Navigation – Plan du site
La petite enfance

Les centres de la petite enfance : soutien aux parents travailleurs ou lieu d’intervention auprès des familles ?

Anne Deret

Résumés

La participation de l’État québécois aux services de garde, tant sur la plan du financement que de l’orientation éducative depuis les nouvelles dispositions de la politique familiale de 1997, est marquée par une orientation de plus en plus importante vers la prévention et l’intervention auprès des familles (particulièrement des familles dites à risque). Cet article rappelle comment cette orientation a pris place progressivement depuis les années 1970 dans les garderies du Québec et montre le rôle de plus en plus important de l’État dans les services de garde.

Haut de page

Texte intégral

L’auteur tient à remercier le CRSHC et le FCAR pour leur soutien financier.

  • 1 M. Kempeneers et M. H. St-Pierre, « Discontinuité professionnelle et charges familiales : le poids (...)
  • 2 J. Jenson, « Les réformes des services de garde pour jeunes enfants en France et au Québec : une an (...)

1Au Québec, les services de garde à la petite enfance ont une histoire récente et une origine fondamentalement communautaire. Au début des années 1970, des parents, principalement des mères, se sont organisés pour être à même de faire garder leurs jeunes enfants pendant qu’ils exerçaient une activité rémunérée ou poursuivaient leurs études. Depuis l’ouverture des premières garderies autogérées à la même époque, l’engagement de l’État dans les services de garde s’est accru considérablement à la faveur de plusieurs changements sociaux. La question de la garde des enfants a pris de l’importance notamment avec l’augmentation de la proportion de mères de jeunes enfants demeurant sur le marché du travail1. Outre le fait que le travail des mères de jeunes enfants est de plus en plus courant, la façon qu’ont les sociétés de définir l’enjeu social de la garde des jeunes enfants évolue2.

  • 3 Mis en place en 1997 par les Nouvelles dispositions de la politique familiale, les centres de la pe (...)

2Avec les Nouvelles dispositions de la politique familiale mises en place en 1997, les parents détiennent les deux tiers des sièges aux conseils d’administration des centres de la petite enfance3. Cependant, les places à contribution réduite (cinq dollars) dans les services de garde s’accompagnent aussi d’une part accrue de l’État dans le financement et dans le fonctionnement de ces services (programme pédagogique commun à tous les centres, fiche d’assiduité des enfants, etc.). Si l’importance des parents dans les services de garde a été clairement soulignée par l’État, l’évolution du rôle des différents acteurs dans les services de garde nous permet d’interroger la place et le rôle des parents dans les centres de la petite enfance. En créant ces centres, l’État québécois ne serait-il pas en train de mettre en place un réseau public de services de garde, lieux privilégiés d’intervention auprès des familles ?

Les années 1970 : les parents garants de la qualité des services de garde

  • 4 J. Bergeron, Les frontières réelles ou imaginées de l’État providence : les politiques familiales e (...)
  • 5 Commission royale d’enquête sur la situation de la femme au Canada, Rapport, Ottawa, ministère des (...)
  • 6 G. Desjardins, Faire garder ses enfants au Québec... une histoire toujours en marche, Québec, Publi (...)

3Dans les années 1970, au moment de l’ouverture des premières garderies communautaires, la garderie est perçue comme un prolongement de la famille. Longtemps, le domaine familial est apparu comme relevant strictement de la sphère privée. À cette époque, l’intervention de l’État auprès des familles n’est pas légitime. Il faut se rappeler que, jusqu’aux années 1960, au Québec, c’est l’Église qui est chargée de la scolarisation des enfants et des adolescents ainsi que des services sociosanitaires. Elle s’oppose à l’intervention étatique dans la prise en charge des enfants notamment parce qu’elle craint que l’intervention de l’État ne détruise les solidarités familiales4. À la suite des demandes de la commission Bird5, les gouvernements commencent à parler des besoins en services de garde même si l’idée que les enfants d’âge préscolaire ont besoin de leur mère pour se développer normalement est encore répandue. La garderie est considérée d’abord et avant tout comme un service social devant s’adresser aux familles les plus démunies et non à toutes celles qui le désireraient6.

  • 7 J. Bergeron, op. cit.

4Dans les premiers temps des garderies, il est donc encore difficile de concevoir que la fonction éducative, sous la responsabilité de la famille et particulièrement des mères, puisse être déléguée. Si la mère d’un enfant en bas âge travaille, l’enfant se fera garder par un membre de la parenté. Il est difficilement envisagé que l’État puisse intervenir dans ce domaine pour prendre en charge ou même pour faciliter la prise en charge des jeunes enfants en dehors de la famille7.

5Pourtant, vers le milieu des années 1960, certaines recherches commencent à renverser la croyance populaire selon laquelle il est néfaste de séparer un enfant de sa mère.

  • 8 R. Cloutier, « La garderie ou la maternelle sont-elles différentes pour l’enfant ? », Revue des sci (...)

6Dans les garderies, le rôle des parents dans l’orientation pédagogique est particulièrement important. Les parents sont les premiers éducateurs des enfants et ils sont surtout les seuls éducateurs qui assurent une continuité dans la vie de l’enfant8. Pour justifier la place des parents, on insiste sur l’importance de la cohésion famille-garderie.

7Étant donné l’accent mis sur la cohésion entre la famille et la garderie dans les années 1970, la communication entre les parents et les travailleuses est perçue comme essentielle au bien-être de l’enfant. Dans les premières garderies mises en place dans le cadre des Projets d’initiative locale et Perspective jeunesse, la formule est fondamentalement communautaire. Parents et personnel sont sur un pied d’égalité.

  • 9 Office des services de garde à l’enfance, La politique des services de garde à l’enfance : bilan et (...)

8Le principe de participation des parents a d’ailleurs orienté tout le développement des services de garde au Québec. L’importance de cette participation est fondée sur l’idée que le contrôle des services de garde par les usagers favorise la continuité entre familles et milieux de garde, continuité qui est un aspect important de la qualité du milieu de garde9.

9Le manque de moyens financiers et les salaires encore très bas des employés font en sorte que les parents sont appelés à exécuter toutes sortes de tâches. Dans les premiers temps, le personnel n’est pas formé, souvent constitué de parents. Il arrive dans certaines garderies que des parents prennent la relève de temps en temps et s’occupent d’un groupe d’enfants pendant qu’une travailleuse s’acquitte d’une tâche administrative.

  • 10 R. Joyal, « L’évolution des modes de contrôle de l’autorité parentale et son impact sur les relatio (...)

10Du point de vue législatif, la décennie 1970 se termine cependant sur l’adoption de la Loi sur la protection de la jeunesse, qui vient définir les devoirs et les prérogatives des parents et de l’État face aux enfants mineurs, marquant une intrusion directe de l’État dans les familles10.

Les années 1980 :
les parents partenaires des services de garde

  • 11 R. B. Dandurand et M. Kempeneers, « Femmes et politiques familiales : entre l’ambivalence et l’impl (...)

11Au cours des années 1980, il devient de plus en plus légitime de confier ses enfants à l’État. Les garderies sont toujours dans une situation financière difficile, mais leur avenir est moins précaire, le gouvernement accorde des subventions de fonctionnement aux garderies sans but lucratif et le nombre de places a sensiblement augmenté. À partir du milieu de la décennie, on
s’attache à élaborer une politi-
que familiale. Tant au gouver-
nement que dans la société, il
est abondamment question des
devoirs de l’État envers les
familles et les enfants. Les pre-
mières mesures adoptées dans
le budget de 1988, même si
elles en étonnent plusieurs par
leur caractère nataliste11, mar-
quent les débuts d’un enga-
gement plus formel de l’État
auprès des familles. L’augmen-
tation du taux d’activité fémi-
nine se confirmant, le besoin en services de garde s’amplifie. Quant à l’alliance entre les parents est les travailleuses, elle prend une forme différente. Le mouvement de syndicalisation des travailleuses prend de l’ampleur et les parents sont davantage vus comme des partenaires des services de garde.

  • 12 G. Desjardins, op. cit., p. 91.


12La création de l’Office des services de garde à l’enfance en 1980 accentue le rôle de l’État dans le réseau. Il deviendra très vite un acteur central pour les garderies même si le personnel et les parents sont inquiets face aux transformations que ce nouvel organisme pourrait apporter. « Il faut dire qu’en 1980 les regroupements de garderies regardent avec suspicion ce nouvel organisme qui vient prendre en main l’organisation des services de garde. On craint l’ingérence de l’État et surtout le développement d’un grand nombre de garderies à but lucratif12. »

13L’adoption du règlement sur les services de garde en garderie en 1983 donnera le coup d’envoi à une tendance qui se confirmera par la suite. Peu à peu, l’Office prendra en effet de plus en plus de place dans les garderies.

  • 13 R. B. Dandurand et M. Kempeneers, art. cité.


14Si les féministes ont manifesté quelque ambivalence au sujet de la politique familiale13, elles ont très tôt demandé des services de garde universels et gratuits. Le gouvernement du Québec devait cependant tenir compte du point de vue des différentes associations familiales, et notamment du Conseil de la famille, qui faisaient des pressions pour que l’aide gouvernementale ne soit pas exclusivement destinée aux familles dont les mères sont sur le marché du travail et qui étaient donc réticentes à voir un réseau de garderies soutenu par l’État se mettre en place.

  • 14 R. B. Dandurand. et F.-R. Ouellette, « Travail des mères, garde des enfants et soutien de l’entoura (...)
  • 15 M. Kempeneers, « Question sur les femmes et le travail : une lecture de la crise », Sociologie et s (...)
  • 16 F. F. Strayer (dir.), La garderie en bas âge. Perspective bio-sociales sur les relations humaines p (...)

15
La délégation de la fonction éducative en dehors du cercle familial devient plus répandue dans les années 1980, même si certains auteurs observent des différences nettes selon les milieux socioéconomiques14. L’augmentation du taux d’activité féminine se confirmant et s’amplifiant avec la crise économique du début des années 1980, la nécessité de la garde des enfants d’âge préscolaire est de plus en plus évidente15. Par ailleurs, « les recherches en psychologie de l’enfant se sont multipliées et on observe une professionnalisation constante du rôle de parents. Les informations scientifiques prennent de plus en plus la place des valeurs traditionnelles. Les questions soulevées par la garde du jeune enfant hors de son milieu familial font souvent référence aujourd’hui aux connaissance scientifiques qui se rapportent aux besoins réels de l’enfant16. »

16Les services de garde ont maintenant une orientation beaucoup plus clairement éducative. Les discours sur la qualité des services offerts se multiplient et de nombreuses études se penchent sur cette question. L’Office des services de garde à l’enfance est particulièrement actif à cet égard.

  • 17 M. Léger, Les garderies populaires au Québec : mouvement social ou réseau d’État ?, thèse de doctor (...)

17Au chapitre des rapports entre le personnel des garderies et les parents dans le réseau des services de garde, les années 1980 sont marquées par un mouvement de syndicalisation des travailleuses en garderie. Réclamant de meilleures conditions de travail et de meilleurs salaires, elles s’engagent dans un mouvement qui transforme fondamentalement les rapports entre les travailleuses, l’État et les parents17.

18Les premiers syndicats régionaux sont mis sur pied au début des années 1980 sous l’impulsion de la Confédération des syndicats nationaux (csn). La syndicalisation marque un changement de dynamique entre les travailleuses et les parents dans la mesure où, quand un conflit apparaît, les premières peuvent s’appuyer sur le syndicat comme médiateur face aux seconds.

  • 18 E. Palacio-Quintin et R. Coderre, Les services de garde à l’enfance. Influence des différents types (...)
  • 19 M. Léger, op. cit., p. 118.

19La professionnalisation des travailleuses en garderie ira en s’accentuant. Les exigences de l’Office des services de garde à l’enfance quant à la proportion de personnel devant posséder une formation reconnue de niveau collégial ou universitaire augmentant, les travailleuses sont de plus en plus perçues comme des professionnelles. En outre, plusieurs études menées par des psychologues avancent au milieu des années 1980 que la qualité de la garderie dépend en bonne partie de la formation du personnel18. « Quant aux monitrices issues des cours de techniques de garderie, elles ont un diplôme qui marque la distance et qui, à moins d’un milieu de cogestion fort et dynamique, les sépareront des parents non diplômés. Elles seront les spécialistes qui savent ce qu’il faut à un jeune enfant. Toutes professionnelles qu’elles seront, il sera plus difficile de partager le pouvoir, surtout pédagogique, avec les parents19. »

  • 20 C. Lavoie, La qualité en garderie : réflexion sur le concept de qualité en garderie considération d (...)
  • 21 G. Desjardins, op. cit., p. 26.

20Les éducatrices trouvent du soutien à leurs revendications auprès des groupes de femmes qui estiment à la fois que les salaires de ces emplois en majorité féminins sont indiscutablement très bas et que les mères de jeunes enfants ont besoin d’un réseau de services de garde de qualité pour être sur un pied d’égalité avec les hommes sur le marché du travail. Le manque de formation des membres des conseils d’administration et leur taux de roulement sont relevés par plusieurs observateurs20. La question de l’instabilité des parents gestionnaires est en effet souvent évoquée pour justifier la syndicalisation des travailleuses qui tiennent à se protéger d’un employeur jugé parfois inconstant21.

21La question de la place des parents dans les services de garde pose celle de la place des femmes dans la société et celle de la fonction éducative déléguée à l’extérieur du foyer. Le développement des services de garde va contribuer à transformer ce que l’on perçoit socialement comme « une bonne mère » et la modification progressive de la place des parents dans les services de garde vient parler aussi de ce que l’on entend par éducation des jeunes enfants.

Les années 1990 : les parents cibles de l’intervention dans les services de garde

  • 22 F. V. Tochon, Éduquer avant l’école. L’intervention préscolaire en milieux défavorisés et pluriethn (...)

22L’examen de la documentation récente sur les parents dans les garderies nous montre un tableau très différent de celui que l’on pouvait percevoir dans les années 1980. La garderie est de plus en plus un lieu d’intervention auprès des familles et des parents22. Même si cette approche concerne particulièrement les parents issus de milieux défavorisés et dits « à risque », il nous semble que certains éléments permettent d’interroger l’ampleur qu’a prise cette orientation dans les dernières années.

  • 23 M. Vatz-Laaroussi, « Les nouveaux partenariats famille-école au Québec : l’extériorité comme straté (...)
  • 24 Groupe de travail sur le financement des services de garde, Rapport du groupe de travail sur le fin (...)
  • 25 M. Léger, Les garderies populaires..., op. cit., p. 32.

23Si les structures participatives sont toujours en place dans les garderies, on peut mettre en doute le poids réel de la participation parentale dans les services de garde comme certains s’interrogent sur le poids de la participation parentale dans les conseils d’établissement des écoles23. Selon le rapport du groupe de travail sur le financement des services de garde, 80% du temps de réunion des conseils d’administration des garderies sans but lucratif est consacré à des questions de gestion primaire24. Ainsi, l’opinion selon laquelle les parents auraient une place dans les garderies pour favoriser la cohésion famille-garderie en intervenant dans les orientations éducatives qui sont prises ne semble pas correspondre à la réalité des conseils d’administration. « Le conflit entre les parents et le personnel est un des aspects de la fragilité de la démocratie dans les garderies. Mais cette négociation perpétuelle est aussi une source de créativité, d’ajustements continuels. Le vote majoritaire des parents, leur possible implication à tous les niveaux de la garderie confirme les pouvoirs qu’ils peuvent prendre. Mais sans contremaître, ils sont soit exclus de ce pouvoir (en ne participant pas), soit artisans au même titre que les travailleuses et les travailleurs25. »

  • 26 Comité de soutien clinique aux clsc pour le développement de programmes préventifs auprès des jeune (...)

24Le contexte des restrictions budgétaires qui prévaut dans les années quatre-vingt-dix oriente les actions gouvernementales vers des interventions auprès de la petite enfance. Une telle orientation permet à la fois de réduire les dépenses publiques tout en favorisant une approche préventive auprès des enfants et des familles dites « à risque ». Cette orientation prend de l’ampleur au cours de la décennie à la faveur de la lutte contre le déficit de l’État. Elle se concrétise notamment dans un resserrement des liens entre les services de garde et les services sociaux (centres locaux de services communautaires et centres de protection de l’enfance et de la jeunesse) qui sont appelés à travailler en étroite collaboration26.

  • 27 Bureau de la statistique du Québec, Enquête sur les besoins des familles en matière de services de (...)

25Par ailleurs, la délégation de la fonction éducative à l’extérieur du foyer familial est maintenant acceptée. Mais la question qui
se pose est de savoir à quelle
institution il faut déléguer la
prise en charge des jeunes
enfants. Avec les États géné-
raux de l’éducation en 1995, le
débat sur l’intégration des
services de garde au réseau
scolaire reprend de la vigueur.
Pour appuyer un tel chan-
gement dans le réseau des
services de garde à l’enfance,
on met en avant l’idée que le
morcellement des compétences
dans le champ de la garde à
l’enfance nuit aux enfants.
Pourtant, si, de manière glo-
bale, la délégation de la fonction éducative est beaucoup plus acceptée dans les années 1990, les préférences d’un mode de garde par rapport à un autre exprimées par les parents nous indiquent quand même une réticence à confier les très jeunes enfants en dehors de la famille ou du cadre familial27.

  • 28 Ministère de la Santé et Services sociaux, Rapport du groupe de travail pour les jeunes. Un Québec (...)

26Les compressions budgétaires et les politiques de prévention des problèmes sociaux ciblés par tranches d’âge28 ont contribué à accentuer le phénomène de professionnalisation des travailleuses en garderie. Ainsi, l’État leur demande de dépister les enfants qui pourraient présenter des problèmes d’adaptation et de travailler en collaboration avec les travailleurs sociaux qui placent des enfants dans des centres de la petite enfance parce qu’ils présentent des troubles d’adaptation, des troubles de comportement, ou bien pour les soustraire, au cours de la journée, à des parents jugés déficients. Le même souci de prévention et d’intervention auprès des familles se perçoit dans le choix du programme pédagogique instauré dans l’ensemble des centres de la petite enfance.

  • 29 L. Gariépy, Jouer c’est magique : programme favorisant le développement global des enfants, Sainte- (...)
  • 30 Ministère de la Famille et de l’Enfance, Programme éducatif des centres de la petite enfance, Québe (...)
  • 31 L. Gariepy, op. cit.


27En effet, le programme pédagogique « Jouer c’est magique » a été mis en application, au départ, dans des garderies de milieux défavorisés pour tenter de contrer ce que l’on avait identifié comme des facteurs de risque quant à l’abandon scolaire et à l’inadaptation sociale des jeunes enfants. Ce programme pédagogique a été élaboré à partir d’un programme américain : le high/scope Perry Preschool project, créé dans les années 1970 pour intervenir auprès des enfants et des familles dans des milieux défavorisés à partir des services de garde29. Depuis 1997, Les Nouvelles dispositions de la politique familiale ont établi un programme pédagogique officiel pour l’ensemble des centres de la petite enfance30. « Jouer c’est magique. Programme favorisant le développement global des enfants est un outil proposé par le ministère de la Famille et de l’Enfance afin de poursuivre les principes de base du Programme éducatif des Centres de la petite enfance31. » Il est devenu en quelque sorte le programme officieux des centres de la petite enfance. Le fait de généraliser à l’ensemble des services de garde un programme éducatif destiné à l’origine à des milieux défavorisés et ciblés marque une orientation de ces services vers l’intervention auprès des familles.

  • 32 E. Palacio-Quintin et R. Coderre, op. cit.


28Les effets de la garderie sur les enfants est un thème souvent abordé en psychologie. La peur des effets négatifs de la garde sur les jeunes enfants est encore présente dans plusieurs recherches. Pourtant, une recension récente couvrant le champ des recherches en psychologie sur l’influence des différents types de garde sur le développement de l’enfant montre que la garderie ne nuit pas aux enfants de milieux favorisés et qu’elle est un avantage pour les enfants de milieux défavorisés32.

  • 33 Conseil supérieur de l’éducation, Pour un développement intégré des services éducatifs à la petite (...)

29Dans un avis à la ministre de l’Éducation de l’époque, Mme Pauline Marois, le Conseil supérieur de l’éducation souligne que, selon lui, la responsabilité parentale s’exerce à travers deux dimensions principales33. Dans un premier temps, les parents doivent pouvoir exercer un choix réel de mode de garde pour leur jeune enfant. Dans un deuxième temps, pour éviter que le développement de services éducatifs à la petite enfance ne conduise à une déresponsabilisation des parents, il est important que ceux-ci contribuent à la mise en œuvre du projet éducatif au sein de ces services. Le conseil poursuit en soulignant l’importance de la solidarité sociale et intergénérationnelle dans le soutien aux parents. Il rappelle enfin que les services éducatifs à la petite enfance dépassent largement un cadre strictement utilitaire pour être un lieu de prévention face à la question de l’abandon scolaire et de l’insertion socioprofessionnelle.

  • 34 Ministère de la Santé et des Services sociaux, La politique de la santé..., op. cit., p. 158-159.

30L’orientation vers l’organisation des garderies comme des lieux de prévention se confirme aussi dans la politique de la santé et du bien-être du gouvernement du Québec de 1992, qui affirme l’importance de la collaboration entre les services sociaux et les milieux de garde34.

31L’implication des parents dans les aspects éducatifs de la gestion des centres de la petite enfance apparaît a priori difficile à concrétiser dans le quotidien de ces centres. Les quelques travaux sur la participation des parents dans les services de garde nous autorisent à nous demander non seulement quels sont les parents qui participent, mais encore quels sont les domaines dans lesquels ils sont en mesure de prendre de véritables décisions.

32À la faveur d’un « ciblage » sur les enfants de plusieurs politiques sociales dans les années 1990, la place des parents dans les services de garde pourrait être sensiblement réduite, nonobstant une proportion accrue de sièges aux conseils d’administration des centres. Dans un contexte où les services de garde voient leur mission de dépistage des problèmes d’adaptation s’accentuer, on peut en effet se demander quelle sera la place effective des parents dans les centres de la petite enfance. Quels sont les parents qui seront à même de participer à la gestion tant administrative que pédagogique de l’établissement que fréquente leur enfant ? Un lieu développant une mission de soutien aux parents travailleurs nous apparaît sensiblement différent d’un lieu qui cherche à intervenir auprès des familles et des enfants dits « à risque ».

33La situation des parents dans les centres de la petite enfance apparaît donc à plusieurs égards paradoxale et le discours de l’État peu clair quant à ses intentions à l’égard des familles et des parents. Si les centres sont des lieux de prévention des troubles d’apprentissage et des lieux de dépistage des problèmes d’adaptation, comment et, surtout, pourquoi continuer à tenir un discours mettant en avant l’importance de la participation des parents ?

Haut de page

Notes

1 M. Kempeneers et M. H. St-Pierre, « Discontinuité professionnelle et charges familiales : le poids de la famille en question », dans R. B. Dandurand et F. Descarries (dir.), Mères et travailleuses. De l’exception à la règle, Québec, iqrc, 1992, p. 45-75 ; É. Lapierre-Adamcyk et N. Marcil-Gratton, « Prise en charge des enfants : stratégies individuelles et organisation sociale », Sociologie et sociétés, vol. xxvii, no 2, 1995, p. 121-142.

2 J. Jenson, « Les réformes des services de garde pour jeunes enfants en France et au Québec : une analyse historico-institutionnaliste », Politique et sociétés, vol. 17, nos 1-2, 1998, p. 183-216 ; J. Jenson et M. Sineau (dir.), Qui doit garder le jeune enfant? Modes d’accueil et travail des mères dans l’Europe en crise, Paris, lgdj, 1998.

3 Mis en place en 1997 par les Nouvelles dispositions de la politique familiale, les centres de la petite enfance remplacent les garderies et les agences de service de garde en milieu familial anciennement régis par l’Office des services de garde à l’enfance. Les centres de la petite enfance sont des corporations privées réglementées par le ministère de la Famille et de l’Enfance et administrées par les parents qui sont majoritaires au conseil d’administration de la corporation. Les centres gèrent des services de garde en garderie (garde en installation) et en milieu familial.

4 J. Bergeron, Les frontières réelles ou imaginées de l’État providence : les politiques familiales en France, au Canada et au Québec de 1945 à 1993, thèse de doctorat, université Carleton, 1997.

5 Commission royale d’enquête sur la situation de la femme au Canada, Rapport, Ottawa, ministère des Approvisionnements et Services, 1970.

6 G. Desjardins, Faire garder ses enfants au Québec... une histoire toujours en marche, Québec, Publications du Québec, 1991.

7 J. Bergeron, op. cit.

8 R. Cloutier, « La garderie ou la maternelle sont-elles différentes pour l’enfant ? », Revue des sciences de l’éducation, vol. xiii, no 1, 1987, p. 84-123.

9 Office des services de garde à l’enfance, La politique des services de garde à l’enfance : bilan et nouvelles orientations, Québec, 1986, p. 59-60.

10 R. Joyal, « L’évolution des modes de contrôle de l’autorité parentale et son impact sur les relations entre parents et enfants dans la société québécoise », dans F.-R. Ouellette et C. Bariteau (dir.), Entre tradition et universalisme, Québec, iqrc, 1994, p. 245-257.

11 R. B. Dandurand et M. Kempeneers, « Femmes et politiques familiales : entre l’ambivalence et l’implication », Santé mentale au Québec, vol. xv, no 1, 1990, p. 85-99.

12 G. Desjardins, op. cit., p. 91.


13 R. B. Dandurand et M. Kempeneers, art. cité.


14 R. B. Dandurand. et F.-R. Ouellette, « Travail des mères, garde des enfants et soutien de l’entourage dans trois quartiersmontréalais »,dansR.B.DandurandetF.Descarries (dir.), op. cit., p. 129-162.

15 M. Kempeneers, « Question sur les femmes et le travail : une lecture de la crise », Sociologie et sociétés, vol. 19, no 1, 1987, p. 57-73.

16 F. F. Strayer (dir.), La garderie en bas âge. Perspective bio-sociales sur les relations humaines pendant la jeune enfance, Québec, Office des services de garde à l’enfance, « Diffusion », vol. 3, 1986.

17 M. Léger, Les garderies populaires au Québec : mouvement social ou réseau d’État ?, thèse de doctorat, université de Montréal, 1984 ; J. Leclerc, La syndicalisation dans les garderies populaires du Québec de 1979 à 1984, mémoire de maîtrise, université Laval, 1986.

18 E. Palacio-Quintin et R. Coderre, Les services de garde à l’enfance. Influence des différents types de garde sur le développement de l’enfant. Rapport présenté au CQRS, groupe de recherche en développement de l’enfant et de la famille, département de psychologie, université du Québec à Trois-Rivières, 1999.

19 M. Léger, op. cit., p. 118.

20 C. Lavoie, La qualité en garderie : réflexion sur le concept de qualité en garderie considération de la qualité dans le contexte des garderies québécoises (document de travail), Office des services de garde à l’enfance, Québec, 1987 ; M. Léger, « La participation en garderie », Petit à petit. Office des services de garde à l’enfance, vol. 5, no 3, 1986, p. 7-10 ; C. Caouette, « Conférence de clôture », dans Actes du colloque sur la qualité de vie dans les services de garde, groupe pour l’organisation du colloque de l’Office des services de garde à l’enfance, 1986, p. 202-204.

21 G. Desjardins, op. cit., p. 26.

22 F. V. Tochon, Éduquer avant l’école. L’intervention préscolaire en milieux défavorisés et pluriethniques, Montréal et Bruxelles, Presses de l’université de Montréal et De Boeck, 1997 ; J.-M. Miron, « Les services de garde comme lieu de formation et de soutien pour les parents. Pistes et réflexions issues de la recherche », dans L. S. Éthier et J. Alary (dir.), Comprendre la famille, Québec, actes du quatrième symposium québécois de recherche sur la famille, Presses de l’université du Québec, 1998, p. 422-436 ; É. Paradis, Programme « Collaboration entre parents et éducatrices en services de garde » et soutien à la famille. Recherche-action évaluative, mémoire de maîtrise, université Laval, 1997.

23 M. Vatz-Laaroussi, « Les nouveaux partenariats famille-école au Québec : l’extériorité comme stratégie de survie des familles défavorisées ? », Lien social et politiques–RIAC, no 35, 1996, p. 87-97.

24 Groupe de travail sur le financement des services de garde, Rapport du groupe de travail sur le financement des services de garde. Présenté à Madame Pauline Marois, Québec, 1995.

25 M. Léger, Les garderies populaires..., op. cit., p. 32.

26 Comité de soutien clinique aux clsc pour le développement de programmes préventifs auprès des jeunes âgés entre 0 et 12 ans et de leur famille, Dessine-moi un avenir. Les CLSC et la prévention auprès des enfants de 0 à 12 ans et de leur famille, Montréal, Association des clsc et des chsld du Québec, 1998 ; A. Larose, Situation des ressources et des services des CLSC auprès des enfants de 0-18 ans et de leurs familles, Montréal, Association des clsc et des chsld du Québec, 1998.

27 Bureau de la statistique du Québec, Enquête sur les besoins des familles en matière de services de garde, Montréal, 1999.

28 Ministère de la Santé et Services sociaux, Rapport du groupe de travail pour les jeunes. Un Québec fou de ses enfants, Québec, 1991 ; Ministère de la Santé et des Services sociaux, La politique de la santé et du bien-être, Québec, 1992.


29 L. Gariépy, Jouer c’est magique : programme favorisant le développement global des enfants, Sainte-Foy, Publications du Québec, 1998.


30 Ministère de la Famille et de l’Enfance, Programme éducatif des centres de la petite enfance, Québec, Publications du Québec, 1997.

31 L. Gariepy, op. cit.


32 E. Palacio-Quintin et R. Coderre, op. cit.


33 Conseil supérieur de l’éducation, Pour un développement intégré des services éducatifs à la petite enfance : de la vision à l’action, Québec, 1996.

34 Ministère de la Santé et des Services sociaux, La politique de la santé..., op. cit., p. 158-159.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Deret , « Les centres de la petite enfance : soutien aux parents travailleurs ou lieu d’intervention auprès des familles ? », Éthique publique [En ligne], vol. 3, n° 1 | 2001, mis en ligne le 13 septembre 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2647 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2647

Haut de page

Auteur

Anne Deret

Anne Deret est étudiante au doctorat en sciences humaines appliquées à l’université de Montréal.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org