Navigation – Plan du site
La petite enfance

L’enfant à risque : 
discours scientifiques et interventions publiques

Marianne Kempeneers et Renée B. Dandurand

Résumés

Le propos de ce texte est d’interroger quelques-unes des mises en discours de la notion de risque appliquée à l’enfant, afin de soulever les questions éthiques trop souvent laissées dans l’ombre et néanmoins inhérentes à ces discours. Les auteurs analysent principalement ceux qui proviennent de la psychologie, de la démographie et de la sociologie de la famille à propos de l’impact des désunions conjugales sur le destin des enfants. Cela afin de démontrer l’extrême polysémie de la notion de risque et d’interroger les effets stigmatisants du recours abusif à cette notion du côté des interventions publiques.

Haut de page

Texte intégral

1Le propos ici est d’interroger quelques-unes des mises en discours de la notion de risque appliquée à l’enfant contemporain et de soulever les questions éthiques trop souvent laissées dans l’ombre et néanmoins inhérentes, selon nous, à ces discours. Nous nous concentrerons en particulier sur les discours produits dans les champs de la psychologie, la démographie et la sociologie de la famille (ces trois champs étant, notons-le d’emblée, de moins en moins dissociables lorsqu’ils ont pour cible l’enfant) à propos de l’impact des désunions conjugales sur le destin des enfants. Cela afin de montrer l’extrême polysémie de cette notion de risque dans les études consacrées aux « enfants du divorce », et d’interroger les effets stigmatisants du recours abusif à cette notion du côté des interventions publiques.

Les effets des ruptures d’unions 
sur le destin des enfants : discours scientifiques

  • 1 Voir notamment les recensions de D. H. Demo et A. C. Acock, « The Impact of Divorce on Children », (...)

2S’il est un sujet de préoccupation récurrent dans les études sur la famille depuis un demi-siècle, c’est bien celui des « enfants du divorce ». Une première vague de recherches menées par des psychologues et sociologues de la famille dans les années 1950 et 1960, aux États-Unis surtout, montre que ces enfants, ne vivant plus dans une famille dite « intacte », ont forcément des « problèmes » dont il s’agit d’évaluer la gravité. À partir des années 1970, le discours dans ce domaine devient moins normatif et on parle plus volontiers des « effets » du divorce sur les enfants. Les chercheurs font alors ressortir, à l’aide de méthodologies variées, la complexité des facteurs entraînant des répercussions sur les enfants lors d’un divorce : conditions matérielles, ampleur des déracinements, temps écoulé depuis la séparation des parents, histoire familiale. Ces répercussions dépendent également de caractéristiques propres à l’enfant, comme son âge, son sexe ainsi que ses ressources psychologiques. Ces études des années 1970-1980 montrent enfin que, ce qui compte avant tout pour l’enfant qui assiste à la séparation de ses parents, c’est la qualité de la relation maintenue par la suite avec chacun d’eux1.

  • 2 On voit par exemple se diffuser les résultats des recherches de vastes enquêtes longitudinales, not (...)
  • 3 A. Acock et D. Demo, Family Diversity and Well-Being, Thousand Oaks (Ca.), Sage Publications, 1994.
  • 4 P. R. Amato et B. Keith, « Parental Divorce and the Well-Being of Children », Psychological Bulleti (...)
  • 5 A. Acock et D. Demo, op. cit.
  • 6 P. R. Amato, « Children’s Adjustment to Divorce : Theories, Hypotheses and Empirical Support », Jou (...)
  • 7 H. Juby et D. P. Farrington, « Disentangling the Link between Family Structure and Delinquency », B (...)

3La fin des années 1980 et surtout la décennie suivante voient ces préoccupations entourant les effets du divorce se doter d’assises méthodologiques de plus en plus élaborées2. Un des acquis importants de cette période est d’avoir confirmé la prééminence des dynamiques familiales (family process) sur les structures (family structure) comme facteurs d’influence sur les enfants3 ; on démontre l’inconsistance d’études prenant la structure familiale comme variable explicative d’effets indésirables sur les enfants4. Aussi, au lieu de s’attacher aux impacts négatifs de la vie en famille monoparentale ou recomposée, un nombre croissant d’auteurs mettent l’accent sur les interactions parents-enfants et sur leur nature plus ou moins conflictuelle. On démontre alors que les effets de structure sont minces comparativement à la dynamique familiale5, que les différences, en termes de bien-être, entre les enfants du divorce et les autres, disparaissent dès que l’on prend en compte des facteurs antérieurs au divorce, par exemple l’existence de conflits de longue date entre les parents6. Loin de clarifier les termes du débat, cette prolifération d’études « psycho-socio-démographiques » de grande envergure ne fait que contribuer à leur confusion. En effet, s’il persiste une tendance dominante dans ces études à pointer du doigt les effets négatifs de la disunion conjugale, d’autres points de vue plus nuancés, mettant l’accent sur les dynamiques familiales, continuent de s’affirmer parallèlement et contribuent au brouillage des repères7.

  • 8 P. R. Amato et B. Keith, art. cité ; J. A. Seltzer, « Consequences of Marital Dissolution for Child (...)
  • 9 T. Biblarz et A. Raftery, art. cité ; S. McLanahan et G. Sandefur, Growing Up With a Single Parent  (...)
  • 10 A.J.Cherlin,K.E.KiernanetP.L.Chase-Lansdale, « Parental Divorce in Childhood and Demographic Outcom (...)

4Mais de quels effets, de
quelles sortes de risques s’agit-
il ? Quels sont les domaines
potentiellement touchés par
les transitions familiales ? Un
examen attentif des travaux
situés aux confins de la démo-
graphie et de la psychologie
rend bien compte de la mul-
tiplicité des domaines en jeu
et de la confusion des niveaux
d’analyse qui en découle. On
se trouve en effet face à un
éventail de « domaines » aussi variés
 que le bien-être économique des enfants, leur performance scolaire, leur comportement, l’ajustement psychologique, l’estime de soi et les relations sociales8. Les problèmes anticipés de tous ces points de vue (baisse du niveau de vie, moindre performance scolaire, problèmes de comportement, difficultés d’adaptation, moindre estime de soi, agressivité, isolement) risqueraient en outre, selon certaines études, de s’étendre à l’âge adulte exerçant une pression à la baisse sur le niveau d’éducation et le statut professionnel9, provoquant un départ précoce du foyer familial et induisant des modalités particulières d’entrée dans la vie conjugale Il est démontré en effet que les enfants de familles désunies seront plus portés que les autres à préférer l’union libre au mariage et à connaître les ruptures d’union. Les jeunes femmes seraient quant à elles davantage exposées à des grossesses hors union ou hors mariage10.

  • 11 T. Biblarz et A. Raftery, art. cité.

5Les schémas explicatifs proposés à l’appui des hypothèses concernant les impacts négatifs sont à l’image de cette diversité de domaines et sont inspirés de théories tantôt psychologiques, tantôt sociologiques, ou encore économiques11, par exemple. On peut les regrouper en six catégories. La théorie de la socialisation met l’accent sur l’importance du rôle des parents dans la constitution du destin des enfants, et suggère que l’absence du père réduit la capacité familiale à offrir un soutien optimal aux enfants. La théorie de l’apprentissage considère la famille comme le lieu prioritaire où les enfants apprennent comment réussir dans la vie en tant qu’adultes ; sans père, ils sont privés du modèle masculin, indispensable au succès dans la sphère publique et professionnelle. La théorie économique suggère que les enfants de familles biparentales seront mieux nantis matériellement que les autres, deux revenus valant mieux qu’un. Dans cette logique, les familles recomposées seraient moins « à risque » que les familles monoparentales, et parmi ces dernières, celles à chef masculin seraient en moins mauvaise posture que celles à chef féminin. La psychologie évolutionniste (evolutionary psychology), qui accorde à la mère un rôle prépondérant par rapport à celui du père, met l’accent sur les liens biologiques. Cette approche suppose que les enfants de familles dites intactes sont les plus avantagés, mais que, par ailleurs, ceux vivant avec leur mère seulement sont mieux placés que ceux vivant dans d’autres types de familles reconstituées. Selon le point de vue des effets de sélection, les impacts négatifs observés en situation de famille alternative résulteraient d’un effet de sélection selon lequel les parents divorcés ou séparés sont au départ des individus moins stables, moins aptes à bâtir une vie familiale et moins centrés sur les enfants que la moyenne des autres parents. Ainsi, autant le divorce que ses conséquences négatives sur les enfants résulteraient d’une dysfonction familiale antérieure. Enfin, selon la théorie du conflit parental, la source de tous les problèmes réside dans l’existence d’un conflit parental avant et après le divorce.

  • 12 P. R. Amato, art. cité.

6D’autres typologies sont proposées, entre autres celle d’Amato12, qui classe les recherches selon cinq perspectives selon qu’elles mettent en cause l’absence du parent non-gardien, l’ajustement du parent gardien, le conflit parental, les difficultés économiques et, enfin, le stress dû aux changements. Autant de schémas explicatifs donc que de niveaux d’analyse sans autres points communs que d’entrer dans la composition de typologies d’« effets » potentiels.

De l’« effet » au « risque », en passant
 par la « probabilité » : glissements de langage

  • 13 G.Montigny,« L’enquête longitudinale nationale sur les enfants », Cahiers québécois de démographie, (...)

7L’enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes mise sur pied au Canada en 1994, et portant sur un échantillon représentatif de vingt-cinq mille enfants canadiens âgés de zéro à onze ans en 1994-1995, est considérée comme une source de données décisive, appelée à combler les nombreuses lacunes dans ce champ de préoccupations. Offrant le double avantage de produire des coupes transversales sur la situation des enfants canadiens et de permettre le premier suivi longitudinal de leur développement, cette enquête se présente comme une source exceptionnelle tant pour les spécialistes des sciences du développement que pour ceux des sciences sociales13. Méthodologiquement très élaborée et investie d’attentes démesurées de la part de nombreux chercheurs, elle est emblématique d’un passage subtilement opéré, dans les discours, de la notion d’« effet » à celle de « risque ».

  • 14 Statistique Canada, Enquête longitudinale nationale sur les enfants. Aperçu du matériel d’enquête p (...)

8Cette enquête vise en effet à recueillir, sur une longue durée, des renseignements sur les facteurs critiques qui touchent le développement des enfants canadiens. Ses objectifs spécifiques sont les suivants14 : déterminer la prévalence de diverses caractéristiques et divers facteurs de risque d’ordre biologique, social et économique chez les enfants et les jeunes du Canada ; surveiller les effets des facteurs de risque, des événements de la vie et des facteurs de protection sur le développement de ces enfants ; et fournir ces renseignements aux responsables des politiques et des programmes, en vue de l’élaboration de stratégies efficaces pour aider les enfants à vivre en santé et à mener une vie active et enrichissante.

  • 15 N. Marcil-Gratton, Growing up with Mom and Dad ? The Intricate Family Life Courses of Canadian Chil (...)

9L’un des volets importants de cette enquête concerne l’environnement familial des enfants. Comme l’annonce Nicole Marcil-Gratton dans l’une des premières analyses issues des données de l’enquête15, celle-ci, « d’une part, permettra de mesurer la progression de l’instabilité et la diversification du contexte familial dans lequel les nouvelles générations d’enfants canadiens sont élevés ; d’autre part, elle contribuera à répondre aux questionnements encore très vifs quant aux effets des tribulations conjugales des parents sur le développement de leurs enfants ».

10On observe autour de cette enquête, une conjonction de préoccupations d’ordre clinique (exploration des facteurs de risque et de protection) et d’ordre social (mesure des transformations familiales). Ainsi, de la notion d’« effet » appréhendé, on infère la notion de « risque », désignant ici le risque, pour les enfants, de subir les effets négatifs éventuels de la séparation de parents. Mais il y a plus. Simultanément à ce passage de l’effet au risque, on observe dans certains textes démographiques, un autre passage significatif, cette fois de la notion de « probabilité » à celle de « risque ». Le risque concernant alors, non plus les effets de la séparation, mais bien la séparation elle-même. C’est ainsi qu’on parlera des « risques » courus par les enfants canadiens de vivre la séparation de leurs parents, cette formulation laissant sous-entendre que la séparation elle-même est dangereuse pour l’enfant. Il n’est sans doute pas anodin que ce passage de « probabilité » à « risque » se produise à propos des enfants du divorce et non pas, par exemple, à propos de l’espérance de vie qui, elle, se formulera rarement comme un « risque » de vivre longtemps en bonne santé.

11Plus généralement, un certain nombre d’études tant sociologiques et psychologiques que démographiques, consacrées aux changements familiaux appréhendés du point de vue des enfants, bien qu’exemptes de jugements moraux explicites, nous semblent porteuses à leur insu d’une vision idéalisée et nostalgique de la famille de l’après-guerre où presque tous les enfants auraient grandi dans la plus grande harmonie familiale. Il n’est pas nécessaire de se livrer à une analyse de contenu approfondie pour être frappé par l’utilisation spontanée de termes à connotation explicite tels « familles brisées », « décomposées », « éclatées », « instables », pour désigner les familles qui connaissent des mobilités conjugales, comparativement aux expressions « intactes », « stables », etc., pour parler des familles dont les conjoints n’ont pas connu la séparation. Le vocabulaire n’est pas anodin et contribue, à notre avis, à ancrer dans l’imaginaire collectif une image plutôt négative de toutes les formes de familles qui s’éloignent de ce qu’on érige en modèle.

  • 16 M.-C. Saint-Jacques et C. Chamberland, « Quand les parents refont leur vie. Regards adolescents sur (...)
  • 17 L. H. Ganong et M. M. Coleman, « A Meta-Analytic Review of Family Structure Stereotypes », Journal (...)
  • 18 N. Lefaucheur, « Sur la scène de l’anormalité familiale », dans M. T. Meulders-Klein et I. Thery (d (...)

12L’existence d’un stéréotype négatif à l’endroit des familles s’écartant du modèle « bi-parental intact » a été bien documenté, pour ce qui de l’Amérique du Nord du moins. Une recension des publications sur ce thème a permis de constater que tout ce qui s’écarte de cette norme est évalué moins positivement16. Des travaux
empiriques ont en particulier
fait ressortir l’image négative
que l’on a du rôle du beau-
parent17. Les enfants vivant en
famille recomposée seraient
aussi perçus plus négativement.
En outre, ces perceptions néga-
tives ne seraient pas seulement
entretenues dans la population
en général, elles se retrou-
veraient chez des intervenants,
qu’ils soient psychologues, tra-
vailleurs sociaux ou infirmières.
Selon certains, le folklore et la
littérature auraient largement
contribué à ces stéréotypes
négatifs qui, à leur tour, auraient influé sur les orientations scientifiques et, plus largement, les représentations collectives. Le thème de la marâtre cruelle envers les enfants de son conjoint est omniprésent dans la littérature enfantine. Au-delà de la fiction, on reconnaît également la contribution de certaines disciplines au développement d’un stéréotype négatif à l’endroit des familles recomposées18.

Du discours à l’intervention : 
de la notion de « risque » à celle de « dangerosité »

13Le double glissement d’« effet » à « risque » puis de « probabilité » à « risque » appelle logiquement la notion de « dangerosité », là aussi dans un double sens. Les enfants sont « à risque » parce que potentiellement en danger (de connaître tous les problèmes anticipés) mais aussi potentiellement dangereux pour l’ordre social si les problèmes anticipés (par exemple le décrochage scolaire, des comportements violents ou asociaux...) en font des déviants ou des marginaux.

  • 19 F. Vitaro et C. Gagnon (dir.), Prévention des problèmes d’adaptation chez les enfants et les adoles (...)

14Dans le champ des interventions psychosociales, on dissocie explicitement ces deux aspects de la question comme l’illustre un collectif récent, considéré comme une référence incontournable tant pour les chercheurs que pour les intervenants19. Cet ouvrage consacré à la prévention des problèmes d’adaptation chez les enfants et les adolescents se présente en deux tomes, le premier consacré aux problèmes dits « internalisés », le second aux problèmes dits « externalisés ». On désigne par là, d’une part, les problèmes d’anxiété, de dépression, de suicide et d’adaptation chez les jeunes de familles séparées ou recomposées, de violence et d’agression sexuelle à l’égard des enfants, d’autre part, les problèmes d’abandon scolaire, de violence à l’école, de troubles de conduite, de trajectoire délinquante, de consommation de psychotropes, de grossesses à l’adolescence, de maladies sexuellement transmissibles et sida, etc.

  • 20 R. Castel, La gestion des risques, Paris, Minuit, 1981, p. 145.

15C’est ce potentiel de « dangerosité » à double sens qui interpelle et justifie l’action préventive, la volonté de protection et l’intervention régulatrice. Car, ainsi que Castel l’a montré pour la France il y a plus de vingt ans, les initiatives modernes prises sous la bannière de la prévention correspondent à une véritable mutation qui engage un certain nombre d’adeptes de la pratique médico-socio-psychologique sur des voies complètement nouvelles par rapport à leurs rôles traditionnels tant thérapeutiques que disciplinaires : « Les nouvelles stratégies médico-psychologiques et sociales se veulent surtout préventives, et la prévention moderne se veut, avant tout, dépistage de risques. Un risque ne résulte pas d’un danger précis, porté par une personne ou un groupe d’individus, mais de la mise en relation de données générales impersonnelles ou “facteurs” (de risques) qui rendent plus ou moins probable l’avènement de comportements indésirables. [...] La présence de tels facteurs suffit à déclencher un signalement automatique, en vertu de l’axiome qu’une “mère à risques” engendre ou élève des enfants à risques [...]. Ainsi prévenir, c’est d’abord surveiller, c’est-à-dire se mettre en position d’anticiper l’émergence d’événements indésirables au sein de populations statistiques signalées comme porteuses de risques [...]20. »

  • 21 Ibid., p. 147.

16Dans cette logique, la « dangerosité », notion floue s’il en est, puisque la preuve objective de son existence ne peut être donnée que dans l’après-coup de sa réalisation, ne peut prêter qu’à des formes de prévention probabilistes : « En termes de logique, le diagnostic de dangerosité rabat la catégorie du possible sur celle du réel, sous
prétexte que le possible est – plus
ou moins – probable21. »

Les dangers de la stigmatisation : une question d’éthique

17La situation est donc la suivante :
 une documentation foisonnante
s’intéresse aux effets des nouvelles
formes de conjugalité sur les
enfants, cela depuis les années
1950. Bien que moins normatif et
plus nuancé à partir des années
1970 et surtout depuis la fin des
années 1980, le discours dans ce
domaine reste dominé par le point
de vue de ceux qui, soit s’attachent explicitement aux effets négatifs de ces nouvelles formes familiales sur les enfants, soit décrivent ces changements avec une nostalgie évidente des valeurs perdues de la famille « intacte ». Dans un cas comme dans l’autre, l’enfant est considéré comme étant « à risque », qu’il s’agisse de subir les effets négatifs éventuels de la séparation, ou tout simplement de connaître la séparation elle-même. L’enfant est repéré selon une projection probabiliste, à partir d’un certain nombre de caractéristiques estimées porteuses de risques (le fait d’être né ou de vivre en famille monoparentale ou recomposée par exemple, ou de connaître des modifications de l’environnement familial), et devient objet de prévention.

18Ainsi, tant dans les discours scientifiques que dans les programmes d’intervention, s’opère une correspondance étroite entre ces critères d’ordre social désignant les groupes à risque et les critères d’ordre psycho-socio-médical désignant les dangers à prévenir (anxiété, dépression, hyperactivité, violence, drogue...), dans l’univers scolaire d’abord, à l’échelle de la société ensuite. L’enfant à risque devient tout naturellement l’enfant vivant en foyer monoparental, en famille recomposée...

  • 22 Ibid., p. 150-151.

19Ce mode de « gestion prévisionnelle des risques », pour reprendre les termes de Castel, postule à son tour une correspondance, éminemment problématique, entre compétences médicales ou sociopsychologiques et compétences administratives-politiques. Il existe, il est clair, une proximité très grande entre praticiens (psychologues, médecins, travailleurs sociaux) et experts de la statistique sociale (administrateurs et chercheurs), comme en témoigne l’enquête longitudinale canadienne sur les enfants et les jeunes, conçue conjointement par des psychologues et des démographes. Cependant, avec le développement des techniques informatiques et la capacité, désormais, de constituer d’imposants fichiers de suivi longitudinal, on peut se demander si nous ne sommes pas en train d’assister à un renversement de la logique qui voudrait que la collecte d’informations statistiques soit guidée par les besoins et surtout par les possibilités de l’intervention, et non l’inverse. À cet égard Castel souligne que « l’informatique est sans doute en train de donner à l’administration, dans les secteurs de l’action sanitaire et sociale, sa technologie autonome, alors qu’elle était auparavant réduite à réinterpréter-détourner des innovations mises en œuvre d’abord par les praticiens [...]. Et c’est à partir du moment où elles se dotent de technologies propres que les exigences gestionnaires peuvent s’autonomiser complètement par rapport au point de vue des praticiens [...]. Cependant, cette autonomisation a un effet de retour décisif sur le statut des pratiques médico-psychologiques elles-mêmes. Le traitement informatique dissout le sujet pour ne retenir que des données abstraites interprétées comme des facteurs dans une série. Par exemple, l’alcoolisme tel qu’il est envisagé dans le cadre des politiques préventives est le groupement d’un certain nombre de traits, qu’éventuellement tel ou tel sujet concret sature, et non point l’alcoolique avec son histoire propre, ses problèmes particuliers, les significations symboliques ou autres de ses conduites. Les stratégies préventives peuvent ainsi se déployer en économisant le face-à-face dans lequel la pratique thérapeutique trouvait son origine. Le vis-à-vis de l’intervention, avant d’être une personne, est une cible abstraite : une population à risques22. »

  • 23 P. P. Parent et B. Bouliane , « Les enjeux éthiques des interventions de type psychosocial auprès d (...)
  • 24 R. Rosenthal et L. Jacobson, Pygmalion in the Classroom. Teacher Expectation and Pupil’s Intellectu (...)

20Les questions éthiques que posent ces orientations sont nombreuses et de divers ordres parmi lesquels nous retiendrons, premièrement, celui des individus ou des groupes ciblés ; deuxièmement, celui des mesures publiques concrètement mises en place pour aider ces individus ou ces groupes ; et enfin, celui de la construction même de la notion de risque en santé publique, et de son rôle normatif. Concernant les individus et les groupes ciblés, à savoir ici les enfants issus de milieux familiaux « instables », il y a tout lieu de craindre, à l’instar de Parent et Bouliane23, que l’étiquetage dont sont d’emblée l’objet ces enfants n’ait des effets stigmatisants, induisant des conduites conformes à l’étiquette assignée. Et ce autant chez les enfants ciblés que dans leur entourage, en particulier chez les intervenants appelés à s’occuper de ces enfants. De la même façon qu’on a pu montrer comment des enfants fallacieusement étiquetés (pour les besoins de l’enquête) comme ayant un qi supérieur à la moyenne finissaient par avoir une performance intellectuelle plus élevée24, on peut craindre à l’inverse que des enfants abusivement étiquetés « à risque » finissent effectivement par adopter des comportements à risque. Par ailleurs, du côté des intervenants, un des principaux enjeux éthiques liés aux pratiques d’intervention auprès des familles est celui des « représentations » que se font ces intervenants des familles qu’ils rencontrent. Ces représentations, souvent porteuses d’une conception idéalisée du modèle de la famille traditionnelle dite « normale », colorent nécessairement le jugement de ces intervenants dans l’évaluation qu’ils font des problèmes éventuels. Il en va de même pour les enseignants qui auront tendance à évaluer moins positivement un élève s’ils le savent issu d’un milieu familial « à risque ».

  • 25 Commission Rochon, Rapport de la commission d’enquête sur les services de santé et les services soc (...)
  • 26 R. Masse, « La santé mentale comme nouvelle moralité », dans P. Fortin (dir.), La réforme de la san (...)
  • 27 A. Petersen et D. Lupton, The New Public Health. Health and Self in the Age of Risk, Thousand Oaks (...)

21Un deuxième ordre de préoccupation éthique concerne la question suivante : y a-t-il véritablement correspondance entre le dépistage des risques et la volonté politique de mettre en place des mesures susceptibles de remédier à ces mauvais départs dans la vie ? Au vu des suppressions de postes de professionnels dans les écoles publiques du Québec depuis une dizaine d’années, il est permis d’avoir quelques doutes à ce sujet. Aussi posons-nous la question : quel sens peut avoir cette entreprise d’étiquetage si l’on ne dispose pas des moyens suffisants pour intervenir ? Enfin, à un troisième stade, se pose la question du rôle normatif, en santé publique, de la notion de risque. Au Québec, cette notion apparaît en 1988 dans le rapport de la commission d’enquête sur les services de santé et des services sociaux. Dans un contexte de désengagement de l’État-providence, il faut désormais « cibler » l’aide étatique et adopter « l’approche de population » qui permet de diriger le soutien vers les groupes plus « à risque »25. De cette priorité à accorder aux « populations à risque » découle nécessairement une approche de prévention. Dès lors, « le calcul du risque, de même que l’épidémiologie qui en est la science de base, deviendront des éléments clés dans l’entreprise de légitimation desinterventionsdeprévention26 ».Parlebiaisde cette notion de risque, l’épidémiologie s’impose comme « l’une des stratégies centrales qu’utilise la nouvelle santé publique pour construire la notion de « santé » et, à travers cette construction, pour invoquer et reproduire les jugements moraux sur la valeur des individus et des groupes sociaux27 ».

  • 28 R. Masse, art. cité.
  • 29 R. Masse, art. cité ; D. Lupton, The Imperative of Health. Public Health and the Regulated Body, Th (...)
  • 30 R. Masse, art. cité, p. 158.

22Dans cette optique, la construction sociopolitique du risque implique ainsi inévitablement un jugement moral28. Sur le terrain spécifique de la prévention des problèmes d’adaptation des enfants de familles non traditionnelles, cela invite à interroger, comme le font plusieurs29, à un niveau macro-sociologique, le caractère normatif de la santé publique comme mode de prévention des comportements « à risque » et à centrer la réflexion « sur ce qui paraît être le noyau dur des enjeux éthiques générés par la santé publique, soit la promotion, via des moyens coercitifs ou des pressions à caractère proprement moral, d’une conformité à des comportements et des manières de vivre promus au rang de conditions obligées du salut sanitaire30 ».

  • 31 M. Foucault, « La politique de la santé au xviiie siècle », dans M. Foucault, B. Barret Kriegel, A. (...)

23On ne peut manquer de rappeler à ce sujet les analyses de Michel Foucault (1979) rapportant l’apparition d’une politique de santé, au dix-huitième siècle, à un processus beaucoup plus général : celui qui a fait du « bien-être » de la société un des objectifs essentiels du pouvoir politique et, de la famille, une instance privilégiée de contrôle sociosanitaire. « La politique médicale qui se dessine au XVIIIe siècle dans tous les pays d’Europe a pour premier effet l’organisation de la famille ou plutôt du complexe famille-enfants, comme instance première et immédiate de médicalisation des individus ; on lui a fait jouer le rôle de charnière entre des objectifs généraux concernant la bonne santé du corps social et le désir ou le besoin de soins des individus ; elle a permis d’articuler une éthique « privée » de la bonne santé (devoir réciproque des parents et des enfants) sur un contrôle collectif de l’hygiène, et une technique scientifique de la guérison, assurée sur la demande des individus et des familles, par un corps professionnel de médecins qualifiés et comme recommandés par l’État31. »

  • 32 Ibid., p. 11.

24À cette époque déjà, « au problème “des enfants” (c’est-à-dire de leur nombre à la naissance et du rapport natalité-mortalité) s’ajoute le problème de “l’enfance” (c’est-à-dire de la survie jusqu’à l’âge adulte, des conditions physiques et économiques de survie, des investissements nécessaires et suffisants pour que la période de développement devienne utile, bref de l’organisation de cette “phase” qui est perçue comme à la fois spécifique et finalisée). Il ne s’agit plus seulement de produire un nombre optimum d’enfants, mais de gérer convenablement cet âge de la vie32. »

25C’est ce double souci du bien-être « privé » des enfants et celui d’une régulation collective des valeurs associées à ce bien-être qui colore aujourd’hui tout le débat concernant les transformations familiales et l’enfance « à risque ». Car cet accent placé sur l’enfance au dix-huitième siècle se voit plus que jamais réaffirmé depuis les années 1980, tant d’un point de vue juridique que politique. L’enfant est aujourd’hui à la fois sujet de droit et objet de préoccupations multiples renvoyant à bien d’autres domaines que celui de la famille (éducatif entre autre). Or il persiste une tendance à désigner la famille et ses mutations comme le foyer principal des risques courus par les enfants. Sans nier, cela va sans dire, l’importance de l’équilibre psychoaffectif que procure à l’enfant un milieu familial harmonieux, il y a peut-être lieu de penser ce milieu familial pour ce qu’il est devenu et non par rapport à ce qu’il a été, et de lui donner sa juste place parmi les autres instances impliquées dans le développement social de l’enfant. Dès lors, le débat porterait sans doute moins sur les « risques » des ruptures d’union que sur les « conditions d’équilibre », pour les enfants, des divers scénarios de transitions conjugales.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment les recensions de D. H. Demo et A. C. Acock, « The Impact of Divorce on Children », Journal of Marriage and the Family, vol. 50, 1988, p. 619-648 ; R. B. Dandurand, « Divorce et nouvelle monoparentalité », dans F. Dumont, S. Langlois et Y. Martin (dir.), Traité des problèmes sociaux, Québec, iqrc, 1994, chap. 26, p. 519-542 ; S. Jutras, « Difficultés vécues dans de nouvelles structures familiales : état des recherches récentes », dans J. Alary, S. Jutras, Y. Gauthier et J. Goudreau (dir.), Familles en transformations. Récits de pratique en santé mentale, Montréal, Gaétan Morin, 1999, p. 1-18.

2 On voit par exemple se diffuser les résultats des recherches de vastes enquêtes longitudinales, notamment The National Survey of Families and Household, aux États-Unis, et The National Child Development Study, en Grande-Bretagne.

3 A. Acock et D. Demo, Family Diversity and Well-Being, Thousand Oaks (Ca.), Sage Publications, 1994.

4 P. R. Amato et B. Keith, « Parental Divorce and the Well-Being of Children », Psychological Bulletin, vol. 110, 1991, p. 26-46 ; T. Biblarz et A. Raftery, « Family Structure, Educational Attainment and Socioeconomic Success : Rethinking the “Pathology of Matriarchy” », American Journal of Sociology, vol. 105, no 2, septembre 1999, p. 321-365.

5 A. Acock et D. Demo, op. cit.

6 P. R. Amato, « Children’s Adjustment to Divorce : Theories, Hypotheses and Empirical Support », Journal of Marriage and the Family, vol. 55, 1993, p. 23-38.

7 H. Juby et D. P. Farrington, « Disentangling the Link between Family Structure and Delinquency », British Journal of Criminology, 41, 2000, p. 22-40.

8 P. R. Amato et B. Keith, art. cité ; J. A. Seltzer, « Consequences of Marital Dissolution for Children », Annual Review of Sociology, vol. 20, 1994, p. 235-266.

9 T. Biblarz et A. Raftery, art. cité ; S. McLanahan et G. Sandefur, Growing Up With a Single Parent : What Helps, What Hurts, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1994.

10 A.J.Cherlin,K.E.KiernanetP.L.Chase-Lansdale, « Parental Divorce in Childhood and Demographic Outcomes in Young Adulthood », Demography, vol. 32, no 3, 1995, p. 299-318 ; K. E. Kiernan, « The Impact of Family Disruption in Childhood on Transition Made in Young Adult Life », Population Studies, vol. 46, 1992, p. 213-234 ; K. E. Kiernan et J. Hobcraft, « Parental Divorce during Childhood : Age at First Intercourse, Partnership and Parenthood », Population Studies, vol. 51, 1997, p. 41-55 ; C. Le Bourdais et N. Marcil-Gratton, « Incidence de la rupture d’union des parents durant l’enfance sur le comportement démographique des jeunes adultes », dans M. Corak (dir.), Les marchés du travail, les institutions sociales et l’avenir des enfants au Canada, Statistique Canada, no 89-553-XPB, 1998, p. 99-114 ; S. McLanahan et Bumpas, « Intergenerational Consequences of Family Disruption », American Journal of Sociology, vol. 94, 1988, p. 130-152.

11 T. Biblarz et A. Raftery, art. cité.

12 P. R. Amato, art. cité.

13 G.Montigny,« L’enquête longitudinale nationale sur les enfants », Cahiers québécois de démographie, vol. 23, no 1, 1994.

14 Statistique Canada, Enquête longitudinale nationale sur les enfants. Aperçu du matériel d’enquête pour la collecte des données 1994-1995, cycle 1, réf. 95-02F, 1995.


15 N. Marcil-Gratton, Growing up with Mom and Dad ? The Intricate Family Life Courses of Canadian Children, Statistics Canada, catalogue no 89-566-XIE, 1998.

16 M.-C. Saint-Jacques et C. Chamberland, « Quand les parents refont leur vie. Regards adolescents sur la famille recomposée », Anthropologie et sociétés, vol. 24, no 3, 2000.

17 L. H. Ganong et M. M. Coleman, « A Meta-Analytic Review of Family Structure Stereotypes », Journal of Marriage and the Family, vol. 52, no 2, 1990, p. 287-297.

18 N. Lefaucheur, « Sur la scène de l’anormalité familiale », dans M. T. Meulders-Klein et I. Thery (dir.), Les recompositions familiales aujourd’hui, Paris, Nathan, 1983, p. 123-136 ; C. Martin, « Le “risque solitude” : divorces et vulnérabilité relationnelle », Revue internationale d’action communautaire, nos 67-68, 1992, p. 69-83.

19 F. Vitaro et C. Gagnon (dir.), Prévention des problèmes d’adaptation chez les enfants et les adolescents, I et II, Québec, Presses de l’université du Québec, 2000.

20 R. Castel, La gestion des risques, Paris, Minuit, 1981, p. 145.

21 Ibid., p. 147.

22 Ibid., p. 150-151.

23 P. P. Parent et B. Bouliane , « Les enjeux éthiques des interventions de type psychosocial auprès des familles. Éléments de réflexion suscités par une recherche en cours », Bulletin de liaison du Conseil du développement de la recherche sur la famille du Québec, vol. 2, no 1, 2000.

24 R. Rosenthal et L. Jacobson, Pygmalion in the Classroom. Teacher Expectation and Pupil’s Intellectual Development, New York, Holt Rinehart and Winston, 1968.

25 Commission Rochon, Rapport de la commission d’enquête sur les services de santé et les services sociaux, Québec, Les Publications du Québec, 1988.

26 R. Masse, « La santé mentale comme nouvelle moralité », dans P. Fortin (dir.), La réforme de la santé, Montréal, Fides, 1999, p. 156-174.

27 A. Petersen et D. Lupton, The New Public Health. Health and Self in the Age of Risk, Thousand Oaks (Ca.), Sage Publications, 1996, p. 60.

28 R. Masse, art. cité.

29 R. Masse, art. cité ; D. Lupton, The Imperative of Health. Public Health and the Regulated Body, Thousand Oaks (Ca.), Sage Publications, 1995.

30 R. Masse, art. cité, p. 158.

31 M. Foucault, « La politique de la santé au xviiie siècle », dans M. Foucault, B. Barret Kriegel, A. Thalamy, F. Beguin et B. Fortier, Les machines à guérir. Aux origines de l’hôpital moderne, Liège, Mardaga, 1979, p. 5-18.

32 Ibid., p. 11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Kempeneers et Renée B. Dandurand , « L’enfant à risque : 
discours scientifiques et interventions publiques », Éthique publique [En ligne], vol. 3, n° 1 | 2001, mis en ligne le 13 septembre 2016, consulté le 01 mai 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2642 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2642

Haut de page

Auteurs

Marianne Kempeneers

Marianne Kempeneers enseigne la sociologie à l’université de Montréal.

Renée B. Dandurand

Renée B. Dandurand est chercheuse à l’INRS–Urbanisation, culture et société.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org