Navigation – Plan du site

Présentation

Christian Arnsperger et Michel Dion

Texte intégral

1Les expériences, sinon les expérimentations, de la déréglementation sont très variées. Elles vont de la sur-déréglementation – où l’État abandonne toute ambition de régulation sociale et s’en remet aux mécanismes spontanés au nom d’une série de lois « objectives » du marché, de l’initiative privée, etc. – à la sous-déréglementation, où les pouvoirs publics (souvent supra-étatiques) tentent de récupérer les rênes d’une activité économique privée libéralisée en lui imposant des méandres bureaucratiques parfois dantesques. En déréglementant, les États « balaient » leurs responsabilités sociales dans la cour des entreprises privées, et celles-ci n’ont pas nécessairement les capacités pour les assumer. En développant des pratiques « éthiques » d’une façon qui colle à la fois à leur culture organisationnelle, à l’image qu’elles veulent projeter et aux impacts de cette culture et de cette image sur leur rentabilité, les entreprises peuvent avoir tendance à restreindre le champ même de l’éthique, et partant l’étendue de leur responsabilité sociale. Cela tend alors à favoriser soit une intervention accrue de l’État – allant parfois dans le sens de la sur-réglementation –, soit une déréglementation accrue. C’est donc, comme on dit, « parfois trop, parfois trop peu ». La voie moyenne, si elle existe, est difficile à définir. Dans les deux cas cependant, les voies extrêmes semblent donner lieu à une suprématie de l’économique sur le social, le tout justifié peu ou prou (au moins par omission) par le politique. L’idéologie de l’État minimum conduit souvent non pas à un mieux-être collectif, mais à la dictature d’une « logique économique » de plus en plus autonome, avec pour couronnement une mondialisation trop peu encadrée par des mécanismes de contrôle délibérés et collectifs. Que l’État intervienne moins, soit. Mais il faut alors choisir avec soin non seulement les champs où cette intervention diminuera – avec les conséquences plus ou moins fâcheuses qui peuvent en découler –, mais également les acteurs sociaux qui devraient être sollicités pour prendre la relève de cet État évanescent.

2Quelle est la place des entreprises parmi ces acteurs ? C’est ici, bien sûr, qu’intervient l’éthique des affaires. Celle-ci acquiert sa pertinence à la faveur d’un fatalisme très hayekien : seuls les agents eux-mêmes, ceux de « la base », seraient à même de gérer en connaissance de cause les domaines que les institutions collectives ont abandonnés. En effet, là où l’État n’intervient plus ou réduit son intervention, ses responsabilités sociales ne peuvent être que « transférées » ou déléguées au milieu en question – bien souvent celui des affaires. L’analyse a depuis belle lurette montré que les marchés ne peuvent par eux-mêmes réaliser la justice sociale. Le laissez-faire économique (celui d’Adam Smith, de John Stuart 6 Mill, de Hayek) a laissé des traces profondes tant dans les budgets nationaux que dans les structures de nos sociétés. Si les responsabilités sociales de l’État sont transférées au milieu des affaires, le laissez-faire ne consisterait-il pas à laisser les entreprises-actrices assumer d’elles-mêmes la portion qu’elles veulent bien assumer – et à leur manière ? Ne nous laisserions-nous pas alors entraîner dans un « laissez-faire éthique », qui n’a pas davantage de chances de succès que l’autre face de la même pièce, à savoir le laissez-faire économique ? Une chose semble dès lors claire : les responsabilités sociales des entreprises, là où l’État prétend à l’impuissance ou se démantèle lui-même, ne peuvent plus être un choix corporatif pur et simple.

3Les mesures de déréglementation ne sont dès lors pas une panacée face aux problèmes économiques, pas plus que les pratiques éthiques mises en place par nombre d’entreprises n’en constituent une face aux responsabilités sociales accrues qui leur incombent de fait. Les unes doivent être jaugées à la lumière des autres : il importe de comprendre les effets croisés que déréglementation et éthique des affaires peuvent avoir l’une sur l’autre. Donner des réponses pleinement structurées à cette interrogation de fond serait aujourd’hui présomptueux. Le champ philosophique, sociologique, juridique et économique qui s’ouvre ici est encore largement en friche. Ni les chantres de la « créativité sociale » ni ceux de « l’autonomie individuelle » ne semblent encore capables de dépasser leurs grandes théories méta-éthiques dont l’appareillage érudit cache mal deux difficultés : d’une part, celle de proposer des médiations concrètes entre individus et communauté (comment individus et entreprises peuvent-ils influer positivement sur un devenir commun « dérégulé » ?) ; d’autre part, celle de saisir les enjeux humains qui relient l’initiative privée et la régulation collective (en quoi les désirs et les motivations profondes des personnes constituent-ils des obstacles à la mise en œuvre de régulations collectives ?). Le chemin de l’analyse et de la réflexion ne fait donc que s’amorcer. Dès lors, notre option a plutôt été de regrouper des textes issus d’horizons disciplinaires et intellectuels divers, et qui puissent stimuler nos lecteurs dans la recherche de son propre « équilibre réflexif », pour reprendre l’expression de Rawls.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Arnsperger et Michel Dion , « Présentation », Éthique publique [En ligne], vol. 1, n° 2 | 1999, mis en ligne le 23 novembre 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2677

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org