Angleterre, la France…) accusent des différentiels dans les pyramides des revenus moyens (entre les plus bas et les plus élevés) allant de 1 à 23 pour les premiers et de 1 à 110 pour les seconds ;

  2. les couvertures sociales et avantages divers peuvent, toujours au Japon, excéder, souvent, jusqu’à un taux de 70 % ce que préconisent les règlements ;

    • 53 On sait, à ce propos, toute la différence (immense !) avec laquelle ont été traités (par l’État et (...)

    l’emploi et un « droit » garanti (constitutionnellement) en RFA / Scandinavie, et (« par la tradition ») en Corée, Japon53 ;

    • 54 Plusieurs scandales ont récemment ébranlé l’establishment américain devant les « gains » spectacula (...)

    la récente « découverte » du professeur Martin Weitzman du mit : « abolir », comme il le dit, « le salariat », pour… aller vers des formules susceptibles de stabiliser l’emploi par le recours systématique à la variabilité des revenus (de tous ! et… indexés sur les résultats réels de l’économie), est déjà quasiment la règle dans les pays du capitalisme industriel-productif, où les revenus de chacun sont, de fait et de droit, depuis toujours variables, soit à cause du large système de négociation et de redistribution des social-démocraties allemande, danoise, norvégienne, soit à cause de la « tradition », profondément confucéenne, qui « interdit », à moins de perdre la face, de licencier des employés, et a fortiori, tout en conservant (ou pis ! pour conserver, sinon améliorer !) ses propres avantages et privilèges54 ;

  3. le « dernier » des travailleurs est admis (mieux : fermement encouragé) à donner son point de vue, à contribuer à la réflexion, à la stratégie, au management, aux décisions de l’entreprise par comités de codécisions et autres « cercles de qualité » interposés ;

    • 55 On sait qu’au Japon (mais cela est aussi vrai dans la « culture d’entreprise » des autres « tigres  (...)

    les très hauts dirigeants (en particulier au Japon) sont les premiers à admettre qu’ils sont les principaux responsables de tout recul ou de tout échec, et que les « comités directoriaux de savants stratèges » peuvent aussi se tromper en cas de mauvais résultats (et non, toujours, les seuls ouvriers et employés qui revendiquent trop, travaillent mal, ou pas assez, ou pas de la bonne manière)55.

74Une énorme question se pose alors : comment entrer en compétition avec des pays et des organisations-managements qui, comme nous l’ont montré les bases fondamentales réelles de ce qu’on appelle mondialisation, pratiquent à bien plus profonde et plus vaste échelle reconnaissance, valorisation, équité et justice sociale – autant aux niveaux « macro » (politiques économiques et sociales échappant aux échéances électorales) que « méso » (entreprises à but lucratif « libres » mais sous surveillance et sous négociations garantissant, et imposant, un rôle social au capital, ainsi que sa non-ingérence dans les activités touchant à la dignité du citoyen telles que l’éducation, la santé…) et « micro » (co-management et codécisions à tous les niveaux, en plus du partage, par voie négociée, des résultats, bons ou mauvais, parmi tous les protagonistes : employés, syndicats, clients, actionnaires, dirigeants…) ?

75La seule affirmation, désincarnée, de la nécessité de la reconnaissance de l’existence et de la contribution de l’employé suffit-elle ?

76En guise de mot de la fin, je dirais que les solutions existent, elles sont appliquées et applicables mais il y a longtemps que j’ai compris (à force de rencontrer de virulentes résistances) que ce qui était réellement « intransposable » depuis les « managements-cultures » germano-nippo-scandinaves c’était le fait que les très hauts dirigeants pouvaient (comme chez NHK l’un des plus grands groupes de télévision japonais) ne gagner que trois à cinq fois le revenu de leurs employés qualifiés moyens ! Que diraient les vingt-cinq PDG américains qui totalisent à eux seuls, uniquement en « salaires », un milliard de dollars par an ? Que dirait le patron de Walt Disney de voir son ouvrier de Haïti passer de trois dollars par jour à seulement, disons, trois dollars par heure ? que deviendrait, dans ce cas, son « salaire » de plus de trois cents millions de dollars ? Comme je le dis depuis un certain temps, plus j’observe l’Occident du capitalisme financier dominant aller dans ses élucubrations managériales et économiques, plus je suis persuadé de la criante actualité et de la validité des réelles définitions qui conviennent à deux des maîtres mots de cette fin de siècle : ce qu’on appelle « changement » n’est rien d’autre qu’un appel désespéré à faire la révolution dans les modalités du maintien du statu quo, et ce qu’on appelle « science économique » n’est rien d’autre que la théorie de la légitimation et de la justification de l’enrichissement indéfini des plus riches, au détriment des plus pauvres et de la nature.

77À mon sens, si on commençait par reconnaître cela, on aura fait un énorme pas vers l’autre reconnaissance (et son corollaire éthique), celle des deux facteurs vitaux jusque-là criminellement négligés de la production économique : l’homme (et tout particulièrement le salarié) et l’environnement.

Haut de page

Notes

1 Il suffit d’observer ce qui se passe à l’échelle de la planète pour se rendre compte que toutes les « sombres prévisions » concernant les dégâts au-devant desquels se précipite le système capitaliste maximaliste se concrétisent inexorablement : que l’on songe aux Malthus, aux Marx, aux Dumont, ou aux Amin et autres club de Rome ou groupe de Lisbonne. Les ressources et l’énergie sont sans cesse plus coûteuses (en prenant le terme « coût » dans une acception plus globale que sa simple expression monétaire), les chômeurs plus nombreux, le capital plus concentré, la pollution plus incontrôlable, la baisse des taux de profits plus accélérée, la paupérisation générale plus accentuée… Lorsque l’on voit des dirigeants des grandes pétrolières annoncer solennellement « qu’il faudra songer sérieusement à d’autres sources que le pétrole, parce que les jours de cette source d’énergie sont comptés » (Le Devoir, 22 juillet 1999), et qu’un parlementaire français de la droite la plus conservatrice, M. Douste-Blazy, réclame la constitution d’une commission et plaide véhémentement, « tant la situation est urgente » (Journal télévisé, France 2, 23 juillet 1999), pour un plus grand contrôle et une réglementation à l’encontre des fabricants d’automobiles pour le respect des normes environnementales, peut-on encore se dire que seuls quelques « pessimistes irréductibles » ou autres « communistes nostalgiques » s’acharnent à jouer les oiseaux de malheur ?

2 Car, « l’autre capitalisme », celui, entre autres, des pays nordiques de l’Europe et du Japon – qui ressemble d’ailleurs étrangement à la social-démocratie –, se porte tout de même mieux. Bien sûr, on peut arguer que ces pays-là, autant que le sempiternel Japon, ne sont pas sans vivre « des problèmes ». Mais comment expliquer que la force économique de l’Allemagne soit quasi indemne malgré le terrible héritage venu de l’Est ? que Toyota n’ait jamais fait un seul chômeur depuis qu’elle existe ? et que, de l’avis de tous les observateurs, l’ensemble de l’Asie du Sud-Est, y compris la Corée du Sud, se soient déjà sortis de la crise dévastatrice de fin 1998 ?

3 H. J. Harrington, Le nouveau management selon Harrington. Gérer l’amélioration totale, Montréal, Transcontinental, 1997. Mais le prototype, en quelque sorte, en la matière, reste l’ineffable T. Peters et R. Waterman, Le prix de l’excellence, Paris, InterÉditions, 1983.

4 Sur les liens entre aliénation, reconnaissance, mobilisation des ressources humaines en entreprise « postmoderne » et « postfordiste », voir O. Aktouf, « Theories of Organizations and Management in the 1990’s : Towards a Critical Radical-Humanism ? », Academy of Management Review, vol. 17, no 3, juillet 1992, p. 407-431.

5 Pour le lecteur qui ignorerait les « classiques » du management, il s’agit là de travaux de recherche s’étalant des années trente aux années soixante et qui ont « démontré » que le « bon » management est celui qui sait « tenir compte du facteur humain » et de ses caractéristiques socio-affectives, de ses « besoins » d’estime de soi, de sécurisation affective… N’importe quel manuel de management général ou de ressources humaines ou encore de psychologie industrielle en rend toujours compte.

6 Les fameux « besoins » de réalisation, d’estime, de Maslow, les fameux besoins socio-émotifs mis en avant par Mayo, les non moins fameux « facteurs motivateurs » (opposés aux « facteurs hygiéniques », conditions matérielles) de Herzberg… sont autant de façons d’affirmer l’irréductibilité de la satisfaction au travail aux seules dimensions matérielles, tout en posant qu’un seuil minimal de conditions matérielles (le salaire en premier) est indispensable, mais non suffisant.

7 J. R. Saul, Les bâtards de Voltaire, Paris, Payot, 1996. Quant à la « fin de l’histoire », la formule a été mise à la mode par Francis Fukuyama, qui clamait que l’histoire connaît son achèvement avec le capitalisme néolibéral à l’américaine (La fin de l’histoire et le dernier homme, Paris, Flammarion, 1992). Pour la petite histoire, rappelons que l’ouvrage était d’abord une conférence et un article, transformés en un livre commandé et commandité par l’establishment financier américain, qui a assuré à l’auteur tout le soutien médiatique pour en faire un best-seller immédiat (voir l’article bien documenté de Susan Georges, dans Le Monde diplomatique, mai 1993). Sur la pensée unique, voir J.-F. Kahn, La pensée unique, Paris, Seuil, 1997.

8 H. Marcuse, L’homme unidimensionnel, essai sur l’idéologie de la société industrielle avancée, Paris, Minuit, 1968.

9 La formule est de Harry Braverman (Travail et capitalisme monopoliste, Paris, Maspero, 1974) et vise la vogue du « mouvement des relations humaines » comme « fluidification » des rouages « grippés » du taylorisme.

10 Voir C. Bourcier et Y. Palobart, La reconnaissance, un outil de motivation pour vos salariés, Paris, Éditions d’organisation, 1997.

11 Une bonne idée de l’ampleur du cynisme dont je parle ici est donnée par le livre, ô combien évocateur, de C. Dejours, Souffrance en France, Paris, Seuil, 1998.

12 Le tout publié en gros titre et en première page des principaux journaux canadiens. Je suis sûr que, compte tenu de la plus grande tradition « d’États sociaux » existant en Europe, aucune direction d’entreprise (ni aucun journal d’ailleurs) n’aurait eu le cynisme de publier de tels propos. Mais sur le continent nord-américain (celui des plus grandes « démocraties » de la planète) cela se peut !

13 Pour la première fois, je crois, on avouait à la face du monde que le standing de vie des citoyens de la première « puissance-démocratie » du globe était fondé (ce que seuls les tiers-mondistes et les écologistes osaient dire jusque-là) sur la liberté d’exploiter et de polluer que s’étaient arrogée les tentaculaires entreprises américaines.

14 Selon la belle formule de l’économiste Bernard Maris (Lettre ouverte aux gourous de l’économie qui nous prennent pour des imbéciles, Paris, Albin Michel, 1999) : « C’est désormais le chômage qui fabrique le profit et non le profit qui crée de l’emploi. »

15 Je prie le lecteur de s’éviter à lui-même les scabreuses « comparaisons-argumentations » qui consistent à invoquer le « permanent miracle américain », « la chute du Mur de Berlin », ou le « désastre soviétique » pour refuser de voir et continuer à vouloir justifier l’injustifiable. Je me contenterai de le renvoyer à Tocqueville, à Stuart Mill, à Marx, à Schumpeter, à Weber, à Veblen, à Polanyi, à Galbraith, qui écrit, dans Pour une société meilleure (Paris, Seuil, 1997) qu’« un citoyen de l’ex-URSS ou de l’ex-RDA, dans les heures les plus sombres du communisme, n’aurait sûrement pas échangé son sort contre celui de citoyens américains de certains quartiers de Washington ou de New York d’aujourd’hui ».

16 Voir O. Aktouf, La stratégie de l’autruche rationnelle, PUL et Économica (à paraître).

17 Voir les différents rapports du club de Rome, en particulier ceux intitulés Halte à la croissance (1972) et Halte à la croissance, vingt ans après (1993), et l’excellent livre d’Albert Jacquard, Voici venu le temps du monde fini, Paris, Seuil, 1991.

18 Ces pays, rappelons-le, sont classés comme étant « ceux qui réussissent le mieux » par J. K. Galbraith. Pour moi, ils sont « constants » dans leur capacité à être performants, dans la mesure où il convient de cesser de les juger à partir d’événements de court terme tels que l’inflation, la surchauffe, les turbulences financières et monétaires. Ces pays ont su installer et développer des infrastructures technologiques, des assises sociales, des « forces productives » infiniment plus solides, plus productives qu’ailleurs. Il convient aussi de noter et de « mesurer » l’avance considérable (au-delà de tous les clichés folkloriques) prise par ces pays en termes de qualité de la vie, de bonne santé de l’environnement, de contrôle efficace des pollutions industrielles…

19 Voir entre autres M. Albert, Capitalisme contre capitalisme, Paris, Seuil, 1991 ; O. Aktouf, Le management entre tradition et renouvellement, Paris et Montréal, Gaétan Morin et ESKA, 1999 (3e éd.).

20 Il convient de distinguer soigneusement productivité de rentabilité financière. On y reviendra. À titre d’exemple, le magazine American Automotive Journal reconnaissait, dans une de ses livraisons du début des années quatre-vingt-dix, que le retard de productivité de l’industrie automobile américaine par rapport à celle du Japon, tous facteurs réunis, pouvait être estimé à 25 % et était irrattrapable.

21 Les exemples sordides ne manquent pas, particulièrement en Amérique du Nord, où maints scandales se font jour, comme celui qui a frappé d’importantes chaînes de distribution au Canada (Steinberg, Provigo, Métro-Richelieu…) qui employaient des centaines de milliers de personnes, et qui, par la grâce de « redresseurs-killers » (portés par le haut de la vague néolibérale), se sont effondrées après des blitzkrieg de rerentabilisation à très court terme (principalement par le chômage bien sûr) et se sont transformées en opérations forts juteuses pour les « redresseurs » qui ont empoché au passage, avant d’abandonner les bateaux à leur naufrage, plusieurs millions de dollars chacun. Ces affaires sont, bien que fort timidement (car il s’agit d’hommes d’affaires fort adulés et moultement loués pour le bien qu’ils font à la société), de plus en plus dénoncées par certaine presse qui, jusque-là en vain, réclame des autorités l’ombre de l’annonce d’un début de poursuites.

22 N. Aubert et V. De Gaulejac, Le coût de l’excellence, Paris, Seuil, 1992. Je me permets de renvoyer, à ce sujet, à certains de mes propres travaux : Le management, op. cit. ; « Adhésion et pouvoir partagé », Gérer et comprendre-Annales des Mines, Paris, juin 1991, p. 44-57 ; « Theories of Organizations and Management in the 1990’s », art. cité.

23 Mécanisme de défense bien connu en psychanalyse (largement présent dans les milieux totalitaires, tortionnaires, répressifs) qui confine au cynisme le plus insolent et qui consiste à tout simplement affirmer l’inverse total de la réalité des faits : on n’a jamais autant massacré le facteur humain, et on n’a jamais autant clamé son caractère précieux.

24 E. Mounier, La petite peur du XXe siècle, Neuchâtel, La Baconnière, 1959.

25 Je ne peux discuter cet aspect dans le cadre du présent travail, mais j’en traite largement dans La stratégie de l’autruche rationnelle, op. cit.

26 J. Schumpeter, Capitalisme, socialisme et démocratie, Paris, Payot, 1979.

27 On sait par exemple que, dans les secteurs de l’industrie mécanique de pointe, le coût fixe par poste de travail s’est souvent multiplié par un facteur 50 depuis vingt ans.

28 Une enquête rapportée par la presse américaine en 1997 révélait que 80 % des citoyens n’avaient plus confiance ni en l’entreprise ni en les politiciens.

29 Données tirées de W. Wolman et A. Colamosca, The Judas Economy : The Triumph of Capitalism and the Betrayal of Work, Addison Wesley (Mass.), Reading, 1997 ; et de J. F. Chanlat, Management et sciences sociales : plaidoyer pour une anthropologie générale, Québec, PUL, 1998.

30 On touche ici à un problème de grande profondeur et de grande importance quant à ce que sont devenues nos organisations pour l’être humain, lieu quasi exclusif de sens et d’identification. Voir entre autres R. Sainsaulieu, L’identité au travail, Paris, PNSFP, 1977 ; M. Pagès et al., L’emprise de l’organisation, Paris, PUF, 1984 ; C. Dejours, Le travail usure mentale, Paris, Le Centurion, 1980 ; et, surtout, B. Sievers, Work, Death and Life Itself, Berlin et New York, Walter De Gruyter, 1995.

31 Simultanéité dont témoignent les parutions quasi synchronisées des ouvrages de C. Bourcier et Y. Palobard (op. cit.) et de H. J. Harrington (op. cit.).

32 A. Jacquard, J’accuse l’économie triomphante, Paris, Seuil, 1997.

33 Le Dow Jones a mis 88 ans pour franchir la barre des 1000 points, 23 ans de plus pour franchir le seuil des 5000, et… 5 ans pour dépasser les 10 000 récemment !

34 T. Veblen, The Theory of the Leisure Class : An Economic Study of Institutions, New York, Macmillan, 1912, et The Theory of Business Enterprise, New York, C. Scribner’s Sons, 1932.

35 Voir à ce sujet, et pour bien d’autres exemples aussi édifiants, le chapitre « The Dark Side » dans G. Morgan, Images of Organization, Beverley Hills, Sage, 1986.

36 On peut objecter que l’ère de la production de masse était celle du fordisme, que l’on entre dans une ère de « nouvelle économie », mais ce n’est pas tant de la caractérisation d’une époque que je parle que du constat d’un déséquilibre grandissant entre quantité de biens et de services offerts et capacité (en termes de pouvoir d’achat réel redistribué) des populations à les absorber.

37 Voir, entre autres, les classiques J. O’Connor, The Fiscal Crisis of the State, New York, St. Martin’s Press, 1973 ; et A. Minc, L’argent fou, Paris, Grasset, 1990.

38 Dans C. Bourcier et Y. Palobart, op. cit., p. 15 et 21, c’est moi qui souligne. Notons, en passant, que les termes meilleur, mieux… ne sont jamais définis quant à savoir pour qui ? pourquoi ? du point de vue de qui ?

39 Pour plus de détails, voir O. Aktouf, « Management, théorie néo-classique du profit et entropie : une limite thermodynamique à la “libre” entreprise ? », document de travail, HEC, Montréal, 1999 (dans La stratégie de l’autruche, op. cit.).

40 Un des plus grands spécialistes actuels de ces questions, le prix Nobel de chimie physique Ilya Prigogine, ironise, à ce propos, sur le titre même de l’un de ses derniers ouvrages, Les lois du chaos (Paris, Seuil, 1997), en attirant l’attention sur l’énormité de la contradiction épistémologique entre « lois » et « chaos ». N’étant pas possible de développer ici l’explication nécessaire, je renvoie le lecteur intéressé à des travaux tels que ceux de H. Atlan, « Du bruit comme principe d’auto-organisation », Communications, no 18, 1972, p. 21-36 ; R. Passet, L’économique et le vivant, Paris, Payot, 1983, et « Prévisions à long terme et mutation des systèmes économiques », Revue d’économie politique, no 5, septembre-octobre 1987, p. 532-555 ; et surtout à I. Prigogine et I. Stengers, La nouvelle alliance, Paris, Gallimard, 1979, et Entre le temps et l’éternel, Paris, Fayard, 1988.

41 Puisque, par définition, toute « loi » est, dans l’arsenal des sciences « déterministes », un ensemble mesurable, observable, prévisible, reproductible de chaînes causes-effets, qui, à conditions comparables, font aboutir aux mêmes résultats. Or, on le sait, la « science économique » veut être déterministe, puisqu’elle recherche sans cesse des « facteurs » mesurables qui permettraient de « prévoir » le « comportement du marché », de prendre des décisions, sur la base de « prévisions ».

42 V. Pareto, Manuel d’économie politique, Paris, Larousse, 1906.

43 L. Walras, Éléments d’économie politique pure, Paris, LGDJ, 1976 [1874] ; K. Arrow, Social Choice and Individual Values, New Haven, Yale University Press, 1963 ; G. Debreu, Théorie de la valeur, Paris, Dunod, 1959 ; K. Lancaster, « A New Approach to Consumer Theory », Journal of Political Economy, no 74, 1966, p. 132-157.

44 Paris, Seuil, 1989.

45 Je m’inspire ici de B. Maris, Des économistes au-dessus de tout soupçon, Paris, Albin Michel, 1990, et Lettre ouverte, op. cit.

46 Sur ces mystifications, voir La stratégie de l’autruche rationnelle, op. cit.

47 Tiré de M. T. Varron, De l’agriculture, livre I, Paris, Nisard, 1877.

48 Pour plus de détails, voit O. Aktouf, « Le management traditionnel et son enseignement, entre casuistique et chrématistique », Cahiers de recherche, HEC, Montréal, 1996.

49 Voir « De la signification des actes humains », dans la Somme théologique.

50 C’est le moins qu’on puisse dire après l’étonnement que suscite la rapidité avec laquelle ces pays se sont sortis de la crise financière dévastatrice de 1997-1998 !

51 Sans parler des salaires de famine pratiqués par les multinationales au Mexique, au Honduras, en Haïti, aux Philippines, des déversements extérieurs de déchets dangereux non dégradables, des pollutions de toutes sortes, des corruptions à grande échelle…

52 Soit dit en passant, ce pays est déjà engagé dans un ambitieux programme de réforme de l’éducation, et de mise à niveau de ses industries et de sa main-d’œuvre, avec l’aide (et les modèles) de la RFA et du Japon.

53 On sait, à ce propos, toute la différence (immense !) avec laquelle ont été traités (par l’État et par les employeurs), les travailleurs de la sidérurgie, lors de la grande dépression de ce secteur, il y a quelques années, en RFA et au Japon d’un côté, et en Grande-Bretagne, France, usa de l’autre. Voir M. Albert, op. cit., D. Nora, L’étreinte du samouraï, Paris, Seuil, 1989.

54 Plusieurs scandales ont récemment ébranlé l’establishment américain devant les « gains » spectaculaires en stock options et « augmentations » de salaires de PDG qui ont réalisé des exploits de licenciements massifs. Les exemples abondent : IBM, ATT, Scott, GM… Un exemple : le PDG de ATT, après avoir mis à la rue plusieurs dizaines de milliers d’employés en 1996, a vu son salaire tripler (pour passer à 40 millions de dollars) et la valeur de ses stock options grimper (en trois jours) de 11 millions à 15 millions de dollars.

55 On sait qu’au Japon (mais cela est aussi vrai dans la « culture d’entreprise » des autres « tigres » et « dragons »), ce sont les PDG qui annoncent, les premiers, les sacrifices et « auto-sanctions » qu’ils vont s’infliger en cas de mauvais résultats, tout en priant le reste des employés et syndicats de bien vouloir suivre leur exemple !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Omar Aktouf , « Management et reconnaissance », Éthique publique [En ligne], vol. 1, n° 2 | 1999, mis en ligne le 26 novembre 2016, consulté le 29 juin 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2678 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2678

Haut de page

Auteur

Omar Aktouf

Omar Aktouf est professeur titulaire à l’École des hautes études commerciales de Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org