Navigation – Plan du site
Zone libre

Éthique, comités d’éthique et sciences sociales

Yao Assogba

Résumés

Les questions d’éthique reviennent aujourd’hui avec force dans les sciences sociales en général et en sociologie en particulier. Cet article met en évidence les écueils que doivent éviter les comités d’éthique de la recherche universitaire dans le domaine des sciences sociales. L’auteur soutient que les écueils en question ne peuvent aisément être évités que par le dialogue entre les principaux acteurs concernés (administrateurs, membres des comités d’éthique de la recherche universitaire, professeurs chercheurs, etc.). En dernière analyse, dit l’auteur, le rôle des comités d’éthique de la recherche universitaire doit être d’assurer l’éducation à l’éthique à travers un débat démocratique au sein de la communauté universitaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 1. Énoncé de politique des trois conseils. Éthique de la recherche avec des êtres humains, ministèr (...)

1Les questions d’éthique sont aussi vieilles que l’humanité. Pour des raisons historiques, elles ont été depuis fort longtemps au centre des préoccupations des sciences de la nature (biologie, médecine, génétique). Elles reviennent aujourd’hui avec force dans tous les secteurs des sociétés modernes qui baignent dans l’« illusionnisme », le « désenchantement du monde » et l’« hyper-relativisme ». Les sciences sociales n’échappent pas à cette incursion de l’éthique dans les pratiques de la recherche. Les universités québécoises et canadiennes sont tenues depuis peu de se doter de comités d’éthique, non seulement pour la recherche en sciences pures et naturelles, mais également en sciences sociales1.


2Deux pièges guettent les comités internes d’éthique de la recherche universitaire : celui du transfert pur et simple des critères, normes ou codes propres aux sciences naturelles dans le champ des sciences sociales – cela s’est déjà vu – ; et celui d’une inculturation ou d’une subordination des comités d’éthique à la culture des comités traditionnels d’évaluation des projets de recherche sociale, en l’absence de points de repères propres au registre de l’éthique en sciences sociales. Dans l’état actuel du retour en force des questions d’éthique de la recherche universitaire en sciences sociales, les comités d’éthique doivent éviter ces deux écueils. Pour ce faire, il est nécessaire de définir la charpente de l’éthique de ces comités dans les universités, en procédant à la définition des normes qui doivent les régir. Pour avoir sa pertinence, cette normativisation doit se faire à la lumière de la connaissance précise des fonctions des sciences sociales, des types de recherches qu’on y propose et des aspects propres à l’éthique dans ces domaines. Pour illustrer tout cela nous prendrons l’exemple de la sociologie.

Les fonctions fondamentales de la sociologie

  • 2 R. Boudon, « La sociologie est-elle une science rigoureuse ? », dans M. Juffé (dir.), Aux frontière (...)
  • 3 L. Van Campenhoudt, « Recherche sociologique, éthique et politique », dans Variations sur l’éthique (...)

3La sociologie remplit trois fonctions principales2. La première est cognitive. Elle vise à rendre intelligibles les phénomènes sociaux complexes ou énigmatiques. Il en est ainsi, par exemple, du travail de Durkheim sur le suicide ou de celui de Weber sur la naissance du capitalisme. Selon Van Campenhoudt, on reconnaît à trois caractéristiques fondamentales de la fonction cognitive une œuvre classique en sociologie : c’est une grande recherche empirique, c’est-à-dire une recherche qui a un objet « concret » ; elle implique un travail d’analyse rigoureuse des données quantitatives ou qualitatives ; elle est critique, au sens où elle a un objet « construit » contre les évidences générales admises. C’est à partir de ces grandes recherches que « les cadres de pensée, les ressources conceptuelles et les outils méthodologiques de la discipline ont été élaborés et ont pu prendre sens. C’est essentiellement à partir d’elles, en définitive, que la sociologie s’est construite et s’est fait reconnaître3. »

4La deuxième fonction de la sociologie est performative. Depuis toujours, bon nombre de sociologues ont voulu exercer une influence sociale. L’exemple classique qu’on aime citer dans le cours de sociologie est la théorie de la stigmatisation (Labeling Theory) appliquée aux détenus. Cette théorie n’est pas essentiellement cognitive, dans la mesure où elle ne fait pas comprendre un phénomène social énigmatique, mais elle a permis d’exercer une influence politique. Elle a été à la base de certains mouvements sociaux d’amélioration des conditions de vie dans les prisons. Évidemment, beaucoup de sociologues, tout en produisant des recherches d’ordre cognitif, ont également exercé une influence sociale.

5La troisième fonction de la sociologie est descriptive. C’est la fonction par laquelle la sociologie décrit la complexité des systèmes sociaux pour faire mieux connaître certains de ses aspects « cachés » au monde non averti. Le traité de Le Play sur les ouvriers européens est un bel exemple de la fonction descriptive de la recherche sociologique.

  • 4 Ibid., p. 664-665. 5. Ibid., p. 665.

6Le développement des statistiques, les besoins d’informations de l’État, des partis politiques, des mouvements sociaux, de l’entreprise privée ; l’utilisation de plus en plus grande des statistiques dans les enquêtes sociologiques, le relatif progrès des sciences sociales en anticipation, etc., ont eu pour conséquence une tendance à l’occultation de la fonction cognitive, c’est-à-dire la fonction première, celle qui est proprement scientifique de la sociologie. Ces trois fonctions soulèvent la question des relations entre connaissance sociologique, éthique et politique. Le respect de certains principes éthiques constitue l’enjeu de ces relations, dans la mesure où celles-ci peuvent être conditionnées par les rapports entre le sociologue chercheur, l’État et la société globale4.

  • 5 Ibid., p. 665.

7La nature de ces enjeux dépend de la fonction que s’assigne la recherche sociologique. C’est pourquoi Van Campenhoudt juge qu’il est important « d’attirer l’attention sur ces enjeux, compte tenu du potentiel d’influence de l’activité scientifique. Si l’influence de la science est considérable, alors il est essentiel de s’interroger davantage sur les finalités et les méthodes de cette influence5. » Cette remarque a une conséquence à la fois épistémologique et pratique : cela signifie que le sociologue qui, en raison de ses convictions morales, veut exercer une influence réelle sur le social, doit travailler d’abord dans le cadre même de sa discipline. Ainsi, précise Van Campenhoudt, pour le sociologue qui a des convictions démocratiques et qui croit aux valeurs des droits humains, une manière d’être socialement et politiquement efficace est de reconduire, de consolider et de développer (en toute occasion) les principes mêmes du travail scientifique qui peuvent y contribuer, comme la discussion, la valorisation de la pertinence pratique et la diffusion publique des résultats.

Le savant et le politique

8La question éthique se pose en fonction des actions à mener et des décisions à prendre. Le paradoxe est que l’action a besoin d’être soutenue par des certitudes alors que l’éthique est de l’ordre de la réflexion et repose sur des questions. Or toute action, y compris bien entendu l’activité scientifique (sociologique), est conduite en fonction d’une finalité et selon une rationalité donnée.

  • 6 R. Boudon, « Action », dans R. Boudon (dir.), Traité de sociologie, Paris, PUF, 1992, p. 21-55 ; et (...)

9Complétant la typologie wébérienne de l’action rationnelle, Boudon distingue cinq types de rationalité selon lesquels une action peut être menée6. C’est sur ceux-là que portent en dernière instance les questions d’éthique. Autrement dit, le rapport entre l’éthique et l’action renvoie nécessairement aux modes et à la nature des questionnements éthiques des finalités de l’action. Le sociologue chercheur, comme acteur social, peut agir intentionnellement selon des modalités différentes. Par exemple, une recherche peut être menée en fonction d’un intérêt précis selon une rationalité de type instrumental, ou en fonction d’une valeur selon une rationalité normative ou axiologique, ou encore en fonction de croyances (scientifiques, magiques, idéologiques) selon une rationalité cognitive. Le degré d’investissement dans l’un ou l’autre type de rationalité implique des engagements et des pratiques qui font appel à l’éthique chacun à sa façon. L’université en tant qu’institution de production et de transmission d’un savoir et d’une culture particuliers, la science, est le lieu par excellence des débats et des enjeux idéologiques.

10Or qui parle d’idéologie parle de politique. Eu égard à la question de l’éthique, l’université est un carrefour de ce que Weber appelle l’éthique de la conviction et l’éthique de la responsabilité. L’éthique de la conviction renvoie fondamentalement au fait qu’une personne se comporte selon une croyance profonde, la préférence de ses propres choix ou options. L’éthique de la responsabilité, elle, renvoie au contexte. Elle consiste à faire ce qui doit être fait, compte tenu des « conditions objectivables », et non ce qui est souhaitable de faire. L’ingénieur, dit Weber, peut être convaincu que la construction d’un pont à tel endroit n’est pas une bonne chose (par exemple, pour une collectivité ou pour des raisons écologiques), mais il le construira quand même selon les règles de l’art, en mettant entre parenthèses ses propres valeurs.

  • 7 R. Aron, Les étapes de la pensée sociologique, Paris, Gallimard, 1967, p. 502.

11Cela dit, il faut un nécessaire équilibre entre les types de l’éthique. L’action du savant, par exemple l’activité de recherche du sociologue, est une action rationnelle par rapport à un but ou à une finalité. Mais ce but lui-même est fixé à partir d’un jugement de valeur, c’est-à-dire par un jugement sur la valeur de la vérité démontrée par une démarche scientifique fondée sur des faits soutenus par des arguments universellement valables. La rationalité, écrit Raymond Aron, « résulte du respect des règles de la logique et de la recherche, respect nécessaire pour que les résultats obtenus soient valables7 ». L’action scientifique est à la fois une action rationnelle par rapport à un but ou une finalité et une action rationnelle par rapport à une valeur, ici la vérité. C’est pourquoi, il doit y avoir un équilibre inévitable entre l’éthique de la conviction et l’éthique de la responsabilité. Pour tout sociologue ou homme de sciences sociales, il s’agit d’un équilibre à réinventer sans cesse dans chaque activité qu’il entreprend dans sa discipline.

12Le sociologue qui n’obéirait qu’à ses convictions serait « une sorte de saint, qui oublierait la terre, ne cèderait sur rien, aurait toujours raison ». D’un autre côté, le sociologue qui ne tiendrait compte que de la réalité courrait le risque de se transformer rapidement en cynique, indifférent à sa propre identité et, donc, à celle des autres. Dans les deux cas, il serait une source d’intégrisme. Ce qu’il faut éviter, car tout chercheur doit fuir les extrêmes et rester sage avec équilibre. Il incombe au chercheur et à l’éthicien, aux membres des comités d’éthique dans les universités d’être conscients de la nécessité de cet équilibre.

Repères pour la définition de l’éthique des comités d’éthique de la recherche universitaire

  • 8 L. Van Campenhoudt, « Recherche sociologique, éthique et politique », art. cité, p. 659.

13La sociologie a connu un développement extraordinaire dans la deuxième moitié du vingtième siècle. Outre ses progrès du point de vue cognitif, elle eu des avancées du point de vue méthodologique à travers la « quantification et l’anticipation » qui lui ont conféré une certaine crédibilité auprès du grand public, dans la mesure où les résultats d’enquêtes sociologiques peuvent orienter et légitimer des décisions politiques qui ont un impact sur la vie des citoyens. Ainsi, écrit Van Campenhoudt, « à l’heure où règnent la raison scientifique et la légitimité rationnelle, les sciences “molles” elles-mêmes prennent du poids8 ». Dès lors, les sociologues se trouvent interpellés par des questions éthiques eu égard à la fonction cognitive et performative de leur discipline.

14Dans le contexte actuel de la crise des finances publiques suivies de la réduction du budget de l’État dans le secteur de l’enseignement et de la recherche universitaire ; à l’heure de l’éducation supérieure de marché où le discours dominant est la recherche en partenariat, les professeurs chercheurs en sociologie sont partagés entre deux grandes tendances de pratiques.

15La première est celle des recherches de type instrumental où le professeur chercheur est préoccupé par la quête des ressources financières et les applications immédiates des résultats de ses études, généralement commanditées par le pouvoir public, le secteur privé ou effectuées pour le compte d’un organisme communautaire. Les exemples de ce type de recherche vont des enquêtes pour des fins électorales aux études d’implantation de projets pilotes, en passant par la gestion du personnel dans une entreprise ou une organisation publique. Ces recherches ont des visées essentiellement utilitaires.

16La deuxième renvoie aux recherches de type cognitif axées sur la compréhension et l’explication de la réalité sociale. L’objectif fondamental de ces recherches est, toutes choses égales par ailleurs, le progrès de la connaissance. Bien entendu, l’un ou l’autre de ces types de recherche pose des problèmes éthiques, mais ils ne sont pas de même nature. En effet, la pertinence, les intérêts, les conséquences de l’un ou l’autre type de recherche pour les individus et la société ne sont pas identiques. Le défi d’un comité d’éthique de la recherche universitaire en sciences sociales est de réussir à faire la part des choses, à bien discerner les types de recherches et leurs effets possibles et probables.

  • 9 L. Porcher et M. Abdallah-Pretceille, Éthique de la diversité et éducation, Paris, PUF, 1998, p. 30

17Pour relever ce défi, tout comité d’éthique doit entreprendre un travail permanent d’éducation à l’éthique, un travail d’animation éthique de la recherche universitaire. Ces activités doivent se faire à travers un dialogue entre les chercheurs et les membres des comités. Le but visé par les acteurs en présence doit être le développement d’une culture éthique qui conduit le chercheur et l’éthicien évaluateur à faire le « partage entre le bien et le mal pour ce qui touche à l’humanité comme trait caractéristique de l’homme en général et de chaque homme en particulier9 ».

  • 10 Code de déontologie de la recherche de l’université du Québec, 1982.

18Depuis l’Énoncé de politique des trois conseils subventionnaires canadiens et la mise sur pied des comités d’éthique dans les universités, le dialogue éducatif dont nous venons de parler semble quasi absent. Or les chercheurs en sciences sociales ont été jusqu’à récemment préoccupées surtout par des questions de déontologie, comme le veulent les politiques en vigueur. La déontologie est définie comme l’ensemble des devoirs éthiques édictés pour le respect des droits des individus et de leur liberté. Dans le cadre d’une recherche, la déontologie constitue l’ensemble des prescriptions que devrait respecter le chercheur en ce qui touche les droits individuels et collectifs des personnes concernées10.

19Du coup, pour tel projet de recherche, le comité d’éthique demande au chercheur de répondre à des questions d’éthique ; pour tel autre projet de recherche quasi terminé, il exige l’élaboration ex nihilo d’une attestation d’éthique montrant que le professeur chercheur a établi clairement la ligne de démarcation entre le bien et le mal potentiel de sa recherche pour ce qui touche aux sujets enquêtés. Bref, on peut dire sans exagération que, depuis l’Énoncé de politique, les comités d’éthique de la recherche universitaire agissent en moralistes. Mais contrairement aux moralistes, qui se fondent traditionnellement sur le dialogue comme méthode de prise de décision, les membres des comités d’éthique pratiquent le monologue. On peut imaginer les frustrations et les conflits que de telles pratiques ont pu, du jour au lendemain, créer chez des professeurs chercheurs ou entre eux et les comités d’éthique.

20L’enjeu de l’éthique de la recherche universitaire demeure la prise de conscience par le savant et le politique « de la nature et de la limite du pouvoir que l’homme peut exercer sur ses semblables ». Cette prise de conscience vaut aussi pour les membres des comités d’éthique de la recherche universitaire. Dans le domaine des sciences sociales, les membres de ces comités doivent être d’abord des pédagogues, des éducateurs aux valeurs éthiques dans les différentes disciplines. Ils doivent exercer leur fonction d’évaluation dans un esprit de sensibilisation et de contrôle raisonné et raisonnable. Professeurs chercheurs et membres des comités d’éthique doivent être des partenaires, c’est-à-dire des gens qui dialoguent. Il faut que les uns et les autres dialoguent parce qu’ils ont une cause commune, à savoir la défense de cette pensée de François Rabelais : « Science sans morale c’est comme un corps sans âme », ou encore : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

  • 11 N. Dyke, « Repenser l’éthique de la recherche », Interface, vol. 20, no 5, septembre-octobre 1999, (...)

21La conscience est une œuvre d’éducation. Dans cette perspective, la conscience suppose que l’éthicien ou tout prétendant aux comités d’éthique de la recherche universitaire ait « une tête bien faite », comme le disait Montaigne. Avoir « une tête bien faite » c’est, en l’occurrence, avoir au moins une connaissance générale des disciplines des sciences humaines ou des sciences sociales. Une telle culture lui permettra de relativiser et de mettre ainsi en perspective l’évaluation des divers projets de recherche soumis à son jugement. De leurs côtés, les professeurs chercheurs doivent avoir une connaissance de base en éthique, pour être capables, selon l’objet de leurs recherches, d’apprécier à leur juste valeur les principes éthiques qui y seraient inhérents. Les professeurs chercheurs peuvent ainsi les intégrer à toutes les étapes d’une recherche, depuis la formulation du problème jusqu’à la diffusion des résultats en passant par l’élaboration du système théorique, de la méthodologie, de la cueillette et de l’analyse des données (qualitatives ou quantitatives)11.

  • 12 L. Porcher et M. Abdallah-Pretceille, op. cit.

22La conscience est aussi une œuvre de dialogue avec soi et avec autrui. Jadis, l’éthique faisait partie de différentes manières du curriculum des programmes d’éducation. Par contre, dans les sociétés modernes déboussolées, c’est par un retour aussi bien à l’éducation à l’éthique et à la morale qu’à la déontologie en matière de recherche universitaire que les comités d’éthique ont les meilleures chances de travailler efficacement, pour le bien de tous et de chacun. Pourquoi ? Parce qu’éthique, morale et déontologie sont des attributs de l’action humaine. Elles constituent des préceptes selon lesquels se départagent le bien et le mal, l’action sociale qui est bonne et l’action sociale qui est mauvaise. Enfin, c’est à partir de ces trois attributs qu’on définit ce qu’il faut respecter et ce qui est proscrit12.

  • 13 Ibid., p. 21.

23Mais dans ces domaines très particuliers de la vie humaine et sociale, la question se pose toujours de savoir ce qui est bien et ce qui est mal. Qui est mieux placé pour définir chacun de ces signes ? N’est-ce pas Blaise Pascal qui disait déjà : « Vérité au deçà des Pyrénées, erreur au delà » ? La controverse est levée lorsqu’on admet que l’éthique, la morale et la déontologie ont ceci de commun qu’elles essaient d’articuler l’universel et le singulier. En effet, c’est à partir des valeurs universalistes que se déterminent ces trois attributs de l’action humaine, valeurs universalistes qui, dans le principe, s’appliquent à tous, sociétés ou individus. On admet que ces valeurs sont, d’une certaine manière, « supérieures aux hommes et sont considérées comme des règles qui définissent leurs conduites, par rapport auxquelles ils doivent se situer13 ».

24Avoir une vision de l’homme est donc aussi une approche caractéristique de l’éthique. Cependant, lorsqu’on examine certains outils de travail des comités d’éthique de la recherche universitaire, par exemple les fiches d’engagement déontologique, on constate que l’approche de ces comités est très technicienne. Ainsi, les fiches d’engagement déontologique, à remplir pour les fins d’études d’un projet de recherche par les comités d’éthique, contiennent rarement, sinon presque jamais, des questions sur l’objet même de la discipline, les principales fonctions de la recherche en sociologie, etc. Dans la plupart des cas, il s’agit de questions très techniques ayant trait au chercheur et aux sujets.

25Le contenu de ces fiches est élaboré comme si une question éthique donnée ne dépendait pas de l’objet et du type de recherche. En général, ce contenu montre clairement que les comités d’éthique de la recherche universitaire jouent essentiellement un rôle technique qui procède par application de règles, en se préoccupant essentiellement de ce qui se fait ou va se faire, de ce qui va arriver au sujet humain dans un avenir plus ou moins rapproché. Le sujet humain étant vu sous différents critères : âge, sexe, statut de client, de patient, etc.

26Les comités d’éthique de la recherche universitaire doivent dépasser cette approche technicienne de voir et de faire, pour épouser une vision philosophique du monde. Ainsi, l’éthique doit aussi partir de ce qu’est le sujet en tant qu’homme. C’est-à-dire qu’elle doit se préoccuper d’une vision de l’homme, de ce qu’il est, de ce qu’il pourrait être, de ce qu’il devrait être. Toute la question de l’action humaine, dit Kant, revient à celle-ci : « Qu’est-ce que je dois faire pour être vraiment homme ? » Poser cette question, c’est se remettre constamment en cause, comme savant, politique ou citoyen.

  • 14 P.-E. Chabot,
 « Éthique ou morale », RND Revue Notre-Dame, no 11, décembre 1998, p. 8.

27Or, l’histoire et certaines pratiques actuelles montrent qu’en tant que savants, politiques et citoyens les membres du comité tendent à être réfractaires aux remises en question et continuent de s’accrocher à une vision technicienne des choses, étant essentiellement préoccupés par le rendement ici et maintenant. S’il en est ainsi, « c’est précisément parce que l’éthique part de ce qui se fait. Elle s’ajuste au milieu et aux règles du jeu. Son domaine est celui de l’efficacité immédiate. Ce qui se fait apparaît comme bon, dès lors que cela met en jeu une certaine technique. Le savoir-faire tient lieu de moralité14. »

  • 15 R. Boudon, Les sens des valeurs, Paris, PUF, 1999, p. 9.

28Le retour en force des questions d’éthique de la recherche sociale dans les universités se fait dans un contexte où l’on a « l’impression que théorie et empirie ne parviennent pas à se rejoindre, que la recherche est vouée à la juxtaposition sans interpénétration d’enquêtes sociologiques aveugles et de théories philosophiques vides, je veux dire d’enquêtes descriptives et de théories dont on ne sait au juste à quelle réalité elles s’appliquent, ni même si elles s’appliquent à une réalité quelconque15 ». Un tel contexte nécessite que les comités d’éthique dépassent leur approche purement technicienne des aspects de la recherche en sociologie, pour adopter une approche plus historique et épistémologique qui va créer des conditions de dialogue entre les principaux acteurs en présence à l’université et directement concernés par la recherche. Il s’agit, entre autres, des professeurs chercheurs, des professionnels et assistants de recherche, des administrateurs et des membres des comités d’éthique.

29Ce dialogue doit s’articuler à deux éléments fondamentaux : une vision de l’homme et les paramètres à partir desquels les pères fondateurs ont défini la sociologie comme entreprise scientifique. Les uns et les autres des acteurs mentionnés doivent se ressourcer constamment aux grands maîtres de la sociologie pour retrouver l’objet fondamental de la discipline, ses fonctions, la manière dont les rapports entre l’éthique et la sociologie ont été posés et éclaircis par les pères fondateurs de cette dernière.

30C’est en se ressourçant que les uns et les autres peuvent bien assumer la responsabilité qui leur est commune, à savoir la démarcation entre le bien et le mal que peut engendrer, pour l’individu et la société, toute activité de recherche. Cette responsabilité doit être assumée en tenant compte des paramètres suivants : les fondements de la sociologie, les trois fonctions de la recherche sociologique, les types de recherche, les buts ou les finalités de la recherche, les types de rationalité sous-jacente à l’activité de recherche, l’équilibre entre l’éthique de la conviction et l’éthique de la responsabilité. Des activités spécifiques comme des séminaires, colloques, etc., doivent permettre l’éducation à l’éthique des uns et des autres. Les débats autour de ces paramètres doivent donner lieu à l’élaboration des guides ou formulaires (à mettre à jour régulièrement) qui permettront aux chercheurs d’obtenir le plus rapidement possible leur « attestation ou certificat d’éthique » pour consacrer leur temps à faire ce que doit, la recherche, et non pour passer un temps fou à élaborer ou à remplir des formulaires de consentement, des documents « d’éthique » à n’en plus finir.

Pour une éducation à l’éthique

  • 16 H. Doucet, « En éthique, tout part du respect de la personne et de son autonomie », RND Revue Notre (...)

31Les comités d’éthique de la recherche universitaire doivent être des comités d’animation et de sensibilisation, car le « rôle du comité d’éthique, c’est moins de régler les problèmes que d’amener les personnes à dialoguer16 ». Au-delà des différences entre les disciplines des sciences humaines, c’est par le dialogue ou la délibération que tous les acteurs concernés doivent dégager les valeurs universalistes qui déterminent l’éthique de la recherche universitaire. Et comme le singulier se trouve dans l’universel, les membres des comités et les chercheurs, selon leur discipline respective, s’identifieraient non seulement à la « politique d’éthique » d’une « univers-cité », mais également au contenu du « guide d’éthique ».

32Dès lors, les uns et les autres feront ce qu’Albert Jacquard appelle « l’éloge de la différence ». Entretemps, les comités d’éthique de la recherche universitaire ne semblent pas pratiquer le système délibératif, c’est-à-dire démocratique. De manière générale, la « politique » et le « guide d’éthique » sont élaborés après des séances d’information « univoques » et sont ensuite mis en application. Il n’y a donc pas de délibération collective entre l’ensemble des personnes directement concernées par l’éthique de la recherche universitaire. Les membres des comités d’éthique se comportent, toutes choses étant égales par ailleurs, comme s’ils étaient les seuls experts aptes à distinguer le bien et le mal, ce qui est possible et ce qui ne doit pas l’être.

  • 17 J.-J. Salomon, « Pour une éthique de la science. De la prudence au principe de précaution », Futuri (...)

33À bien y regarder, on se rend compte que le fonctionnement en l’absence de délibération représente, toute exagération mise à part, une menace à la démocratie au sein de la communauté universitaire des scientifiques. Certes, déjà Platon reconnaissait le caractère médiocre du régime démocratique lorsqu’il déclarait que « la démocratie est le plus mauvais des bons gouvernements et le meilleur des pires ». Mais paradoxalement, c’est sa médiocrité qui lui permet d’échapper aux absurdités de tous les autres régimes. Dans cette perspective, le principe du dialogue, du système délibératif dans le domaine de l’éthique de la recherche universitaire « institue un moindre mal par rapport à l’autorité, sinon à la tyrannie de la prêtrise » éthico-scientifique17.

34L’éthique de la recherche universitaire est une responsabilité à partager dans un dialogue autour de ce qu’est l’homme, le savant et sa discipline ; le politique et le citoyen/société. Cette responsabilité suppose d’abord la transparence de la part des chercheurs et des membres des comités d’éthique et, ensuite, un partage du pouvoir plus équitable entre le grand public, les professeurs chercheurs et « l’épiscopat du culte » de l’éthique de la science du social unipolaire. Le contexte politique et scientifique de nos sociétés, en ce début de vingt et unième siècle, nécessite de la vigilance éclairée de tout un chacun afin de sauvegarder la démocratie en matière de recherche universitaire.

35Dans cette perspective, les uns et les autres doivent demeurer sages en trouvant sans cesse un équilibre entre l’esprit de géométrie et l’esprit de finesse, qui sont propres à l’être humain et que Pascal opposait en les distinguant clairement par leurs caractéristiques respectives : « Tous les géomètres seraient donc fins s’ils avaient la vue bonne, car ils ne raisonnent pas faux sur les principes qu’ils connaissent et, les esprits fins seraient géomètres s’ils pouvaient plier leur vue vers les principes inaccoutumés de géométrie. » C’est à cette condition seule que ces attributs de l’être humain peuvent concourir à des recherches scientifiques et humanistes. Et si une science sans conscience ne serait que ruine de l’âme, nous devons nous rappeler par ailleurs qu’une conscience sans science serait une insuffisance de connaissance.

Haut de page

Notes

1 1. Énoncé de politique des trois conseils. Éthique de la recherche avec des êtres humains, ministère des Approvisionnements et Services, Ottawa, 1998.

2 R. Boudon, « La sociologie est-elle une science rigoureuse ? », dans M. Juffé (dir.), Aux frontières du savoir, Paris, Presses de l’école nationale des ponts et chaussées, 1993, p. 177-194.

3 L. Van Campenhoudt, « Recherche sociologique, éthique et politique », dans Variations sur l’éthique. Hommage à Jacques Dahin, Bruxelles, Publications des facultés universitaires Saint-Louis, 1994, p. 661.

4 Ibid., p. 664-665. 5. Ibid., p. 665.

5 Ibid., p. 665.

6 R. Boudon, « Action », dans R. Boudon (dir.), Traité de sociologie, Paris, PUF, 1992, p. 21-55 ; et R. Boudon et F. Bourricaud, Dictionnaire critique de la sociologie, Paris, PUF, 1986 (2e éd.).

7 R. Aron, Les étapes de la pensée sociologique, Paris, Gallimard, 1967, p. 502.

8 L. Van Campenhoudt, « Recherche sociologique, éthique et politique », art. cité, p. 659.

9 L. Porcher et M. Abdallah-Pretceille, Éthique de la diversité et éducation, Paris, PUF, 1998, p. 30.

10 Code de déontologie de la recherche de l’université du Québec, 1982.

11 N. Dyke, « Repenser l’éthique de la recherche », Interface, vol. 20, no 5, septembre-octobre 1999, p. 54.

12 L. Porcher et M. Abdallah-Pretceille, op. cit.

13 Ibid., p. 21.

14 P.-E. Chabot,
 « Éthique ou morale », RND Revue Notre-Dame, no 11, décembre 1998, p. 8.

15 R. Boudon, Les sens des valeurs, Paris, PUF, 1999, p. 9.

16 H. Doucet, « En éthique, tout part du respect de la personne et de son autonomie », RND Revue Notre-Dame, no 11, décembre 1998, p. 24.

17 J.-J. Salomon, « Pour une éthique de la science. De la prudence au principe de précaution », Futuribles, no 245, septembre 1999, p. 5-27.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yao Assogba , « Éthique, comités d’éthique et sciences sociales », Éthique publique [En ligne], vol. 3, n° 1 | 2001, mis en ligne le 13 septembre 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2640 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2640

Haut de page

Auteur

Yao Assogba

Yao Assogba est sociologue et professeur au département de travail social de l’université du Québec à Hull.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org