Navigation – Plan du site
La désinstitutionnalisation des services en santé mentale

Fermetures d’établissements ou déclin des institutions

Claude Locas

Résumés

Ce texte présente le point de vue du comité de parents d’un hôpital psychiatrique affecté aux soins de longue durée dont la redéfinition de mission entraînera le congé des bénéficiaires qui seront dirigés vers des ressources extérieures. Depuis deux ans le comité s’oppose à ce transfert qui lui semble précipité, néfaste et improvisé. Le texte propose un point de vue qui met en valeur l’idée d’institution comme expression concrète et garante des principes sur lesquels repose toute société civilisée capable de compassion face à ses citoyens les plus démunis.

Haut de page

Texte intégral

1Pour des parents qui sont accaparés par des soucis quotidiens et, en général, étrangers aux exigences qu’impose le cadre d’une revue savante, ce n’est pas chose facile que de ramasser toutes ces pensées qui se bousculent pêle-mêle dans leur tête alors qu’au même moment se décident en coulisse, et donc à leur insu, l’avenir et le bien-être de leurs enfants dont ils sont, en fait, les premiers, mais non les seuls, responsables.

2Quoi qu’il en soit, les membres du comité de parents de l’hôpital Rivière-des-Prairies, centre de santé mentale affilié à l’université de Montréal, ont accepté de répondre à l’invitation de la revue Éthique publique et de faire connaître leurs réactions à la redéfinition de la mission de l’établissement en tant que centre de soins de longue durée à la lumière des exigences d’une éthique dite publique telles qu’on les a exprimées dans une série de questions soumises par la direction de la revue. Les changements annoncés, qui visaient essentiellement l’intégration sociale des patients, objectif au-dessus de tout soupçon, ont semé la consternation chez les parents qui se sont retrouvés en plein désarroi, car on leur faisait faux bond, à eux et à leurs enfants.

3C’est donc, au milieu d’une lutte qui se poursuit toujours, un temps de répit que nous nous accordons pour regarder, la tête froide, et malgré l’inquiétude qui nous ronge, ce qui ne cesse de nous apparaître comme une charge aussi soudaine qu’injustifiée de la part de l’État et, nous demandons-nous toujours, au nom de quoi et en vertu de quel principe, au juste ? Tout dans cette fermeture, depuis les principes généraux qui ont pu l’inspirer jusqu’aux solutions concrètes par lesquelles on tente de nous séduire, nous apparaît douteux et peu crédible, sinon injustifié. Il nous semble, en effet, qu’on a d’abord voulu fermer l’établissement, quoi qu’il advienne, et que les raisons pour le justifier pourraient toujours s’inventer aisément après coup.

4Avant de s’en prendre à l’hôpital Rivière-des-Prairies, l’État avait déjà procédé à la fermeture de plusieurs établissements. (Les dizaines de régies de toutes sortes qui parent l’organigramme gouvernemental ont fait beaucoup mieux que résister au jeu de carnage !) Il serait, toutefois, difficile de savoir, avec quelque degré de certitude, si ces fermetures ont été faites dans le but d’améliorer la qualité et l’administration des soins en général après avoir invoqué, pour faire bonne mesure, la nécessité de faire des réformes, ou pour se rendre aux exigences budgétaires et atteindre le soi-disant déficit zéro, leitmotiv répété à satiété de l’administration de l’État. L’hôpital Rivière-des-Prairies aura donc connu le sort qu’ont subi tant d’autres hôpitaux et pour ces deux mêmes raisons tout juste évoquées, la première étant plus favorable à l’État et la seconde, plus occulte et difficile à traquer. Mais il serait sans doute oisif de spéculer sur ce qu’ont pu être les vraies raisons de ces fermetures, car il est facile de jouer sur l’équivoque et choisir celle que l’on veut selon qu’on est blanc ou noir. Pour l’observateur que nous sommes, il reste quand même difficile de nier que la réforme du système de santé n’a pas été d’abord et avant tout nécessitée par le besoin d’en contrôler les coûts, du moins ceux qui tombent sous la coupe de l’État. Mais la cadence effrénée que celui-ci aura imprimée à ce qu’il tient à nous faire voir comme des réformes vend en quelque sorte la mèche et le trahit quant à ce qu’ont pu être ses réelles priorités, surtout si on considère l’état lamentable dans lequel se retrouve actuellement l’ensemble du réseau où tout le monde se débrouille du mieux qu’il peut avec les moyens du bord. Si le coût des bonnes intentions s’est révélé aussi ruineux, il n’est pas déraisonnable de conclure, à moins que nos dirigeants aient été de parfaits imbéciles, qu’ils poursuivaient d’abord des objectifs d’un ordre autre que celui dont ils se réclamaient aux yeux de tous.

5Nous trouvons tout de
même très inquiétant que nous
en soyons arrivés à nous inter-
roger sérieusement sur ce que
devrait être le rôle et la respon-
sabilité de l’État relativement
 à la prise en charge des personnes les plus faibles et les plus vulnérables de notre société. Qu’est-il donc en train de se passer au juste ? La société, par le truchement de l’État, serait-elle sur le point de larguer ses enfants en douce ? C’est une impression qui, petit à petit, semble vouloir se confirmer et une perspective qu’on ose à peine imaginer. Aussi désagréable que cette possibilité puisse nous paraître, nous nous devons de regarder les choses bien en face. Il nous apparaît, en effet, qu’une nouvelle vérité soit en train de se faire jour, car quelque chose dans notre caractère général ne semble plus aller de soi. Quelque part un ressort s’est relâché et on a le net sentiment que la confiance que l’on avait en l’État et, de façon particulière, en ses institutions a été ébranlée, voire trahie. En fait, c’est une certaine idée qu’on a pu se faire des institutions en général qui semble être en train de se défaire. Mais le désengagement institutionnel de l’État qu’évoquait la série de questions qui nous a été soumises, tout aussi réel qu’il soit, n’aura quand même été rendu possible que parce que l’idée même d’institution avait déjà, et depuis un certain temps, été insidieusement battue en brèche.

Les tourments d’une fermeture

6Il y a plusieurs années déjà, il avait déjà été question de fermer l’hôpital Rivière-des-Prairies. On se sera cependant ravisé après que plusieurs personnes bien en vue s’y furent opposées avec force. Mais, entre-temps, différents lobbies n’en continuaient pas moins, pour diverses raisons, d’insister pour qu’on le ferme, sans que rien ne se passe pourtant, jusqu’à tout récemment, tout au moins. C’est donc à la suite d’un malheureux incident dont fut victime une pupille du curateur public, fonctionnaire de l’État, que celui-ci jugea bon d’intervenir en créant un comité spécial qui, pratiquement, avait carte blanche pour soulever n’importe quoi et faire des recommandations à l’avenant.

7Dans un établissement aussi grand que l’hôpital Rivière-des-Prairies, qui a déjà compté plus de huit cents patients, on ne pourra jamais empêcher, malgré la meilleure des volontés, que des erreurs ne se produisent, ni que des bavures ne surviennent. Tout aussi inévitables et malheureux que soient ces incidents, ils ne représentent pas un vice de structure fondamental et rien, en général, auquel on ne puisse remédier. Mais qu’à cela ne tienne. S’ensuivit donc un chétif rapport à l’emporte-pièce de quelque vingt pages dont les recommandations n’avaient aucun lien avec l’événement initial dont on s’était servi pour le justifier ; la mise en œuvre des recommandations était sans commune mesure avec cet incident passager qui avait réussi à tirer le curateur de son sommeil. C’est la souris qui, cette fois, avait accouché de la montagne. On passe du coq à l’âne et, sur le plan de la logique, se révèle un non sequitur. En dépit du fait qu’il y ait peu ou pas de rapport entre les prémisses et les conclusions et malgré toute l’imprudence dont on fait preuve, il est facile, lorsqu’on sait dramatiser à souhait certains faits pris isolément, d’imposer ce que l’on cherchait à atteindre. Il s’agit d’attendre le moment opportun qui ne peut, d’ailleurs, manquer de se présenter pour faire passer le message qu’on tenait en réserve. Nous aurons l’occasion de revenir sur le rôle pour le moins ambigu du curateur dans cette affaire, lui qui est censé défendre farouchement les intérêts de ses pupilles.

8Pour donner le ton, disons que l’annonce de la fermeture de l’hôpital Rivière-des-Prairies nous a sidérés, dévastés. Nous, les parents, avons le net sentiment d’avoir été écartés comme une quantité négligeable et que nous avons été laissés dans l’ignorance de ce qui était en train de se cuisiner. Nous avons
été traités sans ménagement
aucun, voire même avec bru-
talité, tout particulièrement
en ce qui concerne les parents
âgés dont les enfants sont hos-
pitalisés depuis très longtemps
et qui ne voient pas d’autres
endroits où ceux-ci puissent
aller en toute confiance. Jus-
qu’à maintenant, ils n’ont
aucune autre structure à quoi
ils puissent s’en remettre sauf
quelques bienveillantes mais
creuses intentions qui, tout en donnant bonne conscience, permettent de s’en tirer à bon compte pendant un certain temps.

9Les parents ont donc tous été plongés, du jour au lendemain, dans l’incertitude la plus totale quant à ce que l’avenir pouvait réserver à leurs enfants, malgré les solutions de rechange qu’on leur faisait miroiter et dont il était difficile de ne pas se méfier tellement on semblait, de la part des autorités, pressé d’en finir. Pourtant, jamais il a semblé, et encore aujourd’hui, qu’il y ait eu péril en la demeure, et jamais a-t-on réussi à le démontrer. De plus, quelque nouveauté qu’ait pu renfermer l’ensemble de cette nouvelle approche que l’on préconisait et tentait de nous vendre, elle ne pouvait que nous mettre sur nos gardes, car il semblait qu’on allait l’implanter en bloc, dans les plus brefs délais, et sans même le bénéfice d’une expérimentation préalable ou d’une mise à l’essai graduelle. Rien de ce qu’on avançait concernant l’approche préconisée n’avait jamais été prouvé de façon à nous convaincre, sauf pour ceux, l’État le premier, qui voyaient dans la fermeture un intérêt quelconque. Le domaine de la santé mentale est un terrain fertile en disputes constantes et il faut donc y aller avec beaucoup de circonspection avant de trancher dans un sens ou dans l’autre. Quant aux ressources dont on pouvait avoir immédiatement besoin si on devait aller de l’avant avec le projet, on devait rester sur notre appétit et s’en tenir aux vagues promesses qu’on nous faisait pour nous rassurer.

10Devant un projet aussi vague et rempli d’inconnues, la prudence la plus élémentaire nous commandait de ne pas courir de risques et il était de notre devoir de résister au coup de force qu’on s’apprêtait à pratiquer, d’autant plus qu’une fois l’hôpital fermé il ne serait plus possible d’y remettre les pieds, condamnant ainsi ceux qui ne s’y retrouveraient pas dans le nouveau contexte à être renvoyés d’un côté et de l’autre comme un ballon. Il ne faudrait pas répéter l’erreur de Boscoville, un centre de détention pour jeunes adolescents dont on vient d’annoncer la réouverture à peine deux ans après que, malgré tous les tollés, on a démembré et réduit à néant un passé riche d’expériences ! On considère, comme dit sagement le proverbe, que, face à autant d’improvisation, un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. La désinstitutionnalisation mal famée, qui touche depuis plusieurs années les ex-psychiatrisés, et dérisoirement surnommée « désinse » à cause de la façon tout à fait improvisée et des ratés à répétition qui ont marqué son implantation, n’a rien qui inspire confiance.

Le déclin des institutions

11Il y a quelque quarante ans la société du Québec, l’État en tête, s’est lancée dans une vaste entreprise de rationalisation de son développement social, culturel et économique. Sous l’impulsion exubérante d’une liberté nouvellement acquise, elle aura connu un renouveau d’une ampleur qui suscite encore aujourd’hui l’admiration. Il semblait, en effet, que l’avenir était à notre portée et attendait, en quelque sorte, que nous le façonnions comme nous le voulions. Il suffisait de faire naître les espoirs pour qu’aussitôt nous nous lancions à corps perdu dans des réformes qui ne pouvaient pas ne pas réussir.

12Cependant, toute médaille a son revers. Sans que l’on puisse dire que la veine créatrice du début ne se soit retrouvée à sec, il reste que tout ce bourdonnement d’activités, peut-être victime de son succès, annonça aussi l’arrivée d’une toute nouvelle bureaucratie rompue à des méthodes qui allaient laisser leur empreinte et, en quelque sorte, transformer le sens et la portée de ce qui était envisagé.

13Le rôle de démiurge que joua l’État eut pour conséquence l’arrivée massive de bataillons de gestionnaires, d’administrateurs et de technocrates, comme vous vous voudrez, pour diriger, gérer et planifier une myriade de projets selon les règles apprises dans les nouvelles facultés. Ce grand processus s’appelle, en un mot, rationalisation.

14Malgré l’étymologie du mot, l’idée moderne de rationalisation a peu à voir avec le concept de la raison de la philosophie classique pour qui celle-ci prend la forme de principes, normes ou valeurs sur lesquels se fondent nos raisonnements ou comme faculté de former des principes universels à partir de rapports que l’on perçoit entre des choses et, en ce sens, se veut mesure et sagesse.

15Or, l’idée moderne de rationalisation appartient entièrement au domaine des moyens et, finalement, à la meilleure façon de faire quelque chose en vue d’un résultat rapide et immédiat en s’embarrassant d’un minimum de ces subtilités que l’on doit à l’œuvre du temps et sur lesquelles on ne veut pas prendre le risque de s’arrêter de peur, sans doute, de se sentir obligé de les prendre en considération et, dès lors, de prendre la vraie mesure du progrès. La rationalisation est, en fait, un phénomène nettement despote, tout enrobé qu’il est dans le manteau d’un savoir qui se présente sous les apparences de la science mais qui n’est, en fait, que simplifications et abstractions arrangées de façon à donner l’image que l’on désire voir et ainsi, en s’interposant, nous empêche de faire l’expérience de l’existence concrète dont on se trouve coupé. De plus, la rationalisation est une source constante d’instabilité, car avec le raffinement des instruments toujours plus puissants, on ne saurait s’arrêter de vouloir changer et améliorer tout ce qui tombe sous la main. « Le mieux est l’ennemi du bien » est, dans ces milieux, un proverbe que l’on préfère ignorer. Mais cette propension au changement incessant n’est pas sans contribuer, à bien des égards, à la désorientation de nos institutions et à l’état de délabrement dans lequel elles se trouvent actuellement et surtout à la démoralisation de ceux qui y travaillent, privés de tout sens d’appartenance, sans mémoire, sans identité, flottant à la surface des choses. Faudrait-il donc s’étonner que, déraciné et ballotté, tout le monde ait à peu près perdu confiance en nos institutions.

16Il semble que, quoi que l’on fasse, on ne réussisse guère à s’élever au dessus du niveau de l’expédient, à l’image de ces experts en crise qui ne font que colmater ou réagir au coup par coup, dans une suite décousue de remaniements et de retouches qui présagent et accélèrent le dépérissement de l’État en tant que celui-ci incarne une conscience commune.

17De fait, nous avons fait preuve au cours des quelque quarante dernières années d’une désinvolture inimaginable à l’égard des institutions que nous avions créées tout au long de notre histoire pour donner forme à notre volonté de vivre ensemble. On a pensé que l’on pouvait, avec tous les nouveaux moyens dont on disposait, en faire l’économie comme autant de vestiges encombrants et que l’on pouvait, du jour au lendemain, en créer d’autres qui soient plus efficaces, mieux adaptés aux circonstances, à l’air du temps, oublieux ou inconscients que les institutions que l’on sacrifiait étaient l’aboutissement de l’expérience accumulée de générations qui se reconnaissaient en elles. La prudence, cette vertu éminemment politique par laquelle on apprend à imposer une limite à la démesure (hybris), nous aura fait défaut parce qu’on croyait pouvoir faire table rase de tout et recommencer à neuf. À la richesse polyphonique de l’expérience que véhiculaient les institutions nées de besoins réels, on aura préféré des recettes et des méthodes soutenues, croyait-on, par une garantie à toute épreuve.

18Mais, dans cet emballement à tout réformer, nous sommes devenus amnésiques, oublieux des raisons pour lesquelles on avait créé ces institutions et, du même coup, des obligations envers lesquelles on s’était engagé. La meilleure et la seule façon de faire que ces ingénieurs d’un type nouveau mettent en avant représente, en ce qui a tout particulièrement trait à des structures de nature historique et dès lors complexes, une quantité inconnue et souvent n’entraîne que déception et amertume à la place de ce que l’on avait promis. À ceux qui ne demandent qu’à croire, faire miroiter un avenir rempli de promesses est chose trop facile à faire. Mais comme l’avenir nous est inconnu, les perspectives grisantes que l’on en brosse ont un caractère chimérique et utopique, d’où, sans doute, l’empressement que l’on met à tant y croire comme pour, d’ailleurs, toute forme de fuite en avant. Cette obsession de l’avenir ne prospère qu’au détriment du présent qu’on se trouve à sacrifier et qu’on finit par oublier. Mais pour une machine administrative qui n’existe qu’en fonction d’elle-même et dont l’efficacité est le credo unique et une valeur sacro-sainte, le présent n’est que de la chair à canon, une proie facile et sans défense.

19L’État, en la personne de
ses technocrates armés de
toutes sortes de modèles, a fait
montre d’une insensibilité de
barbares à l’égard de ses insti-
tutions qui sont devenues des structures purement et simplement administratives au détriment des raisons pour lesquelles elles avaient été créées et continuaient d’exister et que tranquillement on finit par perdre de vue comme une sorte d’anachronisme. En fait, toute société et, il va de soi, les institutions qu’elle a su se donner au cours de son histoire sont, avant tout, un ordre moral qui, toutefois, ne nie pas les contraintes du résultat financier et du bilan comptable, mais les englobe, voire les transcende.

20On oublie trop souvent de nos jours que les institutions sont l’œuvre du temps et qu’elles ont, par conséquent, une histoire dont la vérité première et les valeurs qui ont présidé à leur création sont là, depuis leur tout premier moment, comme une sorte d’oracle ou une sommation à laquelle on doit répondre. La volonté initiale, l’idée originelle qui ont conduit à la naissance d’une institution sont la seule référence à partir de laquelle on doit en comprendre le sens profond, à moins que, par quelque outrecuidance ou narcissisme démesuré, on en vienne à les voir comme une sorte d’anachronisme dont on tirera prétexte pour s’en défaire et ainsi, du même coup, nous soulager des obligations qu’elles nous faisaient. En envisageant les institutions comme si elles étaient des entreprises qui ressortent des seules catégories économiques et comptables, on se trouve à s’en prendre à la dignité des hommes, réduits à n’être plus que de simples objets, indifférents à la misère et à la souffrance, dont on peut contrôler l’affluence, de la même manière qu’on régularise le débit d’une rivière (d’où, sans doute, le refoulement des listes d’attente).

21L’État, comme machine, est un rouleau compresseur, une tyrannie sui generis. La présente crise des services de santé semble effectivement confirmer que l’État postmoderne fait peu ou pas de cas des institutions. Plutôt que de trouver en elles une source de fierté on leur aura préféré toutes sortes de miroirs aux alouettes, de promesses en l’air. Il faut se méfier de tous les porteurs de solutions qui tranchent selon leurs schèmes et catégories inévitables et prédestinées et non pas selon les besoins réels auxquels on doit répondre. Avec l’affaiblissement des institutions, c’est tout le politique qui est en train de sombrer.

Le désengagement institutionnel

22La désinstitutionnalisation devrait couvrir de honte quiconque s’en fait le promoteur et s’en accommode. La désinstitutionalisation est, en fait, un avatar de la rectitude politique, cette sorte de baratin qui permet d’atténuer, d’adoucir, d’émousser une réalité qu’on ne semble pas avoir le courage de supporter telle qu’elle est, mais qui, pourtant, est la seule chose sur laquelle on puisse se fonder. Tout le mouvement de la rectitude politique n’a d’autre but que de présenter un version édulcorée des faits. Il est incapable d’appeler un chat un chat et s’en tient à de fausses images, à des chimères. Il permet de taire ou de dissimuler la vérité des choses. Tout est du pareil au même et tout se confond, comme dans la musique minimaliste. La rectitude politique, désinstitutionnalisation y compris, donne une fausse impression de la réalité. Elle n’est qu’un vaste mensonge, un ramassis de jongleries verbales, par lesquelles on espère faire disparaître toute espèce de différence, toute identité, donc toute reconnaissance réelle pour autant qu’on répète souvent et longtemps qu’elles n’existent pas. L’image atténuée, édulcorée que l’on veut se faire des choses permet d’entretenir une profonde méconnaissance de ce qui est en cause et constitue même une forme insidieuse d’agression à l’envers, car, en refusant de les voir comme elles sont, on se trouve ni plus ni moins à les nier en leur imposant l’apparence sous laquelle on aimerait les voir comme une sorte de conformisme, en fait, un carcan, qui, lui, fait toujours violence.

23Dans les faits, la désinstitutionnalisation renvoie les personnes à la nuit et au brouillard où elles disparaîtront sans laisser de traces. Mais quelle société pourrait se prétendre humanitaire et se dire capable de compassion si, sous le couvert de bonnes intentions qu’on ne cesse de prodiguer, elle n’hésite pas à abandonner les personnes les plus faibles et les plus vulnérables qui dépendent d’elle à un ensemble de moyens dont on ne sait rien et auxquels il nous faudrait sans plus faire aveuglément confiance comme une bénédiction. La cruauté et l’inhumanité dont la désinstitutionnalisation a fait preuve jusqu’à ce jour frappe de stupeur et heurte la sensibilité de toute âme bien née, car, sous le couvert de raisons spécieuses, elle équivaut à ouvrir les portes sur l’inconnu où bon nombre risquent de se perdre et d’y laisser leur peau. Prétendre que l’intégration sociale en bloc que l’on propose serait davantage respectueuse des conditions normales de la vie telles que le monde en général les connaît est un sophisme pur et simple, car les personnes en cause ne sont pas des personnes dites normales mais, si on cesse de se raconter des mensonges et de prendre ses rêves pour la réalité, des personnes qui souffrent d’un mal réel qui ne va pas disparaître comme par enchantement et qui, par conséquent, ne sauraient se passer d’un cadre institutionnel en bonne et due forme. On aura beau prétendre que les ressources à être mises en place seront à la hauteur et que les organisations bénévoles et les foyers d’accueil arriveront à point nommé (comme si les Mère Teresa et les Émilie Gamelin se commandaient), la désinstitutionnalisation n’est rien d’autre, en fait, qu’un euphémisme qui sert à cacher le fait que l’État cherche à se départir graduellement de ses responsabilités qui tendent à diminuer comme une peau de chagrin sous les pressions d’un marché qui fait la loi et impose ses façons de voir.

24Les fausses promesses dont on fait grand état ne sont que des faux-fuyants qui n’ont d’autre but que d’ajourner les débats sur ce qu’entraînera la désinstitutionnalisation et de clouer le bec de ceux qui s’interrogent sur les tenants et aboutissants d’une opération dont on préfère taire les vrais objectifs et les vrais enjeux. Au fond, la désinstitutionnalisation n’est rien d’autre qu’une forme déguisée de privatisation des soins ou, à tout le moins, de la sous-traitance dans la mesure où on s’en remettra à des organismes ou individus subventionnés ou payés à la tâche. Mais, du moment où on se déleste de la responsabilité directe des soins pour les confier à des tiers qui errent de-ci de-là, on ne va pas manquer de recréer les conditions de la jungle, à l’instar de celles du marché.

25
Un autre effet de la désinstitutionnalisation aura été de disperser aux quatre vents un ensemble d’interventions qui, dépourvues de tout support institutionnel et donc déstructurées, vont dépérir et diminuer en qualité, ne fût-ce qu’à cause des pertes de temps considérables que ne manquera d’entraîner la recherche de bénéficiaires éparpillés sur un vaste territoire et dont on finira par perdre la trace et, à la fin, oublier parce qu’ils échapperont à tout contrôle efficace. Par surcroît, ce mouvement de désinstitutionnalisation entraînera inévitablement la dévalorisation des soins, puisque les intervenants seront laissés à eux-mêmes et, en dehors du cadre de l’institution, leur statut professionnel finira par ressembler de plus en plus à celui de travailleurs de la rue qui, malgré toute leur générosité, ne font guère plus que du dépannage à la sauvette.

26Les parents ne seront pas non plus épargnés par la désinstitutionnalisation, car ils ne seront pas sans s’inquiéter de ce qu’il arrive à leurs enfants, dorénavant laissés en quelque sorte à la merci des circonstances. De plus, si le cadre institutionnel leur avaient permis de se regrouper, la désinstitutionnalisation fera en sorte de les disperser, de les laisser sans interlocuteur aucun, complètement isolés les uns des autres. Aussi bien dire que les parents se retrouvent complètement désarmés et réduits à l’impuissance.

27Enfin, ce que l’on connaît du phénomène de la désinstitutionnalisation est beaucoup trop récent et ses conséquences une quantité mal connue, sinon douteuse, que ce serait faire fi de la plus élémentaire prudence que de se fermer les yeux sur ce qui risque d’être aussi gros de conséquences. Comme dirait le sagace Montaigne ce sont là des ouvrages « qui puent l’huyle et la lampe » et il faudrait, sans aucun doute, beaucoup plus de temps pour les bien préparer. Le temps n’est pourtant pas ce qui manque le plus.

Le rôle ambigu du curateur public

28Le curateur public ne semble pas, dans tout cet épisode entourant la fermeture de l’hôpital Rivière-des-Prairies, avoir été correct, non plus qu’il ait clairement affiché ses couleurs, car nous n’avons jamais vraiment su à quelle enseigne il logeait. Il semble, en tout cas, s’être prêté à un double jeu dangereux en se faisant un farouche partisan de la fermeture de l’hôpital sans tenir compte, au préalable, des conséquences qu’elle pouvait entraîner pour les pupilles dont il a la charge et on peut s’interroger, en toute bonne foi, sur les raisons d’un tel empressement à vouloir aller de l’avant. Pourquoi a-t-il donc pris un tel risque ? C’est incompréhensible.

29Ce dont on peut cependant être sûr c’est que le curateur est un fonctionnaire de l’État qui doit répondre de ses actions au ministre qui l’affecte et, comme tel, il se doit de soutenir, d’abord et avant tout, la politique de son employeur, à moins, s’il y a désaccord, qu’il ne démissionne, ce qui ne fut pas le cas. Par contre, en tant que curateur, il a le devoir de défendre ses pupilles et s’assurer que leur bien-être soit bien pris en compte dans toutes les décisions qui risquent de les affecter. La situation du curateur apparaît pour le moins inconfortable et, dans pareille circonstance, son impartialité loin d’être garantie.

30En fait, le rôle du curateur dans cette affaire apparaît plutôt ambigu, car on ne sait pas où et à qui il doit d’abord allégeance : agit-il, d’abord, dans l’intérêt de ses pupilles ou vaque-t-il à la mise en place des politiques de son employeur quoi qu’il advienne ? Le dilemme soulève une question de confiance qu’on n’est pas près de résoudre. Il faudrait sans doute soumettre l’ensemble de cette problématique au protecteur du citoyen pour qu’il fasse la lumière sur ce point trouble et pour le moins douteux de l’intervention du curateur.

31Quant à nous, il semble que le curateur se devait, d’abord et avant tout, de prendre la défense de ceux qui lui sont confiés, car personne d’autre que lui n’est en mesure de le faire et, dans l’hypothèse où il pourrait faillir à sa tâche, ses pupilles se retrouveraient sans défense, à la merci de l’État. L’empressement dont il a fait montre à l’égard de la mise en place des conclusions du rapport qu’il avait commandé nous porte à croire, de toute évidence, qu’il a bien compris ce qu’on attendait de lui et qu’il a sacrifié ses pupilles à l’autel des politiques bien arrêtées de l’État, donnant ainsi gain de cause à certains de ces groupes qui, pour des raisons bien à eux, avaient leur propre idée de ce qui devait advenir de l’hôpital Rivière-des-Prairies et qui, ainsi, se sont trouvés à dédouaner l’État.

32Si le devoir premier du curateur est, comme nous le pensons, de prendre les intérêts de ses pupilles, force nous est faite, sur le plan de l’éthique, de conclure qu’il a failli à sa tâche et qu’il a péché par imprudence.

33Que nous réserve l’avenir ? À ce jour, rien, bien au contraire, ne semble arrêter le rouleau compresseur de l’État quant à sa volonté de fermer l’hôpital Rivière-des-Prairies et d’en disperser les patients dans des ressources d’une qualité encore inconnue, qui n’auront pas la stabilité des institutions d’antan et seront, par conséquent, laissées au hasard des circonstances. Il incombera dorénavant à la « communauté » de prendre la relève, ce qui, dans nos sociétés anonymes, n’augure rien de bon. Il apparaît inévitable, à la suite du désistement de proche en proche de l’État, que les ressources que l’on trouvait jadis dans le secteur public renaissent dans un secteur devenu privé que seuls ceux qui en ont le moyen pourront fréquenter au détriment, bien sûr, de l’idéal de justice que pouvait incarner l’État.

34Enfin, que dire, à la suite de cette série interminable de fermetures d’établissements, sinon qu’on a fait montre d’un manque navrant d’humanité à l’égard des meurtris, des blessés, des mutilés, enfin de tous ceux qui souffrent. L’idéal que renferment les commencements le plus souvent modestes a fait place au pouvoir despotique et déshumanisant des chiffres qui sont devenus fin en soi et qui, de plus, se prêtent si facilement à la manipulation, d’où le cynisme, le mépris et l’indifférence qui caractérisent notre époque dont certains ont pu imaginer, et non sans raison vu sous cet angle, qu’elle était la fin de l’histoire. Mais nous pourrions aussi évoquer, de la même façon qu’on le ferait pour un empire, la chute de l’histoire qui, dès lors, laisserait aussi présager les déprédations d’une barbarie nouveau genre, à visage humain, qui détruit, sans sourciller, ce que des générations ont réussi à construire au fil des temps, car pour améliorer l’état des choses il n’y aurait rien, prétendument, qu’on ne puisse pas remplacer en un tour de main, peu importe les conséquences. Ainsi, s’éloigne-t-on, peu à peu, du réel, de l’existence concrète et du dialogue avec ses semblables au profit d’abstractions faciles et remplies de promesses, ce qui, avec le peu de cas dont on en fait, entraîne la lente dérive de nos institutions qui se transforment, dès lors, en simple mécanique sociale d’où toute idée de solidarité est exclue, rien ni personne n’étant jugé irremplaçable parce que réduit à n’être plus qu’objet de calculs. Comme le disait, en réponse à une question, le regretté Fernand Dumont, « celui qui met sa foi dans les mécanismes qu’il a inventés pour rendre l’homme heureux est habité par un mépris effarant de l’homme ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Locas , « Fermetures d’établissements ou déclin des institutions », Éthique publique [En ligne], vol. 3, n° 1 | 2001, mis en ligne le 13 septembre 2016, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ethiquepublique.revues.org/2633 ; DOI : 10.4000/ethiquepublique.2633

Haut de page

Auteur

Claude Locas

Diplômé de philosophie, retraité de la fonction publique, Claude Locas est un ami et porte-parole du comité de parents de l’hôpital Rivières-des-Prairies.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org